Bannière


 
Forum Maroc-Guinée
Discours intégral de Mohamed DIARE

Partenaires

Africatime

Africvisionguinée

Akhadan

Conakrylive

Ecoutez Sabari FM 97.3 en direct

Guinée7

L'Express Guinée

Le Diplomate

Les amazones

Mediaguinee

www.Guineematin.com

29 visiteurs connectés

25 Octobre 2014 - 4h26


 RECHERCHER 
 Précédent
Suivant 

L’Union Européenne met à nu les dépenses fantaisistes de la CENI !

2012/6/4

Aujourd'hui en Guinée CONAKRY/La Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) est épinglée dans un rapport d’audit financier de l’Union Européenne (UE) datée du 4 Mars 2011, qui se base de la subvention à lui accordée pour l’achat et l’acheminement des documents électoraux. L’audit, très partiel mais détaillé dans une quarantaine de pages, révèle un énorme gâchis. Le rapport éclabousse de hautes personnalités de la République au nom d’un prétendu appui aux institutions pour plus de 35 milliards de francs.

Le MATAP empoche onze milliards

Tout d’abord, le rapport révèle qu’un milliard 610 millions de francs a été dégagé à l’ordre du Ministère de l’administration du territoire et de la décentralisation (MATAP) pour l’appuyer. Ensuite, 500 millions à l’ordre de Touré Ibrahima Lahaly et 110 autres millions à l’ordre de Touré Davuda ont été successivement dégagés pour appuyer le MATAP.

Encore, un milliard 490 millions à l’ordre d’Ibrahima Bah et de Touré Davuda et 300 autres millions à l’ordre d’Aly Badara Kakiro ont été décaissés pour appuyer le MATAP.Encore, deux milliards 500 millions ont été dégagés à l’ordre du MATAP pour appuyer le MATAP.

Encore, quatre milliards 520 millions ont été dégagés à l’ordre du MATAP sur requête introduite par le ministre Nawa Damey pour appui au MATAP comme activités relatives au processus électoral du second tour de l’élection présidentielle guinéenne. Encore, 500 millions à l’ordre du MATAP et 250 autres millions ont été déboursés à l’ordre d’un certain Ibrahima Lahaly Touré pour, dit-on, appuyer le MATAP. 650 millions d’abord, puis 150 millions ont été dégagés à l’ordre d’Ibrahima Bah au nom du MATAP.

La FOSSEPEL se tape douze milliards

Deux millions d’abord, puis 500 millions ont été successivement dégagés à l’ordre de la FOSSEPEL pour appuyer la FOSSEPEL avec copie chèque acquitté par capitaine Souleymane Kourouma. Encore, 300 millions ont été dégagés à l’ordre de la FOSSEPEL sur requête du lieutenant-colonel Ibrahima Baldé pour « installation du mobilier du siège et ‘’certaines dépenses immédiates’’.

Encore, un milliard a été dégagé pour règlement de l’acompte de la FOSSEPEL à l’ordre de la FOSSEPEL sur requête introduite par le Général de brigade Ibrahima Baldé comme avance du second tour. Encore, onze milliards 375 millions ont été dégagés à l’ordre de la FOSSEPEL pour appuyer la FOSSEPEL.

Le ministère de l’information décaisse cinq milliards

Un milliard de francs a été dégagé à l’ordre de la DNSI sur requête introduite par le Premier ministre Jean Marie Doré pour appui au ministère de la communication comme prise en charge des équipes multimédia. Un milliard 800 millions a été aussi dégagé à la demande de la DNSI sur requête introduite par le Premier ministre Jean Marie Doré pour prise en charge des équipes multimédia.

Encore, 674 millions ont été dégagés sur requête du ministère de la communication pour appui à son ministère comme rallonge budgétaire au deuxième tour. Un milliard a été dégagés pour appui au ministère de l’information à l’ordre de la DNSI sur requête introduite par le Premier ministre Jean Marie Doré pour prise en charge des équipes multimédia.

