Bannière


 
New York
La force de guerre qui a accompagné Alpha Condé

Partenaires

Africatime

Africvisionguinée

Akhadan

Conakrylive

Ecoutez Sabari FM 97.3 en direct

Guinée7

L'Express Guinée

Le Diplomate

Les amazones

Mediaguinee

www.Guineematin.com

26 visiteurs connectés

30 Juillet 2015 - 21h11


 RECHERCHER 

Diffamation, désinformation, calomnie et autres vilénies sur la toile: Dérives en live contre Antonio Souaré

2015/7/21

Aujourd'hui en Guinée Qui disait que la presse est libre en Guinée, y compris dans ses excès ? S'il faut se réjouir de la réalité de cet espace de liberté conquis de haute lutte, l'on ne peut que déplorer en revanche l'abus qui en est fait par certains.

Cela aurait été moins inquiétant s'il ne s'agissait que d'incident de parcours inhérent à tout processus de professionnalisation, dans une corporation où existent de réels problèmes de formation. Mais avec ce que des confrères qualifient d'infiltration (''invasion'' eut mieux convenu) du métier par des gens devenus journalistes par défaut, l'on assiste à un vrai banditisme médiatique.

Tout y passe. Accusations gratuites mais chèrement rémunérées contre l'un des protagonistes dans de sordides guerre de leadership ou des règlements de comptes, chantage, voire extorsions de fonds avec la menace de noircir l'image de la cible si elle n'aboule pas de l'argent, etc.

Le dernier exemple en date ? La sortie d'un confrère dont il vaut mieux taire le nom pour ne pas le sortir de l'anonymat dans lequel le confine son indigence morale et intellectuelle. Sur un site qui aurait mérité de s'appeler plutôt "Dérives en live", il prend comme prétexte un article censé dénoncer le narcotrafic en Guinée (en fait un papier décousu et léger) pour tenter de noircir à coup de propos fielleux l'image de l'homme d'affaires et grand mécène du sport, Antonio Souaré.

Pour cacher son jeu, il l'associe à deux autres personnes (dont l'une a été citée dans la répression contre ce mal menée à l'époque de la transition militaire) qui dans les faits n'ont jamais eu un quelconque lien avec le président du Horoya Athletic Club. Ni professionnel ni affectif.

Sans préjuger de ce que va faire la victime, comme par exemple attraire son calomniateur conformément à la loi, Antonio Souaré a tout le loisir de méditer, en faisant le dos rond, sur une amère constatation. "Il y a une chose que l'on ne pardonne pas chez nous : le succès" !

Topsy

 
L'épidémie d'Ebola refait surface à Conakry : L'observation des mesures d'hygiène recommandée

2015/7/14

Aujourd'hui en Guinée La capitale guinéenne est de nouveau confrontée à l'épidémie d'Ebola avec quatre nouveaux enregistrés, après une période d'accalmie, a-t-on appris auprès de sources officielles ce lundi.Ces nouveaux cas d'Ebola ont replongé la capitale dans la "zone rouge", avec 381 contacts répertoriés, et qui sont suivis par des équipes de la Coordination nationale de riposte contre Ebola.

Face à cette résurgence de la maladie dans la capitale guinéenne, les populations sont invitées à observer les mesures d'hygiène édictées par les spécialistes.

Xinhua

 
Décès d'Ansoumane Damaro Black-so: Les condoléances du Président Antonio Souaré

2015/7/14

Aujourd'hui en Guinée Alors que je pleure la disparition de notre regretté Youssouf Bah, chanteur de Camayen Sofa et du Bembeya Zazz, voici que j'apprends le décès d'un autre être cher, mon jovial frère Ansoumane Damaro Black-so, toujours gai et disponible. Grand promoteur dévoué à la cause de la culture, Ansoumane Damaro Black-so laisse un gros vide dans le monde artistique guinéen dont il était membre à part entière. Je suis personnellement affecté par cette norme perte.

Au nom de tout mon Groupe, j'exprime les condoléances les plus attristées à la famille du défunt et à l'ensemble du monde cultureld e notre pays.

C'est une énorme perte. Je rends hommage à sa mémoire et prie afin QU'ALLAH, NOTRE CRÉATEUR, accueille l'âme de notre regretté Ansoumane Damaro Camara dans son éternel paradis. Amen


Antonio Souaré PDG GBM



 
Tests sur animaux: un vaccin contre Ebola à inhaler prometteur

2015/7/14

Aujourd'hui en Guinée Le premier vaccin contre le virus Ebola qui serait inhalé au lieu d'être injecté s'est avéré prometteur lors d'essais sur des singes, ont indiqué lundi des chercheurs. Il devrait bientôt être expérimenté sur des humains.

Cette étude publiée dans le Journal of Clinical Investigation est menée par une équipe de l'université de médecine du Texas à Galveston et des Instituts nationaux de la santé (NIH). S'il était efficace sur l'homme, ce vaccin pourrait être utile dans des régions reculées où il est difficile de trouver du personnel expérimenté pouvant administrer des vaccins, ont relevé les chercheurs.

Une version affaiblie du virus, baptisée parainfluenza virus type 3 (HPIV3), a été conçue à partir d'une glycoprotéine d'Ebola de façon à ce qu'elle stimule une réponse immunitaire. HPIV3 provoque souvent des infections des voies respiratoires chez les jeunes enfants.

Les chercheurs ont administré le vaccin à des macaques rhésus en plaçant des masques nébuliseurs - transforment des liquides en gouttelettes très fines, comme de la brume - couvrant nez et bouche.

Pas d'effet secondaire

Dans un second temps, les animaux vaccinés ont reçu par injection une dose normalement mortelle de virus Ebola et ont survécu. Et ils n'ont présenté aucun effet secondaire néfaste à ce vaccin, connu pour l'instant comme HPIV3/EboGP, selon Alex Bukreyev, professeur de virologie à l'University of Texas Medical Branch.

"Cette étude illustre la réussite de la vaccination par aérosol contre le virus de la fièvre hémorragique pour la première fois", s'est-il réjoui. D'autres essais de vaccins sont en cours, mais tous prévoyant une injection.

Aucun vaccin n'existe actuellement sur le marché contre Ebola, qui a fait plus de 11'200 morts sur plus de 27'600 cas en Afrique de l'Ouest, un bilan sous-évalué de l'aveu même de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), depuis décembre 2013. C'est la plus grave épidémie jamais survenue depuis l'identification du virus en Afrique centrale en 1976.

ats

 
Guinée : Signature de trois protocoles d’accords entre le Gouvernement et l’AFD

2015/7/4

Aujourd'hui en Guinée Le Ministère de l'Economie et des Finances a abrité ce vendredi, la cérémonie officielle de signature de trois protocoles d'accord entre le Gouvernement guinéen et l’Agence Française de Développement (AFD). Les deux premiers portant sur les protocoles d'accord transactionnel avec les sociétés Electricité de Guinée (EDG) et la Société des Eaux de Guinée (SEG). Le troisième quant à lui porte sur le projet d'amélioration de la formation et de l'insertion dans les secteurs agricoles et minier (PAFISAM) du Ministère de l'Enseignement Technique de la Formation Professionnelle, de l'Emploi et du Travail, dans le cadre la mise en œuvre du Contrat De Désendettement (C2D).

