Bannière


 
L’opposition menace depuis Paris
Le pouvoir rappel à l’ordre à Conakry

Partenaires

Africatime

Africvisionguinée

Akhadan

Conakrylive

Ecoutez Sabari FM 97.3 en direct

Guinée7

L'Express Guinée

Le Diplomate

Les amazones

Mediaguinee

www.Guineematin.com

19 visiteurs connectés

19 Avril 2015 - 8h53


 RECHERCHER 

Après les manifestations du 13 avril 2015,les militants de l'opposition condamnés

2015/4/16

Aujourd'hui en Guinée Quinze (15) militants de l’opposition guinéenne étaient devant la barre hier mercredi 15 avril 2015 au Tribunal de Première Instance de Dixinn. Ils ont été interpellés le lundi 13 avril lors de la marche de l’opposition contre l’insécurité et l’impunité. Ces citoyens ont été fixés sur leur sort au terme d’un verdict qui a été prononcé le même.

Après plusieurs heures de débats contradictoires , le juge a ordonné la libération de cinq (5) prévenus. Les dix autres ont été retenus dans les liens de la culpabilité, furent déclarés coupables de ‘’délit d’attroupement’’.

Parmi ces 10 militants, 7 ont été condamnés à deux mois d’emprisonnement fermes en application des articles 110 et 49, du code pénal et 470 du code de procédure pénal, tandis que les trois autres écopent chacun de deux mois d’emprisonnement avec sursis.

Lamouci






 
Le Président de la CAF royalement reçu par l'émir du Qatar

2015/4/13

Aujourd'hui en Guinée Dirigeant vertueux, le président de la Confédération Africaine de Football, sait que
" La reconnaissance silencieuse, pour reprendre l'écrivain Gladys Bronwyn Stern, ne sert à personne". Tout au contraire, bien inspiré de la célèbre formule de l'amiable poète danois du 19ème siècle, Hans Christian Andersen "la reconnaissance est la mémoire du cœur", Dr Issa Hayatou, accompagné de son vice-président et très dévoué Almamy Kabele Camara, a tenu à faire le déplacement de Doha et exprimer, de vive vœux, à l'émir du Qatar, Son Altesse Sheikh Tamim bin Hamad Al Thani, les salutations et les remerciements du monde du football africain pour l'amitié et la disponibilité qu'il avait manifestées d'accueillir sur son sol les phases finales de la 30e édition de la Coupe d'Afrique des Nations suite à la surprenante et tardive défection du Maroc.

Le Président de la Confédération Africaine de Football (CAF), Issa Hayatou et le vice président, Almamy Kabele Camara, arrivent à Doha au lendemain des assises de la 37eme Assemblée Générale de la CAF au Caire où le mandat de ce dernier a été renouvelé avec d'importantes décisions prises notamment l'attribution de la CAN 2017 au Gabon, le tirage au sort des éliminatoires de la dite CAN, la révision des textes etc.

Donc sans répit, après une brève escale à Paris, ils se sont directement rendus à Doha où le patron du football africain et son bras droit ont été reçus avec tous les honneurs protocolaires royaux, par l'émir Sheikh Tamim bin Hamad Al Thani dont la bonne volonté et la coopération ont été gratifiées par les émissaires du continent. Très sensible à ce témoignage d'amitié et de reconnaissance, Son Altesse l'émir Sheikh Tamim bin Hamad Al Thani a encore réitéré la disponibilité de son pays pour la jeunesse et le sport africains. Il a ordonné à ses sujets d'engager dès à présent une coopération dynamique et bénéfique avec la Confédération Africaine de Football.

Abdoulaye Condé

 
Les membres de la Cour constitutionnelle prêtent serment

2015/4/6

Aujourd'hui en Guinée Les 9 membres de la Cour constitutionnelle ont prêté serment ce vendredi 3 avril 2015 au Palais Sékhoutouréya devant le Président de la République et le Président de l’Assemblée nationale. Cet acte marque la prise de fonction des membres d’une des plus hautes instances juridiques du pays. A rappeler que ces membres de la Cour constitutionnelle ont été confirmés par un décret du Président de la République datant du 30 mars 2015.

La cérémonie s’est déroulée en présence de tous les corps constitués.

Placée en dehors du pouvoir judiciaire, la Cour constitutionnelle a des missions en matière constitutionnelle, de contentieux électoraux, ou encore la protection des droits et libertés fondamentaux, etc.

En recevant le serment des membres de la Cour constitutionnelle, le Président de la République, le Pr Alpha Condé, les a invités à la loyauté et l’impartialité dans l’exercice de leurs fonctions.

Quant au Président de l’Assemblée nationale, Claude Kory Kondiano, il a fait savoir que cet organe crée l’atmosphère de paix dans une Guinée qui en a toujours besoin.

Le Bureau de Presse de la Présidence

 
Lutte contre Ebola-C'est parti pour la campagne ''Des mots contre Ebola''

2015/4/2

Aujourd'hui en Guinée Le fait que le virus Ebola ne fasse pas la une des médias ces derniers temps ne veut pas dire que le virus est complètement éradiqué. C'est dans cette lancée, que le Mouvement Internationale de la Croix rouge et du Croissant rouge a lancé le lundi 23 mars 2015 à Conakry, la campagne internationale de lutte contre Ebola à travers les mots justes.

Avec pour slogan ''Des mots contre Ebola'' l'objectif de cette campagne est d'informer et de sensibiliser les populations, de lutter contre la peur, la stigmatisation, afin de créer une communauté de soutien à l'échelle mondiale pour parvenir à l'objectif ''Zéro cas d'Ebola''.

Alors que le virus a fait un an déjà, les agents nationaux et internationaux de la croix rouge soutiennent et continu à utiliser les « mots justes » pour mettre fin à la maladie à virus Ebola en Guinée.

Prenant la parole, le président de la croix rouge guinéenne Youssouf Traoré, dit que son organisation a réussi à encourager les communautés autrefois résistantes à accueillir leur volontaires dans leurs maisons et dans leurs villages.

« Nous devons maintenir cet élan et continuer cet engagement positif avec la communauté et les chefs religieux » poursuit-il.

Dans son discours introductif, le colonel Remy Lamah, ministre de la Santé et de l'Hygiène Publique, a souligné en disant que le lancement de cette campagne internationale dont la Guinée a eu le privilège d'abriter, prouve que la mobilisation contre Ebola ne faiblie pas. Plus loin, le ministre de la santé guinéenne a précisé que depuis l'apparition du virus en Guinée, la Guinée, avec l'appui des partenaires a consentie un effort considérables pour aboutir à un résultat probant. En conclusion, le ministre a précisé qu'il est important de lutter contre la désinformation, la peur, la stigmatisation pour ramener la confiance chez les populations.

Le courage peut stopper Ebola, la compassion peut stopper Ebola, l'amour peut stopper Ebola, c'est avec entre autres ces mots juste, que la Fédération Internationale de la Croix Rouge (FICR) compte chasser la frayeur chez les populations mais aussi lutter contre le virus lui-même.

Ibrahima Kindi

 
Guinée Games offre 2000 kits de protection individuel pour le personnel soignant

2015/4/2

Aujourd'hui en Guinée Le jeudi 26 mars dans les locaux de la Coordination nationale de lutte contre Ebola, la cérémonie de remise 2000 kits de protection pour le personnel soignant s'est passée, sans tambour battant, dans une atmosphère empreinte de sobriété. Avec une pensée pieuse pour toutes les victimes de cette épidémie.

La délégation était conduite du côté de Guinée Games par la responsable du Département marketing et communication, Mme Nanette Sakombi représentant pour la circonstance le PDG de cette entreprise. Du côté de la Coordination nationale, par le responsable de la Communication, M. Fodé Tass Sylla qui officiait au nom du Coordinateur national anti-Ebola. Notons que M. Sylla était lui aussi entouré de ses principaux collaborateurs au nombre desquels, on remarquait la présence du chef de l'Unité de sécurité, le colonel Mamadou Saliou Baldé.

La société Guinée-Games, fondée par Antonio Souaré, par ailleurs président du Horoya athletic club (HAC) de Conakry et membre de la Confédération africaine de football (CAF), s'est illustrée par de nombreuses actions depuis la manifestation de cette épidémie à fièvre hémorragique en Guinée.

Dans cette œuvre philanthropique, de nombreuses actions ont été faites dans les zones les plus touchées à travers le pays profond. Plus de 300 millions de francs guinéens, en nature et en liquide, ont été ainsi consacrés à l'éradication de l'épidémie. A titre d'exemple, à l'appel officiel de mobilisation nationale contre Ebola lancé par le président de la République, Guinée Games avait contribué à hauteur de 100 millions de francs guinéens.

Mariam Touré

 
La malnutrition un facteur de la mortalité et la morbidité infanto-maternel

2015/4/2

Aujourd'hui en Guinée La nutrition joue un grand rôle dans la croissance de l'être humain en général et dans celle de la mère et de l'enfant en particulier. C'est pour cela que le gouvernement a entrepris d'importantes mesures dont : le lancement d'un programme de soins de santé primaires et médicaments essentiels basés sur l'initiative de Bamako en 1988, l'introduction de la stratégie de prise en charge intégrée des maladies de nouveau-né et de l'enfant (PCIMNE), l'élaboration de la politique national de nutrition et du plan stratégique nutrition alimentation.

En dépit de tous ces efforts les données de l'enquête démographique et de santé (EDS IV 2012) indiquent que le taux de malnutrition aigue est de 10%, 31,6% pour la malnutrition chronique, 18% pour l'insuffisance pondérale, le taux de l'allaitement maternel exclusif à 21%, la mortalité infantile à 67 pour 1000 naissances vivantes.

Dr Bangoura Aboubacar, chargé de la recherche et de la formation à l'institut de nutrition et de santé de l'enfant, a expliqué : « Pour la nutrition, la femme enceinte doit recevoir des conseils nutritionnels pour ne pas qu'elle mette un enfant malnutri qui sera une fillette malnutrie et quand cette adolescente tombe enceinte elle donnera naissance à un bébé malnutri. »

« Les centres de sante ont été construites, il y a eu la formation des formateurs et presque tout les agents dans les structures sanitaires ont été formés en matière de prise en charge des enfants et des femmes. C'est pourquoi il y a des Consultations Prénatale (CPN) et les services de nutritions. », dira-t-il avant d'ajouter que « Le CPN s'occupe du suivi de la femme enceinte qui commence dès la conception jusqu'à l'accouchement.

Si l'on remarque une complication immédiatement on se refaire à l'hôpital. Ça c'est un grand effort déjà fait. », a indiqué le chargé de la recherche et de la formation à l'institut de nutrition et de santé de l'enfant.

Selon Dr Bangoura, « Les conséquences de la malnutrition d'une femme enceinte est la naissance d'un bébé à faible poids, un retard de croissance de l'enfant, le risque de perdre l'enfant pendant l'accouchement ou sa vie elle-même en cas de saignement. »

Plus loin il indique, « Pour briser ce cycle, une fenêtre d'opportunité de mille jours est maintenant mise en place pour la mère et l'enfant. C'est-à-dire qui commence depuis la conception jusqu'à 2 ans de l'enfant. Cela permet d'éviter toute forme de malnutrition. La formation du sein, voir si c'est un sein qu'on peut donner dès l'accouchement. Parce que si le mamelon est plat il y a des exercices qu'il faut faire avant l'accouchement et éviter qu'elle soit stressée au niveau de la famille. » Il affirme que c'est des pratiques qui sont exercé à des endroits parce que ce n'était pas inclus dans le suivi de la femme mais maintenant c'est exigé.

