Bannière


 
L’opposition menace depuis Paris
Le pouvoir rappel à l’ordre à Conakry

Partenaires

Africatime

Africvisionguinée

Akhadan

Conakrylive

Ecoutez Sabari FM 97.3 en direct

Guinée7

L'Express Guinée

Le Diplomate

Les amazones

Mediaguinee

www.Guineematin.com

28 visiteurs connectés

23 Mai 2015 - 11h17


 RECHERCHER 

Cellou Dalein décline l'invitation du Président de la république.

2015/5/8

Aujourd'hui en Guinée On vient de l'apprendre à l'instant sur les antennes des médias étrangers le désistement de Cellou Dalein Diallo ce vendredi matin à honorer sa présence à l'invitation du chef de l'Etat le Pr. Alpha Condé

Le principal opposant au régime actuel motive sa décision par l'attitude des forces de l'ordre qui l'aurait encore confiné à son domicile ce jeudi et qui selon lui, aurait empêché sa famille politique et biologique de tout mouvement d'entrée et de sortie à son domicile .

C'est un véritable cataclysme sinon une situation rétrograde qui aura forcément des répercutions négatives sur la crise politique dans le pays depuis la publication par la CENI du chronogramme électoral . C'est encore une occasion ratée pour voir l'amorce du dialogue politique nécessaire pour une décrispation de la crise.

LAMOUCI




 
« La communauté internationale a entendu notre appel », Mohamed Diaré, ministre d’Etat Guinéen en charge de l’Economie et des Finances

2015/5/2

Aujourd'hui en Guinée Monsieur Mohamed Diaré, ministre d’Etat chargé de l’Economie et des Finance, au terme de la session du printemps des institutions de Breton Wood, à Washington du 16 et 17 avril 2015, revient sur sa participation à cette session, évoque aussi les activités menées par la délégation guinéenne, avec le plan Marshal pour la relance des économies des trois pays touchés par l’Epidémie à virus Ebola. C’est un ministre des Finances qui rentre avec un état d’esprit rassuré. Nous vous proposons l’intégralité de son interview.

Bonsoir monsieur Mohamed Diaré, ministre d’Etat en charge de l’économie et des Finances. Nous sommes au terme de la session du printemps des institutions de Breton Wood à Washington. Pouvez-vous revenir sur les activités que vous avez menées durant cette session ?

Mohamed Diaré : Effectivement, nous sommes à Washington dans le cadre de la réunion annuelle du printemps du Fonds Monétaire International et de la Banque Mondiale. Cette année, l’évènement a été marqué par une réunion de haut niveau qui a regroupé les trois chefs d’Etat des pays qui sont victimes de la maladie à virus Ebola, présidée par Dr Jim Yong Kim, président de la Banque Mondiale, co-présidée par Madame Christine Lagarde, directrice générale du FMI et de M. Ban Ki-moon, secrétaire général des Nations Unies, avec beaucoup d’autres invités. Cette session annuelle a connu la participation de beaucoup de représentants, que ce soit du côté de l’Afrique, de l’Europe et ou de l’Amérique.

Ce qu’il faut retenir, c’est que la première partie de notre mission s’est beaucoup focalisée sur une revue de nos relations avec la Banque Mondiale. Nous avons revu le portefeuille, et nous avons constaté que le document de partenariat que nous avons signé avec la Banque Mondiale, il y deux ans, a été bien exécuté malgré le contexte Ebola de 2014. Nous avons fait le point, et nous avons vu que les priorités qui sont alignées dans ce document de partenariat restent les mêmes. Mais cette fois-ci il faut ajouter le renforcement du système de santé.

Ensuite, avec la Banque Mondiale, nous avons signé un accord de partenariat sur le secteur de la Pêche, portant sur 10 millions de dollars. Les activités avec la Banque Mondiale ont été très intenses. C’est ainsi que nous avons eu plusieurs réunions préparatoires sur notre plan de relance et de résilience. Ensuite, nous avons aussi eu des réunions dans le cadre de la mise en valeur du fleuve Niger. Vous savez bien que le fleuve Niger prend sa source en Guinée et traverse plusieurs pays jusqu’au Nigeria. Ainsi donc, nous avons fait le point sur le fait qu’il faut profiter de la conférence de Paris sur changement climatique pour voir comment, d’une seule voix, l’Afrique peut, avec des projets mûrs, présenter dans le cadre de fonds mondial de l’environnement et que ces projets soient financés. Ce sont des projets généralement à buts très multiples. Dans le cas de la Guinée, il y a la construction de barrages sur le Niger sur le Fomi. Il y a aussi l’irrigation des plaines, donc le secteur agricole. Il y a également la navigabilité pour permettre aux populations de ces différents pays de se mouvoir. La Guinée par exemple de quitter Kankan jusqu’à Bamako. Il y a aussi la production de l’énergie, et donc fournir le courant électrique à la Guinée et éventuellement au Mali. Ça c’est l’une des activités qu’on a eu à faire avec la Banque Mondiale.

Avec le Fonds Monétaire International, nous avons rencontré le directeur général adjoint, nous avons également rencontré la directrice du département Afrique et ensuite notre administrateur Fonds Monétaire. Avec toutes ces personnalités, nous avons fait le point de la coopération. Nous avons aussi rencontré l’administrateur de la France. Et nous avons estimé que le Fonds Monétaire, étant donné la crise avec Ebola, a bougé les lignes, en accordant à la Guinée des supports budgétaires. Donc nous avons donné notre appréciation positive à cet appui. Et nous avons demandé au FMI, avec la situation de 2015, de faire en sorte que ce type d’appui et d’assistance continue en 2015 pour que nous ayons un support budgétaire, mais en même pour que ces appuis budgétaires puissent renforcer les réserves de changes de la Banque Centrale de la république de Guinée. Cela va nous aider à stabiliser le taux de change. Ça va nous aider à continuer à lutter contre l’inflation.

Monsieur le ministre d’Etat qu’en est-il de l’évènement principal. C'est-à-dire le plan de relance et résilience présenté par les trois pays touchés par l’épidémie à virus Ebola ?

Il faut d’abord rappeler que nous avons eu un sommet des chefs d’Etat de la Mano River Union à Conakry pour que les trois pays se mettent d’accord sur une structure de la stratégie de relance et résilience des pays post Ebola sur un horizon deux à trois ans, et pour préparer la réunion de Bruxelles. En même temps, nous nous sommes dits qu’il y a des plans de relance nationaux, mais également il y a le plan de relance régionale. Nous sommes donc aller à Bruxelles où la réunion s’est très bien passée. Les différents plans ont été présentés, mais ils n’étaient pas évalués. Le coasting n’était pas fait. Les pays sont revenus, et nous avons continué à travailler d’arrache pieds pour que l’évaluation des coûts des différents budgets puissent être disponible au cour de la réunion du printemps à Washington. C’est ce qui a été fait. Et la particularité cette fois-ci, est que le groupe a parlé d’une seule voix. C’est ainsi qu’on a évalué le coût de relance et résilience pour 8 milliards de dollar. Les chefs de l’Etat des trois sont dit, ‘’chaque pays ne va pas présenter son plan, et ensuite donner le coût. On va se mettre d’accord sur une présentation unique, et en suite une présentation du coût global.’’ C’est ce qui a été fait. Nous avons parlé d’une seule voix, et Madame Ellen Johnson Sirleaf, la présidente du Liberia, a été désignée porte-parole du groupe. A ce titre, elle a présenté au nom de l’ensemble du groupe les besoins que nous avons pour relancer notre système de santé et pour relancer notre économie.