Cet important événement a regroupé les Chefs de département de l'Economie et des Finances, Monsieur Mohamed Diaré, de l'Enseignement Technique de la Formation Professionnelle, de l'Emploi et du Travail, Monsieur Damantang Albert Camara, de l'Energie et de l'Hydraulique Monsieur Cheick Taliby Sylla, de celui Délégué au Budget, Monsieur Ansoumane Condé, ainsi que L'ambassadeur de France, Monsieur Bertrand Cochery et les partenaires financiers et techniques notamment le Directeur de l'Agence Française de Développement (AFD), Monsieur Yves Charpentier.

Fruit d'une coopération fructueuse entre la Guinée et La France, la signature de ces accords qui touchent des secteurs essentiels pour le développement de notre pays, prend en compte l'annulation d'une partie de la dette de la société Electricité De Guinée (EDG) et celle des Eaux de Guinée (SEG) à hauteur de 50 pour cent. Mais aussi et surtout la mise en place de solutions efficaces de formation initiale et continue ainsi que les dispositifs favorisant la transition vers l'Emploi.

Pour le Ministre de l'Energie et de l'Hydraulique, ces allègements substantiels permettront de booster ces secteurs en mettant en place une nouvelle stratégie de gestion afin d'améliorer significativement le secteur.

Visiblement satisfait de cet accord en faveur de son département et du pays en général, Monsieur Damantang Albert Camara, soulignera l'importance d'appuyer la formation professionnelle secteur clef dans la recherche d’une meilleure qualification de la jeunesse de notre pays.

Au regard des objectifs du projet PAFISAM, on peut dire que l'espoir est permis pour les deux premiers secteurs transversaux bénéficiaires ce cet appui que sont les Mines et l'Agriculture. Cela devrait également favoriser l’insertion socioprofessionnelle des jeunes et augmenter leur productivité tant dans le secteur de l’économie formelle que dans ceux de l’économie informelle et traditionnelle.

A son tour, dans son allocution, le Ministre d'Etat en charge de l'Economie et des Finances s’est réjoui de ces accords avant de terminer son propos en exprimant la reconnaissance du Gouvernement guinéen envers la France pour sa mobilisation continuelle en faveur de notre pays chaque fois que le besoin s’est fait sentir.


Transmis par la Cellule de Communication du Gouvernement

 
Page noire: Hadja Mariama Sacko, épouse de d'El hadj Mamoudou Soumah, n’est plus !

2015/7/3

Aujourd'hui en Guinée Le Bureau Exécutif de l’UFR a le profond regret d’annoncer aux militants et sympathisants, le décès de Hadja Mariama SACKO, épouse d’El-hadj Mamoudou Soumah, membre du BE, coordinateur de la commune de Dixinn, survenu ce jour 29 juin 2015 à la suite d’une longue maladie.

Les mots sont dérisoires, pourtant en cette douloureuse occasion c’est la bonne amitié militante que l’UFR offre à l’époux éploré. Que les bons souvenirs laissés par la défunte soient pour lui une consolation.

Toujours l’UFR pensera à la défunte, à l’extrême simplicité de son cœur, à son accueil si cordial. Elle sait la grande affection qu’El-hadj vouait à son épouse et c’est donc bien tristement que le parti lui assure sa vive sympathie.

Les liens affectifs qu’elle avait noués tout au long de sa vie sont difficiles à rompre. Mais cher compagnon de lutte, entouré de tous vos enfants, parents, amis et ceux qui partagent les idéaux républicains avec vous, vous êtes assez fort pour surmonter cette autre épreuve de votre vie.


Condoléances émues.
Cellule Com UFR

 
Ramadan 2015: Des prières pour la Guinée et la défunte Hadja Sira Condé.

2015/7/2

Aujourd'hui en Guinée Une heure et demi aura suffi à la visite de la délégation estudiantine guinéenne au Royaume d'Arabie Saoudite, pour faire des prières, ce mardi 30 juin 2015 au consulat général de Guinée à Djeddah.

El hadj Ousmane Traoré, président des étudiants guinéens de la Mecque a décliné l'objet de leur visite en ces termes: '' Nous sommes ici pour faire des prières pour notre pays la Guinée, à l'occasion de ce mois de ramadan. Nous allons faire également des prières et des bénédictions pour Hadja Sira Condé, car les prières ne sont jamais tardives.''

Après de longues prières faites par El hadj Condé, le porte-parole de la délégation estudiantine, El hadj Abdoulaye Sakho a transmis, au nom des leurs, le message suivant :" Nous voulons manifester notre soutien et notre respect à l'endroit du Consul Général, parce que ceci est un rituel évident chez nous. Ensuite, nous allons faire aussi des prières pour Hadja Sira Condé, la sœur défunte du Président de la république Pr. Alpha Condé. Au moment de son décès, nous étions très occupés et le Consul Général n'était pas là. La vie estudantine n'est pas facile, mais nous avons pu trouver le déjeuner, peu qu'il soit, pour le Consul Général.''

Il a fini son intervention en demandant à tout le monde de faire d'abord des prières pour la Guinée à l'appel crépusculaire, avant même de manger la datte, à la rupture du jeûne.

Introduit par El hadj Souleymane Conté, SEM Mohamed Lamine Condé, s'est dit satisfait et fier des étudiants guinéens de la Mecque pour cette belle initiative. Il a souligné que les étudiants ne font que traduire les études qu'ils font dans leurs options respectives. Il s'est ensuite fait le devoir de prodiguer de sages conseils aux hôtes du jour. Le diplomate guinéen a fait remarquer que de nos jours, aucun pays n'est totalement stable. Considérant ainsi que la paix est une condition sine qua non pour tout développement, il a invité ses compatriotes présents à toujours faire des prières pour la continuité de la paix en Guinée.

Pour ce qui concerne la crise politique guinéenne qui défraye la chronique nationale, il a souhaité voir rapidement la mouvance et l'opposition converger vers un compromis pour la tenue des élections.

Il a fini son intervention en invitant les étudiants guinéens sur le sol saoudien, à garder le silence sur des problèmes qui peuvent causer une compromission.

Dans la délégation estudiantine guineenne de la Mecque, figuraient deux étudiants venus respectivement des universités de Riyad et de Médine. Elle a été d'ailleurs invitée par le Consul Général à se concerter pour la fixation d'une date afin d'organiser une grande caravane de prières et de bénédictions de tous les étudiants guinéens sur le sol saoudien, en faveur de la lutte contre le virus Ebola et pour la paix dans notre pays.

Rappelons que cette rencontre, en plus des cadres du consulat général, a vu la présence du directoire de l'école guinéenne internationale de Djeddah.

M. Ousmane TRAORÉ
Écrivain-journaliste.
Chef de bureau d'AEG en Arabie Saoudite.

 
Ebola : Arrêt des essais cliniques d’un traitement initialement jugé prometteur

2015/6/29

Aujourd'hui en Guinée Beaucoup d'espoir avait été placé dans le traitement expérimental TKM-Ebola-Guinea. Mais l'entreprise canadienne à son origine a annoncé vendredi l'arrêt des essais.Beaucoup d'espoir avait été placé dans le traitement expérimental TKM-Ebola-Guinea. Mais l'entreprise canadienne à son origine a annoncé vendredi l'arrêt des essais.

