Bannière


 
New York
La force de guerre qui a accompagné Alpha Condé

Partenaires

Africatime

Africvisionguinée

Akhadan

Conakrylive

Ecoutez Sabari FM 97.3 en direct

Guinée7

L'Express Guinée

Le Diplomate

Les amazones

Mediaguinee

www.Guineematin.com

32 visiteurs connectés

31 Août 2015 - 16h16


 RECHERCHER 

Déjeuner d'affaires chez l'ambassadeur du Brésil: Futur partenariat entre GBM et MASCENA convenu

2015/8/5

Aujourd'hui en Guinée L'ambassadeur du Brésil en République de Guinée, SEM Alirio de Oliveira Ramos a convié, ce mercredi 05 août 2015, le PDG du Groupe Business Marketing (GBM), Antonio Souaré à un déjeuner d'affaires avec des patrons brésiliens du groupe MASCENA, évoluant dans plusieurs activités économiques notamment dans l'agro-industrie, la construction, le sport etc, en présence de Mohamed Fawaz, Consul Honoraire du Brésil en Guinée.

Dans ces domaines, le PDG du GBM, Antonio Souaré et le PDG du MASCENA, Camilo Attila Mascena Veras ont discuté et convenu sur le principe d'un partenariat futur.

Il a également été question des jeux olympiques d'été de 2016 à Rio où Antonio Souaré est déjà retenu comme Invité VVIP de la grande ville de la Samba brésiliene et du mythique Maracana Stadium.

Abdoulaye CONDE

 
Sénégal : Des perspectives pour le Groupe Business Marketing (GBM )

2015/8/2

Aujourd'hui en Guinée La mission de travail PDG du Groupe Business Marketing ( GBM), Antonio Souaré a pris fin ce dimanche 02 août 2015 sur des notes très positives et prometteuses. Accompagné du Manager Junior, Soufiane Souaré, le voyage de 6 jours du patron du GBM a donné lieu à la conclusion d'accords de partenariats d'affaires et d'investissements avec des sociétés de dimension internationale établies au Sénégal.
Avec le directeur d'exploitation de la société "Newman International", Roland Scheubel, le PDG du GBM, Antonio Souaré a signé un accord de partenariat commercial, sportif et d'ingénierie dans le domaine des activités des sociétés du groupe.
L'autre note positive de cette mission du président du GBM a Dakar est la prise d'actions, à hauteur de 51 %, dans la société " SEN - MÉDIA - PRODUCTION ". Désormais, cette société de production de grande expertise sera gérée par le nouvel actionnaires majoritaire qui envisage de la doter de matériels et équipements technologiques modernes pour lui permettre de tenir la compétition internationale en matière de production audiovisuelle, de cinéma et du théâtre. D'autre part, "SEN - MÉDIA - PRODUCTION" sera un gros fournisseur de CIS - TV, la chaîne internationale sportive et culturelle fondée par le Groupe Business Marketing mais aussi de nombreuses autres chaînes à travers l'Afrique. La société louera également son matériel aux chaînes européennes ou américaines produisant en Afrique.

Dans le domaine de la loterie, des contacts importants sont établis pour l'obtention d'une licence d'installation du loto sportif en faveur du GBM sur le territoire Sénégalais.
D'autre part, dans le cadre des préparatifs de la saison prochaine africaine du Horoya AC, champion de Guinée, et qualifié en Ligue des champions, certains joueurs ont été approchés et pourraient être recrutés.

Enfin, invité à déjeuner au célèbre restaurant "Lagon 1", le nom du PDG du GBM, Antonio Souaré a été gravé et fixé à côté de ceux des personnalités politiques, sportives, culturelles, médiatiques célèbres comme Abdou Diouf, Abdoulaye Wade, le roi Mohammed VI, René Monory, Jacques Chirac, Roland Duma, Myriam Makeba, Sylvie Vartan, Claude François, Thierry Henry.


A Dakar, Abdoulaye CONDE

 
États-Unis : notre grand président Alpha Condé est arrivé ce mercredi à New-York

2015/7/9

Aujourd'hui en Guinée Le Professeur Alpha Condé est arrivé ce mercredi 8 juillet 2015 à 13 heures locales à New-York à bord du vol régulier d’Air France en provenance de Conakry.A sa descente d’avion, il a été accueilli par le protocole du département d’État, les Ambassadeurs Mamadi Touré de New-York et Mamadi Condé de Washington, le Consul Aboubacar Sakho, les responsables du RPG et des patriotes guinéens qui supportent le président Guinéen dans son vaste programme de développement entrepris depuis son élection à la tête de l’État en 2010.

Venu pour prendre part à la Conférence de plaidoyer pour la relance socio-économique post-Ebola des pays touchés par cette épidémie, prévue du 9 au 10 juillet 2015 aux Nations Unies, le président guinéen a été accueilli à son hôtel dans une ambiance folle par les patriotes et le groupe des braves femmes de New York.

A noter aussi que l’homme fort de Conakry s’est fait accompagné à cette rencontre par le ministre d’État chargé de l’Économie et des Finances Mohamed Diaré, le ministre de la Santé Rémi Lama, le ministre de la Coopération Internationale Dr. Moustapha Kutub Sanoh, la ministre de l’Action Sociale, de la Promotion Féminine et de l’Enfance Mme Sanaba Kaba et le ministre conseiller à la présidence Idrissa Thiam.

Ce sera devant les institutions de Breton Wood, les partenaires bi et multilatéraux, les grands argentiers de ce monde et les représentants des pays membres de l’ONU que le porte-parole des pays touchés par Ébola, prononcera son discours le vendredi 10 juillet 2015 à partir de 9 heures locales.

A cette occasion, le président Alpha Condé délivrera le message issu du sommet extraordinaire des chefs d’États et de gouvernement de l’Union du Fleuve Mano qui s’est tenu le 28 juin dernier à Conakry consacré à la préparation de cette conférence de New-York.

Une grande mobilisation des patriotes guinéens est prévue ce vendredi 10 juillet devant les Nations Unies à partir de 7 heures locales pour non seulement soutenir les actions du président Alpha Condé, mais aussi étouffer les agissements des éternels ennemis du changement regroupés dans l’UFDG et Pottal Fi Bantal, qui se préparent à aller y protester le même jour.

Nous y reviendrons.

Par Bangaly Condé « Malbanga »

 
Compteurs prépayés électriques en Guinée: Mode d’emploi

2015/7/2

Aujourd'hui en Guinée La République de Guinée sera bientôt dotée de compteurs prépayés dans le domaine de l’électricité, c’est une décision du président de la République, Pr. Alpha Condé, qui s’est récemment insurgé contre la mauvaise gestion des cadres d’Electricité De Guinée (EDG).

Pour le coordinateur de la Cellule de communication d’EDG, Madiou Diallo, ces compteurs prépayés permettront de gérer le courant de manière efficiente. Parce qu’une fois les compteurs prépayés installés, la consommation électrique sera comme pour les téléphones. Avant de consommer, il va falloir d’abord recharger des unités, une situation qui permettra aux citoyens de mieux économiser l’énergie.

«Si les citoyens achètent par exemple une carte de 100 KWh, ils contrôleront eux-mêmes leur consommation. En sortant de chez eux, ils peuvent retirer la carte et le courant s’en va. C’est dire que tant qu’ils ne sont pas là, le courant ne sera pas consommé», explique Madiou Diallo.

Selon la coordination, le projet de compteurs prépayés est lancé depuis 2003. Le Ministère de l’Energie avait même formé des travailleurs pour l’installation de ces compteurs.

«C’est un projet que nous avons commencé depuis 2003. Nos collègues ont été envoyés en formation en Afrique du Sud. Ils ont étudié tous les logiciels de gestion parce que, pour installer un tel projet, l’obtention d’un logiciel de gestion est une nécessité», précise-t-il.