En ce qui concerne la Guinée, l’objectif de notre plan relance est de remettre le pays sur la trajectoire qu’il avait pris. Trajectoire de croissance, de développement et trajectoire de réduction de la pauvreté. Ensuite le plan de relance devrait nous permettre d’avoir une meilleure résilience dans le futur. Il faudrait que mettons en place un système de santé renforcé et résistant pour que demain si une autre épidémie se déclarait dans le pays, que nous ayons le temps de vite réagir. Voyez, pour l’épidémie de virus Ebola, on fait quatre mois sans savoir que c’était Ebola, parce qu’il n’y avait pas de laboratoires, la recherche scientifique n’est pas poussées, et surtout les structures de santé ne sont pas bien adaptées. Donc ces plans de relance vont permettre d’avoir une meilleure résilience au niveau des pays. Ces plans de relance également vont permettre de poursuivre la stabilisation du cadre macroéconomique ce qui va aussi permettre un investissement massif dans le pays. Donc après la présentation de ces plans, il y a eu une première réaction, du côté de la Banque Mondiale qui a promis une enveloppe de 650 millions de dollar. Les autres donateurs aussi se sont prononcés. Globalement, sur les 8 milliards, on a déjà trouvé des intentions d’un milliard de dollar. Mais l’appel que le Président de la Banque Mondiale a lancé, que ce soient des bilatéraux ou les institutions multilatérales, est qu’il faudrait que toute la communauté internationale se mobilise pour financer ces plans de relance.

Personnellement, j’ai dit à la Banque Mondiale que tout le monde entier a une chance aujourd’hui de tester un appui massif sur ces trois pays, et dans un deux ou trois ans, pour voir comment ces pays vont changer leurs systèmes de santé, comment ces pays vont devenir résilients au niveau sanitaire, et donner l’exemple comme le slogan du Président de la Banque Mondiale ‘’Mettre fin à la pauvreté d’ici à 2020’’. Donc je pense que c’est l’occasion ultime pour la Banque Mondiale et pour la communauté internationale d’aller vite dans le financement de ces plans de relance pour que ces pays puissent se retrouver. Mais aussi pour que ces pays puissent donner l’exemple de résilience de renforcement de leur système de santé.

Lors de la réunion de Bruxelles, des intentions de financement ont été exprimées par les partenaires pour atteindre le cas zéro d’Ebola dans les trois pays. Quels sont les résultats obtenus par rapport à ces intentions de financement ?

Il faut être claire. Les intentions de financement annoncées à Bruxelles étaient de 5 milliards 100 millions de dollar. Mais on s’est rendu compte que tout ce montant n’était pas encore décaissé. Les possibilités de décaissement étaient de l’ordre de 2 milliards. Je crois qu’aujourd’hui pour atteindre zéro Ebola, ce n’est pas autant lié à des questions de ressources. Je pense que les annonces qui ont été faites peuvent couvrir parfaitement les mesures sanitaires pour mettre fin à Ebola. Vous avez vu qu’au Liberia il y a eu assez de progrès. En Guinée aussi, bien que l’épicentre de la maladie se trouve maintenant vers Forécariah et Coyah, aujourd’hui on commence à enregistrer de moins en moins de cas d’Ebola. Et donc avec l’urgence sanitaire renforcée que le chef de l’Etat, le Pr. Alpha Condé, a décrété avant même le délai imparti, nous pensons que nous allons atteindre le cas zéro Ebola, et attendre maintenant qu’il n’y ait plus de cas pour que l’OMS puisse lever les restrictions sur le pays. J’estime que les mesures qui ont été prises, c'est-à-dire suivre les contacts ; renforcer le porte à porte dans le cadre de la sensibilisation, de la communication au niveau des communautés locales ; les dispositions pratiques à prendre pour sécuriser les enterrements ; tester tous les décès, voir si c’est Ebola ou pas ; le fait que les comités de veille villageois se sont impliqués dans la lutte contre la maladie, et surtout le soutien à apporter aux contacts isolés, qui doivent être suivis et l’acceptation par la population du fait que Ebola existe bel et bien et prise de toutes les mesures pour l’éradiquer…. Je pense qu’Ebola zéro pourrait devenir une réalité.



En marge de la session du printemps des institutions de Breton Wood, quels sont les contacts que vous avez eus à Washington, excellence monsieur le ministre d’Etat ?

Au-delà de la mission du FMI et de la Banque Mondiale, j’ai rencontré les autorités américaines. J’ai rencontré deux fois deux structures du trésor américain dans le cadre l’assistance technique, et aussi dans le cadre de nos relations avec les Etats-Unis pour faire le point sur la situation économique et ensuite présenter le plan de relance national pour demander le soutien des Etats-Unis. Nous avons été aussi invité entre autres par le Centre pour le contrôle et la prévention des maladies (The Centers for Disease Control and Prevention (CDC), et aussi nous avons été invités dans un autre panel qui a aussi parlé de la situation sanitaire et aussi la situation d’Ebola. J’ai aussi rencontré quelques investisseurs qui veulent venir en Guinée, que ce soit dans le secteur d’énergie, des BTP et des logements sociaux.

Au regard de toutes ces rencontres, je pense que la visite de Washington a été couronnée de succès. D’ailleurs à côté de tout cela, il y avait le Pr. Alpha Condé, le chef de l’Etat qui était là. J’ai participé à quelques audiences qu’il a eues dans sa résidence, notamment avec madame Annick Girardin, secrétaire d’Etat chargée de la coopération française. Et j’estime que la mission a été bien remplie.

Dans quel état d’esprit vous rentrez aujourd’hui après cette mission ?

Je rentre avec un état d’esprit rassuré. Que la communauté internationale a entendu notre appel. Partout où je suis passé, les interlocuteurs nous ont rassurés a affirmant : « Nous allons faire tout pour vous accompagner ». Je pense que c’est plus important.

Merci monsieur le ministre.

C’est à moi de vous remercier.

Réalisée par SACKO Mamadou & SAKHO Aboubacar,

envoyés spéciaux à Washington


 
Didier Fall désigné pour représenter la CPEG aux Amériques

2015/4/18

Aujourd'hui en Guinée Monsieur Kerfalla CAMARA dit KPC PDG du groupe Guicopres SA et Vice-président délégué de la confédération patronale des entreprises de Guinée en abrégé la CPEG , en mission avec le chef de l'état le Pr Alpha Condé, a désigné notre compatriote Didier FALL comme étant le représentant de la structure patronale au pays de l'oncle Sam.

Didier FALL est un respectable homme d'affaires guinéen bien introduit aux États-Unis d'Amérique plus précisément dans l'état de New York où il vit depuis plusieurs années . Il est un consultant international et est le PDG de la compagnie Woco-solar LLC dont le siège est à New York

En le désignant pour représenter la CPEG dans la première puissance mondiale, Kerfalla CAMARA entend donner une dimension internationale de la première organisation patronale guinéenne qui regroupe incontestablement les plus grandes entreprises du pays d'Alpha Condé. 

En acceptant le choix porté sur sa personne, Didier FALL a promis à Kerfalla CAMARA dit KPC de tout mettre en œuvre pour mériter cette immense confiance afin de faire profiter les entreprises guinéennes de l'expertise américaine 


Aboubacar SAKHO
Envoyé spécial à Washington

 
 Ajouter un commentaire
Economie: Kerfalla CAMARA, PDG de GUICOPRES, à la 3ème édition de Africa CEO Forum de Genève

2015/3/18

Aujourd'hui en Guinée Les 16 et 17 mars 2015, le Pdg du Groupe GUICOPRES a pris part à Africa CEO Forum, le plus grand rendez-vous des décideurs et financiers du secteur privé africain.


