Préfecture de Kissidougou
Paul Moussa Diawara inaugure le stade

Partenaires

Africatime

Africvisionguinée

Akhadan

Conakrylive

Ecoutez Sabari FM 97.3 en direct

Guinée7

L'Express Guinée

Le Diplomate

Les amazones

Mediaguinee

www.Guineematin.com

14 visiteurs connectés

28 2017 - 5h39
 RECHERCHER 

Antonio Souaré apporte son assistance à Lama SIDIBE

2017/2/27

Aujourd'hui en Guinée Ayant appris l'état de santé défectueux de l'artiste Lama SIDIBE,le PDG du GBM antonio Souaré a apporté un soutien conséquent à l'enfant de Horê Felô comme toujours,en pareil circonstances,Antonio Souaré s'est montré au chevet des artistes et sportifs nécessiteux il avait été l'un des principaux sponsors des 20ans de carrière de Lama SIDIBE.Aujourd'hui il s'investit encore pour que l'artiste recouvre sa santé au plus vite.

C'est naturellement,le cœur de l'homme plein de générosité qui parle.Même s'il ne veut pas outrancière ment autour de ses actes de bienfaisance nous sommes tenus de le relever,car ce n'est pas le seul mécène connu du pays mais c'est toujours lui qui est le plus prompte à réagir lorsque véritablement une situation compliqué se présente à la porte d'un artiste ou d'un sportif.

Cette répétition de l'aide chez lui fait partie de son éducation c'est un véritable caractère dans lequel l'homme s'est moulé.
"Je ne gaspille pas mon argent aimé t-il dire quand il rend service aux autres.C'est Dieu qui me guide,la main qui donne,c'est la même main qui reçoit.Tant que je vivrai je ferais le minimum pour chacun dans la mesure de mes possibilités,la fortune se partage et je serais heureux qu'il y ait des Guinéens
Plus riche que moi,mais des Guinéens qui puisse avoir surtout la lucidité de partager dans un esprit de solidarité.

Quand je rend service j'oublie,mon père m'avait dit de ne jamais regarder derrière moi sur le passé,mais de ne jamais oublié d'où je viens et dans ces circonstances c'est cette parole qui me guide et je n'abdiquerai jamais à cette volonté paternelle.Cette volonté me caractérise et sans doute c'est l'une des raisons pour lesquelles Dieu me protège.
L'homme c'est le fruit du Travail bien fait,c'est pourquoi il faut aider son prochain et Dieu sera toujours de ton côté."
Souhaitons que le talentueux Lama SIDIBE à l'issue de son séjour médical à DAKAR nous revienne plus que jamais rassuré de sa bonne santé pour le bien être du monde culturel et artistique Guinéen.

Le président du Horoya AC vient de prouver encore une fois sa grandeur d'âme et son sens de responsabilité au dessus de toute action et il voudrait être à la hauteur des espoirs placés en lui par l'ensemble de la jeunesse Guinéenne et de tous ceux qui aspirent voir notre pays aller de l'avant car pour réussir il faut compter d'abord sur ses propres forces.

Ibrahima Diallo
DG radio liberté fm

 
 Ajouter un commentaire
Guinée : Une épidémie de sextapes déclenche la psychose à Conakry

2017/2/25

Aujourd'hui en Guinée On ne les compte plus. Filmées avec des téléphones portables, de nombreuses sextapes impliquant des Guinéens ont fuité récemment sur les réseaux sociaux. Si le phénomène n'est pas nouveau, il a pris dernièrement une tournure inquiétante.

En Guinée et dans la diaspora, les réseaux sociaux sont en ébullition. Ce n’est plus le défilé en bikini des candidates à l’élection de la miss nationale qui fait le buzz, mais quelque chose d’a priori bien moins futile. En cause, des vidéos pornographiques amateurs qui fuitent et se partagent en boucle sur l’application Messenger de Facebook notamment.

Que montrent ces vidéos ?

La vidéo la plus commentée actuellement ? Difficile à dire tant les surprises s’enchaînent. Une des plus vilipendées montre deux hommes et une jeune femme en pleins ébats, cette dernière étant en prime copieusement injuriée en langue nationale soussou (la plus parlée dans la capitale Conakry). Un des deux hommes se retrouve même dans une autre sextape, partagée plus récemment et vraisemblablement filmée elle aussi avec un téléphone portable. Quatre autres vidéos et des captures d’écran pour le moins suggestives font également ou ont fait le tour de la toile, provoquant stupéfaction, dégoût et indignation – mais aussi parfois une pointe de voyeurisme -, dans un pays majoritairement musulman (80%) et chrétien (10%).

Qu’en pensent les Guinéennes?

« Voir ces vidéos quitter le cadre privé pour se retrouver sur la toile, c’est désolant. Je souhaiterais que les filles notamment prennent conscience du danger que représente ce genre de pratiques », réagit Diaraye Diallo, journaliste, à propos des dernières sextapes.

Les femmes de ces vidéos risquent d’avoir de grosses difficultés pour trouver un emploi et d’autres, qui ont désormais une vie stable, peuvent être affectées durement
De fait, la publicité de ces vidéos est un drame surtout pour les femmes qui y sont impliquées, dans une société guinéenne conservatrice où l’homme a souvent le pouvoir et où parler de sexe est tabou – du moins en public. « Il y a une certaine vindicte contre ces gens qui ont fait des erreurs à un moment de leur vie. C’est dommage pour l’image de la femme, car ces vidéos même supprimées laisseront des traces indélébiles », regrette Dieretou Diallo, activiste et présidente du collectif Guinéenne du 21e siècle. « Les femmes de ces vidéos risquent d’avoir de grosses difficultés pour trouver un emploi et d’autres, qui ont désormais une vie stable et sont engagées, peuvent être affectées durement », ajoute-t-elle, avant d’en appeler aux associations pour sensibiliser les Guinéens sur la nécessité de prendre soin de leur « identité numérique » à l’heure des réseaux sociaux et du portable roi.

Asmaou Bah Doukouré, secrétaire générale du Syndicat national des employés de maison (Synem-Guinée) et mère de famille, se dit quant à elle « écœurée et choquée de voir ces vidéos partout », et condamne ceux qui les font circuler. « C’est lâche », dit-elle, invitant elle aussi « les femmes et les hommes à plus de responsabilité dans leurs faits et gestes, et surtout dans leurs fréquentations ».

Qui figure sur ces vidéos ?

En général, les personnes impliquées sont facilement identifiables. Une sextape concernerait même un ancien ministre. Quant aux deux protagonistes de la vidéo la plus « populaire » du moment, ils sont bien connus du monde des affaires. L’un d’eux a été suspendu de ses fonctions de conseiller du PDG d’une entreprise de BTP, pour « comportement inadmissible ». Le second serait lui PDG d’une société. Les deux auraient fui à l’étranger, ce qui n’est pas pour faciliter l’information judiciaire confiée au parquet du Tribunal de première instance de Kaloum pour « outrage public à la pudeur », au terme de l’article 275 du code pénal.

Quelles conséquences juridiques ?

Outre l’outrage public à la pudeur, puni de trois mois à deux ans d’emprisonnement et d’une amende de 500 000 à un million de francs guinéens (la peine pouvant être doublée lorsque l’outrage est commis en réunion), ces vidéos et leur diffusion sont passibles d’autres infractions, comme l’attentat à la vie privée, passible d’un à deux ans d’emprisonnement et d’une amende d’un à trois millions de francs guinéens, ou l’injure publique, punie de seize jours à six mois de prison et d’une amende de 500 000 à deux millions de francs guinéens.

Hasard de calendrier ou « revenge porn » à l’anglo-saxonne ? Difficile à dire

Les peines peuvent atteindre vingt ans de réclusion criminelle en cas de viol aggravé. Les enquêteurs en effet n’excluent pas que certaines protagonistes n’aient été des victimes droguées. Fin 2015, une autre vidéo montrait un jeune rappeur en train d’exiger des avances à « sa petite amie » sous la menace d’un couteau. Inculpé de viol, le suspect, Tamsir Touré, jouit depuis officiellement « d’une liberté provisoire ».

Comment ces vidéos se retrouvent-elles sur le web ?

Les enregistrements ne sont en général pas nouveaux. L’un d’eux aurait notamment 2 à 3 ans. « La jeune femme qui y est impliquée résiderait à Paris, où elle s’apprêtait à convoler en noces », dit une source policière. Hasard de calendrier ou « revenge porn » à l’anglo-saxonne ? Difficile à dire.