Pour lui, « La santé infantile et maternelle est un processus qui est entrain de marcher puisqu'elle est une préoccupation du gouvernement à cause de l'annonce de la gratuité de la césarienne et j'ai appris que bientôt la gratuité des soins de l'enfant doit être mis en jour, c'est des perspectives. » Mais, dit-il, « beaucoup de choses restent à faire, parce qu'en Guinée le taux de malnutrition en moyenne c'est 10%. Si l'on regarde le taux de malnutrition cela veux dire qu'on ne prend pas le temps de dialoguer avec la mère. Pourtant il y a un carnet de santé où c'est écrit maman et l'enfant mais quand vous regardez dans chaque carnet, l'enfant n'est pas surveillé et ça c'est un grand problème. »

« La supervision des agents formés manque alors que cela doit être introduit dans l'activité quotidienne des agents de santés. », a martelé Dr Bangoura.

« Ce que les députés peuvent faire pour améliorer ce secteur, c'est de l'ériger en une direction nationale comme ailleurs. Faire des plaidoyers, voter un budget. Parce qu'on sent que celui de la santé est faible mais il faut allouer un budget pour le fonctionnement de cette direction. »
« Quant au gouvernement, mettre en place les comités régionaux nutritionnels fonctionnels et donner les moyens nécessaires aux agents communautaires, faire une rotation des fonctionnaires. »

Pour terminer il invite tout un chacun à s'intéresser de la nutrition, « Le problème de nutrition multisectoriel, il faut intéresser tous les secteurs pour gagner le terrain: le ministère doit exiger qu'on abatte les bœufs à un endroit propre, au ministère de l'industrie de faire de la technologie endogène pour préparer certains produits, au ministère de l'économie et des finances représenté par la douane qui doit contrôler, le ministère de l'agriculture doit faire la promotion des produits locaux… »,

Avant de conclure en disant qu'une bonne suivie de la femme enceinte permet d'éviter la mortalité et la morbidité infanto-maternel à l'accouchement.Quant à l'Honorable Hawa Binta Diallo, membre du Forum de Femmes Parlementaire de Guinée, « on va faire des plaidoyers, je vais rencontrer le forum des femmes parlementaires et expliquer l'importance de la nutrition.

Ce qu'elle représente au niveau national et international et plaider encore pour qu'un budget digne du nom soit alloué au volet nutrition du ministère de la santé et pourquoi pas ériger la division nutrition en une direction nationale. Je vais plaider que les membres du forum des femmes parlementaire puissent s'approprier du volet nutrition au niveau de l'assemblée nationale et informer les autres membres de l'assemblée pour qu'on puisse attirer notre attention sur ce volet. »

Daff Hawa

 
Antonio Souaré du Horoya AC- Les ambitions nobles d'un mécène

2015/3/25

Aujourd'hui en Guinée Depuis cinq ans, la Guinée connait une révolution dans le monde du football. Son championnat jusque là relégué aux calendes grecques il y a quelques années, connait également une mutation extraordinaire qui porte ses fruits sur le continent. Ses clubs font de belles prestations dans les championnats africains, notamment celui d'un certain Anthonio Souaré, homme d'affaires de son état et président du club Horoya.

 Cet homme qui est à la base de ladite révolution du football guinéen, s'est investi avec un groupe de professionnels tels que (Kader Sangaré, ancien ministre des sports, Fodé Capi Camara, Souleymane Chérif, le seul ballon d'or guinéen, Cheick Dem, administrateur, Isto Kéira, ancien ministre des sports, président d'honneur du club, Abdoulaye Condé, journaliste émérite, chargé de la communication…) recrutés ça et là, fait la fierté de la Guinée sur le plan mondial. Tony, comme l'appellent affectueusement ses amis, a une seule ambition : celui d'améliorer l'indice du football guinéen.

Son implication auprès de Horoya a amené d'autres mécènes à investir dans le secteur. Au fil des mois, le championnat guinéen se professionnalise et attire une jeunesse longtemps sevrée du beau football qui remplisse les stades à chaque rencontre des grands clubs du pays.
Les prestations de nos clubs dans les championnats africains sont appréciés de tous, mais surtout de la CAF avec son président en tête, le camerounais Issa Hayatou. Ce qui a amené la CAF à le coopter dans la commission Marketing et TV. .

Ne soyons pas surpris qu'un jour, le président de Horoya soit membre du bureau exécutif de la CAF, l'instance suprême du football africain. Il revient aux autorités guinéennes de soutenir cette intégration.

Surtout quand on sait ce qu'il apporte aujourd'hui, non seulement à la jeunesse guinéenne, mais également au football d'une manière générale. A travers sa société Guinée Games, il est l'unique sponsor de la coupe nationale depuis deux ans.

Le Horoya AC d'aujourd'hui, de par son organisation interne tant à devenir un véritable club professionnel qui n'aura plus grand-chose à envier aux clubs européens. A ce jour, le HAC est le club le mieux structuré, avec un siège digne de nom et d'un bureau exécutif constitué de membres efficaces en matière de gestion sportive.

Sans oublier le gigantesque chantier d'une académie de football, (trois terrains synthétiques un stade de 15000 places assises, un hôtel de 5 étoiles des salles de classe, réfectoires etc..), l'une des meilleures de la sous région, dans la préfecture de Dubréka, plus précisément à Yoropoguiyah, sur un espace vert de 11 hectares.

A souligner que le Horoya, représentant de la Guinée en coupe de la CAF, a éliminé le club libérien en préliminaires le FC Fassel (4à3) et a battu en match aller à Bamako, en 16ème de finale, le représentant algérien l'ASOC Chief un but à zéro (1-0). A rappeler que tous les clubs guinéens, engagés sur le continent, jouent leurs matchs à Bamako (Mali) à cause de l'épidémie d'Ebola.


Mouctar Diallo

 
Le ministère de l’emploi et de la jeunesse multiplie ses actions

2015/3/16

Aujourd'hui en Guinée Le ministère de l’emploi et de la jeunesse en partenariat avec l’Unicef ont procédé le mardi 10 mars 2015 à la remise des matériels et des équipements sportifs aux jeunes des 5 communes de la capitale à la bluezone de Kaloum. Objectif, permettre aux jeunes de bien mener la campagne de sensibilisation à travers la ville de Conakry ainsi qu’à l’intérieur du pays.

Dans son discours de bienvenue, le ministre de l’emploi des jeunes Moustapha Naitté, a d’abord remercié son excellence le président de la république le professeur Alpha Condé ainsi le gouvernement Guinéen : «Dès l’avènement de la fièvre hémorragique à virus Ebola sous votre propre autorité et la coordination du premier ministre, la Guinée a pris la mesure afin d’éradiquer la maladie, en déclenchant une grande riposte pour seulement lutter contre le fléau, mais aussi contre son isolement ».

Plus loin, il dira que la jeunesse guinéenne constitue un maillon fort pour le pays. Il a rappelé 2100 jeunes ont été sélectionnés, formés et déployé dans 128 quartiers de la ville de Conakry pour une campagne de sensibilisation de porte à porte, et plus de 15000 déployés dans le pays profond.

Moustapha naité a ensuite rappelé plusieurs autres appuis du président Alpha Condé à la jeunesse guinéenne.

Pour Mohamed Ayoya, représentant de l’Unicef, le ministère de l’emploi et de la jeunesse a mené une série d’activités non seulement à Conakry mais aussi à l’intérieur du pays pour satisfaire, mais aussi pour lutter contre la réticence. Il s’agit entre autres, l’organisation de l’atelier de l’élaboration des outils intégrés, entre autres.

Quant au représentent du Système des Nations unies, Ismaël Ahmed il a souligné : «D’abord, nous saluons les efforts de son excellence le professeur Alpha Condé pour son engagement à éradiquer complètement le virus Ebola au sein du pays mais aussi saluer les efforts des différents partenaires à savoir PNUD , OMS, les nations unies, elles-mêmes en général, en particulier l’Unicef et le ministère de l’emploi des jeunes qui ne ménage aucun effort à collaborer mais aussi en distribuant des équipements sportifs, dont on sait que le sport est un élément important dans la vie des jeunes».

Pour sa part, le président de la République, le Pr Alpha Condé, a appelé à la retenue mais aussi au calme auprès de la population et surtout à continuer à symboliser les Guinéens en vue d’éradiquer ce fléau en dehors de notre pays.

Aboubacar 2 Sylla

 
Ordures Ménagères: L'UGOM dénonce une tentative de sabotage de la chaine d'assainissement par le SPTD !

2015/3/14

Aujourd'hui en Guinée Le bras de fer continue entre l'Union des Gestionnaires des Ordures Ménagères ''UGOM'' et les services de l'administration publique qui gèrent les fonds d'assainissement de la ville de Conakry alloués au Service Public de Transfert de Déchets ''SPTD''. Dans la même lancée, l'UGOM dénonce une tentative de sabotage de la chaine d'assainissement par le SPTD par des cadres rompus à la tâche.

Selon les membres du bureau exécutif de l'UGOM : ''jamais un président guinéen n'avait investi autant d'argent pour lutter contre l'insalubrité comme l'a fait le professeur Alpha condé, jamais aussi Conakry n'a été sale comme dans ces derniers temps. A qui faut-il imputer ce résultat paradoxal ?

Seul le SPTD ayant à sa tête le conseiller juridique personnel du Ministre de l'Administration du Territoire et de la Décentralisation qui a brillé par sa faiblesse dans le transfert des déchets pourra donner une réponse aux citoyens de Conakry qui continuent de supporter le poids de cette insalubrité par des maladies diarrhéiques, hydriques, cancérigènes et même d'Ebola. C'est pourquoi, pour mieux étayer nos affirmations, nous PME, nous exigeons un audit sur la gestion du SPTD dans les trois (3) dernières années.

Et pourtant, ce conseiller juridique était venu au SPTD pour une durée de trois(3) mois dans le but d'apporter une solution urgente à la problématique de l'assainissement de la ville de Conakry, mais vu que c'est un service juteux, il a cherché à se pérenniser.

C'est pourquoi nous avons pensé que la présidence de la République doit forcément avoir un œil observateur sur les différents chantiers de certains membres du comité de gestion du SPTD notamment à la Cimenterie et dans certains quartiers de Conakry sans oublier un vaste chantier pour l'un d'entre eux à Pita. Pire, ces cadres véreux veulent empêcher le Président de la République d'atteindre ses objectifs dans la lutte contre le chômage des jeunes en brandissant un appel d'offre avec un soi-disant cahier des charges pour un éventuel recrutement des PME d'assainissement.

Mais le contenu de ce cahier des charges est tout à fait contraire à la promotion du secteur privé. Pour atteindre leur objectif, ils veulent utiliser la signature et l'appui du Ministre de l'Administration du Territoire et de la Décentralisation qui est un cadre intègre, ne trainant pas de casserole derrière lui.

C'est pour cette raison, il est en commun accord avec le Président de la République qui s'engage même à appuyer les jeunes et les femmes par un système de crédit pour leur autopromotion. Au lieu d'appuyer cette vision du Professeur Alpha Condé, ces cadres véreux du SPTD veulent passer par tous les moyens sordides pour créer un environnement défavorable aux PME d'assainissement. Heureusement pour les PME, le Ministre sur lequel ils s'appuient a à sa disposition le code des collectivités qui l'aidera à engager des reformes salutaires et respectueuses des lois de la République.