L’on se rappelle encore, à l’époque de la Coordination générale d’EDG, dirigée par Abdoulaye Kéita, ces compteurs prépayés avaient été nommés ‘’Sabougnouma’’, mais ce projet n’a jamais abouti.

M. Diallo a, dans sa communication, informé que pour réussir ce projet, il y a des préalables à remplir. Il y a d’abord la fourniture des équipements électrotechniques qui doivent être installés dans une salle pour suivre le processus d’installation de compteurs à prépaiement, former également les agents à cette nouveauté, initier les Agences à la recharge des cartes.

La seconde phase consistera à expliquer et à sensibiliser les populations pour qu’elles comprennent, maitrisent et acceptent cette nouvelle habitude. Mais, pour l’instant, rien n’est encore fait.

Pour le coordinateur, les résultats attendus par rapport à un tel projet, sont entre autres, l’accès à un service de qualité et l’amélioration d’un environnement qui soit plus propice au développement des activités socioéconomiques.

AGP

 
Partenariat public-privé : la Convention pour l’aménagement du site directionnel de Koloma signée

2015/6/30

Aujourd'hui en Guinée Conakry, 29 juin 2015 - Une convention entre le gouvernement et le groupement 3GB pour l’aménagement du Site directionnel de Koloma a été signée le lundi, 29 juin 2015 au Palais de la Colombe à Kaloum.

Le groupement 3GB, constitué des sociétés GUICOPRESS, GUITER S.A et BEGEC BTP, a toujours accompagné le gouvernement dans son combat pour le développement des infrastructures du pays. Sur préfinancement à 100%, ces trois sociétés vont réaliser en l’espace de 30 mois, les travaux de viabilisation de 256 hectares du site directionnel de Koloma avec la construction du siège du Ministère de la Ville et de l’Aménagement du Territoire.

La cérémonie de signature de cette convention s’est déroulée entre le ministre de la Ville et de l’Aménagement du Territoire, Louncény Camara, le ministre d’Etat de l’Economie et des Finances, Mohamed Diarré, le Directeur général de l’Administration et de Contrôle des Grands Projets, Mamady Condé et le PDG de GUICOPRESS, Kerfalla Person Camara. C’était en présence du ministre d’Etat chargé de l’Investissement et du Partenariat public-privé.

A la suite de cette signature, les membres du gouvernement et les responsables de ces trois sociétés de construction ont été reçus en audience par le Président de la République, le Pr Alpha Condé au Palais Sékhoutouréya.

Au nom du groupement 3GB, le PDG de GUICOPRES BTP, Kerfala Person Camara, qui a exprimé toute sa gratitude au gouvernement pour la confiance placée en ces entreprises, a rassuré que les travaux prévus dans ce projet seront réalisés dans les règles de l’art et selon les normes internationales. Il a en même temps promis de dédommager les familles qui seront délogées dans le cadre de l’aménagement de ce site.

Le ministre de la Ville et de l’Aménagement du Territoire, Louncény Camara, a précisé que le projet va commencer par la partie libérée où le groupement s’engage déjà dans les jours qui suivent à entamer les travaux. Selon lui, son département va travailler sur la partie libérée et la partie non libérée pour 6 mois et au bout duquel le déguerpissement va commencer afin que l’aménagement soit total entre décembre 2015 et janvier 2016.

Le Président de la République, le Pr Alpha Condé, a fait savoir d’autres ambitions que son gouvernement compte développer avec le partenariat public-privé dont il se réjouit déjà : « Il y a 4 projets que nous voulons développer en partenariat public-privé. Il y a l’usine d’huile de Dabola qui va passer de 50.000 à 100.000 tonnes, CASTEL a déjà donné son accord pour sa participation et les Guinéens vont aussi y participer. Il y a l’usine d’engrais que nous allons installer et l’usine d’alimentation de bétail.

Ensuite de pomme de terre à Timbi Madina. Donc je vous informe déjà pour ceux qui seront intéressés. Pour le moment, c’est 4 projets. Le secteur privé a beaucoup souffert d’Ebola et nous allons tout faire pour aider ce secteur à se redresser rapidement. Je suis très heureux de ce partenariat public-privé ». Le chef de l’Etat a aussi invité le ministre d’Etat chargé de l’Investissement et du Partenariat public-privé à associer aussi les entreprises de petite taille dans ces différents partenariats.

Le Bureau de Presse de la Présidence

 
EDG-Veolia: l'affaire devrait générer 1,15 milliard d'euros d'investissement

2015/6/19

Aujourd'hui en Guinée Veolia a remporté un contrat lui attribuant la gestion de l'entreprise publique Electricité de Guinée (EdG), selon un document gouvernemental dont Reuters a pu prendre connaissance, une affaire qui devrait générer 1,3 milliard de dollars (1,15 milliard d'euros).

Après des années de mauvaise gestion au sein d'EdG, le réseau électrique du pays est dans un piteux état avec seulement, selon des données de la Banque mondiale, 20% de la population qui a accès à l'électricité.

Le contrat, de quatre ans, a été remporté par Veolia à l'issue d'une mise aux enchères.

"L'investisseur privé mettra en place son équipe de direction et embauchera des Guinéens aux postes délégués", lit-on dans le document.

"Les besoins en financement ont surtout été couverts par le budget de l'Etat et par la contribution de donateurs étrangers.".

Un dirigeant local de Veolia a confirmé le contrat, qui prend effet dès vendredi.

(Reuters)

 
Un manguier déraciné par la tornade dans la nuit du samedi à dimanche s’est replanté jeudi matin à Conakry

2015/6/19

Aujourd'hui en Guinée Un manguier déraciné par la tornade qui avait soufflé sur Conakry, dans la nuit du samedi, 13 à dimanche, 14 juin dernier, s’est replanté, jeudi matin, 18 juin, a constaté l’AGP.

Le mystère s’est produit au Secteur 2 du quartier Dar-Es-Salam1 dans la commune de Matoto. C’est un manguier arraché par le vent, qui est tombé en partie sur la toiture d’une maison.

‘’Les occupants du foyer ont attaché des cordes sur ses branches afin de les découper sans faire d’autres dégâts. C’est ainsi que toutes les branches ont été coupées. Voilà après cinq (05) jours passés, couché par terre, l’arbre s’est remis à sa place initiale ce jeudi, entre 07 heures et 08heures 30mn TU’’, selon des témoins des faits.

En tout cas, le manguier en image, sans branche, s’est relevé de lui-même ce matin, par quel miracle, le suspens demeure.

AGP

 
Relance socio-économique post-Ébola: La Guinée et ses partenaires se mobilisent le 19 juin prochain

2015/6/16

Aujourd'hui en Guinée COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Stratégie de relance et de résilience socio-économique post-Ébola 2015/2017 : la Guinée et ses partenaires se mobilisent le 19 juin prochain

En prélude à la Conférence internationale sur le relèvement des pays affectés par Ebola prévue le 10 Juillet prochain à New York, le gouvernement guinéen organise un cadre de concertation avec ses partenaires techniques et financiers dans le but d’assurer les ressources et l’appui dont notre pays a besoin pour surmonter les répercussions socio-économiques de l’épidémie d’Ebola qui continue d’éprouver durement nos populations.

La rencontre aura lieu le vendredi 19 Juin 2015 aux Cases Bellevue de 8h30 à 12h30 et sera articulée autour des points suivants:

1. Un plaidoyer pour la mobilisation des partenaires pour le financement du plan de relance économique ;

2. La validation du cadre de mise en œuvre du plan de relance économique ;

3. La redynamisation du cadre de concertation y compris les groupes thématiques.


A noter qu’un point de presse de Messieurs Mohamed Diaré, Ministre d’Etat en charge de l’Economie et des Finances, de Monsieur Damantang Albert Camara, Porte-parole du Gouvernement ainsi que Madame Séraphine Wakana, Coordinatrice Résidente des Nations Unies, est prévu à l’issue des échanges.