D’autres vidéos semblent avoir fuité inopinément après la perte d’un téléphone portable. À Pita, au cœur de la Guinée, fin novembre 2016, un charlatan sexagénaire a survécu de justesse à un lynchage populaire après que l’une de la soixantaine de ses vidéos s’est retrouvée sur Facebook. Il exigeait des femmes venant le consulter des relations charnelles sous l’œil de la caméra de son téléphone…



Diawo Barry
JA

 
 Ajouter un commentaire
Assainissement de la ville de Conakry : Le royaume du Maroc apporte des fonds et son expertise

2017/2/24

Aujourd'hui en Guinée Le Royaume chérifien du Maroc a signé tard dans la soirée du jeudi 23 février des conventions au bénéfice de l’assainissement de la ville de Conakry, la capitale guinéenne. Ces signatures entre ministres guinéens et marocains ont eu lieu au Palais Mohamed V de Conakry, à l’occasion du séjour de Sa Majesté le Roi Mohamed 6 dans notre pays.

La signature de conventions dans le domaine de l’assainissement de la ville de Conakry, capitale confrontée à un énorme défi de gestion des déchets, a visiblement rendu heureux le Chef de l’Etat, Pr Alpha Condé, qui n’a pas manqué de réagir.

«Quand le président Erdogan est venu, il a dit que Conakry n’est pas une ville. Grâce au Roi, quand le président Erdogan reviendra prochainement, il dira que Conakry est une ville » » du Maroc, affirme, sourires aux lèvres, le président de la Guinée.

En réalité, le royaume chérifien du Maroc a paraphé deux conventions de coopération relatives au « projet d’assainissement liquide» et « la mise à Niveau » de la ville de Conakry.

Ce sont les ministres guinéen et marocain de la Ville et de l’Aménagement du Territoire, Loncény Camara pour la Guinée et Nabil Ben Abdallah, Ministre de l’Habitat et de la politique de la Ville pour le Maroc qui ont signé ces documents, sous les regards de Sa Majesté Mohamed 6 et du président Alpha Condé.

«La convention relative à la mise à niveau de la ville de Conakry, signée permettra la réalisation d’actions prioritaires de mise à niveau des quartiers sous-équipés, de lutte contre l’insalubrité et d’amélioration de la voirie et de la trame viaire de la Capitale guinéenne. Ces actions seront réalisées en complémentarité et en coordination avec celles prévues dans d’autres conventions, notamment celles relatives à l’assainissement de la ville », précise le ministre marocain, M. Benabellah.

Pour la réalisation effective de ces actions annoncées, le Maroc accorde une enveloppe financière de 10 millions de dollars américains. Ce montant s’ajoute au premier don de 12,5 millions de dollars consacrés par le Royaume à l’assainissement. Mieux, sous la bénédiction du Roi Mohamed 6, les services marocains fourniront un « accompagnement technique et institutionnel pour la levée de financements complémentaires » dans le domaine de l’assainissement.

Entre la ministre guinéenne de l’Economie et des Finances, Maladho Kaba et celui du Maroc, Mohamed Boussaid, il est intervenu dans ce cadre la signature de la « Convention de don relative au projet Assainissement de la Ville de Conakry ».

En plus du soutien financier, le Maroc apporte son expertise technique par « le transfert de compétences » à la Guinée dans ce domaine. Un « mémorandum d’Entente en matière d’Assistance technique » a été aussi signé.

«Le Maroc a développé une expertise et un savoir-faire dans le domaine de l’Urbanisme qu’il met à la disposition de la République de Guinée pour la mise à niveau urbaine de la ville de Conakry » renchérit à la MAP jeudi, le ministre de l’Habitat et de la Politique de la ville, M. Mohamed Nabil

« La croissance urbaine importante que connait le continent africain témoigne de son dynamisme démographique, mais apporte également son lot de défis majeurs en matière d’habitat, d’infrastructures, de services de base et d’intégration sociale et urbaine”, a-t-il relevé.

“Ces défis, notre pays les a connus, et sous la conduite éclairée de SM le Roi, que Dieu L’assiste, les a affrontés, relevés et pour une large part gagnés, développant ainsi une expertise et un savoir-faire qui lui sont reconnus dans le monde”, a-t-il mentionné.

Une dépêche de Amadou Touré et Ougna Elie Camara pour l’AGUIPEL

 
 Ajouter un commentaire
Le Gouvernement déplore les pertes en vies humaines

2017/2/21

Aujourd'hui en Guinée Conakry, le 21 Février 2017 – Le Gouvernement déplore les pertes en vies humaines suite aux violences enregistrées à Conakry depuis le début de semaine. Ces violences ont non seulement occasionné des destructions de biens publics et privés, mais ont également et surtout coûté la vie à sept de nos concitoyens dont deux ce mardi.

En cette douloureuse occasion, le Gouvernement présente ses condoléances les plus attristées aux familles des victimes et entend faire toute la lumière sur les circonstances de ces drames. Le ministère de la Justice a d'ores et déjà ouvert une enquête sur ces événements d’hier et aujourd'hui. Il procédera à une communication dans les jours à venir à ce sujet.

Par ailleurs, le Gouvernement salue le retour au calme qui prévaut sur la majeure partie des quartiers de notre capitale mais déplore toutefois la persistance des violences dans la haute banlieue.

Le Gouvernement rassure les populations qu’il continue à prendre les mesures nécessaires à la sécurisation des biens et des personnes et au retour à la quiétude.

La Cellule de Communication du Gouvernement

 
 Ajouter un commentaire
Urgent/Le syndicat des enseignants suspend la grève (offfiel)

2017/2/20

Aujourd'hui en Guinée Après plusieurs jours de négociations, syndicats et Gouvernement sont tombés d’accord sur un protocole d’accord ce dimanche soir à Conakry. C’était en présence du Ministre d’Etat, Secrétaire Général de la Présidence, Naby Youssouf Kiridi Bangoura, du Ministre en charge du Travail, Porte-parole du Gouvernement, Damantang Albert Camara, du Médiateur durant ces négociations, l’Inspecteur Général du Travail, Alia Camara, des Représentants des Syndicats, du Patronat et de plusieurs ministères tels que ceux en charge de la Fonction Publique, de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, du Budget et de l’Enseignement Pré-Universitaire.

A noter que les parties ont convenu de se retrouver ce lundi 20 février 2017 pour la signature formelle de cet accord.

Nous vous proposons de retrouver ci-dessous la déclaration du mouvement syndical, lue tard la nuit par Moussa Balato Keita, Secrétaire Général de la FSPE: « Enseignants et enseignantes de Guinée, après 13 jours de grève, le Gouvernement et les syndicats se sont accordés sur les points faisant l’objet de l’avis de grève du 30 janvier 2017. Les parties vont procéder aux formalités d’usage pour émettre une déclaration officielle demain lundi 20 février 2017. Nous vous remercions d’avoir observé cette grève pendant 13 jours. Les détails vous seront donnés dans la déclaration de suspension dès demain.»

C’est dire que les cours pourraient reprendre ce mardi 21 février.

La CC du gouvernement

 
 Ajouter un commentaire
Guinée : Pourquoi les enseignants sont-ils en grève ?

2017/2/20

Aujourd'hui en Guinée La grève déclenchée le 6 février dernier par l’intersyndicale de l’éducation se poursuit en Guinée. Le tête-à-tête de cette semaine, entre le président Alpha Condé et les délégués syndicaux, n’a pas fait bouger les lignes. Que demandent-ils ?

« Le président de la République a dit qu’il n’était pas question d’augmenter les salaires. Il est opposé à toute grève qui concourt dans ce sens », relate Soumah Aboubacar, membre de la commission qui a rencontré Alpha Condé mercredi 15 février.

Les enseignants réunis à la Bourse du travail (siège des centrales syndicales) cette fin de semaine, pour l’écouter raconter la rencontre entre leurs délégués syndicaux et le chef de l’Etat guinéen martèlent : « La grève continue ! » Le mouvement dure maintenant depuis près de deux semaines. Les enseignants nous ont expliqué pourquoi.

Des salaires jugés trop bas

Leur principale revendication est salariale. Le syndicat reproche à la nouvelle grille salariale en vigueur depuis novembre 2016 de rétrograder les enseignants, toutes hiérarchies confondues, et de leur faire perdre l’acquis de 40% d’augmentation obtenu de guerre lasse depuis 2015.

Beaucoup d’enseignants grévistes ont rallié la Bourse du travail à bord des moyens de transports en commun, rares sur des motos. C’est « la preuve de la précarité dans laquelle vivent les enseignants guinéens. « L’enseignant fait un travail noble. Il devrait bénéficier d’un traitement salarial, à l’image des magistrats, car tant vaut l’école, tant vaut la nation », estime un syndicaliste.

Sidibé Kalsoum, professeur de physique au lycée 1er mars, à Matam (banlieue sud de Conakry), renchérit : « Nos salaires sont minables. Je suis de la hiérarchie A et après onze ans de service, je touche un salaire de 2 305 000 francs guinéens (moins de 250 euros ndlr). Ceux qui sont de la hiérarchie B en gagnent 1 500 000 (environ 150 euros, ndlr). Comme tout le monde, on a des personnes à nourrir, à soigner, des enfants à éduquer … ».