Si non pourquoi ne pas imiter les pays développés et émergents qui, par la création d'un bon environnement des affaires permet aux PME seulement de pourvoir plus de 98% de nouveaux emplois par an. Mais grâce au niveau de formation des membres de l'U.G.O.M (Union des Gestionnaires d'Ordures Ménagères de Guinée), l'intention de ces soi-disant cadres du SPTD a été vite démasquée.

Car leur objectif était de rafler aussi tous les contrats des PME en passant par d'autres personnes sur lesquelles ils pouvaient investir les montants qu'ils ont pu amasser au cours de leur gestion, dans le but de satisfaire à eux seuls les exigences de leur soi-disant cahier des charges.

Le malheur dans ce litige est que, ces cadres véreux du SPTD agissent sans foi ni loi en violant le code des collectivités qui confèrent pleins pouvoirs aux autorités communales de signer des contrats avec les PME évoluant dans leur circonscription.

C'est le moment pour nous d'informer le président de la République que les PME disposent des contrats en cours de validité dûment signés par les autorités communales et par conséquent nous ne sommes pas prêts à soumissionner pendant que nos contrats sont encore valables.

C'est pourquoi nous sollicitons l'intervention des hautes autorités pour trancher dans le respect de la loi, ce litige qui oppose les PME d'assainissement aux membres du comité de gestion du SPTD.

Nous PME, nous attirons l'attention du conseiller juridique du Ministre de l'Administration du Territoire et de la Décentralisation qu'il serait mieux pour lui de demander à sa tutelle d'introduire un projet de loi à l'Assemblée Nationale pour abroger l'actuel code des collectivités mettant ainsi fin à la dynamique de décentralisation chère au Président de la République.

Il éviterait ainsi au Ministre d'être attaqué en justice pour abus d'autorité et de violation de la loi. Ainsi, sa réforme pourrait se faire sans couac et lui permettre de poursuivre son dessein machiavélique dans la course effrénée à l'enrichissement illicite.

Nous l'invitons alors dans une prochaine publication à bien lire les dispositions du code des collectivités qu'a bien voulu viser pour lui notre conseiller juridique qui est un juriste hors pair .'', l'UGOM

Propos recueillis par A. Foulah Diallo

 
Dossier Etat guinéen-BSGR : Coup d'œil dans le rétroviseur d'une affaire qui a défrayé la chronique

2015/3/14

Aujourd'hui en Guinée Ibrahima Sory II Touré, autrement appelé IST le libérateur est un juriste de formation, mais aussi un journaliste et analyste des questions minières en République de Guinée. Il a été kidnappé puis séquestré pendant sept mois dans l'affaire BSGR, l'entreprise du milliardaire franco-israélien Benny Steinmetz où il occupe les fonctions de Vice-président de la filiale guinéenne, chargé des relations extérieures. C'est en qualité de citoyen guinéen qui a son mot à dire sur la gestion de la chose publique qu'il répond aux questions de notre rédaction.

Bonjour IST, le Libérateur ?

Bonjour.

Merci de vous prêter à nos questions sur l'affaire BSGR.

Volontiers, mais je précise que je vous répondrez ici en ma qualité de citoyen guinéen.

Pourriez-vous nous parler de la genèse de cet imbroglio autour du mont Simandou ?

Ecoutez, le malentendu sur le simandou est né au lendemain de la prise de pouvoir par Alpha Condé. Puisque, jusque-là, les gouvernements de Dr Ahmed Tidiane Souaré,de Kabinet Komara et de Jean-Marie Doré ont tous approuvé la relation de travail entre les sociétés minières évoluant sur la chaine de Simandou, d'un côté la société BSGR sur les blocs 1 et 2 et de l'autre Rio Tinto sur les 3 et 4. Aucune société n'a imaginé à cette époque de porter plainte contre la Guinée au sujet de Simandou. Mais ce n'est qu'à l'arrivée d'Alpha Condé que les problèmes ont commencé pour toutes les sociétés. Le secret dit de polichinelle, c'est-à-dire ce que tout le monde sait, mais personne n'en parle, est qu'il fallait trouver un bloc de Simandou en vue de récompenser les clans qui ont porté Alpha Condé au pouvoir.

Donc, trouver une partie de Simandou comme paquet d'échange pour les amis contre la victoire d'Alpha Condé. Dans un premier temps, vous vous souviendrez que le contrat de Palladino de 25 millions de dollars US, où Alpha condé et son clan sud-africain voulaient prendre le contrôle de tous les actifs miniers guinéens dans toutes les sociétés évoluant sur le territoire. Mais cette magouille en cachète conclue bien avant son arrivée au pouvoir, avait été dénoncée par toutes les forces vives guinéennes en avril 2010.

Seulement, trois mois après son élection, la deuxième option après l'échec de Palladino pour satisfaire les intérêts du clan qui a porté Alpha condé au pouvoir, c'était la concession de Rio Tinto qui était visée puisque les permis des blocs 3 et 4 étaient expirés. Il était donc question d'appliquer la loi minière sur la rétrocession des périmètres des blocs 3 et 4. Mais derrière Rio Tinto c'est l'intérêt bien compris des pays comme l'Angleterre, l'Australie, la Chine et la Banque mondiale à travers sa filiale SFI. Pour ne pas pénaliser Rio Tinto par crainte de rétrocéder le bloc 3 de Simandou, Rio Tinto et l'Etat guinéen s'étaient entendu sur le paiement de 750 millions USD. Même si le gouvernement a parlé de pénalités dues au retard des travaux.

Alors que la société Rio Tinto, elle, parle du prêt accordé à l'Etat guinéen déductible dans les taxes fiscales que la société aura à payer à la Guinée au moment de sa production commerciale sur le Simandou. La conséquence directe des 750 millions de dollars était que les blocs 3 et 4 de Rio Tinto soient désormais irréprochables et Rio Tinto s'en est sortie indemne. Dans un troisième temps, il fallait donc pour le gouvernement guinéen garder les blocs du nord de Simandou c'est-à-dire les blocs 1 et 2 de BSGR pour pouvoir récupérer quelque chose. Cette fois, tous les moyens sont bons.D'abord, il y a eu un massacre à Zogota dans l'unique but de se saisir des unités centrales des ordinateurs de travail de la société pour des fins d'enquête en faisant croire aux populations que c'est les travailleurs qui se sont révoltés, une nuit à 23 heures GMT.

Le chef du gouvernement guinéen avait promis que lumière sera faite sur l'affaire de Zogota, mais jusqu'à présent, après plus de 3ans, même aucune torche n'a été allumée. Malgré le fait que Zogota était prêt pour être exploité avec la découverte de plus de 500 millions de fer du type hématite l'équivalent du Nimba. Malgré le fait que la mine de Zogota est un don que seule BSGR avait offert à la Guinée entre 2006 à 2008 en moins de 3 ans seulement. Désormais les guinéens se sont rendu compte de l'existence de ce site en Guinée, grâce à la société BSGR.

Puisque jusqu' en 2007, les guinéens ne connaissaient que le Nimba et le Simandou. Malgré que les blocs 1 et 2 qui ont été attribués à BSGR en 2008 à cause de son succès de découverte de Zogota, une première dans le monde minier guinéen, qu'une entreprise minière produit les résultats de ses études en seulement trois ans, contrairement à d'autres qui vont bientôt faire 20 ans sans fournir à l'Etat le moindre résultat. Malgré que ces blocs 1 et 2, les résultats d'études étaient déjà achevés et déposés chez le ministre en septembre 2011, c'est-à-dire trois mois avant l'expiration de ce permis.

Malgré que BSGR était prête pour la construction du chemin de fer Conakry-Kankan avec 1milliard 200 millions de dollars US. Un projet qui pouvait redonner vie aux villes qui sont nées de l'ancien chemin de fer Conakry-Kankan à savoir : Friguiagbé, Dabola, Kouroussa et qui pouvait créer à Kankan un port sec afin de faire de Kankan la capitale portuaire pour la République sœur du Mali. Et, dans ces conditions Kankan pouvait rafler tous les marchés que la République du Mali accordait aux autres ports de la sous-région.

Malgré que la date de l'expédition commerciale de la première tonne de minerai de fer de Zogota était fixée à fin 2012 pour que la Guinée commence à empocher entre 400 millions à 600 millions de dollars US par an de recettes minières. Malgré le fait que le projet BSGR était le troisième employeur en Guinée après l'Etat, la CBG avec plus de 8000 emplois repartis entre Conakry, Kérouané et Nzérékoré.

Malgré le fait que BSGR avait mis tout en place pour le décollage économique de la Guinée à partir de Zogota et Simandou ainsi que les chemins de fer Conakry-Kankan.Malgré le fait que toutes les études étaient prêtes et que la société BSGR avait respecté toutes ses obligations contractuelles.

Malgré que tout le pragmatisme de la société BSGR dénommée société d'action et de résultat fût de mise, l'Etat Guinéen n'a pas trouvé d'autres excuses que d'arrêter les travaux. Résultat, l'Etat guinéen a attendu jusqu'en 2013, c'est à dire deux ans plus tard pour sortir des arguments de présomption de corruption pour, dit-il, récupérer les blocs 1 et 2 et Zogota déjà bouclés en matière de d'études avec plus d'un 1milliards 600 millions de dollars d'investissement.

Alors comment le nom de la Dame Mamadie Touré, est-il dans ce dossier qui connait un retard important dans la justification de la corruption dont fait allusion le gouvernement guinéen. Et quel est votre lien avec la dame Mamadie Touré ?

Je crois que cette question vous devez la poser aux magistrats du tribunal de première instance de Kaloum. Pour votre information, Cette Dame n'a jamais été auditionné par le juge en charge du dossier.Pour la dernière fois, le juge a fait le déplacement pour aller entendre officiellement Mamadie Touré aux USA, le juge se présente à elle, la Dame prend son téléphone et appelle la Présidence de la République, peu après le téléphone sonne, on apprend au juge qu'il ne doit pas l'entendre,Par ce que la Dame Mamadie est leur alliée , donc de quitter les lieux et d'aller inculper les autres à Conakry. Alpha Condé et son système ont fait l'entrave à la justice et Alpha Condé n'est pas poursuivi pour entrave à la justice, le procureur de la République ne veut même pas entendre parler. Alors que même en Argentine, le procureur de la République avait brandit la présidente Christina pour Entrave à la justice dans une affaire criminelle, le 13 février dernier.

Pourquoi la justice guinéenne est si dépendante, si soumise aux ordres de l'exécutif ? Au tout début de cette affaire, on a vu le procureur, partir auditionner quelqu'un dans son domicile, a limage du système judiciaire Américain, en lieu et place du juge d'instruction, ce qui est illégal et contraire au système judiciaire guinéen.Le procureur, il se déplace, il va auditionner Mamadie Touré dans une affaire pénale, à la résidence Wassou 4eme étage de la cité ministérielle, et, le procureur, ferme les yeux, il laisse Mamadie Touré repartir aux USA sans aucune inquiétude de ses propres déclarations à charge contre elle, on dirait un simple cinéma.

Même si, comme vous le savez, cette dame était venue en Guinée en février 2013 sur l'invitation de Alpha condé, pour se servir d'elle, monter leur plan environs deux (2) mois avant que je ne sois arrêté.Déterminée dans ce rôle de complot ( Alpha, Soros et Mamadie), elle a accepté d'être manipulée , de prendre de l'argent (100 000 dollars) pour mentir et de se faire passer pour l'épouse de Lansana conté. De femme d'affaires, elle prend le titre de l'épouse de l'ancien chef de l Etat pour bien embellir leur jeu. Alors qu'au même moment, Alpha Condé lui avait déjà filé aux autorités Américaines comme une des femmes qui fait partir d'un réseau qui blanchit de l'argent entre la Guinée et les USA.