Le Liberia veut percer le mystère du

Le Liberia veut percer le mystère du "syndrome post-Ebola"Ebola : la recrudescence des cas inquiète l'OMS

Il y a encore quelques mois, ce traitement expérimental était censé faire des miracles. Mais vendredi 19 juin, l’espoir suscité par le TKM-Ebola-Guinea s’est évanoui.

La compagnie canadienne à l’origine du médicament, Tekmira Pharmaceuticals, a en effet déclaré que les essais étaient interrompus, faute de résultat. En cause, l’inefficacité du traitement sur les patients malades, selon des tests menés au Sierra Leone. Selon le communiqué publié par l’entreprise, le TKM-Ebola-Guinea « avait peu de chance de prouver un bénéfice thérapeutique global ».

Un essai clinique critiqué

Aucun résultat n’a été publié par la compagnie, qui assure que les données récoltées seront analysées et recoupées pour interpréter les résultats, a expliqué au New York Times le professeur en charge de l’étude, Peter Horby.

Plusieurs scientifiques avaient émis des doutes sur les essais cliniques réalisés par Tekmira Pharmaceuticals au Sierra Leone, pays durement affecté par Ebola. Aucun placebo n’était ainsi administré, empêchant de constater l’efficacité du traitement, selon ses détracteurs.

Quid des autres médicaments expérimentaux ?

Plusieurs essais cliniques ont également été décrits comme prometteurs. Parmi eux, le ZMapp ou encore le Favipiravir. Le premier, un « cocktail d’antibiotique », est toujours à l’essai. Il est testé depuis février aux États-Unis, au Liberia, et aussi en Sierra Leone, écrit le magazine Science.

L’essai du Favipiravir, qui semblerait montrer son efficacité sur des malades pris en charge précocement, se poursuit. Les résultats préliminaires n’ont pour l’heure pas été consolidés, selon l’OMS. D’après le professeur Yves Lévy, président-directeur général de l’INSERM, un essai sur une combinaison de Favipiravir et de ZMapp devrait également avoir lieu.

JA

 
Il trouve des enveloppes contenant 175.000 euros et les rapporte à la police

2015/6/26

Aujourd'hui en Guinée Voici l’histoire qui a totalement surpris les policiers du commissariat de Wolfsburg, en Allemagne.L’honnêteté d’un jeune garçon émeut l’Allemagne. Alors qu’il rénovait un immeuble du centre de la ville, un jeune ouvrier fait une surprenante découverte rapporte le journal « Wolfsburger Allgemeine ». Celui de deux grosses enveloppes, bien cachées derrière une grille de la salle de bain, contenant la somme de… 175.000€

Entouré de ses collègues de travail, l’homme âgé de 23 ans décide, sans aucune hésitation, de se rendre au commissariat afin de rapporter l’argent. À Wolfsburg, les officiers n’en croient pas leurs yeux. Ils découvrent plusieurs liasses en coupures de billets de 100€ et 500€. Sven-Marco Claus, porte-parole de la police de Wolfsburg, a salué le geste du jeune homme : « Il est agréable de voir qu’il y a vraiment des gens honnêtes ». Avant d’ajouter : « Il arrive souvent que des sommes d’argent nous soient rapportées mais ce montant est exceptionnellement élevé ».

Le propriétaire retrouvé

Le distrait ayant égaré ses deux enveloppes a été identifié. Il s’agit, en réalité, de la précédente propriétaire de la maison qui aurait oublié, lors de son déménagement, de les embarquer avec elle. Selon le porte-parole de la police, l’argent devrait bientôt être transmis à la dame. Cette dernière va-t-elle généreusement rétribuer l’honnête homme ? En tout cas, on salue son brave geste.

Bega

 
Lutte contre Ebola:Mohamed Said Fofana compte sur les prières

2015/6/22

Aujourd'hui en Guinée Dans la lutte contre Ebola, la Guinée semble décider à user de toutes les recettes. Ainsi, le président de la République décline toutes les formules d'état d'urgence sanitaire. Pour sa part, le premier ministre, comme s'il voulait confirmer une impression que l'opinion a de lui, mise sur les prières des fidèles pour qu'Ebola quitte la Guinée. Les prières, seraient, à en croire Mohamed Saïd Fofana, la part de contribution qui revient aux fidèles musulmans guinéens pour éviter notamment qu'en raison d'Ebola, ils soient privés, une nouvelle fois, du pèlerinage à la Mecque

En tournée de campagne électorale dans la région de la Moyenne Guinée, le chef du gouvernement est décidément en panne d'inspiration. Manquant manifestement de réponse face à la menace de privation de pèlerinage qui, cette année encore, pèse sur la Guinée, Mohamed Saïd Fofana, a invité au cours d'un meeting les fidèles musulmans a continué les prières pour implorer le divin «Continuer vos prières pour que nous puissions vaincre Ebola. Car tant qu'il y a un seul guinéen malade d'Ebola, nous aurons encore des problèmes. Si nous ne prenons pas garde, on risque de vivre le même scénario»

Avec un tel message de la part du numéro un du gouvernement, on ne devrait pas être surpris par tous les problèmes que l'on rencontre dans la lutte contre l'épidémie à virus Ebola


Ibrahima Kindi BARRY

 
Ramadan 2015: Ce qu'il faut savoir durant et après le ramadan, avec El hadj Imrane Aboubacar Doumbouya

2015/6/21

Aujourd'hui en Guinée Le jeûne figure parmi les cinq piliers de l'islam. Cette période qui représente le neuvième mois du calendrier musulman, est extrêmement importante pour tout descendant du Prophète Mohammet (Paix et Salut sur Lui).

Ce mois spécial doit être mis à profit et permettre aux musulmans croyants de faire des implorations afin que ses péchés commis durant toute l'année soient effacés. Pour les comportements à observer durant le mois Saint, El hadj Imrane Aboubacar Doumbouya, diplômé en Droit Islamique de l'Université de Médine, précise en ces termes: " Le ramadan est un mois béni, pendant lequel est descendu le Coran. De tous les mois, il est le plus important pour un musulman. Il vient laver et purifier le musulman de tous ses péchés commis durant les autres mois. A cette occasion, Dieu le Tout Puissant ouvre grandement les portes du paradis et ferme celles de l'enfer tout en emprisonnant les satans, afin de permettre aux musulmans d'observer les exigences religieuses du mois Saint dans de bonnes dispositions."

Le jeune diplômé guinéen peint les comportements d'un bon musulman après le mois de carême et ajoute : "Le carême est avant tout un mois de rappel. Un rappel de tous les péchés que le musulman a commis au cours des onze mois. Une fois que prend fin le mois de ramadan, il doit continuer à observer les mêmes comportements: ne pas mentir, diffamer les gens, dire des paroles futiles et obscènes, faire l'adultère, la malhonnêteté, le vol, le viol,... Bref, tout ce que Dieu l'Omnipotent nous défend. C'est un mois qui éduque et prépare le musulman pour les onze mois. "

Notre invité n'a pas occulté l'option de faire des prières et des invocations pour soi et sa famille, l'unité nationale et surtout pour l'éradication du virus Ebola en Guinée.

M. Ousmane TRAORÉ.
Ecrivain-journaliste.
Chef de bureau d'AEG en Arabie Saoudite.

 
Le tronçon Dabola-Kouroussa : Un enfer pour les usagers

2015/6/19

Aujourd'hui en Guinée La route nationale qui relie la préfecture de Dabola à celle de Kouroussa, est en état de dégradation très avancée.Sur une distance d’un peu plus de 160 km, les usagers de cette voie sont sommés de passer plus de cinq heures de parcours (avec un bon chauffeur).

