Bannière


 
La liste des biens entrant dans le patrimoine national
Dépassionnez le débat

Partenaires

Africatime

Africvisionguinée

Akhadan

Conakrylive

Ecoutez Sabari FM 97.3 en direct

Guinée7

L'Express Guinée

Le Diplomate

Les amazones

Mediaguinee

Nouvelledeguinee

pednespoir.com

www.Guineematin.com

32 visiteurs connectés

24 Juillet 2014 - 0h47


 RECHERCHER 

Interview : Ismael BALDE, PCA de Sotelgui apporte des précisions.

2014/7/21

Aujourd'hui en Guinée CONAKRY-Votre quotidien a rencontré Mr Ismael BALDE, universitaire et Président du Conseil d'Administration de Sotelgui , ancien secrétaire général du ministère des télécommunications pour une interview à bâton rompu et sans langue de bois sur la situation des travailleurs de cette boite qui tirent le diable par la queue . Lisez :


AEG : En votre qualité de Président du CA de Sotelgui, quel est la situation des travailleurs aujourd’hui ?

M. Ismaël BALDE : D’abord, je vous remercie de me donner l’opportunité de m’exprimer sur une question aussi importante que celle de la Sotelgui, opérateur historique de téléphonie en République de Guinée.

Pour aller droit au but, je dirai que la situation des travailleurs est très triste aujourd’hui. Vous conviendrez avec moi qu’après 12 mois sans salaire la situation ne peut être que difficile, dans un pays ou en moyenne vous avez 7 bouches à nourrir lorsque vous êtes pères ou mères de famille.

Mais il faut ajouter à cette difficulté liée au salaire, la tentative démoniaque du Ministre des Télécommunications, M. Oyé Guilavogui de mettre à la touche tous les travailleurs ; du jamais vu dans l’histoire des opérateurs de téléphonie dans la sous-région. Nous allons y revenir si vous me le permettez.

AEG : Selon les informations à notre disposition, certains travailleurs de la Sotelgui auraient déjà reçu des indemnités de licenciement. Qu’en dites-vous ?

M. Ismaël BALDE : C’est exact, mais il faut préciser que les travailleurs qui se sont prêté à ce jeu sont des contractuels qui n’ont pas une bonne lecture des enjeux financiers liés à une telle procédure. La plupart des travailleurs en situation de CDI n’ont pas à ce jour touché ces montants dérisoires. Et sachez qu’ils n’entendent pas changer de position. Parce qu’ils attendent que la procédure de redressement judiciaire suive son cours normal ; c’est seulement à l’issue de celle-ci que les travailleurs avertis seront fixés sur leur sort.

Par ailleurs, il est scandaleux de constater que c’est le ministre en personne qui a signé les attestations d’emploi des travailleurs qui se présentent au guichet pour le paiement. C’est un acte illégal parce que le Ministre n’a pas la qualité d’employeur. Il représente l’Etat, actionnaire unique. C’est un dangereux précédent que le Conseil d’Administration a relevé. Mais nous n’entendons pas laissé cette usurpation de titre passer comme lettre à la poste. Ceci dit, le moment venu, le Ministre, que dis-je, le Directeur Général de fait et Président du CA de facto devra s’expliquer sur sa précipitation à apposer sa signature sur un document portant le logo de la Sotelgui. Je précise, pour clore ce chapitre ahurissant, que les travailleurs de Sotelgui ne sont pas des fonctionnaires régis par le Statut Général de la Fonction Publique. Leur régime juridique relève du Code du Travail qui n’a rien à voir avec le statut des fonctionnaires.

AEG : En votre qualité de PCA, pouvez-vous nous dire comment on en est arrivé à cette situation ?

M. Ismaël BALDE : La situation actuelle de la Sotelgui découle d’un concours de circonstances qui ne datent pas toutes d’aujourd’hui. En effet, il faut remonter à la deuxième République pour rechercher les causes qui ont conduit à cette situation. Entre autres causes, il faut citer la dette abyssale de l’Etat dû aux factures impayés qui a atteint 23 milliards de francs guinéens en 2011, la mauvaise gestion du au clientélisme politique d’alors, la perte par la Sotelgui de ses prérogatives d’opérateur historique, notamment la migration de la gestion du trafic international de la Sotelgui vers l’ARPT, ce qui a constitué un manque à gagner très significatif pour l’entreprise. L’on ne saurait terminer cette liste sans évoquer le cas du fameux « Comité de gestion » mis en place par l’actuel ministre dès sa prise de fonction. C’est ce comité qui a éteint les équipements pour défaut de carburant.

AEG : Concrètement, selon vous, qu’est-ce que les travailleurs de Sotelgui reprochent à M. Oyé Guilavogui ?

M. Ismael BALDE : Je ne voudrais pas m’immiscer dans ce qui oppose les travailleurs de Sotelgui à leur ministre de tutelle. Ceci dit, et en ma qualité de Président du CA, je pense que les travailleurs reprochent à M. le Ministre son attitude vis-à-vis de leur entreprise. En effet, depuis sa prise de fonction à la tête de ce département il n’a cessé de mettre les bâtons dans les roues de la Sotelgui. J’en veux pour preuve le cas de la société de gardiennage OGUIFOK, entendez par la « Oyé Guilavogui- Fodé Kaba Sécurité » qu’il a imposé à l’entreprise pour un montant incompressible de 80 millions de francs par mois pour quelques 3 ou 4 vigiles ; j’en veux également pour preuve sa gestion opaque, depuis 2011, des revenus tirés de la fibre optique et ceux générés par la colocation des sites de la Sotelgui etc. Les montants en jeu avoisinent les 100 milliards de nos francs entre 2011 et 2014.

Mais c’est surtout sa prise de position par rapport au « pseudo » Plan social qui a constitué la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. En effet, en anticipant la mise en œuvre de ce plan social, en lieu et place du futur partenaire, M. Oyé Guilavogui a considérablement réduit les avantages des travailleurs lors des négociations en pareil circonstances. A titre d’exemple, pendant que le « pseudo » Plan social de M. Oyé paie 15.000.000 de Gnf, le travailleur qui a fait 15 ans pouvait partir avec pas moins de 700.000.000 Gnf avec le repreneur potentiel…

AEG : Votre dernier concernant M. Oyé Guilavogui

M. Ismael BALDE : Je vous renvoie la question. Pensez- vous que quelqu’un qui a été radié des effectifs de la fonction publique pour malversation financière sous le règne du feu Général Lansana Conté (Paix à Son Ame) soit le mieux placé pour gérer en toute transparence les deniers publics et organiser un plan social ?

 

Interview réalisée par Aboubacar SAKHO


 

 
OCPH/Caritas-Guinée au secours des victimes d’ébola

2014/7/19

Aujourd'hui en Guinée CONAKRY-Dans le cadre de la prévention et de la riposte contre la fièvre hémoragique à virus ébola, l’organisation catholique pour la promotion humaine, OCPH/ CARITAS-GUINEE en collaboration avec Caritas internationale et le ministère de la Santé a tenu ce mardi 15 juillet 2014 à Guéckédou une journée de don de kits de hygiène aux familles des victimes d’ébola.

Cette journée de remise présidée par Msgr Emmanuel FELEMOU, évêque du diocèse de kankan, a connu la présence des ministres de la Santé, Remi Lamah et de la communication, Makanéra Kaké ; du directeur national des soins communautaires ; du coordinateur regional du comité technique de riposte contre ébola ; des directeurs préfectoraux de la santé des zones concernée ; des directeurs regionnaux de la santé de faranah et n’zérékoré ; du préfet et du maire de Guéckédou.

Dans son allocution, le ministre de la santé a exhorté la population de Guekedou à s’ouvrir aux messages de sensibilisation et aux actions menées en faveur de l’éradication de l’épidémie.

Ce don à 6000 menages sera reparti dans les jours à venir entre cinq préfectures. 3000 pour Guéckédou, 800 pour kissidougou, 1000 pour macenta, 600 pour Faranah et 600 pour n’zérékoré. Ce don contient des sceaux de 10 litres, des savons diama, du chlore, du SRO, des raclettes, des caches nez, des gans de menage, des bottes, et des motos pour les superviseurs.