Elle ne s'était même pas rendu compte en un seul, instant, qu'elle a été manipulée, tellement qu'elle allait avoir beaucoup d'argent, avoir l'humilité et, vivre tranquillement aux USA. A son tour, elle a piégé Mr Frédéric Cillins, le français, qu'elle croyait savoir comme un agent de BSGR et c'est tout le contraire.C'est elle qui a dit à ALPHA Condé de nous arrêter et de nous placer en détention. Ainsi, Issiaga Bangoura et moi-même, nous avons été arrêtes les 16 et 18 Avril de manière arbitraire (sans plainte, sans aucun mandat) et mis à la maison centrale pendant près de 8 mois de détention illégale et de l'arrestation arbitraire.

Les enjeux de nerfs et de combats d'intérêts étaient que :Georges Soros, le milliardaire Americain et,Isralien voulait en découdre avec le patron de BSGR , Benny steinmetz,le milliardaire franco-Israélien.Alpha Condé à son tour, veut satisfaire les intérêts du clan qui l'a porté au pouvoir. Et,Mamadie veut en finir avec moi, parce qu'elle est rongée par la jalousie de grands foyers africains Fadenya.

Beaucoup de personnes disent que votre sœur était une épouse de feu le général Lansana Conté… Qu'en dites-vous ?

C'est l'absurdité la plus absolue dans cette affaire, le fait que Mamadie, poussée par le gouvernement s'est déclarée après la mort de Conté qu'elle a été la femme de ce dernier. Peut-être que c'est Alpha Condé qui était le parrain de ce mariage. Eh bien, c'est ridicule !Ça a été un plan, je pense, de salir la mémoire de feu Lansana Conté qui est le frère d'armes de notre père.Je dis et précise, ici qu'il n'y a aucun lien de mariage entre Lansana Conté et Mamadie Touré, ni coutumier, ni religieux, ni civil, entre Lansana Conté et Mamadie.

Il ne saurait même exister ce genre liens entre ce père et fille.Si elle dit qu'elle a été mariée en 2000, il faut se demander quel jour, où et dans quelle mosquée, dans quelle mairie avec quel officier d'Etat civil ou avec quel Imam et en présence de quelles familles Touré et Conté? Un mariage sorti de quelles ténèbres ?

Se marier avec un mort, je n'ai jamais vu ça.Toutes les religions monothéistes du monde respectent le mariage qui est une institution sacrée, c'est Mamadie qui ment avec ça, c'est de la poisse ça ! Je crois que le spectacle a longtemps duré. Alors, pour ceux qui ne le savent pas, de l'histoire de conté et de notre famille, je vais leur parler un peu comment cette dame Mamadie et sa bande ont construit un empire de mensonge et de déshonneur autour de notre famille en détournant le résultat du travail fait par mon père et ma mère Hadja Fatoumata Conté, a Sambailo dans la préfecture de Koundara.

En effet, le président Sékou Touré avait senti la fin de son pouvoir. Les personnes les plus averties l'ont fait savoir qu'il va être remplacé par un soldat, mais un haut gradé de l'armée. Donc, Sékou Touré a demandé à ce que tous les militaires du grade supérieur puissent rejoindre les zones frontalières. Mon père était sous-préfet à Sambaillo à la frontière du Sénégal entre 1982-1985.

Et, c'est dans cette localité que le groupe de Conté, alors colonel, s'est retrouvé. Mon père, tout heureux avait demandé à son frère Lansana Conté avec lequel il a fait la guerre à Bissau et en Angola de rester dans la maison parce, que comme vous pouvez le comprendre, il n'y avait vraiment pas d'infrastructures pour pouvoir loger les officiers à Sambailo. Conté est donc resté dans la maison de son amis sous-préfet et, c'est ma mère Ntouma Conté, la première femme de mon père que Lansana appelait sagement ma sœur, qui faisait tous les travaux culinaires pour Lansana Conté pendant près de deux ans.

C'est de Sambaillo que le colonel a rejoint la famille de Mme Henriette conté en 1982. Ironie de sort, cette Mamadie qui raconte dans la rue quelle est l'épouse de Lansana,est née à Béhanzin, à Conakry en 1982, l'année à laquelle le colonel Lansana Conté a célébré le mariage à Boké avec Mme Henriette Conté, devenue plus tard, la Première dame de Guinée du 3 avril 1984 au 22 décembre 2008. Lansana conté connaissait par cœur tous les prenoms des enfants de mon père avec lesquels il a séjourné à Sambailo.

Donc, il les considérait tous comme ses propres enfants. Donc, c'est mon père et ma mère qui ont protégé Lansana Conté avant son avènement au pouvoir. Si, Sékou Touré voulait se retourner contre quelqu'un, c'était bien ma famille, c'est-à-dire, mon père et de ma mère. En 1985 le colonel Diarra Traoré avait préparé une tentative de coup d'Etat.

Dans sa démarche, il a décroché tous les proches de Lansana Conté. Donc, mon père a été admis à la retraite anticipée en 1985. Il a rejoint Conakry. Il s'est battu pendant plus de 16 ans pour rechercher son frère d'armes Lansana Conté, mais impossible. A Dubréka, c'est une de nos grandes sœurs, en l'occurrence Yarie qui est mariée là-bas. Un jour, celle-ci a aperçu le cortège de Conté de passage, c'était en 2002.

Elle a couru derrière le cortège en scandant en langue sussu N'Ba, N'Ba, c'est-à-dire mon père, mon père. Puisque tous les enfants de notre père qui étaient à sambaillo appellent Conté, papa. Soudain Conté s'est arrêté et s'est mis à demander à notre grande sœur Yarie, pourquoi tu m'appelles père, moi je ne te connais pas… Vous êtes notre père, je suis la fille de lieutenant Mamadouba Touré, sous-préfet et ma mère c'est N'Touma Conté, votre sœur à Sambailo, réponds notre sœur. Ce jour-là, ma sœur Yarie n'a pas dit le nom de sa vraie mère puisqu'elle sait que Conté ne connait pas sa mère. Ah, oui c'est vrai, répond Conté ! Mais je vous ai beaucoup recherché, où vous êtes ?

Ma grande sœur a commencé à mentir pour dire au président qu'elle n'a pas de maison, qu'on les a mis dehors faute de frais de loyer. Le président Conté a ordonné au préfet d'aller remettre la clé de l'une des quatre villas qu'il a construites pour ses enfants, en attendant, puisque Yarie aussi est sa fille.

Conté vient quelques semaines plus tard, il découvre que ma sœur Yarie n'avait rien dans la maison sinon que de vieux meubles des années 60. Le président ordonne de sortir tous ces vieux meubles.Il a offert une fortune, de quoi acheter de meubles et une voiture pour ses déplacements. Quelques mois après, Conté revient voir l'état de la sœur Yarie. Car, jusque-là, celle-ci n'avait informé aucun élément de la famille puisqu'elle voulait profiter toute seule. La déception de conté fut grande, puisqu'il a vu que Yarie n'a presque rien acheté, et, elle a fait disparaitre tout cet argent. Cette fois, il a décidé de convoquer tous les autres enfants de son ami. « Je veux les voir tous ici le mois prochain », dixit Conté. Ma grande sœur Yarie n'est pas passée par quatre chemins.

Elle a sélectionné tous les enfants de sa mère. Et vint Mamadie, l'avant-dernière fille du père et dernière du côté de sa mère, en compagnie de tous ses autres frères et sœurs ainsi que de leur mère Nanaba Keita,la deuxième femme de notre père. Mais, il se trouve que le président ne les connait pas parce que n'ayant pas été à Sambailo avec lui.Le président leur a demandé ou est Youssouf Touré (mon grand frère qui était le petit de Lansana Conté à Sambailo) que le président connait très bien. Comme Youssouf n'est pas l'enfant de leur mère, ils ont déclaré que Youssouf est mort. Le président demande où est Yalakhan, ma grande sœur qui s'occupait des tâches ménagères de Conté à Sambailo. Là aussi, ils ont déclaré que celle-ci est morte, alors que Youssouf et Yalakhan vivent jusqu'à nos jours, ils n'ont jamais bénéficié même un petit bonbon de la part de Lansana Conté durant les 24 ans de régime de celui-ci, parce que, le Président Conté ne sait jamais rendu compte de leur existence.

Le Président Conté a insisté lors de cette rencontre, pour connaitre le prénom de l'un des fils qui a terminé ses études à l'université au moins pour qu'il puisse l'aider. Et, comme parmi eux, il n'y avait aucun universitaire, ces gens-là ont répondu qu'aucun des fils du père n'avait fini l'université. Pendant que moi, à cette période, j'étais déjà diplômé en Droit public et j'avais mon Deug à la Faculté des lettres et sciences humaines. Je passais tout mon temps à enseigner dans les écoles privées et, dans les agences de communication pour me faire connaitre et avoir de quoi amener en famille.Tous ces scénarios se sont passés sans les moindres soupçons du père qui avait rejoint l'armée lors de l'agression rebelles en 2001.

Mon père était basé à Matam corniche et passait de nuits au bord de la mer entre les roches sous les moustiques avec mon frère Youssouf (volontaire pour défendre sa patrie) et, dès lors, Youssouf a été engagé dans l'armée. Si Mamadie déclare qu'elle a été mariée avec Conté en 2000 alors que mon père n'avait fait son retour à la maison qu'en fin 2002, je me demande donc, avec quelle famille. Quelqu'un qui est complice de la mort de son propre père par ce que ne voulant pas que lansana conté n'exprime son profond regret devant le père au sujet des enfants de ma mère, peut épargner qui d'autres devant l'argent ?

C'est pourquoi, ce n'est pas étonnant qu'elle prend de l'argent, usurpe le titre de la femme du Président de Guinée et, même de la Sierra Leone dans le mensonge, puisque c'est ce qui se dit, cette dame peut faire n'importe quelle chose pour de l'argent. C'est pourquoi, je l'invite à dire la vérité au peuple de Guinée, si elle sait que, elle a l'ADN de notre père. Mais si elle ne le fait pas, je vais pouvoir exhiber au monde entier les preuves de son mensonge.

Avait-elle une influence sur les décideurs à l'époque de Conté ?

Commencez par savoir qu'elle avait quel statut et quel titre pour parler de son influence. Quelqu'un qui n'a pas le CEP (Certificat d'études primaire élémentaire) et qui a acheté un faux diplôme de Baccalauréat guinéen. Quelqu'un qui n'est pas ministre, ni secrétaire générale; qui n'a aucun parent ministre, aucun oncle, aucun parent dans le gouvernement voire dans les petites directions techniques.Quelqu'un dont la maison familiale située à 200 mètres de l'aéroport de Conakry (la maison de son père où nous sommes tous nés) est une ruine Où les gens ne mangent de la viande que le jour de L'aïd, alors que il aura soufi simplement de devenir la femme d'un simple directeur pour que la situation change économiquement pour ses parents, ses frères et sœurs, alors que les nôtres étaient aux transports en commun made in guinea. Quelqu'un dont certains de ses oncles qui (sont d'ailleurs des intellectuels chevronnés), sont restés au chômage depuis que Lansana Conté est arrivé au pouvoir jusqu'à présent ils n'ont pas pu avoir de poste pour travailler. Comment elle peut être influente ?

Elle n'est pas la femme du chef. Elle n'a fait que mentir pour bénéficier de la récompense que Lansana conté doit à mon père et, ou à ma mère du fait de leur soutien au Président à Sambailo.

