Bannière


 
L’Office Guinéen des Chargeurs
SOS pour éviter le gouffre

Partenaires

Africatime

Africvisionguinée

Akhadan

Conakrylive

Ecoutez Sabari FM 97.3 en direct

Guinée7

L'Express Guinée

Le Diplomate

Les amazones

Mediaguinee

www.Guineematin.com

37 visiteurs connectés

28 Janvier 2015 - 12h03


 RECHERCHER 

Faits divers : Les pieds d'un jeune broyer par le train à Simbaya Gare.

2015/1/27

Aujourd'hui en Guinée Les pieds d'un jeune âgé d'une trentaine d'années ont été Broyers ce lundi 27 Janvier 2015 par le train à Simbaya gare. Seydouba Camara c'est le nom de la victime du train de la Société des Bauxites de Kindia. Selon l'intéresse, c'est à Kaloum au point de départ ,qu'il s'est accroché au train. Arrivé à Simbaya gare raconte t-il, il a voulu sauter et sa chemise est restée accrocher au train; ainsi ont commencé les acrobaties pour pour s'en débarrasser. Malheureusement regrette t-il, ses pieds se sont retrouvés sous le dernier wagon qui les a broyer.

D'après un médecin , la solution pour le pauvre jeune est d'imputer ses pieds.La question qu'on se pose et pour laquelle on a pas eu la réponse avec la victime est de savoir ses motivations sachant que l'acte est très dangereux.

Autre chose très ahurissante qui sort de l'ordinaire, est de savoir comment cela peut arriver avec tout le bruit assourdissant qu'on entend de la part de ses compagnies qui nous rassurent d'une sécurité doublée d'une sensibilisation sur les risques liés aux accidents ferroviaires.

LAMOUCI

 
Décès de Bebel :Témoignages de Daouda Tamsir Niane et de Abou Maco

2015/1/26

Aujourd'hui en Guinée Dors en paix, grand guerrier ! Parler de Bébel, Thiernodjo ou encore Thierno Sadou Diallo, c'est exactement comme parler de plusieurs personnes à la fois, à l'image de la multiplicité de noms que l'homme portait. Un homme simple, doux, et d'une grande générosité dans la vie quotidienne, mais pourtant dur, rigoureux et tenace sur le plan professionnel. Rarement journaliste guinéen aura été aussi courageux et combattif. Toujours proche des faibles et des opprimés, Bébel ne transigeait pas avec la vérité. D'ailleurs, c'est le nom qu'il choisira pour le journal qu'il créera avec Djouma Barry Djos, El Béchir Diallo et moi-même, en 1996.

Nous venions de quitter le journal ''L'Indépendant'', où nous avons constitué une des plus belles équipes avec O. Tity Faye, feu Biram Sacko, feu Aboubacar Condé, Abdoulaye Condé, Saliou Samb et bien d'autres grands combattants de la presse libre, dans ces années de braise des débuts de la liberté d'expression en Guinée. Dès la création de ''La Vérité'', Bébel a donné une marque spéciale à ce journal. Il était totalement différent de ce qui existait alors.

Journal très peu orthodoxe, on y retrouve des rubriques comme ''Le Coin de l'Aigri'', ''Le Mauvais garçon'', qui sortaient totalement de l'ordinaire avec un style utilisant aussi bien la satire que l'impertinence, voire l'irrévérence. Des dossiers comme Tombo IV ont fait la renommée de ce jeune canard qui venait à peine de naître. Pour la distribution de la presse, un gros problème se posait alors. Feu Siaka Kouyaté, fondateur du journal ''Le Citoyen'' (premier journal indépendant guinéen) et dont Bébel fut le collaborateur, eut l'initiative de créer une société de distribution de journaux avec la patronne de la Pension Doherty (SODIPRESSE).