Une situation due aux nids de poule et d’éléphant ouverts ça et là en pleine chaussée. A cela, s’ajoutent les innombrables accidents de la circulation enregistrés sur cet axe routier.

Egalement, les attaques perpétrées sur de paisibles populations par des coupeurs de route qui profitent de ces endroits dégradés pour rançonner leurs cibles en les expropriant de leurs biens, parfois même dans le sang.

Entre la commune urbaine de Dabola et la sous-préfecture de Bissikirima, notre reporter note deux accidents de camions gros porteurs dont l’un était renversé avec ses 16 roues en l’air, et l’autre, lâché par sa carrosserie avant que le conteneur qu’il transportait, ne se renverse (notre photo). Heureusement que tous ces deux accidents n’ont pas fait de victimes en termes de vies humaines, même si d’importants dégâts matériels restent à déplorer.

Tout de même, des camions de l’entreprise Guiter SA font le reprofilage par endroits et assaisonne d’autres, pour empêcher la montée grandissante de la poussière qui est insupportable.

En ce début de la période hivernale, les autorités devraient accélérer les pas quant à la réparation de cette route qui, outre la voie qui mène à Kankan retenue pour la célébration de l’an 57 de l’accession du pays à sa souveraineté, est une route internationale qui relie la Guinée au Mali via Siguiri, et la Guinée à la Côte d’Ivoire en passant par Mandiana.

In le Populaire, No 463 du 15 juin 2015

 
Medias : Mandian Sidibé lancera bientôt son site d’information et sa web-radio

2015/6/19

Aujourd'hui en Guinée Tous les Actes du Tout-Puissant et du Miséricordieux méritent des louanges appuyés. Mon exil forcé à Dakar tend à m’ouvrir les portes du bonheur jamais espéré. Après avoir passé deux ans dans des conditions exécrables qui auraient pu me coûter la vie n’eussent été le soutien et l’assistance de certains amis, des proches et bien des personnes anonymes, au premier rang desquels figurent mes frères et amis Ibrahima Sory Baldé de Médiadafrique, Mountaga Diallo Mansour Diallo et Saifoulaye Barry, voilà que d’autres personnes de bonne volonté viennent de me tendre la perche via le financement intégral de mon site internet et de ma web radio qui ont longtemps souffert de bouclage de conception et de mise en service par manque de moyens financiers et logistiques.

Je ne toucherai ni ne gèrerai aucun centime des deux cents mille euros que doit mettre à ma disposition ce richissime homme d’affaires qui préfère requérir l’anonymat, sur une période de cinq ans, afin que je puisse bâtir un géant groupe de presse défiant toute concurrence.

La procédure de gestion dudit fonds est déjà profondément analysée et définie, sans que mon image et ma réputation n’en soient écorchées. Le plus important étant de me sortir de l’agonie professionnelle que subis depuis belle lurette. Tous les préalables juridiques et administratifs sont déjà acquis et mon site sera lancé dans quatre semaines. Quant à la radio, sa mise en service suivra un mois plus tard.

Tirant d’utiles leçons de mon récent passé professionnel, il est important de préciser que mon site et ma radio seront totalement libres et indépendants, faisant des révélations troublantes sur tous les secteurs et acteurs de la vie sociopolitiques et économiques de notre pays, toutes obédiences politiques confondues, sans le moindre parti pris, encore moins un quelconque ménagement de quiconque. Aussi, ne règlerons-nous des comptes à personne. L’équité et l’impartialité seront rigoureusement de mise.

Nos armes seront la fiabilité de nos sources - qui viennent de nous renouveler leur confiance – et le respect scrupuleux des règles éthiques et de la déontologie du noble métier de journalisme. Les informations diffusées sur mon site et ma radio seront vérifiées, recoupées et équilibrées sans faille.

Infiniment merci à tous ceux qui, de près ou de loin, ont contribué, contribuent et contribueront à me sortir de l’épouvantable aventure qui s’est imposée à moi depuis le 26 novembre 2015, avec à la clé tous genres de préjugés et d’accusations fallacieuses.

Autant, il est vrai que j’ai toujours mené des démarches aussi diverses que variées pour tenter d’obtenir du pouvoir de Conakry mon retour sécurisé et apaisé, allant jusqu’à prendre l’engagement écrit de fermer ma bouche et de me retirer dans mon village natal à Kamatimadia, autant les portes me sont toujours restées fermées. Depuis, tous mes contacts téléphoniques sont soumis à des écoutes et enregistrements incontrôlés. Sans compter le piratage de mes adresses électroniques et de mes comptes sur les réseaux sociaux où je me suis d’ailleurs raréfié pour multiples raisons.

A quelque chose malheur est bon, dit l’adage. Voilà qu’une personne que j’ai connue il y a seulement trois semaines et qui a longtemps cherché mes coordonnées vient de baliser le chemin de mon bonheur et de ma réussite prochaine. A moi de pouvoir saisir cette rare occasion, de me l’approprier et d’en faire bon usage. Verra qui vivra. Aucune main humaine, aussi large qu’elle soit, ne saurait cacher et/ou empêcher le soleil de briller.

Mandian SIDIBE, Journaliste
En situation d’exilé forcé à Dakar
Contact : 00221 77 347 25 38
Email : sidibex69@gmail.com

 
Lutte contre la déforestation: Promotion des foyers améliorés

2015/6/15

Aujourd'hui en Guinée La salle de conférence de L'ENAM sise à Coléah, a servi de cadre le mercredi, 10 juin 2015 à la tenue d'un atelier national sur la promotion des foyers améliorés en République de Guinée. Cette rencontre qui se déroule du 10 au 11 juin 2015 a connu la présence de quatre vingt dix (90) participants, à savoir des ONG, des groupements féminins et quelques départements ministériels.

Ibrahima Sory Sylla, le président de l'ONG Carbone de Guinée et le co-organisateur de l'atelier a fait entendre qu'en faisant la promotion de ces foyers améliorés, on garanti la santé des femmes et des enfants, parce que cela leur permettra d'éviter le gaz carbonique (CO2) ou la fumée qui se dégage et qui est très toxique pour la santé.

Selon lui, les foyers améliorés que nous utilisons, la différence ici, ils font un taux d'économie d'énergie, ça veut dire qu'on utilise moins de bois ou de charbon. D'habitude, on peut utiliser 1kg de charbon de bois pour la cuisine, mais avec les foyers améliorés, on peut utiliser seulement jusqu'à 0,5kg de charbon de bois ont expliqué Ibrahima Sory Sylla, le président de l'ONG Carbone de Guinée et le co-organisateur de l'atelier.
De son côté, Sanaba Kaba, ministre de l'action sociale a ajouté qu'il y a juste une semaine, la communauté internationale a célébré la journée internationale de la protection de l'environnement.

" À la suite de cela, on se retrouve dans cet atelier qui parle de l'utilisation des foyers améliorés qui constitue une condition fondamentale pour la protection de l'environnement vu l'utilisation abusive du bois qui ne fait que dégrader l'environnement". A- t- elle constaté.