En fin de journée, l’évêque de Kankan a rendu visite à quelques familles victimes IMG_7090 d’ébola. Les rassurant du soutien et de la solidarité de l’Eglise.

Isalèlle

 
Le DG de l’Agence Guinéenne de Spectacle se tape une voiture de 300 millions...

2014/7/19

Aujourd'hui en Guinée CONAKRY-Le directeur Général de l’Agence Guinéenne de Spectacle (AGS) de plus en plus ambitieux. Lui qui fut l’un des tous premiers bâtisseurs du hip hop en Guinée a de nos jours, changé complètement de veste. Depuis sa séparation avec les groupes de rap, il s’est séparé aussi de la vie de tout homme du ghetto pour s’offrir une vie de luxe et de confort.

Au moment où les guinéens pleurnichaient sous l’effet de la galère, Malick Kébé s’est trouvé une BMW Z4 d’une valeur de 300.000.000 de nos francs. Et l’action a fait parler les gens. Quand le monde de showbiz s’est mis à y réfléchir, il se disait que ça ne fait que commencer. Pendant que son rêve était de s’offrir une RANGE ROVER Sport pour rendre plus jaloux encore. Ce qui fut fait dans ces derniers moments.

Et voilà aujourd’hui, il fait son boucan dans une RANGE ROVER, qui lui a couté 16 000 euros.

Et ce n’est pas fini. Selon lui, dans les mois qui arrivent, il compte se faire un bateau yacht pour naviguer entre Boulbinet et les îles de Los. Cette nouvelle ambition étant gigantesque aux yeux des observateurs, Malick Kébé ajoute qu’il va se faire plaisir, car son argent est le fruit de son travail qui est sa propre sueur.

A rappelé que ce Monsieur hors mis sa casquette de DG de l’AGS, est un agent joueur Fifa et président d’un club de foot en D1 Santoba FC.


In Gnakrylive

 
Nzérékoré : Pas de justice un an après les violences inter-communautaires.

2014/7/17

Aujourd'hui en Guinée CONAKRY-La Ligue guinéenne des droits de l’homme (LIGUIDHO) a publié, le 20 juin dernier, grâce au soutien financier d’OSIWA, un rapport d’enquêtes intitulé « Guinée : les victimes de Koulé, N’Zérékoré et Beyla demandent que justice soit faite, après les violences inter-communautaires de juillet 2013 ».

Pour rappel, vers 3 heures du matin le 15 juillet 2013, le sieur Jean Soumaoro est soupçonné de la mort par coups de machette d’Ibrahima Kalil Kéita, dans une station-service à Koulé dont Jean Soumaoro assurait le gardiennage, au motif que la victime mortelle et ses deux compagnons venaient y commettre un acte de vol.

Le sieur Daouda Condé a démenti cette version de Jean Soumaoro en déclarant que ces trois messieurs étaient ses apprentis qui étaient de passage sur la route au bord de laquelle la station services est située quand Jean Soumaoro les a agressés tout en réussissant à donner la mort à Ibrahima Kalil Kéita qu’il accusait de tentative de cambriolage de la station-service.

Jean Soumaoro et feu Ibrahima Kalil Kéita appartiennent respectivement à l’ethnie guerzé et à l’ethnie konianké. Ces deux ethnies font partie des plus fortes communautés de la Guinée Forestière, au sud-est de la Guinée.

La mort d’Ibrahima Kalil Kéita a dégénéré en affrontements sanglants entre ces deux communautés à Koulé, N’Zérékoré et Beyla et a fait un bilan de :

217 morts dont 73 femmes et 48 enfants,
473 blessés dont 142 femmes et 104 enfants,
12 personnes handicapées dont les membres ont été coupés à l’aide de machette,
267 personnes portées disparues.
13 églises et 11 mosquées détruites ou incendiées ainsi que des dégâts matériels très importants.

La LIGUIDHO a fait regrouper les victimes en organisation non gouvernementale (ONG), appelée l’Association des victimes de Koulé, N’Zérékoré et Beyla de juillet 2013 dont le sigle est AVIKNB et leur apporte un appui juridique pour la garantie de leur droit à un procès juste et équitable.

Mais, en ce jour, 15 juillet 2014, marquant le premier anniversaire de ces tristes événements, les enquêtes ouvertes en août 2013 piétinent toujours et la LIGUIDHO exprime ses vives préoccupations quant à la manière dont l’instruction se déroule dans ce dossier.

Cette instruction porte quasiment sur l’audition des victimes que de rechercher et de traduire en justice, les commanditaires et auteurs présumés des actes barbares et criminels commis lors de ces violences.

« Il n’y a pas de développement durable sans la justice, et l’impunité est le terreau de la criminalité », a déclaré Madame D, l’une des victimes basées à N’Nzérékoré.

C’est pourquoi, la LIGUIDHO demande :au gouvernement guinéen de veiller à ce que les enquêtes judiciaires soient diligentées et que les auteurs ainsi que les commanditaires présumés des crimes commis répondent de leurs actes devant la justice en vue de rompre avec la culture de l’impunité,à la communauté internationale et aux organisations nationales et internationales de défense des droits de l’homme de faire du lobbying sur les autorités guinéennes jusqu'à ce que justice soit rendue aux victimes.

La ligue guinéenne des droits de l’homme (LIGUIDHO) est une organisation non gouvernementale qui œuvre pour la promotion, la protection et la défense de l’ensemble des droits établis par les instruments juridiques de protection des droits humains. Son slogan est « agir ensemble pour les droits humains ».



Ligue guinéenne des droits de l’homme

 
Focus : Massoud Oumar Thiam, un preux chevalier

2014/7/17

Aujourd'hui en Guinée CONAKRY-De grands serviteurs de la nation ou de grands commis de l’Etat, il s’en trouve évidemment même dans notre administration tant décriée et même décrédibilisée. Guidés par le sens de l’honneur, l’amour du bien fait et la vaillance, ils préfèrent l’anonymat au feu de la rampe.

De la Première République à l’ère Alpha Condé en passant par la parenthèse du CNDD, sans le vouloir, un fils du pays attire et focalise tout à la fois les attentions sur sa personne.

Massoud Oumar Thiam, parce qu’il s’agit de lui, n’indiffère aucun gouvernement, du fait de sa réputation avérée d’infatigable travailleur, d’homme de rigueur et de dossier, bref, un grand commis de l’Etat.

L’inspecteur général d’Etat fait donc partie du cercle très restreint il est vrai, de ces Guinéens hors pair à qui on ne saurait rien reprocher et qui pourraient, sans risque d’être contredit, clamer à haute voix qu’ils ne se reprochent de rien.

Justement, le capitaine Moussa Dadis CAMARA a fait le casting qu’il fallait pour confier à M. Thiam, la noble et pourtant redoutable tâche de porter le dossier d’audit de certains secteurs sensibles de notre économie. Une œuvre gigantesque et fouillée que Massoud Oumar Thiam et son équipe viennent d’accomplir à la grande satisfaction des bonnes consciences de ce pays.

Mais après tout, un travail dont le résultat, à peine publié fait jaser plus d’un dans la cité et ailleurs. C’est de bonne guerre et pour sa part, très fort de son fait, Massoud Oumar Thiam reste imperturbable. Et s’il fallait le refaire, ce preux chevalier n’hésiterait pas à s’assumer contre vents et marées « afin épauler ceux qui ont la lourde charge de sortir le pays du bourbier dans lequel il est plongé depuis belle lurette’’.



A. Makissa Diallo

 
Le président valide le document de réforme de la justice

2014/7/17

Aujourd'hui en Guinée CONAKRY-Le Président de la République, Pr Alpha Condé a présidé ce mercredi, 16 juillet 2014 aux Cases de Belle vue, la deuxième réunion du Comité national de pilotage de réforme de la Justice. Il était question de la validation du document de reforme de la Justice.

Un document qui tient compte des priorités du secteur de la Justice pour une période de 10 ans (2014-2024). Le projet de document s’articule autour des axes que sont le contexte de la reforme, la situation du secteur de la Justice, les enjeux de la reforme, la présentation de la reforme de la Justice, les axes d’intervention et les organes chargés de la mise en œuvre de la réforme.