Transmis par la Cellule de Communication du Gouvernement

 
Reprise des Activités de SIVITA: Pourquoi le maire de Ratoma Sékou Batouta Camara s'y opposerait ?

2015/6/15

Aujourd'hui en Guinée Fermée le 31 mai 2004 pour des raisons sans fondement que tout le monde connait, la société de Visite Technique SIVITA devrait reprendre ses activités les jours à venir. Mais malheureusement, certains détracteurs qui avaient contribué à tuer ce fleuron de l'industrie Guinéenne continuent encore à agir dans l'ombre pour empêcher la reprise de ses activités et cela en défiant même l'autorité de l'Etat. Mais la question que l'on pourrait se poser, c'est de savoir si le maire de Ratoma Sékou Batouta Camara n'y est pas pour quelque chose dans cette affaire car refusant de donner un local attribuer à SIVITA à cet effet par l'autorité compétente?

Créée en 1993, la société industrielle de Visites Techniques Automobiles (SIVITA) de part son professionnalisme en la matière avait largement contribué à la réduction considérable des accidents de circulation qui faisaient des centaines de milliers de morts sur les routes guinéennes. Cette présence avait également amélioré l'image de notre pays et permit la réduction de la pollution environnementale causée par les véhicules qui ne répondaient pas aux normes.

Mais jaloux de cette réussite de SIVITA, les détracteurs étaient passés par tous les moyens pour fermer cette société en accusant son Directeur Général Docteur Balla Moussa Keita de soutenir la rébellion de 2000 en Guinée et en arguant sur le fait que le domaine du siège de SIVITA d'alors sise à Matam n'appartenait pas à l'Etat alors que la société disposait d'un contrat de bail avec ce même Etat Guinéen .
Ainsi, sa société fut fermée et tous ses équipements brulés. Cette situation eu pour conséquences la perte de dizaine de milliers d'emplois et l'augmentation considérable des accidents de circulation dont personne n'ignore les conséquences aujourd'hui.

Mais une dizaine d'années après cet acte irresponsable et appatride,grâce à la bienveillance du gouvernement Guinéen sous la présidence du président de la république le professeur Alpha Condé qui par décret du 15 avril 2015 a rétablit la société sivita dans ses droits comme le proposait d'ailleurs la décision finale numéro 07 du 07 juillet 2013 de la cour suprême de la république de Guinée et la persévérance de son Directeur Balla Moussa Keita, SIVITA devrait reprendre ses activités dans les deux prochains mois.Car,les équipements sont déjà disponibles dans un entrepôt de la place et les partenaires y sont prêts pour l'installation et la formation des nouveaux techniciens sortis des écoles professionnelles mécaniques et électromécaniques de la Guinée qui d'ici la fin de l'année par la reprise des activités de ce siège de Conakry et les 7 succursales de l'intérieur du pays fera absorber prés de 372 emplois directes et stimuler un minimum de 1500 garagistes modernes pour réparation des vehicules constatés défectueux.

N'y été les deux semaines de retard de remise officielle de la décision d'affectation professionnelle numéro 002/PRG/DGBP/DA/15 du dit site à la société sivita par la mairie sur recommandation de ses autorités hiérarchiques, les activités auraient déjà reprises. Mais malheureusement voilà presque un mois que cette décision est parvenue au maire de Ratoma Sékou Batouta Camara qui continue à trainer les pas sous prétexte que son cabinet et certains responsables de jeunes ne sont pas d'accord que ce magasin sise à Taouyah soit attribué à SIVITA au motif que ce local appartient à la jeunesse qui doit l'utiliser.

Pourtant, l'Etat a déjà construit et mit à la disposition des jeunes une nouvelle maison de jeunes pour Ratoma à l'instar des autres communes. On se demande alors pourquoi Sékou Batouta Camara qui est censé représenté l'autorité dans cette commune refuserait d'exécuter une décision prise par cette même autorité pour des motifs non justifiés, l'on peut aussi se demander avec de tels agissements si Batouta est vraiment l'homme le mieux placé pour représenter l'autorité dans cette commune. Car si Batouta a défié ses supérieurs hiérarchiques directes, il n'y a pas de raison qu'il ne le fasse pas pour une autre fois. D'ou la nécessite de prendre des dispositions pour parer à d'autres éventualités.

Il faut noter que ce comportement injustifié du grand maire de Ratoma qui refuse d'exécuter la décision de l'autorité compétente, le patrimoine bâti Public et celui de certains provocateurs retardateurs de la Guinée risquent d'influencer encore la reprise des activités de cette société retardant ainsi l'emploi de centaines de milliers de jeunes Guinéens au moment où le président de la république a fait de l'emploi de jeunes sa priorité.

Joint au téléphone pour s'expliquer à ce sujet, le maire de Ratoma s'est expliqué sans pourtant convaincre « Ecoutez nous sommes là avec les jeunes et le responsable régional de la jeunesse monsieur Souaré,les jeunes demandent que Le Directeur Général de SIVITA leur aménage le terrain de foot Ball avant qu'il ne lui ouvrent les portes » Ce sont là la réaction de monsieur le maire qui à l'entendre, on croirait qu'il reçoit les ordres de ces jeunes dont il parle alors que de l'autre côté il refuse d'exécuter des ordres de ses supérieurs hiérarchiques sur le même sujet.

Plus loin pour justifier un tel comportement, il dira ceci ''Je préfère dormir tranquille dans mes cacas que de construire des grattes ciels qui peuvent troubler mon sommeil''.Mais de quels grattes ciels monsieur le grand maire parle ? quand on sait que ce local est un bien de l'Etat qui a le droit d'en faire ce qu'il veut.

Déterminé à retarder ce bonheur national que celui de la reprise des activités de SIVITA, le maire de Ratoma aurait dit des choses incroyables et inacceptable pour un commis de l'Etat qu'on s'abstient de dire pour le moment dans l'espoir qu'il revienne à des meilleurs sentiments dans l'intérêt supérieur de la nation.

Nous y reviendrons

IKD

 
Au cœur du changement : Une politique minière attrayante !H

2015/6/13

Aujourd'hui en Guinée La nature a doté la République de Guinée d’immenses ressources naturelles qui, si elles étaient bien exploitées et gérées, judicieusement, permettraient au pays de sortir de la liste des pays les plus pauvres de la planète. Hélas ! Plus de cinquante années d’existence en tant qu’Etat libre, le Guinée git, malheureusement, au bas de l’échelle du développement humain avec une pauvreté atteignant, selon les statistiques en 2010, plus de 55% de la population.

Conscient du défi à relever, le Président de la République, le Pr Alpha Condé a instruit son gouvernement de s’attaquer, dès les premières heures de son mandat présidentiel, aux racines qui gangrènent le développement du pays, à savoir: la mauvaise gouvernance, la corruption, l’injustice, l’insécurité et l’impunité.

Ce vaste chantier ainsi lancé se consacrera, en tout premier lieu, au secteur minier qui est de loin le secteur le plus porteur de croissance en République de Guinée.Ainsi, des actions allant de la définition d’une nouvelle politique minière à la Sécurisation des investissements miniers, en passant par la révision du code minier, la revue des accords miniers, l’assainissement du cadastre minier ont été entreprises par le gouvernement.

A savoir ; restaurer la confiance des partenaires, impliquer les différents acteurs au processus de développement du secteur et asseoir un climat favorable à une nouvelle éclosion des activités du secteur minier guinéen pour un développement durable de l’économie’’.

Suivant donc la nouvelle politique minière, un nouveau code minier guinéen a été, avec l’aide de la Banque Mondiale (BM) et l’Agence Française de Développement (AFD), élaboré avant d’être adopté par l’assemblée nationale. Avec un code minier désormais attrayant, la Guinée a réussi à conclure plusieurs projets miniers pour une valeur de près de vingt-six milliards de dollars (26 milliards de dollars USD), soit quatre fois le produit intérieur brute (PIB) du pays. A savoir : Simandou Sud (20 milliards de dollars), de Global Alumina Corporation (5,5 milliards de dollars) et de Alliance Mining Commodities - AMC (1 milliard de dollars).