Il convia Bébel à participer à cette aventure et ainsi naquit le groupe de presse Le Citoyen-La Vérité. J'en fus le rédacteur en chef et Bébel excellait pour lever des lièvres. De nombreux jeunes journalistes firent leurs premiers pas là, dans les locaux situés à la Pension Doherty. L'aventure durera quelques temps, mais les difficultés s'accumulant, les deux journaux durent interrompre leur parution.

Plus tard, après avoir participé à la création du ''Nouvel Horizon'', puis de ''La Nouvelle Tribune'' avec Abdoulaye Condé et Abdoulaye Sankara dit Abou Maco, Bébel relance son journal ''La Vérité''. Ayant acquis expérience et maturité, il en fait le journal le plus lu et le plus couru de Conakry. Avec Baïla Bah, Abou Maco et d'autres amis journalistes, il donne à l'hebdomadaire une stature de journal sérieux ; à tel point que les ministres et autres responsables de la gouvernance Conté le redoutaient à chaque parution.

Il n'est point utile ici de rappeler tous les scandales que Bébel a révélés, citons-en juste quelques-uns comme le Fonds Kowétien, Futurelec-Etat guinéen, le Fer (Fonds d'entretien routier), Air Guinée, le scandale du scanner au port, Getma International, le PMU, les passeports, la 4ème licence téléphonique, Friguia-Anaim, etc. Cela ne fera que lui créer des ennemis et des ennuis, mais Bébel n'en avait cure. Tout ce qui comptait pour lui, c'était de révéler au public ce que les prédateurs de l'économie nationale faisaient. Et en cela, il n'a jamais transigé. Ainsi, ''La Vérité'' a été le journal qui a le plus contribué à l'accompagnement du gouvernement de consensus, après avoir tout donné pour son avènement.

Bébel, était aussi un homme qui avait des amis qu'il aimait particulièrement. Combien de fois n'avons-nous pas ri de ses blagues et autres facéties ? Il aimait la plaisanterie et se moquait de tout et de tout le monde. Il s'était donné le titre de président du PRG (le parti de la rince et de la gnole) et tout le monde l'appelait ''prési Bébel''. Mari et père attentionné, il ne manquait jamais à ses devoirs et tout le monde peut témoigner de l'importance qu'il accordait à sa famille. A tel point que son fils Junior le déifiait.

L'on l'oublie souvent, la première marche organisée par la presse a été de réclamer la libération de Bébel, alors arrêté par le Premier ministre Souaré parce que le journal s'était élevé contre la cession du port autonome de Conakry à Getma International.

Si Alpha Condé a fait le nécessaire pour son évacuation pour des soins au Maroc, c'est bien parce qu'il connaissait l'homme Bébel, qui l'a pris par la main et l'a fait marcher de la Pâtisserie Centrale au domicile de Drizo à qui il a présenté celui qui deviendra plus tard président de la République de Guinée et avec qui il avait des débats idéologiques de haut vol. C'est bien par reconnaissance et par humanisme pour ce grand cœur que fut Bébel qui n'eut jamais peur de faire du bien, car il savait qu'il était dans le juste.

Et juste était Bébel. Au terme d'une vie bien remplie, il a tiré sa révérence le 15 janvier 2014, discrètement et sans éclaboussures. Le sang l'a toujours dégoûté. Dors en paix guerrier. Tu n'auras pas vécu en vain et tes traces resteront à jamais. Requiescat in pace !

Daouda Tamsir Niane


Bébél était généreux, franc, droit, humain, sincère, et courageux ; mais hélas, incompris

Au terme d'une vie fort agitée mais combien riche, Thierno Sadou Diallo, Thiernodjo, Bébél (sur la photo à l'extrême gauche), a tiré sa révérence. Discrètement. Après avoir été hospitalisé deux mois durant au Maroc par les bons soins du Président Alpha Condé, Bébél est rentré à Conakry le 15 janvier pour trouver la mort le même jour. J'ai perdu un confrère, plus, un ami, un jumeau. Bébel était un homme bon, généreux, humain, capable de grandeur morale, de solidarité et de loyauté au-delà de l'imaginable.