Des vacataires jamais titularisés

D’après les statistiques, 2 250 enseignants de l’école guinéenne seraient des vacataires. Bangoura Mohamed est l’un d’eux. Il enseigne depuis 2010, pour 400 000 francs guinéens mensuels (40 euros). Son seul souhait est d’être titularisé dans la fonction publique. Pour le moment, il a passé deux fois le concours, sans succès.

« Ils écartent les meilleurs au profit des médiocres », accuse-t-il, assurant que le concours d’accès à la fonction publique s’obtient « soit par affinité soit par corruption ».

Selon les grévistes, le prix du pot-de-vin pour réussir ce concours oscille entre cinq et dix millions de francs guinéens par personne. « Nous demandons l’intégration pure et simple de tous les enseignants immatriculés non admis. Prétendre qu’on n’est pas bien qualifiés n’est qu’un alibi. C’est insulter le système éducatif guinéen.

On est régulièrement évalué par les missions d’inspection », rappelle Bangoura Mohamed. Le président guinéen a proposé, lors de son entrevue avec les grévistes, d’intégrer les vacataires ayant huit ans d’ancienneté dans le métier, une offre qui n’a pas été accueillie favorablement.

De gros frais de transports

Faute de logement de fonction et de salaire convenable, Bangoura Mohamed, sa femme et son enfant de quatre ans « vivent toujours dans la maison familiale ». Pour arrondir les angles, le professeur est contraint de prendre des heures de travail dans les écoles privées.

À 54 ans, Kalsoum Sidibé « vit dans la maison de son oncle ». Il reçoit une prime de logement de 120 000 francs, alors qu’il faut débourser mensuellement « entre 300 000 et 500 000 francs » (50 euros) pour un chambre-salon, à Conakry. Au moins a-t-il la chance d’habiter non loin de son lieu de travail. Bangoura Mohamed, lui, quitte Matoto tous les matins pour rallier le lycée Donaka, dans la commune de Dixinn où il enseigne comme contractuel. « Sur les 470 000 francs guinéens que je perçois à la fin du mois, 300 000 francs sont consacrés au transport », explique-t-il.

Un autre enseignant vacataire, qui bénéficie du même salaire à la fin du mois, n’a pas assez d’argent pour faire soigner sa femme, malade. « Elle souffre d’un problème de cœur qui nécessite une évacuation vers le Maroc ou la France », explique-t-il, en exhibant un rapport médical de l’hôpital sino-guinéen, situé dans la commune de Ratoma. Faute d’une assurance santé, l’enseignant anonyme ne sait plus à quel saint se vouer.

Pas de moyens pédagogiques

« Avec les cours théoriques seulement, les élèves comprennent difficilement. Mais comment effectuer des travaux pratiques sans laboratoire ? », s’interroge le professeur de physique, Sidibé Kalsoum. « Il n’y a même pas de bibliothèque ! », déplore-t-il.

S’ajoutent à cela des effectifs pléthoriques de« 130 élèves, voire plus » par salle de classe. Devant eux, un enseignant doit être présentable, pointe encore le professeur : « Si tes habits sont usés, tes chaussures éculées, les élèves ne vont jamais t’écouter, te respecter. »

Pour résoudre ce point, les enseignants doivent depuis 2008 bénéficier d’une prime de documentation censée s’élever à 300 000 francs guinéens. Mais elle ne leur a jamais été versée, disent-ils. Interrogé sur le sujet par les syndicalistes cette semaine, Alpha Condé se serait monté « évasif », selon eux.




Diawo Barry de J.A

 
 Ajouter un commentaire
Rencontre Alpha Condé-Syndicats des enseignants : Les écoles resteront pour le moment fermées selon Amadou Diallo

2017/2/16

Aujourd'hui en Guinée À peine rentré au bercail après Dubaï où il a pris part en compagnie des Macky Sall et Kagamé au sommet sur le bonne gouvernance , Pr Alpha Condé pour sauver l’école guinéenne à pendant plus de trois heures discuté personnellement avec les syndicats au Palais Sèkhoutoureyah le 15 février 2017

Au sortir de la salle des discussions , le camarade Amadou Diallo, patron de la plus grande centrale syndicale, la CNTG, a commenté la rencontre. ”Nous avons entamé des discussions sans les terminer. Nous devons retourner à notre base pour faire le compte rendu de notre rencontre avec le chef de l’Etat. Pour le moment, il n y a pas eu une avancée significative. Parce que le point nodal reste la grille et on reste toujours sur notre position. Donc, pour le moment, les écoles restent toujours fermées’’

Ibrahima Sory Sylla

 
 Ajouter un commentaire
Décès de l'ancien gouverneur de la BCRG, Mohamed Alkaly Daffé

2017/2/15

Aujourd'hui en Guinée Les familles Daffé, Sankhon, Bangoura,Coumbassa, Baldé, parents, amis et alliés ont la profonde douleur d'annoncer le décès de Elhadj Mohamed Alkaly Daffé, ancien Gouverneur de la Banque Centrale de la République de Guinée ( BCRG ), décès survenu le lundi 13 Février 2017 à 22h00 à son domicile des suites de maladie.

Qu'en soient informés, S.E.M le Président de la République, Chef de l'État, Professeur Alpha Condé, Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, Monsieur le Gouverneur de la BCRG.
Les obsèques du très cher regretté Elhadj Mohamed Alkaly Daffé se dérouleront selon le programme suivant:

Vendredi 17 Février 2017:
10h00-Levée du corps à la morgue de l'hôpital Ignace Deen

13h00- Prière à la Grande Mosquée Fayçal. De Conakry

15h30- Retour à la maison mortuaire au quartier Kipé, où les salutations d'usage sont reçues.
Paix à l'âme de Elhadj Mohamed Alkaly Daffé. Amen !


J.B.Williams

 
 Ajouter un commentaire
Taroukhoui : Votre rubrique qui vous interdit de rire.

2017/2/13

Aujourd'hui en Guinée La semaine passée, le roi moba-simbo a regagné la capitale Conakry gbèrè-gbèrè. Je ne vous apprends rien, mais vous le savez notre roi a été élu comme le roi « foufafou» de l'union africaine pour un an d'exercice. Et juste après son élection, sa majesté le roi Moba-Simbo a appelé tous ses ministres « fouyantés » d'organiser une grande mamaya pour dire peut-être à ceux qui ne savent pas comment il a été élu, qu'il doit rentrer à Conakry. Chose dite, chose faite. Ainsi plus de 10 Milliards de nos francs pitoyables ont été arrachés pour encourager les populations affamées de sortir, mais hélas ! Quelle honte ! Seuls les curieux sont sortis pour regarder le visage de notre roi « a daassi praa ». Et deux jours après son arrivée, notre vieux roi a pris le chemin pour Kankan ; et là-bas il parait que plus de 15 milliards ont étés mis à la disposition des préfets « foufafouy » de cette région pour mobiliser les gens, et l'occasion a été pour un de ses préfets d'appeler directement son maçon de venir prendre sa part et aller terminer sa maison à Dubreka. Qui est fou ? Ou allons nous avec ce régime ? Allahou-akbar !!! Et quand notre roi est arrivé à Conakry votre équipe de tarikhoui est allée lui rencontrer voici l'intégralité de notre interview.

Le Journaliste kombö-kombö : (devant la porte du roi) kon-kon-kôn !!! Je peux rentrer s'il vous plait ?

Möba-simbo : AH !! C'est qui ça encore ? Je suis occupé, je travaille sur le dossier Afrique. Foutez- moi le camp les petits guinéens là.
Le journaliste kombö-kombö : c'est moi sa majesté votre petit sûr ; moi qui étais votre directeur de campagne en 2015.

Möba-Mimbo : d'accord petit tu peux rentrer, toi tu m'intéresses puisque je veux un 3ème mandat ; et je veux des hommes capables comme toi. Prends place, qu'est ce je peux faire pour toi ?

Le journaliste kombö-kombö : d'abord je suis venu pour vous féliciter, j'étais à Washington chez mon ami « DONALT-TROMPEUR » quand j'ai appris que vous êtes élu nouveau roi inutile de l'union africaine ; il est satisfait, seulement il me charge de vous dire d'être exemplaire, d'être serviable pour l'Afrique, et surtout de ne pas chercher à modifier la constitution de votre pays surtout ça et ensuite …

Möba-Simbo : Ensuite quoi ? Espèce de menteur, avec ton gros ventre là, on dirait bateau, sors de mon bureau « itan-wouléfalèè »(menteur)

Le journaliste kombö-kombö : Je vous présente toutes mes excuses sa majesté, j'ai une série de questions à vous poser, d'ailleurs ces questions sont très importantes pour vous sa majesté.
Möba-Simbo : Oui je t'écoute mais gare à toi si tu me parles des woba-woba .