Après avoir passé 7 mois en prison par la volonté du gouvernement guinéen, que comptez-vous faire maintenant pour que vous soyez dans vos droits ?
Tout d'abord, je vais vous dire quelque chose qui va vous faire étonner. Malgré tout ce que s'est passé dans cette affaire, si je vous dis que l'Etat Guinéen n'a fait que faire un simulacre de procès, jusqu'à présent il n'y a jamais eu une action officielle de plainte en justice contre la société BSGR, en République de Guinée. Le ministère public n'a fait que porter plainte contre ses enfants, c'est-à-dire Issiaga et moi.

Et, c'est pourquoi j'ai porté plainte contre mon pays au tribunal de la Cédéao et le dénouement de cette plainte est très proche.J'ai voulu porter un message fort pour que ce gouvernement arrête d'arrêter arbitrairement les nobles et paisibles citoyens guinéens.Vous savez que j'ai été arrêté arbitrairement et détenu illégalement sans mandat, sans plainte, ni convocation pour une infraction dont je n'ai pas qualité de commettre : la corruption. Je n'ai jamais été ministre en Guinée, jamais été secrétaire général. Si la justice guinéenne était une justice Républicaine, je n'aurais même pas fait une heure de détention, mais il a fallu près de 8 mois pour sortir de la maison centrale. En Guinée, s'il faut parler de la justice, il y a un ministère de Justice. Mais pas de justice et, il y a très peu de magistrats, mais beaucoup de mécaniciens, j'appelle mécaniciens, les magistrats sous les ordres de l'Exécutif.

Pour revenir à cette histoire de justice, ma femme fut interpelée avec moi-même. Du coup, elle a subi une fausse couche. Il a fallu l'aide de l'ambassadeur de France en Guinée pour l'épargner de cette situation.Alors que la femme de mon collègue Issiaga Bangoura,enlevée par les mêmes agents, a passé trois nuits avec des bandits de grand chemin en détention provisoire dans les locaux de la Police judiciaire. Quelle scène d'humiliation ! Moi, j'étais gardé par les agents de la Présidence, chargés de la lutte contre le grand banditisme pendant 8 jours. On m'a conduit en prison pour près de 8 mois.J'ai fait la prison pour un rien.

Ce qui est en invraisemblable, c'est que l'Etat guinéen n'a aucune plainte officiellement contre BSGR. L'Etat guinéen et ses magistrats sous ordres qui ont décidé d'enfermer ses propres fils, c'est à dire Issiaga Bangoura et moi-même pour des motifs d'inculpation qui ne nous correspondent même pas, puisque nous n'avons pas qualité.Après plus de 2 ans, le temps d'enquête est clos. Le juge n'a aucun élément à charge dans le dossier, le dossier est vide. L'infraction de corruption est impossible et le juge peine à clôturer le dossier pendant que les délais légaux sont clos.

Certaines personnes disent que votre société a acheté le Simandou à 165 millions de dollars ?
Tout d'abord, c'est faux, cet argument a été placé gratuitement par Alpha Condé en vue d'emballer le soutien de la population dans son plan contre BSGR. II sait bien que le concept « acheter un site minier » n'existe pas dans nos lois en Guinée.En Guinée, ce qu'il faut comprendre,c'est que le niveau de recherche géologique est de 200 millième.

Donc, à ce niveau, il y a là aucune possibilité de voir de très près les substances dont on recherche.Les millions de dollars dont vous parlez, et c'est même plus que çà, c'est ce montant qui a permis de financer les opérations de recherches, de sondages et de forages, mais aussi les salaires et autres traitements des travailleurs. Jusqu'à ce que BSGR est parvenu à sortir ce site de Zogota avec la découverte de plus de 500 millions de tonne de fer, de quoi développer toute la région forestière. Et, dans la lancée, ces résultats ont permis d'entamer les travaux sur Blocs 1 et 2 de Simandou.

Au moment où BSGR travaillait avec succès dans ses blocs, tous les gens qui décident aujourd'hui, au nom de le Guinée, étaient en aventure.Au lieu d'écouter les conseils de professionnels, ils se mettent à prendre des décisions comme si l'Etat n'était pas une continuité. Et, à accompagner les gens qui n'ont autre objectif que de conserver, je dis bien conserver, les ressources minières guinéennes jusqu'en 2050.Demandez à la société Rio Tinto combien elle a payé dans les travaux de recherches à Simandou de 1997 à nos jours, bientôt 20 ans.

Ils sont à près de 3 milliardsde dollars payés sans achever les recherches, ni même présenter les études de faisabilité à la Guinée. Et, le président Alpha Condé a tellement répété au monde entier que Rio Tinto devait commencer l'exploitation commerciale de Simandou en 2015, j'ai eu envie de dire au président Alpha condé, de consulter les anciens ministres des mines de Guinée, de Dr Alpha Mady Soumah à Dr Louncény Nabé en passant par Dr Ahmed Tidiane Souaré, ces ministres-là ont encore dans leurs mémoires les nombreuses dates que Rio Tinto avait fixées en Guinée pour le début de leurs opérations de production de 2000 à nos jours, sans compter l'avant-dernière date fixée en 2015.Quel est le Guinéen qui hausse le ton pour dire qu'il n'y a rien qui se passe ?

Et dans cette impasse, aucune politique minière cohérente n'a été envisagée car, vous le savez, nous étions à 120 dollars la tonne de fer en 2009, aujourd'hui nous le sommes à 55 dollars en 2015 et qui sait ce que sera demain en 2018 ?Osons dire les choses en face.Que la Guinée est le seul perdant dans tout ce qui se passe. Donc, Celui qui vous dit qu'on peut acheter un permis minier en Guinée, c'est que lui, il ne connait pas le contexte minier de la Guinée, puisque l'on ne peut acheter que, ce qu'on l'on voit.

Votre société avait une concession sur le Simandou ?

Ecoutez ! Nous avons les permis de Simandou en décembre 2008. Nous y avions travaillé pendant près de 3 ans sans l'aide de quelqu'un d'autre. Avant l'arrivée de Vale au milieu de 2010, nous BSGR, étions à près de 3 milliards de réserves de tonne de fer prouvées.Avec l'arrivée de Vale, la réserve est montée à plus de 5 milliards, largement suffisantes pour bouter la pauvreté en Guinée puisque la tonne de fer à cette période, coutait comme je l'ai dit 120 dollars la tonne.

Aujourd'hui, la perturbation des cours sur le marché fait que la tonne soit en dessous de 60 dollars.C'est le gouvernement qui n'a pas accepté de conclure une convention malgré que les études achevées. Contrairement à la convention de Zogota qui, dès après la conclusion des études, le gouvernement de Kabinet Komara avait convoqué les parties à différents niveaux ministériels, pour conclure une convention avec BSGR dans la semaine qui a suivi le dépôt des résultats des études.

Donc, pour revenir à votre question, Zogota est sous concession et convention minière. En lieu et place des institutions parlementaires et judiciaires, c'est un comité qui formule le texte pour le retrait de ces actes alors que, sur les motifs, cela relève de la compétence du juge judiciaire. Simandou bloc 1 et 2 couvert par un permis de recherche jusqu'en fin 2011. Au lieu que le ministre Kefala Yansané ne renouvelle le permis expiré en 2011, il a sorti un nouvel arrêté en 2014 pour tuerl'ancien arrêté déjà sans vie depuis fin 2011. On peut dire ici que c'est comme quelqu'unqui sort une balle de fusil et tire sur un cadavre.En droit minier donc, le permis couvrant les Blocs 1 et 2 sont dans une situation « d'état de concession » puisque l'Etat guinéen aurait accordé une convention à VBG dès 2011.

L'Etat guinéen savait pertinemment que VBG, la nouvelle dénomination de BSGR, avait respecté dans les délais toutes ses obligations contractuelles : fin des études de tous les sites miniers, la pause de la première pierre Conakry-Kankan.Mais c'est le gouvernement guinéen qui n'a rien facilité, parce que trempé dans le besoin de récupérer coup sur coup un morceau de Simandou. Il a donc attendu 2 ans après c'est-à-dire en 2013, pour soulever les arguments non fondés sur la présomption de corruption contre BSGR.

C'est vrai que vous avez une large connaissance sur le droit, est-il possible de faire un appel d'offre sur un titre minier litigieux ?

Ecoutez, l'appel d'offre est un procédé juridique qui permet d'attribuer un marché de très grande ampleur de très gros intérêt a une entité qu'en a la capacité technique et financier de se le disposer et le construire.Quand on regarde la position juridique des sites de BSGR, il est impossible d'imaginer ce procédé, c'est un manque de hauteur de vue que de vouloir même penser à ce genre de situation.Il n'y a pas de possibilité de faire l'appel d'offre dans la mesure où, ce pour quoi on fait l'appel d'offre est connu ; les résultats sont connus sur les blocs 1 et 2 de Simandou, il y a là-bas plus de 5 milliards de réserve de fer de qualité supérieure, la mine est achevée, elle est prête pour être expédiée.Zogota est achevé et est sous concession depuis 2009. Le chantier est bouclé, il n'y a plus rien à faire sinon que de sortir la première tonne.

C'est comme si quelqu'un construit une maison pendant des années, la maison est achevée avec tous les frais et tous les risques encourus, pendant qu'il ne reste plus que l'habiter, quelqu'un d'autre vient pour dire qu'il va lancer un appel d'offre. Je me demande comment vous jugez cela vous.Si l'Etat guinéen, pas à travers sa justice, mais à travers son petit comité, pense qu'il y avait la corruption pour l'attribution des blocs 1 et 2, que les agents de Soros mentionnent comme une propriété de Rio Tinto, pourquoi l'Etat guinéen ne retourne donc pas ces blocs 1 et 2 à Rio Tinto directement, en leur disant gentiment : c'était à vous, prenez les et gardez-les jusqu'à la fin de monde ?Le comité qui a pris la décision du soi-disant retrait de permis n'a pas qualité de prendre un tel acte puisque les motifs portent sur des faits qui sont du domaine de l'infraction pénale. C'est donc le juge judiciaire qui est habilité de se prononcer et non un petit comité de revue des contrats miniers monté pour la circonstance par Alpha condé. Le comité de révision comme son nom l'indique, ne peut que réviser un permis mais, retirer çà c'est une autre chose.


Ce qui est grave, c'est qu'il n'a pas compris que cet arrêté de Simandouest dans l'emprise juridique de «l'état de concession» pour faute de l'Etat. Et que Zogota, est une concession. Un tel comportement produirait négativement des effets collatéraux extrêmement graves sur les sites de BSGR. Inutile de préciser qu'au-delà de bris de contrat,Zogota et Simandou ont couté plus de 1 milliard dollars d'investissement à BSGR et à son partenaire.On voit là que si l'Etat s'en prend à BSGR, en clair, l'Etat guinéen, Soros et Mamadie sont tous roulés dans la farine avec le seul but d'aider illégalement les clans qui ont porté Alpha Condé au pouvoir. Une chose reste claire, tant que la justice n'a pas fini, aucun appel d'offre ne sera légal.Déjà, la Guinée n'a jamais porté plainte officiellement en justice contre BSGR, mais force est de constater qu'en Guinée, c'est le ministère public qui a porté plainte contre ses propres fils : Ibrahima Sory II Touré, IST, le libérateur et Issiaga Bangoura.

A l'allure actuelle des choses, peut-on estomper toutes actions entreprises en justice dans cette affaire?