Organisé par le Groupe Jeune Afrique en collaboration avec le Groupe de la BAD, Africa CEO Foum a connu la participation de plus de 800 capitaines d’industrie en provenance de l’Afrique et du reste du monde.

A son programme, des thèmes aussi riches que variés notamment :

- Quelles trajectoires de croissance pour les économies africaines ?

- Placer le digital au cœur de la stratégie d’entreprise ;

- La gouvernance, pilier d’une croissance solide ;

- L’Afrique vers la 3ème révolution industrielle et la « société du coût marginal zéro » ;

- Champions africains : comment s’assurer une croissance rentable ?

- Accélérer la diversification des sources de financement du secteur privé africain ;

- Doing Business en Afrique : les clés d’une (nécessaire) révolution ;

- Explosion urbaine : transformer le défi en opportunités pour le secteur privé africain ;

- Réussir son acquisition : Les facteurs clés du succès ;

- Quelles opportunités pour investir en Côte d’Ivoire ;

- Des tables rondes sur : Immobilier et construction ; Transport et logistique ; Maurice, plateforme d’investissement vers l’Afrique ; Agroalimentaire ; Energie ; Technologies de l’information.

A l’origine, la 3ème édition de Africa CEO Forum devait se tenir à Abidjan, pour des raisons liées à la présence du virus Ebola dans la sous-région, elle a été délocalisée en Suisse.

D’éminentes personnalités venues du secteur public africain et du privé ont eu des échanges francs et fructueux.

Le Premier Ministre de la Côte d’Ivoire, Daniel Kablan Duncan a été l’orateur sur le thème dédié à son pays.

Monsieur Kerfalla CAMARA – KPC, Pdg du Groupe Guicopres en homme d’affaires averti a noué des contacts fructueux pour le compte de sa société ainsi que pour l’ensemble du secteur privé guinéen.

En marge du forum, le PDG du Groupe GUICOPRES a participé à l’émission « Débat africain » animé par Alain FOKA.

De Genève

Honorable Cheick Tidiane TRAORE

Envoyé spécial

 
ONFPP: Le nouveau DG échange avec ses prédécesseurs pour permettre à l'Office de grandir.

2015/3/16

Aujourd'hui en Guinée Le jeudi 12 mars 2015 passé, le nouveau Directeur Général de l'Office National de la Formation Professionnelle et du perfectionnement (ONFPP), Lucien Beindou Guilao a invité à son siège; les anciens directeurs généraux à une réunion de partage d'idées et d'expériences pour un bon fonctionnement de cet office.

Aussitôt après sa nomination à la tête de l'ONFPP en février 2015, Lucien Beindou Guilao a fait appel aux anciens directeurs généraux avec pour objectif de recueillir leur avis et expériences sur le fonctionnement de l'office.
« Lors de ma nomination, j'ai fais des constats qui m'ont emmené à une première chose, c'est d'inviter les anciens directeurs généraux de l'Office National de la Formation Professionnelle et du perfectionnement pour échanger avec eux. », a déclaré le nouveau directeur général.

Selon Lucien Guilao, l'idée de base de cette réunion est d'échanger avec ces prédécesseurs sur des pistes d'évolutions, « L'objectif de la réunion, c'est à travers leur expérience, voir ce qu'ils pouvaient faire pour que l'ONFPP avance de plus afin d'être à la hauteur des autres offices de la sous région. Donc l'idée de base c'est d'échanger avec eux des idées, des pistes d'évolutions qui permettront à l'office de grandir. », a-t-il ajouté.

Satisfait de cette première réunion, le directeur général affirme que celle-ci ne sera pas la dernière. Parce qu'elle a conduit à la mise en place des commissions de travail pour réfléchir sur certaines pistes qui permettront à l'ONFPP de grandir.

« De cette réunion, je tire beaucoup de satisfaction de plaisir les anciens directeurs généraux ont vraiment collaboré. Ce n'était pas surprenant qu'ils aient occupé ce poste à un certain moment donné de leur vie. Donc je tire beaucoup de satisfaction et ce n'est pas la dernière puisqu'on a décidé de mettre des commissions de travail en place pour réfléchir sur certaines pistes qui permettront à l'ONFPP de grandir. »

S'agissant des priorités, Lucien Beindou Guilao a indiqué que, « Nos priorités c'est de voir dans quelle mesure on pouvait augmenter les ressources du fond à travers certaines actions et certaines pistes. Et avec ces ressources satisfaire les besoins des sociétés en matière de formation. »

«L'une des principales préoccupations du nouveau directeur portait sur la mobilisation des ressources pour le financement de la formation professionnelle qu'il a démontré lors de cette réunion. », nous a rapporté le chef de division apprentissage, Jean Pierre Touré.

Quand à Sam Mamady Soumah, ancien Directeur Général, comme les autres directeurs qui ont pris part à cette réunion, a salué l'initiative du nouveau Directeur en les invitant à partager leur expérience et pense que cela aidera à changer beaucoup sur le fonctionnement de l'ONFPP.

« Nous saluons l'initiative qui a consisté à la rencontre des anciens directeurs généraux avec le nouveau pour lui communiquer les expériences que nous avons eu chacun à ce poste là. Et ça été vraiment une occasion d'échanges sérieux que nous saluons. Le directeur a pris une belle initiative je crois que l'office est entrain de changer de physionomie. », Dira Sam Mamady Soumah.

Daff Hawa

 
Chérif de Washington nommé conseiller technique près de Kassory

2015/2/25

Aujourd'hui en Guinée Dans une série de décret diffusé sur les ondes des médias d'état , le Pr Alpha condé a nommé notre compatriote chérif Haïdara, alias Chérif de Washington comme Conseiller technique au près du Ministre d’Etat chargé des questions d’investissement et du partenariat public-privé de Docteur Ibrahima Kassory Fofana.

Chérif de Washington est administrateur Général du « Grand forum de la diaspora guinéenne » un puissant réseaux social guinéen où près de 30 millions d'internautes débattent des socio-politique, économique de la république Guinée. Chérif de Washington a regagné le bercail depuis la nomination de Kassory

Ibrahima Sory Sylla

 
Annulation de la dette extérieure des pays frappés par Ebola : La décision du FMI est une « avancée encourageante »

2015/2/6

Aujourd'hui en Guinée Conakry, 6 février 2015 – Le Gouvernement guinéen salue la récente décision par le Conseil d’Administration du Fonds monétaire international (FMI) de mettre en place un Fonds fiduciaire d’assistance et de riposte aux catastrophes pour renforcer l’aide apportée aux pays à faible revenu victimes d’une catastrophe de santé publique.

Le Porte-parole du Gouvernement guinéen Damantang Albert Camara déclaré : « C’est une avancée encourageante. Nous continuons à travailler intensément pour obtenir l’annulation totale de la dette extérieure des pays touchés par Ebola » L’annonce du FMI s’inscrit dans le prolongement d’une série de consultations internationales menées par le Président de la République Alpha Condé au nom des trois pays touchés par Ebola (Sierra Leone, Libéria, Guinée) pour demander l’annulation totale de leur dette extérieure.