La rencontre a mobilisé les représentants des institutions nationales et internationales, les membres du corps diplomatique, les membres du gouvernement et les professionnels de la Justice.

D’entrée, le ministre d’Etat de la Justice, Garde des Sceaux, Cheich Sako est revenu sur les avancées enregistrées dans la réforme de la Justice. Au nombre de ces avancées, il a cité la construction d’une maison centrale à Yorokoguia dans la Préfecture de Dubréka, la poursuite la construction de la Chancellerie, la poursuite de la mise en place du code pénal et du code de la justice militaire, l’organisation de stage de formation de 50 jeunes magistrats et 30 greffiers, l’organisation de la mise en place du Conseil supérieur de la Magistrature, la signature du décret d’application du statut des magistrats.

Pour sa part, Mohamed Lamine Fofana, conseiller spécial du Président de la République, Président du Comité national de pilotage de réforme de la Justice, a rappelé que cette réforme en cours, vise à corriger les anomalies constatées lors des Etats généraux de la Justice. Il s’agit entre autre, de la lutte contre l’impunité, l’état défectueux des infrastructures de justice.

Le conseiller spécial du Président de la République a indiqué que le renforcement des capacités des magistrats et d’autres professionnels de la Justice constitue un axe important de cette réforme. Il a en outre précisé que la Justice guinéenne doit s’adapter au changement de notre société.

Au cours du débat, l’ambassadeur de France en Guinée, Bertrand Cochery a apprécié ce document avant préciser que cette réforme doit s’inscrire dans la durée. Pour cela, il a souhaité de faire en sorte que cette réforme soit cohérente. Le diplomate français a mis l’accent sur le volet formation pour lequel son pays est prêt à accompagner la Guinée.

Le Général Lamine Cissé des Nations Unies a insisté du fait de tenir compte surtout de tous aspects financiers de cette réforme afin que les objectifs soient atteints.

Au nom du Représentant de l’Union Européenne ,Ricavet Sophie, conseiller politique et chargée d’affaires à l’Union Européenne a rassuré du soutien de cette institution à cette réforme.

Plusieurs interventions étaient axées sur l’urgente nécessité de réussir et d’accélérer cette réforme de la Justice pour faire de la Guinée un état de droit.

Pour le Président de la République la justice guinéenne est malade, d’où la crise de confiance entre justice et justiciable. Pour le chef de l’Etat si la justice est rendue de façon aberrante, la population ne peut pas avoir confiance en la justice. De ce fait, selon le Pr Alpha Condé, les défis à relever sont nombreux.

Entant que Président du Conseil supérieur de la Magistrature, le chef de l’Etat a rassuré qu’il veillera à ce que les magistrats ne rendent pas une justice aberrante.

C’est sur ces mots que le Président de la République a validé le nouveau document de réforme de la Justice.

BS

 
Dernier bilan d'Ebola : Communiqué du Gouvernement

2014/7/16

Aujourd'hui en Guinée CONAKRY-Jusqu’à la date du 10 juillet 2014, la Guinée a enregistré 410 cas dont 310 décès répartis comme suit : Cas confirmés : 297 dont 198 décès, Cas probables : 96 dont 96 décès et Cas suspects : 17 dont 16 décès. 100 malades sont guéris dans les différents centres de traitement


A la date du 10 Juillet 2014, le nombre de cas hospitalisés dans les différents centres de traitement sont :

- Guéckédou : 1 cas confirmé venant de Guéckédou

- Conakry : 2 cas confirmés dont 1 provient de Boffa. Et 01 de Conakry.

Ce qui fait un total de 3 cas confirmés dans les centres de traitement. La date du dernier cas est le 27 Juin à Boffa et le 10 Juillet à Guéckédou.

-8 réfectures antérieurement touchées (Télimelé, Kissidougou, Macenta, Dabola, Dinguiraye, Boffa , Conakry et Kouroussa) n’ont pas notifié de nouveau cas depuis le 27 juin 2014..

Par ailleurs, les 9 et 10 Juillet 2014, La Guinée a reçu la visite du sous-directeur Général de l’OMS chargé de la sécurité sanitaire et de l’environnement, le Dr Keiji FUKUDA.

L’objectif de cette visite était d’échanger avec les autorités nationales sur la lutte contre la fièvre hémorragique à virus Ebola, identifier les défis à relever et voir comment l’OMS peut continuer à aider le pays afin de vaincre l’épidémie qui est déjà transfrontalière.

Il a eu des séances de travail avec Monsieur le Représentant de l’OMS, le Représentant Spécial du Directeur régional de l’OMS pour l’Afrique, le Coordonnateur de la réponse d’urgence à l’épidémie d’Ebola en Guinée, ainsi que les partenaires impliqués dans la lutte contre l’épidémie à virus Ebola.

Le Dr Keiji FUKUDA a rendu visite du Centre de traitement de Donka et le laboratoire où il a qualifié les agents de santé y travaillant de héros. Il s’est entretenu avec Monsieur le Ministre de la Santé, rencontré la commission interministérielle de lutte contre la fièvre Ebola et a obtenu une audience avec Monsieur le Président de la République suivi d’un point de presse avec les média.

Il ressort des différents entretiens une bonne impression et la satisfaction pour les interventions menées et celles en cours dans le cadre de la riposte. L’OMS va continuer son appui dans tous les domaines afin de renforcer les interventions et vaincre l’épidémie.

Son Excellence Monsieur le Président de la République, Le Professeur Alpha CONDÉ et la commission interministérielle ont saisi l’occasion pour remercier le Dr Keiji FUKUDA pour sa visite et pour l’appui constant que l’OMS ne cesse d’apporter à la riposte pour vaincre l’Épidémie en Guinée et dans les pays frontaliers touchés.

Pour plus d’informations contacter :

Dr. Sakoba Keita, Chef de la DPLM au Ministère de la Santé.
Tel : 00224 622 93 13 90, E-mail : keita_sakoba(at)yahoo.fr

Dr Mamadou Rafi Diallo, Directeur du Service National Promotion de la Santé,Tél : +224 622 35 23 78, Email : dmrafi365(at)yahoo.fr

 
Guinée Games : Les parieurs commentent la débâcle brésilienne

2014/7/14

Aujourd'hui en Guinée CONAKRY-Après la défaite humiliante et surprenante des Brésiliens contre l'Allemagne (7-1), les parieurs guinéens partagés entre supporteurs et détracteurs du Brésil commentent le match qu'on qualifie désormais d'historique.Les fans de la société de loterie ont visiblement suivi avec intérêt la rencontre qui a opposé le Brésil à l'Allemagne. La défaite brésilienne a surpris plus d'un. "Le premier but ne m'avait en aucun cas surpris. C'était tout à fait normal qu'une équipe marque un but contre son adversaire.

Au deuxième but, la même chose. J'ai désenchanté quand j'ai vu le cinquième but. J'étais vraiment foudroyé", explique Mamoudou Diallo, réputé supporteur du Brésil. Jacques Guilavogui, qui a suivi le match dans une salle "vidéoclub", témoigne la surprise des téléspectateurs. "Un grand nombre de gens qui regardaient le match était ébahi. Même les supporteurs de l'Allemagne étaient aussi surpris de joie", affirme-t-il.

"Quatre buts en six minutes, c'est le comble. Mon équipe a aussi profité de la panique brésilienne pour multiplier les buts. Bien sûr le Brésil n'était pas en forme mais on ne s'attendait pas à une défaite de cette ampleur ", soutient Mamoudou Diallo. "On aurait jamais imaginé une telle défaite", rétorque un fan de l'équipe brésilienne réputé aussi grand parieur de Guinée Games. "Tout ce que je sais, ce qu'il y a eu beaucoup de gens qui ont manqué leur pari", le brésil nous à tuer estime Souleymane Cissé.



Alpha DIALLO

 
Commune de Ratoma : Alpha condé inaugure des maisons de jeunes

2014/7/12

Aujourd'hui en Guinée CONAKRY-Vendredi 11 juillet, le président de la République a présidé la cérémonie d’inauguration de la maison des jeunes des quartiers Taouyah, Kaporo, Nongo et effectué la posé de la première pierre de celle de Kipé.