L’assainissement du cadastre minier a permis au gouvernement-et suivant bien attendu aux règles édictées par le code minier- de retirer plus de 818 permis ‘’dormants ou non actifs’’.

Au nom de la transparence, la Guinée a publié- une première fois en Guinée et, sans doute à l’échelle internationale- l’intégralité sur Internet de tous les contrats miniers.

Cette vision a favorisé, là aussi, une première, la certification de la République de Guinée à l’Initiative de transparence des industries extractives (ITIE).

La revue des accords miniers- le corrigé des clauses léonines- a aussi permis à la République de Guinée de récupérer les bloc 1et 2 de Simandou obtenus, par corruption, par BSGR. Et bientôt, d’ailleurs, le lancement d’un appel d’offre international pour l’exploitation des gisements de fer de ces blocs.

Pour la Sécurisation des investissements miniers, le gouvernement du professeur Alpha condé a mis en place des comités de concertation dans les localités minières pour la prévention et la gestion des conflits. A ces acquis ajoutons le renforcement des capacités institutionnelles de l’administration minière.

Toutefois, la fièvre Ebola et la chute des cours mondiaux ont constitué des contraintes pour les compagnies minières, notamment dans la mobilité des travailleurs expatriés, la hausse du fret maritime minier entre 25 et 35 % et le report des études d'infrastructures.

En conséquence, une étude de la Banque mondiale et du FMI estime qu'Ebola ferait passer la part des mines dans la création de la richesse nationale, de 3,8 % du PIB à -3 %. Or, les mines représentent actuellement plus de 80% des recettes d'exportation de 2010 à 2014.

En perspectives, le département des mines et géologies prévoit, dans la qualification du personnel et le rehaussement des revenus miniers, la rénovation et l'extension du siège du ministère des mines, l'étude et la construction d'un musée de Géologie, ainsi que la rénovation et l'extension de la direction des hydrocarbures.

Rendez-vous donc, en 2016, après le plébiscite, au regard des acquis dans ce secteur porteur de croissance du pays, du professeur Alpha Condé dès le premier tour de la présidentielle d’octobre 2015 pour la réalisation de ces projets.


La synergie Alpha15.

 
Lancement du 3ème groupe de Kaléta : Les précisions de l’ingénieur conseil du projet

2015/6/2

Aujourd'hui en Guinée Jeudi, 28 mai 2015, le 3ème groupe du projet hydroélectrique de Kaléta a été officiellement lancé sur le réseau de transport de distribution du courant. Mais avant, des essais ont été effectués pour savoir le niveau d’adaptation des équipements dans la production de l’énergie. Des essais qui, aux dires de l’ingénieur conseil ont été concluants.

Visiblement satisfait du résultat obtenu lors des essais, M. LARADI a de nouveau rassuré sur la qualité des équipements. « Je dois vous dire que le groupe 3 s’est avéré une très bonne machine, très stable. J’ai rarement vu une machine démarrer sans avoir à l’équilibrer. Ça veut dire que toutes les pièces qui composent la machine sont de meilleure qualité. Sur la 2e machine que nous avons en essai, il a été constaté une grande stabilité de la machine qui est aussi de très bonne qualité. Et cette deuxième machine s’est bien comportée que le groupe 3 pour la simple raison qu’elle a profité de l’expérience d’essai du groupe 3. Toutes les subtilités ont été mises pour que ça tourne bien », rassuré l’ingénieur conseil du projet Kaléta.

Revenant encore sur la qualité de l’équipement, M. LARADI est très optimiste : « la dernière fois j’avais dit de ne pas s’inquiéter. Je le réitère aujourd’hui encore au peuple de Guinée que l’équipement est de très bonne qualité. Lorsqu’on utilise une machine dès sa première rotation sans avoir l’équilibrer, c’est un succès lié à la qualité de l’équipement. »

S’agissant de la desserte régulière liée au lancement du 3e groupe sur le réseau, M. LARADI est confiant : « le courant à satisfaction, il y en aura. Concernant l’usine, les machines sont de qualité. Elles peuvent turbinées tant qu’il y a de l’eau sans aucun problème. Et même s’il y a souci sur le réseau, ces machines peuvent rentrer en rotation à vide. C’est-à-dire, elles ne sont plus couplées au réseau mais continuent à tourner. C’est pour vous dire que ce sont des machines à protection. Donc, on ne pourrait pas avoir des problèmes pour les redémarrer. Par rapport à l’installation, il y a une protection contre les foudres. Je ne vois vraiment ce qui peut entraver le fonctionnement normal de ces machines », a-t-il expliqué.

Par ailleurs, l’ingénieur conseil invite à une correction réelle du réseau de transport et de distribution pour permettre à tout le monde de bénéficier et de protéger le réseau. « En revanche, il est fort probable qu’il ait des déclenchements sur le réseau. C’est pourquoi, il faut qu’il ait un réel travail sur le réseau de transport et de distribution », a-t-il suggéré.

Sur la capacité fonctionnelle de Kaléta en saison sèche, l’ingénieur conseil précise : « il est vrai en saison sèche qu’il y aura des petits soucis puisqu’on ne pourra pas faire fonctionner toutes les turbines. L’usine va fonctionner ne fonction du débit. C’est dans ce cadre que le gouvernement projette la construction du barrage de Souappity pour pallier ce déficit ».

Parlant de l’usine dans son ensemble, M.LARADI affirme : « sur les 43 années de service dans l’hydroélectricité, je n’ai jamais vu une machine qui démarre sans avoir l’équilibrer. C’est la première fois de ma vie. Et la raison est toute simple. C’est la qualité du fabriquant. »

Cellule de communication du ministère de l’énergie et de l’hydraulique



 
Énergie :Le barrage de Kaléta lancé

2015/6/2

Aujourd'hui en Guinée « Kaléta n'est plus un projet mais une œuvre réalisée ». Le barrage hydroélectrique de Kaléta a été officiellement lancé hier jeudi après trois années de travaux intenses.
Il était 12 h 45 minutes, quand le ministre chef de cabinet à la présidence de la République Ibrahima Kalil Kaba a appuyé sur le bouton pour lancer officiellement l'énergie de Kaléta sur le réseau de transport et de distribution du courant électrique en Guinée le 3e groupe du barrage hydroélectrique de Kaléta.
En terme précis, la première turbine de 80 mégawatts sur les trois. Automatiquement, avec ce lancement, l'ensemble des quartiers de la capitale Conakry sont desservis en courant électrique de tension normale.

Ce n'est pas tout. Grâce au réseau interconnecté, les préfectures de Dubréka, Coyah, Kindia, Forécariah, Fria sont aussi dans le lot des bénéficiaires. Dans la logique d'impartialité, Kaléta, donne son courant aux préfectures de la moyenne Guinée notamment, Labé, Mamou, Dalaba, Pita qui sont, à partir de ce lancement largement servis en temps réel.
En procédant au lancement de cette autre turbine sur le réseau de distribution et de transport du courant électrique, le ministre chef de cabinet à la présidence a remercié tous les intervenants dans le projet et réitéré, la volonté du chef de l'Etat à œuvrer pour faire de la Guinée, un pays émergent à travers son industrialisation.

Ce barrage hydroélectrique, construit par la société chinoise "China International Water & Electric corporation" (CWE), dispose d'un volume d'eau de 23 millions de mettre cube avec une capacité de production de 240 MW de l'énergie électrique qui seront injectés dans le réseau pour améliorer la desserte en courant électrique des villes du pays.

Le coût de construction du barrage est estimé à plus de 440 millions de dollars, avec une participation de la Guinée évaluée à 25% contre les 75% financés par l'Eximbank de Chine.