Le journaliste Kömbö-Kömbö : le jour de votre arrivée à Conakry, votre parti a débloqué plus de 10 milliards pour votre réception. Sa majesté vu la crise économique que traverse notre royaume, est-il bon de faire des choses pareils ?

Möba-Simbo : mais ils ont bien fait. C'est l'argent de ton grand-père ? Ou bien c'est l'argent du peuple ? mööörrr !!! D'ailleurs ils ont pris peu, ils devaient prendre plus que ça, espèce d'escroc, ou tu étais quand Fodé Soumah jetait de l'argent même dans le puits au temps du P.U.P ? Chacun a son tour chez le coiffeur, on a trop souffert dans ce pays, mais maintenant nous aussi c'est notre tour, on prend ce qu'on veut et on fait ce qu'on veut. Afaakoudou !!!

Le journaliste Kombö-Kombö : Ok sa majesté ; ma 2ème question est de savoir pourquoi vous avez nommé petit Tibou comme votre conseiller personnel avec rang du ministre d'état, est ce que vous allez écouter ses conseils ?
Möba-Simbo : Adéeaahh !!! Quels conseils ? (rire) bon écoute petit tu sais, petit Tibou c'est un garçon qui est très intelligent, et j'ai besoin des hommes comme lui pour pour, pour… négocié. Ibaaralon-kaa ?

Le Journaliste Kömbö-Kömbö : Awa ifamaa (d'accord chef). Ma «3ème question » est de savoir pourquoi ton gouvernement a fermé les écoles pendant deux semaines ?

Möba-Simbo : Bon écoute petit, toi aussi tu es trop gawa, tu sais quand ça veut déborder, on envoie les élevés en congés techniques, c'est-à-dire ils ne viennent pas à l'école pour étudier mais quand je dois venir dans une préfecture ils doivent venir pour gonfler l'effectif de mes militants, tu as compris maintenant le scenario ? vilain garçon !

Le journaliste kömbö-kömbö : ma 4ème et dernière question, puisque vous êtes élu nouveau roi de l'union africaine, qu'est-ce que vous comptez faire pour l'Afrique durant votre mandat ?

Möba-Simbo : Ah là !!! Petit tu me poses une bonne question, pour l'Afrique je prépare une belle affaire, comme tu me connais, je suis spécialisé contre les épidémies, après Ebola, je dois contrer toute les maladies contre l'Afrique, ensuite j'ai commandé de l'électricité, des tonnes d'engrais, de l'anacarde, donc dis au peuple d'Afrique de bien se préparer wallayi (rire)

Le journaliste kömbö-kömbö : je vais maintenant vous quitter, mais pardon il faut chanter un bon morceau pour moi, un morceau de 1985.

Möba-Simbo : walah petit c'est pourquoi je t'aime, bon écoute je commence, et c'est un morceau que j'ai beaucoup dansé à boulbinet : je commence :
Imanè didilaliilalan !! ilaliiilaliilalaan !! wassa-wassa !!! Wééé

Au revoir. A la semaine prochaine, mais pardon ne riez pas.

Issiaga Doupourou Sylla

 
 Ajouter un commentaire
Crise dans les écoles de Guinée : Le ‘’Kourouma Gate’’ en marche !

2017/2/8

Aujourd'hui en Guinée Si nous nous en tenon aux faits ayant provoqué les sorties des élèves du pays dans les rues avec violence ces derniers temps, il y a lieu de noter que ce n’est qu’un acte de défaitistes doublés d’arrogance qui va miner pour longtemps les relations du gouvernement de la République avec la masse des élèves du pays et du coup, d'avec leurs parents, et pour cause...

Lorsque des ministres se donnent le droit de ne pas dire la vérité au chef de l’État sur une situation qui préoccupe l’ensemble des familles du pays, il y a lieu de se retrouver entre citoyens et autorités, pour retrouver le fil conducteur de la bonne cause qui doit être préserver, afin que la Guinée continue à donner le meilleur de ses acquis pour l’avenir de tous les enfants du pays.

Après que les ministres de la fonction publique –Sékou Kourouma, et celui de l’Enseignement pré-universitaire et de l’alphabétisation - Ibrahima Kourouma, aient fait échouer les vrais et bons contractuels, en allant en plus dire au Président Alpha Condé, qu’il y a eu plus de 77% d’admis, sans expliquer largement de qui il s’agissait, ce fut de la désolation dans les écoles du pays et dans presque toutes les familles de Guinée.

Car si on fait le constat qui prévaut aujourd’hui dans toutes nos préfectures et dans la capitale Conakry, ce sont les élèves qui sortent pour revendiquer avec violence leur droit à l’instruction, suite à l’absence prolongée des contractuels dans leurs différentes salles de classes.

Ceci nous fait penser à cette furie débordante dans les rues du pays, qui explique mal le comportement du ministre de l’Enseignement pré –universitaire, qui non content d’avoir fait du mal aux élèves guinéens, en recalant les contractuels en masse, alors qu’il n’avait qu’à dire la vérité au Président Alpha Condé sur les vrais raisons, il fait une fuite en avant par l’imposition d’un congé de deux semaines aux élèves de tous les cycles du système éducatif guinéen.

Il sera question sous peu de trouver la solution idoine à ce qu’on appelle déjà à Conakry, ‘’Le Kourouma Gate’’, afin de mener à bon compte cette année scolaire et universitaire.


Par Aboubacar Sidick SAMPIL


 
 Ajouter un commentaire
Tolérance zéro aux mutilations génitales féminines

2017/2/8

Aujourd'hui en Guinée Conakry- A l’instar de la communauté internationale, le Gouvernement Guinéen, à travers le Ministère de l’Action Sociale, de la Promotion Féminine et de l’Enfance, a célébré la journée internationale tolérance zéro aux mutilations génitales féminines ce 6 lundi février. A la marge de cette célébration, un point de presse a été organisé à la direction nationale de l’enfance sise à kaloum en collaboration avec l’Unicef, l’Ambassade des États Unis et d’autres ONG.

Ce point de presse a été ouvert par Monsieur Roger Djassi Canon, Inspecteur général du MASPFE/ Ainsi, la célébration de cette journée internationale consacre en effet, la reconnaissance de la dignité humaine et de la femme de jouir de son intégrité physique et morale dans le cadre de son épanouissement dans tous les domaines.

Dans son discours, Monsieur Roger Djassi Canon a informé que sur 29 pays pratiquant des mutilations génitales féminines (MGF) dans le monde, 18 se retrouvent en Afrique, particulièrement au nord du continent et au sud du Sahara. Pointant du doigt la situation des MGF en Guinée, il dira que le taux de prévalence des MGF en Guinée, est l’un des plus élevés au monde avec 97% pour la tranche d’âge de 15 à 49 ans selon une étude mondiale réalisée en 2012, ce qui fait de notre pays, le 2 ème au monde après la Somalie.

Les raisons de la persistance de cette pratique culturelle qui impose de relever d’importants défis sont essentiellement liées à :

La culture – La religion – La faible application de la loi.

Mais depuis cette date, de nombreuses initiatives, sur la base de la feuille de route nationale MGF, ont été prises notamment dans les domaines de la justice avec l’adoption du nouveau code pénal révisé, de la santé, de l’éducation, ainsi que dans le secteur religieux ayant abouti à l’adoption d’une fatwa interdisant et démarquant la pratique de l’excision issue de la religion. Ces efforts menés par les ONG partenaires dans les communautés en termes d’éducation et d’habilitation communautaires ont permis une baisse significative de la prévalence de 6 points d’indice, soit 91% selon les résultats d’une récente étude sur les violences basées sur le Genre y compris les MGF.

En termes d’actions, on pourrait noter entres autres la poursuite des efforts :

– d’application de la loi ;

-de démédicalisation de la pratique des MGF

-d’introduction des modules MGF dans les curriculas de formation des établissements d’enseignement

-d’échanges inter religieux

-d’habilitation communautaire et de valorisation des jeunes filles non excisées, etc.

Avant de clore ce point de presse, Madame Bah Mariétou de la section politique à l’ambassade des États Unis a lancé un appel à l’endroit de tous les médias d’œuvrer à la réduction des propagations de certains individus ancrés par la pratique de la mutilation génitale accusant les obligations religieuses, coutumières ou encore ancestrales.

En fin, il faudra de même retenir que l’idéal de cette journée internationale de lutte contre les mutilations génitales féminines est de : « Établir un lien solide et interactif entre l’Afrique et le reste du monde afin d’accélérer l’élimination des MGF d’ici l’an 2030 ».