Concernant le ministère de la décentralisation, 50 millions ont été déboursés à l’ordre de Tinguiano Saa Mouctar pour son appui. Encore, 51 millions ont été dégagés comme primes de la cellule technique de la décentralisation. Encore, 100 millions ont été déboursés à l’ordre de Touré Alkhaly Lamine pour appui à la décentralisation. 51 millions ont été décaissés à l’ordre de Mohamed Garé pour appui au ministère de la sécurité.

Cour Suprême, CNT, CNC et CES

Deux cent millions de francs guinéens ont été déboursés à deux reprises à l’ordre de Robert Guilao sur requête introduite par le Premier président de la Cour Suprême pour appui logistique ou appui à la Cour Suprême comme son budget du second tour.

Quant au Conseil National de la transition (CNT), il a raflé 6 millions d’abord, ensuite 30 millions à l’ordre d’un certain Camara Cheick Sékou et enfin 747 millions pour appui au CNT.

De son coté, e conseil national de la communication (CNC) s’est tapé 206 millions à l’ordre de Koné Kova Guilavogui sur requête introduite par son président d’alors, Jean Raymond Soumah comme communication du premier tour de l’élection présidentielle. Enfin, le Conseil économique et Social (CES) s’est taillé 150 millions à l’ordre de Mamadou Condé.

Le gouvernorat et le forum social

Le Gouvernorat de Conakry a raflé 50 millions d’abord, puis 100 millions enfin en sa faveur à l’ordre d’un certain Momo Soumah. Encore, 193 millions d’abord, puis 602 millions ensuite, 284 millions enfin ont été dégagés pour appui aux ambassades et autres dépenses.

Les syndicalistes ont eu 80 millions à l’ordre de Mamadou Mansaré sur requête de l’inter-centrale. 850 millions ont été décaissés pour le centre de la coordination de la société civile.

Dix millions de francs ont été dégagés pour appui au cabinet du président. Cent autres millions ont été décaissés pour appui à la présidence à l’ordre d’Aboubacar Stephen.

283 millions de francs ont été déboursés pour, prise en charge du collège médical. 31 autres millions ont été décaissés pour le transport médicalisé au second tour. 80 millions de francs ont été dégagés pour appui aux structures (?). Ensuite, 180 autres millions ont été déboursés pour appui aux diverses structures ( ?). Neuf millions ont été dégagés pour les primes des journalistes. Quel journaliste ? Le rapport ne le dit pas.

Constat ahurissant

Dans la page 9, le rapport dresse la synthèse des dépenses de traitement annuel qui valent 2 milliards 141 millions 460 mille francs guinéens pour un personnel estimé à 93 cadres de la CENI. Ce traitement concerne les émoluments, indemnités et autres primes. Pour preuve, les 25 commissaires de la CENI se tapent un milliard 528 millions 800 francs.

Concernant l’acquisition des actifs de la CENI, le rapport note que la plupart des fournisseurs choisis par la CENI ne disposent pas des numéros d’indentification auprès des autorités guinéennes. S’agissant de l’acquisition de son matériel, l’audit révèle que 281 millions de francs ont été dégagés pour l’achat des moquettes et rideaux, puis 78 millions (’achat de 12 ordinateurs), ensuite 30 millions (achat de quatre ordinateurs).

De même, 109 millions ont été déboursés pour l’acquisition de 28 climatiseurs, 16 millions et 24 millions pour la décoration du bureau du président, 4,3 milliards pour l’achat de 14 pick-up double cabine et 2,5 milliards pour l’achat de 7 pick-up, a-t-on appris.

Le point commun de tous ces achats, c’est l’absence de bon de commande, sous fond de gré à gré. Concernant la justification parcellaire des appuis aux différentes institutions républicaines, l’audit démontre que 33 milliards 24 millions 470 mille francs ont été décaissés et attribués de manière irrégulière, non pas à un organisme mais à des individus.

Concernant la sécurisation du siège de la CENI, le rapport indique qu’un budget de 500 millions de francs est prévu pour le bâtiment de la CENI centrale. « Nous avons noté deux factures du 25 février et du 22 Juin 2010 relative à la sécurisation des locaux pour un montant de 811 millions 093 mille 243 francs ». Malheureusement, ces coûts de sécurisation n’ont pas permis d’éviter les nombreux vols et de préserver les actifs de la CENI. « Des ordinateurs, mobilier de bureau et groupe électrogène ont été volés au quatrième étage de la CENI. Aucun PV n’est disponible à la CENI ».