Cette série d’inauguration a tout d’abord commencé par celle de Taouyah. Ici, le ministre de la jeunesse et de l’emploi jeune Moustapha Naïté a, au nom de la jeunesse remercié le gouvernement, et en particulier le président Alpha Condé pour son leadership et sa vision qui consiste à la relance de la construction des maisons de la jeunesse. Ce, afin de répondre aux attentes de la population juvénile.

Bâties sur une superficie de 423m², ces maisons de jeunes sont dotées d’une salle polyvalente composée de scène de théâtre et danse, une salle d’informatique, une salle de lecture, de conseil et d’orientation pour les jeunes et un bureau.

Après cette étape, le cortège présidentiel a pris la direction de Kipé où une foule en liesse l’attendait. A ce niveau, il s’agit de la pose de la première pierre de la maison des jeunes.

A Kaporo et à Nongo, dernières étapes du cortège présidentiel, les citoyens se sont réjouits des efforts du gouvernement. Mamadouba Soumah, citoyen du Kaporo lance : « je suis très content aujourd’hui. Enfin notre maison des jeunes a été inaugurée. Nous avons finalement une maison des jeunes dans notre quartier. Je remercie le gouvernement pour ce don plus particulièrement, le chef de l’Etat ».

Le président a pris également l’engagement de prendre en compte les besoins des jeunes dans l’agenda au-delà de 2015 avec le fonds des nations unis pour la population (UNFPA) à l’occasion de cette journée Mondiale de la population.

Notons qu’Alpha Condé avait à ses côtés, des représentants d’institutions des nations unies, les chefs de quartiers et des membres de son gouvernement.

Alpha Condé a promis de construire 13 maisons pour les jeunes dans la zone de Conakry.


Marthe Lucienne Kamano

 
Sotelgui : Les travailleurs se révoltent, descendent dans la rue

2014/7/12

Aujourd'hui en Guinée CONAKRY-Les travailleurs de la SOTELGUI (société guinéenne de téléphonie) sont massivement sortis ce jeudi 10 juin pour réclamer leur 12 mois d’arriérés de salaire à l’Etat. C’est devant le palais Sékhoutouréyah que les manifestants se sont retrouvés pour la circonstance.

Très tôt ce jeudi à Kaloum, les travailleurs de la SOTELGUI en colère, étaient devant le palais Sékhoutouréyah. Ces manifestants munis de pancartes et sifflets, bien qu’empêchés par les forces de l’ordre, ont scandé des slogans hostiles à leur responsable, le ministre des postes et télécommunication. Ils dénoncent le non-respect des accords signés avec l’Etat relatifs au paiement des douze mois d’arriérés de salaire et le plan social.

« Vous n’êtes sans savoir qu’il y a un protocole d’accord qui a été signé entre le mouvement social et le gouvernement guinéen le 20 mai dernier.

Dans ce protocole il était noté qu’on devait désintéresser les travailleurs de la SOTELGUI au plus tard le 30 juin passé. Nous sommes aujourd’hui le 10 juillet et jusqu’à présent rien n’est fait. Donc nous réclamons notre dû» a expliqué Thierno BAH, Secrétaire Général de la fédération syndicale de la SOTELGUI.

Ces anciens travailleurs de la sotelgui protestent également contre la décision du Ministre de tutelle de renvoyer les travailleurs.

D’après eux, ce dernier aurait reçu cet ordre du président de la République. S’ils sont donc devant Sékhoutouréya, c’est bien pour voir clair dans cette situation.

« On a accusé le Président de la République. On dit que c’est lui qui a demandé de virer tout le personnel. Donc, comme c’est le père de la nation, nous venons vers lui pour qu’il nous dise réellement si c’est lui qui veut que nous partions…» a ajouté Thierno BAH , Secrétaire Général de la fédération syndicale de la SOTELGUI.

Sur place, les forces de l’ordre ont empêché les manifestants d’avancer vers le palais Sékhoutouréyah. Seulement, les manifestants disent ne pas baisser les bras et ce, jusqu’à l’obtention de ce qu’il cherche.

Bernadette Condé

 
Un centre régional mis en place à Conakry contre Ebola

2014/7/12

Aujourd'hui en Guinée CONAKRY-Un centre régional de coordination de la lutte contre l'épidémie d'Ebola qui sévit dans trois pays d'Afrique de l'Ouest est en train d'être mis en place à Conakry, la capitale guinéenne, a annoncé vendredi l'organisation mondiale de la santé (OMS)."Le centre agira comme une plateforme de surveillance et de coordination pour renforcer et harmoniser le soutien technique aux pays ouest-africains et pour aider à la mobilisation de ressources" afin de lutter contre la propagation de l'épidémie, indique l'OMS dans un communiqué.

En dépit de la création de ce centre régional destiné à coordonner l'action des autorités sanitaires nationales, des ONG internationales et de l'OMS, cette dernière "ne recommande aucune restriction de voyage ou de commerce" entre les trois pays touchés par le virus Ebola, la Guinée, le Liberia et la Sierra Leone.

Le communiqué indique que des cas de maladies dues au virus Ebola (EVD) "continuent d'être rapportés" régulièrement par les autorités sanitaires de ces trois pays et qu'au 8 juillet, leur nombre total était de 888, dont 539 morts.

L'épidémie, apparue en début d'année, est la plus grave jamais attribuée au virus Ebola et a été au centre d'un sommet sanitaire la semaine dernière à Accra, au Ghana.

Le sous-directeur général chargé de la Sécurité sanitaire à l'OMS, Keiji Fukuda, avait déclaré à cette occasion à l'AFP que l'épidémie allait vraisemblablement durer encore "plusieurs mois".

Le virus Ebola, qui provoque des fièvres hémorragiques, tire son nom d'une rivière du nord de l'actuelle République démocratique du Congo (ex-Zaïre), où il avait été repéré pour la première fois en 1976. Son taux de mortalité peut aller de 25 à 90% chez l'homme.

Ce virus de la famille des filoviridae (filovirus) se transmet par contact direct avec le sang, les liquides biologiques ou les tissus de personnes ou d'animaux infectés.

Il n'y a pas de vaccin homologué contre la fièvre Ebola, qui se manifeste par des hémorragies, des vomissements et des diarrhées.

AFP

 
Université de Kankan : Un enseignant chercheur écrit au Président Alpha Condé

2014/7/11

Aujourd'hui en Guinée CONAKRY-Par les temps courent, la tempête des audits est un peu partout. Tout le monde est devenu enquêteur. Certes, dans le souci d’imprimer la transparence dans la gestion des affaires publiques. C’est dans cette optique que cet enseignant chercheur a dressé cette lettre ouverte au premier magistrat de la République. Dans laquelle, il dénonce la gestion de la subvention accordée à l’université Julius NYéréré de Kankan.

Lisez !

REPUBLIQUE DE GUINEE
Travail- Justice- Solidarité

MINISTERE DE L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE


UNIVERSITE JULIUS NYERERE DE KANKAN


Un enseignant chercheur

A Son excellence Monsieur Le Président de la République Chef de l’Etat

Son excellence,

C’est avec regret que je vous adresse cette lettre pour vous informer de certaines mauvaises habitudes de poules financières et des recteurs qui tuent à petits feux les enseignants chercheurs en général et ceux de l’Université Julius Nyerere de Kankan en particulier.

Si j’ai eu le courage de vous écrire c’est parce qu’ils ont exagéré et la guinée n’est pas propriété privée de quelqu’un. On ne peut pas étudier et se taire sans dénoncer les ennemis des la guinée.

En effet, son excellence actuellement, l’Université de Kankan est devenue une annexe du Ministère des Finances, tout cadre des finances qui veut gagner de l’argent demande à être muté à l’Université de Kankan, or les enseignants, eux ne sont pas faits pour le bonheur mais plutôt pour servir et servir la nation.