Je voudrais ici louer sa générosité, sa franchise, sa droiture, son humanisme, sa sincérité et son courage qui ne l'ont pas épargné, hélas, l'incompréhension des hommes.

La mort est un miroir grossissant dans lequel nous analysons nos propres actes, nos souvenirs partagés, nos succès, mais aussi nos erreurs et nos omissions. Devant elle, notre vie se dessine et cherche sa propre explication, sa propre justification. La mort de Bébel nous interpelle donc à plusieurs égards. Elle nous secoue, nous attrape à la gorge, nous bouscule, nous brutalise et nous force à faire le point sur nous-mêmes, ne fût-ce qu'un point silencieux.

Elle interroge ceux d'entre nous qui se croient immortels parce qu'ils jouissent d'un pouvoir qui les grise et les rend ivres. Elle questionne ceux qui ne veulent rien faire ni prendre aucun risque pour changer la Guinée, qui se contentent de se demander “on va faire comment alors”, et acceptent le masochisme d'une vie au rabais. La mort est implacable, inévitable, et plus forte que n'importe quel pouvoir ou lâcheté. La mort est un créancier fourbe et inexorable.

Je salue la mémoire du grand homme que fut Bébel dans sa profession. Mais demain se posera la question de son héritage intellectuel, et notamment celui de la survie du journal ''La Vérité'' comme institution indépendante de tout pouvoir.

De ce point de vue, les défis qu'il nous laisse sont nombreux, car peut-être à cause de la dureté du combat qu'il menait quotidiennement simplement pour survivre, Bébel n'a pas eu le temps de gérer son journal de la façon la plus orthodoxe. Ceux qui prendront le relais devront se surpasser pour maintenir et élever les standards d'excellence que méritent les lecteurs de ''La Vérité''.

Dors en paix, Koto ; dors en paix, cher ami et qu'Allah te place sous sa divine protection.

Abdoulaye Sankara (Maco)

 
Un corps sans vie d'un jeune retrouvé à Cosa

2015/1/24

Aujourd'hui en Guinée Le corps d'un jeune âgé d'une trentaine d'années traînait hier vendredi 23 Janvier 2015 à Cosa à quelques mettre seulement du rond point juste à côté de la mosquée de ce quartier. Aucun coup n'a été trouvé sur le corps. Interrogé sur les circonstances de la mort du jeune qui pourtant, quelques heures avant, dans la matinée très exactement marchait normalement ,ce témoin raconte "le matin on a vu ce jeune ici déambuler. Il est même venu nous demander à boire et on lui a donné un sachet d'eau Coyah . puis on l'a vu s'asseoir là ou se trouve son corps puis mort s'en est suivi".

Décédé depuis 12h, la croix rouge n'est arrivée malheureusement qu'aux environ de 16h ont regretté les jeunes et autres bandeau qui y étaient massés.

A l'heure de la propagation d'ébola dans notre pays,cette mort miraculeuse a entrainé l'émoi chez la population de ce quartier qui sont jusque là épargnés par cette maladie.
Les autorités sécuritaires et sanitaires présentes sur les lieux n'ont fait aucun commentaire.

On attend les résultats de l'examen pour en savoir beaucoup plus comme l'a promise la croix rouge

LAMOUCI

 
Décès d'Ahmed Tidjane Cissé: Le honteux oubli des démagogues du régime !

2015/1/19

Aujourd'hui en Guinée La mort du ministre guinéen de la Culture, Ahmed Tidjane Cissé ravive depuis une semaine, ce que la Guinée a de plus honteux : verser des larmes de crocodile sur des cadavres. Et oublier comme par enchantement, le rôle néfaste joué par ces « pleurnicheurs d'un jour », dans la vie du disparu.
Que n'a-t-on pas entendu depuis la mort du dramaturge ? Les champions de la démagogie et du dithyrambe se sont, durant toute la semaine, donnés rendez-vous sur le cercueil de Cissé pour démontrer aux yeux de Guinéens incrédules, la grande proximité du défunt avec le chef de l'Etat, le Prof. Alpha Condé. Si nul ne peut nier cette immense relation fraternelle qui a existé entre l'ancien opposant historique et son ex numéro 2 au sein du Rassemblement du peuple de Guinée, il est malsain de noter que dans ce concert d'hommages posthumes, ceux qui pourfendaient hier Ahmed Tijane Cissé sur les ondes de la RTG, sont les mêmes qui tentent aujourd'hui d'expliquer l'inexplicable. En oubliant l'essentiel.