Poursuivant, la ministre lance un appel pour la protection de l'environnement "En ce qui me concerne, je fais un appel fondamental pour la protection de l'environnement. L'atelier est très important, la célébration d'une journée est très importante, mais le changement de comportement de chacun est meilleur pour arriver à l'objectif visionné par la communauté internationale"

Pour finir, si nous avons un environnement pollué, on n'a pas la chance d'avoir une meilleure santé et si la population est malade, le développement n'est pas au complet. a conclu, la ministre de l'action sociale.

Aboubacar 2 Sylla

 
Massacre du 28 septembre 2009 en Guinée : Le Général Toto inculpé

2015/6/11

Aujourd'hui en Guinée Paris, Conakry, 10 juin 2015 - Nos organisations se félicitent d'une nouvelle avancée majeure dans le dossier du massacre du 28 septembre 2009. Un ancien militaire présumé responsable d'actes de torture commis sur les manifestants arbitrairement détenus au camp Koundara dans les semaines qui ont suivi le massacre au stade du 28 septembre a été arrêté, inculpé et placé sous mandat de dépôt par les juges d’instruction en charge de l’affaire.

« Nos organisations accompagnent devant la justice plus de 400 victimes, parmi lesquelles certaines ont été détenues aux camps Alpha Yaya et Koundara. Cette arrestation constitue un pas important pour la manifestation de la vérité puisqu'elle met en lumière le fait que les crimes commis dans cette affaire, et les individus qui en sont présumés responsables, ne se limitent pas aux évènements survenus au stade dans la matinée du 28 septembre, mais également aux crimes perpétrés dans les jours qui ont suivi », a déclaré Souhayr Belhassen, présidente d'honneur de la FIDH, de retour d'une mission à Conakry.

La Commission d’enquête internationale chargée d'enquêter sur les crimes commis dans l'affaire du 28 septembre avait en effet établi, au terme de son enquête, que des dizaines de personnes avaient été arrêtées, détenues et torturées, pendant plusieurs jours ou semaines, dans divers centres de détention dont les principaux sont le camp Alpha Yaya Diallo, le camp Koundara, la caserne PM3 de la gendarmerie et la Caserne Cameroun de la CMIS. Dans certains de ces camps, des femmes ont été séquestrées pendant des jours et soumis à des viols et autres violences sexuelles de manière répétée.

Situé en centre-ville, le Camp Koundara abritait une partie du personnel militaire du Bataillon Autonome de la Sécurité Présidentielle (BASP) et de nombreuses personnes y ont été séquestrées et torturées au cours des jours et des semaines qui ont suivi le massacre au stade. Ces personnes, dont plusieurs sont toujours portées disparues, y ont été victimes d'actes de tortures et de traitements dégradants et inhumains. Celles qui ont pu être libérées, moyennant de fortes sommes d'argent réclamées par les militaires à leurs familles, ont rapporté y avoir été victimes ou témoins de viols, d'actes de torture et d'exécutions sommaires.

« Plusieurs des victimes que nous représentons dans ce dossier ont été détenues au camp Koundara et mettent formellement en cause cet individu. C'est grâce à la mobilisation de ces victimes et des associations qui les accompagnent que les magistrats instructeurs ont pu être alertés et que cet acte important a pu être posé », a déclaré Me Drissa Traoré, vice-président de la FIDH.

« Nous espérons que cette nouvelle arrestation permettra aux magistrats instructeurs d'établir d'autres responsabilités dans cette affaire du 28 septembre. Il est impératif que ces enquêtes mettent en lumière l'ampleur des crimes commis, non seulement au stade mais partout ailleurs dans Conakry dans les jours qui ont suivi. Cette arrestation constitue une avancée décisive pour la manifestation de la vérité puisqu'elle met en évidence l'implication de tous les échelons de l'armée dans le caractère massif et organisé de la répression qui a fait suite aux évènements du stade », a déclaré Thierno Maadjou Sow, président de l'OGDH.

Cette nouvelle mise en cause d'un élément des forces armées guinéennes intervient alors que l'enquête ouverte sur les crimes commis au stade à Conakry le 28 septembre et les jours suivants a connu des avancées significatives au cours des derniers mois, dont l'inculpation de l'ancien vice président de la junte militaire alors au pouvoir, Mamadouba Toto Camara, et de plusieurs autres officiers de l'armée. Dans leur dernier rapport « Guinée, le temps de la justice ? » (mai 2015), la FIDH et l'OGDH reviennent sur l'état de la procédure et appellent à la poursuite de l'instruction en vue d'un procès équitable, à la hauteur de la gravité des crimes et des attentes des victimes, dans le respect du délai raisonnable.

--------------

FIDH – Fédération internationale des ligues des droits de l'Homme son organisation membre en Guinée

OGDH – Organisation guinéenne de défense des droits de l'Homme et du citoyen et son partenaire

AVIPA - Association des victimes, parents et amis du 28 septembre

 
Landréah : Kaleta au cœur d'une bagarre de quartier

2015/6/8

Aujourd'hui en Guinée Précampagne électorale oblige, le barrage hydroélectrique de Kaleta, à peine mis en service, se retrouve déjà dans la polémique. Et certains y vont avec une dose suffisante de passion. C'est notamment ce qui est arrivé entre deux jeunes militants, l'un de l'opposition, l'autre de le pouvoir. Nous les appellerons respectivement Alpha et Saliou. La rixe qui a eu lieu à Landréah, dans la commune de Dixinn, est partie des critiques qu'Alpha formulait à l'encontre du barrage Kaleta. Invoquant le délestage qui, selon lui, continuerait de plus belle dans la capitale guinéenne, il conclut que le projet phare du premier mandat du chef de l'Etat est un échec. Pour Saliou, une telle opinion relève d'une intolérable mauvaise foi.

D'autant qu'il est convaincu que Kaleta est l'un des acquis les plus évidents du pouvoir du président Alpha Condé.

De fil en aiguille, le débat que d'aucuns pensaient naturel et légitime, se transforme en une chaude dispute. Petit à petit, le ton monte et la passion s'en mêle. Au bout d'un certain temps, Saliou, ne se retenant plus, envoie un coup de poing en direction d'Alpha. Ce dernier, plutôt surpris, est atteint en pleine figure. Du sang commence à gicler de sa pommette gauche. Piqué dans son orgueil, il fonce sur Saliou. Mais il n'a pas le temps d'atteindre sa cible. Les gens s'étaient interposés. Les sensibilisateurs de circonstance se mêlent à la danse.

Alpha qui n'entend manifestement pas s'en retourner chez lui avec ce premier but encaissé, profite de l'accalmie instaurée par l'intervention des médiateurs, pour se procurer d'une grosse pierre qu'il lance en direction de Saliou. Atteint à la tête, celui-ci s'écroule aussitôt. Le sang coule plus abondamment.

Et c'est le moment que choisit notre source pour quitter les lieux.

Ibrahima Kindi BARRY

 
Les associations de presse dénoncent une décision de la HAC

2015/6/5

Aujourd'hui en Guinée L’Union des radiodiffusions(URTELGUI), l’Association guinéenne des éditeurs de la presse indépendante( AGEPI), l’Association guinéenne de la presse en ligne( AGUIPEL) ont pris connaissance, par voie de presse et avec une grande préoccupation le 3 juin 2015 de la Décision 008 du 1er juin 2015 de la Haute Autorité de la Communication portant règlementation des activités des médias de service public et du secteur privé pendant la période allant du 1er juin 2015 à la veille de l’ouverture de la campagne officielle pour l’élection présidentielle du 11 octobre 2015.