Tout est une question du talent du juge face à un dossier vide et devant l'impossibilité d'une telle infraction en étant indépendant et impartial et en refusant toute manipulation du gouvernement.C'est le juge guinéen qui est incapable de dire le droit, sinon Alpha Condéne peut pas faire de la Guinée ce qu'il pense faire d'elle.Il a fait faire disparaitre les 750 millions de dollars payés par Rio Tinto. Aucun Guinéen ne profite de çà, et personne ne sait où est parti cet argent.Sa famille a sorti clandestinement toutes les mines de fer de Forécariah, à travers une fausse société appelée Forécariah Guinée Mining via Sierra Leone sans payer aucune taxe à l'Etat guinéen. Une société fantôme qui n'est même pas enregistrée dans le cadastre minier guinéen.Alpha condé parraine le vol des mines d'or à Siguiri, à Kouroussa, à Mandiana.

Et ce secteur or est déficitaire malgré le volume de travail dans les sites. Qu'el est le procureur de la République qui a enclenché une action en justice contre ce vol à ciel ouvert ?En 2009, la société BSGR comptait plusieurs milliers d'emplois guinéens entre Conakry, Kérouané et Nzérékoré. Tous ces jeunes sont entrés chez eux aujourd'hui, sans salaire. On ne se souvient même plus du chemin de fer Conakry-Kankan à cause de son entêtement à servir ses amis qui l'ont porté au pouvoir.Pendant que, lui, Alpha Condé, chaque matin, il se fait un bonus de 1 milliard 500 millions de francs guinéens, soit 170 mille euros soit le salaire de combien de milliers des nationaux ? C'est difficile de consommer ce genre d'injustice quand on est guinéen. C'est vrai, ça fait mal ! Et, moi, je suis guinéen de père et de mère. Je suis de Forécariah, mon grand-père paternel vient de Kankan et ma grand-mère quant à elle, elle vient du Fouta dans le Timbo, la capitale théocratique du Fouta Djalon. A Forécariah, on nous appelle les Ramata-Fodé ; je crois que, ça veut tout dire. Ça veut dire que je suis un guinéen épris de paix et de justice.

Merci IST ?

Je vous remercie

Réalisée par Ibrahima N'Diaye

 
Discours de présentation du Plan de la Réforme de la Justice de M. Mamadou Lamine Fofana, conseiller du président de la République

2015/2/18

Aujourd'hui en Guinée Monsieur le Président de la République


Monsieur et Messieurs les Présidents des Institutions Républicaines
Monsieur le Premier Ministre
Mesdames et Messieurs les membres du Gouvernement
Mesdames et Messieurs les membres du Corps Diplomatique et Consulaire
Mesdames, Messieurs, les Représentants des Institutions et Organismes Internationaux
Messieurs les Officiers Supérieurs de l’Etat-major des Forces Armées Guinéennes
Mesdames et Messieurs les honorables députés
Mesdames et Messieurs
La Politique Nationale de reforme de la justice adoptée le 16 Juillet 2014 par le Comité National de Pilotage réuni dans cette même salle sous votre présidence est le résultat d’un long processus participatif, qui a regroupé dans le cadre de la Plate forme justice et de divers Ateliers et groupes de travail, les hauts cadres de la justice, de la société civile et des partenaires techniques et financiers, actifs dans ce secteur.
Cette politique nationale il faut le rappeler énonce une Mission, une Vision des Valeurs et des Axes d’Intervention, qui soutiennent cette Reforme de la justice.
La Mission, toujours à titre de rappel vise à assurer la primauté du droit, du respect des droits de l’homme et l’égalité de genre au sein de la société guinéenne, afin de rétablir la confiance du peuple dans sa justice, laquelle agit en son nom et pour son compte.
S’agissant de la Vision elle porte essentiellement sur une justice indépendante, équitable, professionnelle, accessible pour le justiciable, intègre et humaine, capable de rassurer la population, les investisseurs et surtout, qui contribue efficacement à lutter contre l’impunité.
Quant aux valeurs qui incarnent cette politique nationale de réforme elles sont fondées de façon globale sur l’intégrité, la rigueur, l’équité et la confiance.
En ce qui à trait enfin aux axes d’interventions rappelons encore une fois qu’elles sont au nombre de quatre à savoir : L’accès au droit et à la justice ; L’indépendance d’une magistrature responsable ;Le renforcement et la valorisation des capacités humaines et institutionnelles ; La lutte sans répit contre l’impunité.

Globalement, la stratégie proposée par la politique nationale consiste à mener simultanément des activités dans chacun des axes d’interventions. L’exécution desdites activités devra suivre un cheminement logique, et aussi être synchronisée avec celles, réalisées au niveau des autres axes et de chaque axe d’intervention. La politique nationale détermine une stratégie de mise en œuvre accompagnée de conditions de réussites, qui prennent en compte les liens en interaction avec les autres interventions.
Aussi, Monsieur le Président de la République, Mesdames et Messieurs, les Honorables invités le Plan d’actions prioritaires de la Reforme de la justice qui vous est soumis ce jour s’inscrit dans cette dynamique. Il constitue un cadre de référence portant sur les actions à mener durant la période 2015-2019.
Ce plan s’inscrit également et de façon harmonieuse dans la politique nationale de reforme de la justice, telle que définie au cours des différents Comités de Pilotage, que vous avez toujours accepté de présider Monsieur le Président de la République malgré votre agenda débordant.
Ce document qui vous est soumis est un outil de planification et surtout de suivi de la Reforme des activités par les acteurs guinéens de la justice guinéenne sous la conduite éclairées de Monsieur le Garde des Sceaux Ministre de la Justice et ses collaborateurs du Cabinet et des Services Centraux qui, il faut le souligner ne ménagent aucun effort pour rendre effective l’opérationnalité de cette Reforme avec comme objectif final une justice guinéenne conforme aux normes standards internationales. Il vise enfin à favoriser des collaborations concertées avec les partenaires techniques et financiers, qui encadrent les actions de votre Gouvernement dans ce domaine combien important de la Réforme des secteurs de la justice et de la Sécurité.
Ce Plan d’actions prioritaires est aussi une Feuille de Route entre les mains de tous les acteurs concernés, qui permet de budgétiser les activités prioritaires du secteur de la justice pour les années à venir.
Monsieur le Président de la République Mesdames et Messieurs les invités ce plan s’inscrit dans un processus à long terme, qui a pris son départ en Mars 2011 lors des Etats Généraux de la justice. Il s’appuie sur les différentes stratégies nationales et en particulier sur le Document de stratégie de réduction de la pauvreté (DSRP III 2011-2015) sur la Stratégie Nationale d’Actions.
Prioritaires (SNAP) de la Reforme du Secteur de la Sécurité (Mai 2014) sur le Programme National de Réforme de l’Etat et de la Modernisation de l’Administration (Aout 2014) et enfin sur la Politique Nationale Genre (Janvier 2011).
Dans le même ordre d’idées, ce Plan offre un cadre de programmation commune sur ce qui doit être fait, avec une large place aux échanges, quant aux modalités de mise en œuvre de la Reforme de la justice. Cependant, la séquence de réalisation des activités doit être approuvée annuellement, afin d’éviter la dispersion des initiatives sans valeur ajoutée, les unes par rapport aux autres.
En outre, il faut signaler que le processus de programmation ayant démarré en 2014, il a été retenu de maintenir l’année 2014 dans les colonnes du Plan d’Actions comme point de comparaison.
Enfin, il ya lieu de noter que bien qu’un indicatif, ce plan d’Actions Prioritaires servira de base à l’élaboration des budgets d’investissement, et de fonctionnement des années à venir et permettra d’anticiper la préparation du budget du programme de la justice et son cadre de dépenses à moyen et long terme.
Aussi, c’est le lieu de rappeler avec pertinence que le train de mesures prévues dans ce Plan d’Actions prioritaires nécessitera un engagement ferme et infaillible de tous les acteurs de la Justice qu’ils soient Magistrats, Greffiers, Huissiers, Notaires, Avocats, Officiers de Police Judiciaire, Agents de l’Administration Pénitentiaire et de l’Administration Centrale Organisation de la Société Civile. Sans doute on comprend qu’ils sont frileux avec une tendance à résister aux changements proposés. Cependant, qu’ils soient rassurés de l’appui de votre Gouvernement et de nos partenaires en vue de les aider à franchir cette étape par le renforcement de leurs capacités.
Monsieur le Président de la République, compte tenu des l’évolution récentes dans le Secteur de la Justice avec notamment, la création et l’opérationnalité du Conseil Supérieur de la Magistrature, la révision en cours de finalisation du Code pénal du Code de procédure pénal et du Code de justice Militaire, nous sommes confiants que, malgré les difficultés socio économiques que le pays traverse, dont les contraintes liées aux conséquences visibles à tous les niveaux de la maladie à virus Ebola que votre Excellence sera à brève échéance, en mesure d’organiser une Table Ronde des Bailleurs de fonds. Cette instance composée de partenaires et amis de la Guinée pourra ainsi se pencher sur ce Plan d’Actions Prioritaires après que vous aurez eu à l’apprécier et à adopter.
La Table Ronde déterminera de façon satisfaisante les options d’appui de ces partenaires incontournables de la Guinée dans sa mission historique de la Reforme en profondeur de sa Justice pour maintenant et pour les générations futures.
C’est sur cette Note d’espoir et de Conviction que les auteurs de ce plan affirment être ouverts à vos observations, remarques, suggestions et recommandations, afin qu’il réponde aux attentes à la fois de votre Gouvernement, des partenaires aux développements qui nous appuie et surtout de la justice guinéenne qui en a tant besoin.

Je vous remercie de votre bienveillante attention.

Mercredi 18 février 2015
Transmis par le Bureau de Presse de la Présidence

 
Boffa : Le chef de l’Etat inaugure un centre de santé amélioré à Tamita

2015/2/18

Aujourd'hui en Guinée Boffa, 18 février 2015 - Le Président de la République, le Pr. Alpha Condé, a procédé ce mercredi 18 février 2015 à l’inauguration du centre de santé amélioré de la sous-préfecture de Tamita à Boffa.
Bâti sur une superficie de 450 m2, cette infrastructure sanitaire est composée de deux salles de consultation, un laboratoire, deux salles d’hospitalisation, une salle de préparation, une salle de repos, une salle d’accouchement, une salle de petit trauma-urgence et de toilettes. Entièrement équipé, ce centre de santé amélioré est aussi doté d’un groupe électrogène de 30 MW.
C’est un financement sous forme de don des sociétés China Hongqia Group Limited, UMS, Winning, avec un coût global de 500.000 dollars américains. Les travaux ont été réalisés par l’entreprise Mining House pour un délai de 4 mois.
La réalisation de cette infrastructure va mettre fin au calvaire des populations de Tamita qui faisaient plus de 10 Km à pied pour s’offrir des soins médicaux, comme le précisait un citoyen de la localité.
C’est pourquoi l’inauguration de ce centre de santé a mobilisé les populations des 14 Districts de Tamita qui étaient venues témoigner à travers des chants et danses, leur reconnaissance au Président de la République pour ce geste.
Ce fut une véritable ambiance de fête au cours de laquelle, Ibrahima Barboza Soumah, Préfet de Boffa, a indiqué que la joie des populations de Tamita est à son comble en ce sens que cette localité est dotée de ce centre au moment où le pays lutte contre le virus Ebola. Pour le Préfet, ce centre de santé va permettre d’améliorer la couverture sanitaire de Boffa en général et Tamita en particulier.
Pour cela, il a promis que les autorités locales de Boffa vont mettre tout en œuvre pour sauvegarder et pérenniser cette infrastructure à travers la sensibilisation. Les citoyens seront également motivés à fréquenter ce centre et à s’y référer en cas de maladie.
Au nom des sociétés donatrices de ce centre, M. Sun, PDG de Winning, a souligné que ces sociétés sont en Guinée dans un esprit de collaboration afin de participer au développement du pays. Pour cela, il rassuré que ces sociétés vont mettre leur savoir-faire à la disposition de la Guinée pour atteindre cet objectif.
De son côté, le ministre de la Santé et de l’Hygiène publique, le médecin-colonel Rémy Lamah, a fait savoir que l’inauguration de ce centre vient répondre à une des préoccupations du chef de l’Etat qui est celle d’améliorer les conditions sanitaires du pays. De ce fait, il a invité les autres compagnies à emboîter le pas de ces sociétés donatrices. Le ministre de la Santé publique a également exhorté les responsables de ce centre au respect de la déontologie médicale avant d’inviter les populations de Tamita à se mobiliser davantage pour vaincre Ebola le plus tôt que possible.
Pour sa part, le Président de la République, le Pr. Alpha Condé, a indiqué que la construction de ce centre répond au souci du gouvernement d’améliorer les conditions de vie des populations et particulièrement celles des femmes.
Le chef de l’Etat a déclaré qu’à travers ce centre, les populations n’auront plus besoin de se faire soigner à Boffa-centre surtout que le gouvernement entend construire 42 centres de ce genre cette année. Pour le Pr. Alpha Condé, l’essentiel est d’abord de mettre fin à Ebola dans 60 jours. C’est pourquoi, il a invité les populations à accepter de collaborer avec les médecins pour vaincre cette maladie le plus tôt que possible.
Tout en félicitant les donateurs, le Président Alpha Condé leur a demandé de doter le centre d’une salle d’isolation pour détecter les épidémies et construire le logement du directeur de l’établissement sanitaire.
Il a enfin invité les populations de la localité au renforcement de l’unité nationale pour le développement harmonieux du pays.
C’est après des prières et bénédictions formulées par les sages que le chef de l’Etat a coupé le cordon inaugural du centre, et la visite des installations a marqué la fin de la cérémonie.