La Cellule de Communication du Gouvernement

 
 Ajouter un commentaire
Affaire Koula: Le député Ousmane Gaoual doit comparaître pour conspiration! dixit Mohamed Lamine Keïta

2017/2/8

Aujourd'hui en Guinée Ousmane Gaoual a joué un rôle préliminaire très important dans la conspiration qui a abouti à l’assassinat du journaliste Mohamed Koula DIALLO au siège de l’UFDG.

Les Faits :

En bon homme de main, Ousmane Gaoual fut le porte-parole du petit directoire de Cellou Dalein dans les préparatifs nébuleux de l’accueil de BAH Oury pour sa première participation à une réunion du bureau exécutif de l’UFDG dont il en est le deuxième responsable; depuis son retour d’exil le 24 janvier 2016. Soit trois (3) jours après son arrivée.

Après leur planification pour éliminer Lamine KEÏTA, Secrétaire Fédéral chargé de la Communication de l’UFDG/France et membre de la Cellule de Communication de BAH Oury, pour faire porter le chapeau à BAH Oury lui-même, qui certainement viendrait avec lui à cette réunion, savaient-ils; Ousmane Gaoual, pour préparer les esprits à l’éventuelle tragédie et détourner l’attention de l’opinion publique de la vérité, écrivit ceci le mercredi 27 janvier 2016, je cite:

<< BAH Oury prévoit de perturber la réunion du bureau exécutif de vendredi. L’UFDG doit prendre ses responsabilités.

Nous apprenons que BAH Oury et son petit comité veulent provoquer des violences à l’occasion des réunions de l’UFDG (Bureau exécutif et conseil politique) avec un objectif est double.

1) Provoquer les violences pour conduire à la suspension des activités politiques de l’UFDG avec l’appuie des extrémistes du RPG arc-en-ciel.

2) Donner un prétexte à ces mêmes extrémistes du pouvoir de liquider certains cadres de l’UFDG en les maquillant par cette rivalité entretenue à cet effet par BAH Oury et son comité.

Dans tous les cas, Chacun doit avoir à l’esprit que ce plan machiavélique et démoniaque fait de Lamine KEITA l’agneau de sacrifice qu’ils exposent afin qu’il soit violenté éventuellement pour déclencher les règlements de compte par assassinat.

C’est une information dont il faut tenir compte dès à présent.

L’UFDG doit réagir en appliquant strictement le règlement intérieur à tout acte révérencieux.>> Fin de citation.

La tragédie survint alors par leur soin.

Mohamed Koula DIALLO, journaliste à www.guinee7.com tomba le vendredi 05 février 2016 sous les balles des gardes du corps de Cellou Dalein au siège de l’UFDG.

La préméditation étant effective dans la tragi-comédie sermonnée par Ousmane Gaoual à dix (10) jours des événements en est une illustration palpable de cette conspiration.

Comment le député Ousmane Gaoual savait-il (si on le prend à ses mots) que le RPG Arc-en-ciel avait prévu de liquider Lamine KEÏTA à ce jour de réunion du vendredi et que BAH Oury les bénirai pour déclencher des règlements de compte par cet assassinat ?

A cette question principale et bien d’autres, Ousmane Gaoual devra répondre devant la Cour d’assise pour que toute la lumière soit faite et que justice soit rendue dans cet assassinat lâche du journaliste Mohamed Koula qui à prit une balle destinée à d’autres (BAH Oury et Lamine KEÏTA), fruit d’une conspiration établit par le petit directoire de Cellou Dalein, Président de l’UFDG, contre ces derniers.

Affaire à suivre…

Mohamed Lamine KEÏTA

Chargé de Communication de l’UFDG/France

Membre de la Cellule de communication de Bah Oury

 
 Ajouter un commentaire
La colère des travailleurs de kaléta

2017/2/8

Aujourd'hui en Guinée Dubréka- Des travailleurs contractuels du barrage hydroélectrique de Kaléta ont manifesté, samedi, 04 février 2017, leur colère contre la Direction générale du Projet d’Aménagement Hydroélectrique de Kaléta (PAHK) pour dénncer les mauvaises conditions de vie et de travail, rapporte l’AGP.

La manifestation a eu lieu à l’occasion du démarrage des travaux de la ligne d’interconnexion du Projet Energie de l’Organisation pour la Mise en Valeur du Fleuve Gambie (OMVG) lancés, samedi sur le site de l’aménagement de Kaléta dans la préfecture de Dubéka, sous la présidence du chef de l’Etat, Pr Alpha Condé.

Les manifestants détenaient des pancartes sur lesquelles étaient mentionnées des propos hostiles à leur Direction générale.

Saisissant l’opportunité, le président de la République, Pr Alpha Condé a, dans une sérénité empreinte d’humour, promis de régler ce problème dans les meilleurs délais.

 
 Ajouter un commentaire
Hommage à Mohamed koulah Diallo (Par Barry Abdourahamane)

2017/2/6

Aujourd'hui en Guinée Aujourd’hui, nous séchons nos larmes en tant que croyant
Mais nous ne baisserons jamais nos armes devant
Des situations qui aggravent nos maux.

Mohamed Koulah Diallo

Aujourd’hui nous sommes plus nombreux qu’hier
A attirer encore l’attention de l’opinion nationale et internationale

Que dans un pays démocratique comme le nôtre,
Un journaliste n’est pas un ennemi encore moins un adversaire,

Il doit donc être protégé comme tout citoyen par nos lois et non par des mots.

Mohamed Koulah Diallo
Parmi tant de métiers que tu pouvais aussi facilement exercer
Celui d’informer a été ton choix, un choix que tu as honoré
Même pendant les moments les plus chauds.

Mohamed Koulah Diallo
Vous l’avez bien connu
Car il vous a toujours convaincu
A travers son engagement et à travers son efficacité
A apporter la nourriture du cerveau.

Mohamed Koulah Diallo
Tu as été froidement assassiné
Le 05 Février 2016 en plein exercice de ton métier
Repose en paix !
Car les défenseurs de la liberté d’expression n’ont pas dit leurs derniers mots.

Repose en paix Mohamed Koulah Diallo
Que la terre de Guinée pour la quelle tu as sacrifié ta vie te soit légère Amen !

Barry Abdourahamane le poète sage diplômé d’une licence en sociologie de l’Université Koffi Annan de Guinée
Tél : 662-07-63-68/ Email :sociopoete@gmail.com




 
 Ajouter un commentaire
Que cela soit écrit : Des radios privées (Par Abou Maco)

2017/2/6

Aujourd'hui en Guinée Plusieurs années de radio, ça use les énergies ! Surtout ici en Guinée où la vie est de plus en plus dure. Mais n’allez pas croire que les dures conditions d’existence de ce médium, qui ploie, à l’instar d’autres, sous d’importantes charges, décourage les promoteurs de radios. Ainsi, depuis la libéralisation des ondes radiophoniques, la bande FM a été littéralement prise d’assaut pour donner droit à la libre expression de la parole et des idées plurielles. Aujourd’hui, en Guinée, on compte une bonne vingtaine de stations de radios privées, commerciales, associatives et communautaires ou confessionnelles qui fortifient chaque jour la construction démocratique nationale et bêchent inlassablement les sentiers du développement.

On peut donc saluer à sa juste valeur l’initiative de Martine Condé, qui veut mettre en perspective les entreprises privées de radiodiffusion du pays des rivières du Sud. En effet, la présidente de la HAC invite, au-delà de la réflexion sur l’environnement de ces médias, à un nouveau contrat de prestations radiophoniques de qualité, gage d’un meilleur ancrage démocratique. Car les problèmes sont là, majeurs, qui grèvent encore douloureusement le bon fonctionnement des médias privés tout court, et singulièrement des radios privées. Martine Condé a ainsi noté fort justement l’insuffisance et le manque de qualification des effectifs, l’absence d’un statut du personnel, la maigreur des salaires, l’insuffisance et l’inadéquation des équipements…

Une communication a d’ailleurs présenté les conclusions d’une étude sur la problématique du fonctionnement des radios privées en Guinée, qui a fait ressortir un chapelet d’insuffisances et de contraintes qu’il conviendrait de résoudre ou de lever un tant soit peu, en cette nouvelle année qui s’offre aux entreprises de radiodiffusion privées guinéennes. Les acteurs de ces entreprises de presse devraient se saisir de l’occasion qui leur est ainsi offerte pour formuler des recommandations susceptibles, si elles sont suivies d’application, d’améliorer leurs prestations.

Des recommandations, qui devraient appeler notamment à l’élaboration et à la mise en oeuvre par les services techniques compétents, d’une fiscalité spécifique applicable aux radios privées. Sans oublier la révision sensible voire la suppression de certaines redevances sur les fréquences radioélectriques, ainsi que la révision de la redevance des droits d’auteur pour tenir compte de l’environnement socio-économique et des réalités locales de la radio. Mais ce n’est pas tout. Il faut également demander que soient organisés à l’intention des journalistes, des séminaires ateliers de formation en déontologie et éthique et que soient élaborés et vulgarisés des manuels, plaquettes, affiches et spots sur la déontologie et l’éthique.