L’Union des radiodiffusions et télévisions libres de Guinée

(URTELGUI), l’Association guinéenne des éditeurs de la presse indépendante(AGEPI), l’Association guinéenne de la presse en ligne(AGUIPEL) marquent leur étonnement face à la période visée par ladite décision. En effet, dans la loi 003 sur la HAC, seuls les articles 5 alinéa 4, et les articles 41, 42 fixent les conditions d’accès des partis politiques aux médias publics et les attributions de la Haute Autorité de la Communication uniquement pendant la campagne électorale.

Par, ailleurs, la HAC interdit dans l’article 3 de sa décision « l’usage des genres journalistiques tels l’éditorial, le commentaire, la chronique, le billet; la diffusion d’informations, de chansons, jeux, spots, communiqués, proverbes, caricatures et récits satiriques, etc ». De même que les revues de presse de plus de dix minutes et les émissions interactives non préenregistrées.

Les trois associations considèrent ces interdictions comme des violations graves de la liberté de la presse consacrée par la Constitution et la loi organique sur la liberté de la presse et contraires à la pratique du journalisme.

L’Union des radiodiffusions et télévisions libres de Guinée (URTELGUI), l’Association guinéenne des éditeurs de la presse indépendante (AGEPI), l’Association guinéenne de la presse en ligne (AGUIPEL) dénoncent et condamnent vigoureusement et sans réserve cette tentative de musellement de la presse guinéenne par la Haute Autorité de la Communication.

Les trois associations prennent l’opinion nationale et internationale à témoin qu’elles n’accepteront aucun recul de la liberté de la presse, chèrement acquise.

Conakry, le 04 juin 2015

Pour l’Union des radiodiffusions et télévisions libres de Guinée (URTELGUI), le Bureau exécutif

Pour l’Association des éditeurs de la presse indépendante (AGEPI), le Bureau exécutif

Pour l’Association guinéenne de la presse en ligne (AGUIPEL), le Bureau exécutif


 
Decision N°008/SC/P/ de la HAC portant réglementation des activités des médias jusqu'au 11 octobre 2015

2015/6/4

Aujourd'hui en Guinée Décision No 008/SC/P de la HAC Portant règlementation des activités des médias de service public et du secteur privé pendant la période allant du 1er juin 2015 à la veille de l’ouverture de la campagne officielle pour l’élection présidentielle du 11 octobre 2015.

La HAUTE AUTORITÉ DE LA COMMUNICATION

Vu la loi fondamentale de la République de Guinée en ses articles 7 et 125;

Vu la loi organique L/2010/001/CNT du 22 avril 2010 portant

code électoral;

Vu la loi organique L2010/002/ CNT du 22 juin 2010 portant liberté de la presse;

Vu la loi organique L2010/003/CNT du 23 juin 2010 portant attributions, organisation, composition et fonctionnement de la Haute Autorité de la Communication;

Vu le décret n°034/PRG/SGG du 10 mars 2015 portant confirmation de l’élection de la Présidente de la Haute Autorité de la Communication et nomination des membres de cette Institution;

Vu le règlement intérieur de la Haute Autorité de la Communication;

Vu le code d’éthique et de déontologie de la presse en République de Guinée;

Considérant les observations du collège des commissaires lors de la plénière du Mercredi 20 Mai 2015;

La plénière, après avoir délibéré;

DÉCIDE

Article 1er: La présente décision règlemente, à titre exclusif, les activités des medias de service public et du secteur privé au cours de la période allant du 1er juin à la veille de l’ouverture de la campagne officielle pour l’élection présidentielle d’octobre 2015.

Article 2: Pendant la période ci dessus indiquée, les organes de presse du service public et du secteur privé, sont astreints, sur toute l’étendue du territoire national, à l’observation d’une grande rigueur dans la collecte, le traitement, la programmation et la diffusion de l’information.

A cet égard, ils sont tenus de respecter les textes législatifs et réglementaires régissant la profession ainsi que le code d’éthique et de déontologie de la presse guinéenne.

Article 3: Les organes de presse tant du service public que du secteur privé doivent notamment en cette période:

1- Privilégier la couverture factuelle de l’actualité relative à l’élection présidentielle d’octobre 2015;

2- S’abstenir de l’usage des genres d’opinions tels l’éditorial, le commentaire, la chronique, le billet;

3- S’interdire la diffusion d’informations, de chansons, jeux, spots, communiqués, proverbes, caricatures et récits satiriques qui sont de nature à inciter à la haine religieuse, tribale ou raciale ou à mettre en péril la cohésion nationale et l’ordre public;

4- S’interdire, en ce qui concerne la revue de presse en quelque langue que ce soit:

– de prendre en compte les organes de presse écrite n’ayant pas une existence légale;

– de reprendre les informations dont la véracité n’est pas établie par l’organe qui relaie;

– de commenter et de porter quelque jugement de valeur sur les informations relayées et dont les preuves ne sont pas établies;

En tout état de cause, toute revue de presse doit éviter les commentaires dans son contenu et ne doit excéder dix minutes jusqu’à la fin du processus électoral.

Article 4: Les organes audiovisuels du secteur privé doivent veiller à l’observation stricte du caractère pluraliste et du principe de l’équilibre en matière d’information, ainsi qu’à la modification de la grille des programmes et au respect des décisions de la Haute Autorité de la Communication.

Article 5: Les organes audiovisuels de service public doivent en outre veiller au respect strict de la déontologie en matière d’information et assurer l’accès équitable des partis politiques, des associations et des citoyens tel que prévu par les dispositions des articles 56, 57 et 59 du code électoral et de l’article 30 de la loi organique L2010/002/CNT du 22 juin 2010 portant liberté de la presse.

Ils ont l’obligation de se conformer aux dispositions en vigueur relatives à l’organisation de l’accès équitable des partis politiques, des associations et des citoyens aux medias de service public.

Article 6: Les organes de presse écrite et audiovisuelle du secteur privé doivent plus que par le passé respecter strictement le principe de l’équilibre dans le traitement des informations.

Les débats, entretiens ou entrevues doivent tenir compte de l’obédience des citoyens ou groupes de citoyens et doivent respecter impérativement le principe du contradictoire. Les personnalités ou citoyens invités à ces émissions doivent avoir des références certaines dans le domaine d’intervention.

La périodicité de ces émissions doit être annoncée dans la grille des programmes.

En cas de nécessité et lorsque les circonstances l’exigent, tout débat, entretien ou entrevue non prévu dans la grille des programmes doit être annoncé aux auditeurs ou téléspectateurs au moins deux heures à l’avance.

Article 7: Les médias audiovisuels de service public et du secteur privé peuvent, pendant la période ci dessus indiquée, diffuser des émissions interactives.

Toutefois, les émissions interactives doivent faire l’objet d’un pré-enregistrement dans les formes et conditions professionnelles requises avant toute diffusion. Tout dérapage en la matière dûment constaté peut entrainer la suspension ou l’interdiction de l’émission ou de l’organe à titre de mesure conservatoire par la Haute Autorité de la Communication.