Au début des années 90, lorsqu'il occupait un poste stratégique au Rpg Ahmed Tidjani Cissé était régulièrement traité de tous les noms d'oiseaux par les caciques du régime Conté. Et lorsqu'il se brouilla des années plus tard avec Alpha Condé, Tidjani Cissé, député du Pup/Pcn, a été obligé d'avaler pas mal de couleuvres de la part de ses anciens compagnons de lutte. Du Rpg ! Il a donc eu droit, d'une part comme de l'autre, aux traitements réservés aux « Traitres » dans les républiques bananières : calomnies et médisances de toutes sortes à cause de ses choix et orientations politiques. Personne n'en a fait cas ces derniers jours, chacun louant perfidement les solides relations de l'ex ministre avec Alpha Condé, avec comme seul but, s'attirer les faveurs du président de la république afin d'espérer succéder au défunt. Or, pendant de longues années, il est de notoriété publique qu'Ahmed Tijdani Cissé et Alpha Condé ne s'adressaient pas la parole et s'évitaient royalement. A défaut de se taper dessus, par presse interposée.

Lorsque le leader du Rpg a été libéré le 18 mai 2001, j'avais rencontré le député (de la majorité) du Pup/Pcn qu'était Cissé dans les allées de l'Assemblée nationale au Palais du peuple, là même où son corps a été exposé pour ses funérailles le vendredi 16 janvier 2015, treize ans après. Objectif, recueillir ses sentiments sur cette actualité africaine de l'époque : la libération d'Alpha Condé. Un entretien publié dans Le Démocrate n°77 du 28 mai 2001. Révélateur…

« J'ai toujours eu la même position concernant le problème Alpha Condé. Depuis le jour où il a été arrêté, j'ai dit qu'il était un adversaire, mais il cessait de l'être jusqu'au jour où il allait recouvrer sa liberté. Mon combat était donc de chercher à ce qu'Alpha Condé recouvre cette liberté. Seulement, les méthodes utilisées par ses amis n'étaient pas adéquates. Je leur ai toujours dit que ce n'est pas par l'Onu qu'on va obtenir la libération d'Alpha, ni dans les marches organisées dans certaines capitales. J'ai proposé une autre méthode, plus souterraine. Dieu merci, je crois que cette méthode a été payante! Lansana Conté a pris un décret qui efface toute la condamnation, ça c'est la première démarche. La deuxième consiste maintenant à faire en sorte que le Pr. Alpha Condé recouvre toute sa liberté d'action politique. Je pense que la méthode qui a permis le premier succès, si cette méthode est suivie de nouveau, Alpha Condé pourra rapidement reprendre ses activités politiques, puisque c'est un homme politique. Si on lui interdit de faire des activités politiques, ce n'est pas une bonne chose. C'est un adversaire politique et je ne veux pas me battre avec quelqu'un qui n'a plus la possibilité de faire des actions. Mais, moi aussi j'ai fait la prison. C'est quelque chose que je ne souhaite même pas à mon ennemi. ( …) »

« Je n'ai pas encore rencontré Alpha Condé (depuis sa sortie de prison). Pourquoi ? Pourquoi pas ? Là n'est pas l'important. Je n'ai pas à le rencontrer. Mais j'ai dit que je n'ai pas d'ennemi, j'ai des adversaires. Alpha Condé n'est pas un ennemi, c'est un adversaire. Pour le moment je ne l'ai pas rencontré mais peut-être ça viendra. De toute façon, ce n'est pas essentiel. L'essentiel est qu'il recouvre tous ses droits civiques et politiques. On se rencontrera surement, il est député. On se verra à l'Assemblée nationale s'il revient. Je considère la politique comme une confrontation d'idées, ce n'est pas la guerre ».