Toutefois, il a été constaté un constant dépassement budgétaire au niveau global et cela pour les principales lignes budgétaires. C’est le cas d’acquisitions des véhicules pick-up. A titre d’exemple, il a été prévu initialement d’acquérir un véhicule par préfecture (suivant par démembrement) et un véhicule par coordination régionale (véhicule de liaison).

En effet, il s’agissait d’acheter 45 véhicules mais devant se limiter au niveau du budget à 15. Le bureau a décidé ensuite d’attribuer les véhicules aux commissaires de la CENI. Ils disposent toujours à ce jour des véhicules, note-t-on dans ce rapport d’audit. Pis, à la place de 15 véhicules au budget, 21 véhicules ont été achetés non pas au prix unitaire budgétisé de 202 millions francs mais au prix unitaire de 308 millions de francs (14) et 364 millions de francs (7).Aussi, il a été relevé que la CENI n’a pas réalisé toutes ses activités. «

La CENI doit se réunir deux fois par semaine ou sur convocation de son président. Or, seules quelques réunions ont eu lieu. Aucun PV des séances ont été établis attestant des décisions des réunions officielles ou informelles. Des séances ont eu lieu par rapport à certains dossiers spécifiques tels que l’acquisition des véhicules », lit-on dans c e rapport.

Autres scandales, c’est l’absence d’un système de classement des pièces comptables pour la subvention de l’UE. « Les documents des dépenses étaient disposés de façon éparses dans les bureaux des responsables en charge des finances. Une partie des pièces n’a pas été retrouvée aisément voir non retrouvée. Certaines pièces se trouvent aux mains des commissaires au lieu d’être classées dans les dossiers comptables », lit-on.

Plus grave, ce sont les insuffisances relevées dans la gestion de la trésorerie. « En principe, une caisse unique doit être tenue par le comptable de la CENI. Nous avons constaté une multitude de caisses qui sont gérées parallèlement et par le comptable et le trésorier », apprend-on.

L’une des graves faiblesses de management relevées au cours de cet audit est la non- justification et/ou la mauvaise justification des dépenses engagées par la CENI. Ce sont entre autres : « Absence chronique de bon de commande, absence de preuve de livraison, facture pro-forma faisant office de facture, absence de rapport de mission, absence de carte d’embarquement à l’appui des achats de billets d’avion », souligne-t-on.

Même si la période couverte par l’audit va du 18 Mars 2010 au 31 janvier 2011, maints observateurs pensent que ce déballage devrait pousser les autorités actuelles à engager la recomposition de la Commission électorale avant d’aller aux futures législatives. Joint au téléphone, le commissaire Thierno Saidou Bayo a mis à l'index l’actuel président de la CENI, Loucény Camara, comme étant le principal ordonnateur de tout ce décaissement.



Abdoulaye BAH

 

 Ajouter un commentaire
 Lire les commentaires
 Imprimer la page

Ajouter un commentaire


Nom ou pseudo:

Commentaire:


Lutte anti-spam. Recopier le nombre ci-dessous avant d'envoyer votre formulaire.
image CaptCha  


Banque mondiale-FMI
Ebola s’invite naturellement aux débats
Soumah Alsény
Alsény SOUMAH: L’Ambassadeur de l’art culinaire guinéen aux USA
Dépêches
L'UA/Nord-Mali
TV Aujourd'hui-en-guinée

cliquez sur la photo pour ouvrir la video

Voir les autres articles >>>
Page noire : Naby Youla
Le dernier des ‘’Mohicans’’ guinéens tire sa révérence !
TV Aujourd'hui-en-guinée  ::  Banque mondiale-FMI  ::  Audios  ::  L'UA/Nord-Mali  ::  Libres Propos  ::  Soutenez Aujourd'hui en Guinée  ::  Albums Photos  ::  Contact  ::  Abonnez-vous  ::  Email  ::  Partenaires  ::  


Privé - Espace Clients  Hotline  

© Rosawebpro   |    Privé - Espace Clients