Une dernière recommandation pertinente sera de revoir les conditions de subsistance des travailleurs de ces entreprises de presse radiophonique privée dont chacun sait qu’à force de jongler pour survivre, ils ont désormais du mal à trouver la queue du diable pour les tirer d’embarras. Que voulez-vous, même le diable ne se laisse plus “tirer par la queue”! Aussi, la HAC est-elle invitée à entreprendre toutes les actions en direction des ministères chargés de l’Emploi et de la Communication, des promoteurs de radio, des associations professionnelles de la communication pour l’élaboration d’une grille salariale applicable au personnel des radios privées, en attendant l’adoption d’une convention collective pour l’ensemble de la corporation”.

Voilà ! Ce qui est dit est dit, et cela doit être écrit et respecté.

Abou Maco
Journaliste

 
 Ajouter un commentaire
Assistance médicale et psychosociale aux victimes des violences sexuelles des événements du 28 septembre

2017/1/24

Aujourd'hui en Guinée Communique de presse du Ministère de la Santé: Conakry 24 janvier 2017 - A la demande du Président de la République, son Excellence le Professeur Alpha Condé, chef de l’Etat, une équipe de médecins de l’Hôpital Panzi, de la République Démocratique du Congo, se rendra à Conakry du 23 au 27 janvier 2017 pour discuter des possibilités de collaboration en matière de réponse aux besoins médicaux et psychosociaux des victimes de violences sexuelles des événements du 28 septembre.

Au cours de cette visite, la mission offrira en collaboration avec les médecins guinéens des prises en charge médicales et psychosociales aux victimes du 28 septembre.

La visite est facilitée par le Bureau de la Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations Unies chargée de la question des violences sexuelles commises en période de conflit, Mme Zainab Hawa Bangura, et s’inscrit dans le cadre du Communiqué conjoint sur la lutte contre l'impunité pour les violences sexuelles signé entre le gouvernement guinéen et l'Organisation des Nations Unies en novembre 2011.

La mission sera dirigée par le Dr Denis Mukwege, Directeur de l'Hôpital Panzi, qui depuis 1999 fournit des soins médicaux, ainsi que des services psycho-sociaux, à des milliers de victimes de violences sexuelles liées au conflit en RDC.
La visite sera également l’occasion de discuter de possibilités de soutien et de coopération dans le court, moyen et long terme, incluant la formation et le renforcement des capacités, et soutenir la création d'un réseau de collaboration entre les institutions et les professionnels de santé de la Guinée et l’Hôpital Panzi.

Le Ministre de la Santé
DR Abdourahamane DIALLO

Transmis par le Bureau de Presse de la Présidence

 
 Ajouter un commentaire
«Mohamed Koula a bien été tué au siège de l’UFDG », I. S. Traoré, Administrateur de Guinée7

2017/1/23

Aujourd'hui en Guinée L’agence de spectacle et de promotion Wassolon Communication et le site Guinée7 employeur du journaliste Mohamed Koula Diallo tué en 2016 au siège ou aux abords du siège de l’UFDG, selon la position adoptée par les uns et les autres, annoncent une série d’activités pour commémorer l’an un de la mort de notre confrère.

Parmi les activités annoncées par Talibé Barry, le président du comité d’organisation de cet événement, il y a la lecture du saint Coran pour le repos de l’âme du journaliste ; une marche en direction du ministère de la justice pour que lumière soit faite très rapidement sur cette affaire.

Parallèlement à la marche qui partira du rond point du port autonome de Conakry pour prendre fin au ministère de la justice, il sera organisé une synergie des radios pour marquer cette commémoration. Il y aura ensuite l’ouverture de deux comptes pour une collecte de fonds en faveur de la veuve et l’orphelin de feu Mohamed Koula.

D’après Lamine Mognouma Cissé, Directeur Général adjoint de Wassolon Communication qui s’exprimait ce jeudi devant la presse, à l’occasion de l’annonce de ces activités, « l’assassinat de Koula est l’illustration parfaite de la violence faite au journaliste dans l’exercice de sa profession »

Pour Talibé Barry, ces activités ont pour objectif de « faire en sorte que la date du 05 février soit inscrite dans les anales de l’histoire ». Parce que poursuit-il, « des faits de la même époque sont en train d’être examinés pendant son cas tend à être relégué aux oubliettes ».

Ibrahima Sory Traoré, Administrateur de Guinée7 a difficilement eu les mots pour exprimer ce qu’il ressent. A ce jour, selon lui, « il n’ya aucune information rassurante sur la suite du dossier de la mort de Mohamed Koula Diallo ».

Quoi qu’il en soit, a précisé Traoré Ibrahima Sory: « les actions en cours ne sont pas pour mettre la pression sur qui que se soit mais c’est pour que justice soit faite en faveur de Mohamed Koula», rappelant que « depuis la mort de Zongo, le journaliste burkinabé est respecté parce que la presse en a profité pour mettre les balise ».

« Il ne faut pas accepter la manipulation. Mohamed Koula a bien été tué au siège de l’UFDG. Protégeons-nous. Ce qui est arrivé à Koula peut arriver à chacun de nous », a conseillé l’administrateur de Guinée7 qui déplore le fait que jusque là, ils n’ont pas l’avocat qu’on leur a promis pour être partie civile dans le dossier.

Certes le temps de la justice est différent de celui des hommes. Mais une chose est sure, affirme Traoré, « il y a assez de retard ». Un retard que l’administrateur de Guinée7 se réserve toutefois de mettre au compte du manque de volonté des autorités de juger cette affaire. Espérant que les prochaines assises verront l’examen du dossier Koula.




K.G.S

 
 Ajouter un commentaire
Kaloum: Echauffourée entre forces de l'ordre et des citoyens.

2017/1/21

Aujourd'hui en Guinée C'est à 6h 30 du matin ce samedi 21 janvier courant que les citoyens de sandervallia 6è avenue, dans la commune de Kaloum, ont manifesté leur colère avant de recevoir une fielleuse visite des forces de l'ordre.Le différend serait parti autour d'un domaine de l'état, situé près de l'école du centre, qui servait de dépotoir d'ordures aux citoyens, cédé à un expatrié libanais qui ouvre un restaurant. Une citoyenne qui a requis l'anonymat, a joint au téléphone votre serviteur, narre la scène :

" Au fait, c'est un libanais qui est entrain d'ouvrir un restaurant. Il veut étendre son restaurant car son espace est trop exigu. C'est pourquoi, là où nous déposons nos ordures, il a acheté cet espace à l'état. Donc, vu que nous n'avons plus d'espace pour mettre nos ordures, nous manifestons notre colère."

Entre essoufflements et courses, elle ajoute : " Les premiers agents venus pour disperser les gens, ont été chassés par jets de pierres. C'est ainsi qu'un renfort de la DPJ et de la gendarmerie est venu pour disperser à coups de gaz lacrymogènes les manifestants."

Selon notre interlocutrice, les citoyens ne sont pas contre le fait de céder le domaine, mais plutôt comment trouver l'espace pour mettre leurs ordures.

Si le calme y est revenu, une fois de plus, les autorités communales et le gouvernorat de Conakry sont interpellés, pour trouver une mesure d'accompagnement qui calmerait définitivement les citoyens de ce quartier qui doit son nom à Olivier de Sanderval.

Ousmane TRAORÉ
Écrivain-journaliste

Directeur Général de l'EGIR.
Chef de bureau d'AEG à Riyad.

 
 Ajouter un commentaire
Des présumés agresseurs du préfet de Coyah arrêtés, d’autres en fuite vers la Sierra Leone

2017/1/21

Aujourd'hui en Guinée
Conakry- Deux mois après l’attaque du domicile du préfet de Coyah, Dr Ibrahima Barbosa Soumah par des inconnus armés, huit (8) personnes viennent d’être interpellées par les services de sécurité de la préfecture, rapporte l’AGP.

Selon une source sécuritaire, «les enquêtes se poursuivent puisque trois principaux présumés auteurs seraient toujours en fuite vers la Sierra Leone. Les huit présumés auteurs qui viennent d’être arrêtés ont été mis à la disposition de la Justice. Ils se trouvent actuellement à la Maison d’Arrêt de Conakry».

Le préfet, Dr Ibrahima Barbosa Soumah, attaqué par des individus, le 24 novembre 2016, serait toujours sous des soins à l’étranger. Les causes de cette attaque armée ne sont toujours pas élucidées.

A noter qu’aujourd’hui, la préfecture de Coyah est le retranchement des grands criminels. La localité est devenue une zone criminogène par excellence, selon les statistiques criminelles de la Police nationale de la République de Guinée.