Des déclarations et une page d'histoire de la politique guinéenne volontairement occultées pour permettre à Ahmed Tidjani Cissé de rejoindre sa dernière demeure sans réveiller les morts du… passé. Dans le mensonge et la démagogie de ceux qui veulent déjà occupés son poste.

Aladji Cellou, Florence/Italie

 
Lutte contre Ebola : Le DPE de Faranah frôle la mort à Mareyla

2015/1/17

Aujourd'hui en Guinée Pendant que la coordination et toutes les autorités sanitaires se réjouissent de la chute de la propagation de la maladie, des foyers de résistance se multiplient dans le pays.Cette semaine, le DPE (Directeur Préfectoral de l'éducation) de Franah a frôlé de justesse un lynchage dans la sous préfecture de Mareyla, une localité située à une cinquantaine de kilomètres du chef lieu de la Préfecture de Faranah.

Kabinet Manden Fofana était parti pour dristribuer dans les écoles relevant de cette circonscription des kits et d'autres objets de protection contre Ebola dans les perspectives de l'ouverture des classes prévue le lundi à venir.

Hélas,le DPE se heurtera à la réticence des jeunes qui se feront entendre par des jets de pierres. Kabinet Manden Fofana aura la vie sauve grâce au concours d'un enseignant qui le transportera à bord de sa moto jusqu'en brousse. Son chauffeur prendra un coup sérieux d'une brique au niveau de sa tête et son vehicule irrécupérable.

Pendant qu'on parle de la disponibilité des kits de protection dans toutes les écoles, cet incident de mareyla contredit fortement cette information. A rappelé que cette sous préfecture dans un passé récent a chassé son sous prefet pour les memes raisons.

Que le Premier Ministre alors en soit informé , lui qui à juré le weekend dernier à coyah de sanctionner tout ceux qui s'opposeront ou s'inscriront contre les messages de sensibilisation.

LAMOUCI

 
Bebel n'est plus: Repose en paix symbole de la Vérité et du courage

2015/1/17

Aujourd'hui en Guinée Comme un coup de couteau planté dans la poitrine, la nouvelle du décès de Thiernodjo Diallo "Bebel", directeur de publication-fondateur du journal "La Vérité" a été un gros choc pour moi.Plus qu'un confrère, Bebel était, en effet tout simplement un frère, un ami avec qui je partageais un respect, une confiance réciproques.

La confraternité, née dans les années 90 au sein de la rédaction du journal "L'indépendant" où lui, d'autres et moi exerçaient à l'époque, a, au fil des ans, pris un caractère amical et fraternel. D'autant fraternel, que lui et moi saurons plus tard que nos parents etaient amis et très proches à Fria, la Cité de l'Alumine. Mais, ce fait si important et significatif-soit - il en Afrique, n'explique pas à lui seul, la proximité entre Thernodjo Diallo Bebel et moi.

L'amour de la profession, le respect de l'éthique, le courage de son opinion, le refus du communautarisme, la qualité rédactionnelle et le style dépourvu de toute démagogie sont des valeurs que j'appréciais chez Thiernodjo Diallo.

Si les plumes des grandes signatures de la presse guinéenne de l'époque étaient, dans l'ensemble, belles, celle de Thiernodjo Bebel était en plus respetable et tranchée. Il me voua une amitié et une solidarité à toutes épreuves à chaque fois que je fus confronté à une difficulté dans l'exercice de la profession ou dans la vie courante. Mais, il en était ainsi pour tous les hommes de médias menacés dans l'exercice de la profession.