A cette fin, le Président Alpha Condé a récemment mené une série d’entretiens avec les partenaires multilatéraux et bilatéraux, au World Economic Forum à Davos et au Sommet de l’Union africaine à Addis Abeba. Parmi lesquels : Jim Yong Kim, Président de la Banque Mondiale ; Christine Lagarde, Directrice générale du FMI ; Helen Clark, Administratrice du Programme pour le Développement des Nations Unies.

La semaine dernière, la demande d’annulation de la dette extérieure des trois pays a été officiellement soutenue par l’Union africaine. L’objectif est double. L’annulation de la dette extérieure doit permettre à ces trois Etats de relancer leur économie, lourdement impactée par Ebola. Il s’agit également de permettre à ces Etats de libérer des ressources et de rediriger une majorité du budget alloué annuellement au remboursement de la dette vers des dépenses de santé publique, notamment dans les infrastructures de santé et la formation du personnel médical. Le Président Alpha Condé a récemment interpellé la communauté internationale sur le besoin impérieux d’une réponse à long terme pour renforcer durablement le système de santé des pays touchés par Ebola, ainsi que des autres pays à faible revenu qui pourraient être victimes de catastrophes de santé publique à l’avenir.

Le renforcement des systèmes de santé des pays à faible revenu doit permettre d’augmenter la capacité de ces Etats à détecter les maladies et les épidémies, développer les soins et la prévention, former les personnels de santé, et toucher les populations locales, souvent isolées, par un maillage d’infrastructures adaptées.

Nootes:

 La demande d’annulation de la dette extérieure des trois pays touchés par Ebola s’appuie sur deux appels lancés fin 2014 parles Etats-Unis et par la Commission Economique pour l’Afrique(CEA) des Nations Unies.

 Sous réserve de l’approbation des demandes des pays par le Conseil d’administration du FMI, il est prévu que le fonds fiduciaire ARC fournira un allègement « dons pour dette » de près de 100 millions de dollars pour les trois pays touchés par l’épidémie d’Ébola en Afrique de l’Ouest (Libéria, Sierra Leone et Guinée).

Le Porte-parole du Gouvernement

Contact médias : M. Damantang Albert CAMARA, Porte-parole du Gouvernement,ministre de l’Enseignement technique, de la Formation professionnelle, de l’Emploi et du Travail

+ 224 628-20-58-58

Transmis par le Bureau de Presse de la Présidence

 
Ebola: Le FMI allège de 100 millions de dollars la dette des pays touchés

2015/2/5

Aujourd'hui en Guinée Le FMI a décidé jeudi d'accorder un don de 100 millions de dollars aux trois pays d'Afrique de l'Ouest les plus affectés par l'épidémie d'Ebola afin d'alléger le fardeau de leur dette vis-à-vis de l'institution.

"Ce n'est pas dans nos activités traditionnelles de faire des dons. (...). Mais nous faisons ça parce que ces trois pays traversent une épreuve extrêment difficile", a commenté la directrice générale du FMI Christine Lagarde, lors d'une conférence de presse.

Frappés de plein fouet par l'épidémie, le Liberia, la Sierra Leone et la Guinée recevront un don total de 100 millions de dollars via un nouveau fonds créé par le FMI pour aider les pays à faire face à des épidémies. Un précédent mécanisme d'allègement de dette avait été mis en place par le Fonds pour Haïti après le tremblement de terre de 2010 mais il n'était utilisable qu'en cas de catastrophe naturelle et pas sanitaire.

Ce don de 100 millions de dollars, qui s'inscrit dans un plan anti-Ebola de 300 millions de dollars annoncé par le G20 Brisbane en novembre, doit permettre à ces trois pays d'effacer la dette et les intérêts qu'ils doivent au FMI dans les prochaines années, a ajouté le porte-parole du Fonds, Gerry Rice, lors de cette même conférence de presse.

Le FMI est "la première institution internationale" à accorder un allègement de dette à ces trois pays, s'est félicitée Mme Lagarde. Ces 100 millions ne représentent toutefois qu'un gros cinquième de la dette totale due par ces trois pays à l'institution et qui s'élève à 469,1 millions de dollars, selon le site du Fonds.

Le FMI a par ailleurs ajouté jeudi qu'il pourrait approuver, dans les prochaines semaines, un prêt à taux zéro de 160 millions de dollars à la Sierra Leone, au Liberia et à la Guinée, qui s'ajouteront aux 130 millions déja déboursés en septembre.

AFP

 
Urgent : Communiqué de KPK et Président fondateur de l'association Isolons Ebola

2015/2/5

Aujourd'hui en Guinée Suite aux interprétations et commentaires sur les médias et réseaux sociaux, relatifs à la production et diffusion de deux œuvres musicales ‘’ One Voice et stop EBOLA’’, produit à 100% sur mon financement et exécuté par l’association isolons EBOLA, j’ai cru devoir apporter des précisions.

Depuis de longues années, j’ai créé une fondation dénommée ’’ fondation KPC pour l’humanitaire’’ pour investir une partie de mes avoirs pour la cause des couches défavorisées. Dans ce cadre j’ai créé l’association ISOLONS EBOLA pour participer à la dynamique de riposte à cette fièvre hémorragique en Guinée.

Pour porter plus haut la voix de cette association et lutter contre la stigmatisation liée à cette épidémie Ebola, nous avons jugé nécessaire d’associer des icones de la musique internationale pour mieux sensibiliser l’opinion.

Je suis au regret de constater que des personnes mal intentionnées ont agi dans le sens contraire à mes objectifs.

Des personnalités du monde du show biz qui ont bénévolement soutenu cette initiative et certains de mes partenaires se sont sentis offensés.

Je regrette cet état de fait et réaffirme à l’opinion mon engagement à travers ma fondation à poursuivre la mise en œuvre des objectifs que je me suis toujours assignés dans la transparence et le patriotisme.

Je vous remercie.

 

 

 
Discours du Directeur Général du BGDA, M. Abass Bangoura à l'occasion du lancement des hologrammes infalsifiables

2015/1/29

Aujourd'hui en Guinée Dans le cadre de la protection et de la sécurisation des œuvres littéraires et artistiques en République de Guinée, la Direction Générale du Bureau Guinéen du Droit d’Auteur (BGDA) a procédé, ce jeudi 29 janvier 2015, au Musée National de Sandervalia, dans la commune de Kaloum, au lancement officiel des hologrammes infalsifiables. Cette cérémonie, qui a connu la présence des associations des Producteurs de phonogrammes, de vidéogrammes, des Artistes, opérateurs culturels, Associations d’artistes, ainsi que du haut commandement de la Gendarmerie Nationale (Direction générale de la Justice militaire) le Général Ibrahima BALDE, a été marquée par les discours de M. Abass Pablo Bangoura, Directeur Général du BGDA. Nous vous livrons l’intégralité de cette importante intervention.

Monsieur le Ministre par Intérim de la Culture et du Patrimoine Historique,

Monsieur le Secrétaire Général du Ministère de la Culture et du Patrimoine Historique,

Mesdames et Messieurs, tout Protocole respecté.

Je me réjouis d'être aujourd'hui en face de vous à l'occasion du lancement officiel de moyens de sécurisation des ouvres littéraires et artistiques.

En ces temps de crise économique, la culture est un enjeu majeur de réduction des inégalités, et un puissant vecteur de cohésion sociale, d'ouverture et d'échanges entre les guinéens. Il est donc de notre devoir de garantir à l'ensemble de nos concitoyens le droit à un égal accès à la culture et aux avantages qui y sont liés.