Source: AGP

 
Kobélé et le spectre du 22 Novembre 1970: Enquêtes bâclées, accusations fantaisistes et deshumanisantes (Partie IV)

2017/1/16

Aujourd'hui en Guinée Dans plusieurs de ses articles, Kobélé se présente comme « enseignant-chercheur ». En fait, Kobélé a fait une formation de bibliothécaire-archiviste en France. Il était connu dans le milieu des étudiants comme un des agents du PDG (Note 1*). Kobélé n’a pas fréquenté une école normale pour être enseignant et n’a pas de doctorat ou un équivalent pour être chercheur. Pendant des années il a travaillé à la bibliothèque de Polytechnique où il était en charge de classer et de répertorier les mémoires des étudiants. Dans l’amalgame de la révolution culturelle et de l’enseignement au rabais, il fut chargé de cours. Ce passé n’interdit sûrement pas à Kobélé d’avoir des opinions sur l’histoire de notre pays. Mais quand il s’auto-proclame chercheur, il fait de l’imposture pour impressionner. Sa signature est une tricherie qui cherche à faire passer pour des études académiques ce qui n’est que de l’hagiographie, de la propagande, de la provocation politicienne et l’apologie de crimes d’état.

Le nombre de victimes et le mythe de la résistance populaire

Kobélé avance les chiffres de 365 à 500 victimes de l’attaque du 22 Novembre 1970. Il ne précise pas si elles sont civiles ou militaires. Pour les victimes militaires, il ne fait pas de distinction entre Guinéens et combattants du PAIGC. Il mentionne des gardes égorgés au camp Boiro. Il dit aussi que le camp Boiro fut libéré par des professeurs et étudiants de l’Institut Polytechnique de Conakry.

Ces affirmations sont gratuites et mensongères. Des témoins encore vivants disputent la présentation de la « résistance » des étudiants de l’Institut Polytechnique. Ils indiquent que des étudiants furent mobilisés à Poly et on leur donna des pistolets. Mais, arrivés au camp Boiro il n’y avait aucun commandement pour les guider. Ils se contentèrent d’observer – fascinés selon les termes d’un des témoins - le mouvement des chaloupes pour embarquer leur matériel dans les bateaux en rade sur mer. Il n’y eut aucun effort de la part des étudiants pour libérer les gardes neutralisés et regroupés au milieu du camp. Leurs témoignages font cas de 8 gardes tués au Camp Boiro durant les affrontements nocturnes.

D’autres témoins qui habitaient aux abords du camp Boiro cherchèrent à s’en éloigner le matin du fait des tirs nocturnes. En route, ils furent rejoints par plusieurs gardes du camp qui avaient été démobilisés par les attaquants.

Contrairement à ce que Kobélé avance, il n’est nulle part documenté que les assaillants s’attaquèrent à des civils. Plusieurs sources indiquent que la plupart des victimes militaires ou civiles furent tuées par la milice populaire. À l’époque, on raconta qu’à Madina, un groupe de miliciens avait pris refuge derrière des militaires. Il était de notoriété publique que les standards de formation de la milice étaient encore plus bas que ceux de l’armée régulière qui souffraient déjà de beaucoup d’insuffisance, due à la méfiance de Sékou Touré. À part quelques leaders qui furent envoyés à Cuba, la milice n’avait pas de formation. Elle n’avait aucune expérience de combat. Les miliciens talonnèrent les militaires lors du déploiement à Madina. Le chef de la milice prit de panique donna l’ordre de tirer à volonté. Les militaires qui se trouvaient devant furent fauchés par les balles des miliciens. Le nombre de morts fut estimé à 40 en plus de 8 militaires qui furent tués au Camp Boiro.


Sur le comportement des attaquants, un fait établi ruine les affirmations de Kobélé sur des tueries sauvages auxquelles les attaquants se seraient livrés. Ce fut l’arrestation par les attaquants de Lansana Diané (Note 2**). Lansana Diané, qui était membre du Bureau Politique du PDG et ministre de la défense prétendit n’être qu’un chauffeur et fut mis à l’écart des militaires qui étaient regroupés au milieu du camp. Mais l’ancien ambassadeur de la Guinée à l’ONU, Ashkar Marof (Note 3***) qui était parmi les détenus politique qui venaient d’être libérés le reconnut. C’est alors qu’il fut alors enfermé. Lansana Diané était connu pour son zèle et sa cruauté (Note 4****). Mais en dépit de ce passé, de son rang dans le parti et le gouvernement ainsi que de ses relations avec Sékou Touré dont il se disait le cousin, il ne subit aucun mauvais traitement. Il sera libéré après la fin de l’attaque et mourra après la chute du PDG. Typique des purges et des règlements de compte du PDG, il sera soupçonné de complicité et ne devra son salut qu’au fait d’appartenir au sérail de la « famille régnante » (sic).

Sékou Touré refuse une enquête indépendante sur l’attaque du 22 Novembre 1970

Jusqu’au 8 Décembre 1970, Sékou avait crié sur toutes les ondes que l’attaque était une tentative de reconquête coloniale de la Guinée dirigée par la France et le Portugal. Selon André Lewin, quand la BBC mentionna la présence de Guinéens opposés à Sékou Touré parmi les attaquants, la radio guinéenne s’insurgea avec violence. Le conseil de sécurité de l’ONU voulut dépêcher une mission d’évaluation afin d’imposer une compensation au Portugal. Sékou Touré s’opposa vigoureusement à la mission. Avec une pirouette typique de l’homme à la recherche du sensationnel au lieu de la vérité, Sékou demanda comme compensation l’indépendance immédiate des colonies portugaises d’Afrique. Cela permit Sékou Touré d’entretenir le flou sur l’ampleur des dégâts matériels et humains mais aussi de denier une assistance au pays. Ce comportement de la part d’un président soulève des questions d’importance. Le manque total de compassion envers les familles des victimes et les populations guinéennes en général est bien dans le cadre de la politique de domestication des citoyens par la misère que Sékou Touré pratiquait pour prévenir toute forme de résistance interne. Connaissant l’exhibitionnisme de Sékou Touré, le refus de la mission d’évaluation de l’ONU s’explique par d’autres raisons qu’une fierté ou un nationalisme africain que ces adeptes lui prêtent. Il faut se rappeler que quelques jours avant, le même Sékou Touré lançait des supplications publiques et répétées pour une intervention militaire de l’ONU. Il avait rabroué la première mission de l’ONU en public, déclarant qu’il ne voulait pas des enquêteurs mais des militaires. En réalité, le refus de la mission d’enquêtes était dû à la peur que les enquêteurs de l’ONU ne découvrent les faits réels autour de l’attaque : des données sur sa complicité avec les troupes portugaises, les vrais auteurs et l’ampleur des dégâts, la faiblesse voire l’inexistence des prétendues complicités intérieures, le manque de mobilisation des Guinéens pour contrer l’attaque, l’état piteux de l’armée et de la milice. Dès après le vote du Conseil de sécurité condamnant le Portugal (le 8 Décembre 1970) et avec l’annulation de la mission d’enquêtes sur les dommages, Sékou Touré changea le ton. Il lança la campagne de répression interne avec le slogan de la cinquième colonne.

Chefs d’accusations - « anti-Guinéens », mercenaires et cinquième colonne - la logomachie de vendetta

Les chefs d’accusations « d’anti-Guinéens », « d’agents de la cinquième colonne » ou de « mercenaires » accompagnés de traitres, d’apatrides, de collaborateurs qui furent appliqués aux victimes de la répression ne sont que des slogans diffamatoires faits pour humilier. Ils ne correspondent ni à des faits, ni à des délits ou crimes définis par les lois en vigueur. Ils étaient destinés à conditionner l’opinion sur travesti de justice populaire de circonstance et aux purges sauvages des années 1970-71.

Anti-Guinéen

Être Guinéen est un statut juridique qui procède des dispositifs prévus par la loi. Ce statut ne peut avoir un antinomique. On peut y renoncer sans conséquences adverses. De quelques façons qu’on l’analyse, l’idée d’anti-Guinéen est un concept creux. Il ne peut se prêter à une analyse rationnelle. Il ne peut être un délit qui soutiendrait une Cour de justice digne de ce nom. Le slogan est une manipulation abusive qui consiste à exclure du corps social et à diaboliser des citoyens aux fins de justifier leur extermination – avec la justice de foule.

Cinquième colonne

Des témoignages divers (dont celui de Nadine Barry) expliquent comment le concept de cinquième colonne fut introduit dans le dispositif répressif du PDG. Quand Émile Cissé (Note 5*****) servit à Kankan, il se lia d’amitié avec Dr. Kozel, un médecin dentiste et coopérant tchèque. Ce dernier lui parla du concept de la cinquième colonne dans l’Espagne fasciste, en France, en Allemagne et en Belgique pendant la deuxième guerre mondiale. Émile Cissé comprit que le slogan serait utile pour justifier l’arrestation de qui on veut et en fit part de l’idée à Sékou Touré. Sékou rencontra Dr. Kozel pour plus d’amples détails et en fit son conseiller (Note 6******).