Tout en remerciant les partenaires chinois pour la construction de ce "gigantesque" barrage hydroélectrique, le ministre de l'énergie a affirmé que "ce jour est un jour mémorable pour la Guinée et pour les populations guinéennes".

Cellule de communication du Ministère de l'énergie et de l'hydraulique

 
Au Cœur du Changement : Malgré l'épidémie d'Ebola, tous les indicateurs économiques au vert

2015/6/1

Aujourd'hui en Guinée L'économie guinéenne ne s'est jamais mieux portée que maintenant. Cet état de fait est reconnu aussi bien par les institutions de Breton Woods ; le FMI et la Banque, que les autres partenaires bi et multinationaux.

En dépit des perturbations liées à la présence de la terrible et particulièrement mortelle épidémie à virus Ebola qui frappe le pays depuis décembre 2015, en même temps que la Sierra Leone et le Liberia.

En témoigne le récapitulatif des principaux indicateurs économiques des finances publiques. La Guinée est partie d'une inflation galopante dont le niveau culminait autour de 21.5% en 2010 pour atteindre 10.5% en 2013 avant de retomber jusqu'à 9.3% en fin 2014.

Pendant ce temps, le taux de croissance qui se situait au niveau de 1.9 en 2010 tournait jusqu'au moment où devait éclater l'épidémie d'Ebola autour de 2.3% avant de retomber en raison de la situation d'urgence sanitaire au niveau de 1.3%.

Au même moment le taux de la dette extérieure a suivi une courbe descendante depuis 2010 et est allée de 68% en 2010 pour atteindre 20% en fin 2014. Alors que le franc guinéen qui s'en sort renforcer, s'est montré très stable par rapport, notamment, au dollar 7000 francs et à l'euro 9000. La mise en circulation, récemment, des billets très sécurisés de 20.000 Gnf pour combler un vide et surtout pour la réduction de la masse monétaire pour le besoin de grandes opérations financières est une initiative constituant une étape importante pour la gestion financière rigoureuse de la monnaie nationale.

Cette embellie de la situation économique s'exprimant par le fait que tous les indicateurs sont désormais au vert a largement contribué à la stabilisation des prix notamment des denrées de premières nécessités et des produits de grandes consommations dont la rupture récurrente sur le marché n'est plus qu'un lointain souvenir.

Ces résultats ont été atteints grâce aux rigueurs de la gestion monétaire appliquées depuis l'avènement au pouvoir du président Alpha Condé en décembre 2010. Les efforts de cette méthode rationnelle de gestion administrative et financière ont été sanctionnés par l'atteinte en fin 2012 du point d'achèvement de l'initiative des Pays Pauvres Très Endettés, PPTE, dont les premiers avantages ont été l'annulation de la dette publique de la Guinée à hauteur de 2.1 milliards de francs guinéens, soit 2/3.

Entre 2010 à fin 2014, le taux de pression fiscale est allé de 15% à 18.1% pour atteindre 18.7% de nos jours. Avec une recette fiscale qui se chiffre à 7.55 milliards de francs par mois contre 5.2 milliards en 2010. Portant ainsi le stock de devises à hauteur de 5 par mois contre 0.8 par le passé. Inutile de rappeler ici que ces progrès ont eu un impact positif sérieux sur le taux de perception de la pauvreté qui se situe au niveau de 55.2 contre 58% en 2010.

Pendant la même période le taux d'accès des Guinéens aux services bancaires a été accru avec un nombre plus important de banques allant de 12 à 15 pour un taux collecté de crédits chiffrés à 10.188 milliards contre 6.498 milliards en 2010.
Fait important à signaler, c'est que de 1986 (date de la libéralisation économique) à 2010, soit 24 ans, 12 banques ont été créées en Guinée dont 1 a été fermée (BIAG).

Et de 2011 à 2014, soit 4 ans, 5 banques supplémentaires ont été créées dont 1 a été fermée (BADAM), et une sixième est en cours d'opérationnalisation.
Autres indicateurs, c'est que depuis 2010, en Guinée progresse tous les indicateurs de performance internationaux :

C'est ainsi qu'en 2006, la Guinée était classée 160ème pays le plus corrompu d'Afrique contre sa position en 2014 qui est la 145ème place avec un indice évalué à 2.5%.

Les performances de la gouvernance d'Alpha Condé apparaissent très clairement dans l'indice Doing business, tout comme d'ailleurs dans celui de développement humain dans lequel la Guinée a enregistré des progrès énormes.
Autre performance, c'est qu'en 2010, avant l'arrivée du Président Alpha Condé à la tête de la Guinée, notre indice IIAG (Indice Mo Ibrahim de la Gouvernance Africaine. NDLR) était de 36 points, aujourd'hui, il est de 43 points.

Parmi les mesures majeures qui ont contribué à l'assainissement des finances publiques et à la bonne gouvernance économique on peut citer: l'instauration de l'Unité de Caisse, l'assainissement de l'environnement des affaires à travers la création de l'APIP et de son Guichet Unique, l'adoption d'un nouveau code des marchés publics, l'assainissement du fichier de la fonction publique.

Source : Synergie Alpha 15

 
Guinea Company Awards 5eme édition : Guicopres BTP élue Meilleure société de l’année 2014.

2015/5/28

Aujourd'hui en Guinée La cérémonie de reconnaissance des entreprises Organisée par l’ONG COPEG (Collectif des Organisations non gouvernementales pour la promotion de l’excellence), a eu lieu ce samedi 23 Mai 2015 dans la soirée au Novotel Conakry.

Différentes entreprises Guinéennes ont marqué l’année 2014 par leur capacité de développer le secteur de l’entrepreneuriat et la création de l’emploi jeune. Ces entreprises se sont aussi fait remarquer par l’accompagnement des ONG, des groupements de femmes et associations dans leurs initiatives pour un développement national à cette période de maladie à virus Ebola.

Sur la liste des nominées : des sociétés de téléphonie, de fourniture d’accès internet, d’eau minérale, de bâtiments et travaux publics, de mine etc... Quatre fournisseurs d’accès internet pour un seul prix, dix entrepreneurs pour le prix du meilleur entrepreneur, cinq femmes entrepreneurs pour le prix du meilleur entrepreneur féminin et trois guinéens pour celui du meilleur investisseur sont entre autres les prix qui ont été décernés par le COPEG.

« Nous saluons la démarche des sociétés dans leur soutien à la lutte contre Ebola en Guinée. Elles ont affichée leur solidarité au Guinéennes et Guinéens. Une solidarité qui, en droite s’inscrit aux nobles ambitions que se sont fixé les membres de COPEG depuis le début de cette activité il y a aujourd’hui cinq ans. Nous avons reçu à maintenir cet rendez vous et après cinq ans un autre défi s’ouvre pour nous, celui d’inviter les meilleurs investisseurs des autres pays pour assister à cet événement », dira Mr Kamano dans son discours d’ouverture de la soirée

A noter qu’au cours de cette cérémonie, le Groupe Guicopres a raflé deux (02) prix sur les dix (10) distribués : prix de la meilleure entreprise BTP et celui du meilleur investisseur guinéen décerné a son Président Directeur Général Mr Kerfalla CAMARA.

Service Communication

 
Après l’inscription de la Guinée sur la liste des pays prioritaires de la Belgique, la ministre de la coopération des Pays-Bas attendue à Conakry !

2015/5/25

Aujourd'hui en Guinée Le conseil des ministres du gouvernement du royaume de la Belgique, lors de sa session du jeudi 21 mai 2015 à Bruxelles, a décidé d’inscrire la Guinée sur la liste des pays prioritaires retenus pour les actions de la Coopération belge. Cette liste comprend 14 pays à travers le monde, dont la Guinée et le Burkina Faso en Afrique. Et c’est la première fois que la Guinée figure parmi ces pays.