La protection des droits d’Auteurs ne peut se faire sans l’union des forces et c’est en cela que leur sécurisation constitue un élément essentiel pour permettre aux auteurs de vivre dignement du fruit de leur travail.

C’est cet esprit qui anime la Direction Générale du BGDA à initier des moyens de sécurisation allant dans le sens de la Recherche du bien-être au profit des créateurs Guinéens et étrangers.

Je suis honoré ce matin par votre présence à cette rencontre axée sur ce lancement qui constitue, pour la Culture en général et les droits d'auteur en particulier, une étape décisive.

Les mesures prises par le gouvernement dans le cadre la reconnaissance de la dignité des artistes ne pourront être efficaces sans un changement de mentalités de nos populations, et une prise de conscience face à la gravité des fléaux que constituent :

* La piraterie, qui nuit considérablement à notre patrimoine culturel déjà menacé par des agressions d'autres cultures.

* Le refus de paiement des droits par les grands usagers comme les radios privées, Night-clubs de haut standing, les hôtels, les bars restaurants etc.

Le paiement des Droits d’Auteur est un facteur essentiel permettant aux auteurs de vivre dignement du fruit de leur travail.

Mesdames et Messieurs

Chers invités

Dans le monde actuel caractérisé par la concurrence impardonnable, quelque soit le niveau de développement des pays une protection efficace doit être accordée aux créations intellectuelles au risque de freiner l'évolution de la culture.

C’est le lieu de flétrir le comportement de certains pirates qui se font passer pour des producteurs alors qu’ils ne sont que des reproducteurs, importateurs et vendeurs de produits finis.

Le terme producteur désigne en français la personne physique ou morale qui prend à sa charge le financement d'un ou plusieurs enregistrements ou de filmages dont il devient de ce fait producteur ou propriétaire. Il ne doit pas être confondu avec son équivalent anglais de record Producer, qui s'apparente plutôt au terme de réalisateur artistique et dont le rôle consiste à contrôler les sessions d'enregistrement, à accompagner et guider les artistes d'interprétation et superviser les enregistrements, le mixage audio ou vidéo et le mastering.

Il faut reconnaître aujourd’hui, qu’à maints égards, les droits d’auteur sont foulés aux pieds, la Guinée étant en passe de détenir le record régional du piratage avec des centaines de millions d’œuvres reproduites illégalement chaque année.

La situation des créateurs guinéens ne serait pas si alarmante si l’effondrement du marché des biens « physiques », CD et DVD, était compensé par la lutte contre la Piraterie. Mais ce n’est pas du tout le cas à l’heure actuelle.

Alors que les ventes des CD et DVD piratés, représentent en moyenne 20% du total dans la plupart des pays voisins, elles atteignent presque 40% en Guinée aujourd’hui avec un chiffre d’affaires de centaines de millions.

Il a fallu une vraie prise de conscience de l’urgence de la situation et une attention soutenue de feu Ahmed TIDIANY CISSE (paix à son âme) alors Ministre de la CPH pour passer à une signature de contrat de confection de 2.000.000 d’hologrammes infalsifiables.

L’accord signé entre La Guinée et l’Ambassade de Corée a marqué une étape décisive à cet égard en réunissant les professionnels de la culture autour d’objectifs partagés : lutter contre le piratage.

Prise de conscience de la part des professionnels de tous les secteurs concernés et ce, sans aucune voix contre.

Je crois que les esprits sont mûrs et que le sursaut tant attendu est en train de se produire.

Les acteurs de la filière vidéo ont d’ailleurs consenti des efforts importants ces dernières années qui démontrent leur esprit de responsabilité.

Je souhaite à présent que ces hologrammes apportent un ouf de soulagement aux auteurs.

Je souhaite également que les négociations initiées par la Direction du BGDA avec les chaînes de télévision, puissent aboutir dans les meilleurs délais : il en va de l’intérêt même de toutes les parties.

Je souhaite aussi que la signature de contrats envisageant les tarifs applicables aux autres secteurs et notamment aux « lieux sonorisés » – c'est-à-dire les bars, hôtels ou restaurants qui diffusent de la musique – qui ne paient pour l’instant rien ou pour ceux qui le font, ne versent qu’une rémunération très modeste à ce titre : en moyenne de quelques dizaines de milles ou par entreprise et par an, aboutisse

A cette heureuse occasion, j’adresse mes sincères remerciements au cabinet du Ministère de la Culture et du Patrimoine Historique qui n’a ménagé aucun effort quant au soutien apporté à la Direction du BGDA pour la finalisation de ce rêve de celui qui a consacré plus des ¾ de sa vie à la promotion de la Culture guinéenne.

Je remercie infiniment les associations d’artistes à leur tête l’UNAMGUI, la presse publique et privée et

En fin mes remerciements les plus spéciaux et de reconnaissance sont adressés au haut commandement de la Gendarmerie Nationale (Direction générale de la Justice militaire) avec à sa tête l’olympien Général Ibrahima BALDE à travers la Brigade de lutte contre la Piraterie pour les efforts inlassables

Vive le Droit d’auteur

Vive la Culture

Je vous remercie

Conakry le 29 Janvier 2015

M. Abass Bangoura

Directeur Général

 
Ebola: Le Japon offre un don de 3 millions de dollars à la Croix Rouge Guinéenne !

2015/1/26

Aujourd'hui en Guinée C'est avec un sentiment mitigé que le président de la Croix-Rouge Guinéenne, Youssouf Traoré a souligné dans son intervention que c'est, avec sans relâche que les volontaires de la croix rouge accomplissent leur travail depuis l'apparition de la maladie, et ce malgré le danger auquel ils s'exposent et la résistance de certaines communautés. Avant d'ajouter « Depuis le début de l'épidémie ce sont plus de 2.400 volontaires formés par la Croix-Rouge Guinéenne avec l'appui de la FICR qui s'emploient à travers tous le pays pour combattre Ebola, en sensibilisant les communautés » a-t-il déclaré.

Poursuivant il ajoute « Aujourd'hui c'est très encourageant de voir, malgré encore quelques foyers de résistance, que les efforts de la croix rouge et ceux d'autres partenaires commencent à porter fruits : des cas d'Ebola se stabilisent dans certaines régions .Cette lutte requiert des moyens, c'est pourquoi, nous nous réjouissons également de voir des organisations et des gouvernements dans le cadre d'une solidarité agissante, soutenir nos efforts. L'appui que nous recevons aujourd'hui du gouvernement japonais est salutaire. Avec cet appuis, nous y arriverons, j'en suis persuadé à éradiquer définitivement Ebola dans notre cher pays » a dit le Président de la Croix-Rouge Guinéenne.

Le Représentant de la Fédération Internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge,Aliou Boly a déclaré pour sa part que depuis le début de cette épidémie, la FICR a mis sur pied 16 opérations de préparations et de réponse pour un cout global de 112 millions de Francs suisse visant a toucher plus de 39 millions de personnes, et d'ajouter « En guinée ,en plus du soutien financier, la FICR a également mobilisé des équipes qui travaillent sans relâche avec le personnel et les volontaires de la Croix-Rouge Guinéenne en vue de contenir l'épidémie » souligne Aliou Boly .

De son coté l'Ambassadeur du Japon en Guinée, Naotsugu Nakano a au nom du gouvernement japonais a expliqué que ce don est un appui aux activités de la FICR et de la CRG dans les trois pays originellement touchés et les activités sont concentrées sur la mobilisation sociale, la conscientisation des personnes et la gestion des corps des victimes de l'épidémie.