Article 8: Les organes de presse écrite et audiovisuelle de service public et du secteur privé peuvent diffuser tout élément relatif aux échéances de 2015. Ils peuvent également diffuser les avis de réunion des partis politiques et alliances de partis, des organisations et mouvements politiques.

Article 9: Pendant la période sus indiquée, l’accès aux medias de service public est rigoureusement réglementé comme suit:

1- les institutions de la République continuent de bénéficier de la couverture médiatique de leurs activités;

2- les institutions impliquées dans l’organisation et la gestion de l’élection présidentielle d’octobre 2015 à savoir: la cour constitutionnelle, la cour suprême, la Haute Autorité de la Communication, la Commission Electorale Nationale Indépendante ne sont pas astreintes à une limitation d’accès aux organes de service public.

Article 10: Les activités du Président de la République, Chef de l’Etat et des membres du Gouvernement entrant dans le cadre strict de leurs attributions continuent de bénéficier de la couverture médiatique sur les organes de service public.

Article 11: Les adresses du Président de la République ès qualité ainsi que les interventions, déclarations et communications des membres du Gouvernement peuvent faire l’objet de commentaires de la part des leaders des divers courants politiques et d’opinions dans le cadre de l’exercice du droit de réponse sans préjudice des crédits horaires mensuels des formations politiques des intervenants.

En cas de refus d’un organe de presse, tant du service public que du privé, d’accorder, au cours de la période, l’usage du droit de réponse, la Haute Autorité de la Communication statue sans délai sur la question.

Article 12: Ceux qui offensent le Président de la République s’exposent aux sanctions prévues à l’article 98 de la loi L2010/002/CNT portant liberté de la presse.

Article 13: Tous les organes de presse ont l’obligation de respecter, au cours de la période, l’usage du droit de réponse conformément aux textes en vigueur.

Article 14: Pendant la période indiquée, la Haute Autorité de la Communication met tout en œuvre pour garantir aux citoyens l’exercice effectif du droit de réponse.

En cas de contentieux en la matière, elle peut ordonner à l’organe incriminé de se conformer à la loi ou peut mettre, sans délai, en application les dispositions des articles 18, 19 et 20 de la loi Organique L2010/002/CNT du 23 juin 2010 portant sur la liberté de la presse.

Article 15: Les journalistes, les animateurs, les producteurs, les techniciens et tous autres communicateurs des organes de presse sont tenus de faire preuve d’un grand sens de professionnalisme et de responsabilité dans l’accomplissement de leur mission.

Article 16: Le non-respect des dispositions de la présente décision expose les contrevenants à une suspension.

Article 17: La présente décision qui abroge toutes dispositions antérieures contraires prend effet à compter de la date de sa signature et sera publiée au journal official de la République.

Fait à Conakry, le 20 mai 2015

La Présidente

Mme Martine CONDE

Ont siégé:

1- Martine CONDÉ Présidente

2- Joachim Baba MILLIMOUNO Rapporteur général

3- Abdourahimi BAH Commissaire

4- Hawa Camille CAMARA Commissaire

5- Ousmane CAMARA Commissaire

6- Sékou Tidiane CAMARA Commissaire

7- Ibrahima Sory SYLLA Commissaire

8- Yacine BAH Commissaire

9- Mory FOFANA Commissaire

10- Nfa Ousmane CAMARA Commissaire



11- Alpha Kabinet KEITA Commissairenus durant la période,

Suivant >

 
Femme de l'année 2014 : Hadja Mariama Barry, rafle le prix

2015/5/20

Aujourd'hui en Guinée Comme chaque année, le Groupe Gnouma Communication (GGC) décerne le prix de la personnalité préférée des Guinéens ou encore le prix de la femme de l'année. Pour sa 11ème édition, le comité de jury de la structure Gnouma Magazine a retenue comme femme de l'année 2014, Madame Diawara Hadja Mariama Barry, Directrice générale de l'office national de contrôle de qualité(ONCQ). Bien avant l'annonce de la femme de l'année 2014, des prestations musicales, défilés de mode ou encore des prestations comiques ce sont succédés pour le plaisir du public. Le prix du meilleur entreprenariat féminin, le prix de l'engagement politique entre autres ont bien été décernés à certaines femmes nominées pour la circonstance.

La cérémonie de présentation du trophée aux collègues de son service s'est déroulée mardi, 12 mai 2015 à Conakry dans la commune de Matoto

Prenant la parole, la femme de l'année 2014, Hadja Mariama Barry, directrice générale des services de contrôle de prix et de qualité au ministère du commerce s'est réjouie « Je suis très ravie d'avoir gagné ce prix. Cela me va droit au cœur, aujourd'hui, nous les femmes nous sommes désormais rassurés que le travail ainsi que l'effort que nous fournissons sont payés à leurs justes valeurs. C'est grâce aux encouragements de mon époux, de mes collègues de travail, et autres personnes qui ont cru en moi que j'ai pu remporter ce prix… ».

A noter que la nuit de l'excellence de la femme guinéenne est un évènement qui permet de mettre en valeur la bravoure de la femme tout en promouvant la culture de mérite en Guinée.
C'est devant un parterre de collaborateurs hommes et femmes, dans les locaux de l'office national de Contrôle de qualité que la rencontre s'est tenue, une façon pour Madame Diawara de remercier les uns et les autres pour leurs soutiens inconditionnels qui l'ont conduit à obtenir ce ''grand prix'', qui magnifie la bravoure et le combat de la femme guinéenne.
Fruit d'un effort mérité, ce trophée est obtenu sous la bonne démarche du Ministère du commerce qui, depuis l'arrivée en sa tête du ministre Marc Yombouno ne cesse de faire de l'exploit en faveur de l'économie guinéenne. Ce Ministre a osé prendre des décisions qui font que de nos jours que la population guinéenne ne craint plus avoir des produits de mauvaise qualité, impropre à la consommation à travers son office national de contrôle de qualité, géré des mains de maitre par Madame Diawara Mariama Barry, combattante et brave dame.

La lauréate compte mettre son mandat à la disposition des femmes guinéennes qui contribuent de leurs manières, au développement économique de la Guinée. Ce prix selon Madame Diawara est dédié, à sa maman, à son époux qui l'a soutenu durant tout son combat, à ses enfants, ses collaborateurs et à toutes les femmes de Guinée pour leur bravoure et leur courage.

Pendant donc un an, Madame Diawara Hadja Mariama Barry représentera l'image, le combat le courage de toutes les femmes guinéennes qui renferment aujourd'hui les 52% de la population guinéenne. Tout un symbole.

Selon elle, ce trophée d'un parfait mérite lui permettra encore de fournir beaucoup plus d'efforts et d'expertises, comme pour dire que le combat ne s'arrête pas là, il doit continuer pour obtenir d'autres récompenses. «Je demanderai à toutes les femmes et hommes, à tous les niveaux de signaler, voir même déposer à notre niveau, des produits impropres à la consommation pour mieux maintenir la santé de nos populations.

Dans ce sillage, lors de la cérémonie de présentation dans les locaux du service national de contrôle de qualité, elle a demandé à toutes ses ainées, à ses collaborateurs en général de continuer ensemble, main dans la main sur le même élan.
A d'autres personnes de bonnes volontés et aux autorités politiques, elle a souligné : « Ma direction et moi, tendons la main à tout le monde de nous accompagner dans notre combat de lutte contre les produits périmés ou contrefaits afin que les consommateurs guinéens, qui sont nos paisibles populations de ne mangent pas du n'importe quoi…».