Le Bureau de Presse de la Présidence

 
Tarikhoui : Votre rubrique qui vous interdit de rire

2015/2/13

Aujourd'hui en Guinée Une année sans va et une autre commence. L'année 2014 a été l'année la plus difficile pour notre royaume. Maladie, famine, pas de pèlerinage et en plus un recensement général de population bâclé. Eh allah ! 2015 vient aussi avec ses difficultés. Notre FC Ebola national a été humilié à Malabo, Sôkhô Ibou Tratra et ses amis ont prit trois buts face aux ghanéens adhéaa !!! Tôle ce n'est pas tôle dèè. Comment cette défaite de FC Ebola a été perçue à Sékhoutourya ?

Votre équipe de Tarikhoui est allé rencontrer Sa Majesté, le roi Môba Simbo, il était dans son hamac, croyant encore que notre allait se qualifié pour la demi-finale grâce à une nouvelle tombola kouthia comme en quart de finale. Voici le compte rendu complet de notre entretient.

Journaliste Kômbô Kômbô : Bonjour Sa Majesté ! Je suis venu vous présenté mes meilleurs vœux de l'année 2015, j'étais en mission à Paris, puis à Washington enfin à Londres. Vous savez, je suis un expert en Ebola.

Môba Simbo: Eh! Eh! Eh! Petit menteur, tu es venu encore ? Depuis quand tu es devenu expert ? Moi je te connais comme un simple fouyanté Môrrr !

Journaliste Kômbô Kômbô : Non Sa Majesté, soyez rassurer, je suis expert en Ebola et en recensement. Moi qui ai recensé les populations en France en 2010.

Môba Simbo : Lahila ! Quitte devant moi, espèce de wouléfallê. Ok si tu connais recensé les gens, où tu étais quand on recensait les Guinéens ?

Journaliste Kômbô Kômbô : Sa Majesté, j'étais bel et bien en Guinée. D'ailleurs je vous informe que les résultats publié par le ministère du plan sont archi-faux.

Môba Simbo : Eh Petit !, tu fais la grande gueule ce matin là dèh... Bon écoute petit, je vais te dire la vérité. Tu sais le recensement là c'est purement politique, j'étais obligé de faire comme ça, augmenté le nombre pour Kankan et diminué pour les autres régions, et tout cela pour préparer les futures élections.

Journaliste Kômbô Kômbô : Justement Sa Majesté, parlons maintenant de ces élections. Vous avez dit, que vous allez financer les élections de 2015 ?

Môba Simbo : Effectivement, moi qui l'avais dit, mais j'avais pensé que l'Union Européenne et les autres n'allait pas se mêlé de ces élections mais…

Journaliste Kômbô Kômbô : Mais quoi ça Sa Majesté ? Terminez votre phrase.

Môba Simbo : Mais toi-même, tu as vu lors des législatives j'ai perdu toutes les cinq communes de Conakry, par leur faute. Et cette fois-ci, qu'il vente, qu'il pleuve, ou qu'il neige, je vais voler les élections.

Journaliste Kômbô Kômbô : Ah bon ! Mais cette fois-ci, ça va être dure Kôtô Maoubhè est passé partout, il a dit que si les élections ne sont pas transparentes et équitables, toi et lui, vous allez danser le Farégnakhi au Carrefour de Bambeto.

Môba Simbo : Lahilaah !! Il va danser le Farégnakhi avec qui ? S'il veut, il n'a qu'a dansé le Toupou sésé, afakoudou en 2015, c'est moi qui serait élu, walahi.

Journaliste Kômbô Kômbô : à Labé, les élèves ont manifesté contre la mutation arbitraire de leurs enseignants, ils accusent tonton Sangaré et Kôrô Magassouba.

Môba Simbo : Eh petit ! Toi tu es trop gawa, Sangaré est mon petit sure. En plus, il est le patron du mouvement Djokken Alpha, tu vois non ?

Journaliste Kômbô Kômbô : Parlons maintenant de la rentrée scolaire. Ebola n'est pas parti et vous avez ouvert les classes, ce n'est pas risquant pour les enfants Sa Majesté ?

Môba Simbo : Ah non ! Il n'y a aucun risque, si on ne fait pas cela les gens vont se fâché. Cette année, il n'y pas eu de pèlerinage, tu veux qu'on reste encore sans école ? Qu'est-ce que les gens vont dire ? Awa n'fatara gnê !

Journaliste Kômbô Kômbô : Sa Majesté, ont va parler enfin de notre équipe nationale, elle a été battu trois buts à zéro par le Ghana. C'est honteux pour notre royaume.

Môba Simbo : Quel honte ! Le Cameroun a été battu non ? Même le Sénégal, où est le problème quand ont bas la Guinée ? Espèce d'escroc.

Journaliste Kômbô Kômbô : Sa Majesté, comment s'appelle notre équipe nationale ?

Môba Simbo : Rire… Bon tu sais petit, quand un vrai éléphant est guérie d'Ebola, il s'appelle Syli, donc notre équipe s'appelle FC Ebola ibaraalon kaa ?

Journaliste Kômbô Kômbô : Sa Majesté, Vous pouvez chanter pour moi une jolie chanson pour notre ''équipe voyante'' ?

Môba Simbo : D'accord petit, écoute je commence, eyoo khi moukhou maa Ebola !!! eyoo khi moukhou maa Ebola !!! Syli soo taye m'baa sily soo.
A la semaine prochaine mais pardon ne riez.

Issiaga Douprou Sylla

 
La panique dans les écoles reprend de nouveau à conakry

2015/2/11

Aujourd'hui en Guinée On ne le dira jamais assez, le manque de fermeté des autorités,non pas dans les discours mais dans les actes ,est rédhibitoire au combat engagé pour buter Ebola hors du pays. A côté d'Ebola business dénoncé à tord ou à raison se dessinent Ébola réticences et Ebola panique.
Hier les colporteurs de fausses nouvelles ont distillé des fausses informations selon lesquelles qu'une équipe de la croix rouge se préparerait pour aller pulvériser les écoles. Si l'information ne se limitait seulement qu'à ça, on n'aurait pas connu un tel désarroi. Comme cela ne suffisait pas, les mêmes personnes animées d'une mauvaise foi répandent également qu'ebola serait contenu dans ses désinfectants pour disent ils contaminer les élèves.

De bouches à oreilles, la nouvelle se propagea comme une traînée de poudre. Les élèves déserteront aussitôt les écoles et les parents pris de panique ont pris d'assaut ses écoles pour aller chercher leurs enfants. Les cours seront immédiatement interrompu dans plus de la moitié des écoles de la capitale.
Ce mercredi, au collège Gbessia dans la commune de Matam c'est la même scène qui se répète.

Mais la-bas ,contrairement aux écoles que nous avons visitées hier à Ratoma, certains responsables refusent pour l'instant de libérer les élèves malgré l'insistance des parents qui en abusent estime t-on.

Cette attitude de ses responsables est beaucoup saluées par des observateurs qui pensent qu'il ne faut pas céder à la panique.

L'Etat doit à cet effet prendre ses responsabilités pour barrer le chemin aux personnes que beaucoup qualifient d'ennemis de la République.

LAMOUCI

 
Ebola : Les jeunes de Yimbaya en colère contre les agents de la croix rouge

2015/2/9

Aujourd'hui en Guinée Les réticences liées à Ebola sont toujours lésion dans notre pays malgré les discours de fermeté tenus par les plus hautes autorités contre les présumés coupables de ces actes .

Tôt ce lundi matin, les jeunes de Yimbaya camp carrefour se sont révoltés contre les agents de la croix rouge qui sont venus chercher un imam dans ce quartier qui serait en contact avec une personne atteinte d'ébola.

Ils ont chassé les agents à coup de bâton et de pierre et empêcher que la personne soupçonnée ne soit partie. Comme si cela ne suffisait pas, les jeunes ont barricadé la circulation sur l'autoroute au niveau du camp carrefour en brûlant des pneus, ce qui par conséquent empêche la circulation sur cet axe pourtant très convoité surtout en ce début de semaine.

A l'heure où nous mettons en ligne cette information, aucune autorité n'y est arrivée comme il est de coutume à fin de sensibiliser les jeunes à libérer la circulation

LAMOUCI

 
Formation des policiers : Où sont passés les 19 milliards de GNF ?

2015/2/9

Aujourd'hui en Guinée On l'a longtemps murmurer entre les murs à un niveau très restreint du ministère de la sécurité ; mais au fil du temps, la nouvelle ne pouvait y rester à cause de l'attention que le Président de la République, le Professeur Alpha Condé porte à ce dossier.

Il s'agit des fonds destinés à la formation de 4015 policiers au compte du ministère de la sécurité. Au total 19 milliards ont été débloqués par l'Etat pour assurer la formation de ces agents. Hélas, au grand dam des agents recrutés, la formation n'aura jamais lieu. A tord ou à raison, des rumeurs de détournement de ce fond se sont vite propagées comme une traînée de poudre et de partout.

Pour mieux comprendre la destination dudit montant, nous avons joint l'ancien ministre de la sécurité qui affichait une sérénité pendant notre conversation affirmant ne rien se reprocher et rassure qu'aucun centime du montant n'a été utilisé.

Pour la question de savoir pourquoi la formation n'a pas lieu, Madifing Diané argumente que l'Etat d'urgence sanitaire en vigueur dans le pays à cause de la présence d'ébola en était la principale raison. Il précise que cet état d'urgence qui interdisait à l'époque tout regroupement était alors incompatible avec la décision d'ouverture d'une quelconque formation.