« Ce don s'inscrit dans l'aide plus globale attribuée par le japon aux pays frappés par l'épidémie depuis l'an passé. Je souhaite donc que cette formation permette aux nouvelles équipes de volontaires d'accomplir leur missions au plus près des personnes concernées, en assurant la sécurité de tous et la dignité des défunts » a conclut-il.

Aboubacar Diakité

 
Europe: La BCE veut faire fonctionner la planche à billets

2015/1/22

Aujourd'hui en Guinée La banque centrale européenne ( BCE ) s'apprête à lancer aujourd'hui un vaste programme monétaire. C'est une première pour la zone euro . Mario Draghi devrait l'annoncer en début d'après-midi à l'issue de la réunion du conseil des gouverneurs.

Dans le jargon des banquiers centraux, on appelle ce dispositif « l'assouplissement monétaire ». En clair cela consiste à faire marcher la planche à billets, en achetant par exemple la dette des Etats. Ceux qui se délesteront de leurs obligations auront alors les moyens d'investir en bourse par exemple, les banques auront plus de latitude pour faire du crédit aux entreprises. On dope l'économie avec de l'argent artificiel. Les Etats-Unis l'ont fait avec succès. Pourquoi pas l'Europe ?

Et bien parce que cet outil donne de l'urticaire aux Allemands qui ont tout fait pour empêcher sa mise en oeuvre. Ce qu'on attend donc aujourd'hui avec impatience c'est de voir comment Mario Draghi va s'y prendre pour lancer un programme qui doit à la fois convaincre les marchés et obtenir le feu orange de Berlin.

Car avec ce type d'instrument, les moyens engagés, la ventilation du programme de rachat comptent autant que le paquet cadeau, c'est-à-dire l'explication de texte que donnera le président de la BCE en début d'après-midi.

Pour l'économiste Michel Dévoluy, professeur à l'Université de Strasbourg et spécialiste des politiques économiques européennes, cette opération répond à un double objectif : éviter la déflation en zone euro et relancer l'activité.

 
RFI

 
SOTRAGUI:Le bras de fer entre le CA et la Direction générale continue

2015/1/18

Aujourd'hui en Guinée Après avoir saisi les autorités au plus haut sommet de l'Etat ,de la gestion"catastrophique"de la Sotragui (société de transport de guinée), le Conseil d'Administration continue de se faire entendre à fin de sauver dit-elle une entreprise en agonie. De sources concordantes ,la banque centrale et des banques primaires viennent d'être saisies par le CA , d'un courrier leur demandant de suspendre la signature du Directeur Général pour l'exécution des opérations bancaires au compte de la SOTRAGUI.

Cette réaction fait suite à un constat de mauvaise gestion avérée . Dans le rapport illustratif, il est clairement indiqué que depuis le 11 Novembre dernier aucun centime n'a été versé par la direction dans les comptes de l'entreprise soit plus de deux milliards partis pour une destination jusqu'à ce jour inconnue. A cela , regrette t-il, s'ajoute le floue au tour de l'utilisation de la subvention de l'Etat qui s'élève à hauteur d'un milliard de francs
guinéens par mois.

Une subvention , il faut le rappeler si nécessaire, est restée la même depuis le début des activités ou l'entreprise comptait dans son parc 100 bus actifs.Cette décision fait tâche d'huiles et fait éclater la colère du Ministre des transports qui reprocherait au CA de l'entreprise d'agir au delà de ses prérogatives. Un ministre qu'on soupçonnerait d'être de connivence avec la Direction Générale à cause des multiples rapports qui lui ont été adressés et qui sont restés sans suite. De l'observation faite par les spécialistes, le CA , serait bien dans ses droits d'agir ainsi car argumentent t-ils, cet organe à un pouvoir délibérant et dans une large mesure, peut récuser le directeur général s'il est prouvé contre celui ci une mauvaise gestion qui peut envoyer l'entreprise en faillite. Pour le cas présent tout à l’ère.

Sur la centaine de bus mis à la disposition de la SOTRAGUI, seul une trentaine est à ce jour fonctionnel. Le reste est sur cale et continue à être dépecé à fin de maintenir en circulation le peu actif. La question qu'on se pose est de savoir, d'où vont les subventions et les recettes générés .On ne peut s'attendre à une réponse satisfaisante de la direction qui jusqu'à maintenant n'a pas élaboré pour adoption par le CA d'un plan stratégique assorti de budget raisonnable pour l'année 2015.Le dernier mot revient au Président de la République qui a l'obligation de sauver des prédateurs au cœur d'acier, une initiative qui consiste à faciliter le transport inter urbain qu'il a engendré .

LAMOUCI

 
Route km36-Coyah: Les raisons d'une finition qui perdure

2015/1/13

Aujourd'hui en Guinée Debutés il ya près de deux ans, les travaux de butumage de la route Km36-Coyah sont arrêtés depuis des mois a constaté votre quotidien en ligne. Chacun sur le terrain s'évertue à donner les raisons liées à cet arrêt. La plus part évoque des raisons sanitaires liées à ébola. Mais il n'y a rien de tout ça. Pour mieux en savoir ,notre reporter est allé à la rencontre des autorités

"C'est une déclaration du Président à Coyah qui a fait basculer les choses"

Il était une fois à coyah quand les citoyens de cette préfecture se sont soulevés contre la destruction de leurs maisons pour des fins de construction de la route.Le président venu en sapeur pompier pour calmer les ardeurs a promis dedomager les victimes et dans la foulée, il a annoncé la contruction d'une route de format 2 fois 2voix.

Cette déclaration compromet de facto l'actuel projet qui ne prevoie qu'une fois 2 voix.

L'administration des travaux publics devait donc aussitôt se mettre au travail pour joindre cette volonté exprimée du Président en acte concret. Hélas,cela s'est buté à d'autres volontés rédhibitoires de certaines personnes. Deux alternatives sont donc possible: faire un avenant au contrat ou reprendre le projet et le contrat en tenant compte des réalités de l'heure.

Semble t-il, les deux propositions ont été faites adressées au ministère des finances et sont restées sans suite. Conséquence, la société qui caressait l'espoir de poursuivre les travaux avec un avenant qu'elle pouvait benéficier aussi rapidement,a continué à arroser le tronçon pour le bonheur de ses riverains. Autant la signature d'un nouveau contrat retardait, autant cette société se decourageait à continuer l'arrosage de la route à cause dit-elle de la facture de ses tâches quotidiennes qui augmentent considérablement.

L'arrosage s'estompe donc, et bienvenue à la poussière. Excédés par ses poussières suffocantes les jeunes de sanoyah se sont fait entendre en bloquant la circulation.

"L'action des jeunes un déclic"

Le dimanche dernier, les jeunes exaspérés, ont barricade la circulation en y mettant les cailloux. Les ministres y ont été bloqués cela a attiré l'attention des autorités au plus haut sommet.

Aux dernières nouvelles,une rencontre est prévue entre les ministres des travaux publics et des finances pour la signature des contrats. Si les choses évoluent normalement, les travaux doivent reprendre cette semaine


LAMOUCI

 
Le barrage de Kaléta : L’état d’avancement des travaux suscite l’espoir

2015/1/11

Aujourd'hui en Guinée Le Projet d’Aménagement Hydroélectrique de Kaléta (PAHK) dont la pose de la première pierre a eu lieu le 04 avril 2011, est considéré comme un Mégaprojet jamais réalisé depuis l’accession de notre pays, la Guinée, à la souveraineté nationale le 02 octobre 1958.C’est pourquoi nombreux sont ceux-là qui le qualifient de chantier phare du président de la République, Chef de l’Etat, le professeur Alpha Condé.