Selon les informations à notre disposition, dans les prochaines semaines, les gouvernements guinéen et belge vont se retrouver et négocier une convention de coopération qui va être signée par les deux parties.

Cette convention, selon nos sources, déterminera les domaines d’action dans lesquelles la coopération belge va intervenir en Guinée, et elle fixera les différents montants qui seront alloués aux différents projets, notamment dans le cadre de la santé, de l’éducation...

« Cela constitue un grand succès pour la diplomatie guinéenne, et la Guinée se voit ainsi récompenser pour les différents efforts de redressement et de réformes entreprises par M. le Président de la République, le Pr. Alpha Condé et son gouvernement, ainsi que la lutte menée par tout le peuple de Guinée contre la fièvre hémorragique à virus Ebola. », nous a confié une source diplomatique à Bruxelles.

Les deux ministres de la coopération des deux pays vont se retrouver dès que possible pour engager le processus de négociation.

Le Dr Ousmane Sylla, ambassadeur de la République de Guinée auprès des pays du BENELUX et de l’Union européenne à Bruxelles, a déjà présenté au gouvernement belge les vifs remerciements du gouvernement et du peuple de Guinée pour cet honneur rendu à la nation guinéenne.

Après l’inscription de la Guinée sur la liste des pays prioritaires de la Belgique, dans le cadre du renforcement des relations entre la Guinée et le BENELUX, c’est Mme Liliane Ploumen, ministre chargée commerce extérieur et de la coopération des Pays-Bas, qui a décidé d’effectuer une visite de travail à Conakry, à partir du 8 juillet 2015, pour non seulement appuyer la Guinée dans lutte contre Ebola, mais aussi pour raffermir les relations de partenariat entre les Pays-Bas et la Guinée.

A occasion, Mme Liliane Ploumen sera accompagnée par une forte délégation hollandaise composée de plus de 40 personnes. Lors de sa visite, ministre chargée commerce extérieur et de la coopération des Pays-Bas aura une série d’entretiens, notamment avec le président de la République de Guinée, le Pr. Alpha Condé, des membres du gouvernement, mais aussi avec des hommes d’affaires guinéens pour établir des relations de partenariat entre les entreprises guinéennes et celles des Pays-Bas.

A noter que la délégation de Mme Liliane Ploumen sera accueillie et introduite auprès du chef de l’Etat guinéen par le Dr Ousmane Sylla, ambassadeur de Guinée à Bruxelles.

C’est la première fois qu’un ministre des Pays-Bas, à la tête d’une si forte délégation, séjournera dans notre pays.

Nous y reviendrons

SACKO Mamadou


 
Cellou Dalein décline l'invitation du Président de la république.

2015/5/8

Aujourd'hui en Guinée On vient de l'apprendre à l'instant sur les antennes des médias étrangers le désistement de Cellou Dalein Diallo ce vendredi matin à honorer sa présence à l'invitation du chef de l'Etat le Pr. Alpha Condé

Le principal opposant au régime actuel motive sa décision par l'attitude des forces de l'ordre qui l'aurait encore confiné à son domicile ce jeudi et qui selon lui, aurait empêché sa famille politique et biologique de tout mouvement d'entrée et de sortie à son domicile .

C'est un véritable cataclysme sinon une situation rétrograde qui aura forcément des répercutions négatives sur la crise politique dans le pays depuis la publication par la CENI du chronogramme électoral . C'est encore une occasion ratée pour voir l'amorce du dialogue politique nécessaire pour une décrispation de la crise.

LAMOUCI




 
« La communauté internationale a entendu notre appel », Mohamed Diaré, ministre d’Etat Guinéen en charge de l’Economie et des Finances

2015/5/2

Aujourd'hui en Guinée Monsieur Mohamed Diaré, ministre d’Etat chargé de l’Economie et des Finance, au terme de la session du printemps des institutions de Breton Wood, à Washington du 16 et 17 avril 2015, revient sur sa participation à cette session, évoque aussi les activités menées par la délégation guinéenne, avec le plan Marshal pour la relance des économies des trois pays touchés par l’Epidémie à virus Ebola. C’est un ministre des Finances qui rentre avec un état d’esprit rassuré. Nous vous proposons l’intégralité de son interview.

Bonsoir monsieur Mohamed Diaré, ministre d’Etat en charge de l’économie et des Finances. Nous sommes au terme de la session du printemps des institutions de Breton Wood à Washington. Pouvez-vous revenir sur les activités que vous avez menées durant cette session ?

Mohamed Diaré : Effectivement, nous sommes à Washington dans le cadre de la réunion annuelle du printemps du Fonds Monétaire International et de la Banque Mondiale. Cette année, l’évènement a été marqué par une réunion de haut niveau qui a regroupé les trois chefs d’Etat des pays qui sont victimes de la maladie à virus Ebola, présidée par Dr Jim Yong Kim, président de la Banque Mondiale, co-présidée par Madame Christine Lagarde, directrice générale du FMI et de M. Ban Ki-moon, secrétaire général des Nations Unies, avec beaucoup d’autres invités. Cette session annuelle a connu la participation de beaucoup de représentants, que ce soit du côté de l’Afrique, de l’Europe et ou de l’Amérique.

Ce qu’il faut retenir, c’est que la première partie de notre mission s’est beaucoup focalisée sur une revue de nos relations avec la Banque Mondiale. Nous avons revu le portefeuille, et nous avons constaté que le document de partenariat que nous avons signé avec la Banque Mondiale, il y deux ans, a été bien exécuté malgré le contexte Ebola de 2014. Nous avons fait le point, et nous avons vu que les priorités qui sont alignées dans ce document de partenariat restent les mêmes. Mais cette fois-ci il faut ajouter le renforcement du système de santé.

Ensuite, avec la Banque Mondiale, nous avons signé un accord de partenariat sur le secteur de la Pêche, portant sur 10 millions de dollars. Les activités avec la Banque Mondiale ont été très intenses. C’est ainsi que nous avons eu plusieurs réunions préparatoires sur notre plan de relance et de résilience. Ensuite, nous avons aussi eu des réunions dans le cadre de la mise en valeur du fleuve Niger. Vous savez bien que le fleuve Niger prend sa source en Guinée et traverse plusieurs pays jusqu’au Nigeria. Ainsi donc, nous avons fait le point sur le fait qu’il faut profiter de la conférence de Paris sur changement climatique pour voir comment, d’une seule voix, l’Afrique peut, avec des projets mûrs, présenter dans le cadre de fonds mondial de l’environnement et que ces projets soient financés. Ce sont des projets généralement à buts très multiples. Dans le cas de la Guinée, il y a la construction de barrages sur le Niger sur le Fomi. Il y a aussi l’irrigation des plaines, donc le secteur agricole. Il y a également la navigabilité pour permettre aux populations de ces différents pays de se mouvoir. La Guinée par exemple de quitter Kankan jusqu’à Bamako. Il y a aussi la production de l’énergie, et donc fournir le courant électrique à la Guinée et éventuellement au Mali. Ça c’est l’une des activités qu’on a eu à faire avec la Banque Mondiale.

Avec le Fonds Monétaire International, nous avons rencontré le directeur général adjoint, nous avons également rencontré la directrice du département Afrique et ensuite notre administrateur Fonds Monétaire. Avec toutes ces personnalités, nous avons fait le point de la coopération. Nous avons aussi rencontré l’administrateur de la France. Et nous avons estimé que le Fonds Monétaire, étant donné la crise avec Ebola, a bougé les lignes, en accordant à la Guinée des supports budgétaires. Donc nous avons donné notre appréciation positive à cet appui. Et nous avons demandé au FMI, avec la situation de 2015, de faire en sorte que ce type d’appui et d’assistance continue en 2015 pour que nous ayons un support budgétaire, mais en même pour que ces appuis budgétaires puissent renforcer les réserves de changes de la Banque Centrale de la république de Guinée. Cela va nous aider à stabiliser le taux de change. Ça va nous aider à continuer à lutter contre l’inflation.