Nous avons actuellement à l’université de Kankan :

1.Un agent Comptable en retraite depuis 2012, qui par quelle relation continue à voler notre argent et ne fait qu’installer des frigos à son compte personnel à Kankan ici, malgré que notre recteur ait tout fait pour se débarrasser de lui mais impossible et par finir ils sont devenus des amis pour détourner les fonds destinés à là pédagogie et à la recherche .
Je vous signale entre l’agent comptable et le DAAF c’est comme chien et chat.

2.Un comptable maigrissons avant qui ne peut même pas faire un tableau d’Excel , aujourd’hui gras comme un porc , est obligé de faire affecté un jeune comptable auprès de lui pour faire ce que lui il doit faire . donc tous ceux-ci sont là pour détourner l’argent destiné aux enseignements, qui était aussi un adversaire du DAAF.

3.Un contrôleur financier, qui a l’air d’être empêché pour bien travailler, mais obligé de faire leur jeu si non il n aura rien aussi.

4.Un comptable matériel ; on ne sait comment un sociologue peut devenir un comptable et comment il s’est retrouvé dedans pour le partage du gâteau et il est accusé de détournement de 11000 litres de gasoil pour le groupe et l affaire est est restée sans suite.

5.Un gestionnaire du personnel ; plus faux que que le mot faux, il permet aux faux fonctionnaires qui ne viennent pas enseigner de se faire recenser au compte de l’UNIVERSITE et il s’est érigé en payeur au lieu de s’occuper de la gestion du personnel raison pour laquelle il est là.

6.Un secrétaire général vieux et fatigué qui a failli être battu par le DAAF après l’avoir insulté de tous les maux.

7.Le DAAF depuis au temps du feu président général Conté, est l’acteur principal des détournements le tuer des enseignants, l’amant de la secrétaire particulière du recteur actuel ,l’homme insatiable, plus malin que le Recteur .Prioritaire d’une école privée à Conakry,de plusieurs villas, de plusieurs femmes et des maitresses, mais continue à tromper notre recteur et à agir dans l’ombre. Actuellement le service de gardiennage et de nettoyage sont à l’actif du DAAF, et de la femme du recteur pour drainer les fonds de l’université à leur compte .assisté par un escroc international qui vit mieux dans les fonds de l’Université qu’un maitre de conférences.

8.Le Recteur, un homme très religieux, mais s’est laissé dominer par les bandits à col à blanc et il ne peut plus se défaire d’eux.

La face invincible d’iceberg : L’Université de Kankan à été classée comme étant la meilleure de la Guinée, grâce aux sueurs de ses braves enseignants, pas les financiers.

Monsieur le Président, je vais vous expliquer comment les personnels enseignants sont maltraités par le recteur et son équipe de financier.

La subvention quis’élève a peut près 5 milliards de nos francs se partagent comme suit :

Le recteur doit 95.000.000 GNF par trimestre, pour quel travail ? Mais en réalité il perçoit 220.000.000 GNF

Le Secrétaire général a au moins 85.000.000 GNF par trimestre pour quel travail ?

Le DAFF 90.000.000 GNF par trimestre pour quel travail ? Sans parler de ce qu’il détourne
Le contrôleur, la même chose que le DAAF pour quel travail ?

Le Comptable 80.000.000 GNF. Pour quel travail ?
Son assistance comme il est nouveau il a 15.000.000 pour quel travail ?


L’agent comptable même chose que le DAAF. Pour quel travail ?

Les deus vices recteurs, chacun 70.000.000 par trimestres pour quel travail ?

Pour les cinq facultés les doyens ont en moyenne 15.000.000 chacun, alors qu’ils sont les chefs de chantiers et les dizaines de chefs département et leur directeur de programme ont en moyenne chacun 5 millions.

Monsieur, le président ce que je viens de citer est une partie de la subvention qui est repartie comme telle.

Le reste après la paye des étudiants est reparti entre le Recteur et ses financiers qui ne sont jamais satisfaits, trop gourmands.

Sachant qu’on peut bel et bien former les jeunes enseignants pour l’obtention de leur Master et doctorat au lieu d’achetez les 4x4 d’année en année;

Au lieu de s’occuper de la santé des enseignants malades, on ne fait que penser comment faire sortir l’argent. Raison pour laquelle ils ne sont jamais d’accord entre eux.

Son excellence, je ne peux pas vous dire tout, je vous demande d’envoyer une mission de vérification au niveau de notre université et constituer une commission composée des inspecteurs financiers, des doyens des facultés, des syndicalistes, les enseignants, et des contractuels, vous saurez que vous avez eu confiance à des cadres qui vous trompent du jour au jour.

Le conseil des recteurs veut dire quoi ? Demandez-les. Et pourquoi les universités sont autonomes ? Alors qu’elles sont financées par l’Etat.

Nous enseignants Doyens, chef de département… ont peur de dénoncer ces maux aux grands publics pour ne pas perdre leur fonction. Aujourd’hui personne ne veut servir sous l’autorité des ces mauvais cadres

Mon excellence, la mission fondamentale d’une université c’est la recherche et la pédagogie, on nous informe que dans le budget ces lignes sont coupées.

Nous vous demandons humblement de bien vouloir nous aider à ce que tout soit clair pour sauver le système de l’enseignement supérieur.


Merci son excellence Monsieur le président.

 
Riposte contre Ebola: Le sous-directeur général de l’OMS chez le Président

2014/7/11

Aujourd'hui en Guinée CONAKRY-Le Président de la République, le Professeur Alpha Condé, a reçu en audience dans la soirée du jeudi, 10 juillet 2014 au Palais Sékhoutouréya, le Dr Keiji Fukuda, sous-directeur général de l’Organisation Mondial de la Santé (OMS) chargé de la sécurité sanitaire et de l’environnement.

Les échanges entre le chef de l’Etat et Dr Keiji Fukuda ont porté sur la riposte contre l’épidémie hémorragique Ebola en Guinée. Une occasion que le sous-directeur général de l’OMS chargé de la sécurité sanitaire et de l’environnement a mise à profit pour rassurer de l’appui de son institution pour lutter contre cette maladie en Guinée.

A sa sortie de l’audience, Dr Keiji Fukuda a déclaré : « L’objectif de notre visite chez le Président de la République était d’échanger sur la situation d’Ebola en Guinée. Je voudrais remercier le Président de la République pour son leadership par rapport à l’ensemble des efforts qui ont été mis en place pour contenir l’épidémie Ebola. Le gouvernement de la République de Guinée a mis en œuvre une stratégie nationale de lutte contre Ebola. Une stratégie qui s’articule autour de plusieurs piliers à savoir, le renforcement de la surveillance, la prise en charge des patients, le diagnostic au laboratoire, la sensibilisation des communautés sur l’épidémie Ebola.

On a discuté également de l’appui que pourrait apporter l’OMS dans la mise en œuvre de cette stratégie. La Guinée a un certain nombre de partenaires présents pour apporter leur appui à la riposte contre l’épidémie Ebola. La riposte contre cette maladie ne dépend pas d’un seul partenaire, mais de l’ensemble des partenaires qui doivent travailler en synergie avec le gouvernement guinéen pour arriver à éradiquer cette épidémie.

J’ai effectivement visité le centre de traitement à Donka. Je voudrais saisir cette opportunité pour féliciter le personnel de santé qui travaille d’arrache pieds pour sauver la vie des patients qui sont infectés ».

Sékhoutouréya, 10 juillet 2014


Le Bureau de Presse de la Présidence


 
Construction de la maison des jeunes de Kipé : Naité prêt à exproprier N. Kourouma

2014/7/11

Aujourd'hui en Guinée CONAKRY- Moustapha Naité, ministre de la Jeunesse et de l'Emploi des jeunes depuis janvier dernier a fait venir ce jeudi 10 juillet 2014 des bulldozers et autres engins sur le terrain situé entre l'agence Ecobank de Kipé et les vendeurs de bois , domaine appartenant à notre compatriote et opérateur économiqueEl Hadj  Nana Kourouma.

Les travaux ont débuté à coup de trompettes et de tambours devant près de mille jeunes que monsieur le ministre contrôle même pas avec pour objectif d'inviter ce vendre 11 juillet 2014 à la cérémonie de pose de la première pierre pour la construction de la maison des jeunes de Kipé, le premier magistrat de la Guinée , le Pr. Alpha CONDE.