De Souleymane Diallo,patron du groupe Lynx - Lance à Tibou Kamara, fondateur de L'Observervateur en passant par Aboubacar Sylla de L'indépendant-Démocrate, feu Biram Sacko, de L'indépendant puis Nouvel Horizon, feu Aboubacar Condé, de L'indépendant puis fondateur du Soleil, feu Siaka Kouyate du Citoyen, Ismael Bangoura de L'oeil, Aboubacar SAKHO de L'Observervateur, Mandjan Sidibe de L'indépendant ou Louis Espérant Célestin de Guinée Actuelle et bien d'autres ( la liste est longue ) ont tous bénéficié de la confraternité active de Bebel. Cependant, il ne cautionnait pas les prétentions de certains patrons de presse ou journalistes de se servir de la profession pour des fins inavouables.

Systématiquement, face à de telles pratiques contraires à la déontologie, il s'employait à la défense des citoyens et personnalités injustement victimes d'articles de presse commandités ou rédigés d'avance.

Professionnel jusque dans l'âme, il etait foncierement hostile à l'injustice et intraitable face à l'ethnocentrisme.

THIERNODJO DIALLO BEBEL et sa plume étaient directs, vifs, incisifs, très engagés et combatifs pour des causes estimées justes à l'époque: la démocratisation vraie du pays, le respect total des droits de l'homme, la lutte contre les détournements massifs,les pillages économiques et la bonne gouvernance. Cet idéal et cette orientation ont souvent guidé une plume difficilement aimable par la classe dirigeante d'un pays malheureusement rompue à des pratiques qui justifient encore aujourd'hui les maux de la Guinée.

Au sein du journal "L'indépendant " sous la houlette du redacteur en chef, Ousmane Tity Faye, nous avons oeuvré ensemble afin que l'opposition, superbement ignorée par les médias du service public, trouve elle aussi un cadre d'expression pour le public, ses militants et sympathisants.

A ce titre, l'histoire reconnaît à Thiernodjo Diallo Bebel le mérite d'être parmi les premiers journalistes qui ont donné la parole aux hommes politiques Guinéens toutes tendances confondues: Elhadj Boubacar Biro Diallo, Aboubacar Sompare du PUP, feu Siradjou Diallo, Kerfalla Bangoura du PGP puis PRP, feu Bah Mamadou, Bah Ousmane, Alexis Doré de L'UNR, feu Issiaga Mara alias " A bas les mains sales" de l'UNDG, Jean Marie Doré de L'UPG, Alpha Condé,Ahmed Tidjani Cisse du RPG, Mansour Kaba du parti Dyama, Dr Sekou Koureissy Condé de l'ARENA, Ismael Ghassim Ghussein, Momoh Bangoura, Lancinet Cisse du PDG-RDA...pour citer que quelques uns des leaders et leurs collaborateurs effectivement actifs dans les premières années du processus de démocratisation de la Guinée. Nous avons aussi, au nom du principe de la pluralité politique, couvert les meetings et activités de tous ces partis et d'autres agréés à l'époque.

Animés par la culture de la bonne gouvernance, nous avons suivi décortiqué ensemble les différents scandales financiers ayant caractérisé la gestion des affaires publiques: dossier elf, faux marchés, surfacturations etc.

C'est grâce à toutes ces expériences riches que nous avons, Thiernodjo Diallo Bebel, Abdoulaye Sankara alias Abou Maco et moi même, fondé, en 1997, "Le Nouvel Horizon" en partenariat avec un frère et ami Abdoulaye Chéri Camara.

Directeur de publication du nouveau journal, et sur financement de la coopération canadienne, c'est à Thiernodjo Diallo Bebel que j'ai placé ma confiance pour couvrir la campagne électorale du candidat du PUP à la présidentielle de décembre 1998, qui se trouvait être le président de la République sortant, le Général Lansana Conté.