Monsieur le ministre d’Etat qu’en est-il de l’évènement principal. C'est-à-dire le plan de relance et résilience présenté par les trois pays touchés par l’épidémie à virus Ebola ?

Il faut d’abord rappeler que nous avons eu un sommet des chefs d’Etat de la Mano River Union à Conakry pour que les trois pays se mettent d’accord sur une structure de la stratégie de relance et résilience des pays post Ebola sur un horizon deux à trois ans, et pour préparer la réunion de Bruxelles. En même temps, nous nous sommes dits qu’il y a des plans de relance nationaux, mais également il y a le plan de relance régionale. Nous sommes donc aller à Bruxelles où la réunion s’est très bien passée. Les différents plans ont été présentés, mais ils n’étaient pas évalués. Le coasting n’était pas fait. Les pays sont revenus, et nous avons continué à travailler d’arrache pieds pour que l’évaluation des coûts des différents budgets puissent être disponible au cour de la réunion du printemps à Washington. C’est ce qui a été fait. Et la particularité cette fois-ci, est que le groupe a parlé d’une seule voix. C’est ainsi qu’on a évalué le coût de relance et résilience pour 8 milliards de dollar. Les chefs de l’Etat des trois sont dit, ‘’chaque pays ne va pas présenter son plan, et ensuite donner le coût. On va se mettre d’accord sur une présentation unique, et en suite une présentation du coût global.’’ C’est ce qui a été fait. Nous avons parlé d’une seule voix, et Madame Ellen Johnson Sirleaf, la présidente du Liberia, a été désignée porte-parole du groupe. A ce titre, elle a présenté au nom de l’ensemble du groupe les besoins que nous avons pour relancer notre système de santé et pour relancer notre économie.

En ce qui concerne la Guinée, l’objectif de notre plan relance est de remettre le pays sur la trajectoire qu’il avait pris. Trajectoire de croissance, de développement et trajectoire de réduction de la pauvreté. Ensuite le plan de relance devrait nous permettre d’avoir une meilleure résilience dans le futur. Il faudrait que mettons en place un système de santé renforcé et résistant pour que demain si une autre épidémie se déclarait dans le pays, que nous ayons le temps de vite réagir. Voyez, pour l’épidémie de virus Ebola, on fait quatre mois sans savoir que c’était Ebola, parce qu’il n’y avait pas de laboratoires, la recherche scientifique n’est pas poussées, et surtout les structures de santé ne sont pas bien adaptées. Donc ces plans de relance vont permettre d’avoir une meilleure résilience au niveau des pays. Ces plans de relance également vont permettre de poursuivre la stabilisation du cadre macroéconomique ce qui va aussi permettre un investissement massif dans le pays. Donc après la présentation de ces plans, il y a eu une première réaction, du côté de la Banque Mondiale qui a promis une enveloppe de 650 millions de dollar. Les autres donateurs aussi se sont prononcés. Globalement, sur les 8 milliards, on a déjà trouvé des intentions d’un milliard de dollar. Mais l’appel que le Président de la Banque Mondiale a lancé, que ce soient des bilatéraux ou les institutions multilatérales, est qu’il faudrait que toute la communauté internationale se mobilise pour financer ces plans de relance.

Personnellement, j’ai dit à la Banque Mondiale que tout le monde entier a une chance aujourd’hui de tester un appui massif sur ces trois pays, et dans un deux ou trois ans, pour voir comment ces pays vont changer leurs systèmes de santé, comment ces pays vont devenir résilients au niveau sanitaire, et donner l’exemple comme le slogan du Président de la Banque Mondiale ‘’Mettre fin à la pauvreté d’ici à 2020’’. Donc je pense que c’est l’occasion ultime pour la Banque Mondiale et pour la communauté internationale d’aller vite dans le financement de ces plans de relance pour que ces pays puissent se retrouver. Mais aussi pour que ces pays puissent donner l’exemple de résilience de renforcement de leur système de santé.

Lors de la réunion de Bruxelles, des intentions de financement ont été exprimées par les partenaires pour atteindre le cas zéro d’Ebola dans les trois pays. Quels sont les résultats obtenus par rapport à ces intentions de financement ?

Il faut être claire. Les intentions de financement annoncées à Bruxelles étaient de 5 milliards 100 millions de dollar. Mais on s’est rendu compte que tout ce montant n’était pas encore décaissé. Les possibilités de décaissement étaient de l’ordre de 2 milliards. Je crois qu’aujourd’hui pour atteindre zéro Ebola, ce n’est pas autant lié à des questions de ressources. Je pense que les annonces qui ont été faites peuvent couvrir parfaitement les mesures sanitaires pour mettre fin à Ebola. Vous avez vu qu’au Liberia il y a eu assez de progrès. En Guinée aussi, bien que l’épicentre de la maladie se trouve maintenant vers Forécariah et Coyah, aujourd’hui on commence à enregistrer de moins en moins de cas d’Ebola. Et donc avec l’urgence sanitaire renforcée que le chef de l’Etat, le Pr. Alpha Condé, a décrété avant même le délai imparti, nous pensons que nous allons atteindre le cas zéro Ebola, et attendre maintenant qu’il n’y ait plus de cas pour que l’OMS puisse lever les restrictions sur le pays. J’estime que les mesures qui ont été prises, c'est-à-dire suivre les contacts ; renforcer le porte à porte dans le cadre de la sensibilisation, de la communication au niveau des communautés locales ; les dispositions pratiques à prendre pour sécuriser les enterrements ; tester tous les décès, voir si c’est Ebola ou pas ; le fait que les comités de veille villageois se sont impliqués dans la lutte contre la maladie, et surtout le soutien à apporter aux contacts isolés, qui doivent être suivis et l’acceptation par la population du fait que Ebola existe bel et bien et prise de toutes les mesures pour l’éradiquer…. Je pense qu’Ebola zéro pourrait devenir une réalité.



En marge de la session du printemps des institutions de Breton Wood, quels sont les contacts que vous avez eus à Washington, excellence monsieur le ministre d’Etat ?

Au-delà de la mission du FMI et de la Banque Mondiale, j’ai rencontré les autorités américaines. J’ai rencontré deux fois deux structures du trésor américain dans le cadre l’assistance technique, et aussi dans le cadre de nos relations avec les Etats-Unis pour faire le point sur la situation économique et ensuite présenter le plan de relance national pour demander le soutien des Etats-Unis. Nous avons été aussi invité entre autres par le Centre pour le contrôle et la prévention des maladies (The Centers for Disease Control and Prevention (CDC), et aussi nous avons été invités dans un autre panel qui a aussi parlé de la situation sanitaire et aussi la situation d’Ebola. J’ai aussi rencontré quelques investisseurs qui veulent venir en Guinée, que ce soit dans le secteur d’énergie, des BTP et des logements sociaux.

Au regard de toutes ces rencontres, je pense que la visite de Washington a été couronnée de succès. D’ailleurs à côté de tout cela, il y avait le Pr. Alpha Condé, le chef de l’Etat qui était là. J’ai participé à quelques audiences qu’il a eues dans sa résidence, notamment avec madame Annick Girardin, secrétaire d’Etat chargée de la coopération française. Et j’estime que la mission a été bien remplie.

Dans quel état d’esprit vous rentrez aujourd’hui après cette mission ?

Je rentre avec un état d’esprit rassuré. Que la communauté internationale a entendu notre appel. Partout où je suis passé, les interlocuteurs nous ont rassurés a affirmant : « Nous allons faire tout pour vous accompagner ». Je pense que c’est plus important.

Merci monsieur le ministre.

C’est à moi de vous remercier.