Seulement voilà que ce terrain sur lequel Monsieur Moustapha Naité veut bâtir'' sa maison des jeunes ''a un propriétaire, qui dispose d'un titre foncier en bonne et due forme. Pendant ce temps, le département en charge de la jeunesse et de l'Emploi des jeunes est incapable de récupérer les nombreuses maisons des jeunes illégalement vendues à citoyens sans foi ni loi au détriment de la jeunesse qui a du mal à se trouver des espaces verts et des centres de récréations.


Moustapha Naité préfère s'acharner sur le domaine purement privé d'un opérateur dont le seul crime est d'avoir les preuves administratives de sa propriété .


Les observateurs et El Hadj Nana Kourouma jurent que le Pr Alpha CONDE ne soit pas au courant des tenants et aboutissants de ce domaine sur lequel Moustapha Naité compte le faire venir ce vendre 11 juillet 2014 .

Face à cette tyrannie d'une autre période qui dessert le Pr Alpha CONDE , le propriétaire des lieux devant Dieu et les hommes est décidé d'épuiser toutes les voies de recours légale pour ne pas qu'il perde  la propriété d'un terrain qu'il a acquis à la sueur de son front .


« Aujourd’hui, nous sommes très inquiets dans notre propre pays. Dans tous les pays du monde, quand vous avez un titre foncier, même quand l’État veut de votre terrain, la loi dit qu’il négocie avec le propriétaire et s’ils tombent d’accord, l’Etat dédommage le propriétaire avant d’occuper ce terrain » dixit El Hadj Nana Kourouma

 


Moustapha Naité est avertit


Affaire à suivre


Ibrahima Sory Sylla

 
Les membres du Conseil supérieur de la magistrature installés

2014/7/10

Aujourd'hui en Guinée CONAKRY-Le Palais Sékhoutouréya a servi de cadre ce mercredi, 9 juillet 2014, à la cérémonie d’installation des 17 membres du Conseil Supérieur de la Magistrature. C’est le Président de la République, le Professeur Alpha Condé, Président du Conseil Supérieur de la Magistrature, qui a présidé cette cérémonie en présence des représentants des institutions nationales et internationales, les membres du corps diplomatique, les membres du Gouvernement, l’Ordre des avocats, la Chambre des notaires et la Chambre des huissiers de justice. Il faut rappeler que cet organe constitutionnel fondamental du pouvoir judiciaire a été créé pour la première fois en 1991 et n’a jamais été installé, ni opérationnel depuis lors. De ce fait, l’installation des membres du Conseil Supérieur de la Magistrature marque le point de départ de l’indépendance de la justice dans notre pays.

A l’occasion, Mohamed Lamine Fofana, conseiller spécial du Président de la République, coordinateur du Comité national de pilotage de la Réforme de la Justice, a félicité le Président de la République pour les actes importants qu’il a pris dans le domaine judiciaire. Pour cela, il est revenu en détail sur les missions essentielles du Conseil Supérieur de la Magistrature à savoir, la gestion de la carrière des magistrats du siège et du parquet, la mission disciplinaire à l’égard des magistrats et la mission consultative auprès du Président de la République dans l’exercice du droit de grâce.

Poursuivant, le conseiller spécial du Président de la République a demandé aux magistrats d’œuvrer, à partir de ce jour, avec dévouement, loyauté et conviction.

Au nom de l’ensemble des magistrats du pays, Kéléfa Sall, président de l’Association des magistrats, a remercié le Professer Alpha Condé pour sa volonté de faire de la Guinée un Etat de droit. C’est pourquoi sur la base de leur serment, il a rassuré que les magistrats vont exercer leur métier de façon digne et loyale.

« On ne peut parler de l’Etat de droit sans la justice » a indiqué le Président de la République, Pr Alpha Condé. Pour le Chef de l’Etat, la justice et la sécurité sont deux conditions qui attirent les investisseurs vers le pays. C’est pour cette raison qu’en sa qualité de Président du Conseil Supérieur de la Magistrature, il a rassuré que cet organe jouera pleinement son rôle. Prenant acte de la déclaration des magistrats, le Pr Alpha Condé les a invités à œuvrer pour la loi, rien que la loi.

Le Président Alpha Condé n’a pas manqué d’attirer l’attention des magistrats sur les sanctions à infliger à l’encontre de tous ceux qui vont faillir à leur tâche. C’est sur ces mots que le Président de la République a déclaré installés les membres du Conseil Supérieur de la Magistrature.

Le Bureau de Presse de la Présidence



 
Détournement du Patrimoine Public : Mode d'emploi

2014/7/9

Aujourd'hui en Guinée CONAKRY-Dans cet univers mafieux qui empeste depuis des lustres, l’univers de notre patrimoine public, ce que l’on croyait relever d’un secret de polichinelle s’est à la fin révélé être un simple jeu d’audace. En tout cas un terrain fertile pour prébendiers, prédateurs qui se mêlent et s’entremêlent dans une course effrénée à l’accaparement de ce qui reste de notre patrimoine public. Qui osera dire que ce qui est à l’Etat n’est pas aussi à qui le peut?

Peu importe la manière de s’attribuer une partie du patrimoine public, l’important, c’est de le posséder pour sois envers et contre tout. C’est en fait le leitmotiv de ces gens sans peur ni foi encore moins de loi qui ont pu s’attribuer d’innombrables domaines immobiliers ou mobiliers de l’Etat. Si on n’y prend pas garde, demain, ce sera le tour du bien nommé Palais du peuple et pourquoi pas de Sékhoutouréya.

C’est du classique et leur mode opératoire est d’une redoutable efficacité. Il suffit de disposer d’un petit fonds ou à défaut de l’entregent et à la clef, faire montre d’initiative. C’est en fait le sésame qui permet de décrocher un bail avec le Département de l’Urbanisme. Pour réaliser -ou faire semblant- de monter un projet immobilier. A priori, dans un contexte libéral, quoi de plus normal.

Mais le bat blesse quelque part car l’exécution de ce genre de contrat de cession avec un tiers court généralement sur 25 ans. Remarquons que dans l’absolu, cela ferait cinq mandats présidentiels et nos petits malins savent bien se jouer sur les agendas politiques, voire les coups de forces…

Toujours est-il qu’avant l’échéance du premier contrat, alors que le retour sur investissement est déjà effectif, on passe au second acte. Au passage, force est de souligner que l’attache avec l’administration domaniale étant solidement préservée à coups de gestes de générosité.

Il est donc anecdotique qu’un complice attitré posté dans les services compétents suggère au promoteur de conserver le bâtiment au lieu de le restituer à l’Etat. Le mobil premier en serait que l’administration domaniale ne sait rien entretenir et d’ailleurs, il risque de revendre le bâtiment (sic).

Des propos mielleux qui sont loin d’être désintéressés, mais à travers lesquels, ceux qui les tiennent se définissent en peinture, sans trop se reconnaitre.

Le destinataire quant à lui ne demande pas mieux, et tout « sérieux » qu’il est, il mérite qu’on lui trouve la bonne solution.

Et fait de solution, c’est qu’en un tour de main, les textes de lois sont contournés sinon vidés de leur contenu ou simplement violés.

Ainsi, le bail à construction légalement acquis et établi pour un quart de siècle est transformé en bail emphytéotique. Celui-là qui a vocation à permettre au promoteur de garder l’immeuble pour 30 ou 40 ans encore.Combien de mandats présidentiels cela ferait-il ?

En tous les cas, c’est de bonne guerre, ces délinquants en cols blancs qui y entrevoient la meilleure manière d’enterrer les dossiers fumants sous les strates du temps et donc de l’oubli.

Toujours est-il qu’à la direction de la conservation foncière, cet héritage déguisé qui n’est autre qu’un brigandage est alors est codifié par un titre foncier. Il ne restait plus que ça et l’affaire est rondement menée. Et le bénéficiaire a quoi brandir devant toute les juridictions de la place pour prouver son statut de propriétaire légal et clamer sa bonne foi.

Par contre et sans le savoir, mais par un temps et un mouvement, la complicité expresse d’un de ses commis a permis à l’Etat d’être soulagé du poids d’une partie de son patrimoine.