Le nouveau locataire de ce département s'exprimant sur le même dossier, sans ambages affirme que "c'est un faux débat. J'ai réuni mon cabinet au tour de ce sujet j'ai compris qu'il y a eu incompréhension . Dr Mamoudou cissé promet qu'il y aura bel et bien la formation et ce dans les meilleurs délais rassure t-il.

Cette réaction du nouveau Ministre de la sécurité lève un coin de voile sur ce dossier lancinant ou des observateurs parient sur un détournement . Ils attendent des autorités concernées plus de détails.

Nous y reviendrons.

LAMOUCI

 
L’écrivain Ousmane Traoré , reçu en audience par SEM Louis Blin, Consul de France à Djeddah.

2015/2/6

Aujourd'hui en Guinée Le Directeur de Communication de l'Ecole Guinéenne Internationale de Djeddah et auteur du roman '' UN PEUPLE ORPHELIN, Ousmane Traoré a été reçu en audience par SEM Louis Blin, Consul de France à Djeddah et envoyé spécial auprès de l’OCI.

Une demi-heure durant, les deux hommes ont échangé sur des sujets relatifs au trimestriel d'informations scolaires de l’école guinéenne de Djeddah. Le diplomate français a promis à son hôte de s'investir personnellement dans ce projet et d’assister également à la parution du premier numéro durant la quinzaine de la Francophonie en mars 2015.

‘’ Notre dernière rencontre remonte au mois de juillet 2014, précise l’auteur guinéen. Nous avons crée un trimestriel d’informations scolaires au sein de notre établissement. Nous sommes à l’orée des festivités de la Francophonie 2015. Le salon du livre de Paris aussi pointe à l’horizon. Donc, il était nécessaire que je vienne m’entretenir avec SEM Louis Blin tout cela ‘’, a reconnu le jeune écrivain guinéen.

Les modalités de participation à la quinzaine de la Francophonie du Directeur de communication, en qualité d’écrivain guinéen ont été définies.

Enfin, d'autres sujets comme le Salon du Livre de Paris 2015, le 2ème roman du Directeur de communication... ont été discutés par les deux personnalités.

Le diplomate français a hautement apprécié le niveau des relations qui existent entre son institution et l’école guinéenne de Djeddah dirigée par Dr. Mohamed Soul Thiam.

La Direction de Communication de l’Ecole Guinéenne de Djeddah.

 
La Cosatreg exige du Gouvernement plus de diminution du prix du carburant

2015/2/6

Aujourd'hui en Guinée Après la société civile , c'est au tour de certaines organisations syndicales de monter au créneau pour dénoncer ce qu'elles qualifient de baisse fantaisiste du prix du carburant à la pompe en Guinée. Réunies ce jeudi à conakry,la cosatreg (confédération syndical des travailleurs et retraites de guinée) , l'ONSG et la CGOFOG dans un communiqué rendu public ,ont eux aussi exprimé tout leur désarroi face à la baisse du prix du carburant à la pompe qu'ils considèrent dérisoire.

Ces trois organisations syndicales dénoncent cette diminution du prix du litre à la pompe qui malheureusement d'après elles "n'a aucun impact non seulement sur le pouvoir d'achat de la classe ouvrière mais également sur la couche laborieuse du pays" .

Par la voix de Yamoussa Touré, secrétaire général de la COSATREG, les trois organisations syndicales exigent du gouvernement la baisse du prix du carburant à hauteur de 30%.

Par ailleurs l'inter centrale CNTG- USTG se réjouit de cette décision qui dit-elle est conforme au protocole d'accord qui la lie au gouvernement et qui tient compte de la flexibilité du prix du carburant sur le marché mondial.

A rappeler que le prix du carburant à la pompe est passé de 10 milles francs guinéens à 9 milles francs guinéens depuis le samedi dernier.

LAMOUCI

 
Affaire Mamadou FOFANAH-Senkoun Kaba : Scandale judiciaire à la cour suprême

2015/2/5

Aujourd'hui en Guinée Le Mouvement Africain de défense des Droits de l’Homme et de la promotion de la bonne gouvernance , ’’AFRIDHO ‘’ en abrégé, monte au créneau pour s’insurger contre ce qu’il qualifie de « scandale judiciaire » . Ce scandale s’explique d’après l’ONG par deux décisions contradictoirement rendues par les chambres réunies de la Cour Suprême dans une même affaire domaniale opposant deux citoyens : Mamadou Fofana et Sénkoun KABA. Nouhan Traoré, président d’AFRIDHO a estimé qu’il est inconcevable aussi bien en Guinée que dans d’autres pays du monde qu’on puisse exercer un recours contre l’arrêt de la Cour Suprême qui est insusceptible de recours. Selon lui, le recours en annulation exercé par l’ex Ministre de la justice, a entrainé un nouvel examen du dossier.

«En septembre 2011, les chambres réunies de la Cour suprême ont rendu une décision reconnaissant Mamadou Fofana propriétaire des lieux litigieux. En principe dans notre pays et comme dans d’autres, le procès devrait s’arrêter là .

Mais comme si la Guinée était sur une autre planète, comme si les magistrats avaient l’œuvre de créer leur propre droit en fonction des humeurs du jour, les juges des mêmes chambres se sont réunies une seconde fois et statués en 2014 sur l’affaire pour donner raison cette fois à Sénkoun Kaba .Ce qui est un véritable scandale parce qu’on croyait que cette pratique est révolue » a – t – expliqué ce mercredi à nos confrères de la Radio Djiguii FM dans leur émission le quotidien .

Si le Président d’AFRIDHO ne formule aucun grief contre l’action de l’ancien ministre Me Christian Sow qu’il juge légale d’après la loi portant sur la cour suprême qui lui donne toute la latitude d’exercer un recours auprès de la cour suprême par l’entremise du parquet, il n’apprécie cependant pas l’arrêt rendu par la dernière instance judiciaire du pays :la cour suprême.

C’est pourquoi, l’Activiste des droits de l’Homme menace d’engager une action judiciaire contre les magistrats ayant participé à la prise de ces décisions dites contradictoires et qui seraient de nature à porter atteinte aux lois et causé préjudice aux justiciables. « Nous allons dans les prochains jours saisir le conseil supérieur de la magistrature pour obtenir la sanction des personnes qui se rendraient coupables de tels agissements ».

A en croire le président d’AFRIDHO, Mamadou Fofana a acquis le domaine litigieux en 2006 des mains de Yakha Camara, titulaire du terrain depuis 1985. C’est pourquoi, il exprime son désarroi en ces termes : « Comment peut-on comprendre que Mamadou Fofana disposant d’un titre foncier et d’un avis de ministre de l’Habitat et de l’Urbanisme d’alors y compris celui des autorités communales de Ratoma, puisse perdre un procès devant Sénkoun Kaba qui n’a aucun titre foncier ».

Cette situation relance une nouvelle fois le débat sur la nécessité de l’application des recommandations des états généraux de la justice tenus sous le magistère de Me Christian Sow, ancien ministre de la justice à qui Me SACKO a succédé il y a de cela près d’un an.

Ces états généraux de la justice, il faut le rappeler avaient pour objectif de procéder à un curage systématique de l’appareil judiciaire guinéen qu’on taxait à tort ou à raison de corrompu jusqu’à la moelle des os et de répondre à tout bout de champ aux injonctions de l’Exécutif.

La rédaction

 
Montreuil ( France ): Le guinéen Dr. Kébé Mohamed Rahim nommé Directeur d'un Hôpital

2015/1/28

Aujourd'hui en Guinée Depuis le 13 Janvier 2015, le nouveau directeur de la Maison d'accueil spécialisée ( MAS ) située à Montreuil, en région Parisienne est un guinéen du nom de Dr. Kébé Mohamed Rahim. L’hôpital dont la gestion est désormais confiée à notre compatriote est un établissement d’accueil pour personnes handicapées, atteintes de troubles neurologiques à types de lésions médullaires, de maladies neurodégénératives, ( telles que les scléroses en plaques), d’accidents vasculaires cérébraux, de traumatismes crâniens,….

Ce sont des personnes nécessitant un suivi médical strict et un accompagnement pour toutes les activités de la vie quotidienne.Le personnel de l’établissement, est à cet effet très varié et diversifié, regroupant plusieurs corps de métiers exerçant dans le domaine médical et social. Ce sont donc des médecins, infirmiers, aides-soignants, aides médico-psychologiques, kinésithérapeutes, ergothérapeutes, psychologues, assistantes sociales, orthophonistes, des animateurs….

Certains travaillent en libéral, notamment les kinés et les orthophonistes. Notre compatriote est responsable, dans le cadre du projet de l’association et sous l’autorité de la Direction générale, de la mise en œuvre et du développement du projet de la Maison d'accueil spécialisée ( MAS ), de son bon fonctionnement et de son positionnement sur le territoire de santé.

Le guinéen Dr. Kébé Mohamed Rahim est donc chargé de mettre en place une organisation performante visant la qualité de la prise en charge et le bien-être des résidents, dans le respect de l’équilibre financier du budget annuel voté par le Conseil d’Administration. Il veillera, en lien étroit avec le médecin coordonnateur et avec les deux chefs de service, à la cohérence et à la coordination des activités de soins et de vie sociale de l’établissement.

Mais au delà de cette promotion ,  la priorité de  Dr. Kébé Mohamed Rahim, reste de rentrer en guinée et y travailler car , estime-t-il  que le pays a le plus besoin de toutes les compétences pour son développement socio-économique.

Voici en quelques mots ce qu'à fait comme études notre compatriote Dr. Kébé Mohamed Rahim :

-MBA (Master of Business Administration) management des structures sanitaires, médicosociales et sociales à l'Université Léonard DE VINCI, Paris, la Défense, France, (2011-2012).

-Diplôme : animer et diriger son équipe (Management). CEGOS, Paris, 2010Certificat de Spécialisation en Santé Publique et Développement. Conservatoire National des Artset Métiers (CNAM). Paris, France.

- 2009.Master 2 Professionnel (DESS : Diplôme d’Etudes Supérieures Spécialisées), Mention Santé Publique. Spécialité Méthodologie des Interventions en Santé Publique. Université de Versailles Saint- Quentin-en-Yvelines. Versailles, France. 2008.Maitrise Sciences, technologies, Santé.

-Mention  Santé Publique (Master 1). Université Paris XI, Paris, France, -2007.Diplôme Universitaire de VIH, Université Paris VII, Paris, France, -2007 Diplôme Inter-universitaire (DIU) de Médecine Tropicale-Santé Internationale-Université Paris VI (Pitié Salpêtrière) et Paris VII,  Paris, France,

-2005.Doctorat d’Etat en Médecine. Faculté de Médecine, Université Gamal Abdel Nasser de Conakry. Conakry, Guinée, 2003.


Par Ibrahima Sory SYLLA


 
Présidence Guinéenne
Dr Mohamed Diané, véritable garde rapproché d’Alpha Condé
Soumah Alsény
Alsény SOUMAH: L’Ambassadeur de l’art culinaire guinéen aux USA
Dépêches
L'UA/Nord-Mali
TV Aujourd'hui-en-guinée

cliquez sur la photo pour ouvrir la video

Voir les autres articles >>>
Assemblée générale du fonds et de banque mondiale
Les activités du Pr Alpha Condé
TV Aujourd'hui-en-guinée  ::  Présidence Guinéenne  ::  Audios  ::  L'UA/Nord-Mali  ::  Libres Propos  ::  Soutenez Aujourd'hui en Guinée  ::  Albums Photos  ::  Contact  ::  Abonnez-vous  ::  Email  ::  Partenaires  ::  


Privé - Espace Clients  Hotline  

© Rosawebpro   |    Privé - Espace Clients