Réalisée par SACKO Mamadou & SAKHO Aboubacar,

envoyés spéciaux à Washington


 
Didier Fall désigné pour représenter la CPEG aux Amériques

2015/4/18

Aujourd'hui en Guinée Monsieur Kerfalla CAMARA dit KPC PDG du groupe Guicopres SA et Vice-président délégué de la confédération patronale des entreprises de Guinée en abrégé la CPEG , en mission avec le chef de l'état le Pr Alpha Condé, a désigné notre compatriote Didier FALL comme étant le représentant de la structure patronale au pays de l'oncle Sam.

Didier FALL est un respectable homme d'affaires guinéen bien introduit aux États-Unis d'Amérique plus précisément dans l'état de New York où il vit depuis plusieurs années . Il est un consultant international et est le PDG de la compagnie Woco-solar LLC dont le siège est à New York

En le désignant pour représenter la CPEG dans la première puissance mondiale, Kerfalla CAMARA entend donner une dimension internationale de la première organisation patronale guinéenne qui regroupe incontestablement les plus grandes entreprises du pays d'Alpha Condé. 

En acceptant le choix porté sur sa personne, Didier FALL a promis à Kerfalla CAMARA dit KPC de tout mettre en œuvre pour mériter cette immense confiance afin de faire profiter les entreprises guinéennes de l'expertise américaine 


Aboubacar SAKHO
Envoyé spécial à Washington

 
 Ajouter un commentaire
Economie: Kerfalla CAMARA, PDG de GUICOPRES, à la 3ème édition de Africa CEO Forum de Genève

2015/3/18

Aujourd'hui en Guinée Les 16 et 17 mars 2015, le Pdg du Groupe GUICOPRES a pris part à Africa CEO Forum, le plus grand rendez-vous des décideurs et financiers du secteur privé africain.


Organisé par le Groupe Jeune Afrique en collaboration avec le Groupe de la BAD, Africa CEO Foum a connu la participation de plus de 800 capitaines d’industrie en provenance de l’Afrique et du reste du monde.

A son programme, des thèmes aussi riches que variés notamment :

- Quelles trajectoires de croissance pour les économies africaines ?

- Placer le digital au cœur de la stratégie d’entreprise ;

- La gouvernance, pilier d’une croissance solide ;

- L’Afrique vers la 3ème révolution industrielle et la « société du coût marginal zéro » ;

- Champions africains : comment s’assurer une croissance rentable ?

- Accélérer la diversification des sources de financement du secteur privé africain ;

- Doing Business en Afrique : les clés d’une (nécessaire) révolution ;

- Explosion urbaine : transformer le défi en opportunités pour le secteur privé africain ;

- Réussir son acquisition : Les facteurs clés du succès ;

- Quelles opportunités pour investir en Côte d’Ivoire ;

- Des tables rondes sur : Immobilier et construction ; Transport et logistique ; Maurice, plateforme d’investissement vers l’Afrique ; Agroalimentaire ; Energie ; Technologies de l’information.

A l’origine, la 3ème édition de Africa CEO Forum devait se tenir à Abidjan, pour des raisons liées à la présence du virus Ebola dans la sous-région, elle a été délocalisée en Suisse.

D’éminentes personnalités venues du secteur public africain et du privé ont eu des échanges francs et fructueux.

Le Premier Ministre de la Côte d’Ivoire, Daniel Kablan Duncan a été l’orateur sur le thème dédié à son pays.

Monsieur Kerfalla CAMARA – KPC, Pdg du Groupe Guicopres en homme d’affaires averti a noué des contacts fructueux pour le compte de sa société ainsi que pour l’ensemble du secteur privé guinéen.

En marge du forum, le PDG du Groupe GUICOPRES a participé à l’émission « Débat africain » animé par Alain FOKA.

De Genève

Honorable Cheick Tidiane TRAORE

Envoyé spécial

 
ONFPP: Le nouveau DG échange avec ses prédécesseurs pour permettre à l'Office de grandir.

2015/3/16

Aujourd'hui en Guinée Le jeudi 12 mars 2015 passé, le nouveau Directeur Général de l'Office National de la Formation Professionnelle et du perfectionnement (ONFPP), Lucien Beindou Guilao a invité à son siège; les anciens directeurs généraux à une réunion de partage d'idées et d'expériences pour un bon fonctionnement de cet office.

Aussitôt après sa nomination à la tête de l'ONFPP en février 2015, Lucien Beindou Guilao a fait appel aux anciens directeurs généraux avec pour objectif de recueillir leur avis et expériences sur le fonctionnement de l'office.
« Lors de ma nomination, j'ai fais des constats qui m'ont emmené à une première chose, c'est d'inviter les anciens directeurs généraux de l'Office National de la Formation Professionnelle et du perfectionnement pour échanger avec eux. », a déclaré le nouveau directeur général.

Selon Lucien Guilao, l'idée de base de cette réunion est d'échanger avec ces prédécesseurs sur des pistes d'évolutions, « L'objectif de la réunion, c'est à travers leur expérience, voir ce qu'ils pouvaient faire pour que l'ONFPP avance de plus afin d'être à la hauteur des autres offices de la sous région. Donc l'idée de base c'est d'échanger avec eux des idées, des pistes d'évolutions qui permettront à l'office de grandir. », a-t-il ajouté.

Satisfait de cette première réunion, le directeur général affirme que celle-ci ne sera pas la dernière. Parce qu'elle a conduit à la mise en place des commissions de travail pour réfléchir sur certaines pistes qui permettront à l'ONFPP de grandir.

« De cette réunion, je tire beaucoup de satisfaction de plaisir les anciens directeurs généraux ont vraiment collaboré. Ce n'était pas surprenant qu'ils aient occupé ce poste à un certain moment donné de leur vie. Donc je tire beaucoup de satisfaction et ce n'est pas la dernière puisqu'on a décidé de mettre des commissions de travail en place pour réfléchir sur certaines pistes qui permettront à l'ONFPP de grandir. »

S'agissant des priorités, Lucien Beindou Guilao a indiqué que, « Nos priorités c'est de voir dans quelle mesure on pouvait augmenter les ressources du fond à travers certaines actions et certaines pistes. Et avec ces ressources satisfaire les besoins des sociétés en matière de formation. »

«L'une des principales préoccupations du nouveau directeur portait sur la mobilisation des ressources pour le financement de la formation professionnelle qu'il a démontré lors de cette réunion. », nous a rapporté le chef de division apprentissage, Jean Pierre Touré.

Quand à Sam Mamady Soumah, ancien Directeur Général, comme les autres directeurs qui ont pris part à cette réunion, a salué l'initiative du nouveau Directeur en les invitant à partager leur expérience et pense que cela aidera à changer beaucoup sur le fonctionnement de l'ONFPP.

« Nous saluons l'initiative qui a consisté à la rencontre des anciens directeurs généraux avec le nouveau pour lui communiquer les expériences que nous avons eu chacun à ce poste là. Et ça été vraiment une occasion d'échanges sérieux que nous saluons. Le directeur a pris une belle initiative je crois que l'office est entrain de changer de physionomie. », Dira Sam Mamady Soumah.

Daff Hawa

 
Présidence Guinéenne
Dr Mohamed Diané, véritable garde rapproché d’Alpha Condé
Soumah Alsény
Alsény SOUMAH: L’Ambassadeur de l’art culinaire guinéen aux USA
Dépêches
L'UA/Nord-Mali
TV Aujourd'hui-en-guinée

cliquez sur la photo pour ouvrir la video

Voir les autres articles >>>
Assemblée générale du fonds et de banque mondiale
Les activités du Pr Alpha Condé
TV Aujourd'hui-en-guinée  ::  Présidence Guinéenne  ::  Audios  ::  L'UA/Nord-Mali  ::  Libres Propos  ::  Soutenez Aujourd'hui en Guinée  ::  Albums Photos  ::  Contact  ::  Abonnez-vous  ::  Email  ::  Partenaires  ::  


Privé - Espace Clients  Hotline  

© Rosawebpro   |    Privé - Espace Clients