Le fait est que par les temps qui courent, cette gymnastique ne manque pas d’adeptes et en faisant l’addition les contrats passés au fil des époques, le patrimoine public n’a pas de quoi se réjouir. Très loin s’en faut et bien malin qui prédira la fin de ce jeu de dupe donc d’ailleurs le caractère mafieux inquiète de plus les défenseurs du patrimoine ou ceux qui seraient tentés de s’engager dans cette bataille.

De sources dignes de foi, on apprend que pour les services rendus dans la spoliation de notre patrimoine, les gratifications des complices vont des gros chèques à ce bonus non négligeable que constitue un appartement gracieusement à disposition pendant un quart de siècle.

Et ce n’est pas tout. Mais en attendant de vous livrer la suite de ce feuilleton, il y a un secret jalousement réservé aux plus audacieux : comment racheter le Palais du peuple ou Sékhoutouréya ?

A.M.D

 
Recensement : La population guinéenne est estimée à 10 628 972 d'individus !

2014/7/9

Aujourd'hui en Guinée CONAKRY-La Guinée compte 10 millions 628 mille 972 habitants, dont 5 millions 486 mille 884 femmes contre 5 millions 142 mille 148 hommes, a appris APA mardi selon les résultats du troisième recensement général de la population, publié par le Ministère du Plan.
Selon ces statistiques, la région de Kankan en Haute Guinée reste la plus peuplée sur les huit régions que compte le pays, alors que la région de Mamou en Moyenne Guinée est la moins peuplée.

La région de Kankan (Haute Guinée) compte 1 million 986 mille 329 habitants, tandis que la population de la région spéciale de Conakry, la capitale, est estimée à 1 million 667 mille 864 personnes.

La région de Nzérékoré en région forestière compte 1 million 663 mille 582 âmes alors que la région de Kindia en Basse Guinée totalise 1 million 559 mille 185 habitants

La région de Boké en Basse Guinée compte 1 million 081 mille 445 habitants contre 995 mille 717 âmes pour la région de Labé en Moyenne Guinée.

La population de la région de Faranah est estimée à 942 mille 733 personnes, alors que celle de la région de Mamou en Moyenne Guinée est évaluée à 732 mille 117 habitants.

APA

 
Gestion opaque, fraudes au baccalauréat : Dr Kourouma montre ses limites

2014/7/9

Aujourd'hui en Guinée CONAKRY-L’incurie qui entoure la gestion du département de l’Enseignement pré-universitaire sous le magistère de Dr Ibrahima Kourouma, vient de nouveau de se révéler au grand jour, par la fraude massive enregistrée lors des examens du baccalauréat session 2013-2014. Le ministre qui cherche des boucs émissaires pour justifier ces fuites d’épreuves, qui ont ôté toute légitimité à ces examens, a montré ses limites, malgré le tintamarre qui entoure chacune de ses sorties relatives à la rigueur qu’il dit avoir cultivée dans le monde scolaire.

Les examens du baccalauréat ont pris fin vendredi dernier. Des examens qui ont été émaillés de fuites d’épreuves, obligeant les autorités de l’éducation à changer les sujets pour la dernière journée. Le ministre de l’Enseignement pré-universitaire et de l’éducation civique, Dr Ibrahima Kourouma, qui se trouvait en tournée à l’intérieur du pays, a promis de situer les responsabilités une fois de retour à Conakry.

Afin que les présumés responsables de ces fuites d’épreuves soient punis, selon les rigueurs de la loi. Même si bien des gens pensent que le principal fautif dans cette affaire n’est autre que le ministre Ibrahima Kourouma, qui à leurs yeux ne serait pas à la hauteur de la mission à lui confiée. Le chef du département de l’Enseignement pré-universitaire et de l’éducation civique, a pourtant crié sur tous les toits que rien ne sera plus comme avant, en termes de moralisation de l’éducation. Le slogan ‘’Tolérance zéro’’ est devenu un refrain pour le ministre. Mais c’était mal connaître les démons de l’incurie et de la médiocrité qui ont élu domicile au sein de son département.

Un département dont la gestion avait fait l’objet à un moment donné de dénonciation dans la presse pour une affaire de détournement de deniers publics. Le ministre et ses affidés avaient nié les faits et crié à la complotite. Sans pour autant convaincre de la vertu dont se fait prévaloir ce haut fonctionnaire controversé. La pilule sera certainement dure à avaler pour Kourouma, qui aura du mal à convaincre l’opinion sur sa capacité à réformer le secteur de l’enseignement.

Quand les sujets se retrouvent dans la rue, là c’est l’avenir de la Guinée qui est compromise à travers ses enfants qui sont dévoyés, alors que ce sont eux qui constituent les élites de demain. Les épreuves ont fait le tour du pays, par la magie du portable.

Jointe au téléphone la directrice communale de l’éducation de Kaloum, Mme Kaba, a fait savoir à notre reporter que sa commune n’a pas connu de fuite d’épreuves lors du baccalauréat. « Dans ma commune aucune fuite n’a été signalée », a-t-elle lancé. La directrice communale de
l’éducation de Matam, elle a donné sa langue au chat.

L’heure est grave, et l’opinion attend de savoir ce que les autorités de l’éducation vont décider de ces examens, qui méritent d’être annulés, selon certains observateurs.

In '' Le Démocrate ''

 
Mondial 2014 - Demi-finale Brésil - Allemagne - Scolari: "Ma pire défaite"

2014/7/9

Aujourd'hui en Guinée CONAKRY- Le sélectionneur brésilien Luiz Felipe Scolari a estimé que la défaite contre l'Allemagne (7-1) était la pire défaite de sa carrière. "Qui est responsable quand l'équipe se présente sur le terrain?", a-t-l répondu à une question d'un journaliste. "Qui est entraîneur? Qui est responsable des choix? C'est moi. Le résultat est catastrophique. Le résultat peut être partagé entre tous parce que les joueurs ont demandé à partager la responsabilité.

Mais toute la partie tactique, c'est moi. Le responsable, c'est moi. C'est probablement ma pire défaite. J'ai perdu d'autres matches comme joueur et entraîneur (...) mais je crois que c'est la pire journée de ma vie. J'ai fait ce que pensais être le mieux pour mon équipe. On a travaillé et on a subi une défaite ici.

C'est la troisième depuis que j'ai pris le poste il y a un an et demi, mais cette défaite est horrible... 7-1. Je demande d'ailleurs pardon au peuple brésilien pour ce résultat négatif, pardon pour ne pas avoir atteint la finale. On va continuer à travailler et on va jouer la troisième place à Brasilia. Je remercie aussi les supporters pour leur soutien, parce qu'ils nous a soutenus même après 5-6-7-zéro."

"On a été en difficulté tout de suite. On a pris le premier but sur corner et après il y a eu ces cinq minutes de manque de contrôle. De passage à vide. Ce n'est pas normal. Après, à 5-0, on ouvre le jeu pour essayer de revenir et les Allemands ont transformé leurs occasions. On a essayé de courir derrière le résultat pour faire au moins honneur au maillot."


(Belga)

 
Tarikhoui : Votre rubrique qui vous interdit de rire

2014/7/8

Aujourd'hui en Guinée CONAKRY-La semaine passée, le royaume de Conakry Gbèrè-Gbèrè a connu quatre grands événements. Le 1er fut la levée de sanction de Baba Ouro par Kôtô Maoubhè. Désormais les deux hommes politiques ont décidé d'enterrer la hache de guerre pour sauvegarder les intérêts de leur parti, l'UFDG. Après avoir signé le papier, Kôtô taramakhè est allé à Labé où il a entamé le ramadan. Eh Kôtô ! Yetté Diallo, hi dha hôrii ? (tu jeûnes).

Le 2ème fut la signature d'un pacte de solidarité entre les communautés Haali Pular et Sosso. Cette cérémonie s'est tenue à Kouria dans la préfecture de Coyah en présence des sages des deux communautés.