C’est le premier ministre, Chef du gouvernement Mohamed Saïd Fofana, entouré de plusieurs membres du gouvernement, des représentants des institutions internationales, des diplomates accrédités et des institutions républicaines qui a présidé la cérémonie en présence des populations de la préfecture de Dubréka et de Conakry ainsi que des milliers d’hommes et de femmes venus des quatre coins de la Guinée.

Cette infrastructure ainsi offerte par le professeur Alpha Condé permet de résoudre une fois pour toute la crise énergétique que traverse la Guinée en vue de favoriser le développement socio-économique tant souhaité par les populations guinéennes.

A ce jour l’état d’avancement des travaux est appréciable et suscite déjà l’espoir chez les citoyens guinéens en général, et ceux des préfectures riveraines qui d’ores et déjà, se frottent les mains.

Les travaux de construction du barrage proprement dit sont très avancés. Les autorités de la Direction générale qui veillent strictement au suivi de l’exécution, estiment, sans risque de se tromper à 80 ou 88% le niveau de ces travaux.

Dans cette perspective, notons la construction de la centrale thermique de Kassia à Kaléta. Centrale thermique-mère qui a pour mission de fournir le courant électrique produit par le barrage, aux autres sous-stations de Manéah, Matoto et Tombo. A ce niveau également, les travaux sont estimés à plus de 95%.

Au même moment, l’implantation des pylônes, devant conduire le courant électrique, et le câblage sont très avancés et peuvent être estimés à 99%.

La sous stations de Manéah qui reçoit le courant électrique de Kassia (Kaléta) est une centrale thermique de transformation, de connexion et de transport du courant électrique. Les travaux sont à 96%.

La sous station de Matoto, une autre centrale thermique, a une spécificité, puisque cette centrale utilise une haute technologie appelée « GIS ». C’est pour la première fois qu’une telle technologie est utilisée dans le pays grâce à l’intelligence des experts de CWE et du groupe français Tracebel engenering.

L’état d’avancement des travaux est estimé à 88%. Elle est apte à transformer l’énergie reçue à partir de Manéah, à 110 Mégawatts.

La sous-station de Tombo qui, à son tour reçoit et transforme le courant électrique de 110 Mégawatts à 20 mégawatts, fournira le courant domestique devant être distribué aux populations. Les travaux sont estimés à 75%.

Enfin, le poste thermique de Hamdallaye aura pour mission de fournir le courant de Kaléta dans la commune de Ratoma. Les travaux sont estimés à 60%.

Le projet d’aménagement hydroélectrique de Kaléta (PAHK) à travers la direction générale et son partenaire chinois, la CWE a également procédé à la construction des ponts de franchissement, des marchés communautaires (Woussou et Guémétédé) des écoles et lycées (Tondon) des mosquées, des cités en faveur des populations riveraines.

Le pont de Bady, long de 210m en béton armé, pour une durée de vie de 100 ans, est une œuvre de charité dont la cérémonie d’inauguration a été présidée le 16 juin 2014 par le Président de la République, Chef de l’Etat, le professeur Alpha Condé.

AGP

 
La Guinée sera bientôt désenclavée en télécommunications

2014/12/29

Aujourd'hui en Guinée En prélude au lancement officiel du Backbone National, le ministre des Postes, télécommunications et des nouvelles technologies de l'information, Oyé Guilavogui, a animé un point de presse dans la salle de conférence du dudit ministère, le vendredi 19 décembre 2014, il était accompagné de quelques cadres de son département.

Le ministre Oyé a rappelé que c'est depuis 2012 que le câble sou marin a atterrit en Guinée précisément à Conakry la reliant au reste du monde.

Ce projet a vu le jour en 2011et selon le ministre, « puis que le câble est reçu à Conakry, il y a le 2ème projet qui a été initié (projet de Backbone National). » c'est à dire déployer le câble à l'intérieur du pays sur toute l'étendu du territoire.
Etudié durant 2 ans, le financement de ce projet s'élève à hauteur de prêt de 238millions de dollars dont la Guinée finance 10% du montant global et les fond sont déjà disponibles.

Le lancement officiel des travaux du Backbone National est prévu ce lundi 22 décembre 2014 à Conakry.
« Le backbone national (fibre optique) permettra de transporter les données les images, la vois, la télé, l'internet et la téléphonie. » a explique le ministre des télécoms.
L'arrivé de ce câble contribue aussi à rendre le coût de la communication plus bas.

Oyé Guilavogui promet de désenclaver l'ensemble de toutes les préfectures et sous préfectures jusqu'au dernier village de la Guinée sur une période de 2 ans.


Daff Hawa

 
Des chercheurs pointe une responsabilité du FMI dans le virus d'Ebola

2014/12/23

Aujourd'hui en Guinée Les exigences du Fonds monétaire international (FMI) en matière de rigueur budgétaire ont affaibli les systèmes de santé des pays africains les plus durement frappés par le virus Ebola. Elles ont aussi empêché une réponse coordonnées pour lutter contre l'épidémie, affirment des chercheurs du département de sociologie de l'Université de Cambridge, de l'Université d'Oxford et de la London School of Hygiene and Tropical Medicine, dans un article publié lundi 22 décembre sur le site Internet de la revue The Lancet.

Selon ces experts, les programmes de réformes exigés par l'organisation ont ralenti le développement de services de santé efficaces en Guinée, au Libéria et en Sierra Leone, épicentres du virus qui a fait plus de 7 370 morts en un an. Or, une des principales raisons de la rapidité de l'expansion de l'épidémie étant justement « la faiblesse des systèmes de santé dans la région », a souligné le principal auteur de l'étude, le sociologue de Cambridge, Alexander Kentikelenis.

« Les programmes, dont le FMI s'est fait l'avocat, ont contribué aux problèmes de manque de moyens financiers et de personnels et au manque de préparation des systèmes de santé dans les pays frappés par Ebola. »

Les chercheurs ont passé en revue les politiques mises en œuvre par le Fonds monétaire avant l'épidémie en utilisant des données fournies par les programmes de prêts financiers accordés par l'institution entre 1990 et 2014. Ils ont ensuite analysé leurs effets en Guinée, au Liberia et en Sierra Leone.

« UN MALENTENDU »

Selon eux, les systèmes de santé ont été affaiblis par les exigences de réformes économiques et de réduction des dépenses publiques et des salaires dans la fonction publique, et de décentralisation des systèmes de santé. « En 2013, juste avant l'éruption d'Ebola, les trois pays ont été confrontés aux directives économiques du FMI, et aucun n'a pu augmenter ses dépenses sociales malgré des besoins pressants dans le domaine de la santé », ont estimé les chercheurs.

Un porte-parole du FMI a rétorqué que le mandat de l'organisation n'incluait pas spécifiquement le domaine de la santé et qu'il était « totalement faux » d'affirmer que la propagation d'Ebola était une conséquence de la politique de l'institution. « De telles accusations sont basées sur un malentendu, et dans certains cas sur une déformation des politiques économiques pratiquées par le FMI », a-t-il poursuivi.