Pour finir, Hadja Mariama Barry a ponctué : "Je remercierai Monsieur le président de la République, Professeur Alpha Condé, son premier ministre et mon ministre du commerce, son excellence, Marc Yombouno pour leur soutien et leur confiance envers les femmes en nous nommant dans des postes de responsabilité. En ma qualité de femme de l'année, je m'engage à mériter la confiance que toutes les femmes de Guinée m'ont donné, je demande à mes ainées femmes, de me soutenir pour mener à bon train ce mandat" précise telle.
En fin un vibrant hommage a été rendu à Hadja Saran Daraba Kaba, la secrétaire générale de l'organisation du ''Fleuve Mano River pour son combat pour l'émancipation de la femme guinéenne et la promotion de la paix dans la sous région.

B I K

 
Assassinat de l'ex-ministre Aliou Diouné: Synthèse du dossier

2015/5/17

Aujourd'hui en Guinée Actes préliminaires ci-après :

1)- Information de Monsieur le Procureur de la République et le Médecin légiste.

2)- Constat des Lieux du crime.

3)- Enquête de voisinage.

De ces différents actes posés, il a été trouvé une des puces de téléphone du défunt sur le nommé Ibrahima Kalil CONDE.

L’exploitation de cette puce a permis d’identifier certains suspects dont les nommés Abdoulaye Djibril DIALLO alias BOBO HUNKUN, Mamadou Korka DIALLO. Ce dernier après la commission du crime s’est réfugié à Labé avec un groupe de malfrats.

Une mission à Agent de la Direction Centrale de la Police Judiciaire s’est rendue à Labé pour appréhender le nommé Korka et son groupe. Mamadou Korka Diallo, au même moment, au cours d’une attaque à main armée sur les marchands en provenance du marché hebdomadaire de Mombeya, Préfecture de Dalaba, a été abattu par certains citoyens de la localité suite aux multiples cas de braquages orchestrés par les coupeurs de route. Deux de ses complices blessés ont été arrêtés par la Police de Dalaba et sont actuellement détenus à la maison centrale de Mamou.

Suivant PVNo076/DCPJ du 16 mars 2015, les nommés Ibrahima Kalil CONDE et consorts ont été déférés au Tribunal de Première Instance de Dixinn.

Les enquêtes approfondies et dirigées par la Direction Générale de la Police Nationale et la Direction Centrale de la Police Judiciaire, ont permis l’interpellation et l’arrestation des nommés :

-Noël CAMARA alias Noua, Sierra Léonais

-Aronu Goowin OZOEKWE alias JOHN, Nigérian.

-SAMUEL DYNGEE alias SAM ou SAMY, Nationalité libérienne.

-Abdoulaye Djibril DIALLO alias Foulaboye

De ces enquêtes, Noël CAMARA alias Noua (Sierra Léonais), reconnaît être le chauffeur du groupe, chargé de conduire les véhicules braqués jusqu’à Mamou, avant de les livrer à un complice.

Il reconnaît en complicité des nommés :

-Mamadou Chérif SAKHO (COBRA)

-Mike ARONU Goowin OZOEKWE

-Samuel

-SAMUEL

-Abdoulaye Djibril DIALLO

-OSMAN

Avoir participé au braquage du véhicule LAND CRUISER de couleur blanche et à l’assassinat de l’ex-Ministre Thierno Alioune DIAOUNE. Il déclare avoir pris part à trois autres braquages dont deux RAV4 à Lambany, une Toyota HIGHLANDER à Taouyah.

La Toyota LAND CRUISER de l’Ex-Ministre se trouverait en dehors du pays. Des missions à Agents sont ordonnées par le Directeur Général de la Police Nationale en vue de se rendre dans les pays limitrophes en vue de rechercher la Toyota LAND CRUISER.

Concernant l’attaque proprement dite, Noël CAMARA déclare qu’ils ont filé le véhicule du Ministre depuis Lambanyi à bord d’un taxi leur appartenant que lui, Noël CAMARA conduisait.

A Kobaya, Noël a fait une manœuvre qui a conduit le Ministre à s’arrêter brusquement, Mike, John et Foulaboye sont descendus du taxi pour s’introduire avec force dans le véhicule du Ministre Thierno Alioune DIAOUNE.

C’est le nommé Abdoulaye Djibril DIALLO, Foulaboye qui a tiré sur l’ex-Ministre Thierno Aliou DIAOUNE au niveau de la T6 à YATTAYA.

Ce sont les nommés Noël CAMARA et OSMAN qui ont transporté le véhicule à Mamou où étant le nommé BIG a réceptionné ledit véhicule, avant de continuer en compagnie de OSMAN pour une destination inconnue en dehors du pays.

Le nommé ARONU Goowin OZOEKWE est le fournisseur de l’arme PMAK. Il déclare que c’est Junior depuis N’zérékoré qui lui aurait remis l’arme avant de scier le canon.

-ARONU Goowin AZOEKWE (Nigérian) reconnaît effectivement avoir participé à l’attaque contre l’ex-Ministre Thierno Aliou DIAOUNE.

Lors des confrontations, Noël CAMARA persiste et indexe Abdoulaye Djibril DIALLO, Foulaboye comme étant celui qui a tiré sur l’Ex-Ministre Thierno Aliou DIAOUNE.

Il est à préciser que c’est le nommé Abdoulaye Djibril DIALLO qui aurait aussi tiré sur le Commissaire Divisionnaire Pascal BANGOURA, avant d’enlever son véhicule.

Les répertoires des différents téléphones prouvent à suffisance le lien qui existe entre les différents membres de ce groupe dont Noël CAMARA (656307511), Mike OKOYE (654 497 467), Abdoulaye Djibril DIALLO ‘‘FOULABOYE’’ (623 449 946/654 329 988).

-Noël CAMARA alias NOWA

-ARONU Goowin alias JOHN

-Samuel DYNGEE alias SAM

-Abdoulaye Djibril DIALLO alias FOULABOYE

Ont été déférés le 12 mai 2015 suivant PVN0146/DCPJ/15 au Tribunal de Première Instance de Dixinn pour homicide volontaire, Vol à main armée, Association de malfaiteurs, recel de malfaiteurs-Braquage.

Des complices cités au nombre de cinq sont activement recherché par les services de Police.

Le Ministère de la Sécurité et de la Protection Civile

Transmis par la Cellule de Communication du Gouvernemen

 
Présidence Guinéenne
Dr Mohamed Diané, véritable garde rapproché d’Alpha Condé
Soumah Alsény
Alsény SOUMAH: L’Ambassadeur de l’art culinaire guinéen aux USA
Dépêches
L'UA/Nord-Mali
TV Aujourd'hui-en-guinée

cliquez sur la photo pour ouvrir la video

Voir les autres articles >>>
Assemblée générale du fonds et de banque mondiale
Les activités du Pr Alpha Condé
TV Aujourd'hui-en-guinée  ::  Présidence Guinéenne  ::  Audios  ::  L'UA/Nord-Mali  ::  Libres Propos  ::  Soutenez Aujourd'hui en Guinée  ::  Albums Photos  ::  Contact  ::  Abonnez-vous  ::  Email  ::  Partenaires  ::  


Privé - Espace Clients  Hotline  

© Rosawebpro   |    Privé - Espace Clients