Le 3ème événement a eu lieu hors du royaume, mais il concernait le royaume. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a convoqué un sommet à Accra, 11 ministres de la santé de la sous-région se sont retrouvés nez à nez pour voir comment éradiquer la Fièvre Ebola dont l'usine de fabrication se trouve chez Sa Majesté le roi Môba Simbo en Guinée. Soubhanalaye !

Le 4ème fut la débâcle des examens nationaux. Croyez-moi chers lecteurs, depuis l'accession de notre pays à l'indépendance en 1958, notre royaume n'a jamais connu une telle pagaille.

Certains sujets se sont retrouvés même au marché Avaria. Tenez vous bien ! Au marché de Sangoyah, une vendeuse de poissons se pavanait avec le sujet de Mathématiques TSM, à Bonfi deux candidats au BEPC dansaient faré gnakhi avec le sujet de Dictée et Questions. Incompétence ou négligence des autorités en charge de l'éducation ? Votre équipe s'est rendu chez le roi pour lui faire le compte rendu de ces événements. Malheureusement pour nous, le roi faisait sa prière du crépuscule. Même si nous avons constaté qu'il mélangeait les versets qu'il lisait. Voici l'intégralité de notre entretien.

Journaliste Kômbô Kômbô : Assalamalekoun ! Sa Majesté, je suis très fier de vous. Le verset que vous venez de lire est très important, cela prouve que vous avez une maitrise du Saint Coran.

Môba Simbo : Que je maitrise le Coran ou pas, ce n'est pas ton problème. Que viens-tu faire chez moi à pareil moment ?

Journaliste Kômbô Kômbô : Vous savez Majesté, vous êtes le père de la nation. Ce soir comme je n'ai pas de quoi manger, j'ai décidé de venir chez vous pour la rupture du jeun.

Môba Simbo : Adéah ! Petit tu as fait un mauvais calcul. Mon lafidi là, c'est pour moi seul afoukoudou. Quitte devant moi gourmand.

Journaliste Kômbô Kômbô : Ok Sa Majesté. Finissez de couper le jeun, j'ai apporté des nouvelles très importantes pour vous, vous savez que c'est mon travail.

Môba Simbo : Pôrôô ! Quelle nouvelle importante ? Gros menteur. Mais je t'informe qu'on ne ment pas pendant le ramadan. D'accord je t'écoute, quelles sont tes nouvelles ? Vas-y, vite.

Journaliste Kômbô Kômbô : Sa Majesté, c'est fini pour vous en 2015, car Kôtô Maoubhè a levé la suspension de Baba Ouro. Donc finie la guerre. Les deux hommes sont d'accord, et d'ailleurs Kôtô Maoubhè est allé fêter cela au Foutah…

Môba Simbo : Eh !!! C'est ça que tu appelles bonne nouvelle pour moi ? Toi je ne te comprends pas.

Journaliste Kômbô Kômbô : 2ème nouvelle et qui parait mauvaise pour vous : désormais les communautés Haali Pular et Soussous ont signé un pacte de solidarité. Donc en 2015 vaut mieux ne pas se présenter. Les communautés me chargent de vous informer qu'elles préfèrent voter Kôtô Maoubhè en 2015.

Môba Simbo : Lahilah ! Iwoulè ! (Tu mens). Je ne suis pas informé de cela. Mes oncles Soussous ne peuvent pas me faire cela. Je suis leurs fils. Ils m'ont porté au dos jusqu'à Sékhoutoureya, môrr !!

Journaliste Kômbô Kômbô : Oui, mais ils me chargent de vous dire que s'ils vous ont porté au dos en 2010, cette fois-ci ils vont vous déposer à terre et porté Kôtô Maoubhè en 2015.

Môba Simbo : Eh Allah !! Awa n'gbé kana (je suis foutu) mais tu ne sais pas pourquoi ils veulent me déposer à terre petit ?

Journaliste Kômbô Kômbô : Je connais tout sa Majesté. Ils disent que tout ce que vous leurs avez promis n'a pas été réalisé. Pas de courant, pas d'eau. Et le pire, vous avez importé la fièvre Ebola en Guinée.

Môba Simbo : Lahilah !! Qui a importé la fièvre Ebola en Guinée ? Menteur que tu es. Petit va plaider ma cause chez eux.

Journaliste Kômbô Kômbô : Toutes mes excuses, Majesté. Je vous ai beaucoup défendu, veuillez m'excuser pour cette fois-ci. Je vous informe aussi que l'opposition républicaine est revenue à l'Assemblée nationale.

Môba Simbo : Oui je suis au courant, mais tu ne sais pas si Kôtô Maoubhè a accepté de siéger ? Car c'est le plus dur pour moi.

Journaliste Kômbô Kômbô : Oui, il va bel et bien siéger. Sa Majesté, cette année, même les poulets auront leurs Baccalauréat. Les sujets étaient partout, même au marché d'Avaria, pardon le marché du changement. walahi !

Môba Simbo : Ce n'est pas ton problème, même si les sujets se retrouvent dans les poubelles, l'essentielle pour nous c'est d'organiser les examens, Peu importe le reste, môrr !

Journaliste Kômbô Kômbô : Non Sa Majesté. Vous ne devez pas blaguer avec l'avenir des enfants. Votre ministre Ibou Kourmani s'est montré incompétent, avec ses slogans bidons du genre ''tolérance zéro''.

Môba Simbo : De quelle compétence tu parles ? Il a bien fait. Si tu veux, informe tes amis des Grandes Gueules. Nous, on a organisé les examens et nous avons mangé le reste du Wodi (l'argent).

Journaliste Kômbô Kômbô : Vous savez Sa Majesté, on dit ''l'homme qu'il faut à la place qu'il faut''. Vraiment, Ibou Kourmani doit quitter l'éducation. C'est le secteur le plus important du royaume, le laisser entre les mains d'un petit vendeur de paracétamol …

Môba Simbo : Oui petit, tu as raison. Mais je vais te dire quelque chose. Tu sais bientôt les élections, donc je cherche des militants, ibaran lon ka ? (tu m'as compris non ?). Dans le Konia il peut me donner beaucoup de voix.

Journaliste Kômbô Kômbô : Si je comprends bien Sa Majesté, vous cherchez de nouveaux clients pour 2015.

Môba Simbo : Voilà petit ! Tu as bien compris, je cherche des clients. J'ai tout perdu, même à Sékhoutoureya je n'ai pas de militants, partout où je passe les gens crient ''yé mouna, tê mouna'' (pas de courant, pas d'eau !), tu vois petit ?

Journaliste Kômbô Kômbô : je dois maintenant vous quitter, mais ça fait longtemps que vous ne chantez pas pour moi et pourtant vous avez une belle voix. Je veux l'entendre ce soir avant de vous quitter s'il vous plait, Sa Majesté.

Môba Simbo : D'accord petit, même si tu es un menteur, j'ai de l'estime pour toi. Ok tu connais farê gnakhi ? Je peux chanter ça pour toi petit ?

Journaliste Kômbô Kômbô : Oui boss i tanan bé ! (c'est toi le vrai )

Môba Simbo : D'accord petit bandit, écoute bien : Wo abonbo ! Bèlèkhè Bombo! Tokhè go? Anakoulet! Tôkhèhôrègo ? anakoulet, Yari yoo et wotan Yari faa Bé!!

À la semaine prochaine, mais pardon ne riez pas.
Issiaga Douprou Sylla

 
De la primature au congrès de l'UFR
L'inconstance et les hyperboles de Sidya Touré
Lettre ouverte d'Alpha à Lansana CONTE
Vieille de 23 ans
Dépêches
L'UA/Nord-Mali
TV Aujourd'hui-en-guinée

cliquez sur la photo pour ouvrir la video

Voir les autres articles >>>
Le 4 juillet 1985-4 juillet 2014
Devoir de mémoire ( Déclaration )
TV Aujourd'hui-en-guinée  ::  De la primature au congrès de l'UFR  ::  Audios  ::  L'UA/Nord-Mali  ::  Libres Propos  ::  Soutenez Aujourd'hui en Guinée  ::  Albums Photos  ::  Contact  ::  Abonnez-vous  ::  Email  ::  Partenaires  ::  


Privé - Espace Clients  Hotline  

© Rosawebpro   |    Privé - Espace Clients