« Depuis 2009, des prêts accordés à des pays à faible revenu l'ont été sans taux d'intérêt ce qui a libéré des ressources disponibles pour des pays désireux de dépenser plus dans les domaines de la santé et de l'éducation », a ajouté le porte-parole. Il a également souligné que le FMI avait fourni une aide financière de 130 millions de dollars en septembre dans le cadre de la lutte contre Ebola et qu'il envisageait de fournir une somme similaire à la Guinée, au Liberia et au Sierra Leone l'année prochaine.

avec Afp



 
KPC a dédié son titre Oscar des oscars aux travailleurs de Guicopres

2014/12/15

Aujourd'hui en Guinée La date de samedi 13 décembre 2014 restera sans nul doute gravé dans la mémoire du PDG du groupe Guicopres, Kerfalla Camara dit KPC comme celle d'une consécration par l'obtention du prestigieux titre de l'oscar des oscars de l'année 2014 décerné par le Conseil International des Managers africains ( CIMA ).

Le jeune KPC se pose ainsi en digne successeur de ses compatriotes qui, avant lui furent auréolés du même titre de l'oscar des oscars. Ils s'agit de Alpha Amadou Diallo, et El Hadj Bobo alias super Bobo qui lui était présent aux côtés de KPC et qui a demandé au bon Dieu de bien vouloir empêcher les destructeurs guinéens de talents d'atteindre Kerfalla Camara.

Le récipiendaire lui, a tenu à rendre hommage d'abord à ses géniteurs,son épouse avant de dédier le prix à tous les travailleurs du groupe Guicopres ( voir quelques uns sur la photo) sans lesquels il n'aurait pas été primé par le conseil international des managers africains. Dans cette liste de dédicace, le PDG du groupe Guicopres n'a pas oublié celui qu'il appel affectueusement" mon père ", il s'agit du premier magistrat de la Guinée, le Pr Alpha Condé (lui même récipiendaire de deux autres titres. KPC a fait un clin d'oeil à la jeunesse guinéenne à travers le Syli National qualifié pour la CAN Guinée Équatoriale 2015

Comme on le voit, personne n'a été oublié.

Ibrahima Sory Sylla
Depuis Paris pour AEG

 
CIMA 2014 a Paris: Kerfalla Camara dit KPC sacré Oscar des oscars

2014/12/15

Aujourd'hui en Guinée L'entrepreneur guinéen, Kerfalla Camara dit KPC rentre dans la cours des grands à travers sa con sécration par le Conseil International des Managers africains (CIMA) avec le prestigieux titre de l'oscar des oscars 2014, c'était dans la salle polyvalente de l'hôtel le Méridien journalistes porte Maillot de Paris en présence d'une forte délégation guinéenne composée des ministres de la république de Guinée,de la famille ,des collaborateurs de KPC, des hommes d'affaires africains et guinéens, et un parterre de journalistes

Dans son discours, le fondateur du conseil international des managers africains, Monsieur Abdallah SY a présenté Kerfalla Camara dit KPC comme l'espoir de la jeunesse guinéenne et africaine qui est une référence dans la construction, les travaux publics, le transit , l'humanitaire et le football à travers le Hafia Football Club dont l'histoire se confond avec celle de la république de Guinée. L'un des atouts du PDG du groupe Guicopres est l'internationalisation de son entreprise qui est présenté aujourd'hui en Sierra Leone, Côte-d'ivoire, Maroc, l'Égypte et le Niger .

Ému, le récipiendaire Kerfalla Camara dit KPC a dédié son titre au Pr Alpha Condé, à la jeunesse de son pays à travers le Syli national de Guinée qui est qualifié pour les phases finales de la coupe d'Afrique des nations Guinée Équatoriale 2015. Il a promis de redoubler l'effort en vue de continuer à mérité le titre de l'oscar des oscars.

Plusieurs autres personnalités africaines ont été distinguées dont le chef d'état guinéen le Pr Alpha Condé pour son combat pour la démocratisation de la Guinée, l'ancien Premier ministre de la république de Guinée et l'actuel haut commissaire de l'omvs, Kabinet KKomara .

C'est sur ces notes d'espoir que les rideaux sont tombés sur le XXIÈ Gala annuel du leadership du conseil international des managers africains. Le rendez vous est pris pour l'année prochaine.

Ibrahima Sory Sylla
Depuis Paris pour AEG




 
Bruxelles: Mohamed Diarré signe un accord de prêt de 60 millions d’euro pour le secteur de l’électricité

2014/12/9

Aujourd'hui en Guinée Depuis lundi 8 décembre 2014, Mohamed Diaré, Ministre d’Etat et ministre guinéen de l’Economie et des Finances, est à Bruxelles, capitale de l’union européenne. A peine arrivé, et dans le cadre de ses fonctions du président du Conseil des ministres ACP (Afrique Caraïbes et du Pacifique) Mohamed Diarré a présidé le soir un dîner de travail de la Région Afrique de l'Ouest. Au cours de ce dîner, qui a connu la présence de hauts responsables de cette région, la Région Afrique de l’Ouest a choisi le candidat qui lui convient pour le nouveau Secrétaire Général des ACP. Ce nouveau Secrétaire Général des ACP sera choisi parmi les trois candidats présentés par la Région des Caraïbes.

Dans la matinée du mardi 9 décembre 2014 à la Chancellerie de l'ambassade de Guinée à Bruxelles, en présence de Dr Ousmane Sylla, ambassadeur de Guinée auprès de l'Union Européenne et des pays du BeNeLux, le ministre guinéen de l’Economie et des Finances Mohamed Diaré et M. Pim Van BALLECOM, vice-président de la Banque européenne d’investissements (BEI) ont signé en faveur de la Guinée un accord de prêt portant sur 60 millions d'euros qui seront consacrés aux secteurs de l'électricité. Notamment la réhabilitation de certains barrages hydroélectriques en Guinée, le renforcement des capacités de transport d’électricité et de distribution de la société nationale d’électricité de Guinée (EDG).

Durant toute la journée du mardi 9 décembre 2014, le ministre d’Etat a présidé les réunions du bureau de Conseil des ministres ACP, réunions consacrées au choix du nouveau Secrétaire Général ACP. Dans cet après-midi, qui n’a pas été du tout repos, il a pris part à la réunion du Comité ministériel des ACP consacrée au financement du développement (11ème fonds européens de développement (FED). Cette Réunion s'est tenue en présence du Commissaire au développement de l'Union Européenne, Neven Mimica. Qui faut-il le rappeler, qui était récemment à Conakry lors de la signature avec le ministre d'Etat du 11ème FED en faveur de la Guinée,

A retenir que du mercredi 10 au vendredi 12 décembre 2014, Mohamed Diaré, en sa qualité du président du Conseil des ministres ACP présidera toutes les sessions de ce Conseil.

A suivre…

Sacko Mamadou & NMC

 
Présidence Guinéenne
Dr Mohamed Diané, véritable garde rapproché d’Alpha Condé
Soumah Alsény
Alsény SOUMAH: L’Ambassadeur de l’art culinaire guinéen aux USA
Dépêches
L'UA/Nord-Mali
TV Aujourd'hui-en-guinée

cliquez sur la photo pour ouvrir la video

Voir les autres articles >>>
Assemblée générale du fonds et de banque mondiale
Les activités du Pr Alpha Condé
TV Aujourd'hui-en-guinée  ::  Présidence Guinéenne  ::  Audios  ::  L'UA/Nord-Mali  ::  Libres Propos  ::  Soutenez Aujourd'hui en Guinée  ::  Albums Photos  ::  Contact  ::  Abonnez-vous  ::  Email  ::  Partenaires  ::  


Privé - Espace Clients  Hotline  

© Rosawebpro   |    Privé - Espace Clients