Le concept de cinquième colonne prouvera être d’une efficacité extraordinaire dans les purges. Sans justification aucune, il affirma l’existence de réseaux internes de complicités lors de l’attaque. Encore de nos jours des Guinéens en sont convaincus. A l’instar des accusations d’anti-Guinéen et de mercenaire, le concept de cinquième colonne permit de faire l’économie de l’obligation de preuves. Avec une mauvaise foi qui donne le tournis, Kobélé abonde dans le même sens avec des « preuves » maigres : «… parmi les éléments pendus à Conakry, certains figuraient sur le film réalisé par Carl Michaël le matin du 22 Novembre 1970 au bas de la résidence de l’Ambassade de la Tanzanie surplombant la zone et où il s’était réfugié avec Miriam Makéba ; les intéressés communiquaient par talkie-walkie avec les 6 bateaux stationnant dans les eaux de Conakry… Le film avait été donné au feu Président Ahmed Sékou Touré. Une copie se trouvait encore dans le bureau de feu Président Ahmed Sékou Touré dont les archives étaient très bien classées ". Bien entendu aucune trace de ce film ne fut exhibée pendant les campagnes contre les victimes. Comme par hasard, toutes « les pièces-à-conviction » des complots du PDG sont des ragots dont l’historiographe Kobélé s’est fait l’agent. Et, fait qui peut paraitre anodin mais essentiel dans les montages du PDG, le fait incriminant dans le supposé film selon Kobélé, c’est le fait de communiquer par talkie-walkie. Sans preuve aucune, Kobélé affirme que c’était avec « les 6 bateaux stationnant dans les eaux de Conakry ».

Mercenaire

Une compilation de définitions juridiques et de l’étymologie du terme s’accorde sur le fait que "le mercenaire est un soldat qui agit pour le compte d'un gouvernement étranger, moyennant un avantage matériel. Le mercenaire est étranger aux parties en conflit. En outre il doit prendre une part directe aux hostilités". Ainsi, par définition on ne peut être mercenaire dans son pays. La vendetta du PDG vida le mot mercenaire de son sens pour en faire un moyen de deshumanisation des Guinéens qui prirent part à l’attaque. Dans la frénésie des purges, furent aussi considérés comme mercenaires les supposés complices internes. Que Kobélé véhicule cette accusation peut s’entendre. Mais que des « journalistes » et des « faiseurs d’opinion » versent dans la dangereuse confusion est symptomatique d’une histoire tronquée.

Le label de mercenaire avait pour but de ravaler en une aberration le courage de Guinéens patriotes qui risquèrent leur vie pour débarrasser leur pays d’un despotisme sanguinaire. L’accusation cherche à réduire leur engagement en une entreprise bassement monétaire. La campagne est dans la nature totalitaire du PDG qui dénie aux citoyens guinéens les vertus de se soulever pour gagner leur liberté. Et d’humilier des adversaires politiques qui sont réduits à des bêtes de somme ou des sous-humains, avides et cupides sur lesquels toutes les infamies sont permises.

Ourouro Bah


(À suivre : Les mécanismes des aveux et de la justice populaire)

(Note 1*) En tant qu’étudiant, Kobélé était connu comme espion à la solde du régime. Il fit partie du groupe qui divisa le mouvement des étudiants lors de la grève de 1961 quand le gouvernement guinéen voulut dissoudre l’Association des étudiants guinéens en France (AEGF) et les enrôler dans des sections de la JRDA. (Dr. Abdourahmane Bah – in Mon Combat pour la Guinée).

(Note 2**) Lansana Diané est vétérinaire de formation. Sékou Touré lui conféra le titre de Général d’armée et le dépêcha au Congo dans le cadre d’une mission d’observation de l’ONU dans les années 60. Lansana Diané brilla par son incapacité et fut rabroué par les officiers guinéens qui demandèrent son rapatriement avant terme en Guinée.

(Note 3***) Ashkar Marof est né en 1930 à Coyah. Il fit des études à l'École Breguet à Paris et devint directeur adjoint des Ballets Africains en 1954 puis directeur en 1957. Il fut le représentant permanent de la Guinée auprès des Nations Unies, de 1964 à 1968. Rappelé à Conakry en 1968, il fut arrêté et emprisonné au camp Boiro. Il fut brièvement libéré lors du débarquement de 1970. Mais il sera fusillé en Janvier 1971. Son fils David lui a dédié un film émouvant : ALLAH TANTOU - (Remerciements à Allah).

(Note 4****) Voici ce que dit Kaba 41 de Lansana Diané : « [en] 1959, à la fin Novembre et au début Décembre, ce même Diané Lansana ordonna de ramasser tous les aveugles de Kankan, et Dieu sait s’ils étaient nombreux. Dans leurs camions, les militaires les raflèrent dans toute la ville, en particulier devant la poste, les pharmacies, les marchés et devant la concession du feu Cheik Fanta Mady Kaba. Les camions bourrés s’ébranlèrent vers Baté-Nafadyi, à la sortie de Kankan vers Siguiri. Là, les aveugles, femmes, enfants, vieillards, furent proprement abattus. La raison divine de ce crime ? C’est que la toute puissante Excellence Kwamé N’Krumah devait séjourner à Kankan pour 2 semaines. Ses yeux divins (quelle divinité !) ne devaient pas tomber sur ces loques humaines qui faisaient honte à la Guinée ». Lors de la grève des étudiants de 1961 alors qu’il était commandant à Labé Kankan. Il avait fait appel à l’armée du camp Elhadj Oumar pour réprimer la grève et les manifestations qui avaient suivi l’arrestation des leaders syndicaux.

(Note 5*****) Émile Cissé était un métis et un protégé de Sékou Touré. Ce dernier lui donna carte blanche pour régner sur les populations de Kankan et de Labé. Il fut le principal du collège de Labé entre 1966-1971 avec des pouvoirs illimités. Personnage extravagant et sans scrupules, il usa de ses pouvoirs pour détourner plusieurs collégiennes et en abuser sexuellement ; il engendra un nombre considérable d’enfants illégitimes. Il épousera une de ces filles. Il l’empêcha d’aller au lycée après le brevet. Il lui créa une classe au collège où elle était la seule élève pour pouvoir la contrôler, en violation des règles de l’éducation publique. Les populations de Labé excédées par ses abus se plaignirent à Sékou Touré lors d’une conférence de « bouche ouverte » en 1967. Sékou défendit son poulain. Il insulta publiquement son ancien bienfaiteur Samba Cissoko, un des premiers militants du RDA à Labé, dont Émile Cissé avait licencié la fille de l’école parce qu’elle avait refusé ses avances. Le public outragé hua Sékou Touré. Quant à Samba Cissoko, il ne survivra pas au fait d’avoir été traité de menteur en public. Il mourra quelques jours après la conférence. Émile Cissé joua un rôle central dans la fabrication du « complot » qui emporta les Kaman Diaby, Fodéba et Diawadou en 1969. Il monta l’affaire pour se venger de certains de ses « amis » qui narguaient ses prétentions intellectuelles. Sékou Touré de son côté en profita pour se défaire de fidèles compagnons et d’adversaires qui s’étaient ralliés à lui et pour infiltrer les casernes militaires. Émile Cissé sera nommé gouverneur de Kindia où il supervisa les tortures au camp Kémé Bouréma. Il mourra comme il avait sévi, de « diète noire », au camp Boiro.

(Note 6******) Les rôles d’Émile Cissé, de Dr. Kozel et d’autres personnalités de l’époque dans la préparation des aveux des purges seront abordés dans la prochaine livraison.




 
Ambassade de Guinée au Maroc
Les raisons du différend entre l’Ambassadeur et ses collaborateurs
Au tour de Bathily de parler
« ma société ADS n’a jamais bénéficié d’un marché de gré à gré ni en Guinée, ni ailleurs »
Dépêches
L'UA/Nord-Mali
TV Aujourd'hui-en-guinée

cliquez sur la photo pour ouvrir la video

Voir les autres articles >>>
D. nationale des Impôts
Prétendu détournement de 27 milliards GNF, la vérité a triomphé sur le mensonge
TV Aujourd'hui-en-guinée  ::  Ambassade de Guinée au Maroc  ::  Audios  ::  L'UA/Nord-Mali  ::  Libres Propos  ::  Soutenez Aujourd'hui en Guinée  ::  Albums Photos  ::  Contact  ::  Abonnez-vous  ::  Email  ::  Partenaires  ::  


Privé - Espace Clients  Hotline  

© Rosawebpro   |    Privé - Espace Clients