Difficilement accepté dans le sillage présidentiel notamment par des prédateurs, le reporter du "Nouvel Horizon ", avec la compréhension et le soutien du directeur de campagne, Doyen Cellou Diallo, a pu trouver ses marques et assura la meilleure couverture journalistique de la campagne avec des comptes rendus authentiques reflétant la réalité du ou des terrains. En tout état de cause, à la satisfaction des diplomates accrédités à Conakry et autres observateurs du scrutin.

Suite à une brouille éditoriale avec le partenaire, Thiernodjo Diallo Bebel et Abdoulaye Sankara Abou Mako me manifestent leur solidarité et lancent avec moi, "La Nouvelle Tribune", en mars 1999 dans le sillage de "Primo-infos", le bulletin de Primo-Express, la loterie créée par feu Mamady Mara, ancien inspecteur général des finances. Avec le soutien des personnalités de bonne volonté: Sidya Toure, Doyen Cellou Diallo, Sekou Ping-Pong Condé, Antonio Souare.

Ce journal est né à un moment où la Guinée etait confrontée à plusieurs crises politiques et sociales: Contentieux électoraux, contestations des résultats de l'élection présidentielle, arrestation du leader et candidat du RPG, Alpha Condé, l'affaire de Kaporo-rails, les scandales miniers et financiers de Friguia-Impots-Anaim impliquant plusieurs hauts cadres des deux départements et sociétés privées de la place dans l'une des plus grosses malversations de l'histoire de la Guinée.

Avec une plume précise, concise et sans aucun état d'âme, Thiernodjo Diallo Bebel crève l'abcès et révèle à l'opinion les dessous et tous les détails liés à ce gravissime et monstrueux scandale. Son enquête minutieusement menée au coeur du dossier Friguia-Impots-Anaim fut une série médiatique intéressante qui donna une grande crédibilité nationale et internationale au journal naissant.

Au sein de la rédaction, et avec sa grande disponibilité, il suiva les premiers pas de nombreux jeunes journalistes qu'il contribua à encadrer et à former: Abdoulaye Youlake Camara, Mamadou Sacko, Naby Moussa Camara, Ibrahima Marco, Sega Diallo, Alphadjo Diallo etc.

Et quand plus tard, Thiernodjo Diallo Bebel décida de relancer son propre journal " La Vérité ",le journaliste est resté en harmonie avec sa conscience, constant sur sa ligne éditoriale, ses principes directeurs: La bonne gouvernance,la démocratie.

A ce titre, il continua à combattre les malversations au niveau de l'administration et des commerçants véreux, à défendre les libertés individuelles et publiques. Avec sa plume il accompagna le mouvement social de 2006-2007 contre les dérapages de l'exécutif qui contraignirent le président Conté à choisir un nouveau Premier ministre, chef du gouvernement sur une liste de propositions.

Face à ce nouveau départ, Thiernodjo Diallo Bebel se refusa et résista à toutes les tentatives de manipulations en soutenant ouvertement et fermement les actions du Premier du gouvernement de consensus, Lansana Kouyate.

Pour lui, comme Sidya Toure (1996-2000)ce gouvernement tenait largement compte de l'intérêt de la Guinée.

Toujours constant, il se dressa contre la procédure, manifetement corrompue du gouvernement Souare notamment du ministre des transports de l'époque, Cheick Toure (actuel secrétaire général du même département) de cession du Port Autonome de Conakry à la société Getma International. une affaire qui expose aujourd'hui la Guinée à de lourdes amendes financières.

Malgré la ténacité du mal qui vient de l'emporter, Thiernodjo Diallo Bebel, avec l'assistance de son complice et compagnon fidèle, Baila Bah, est revenu sur la scène médiatique en relançant, une relance de trop, une troisième fois son journal " La Vérité " afin de défendre et de soutenir son ami Alpha Condé, l'opposant "pestiféré" avec lequel il etait tout heureux de parcourir les ruelles de Kaloum, l'inviolable bastion du pouvoir du Général Lansana Conté. Avec acharnement et agressivité souvent non justifiés, il consacra ses dernières énergies et plumes à pourfendre les opposants de l'historique opposant devenu président de la République.

L'imperfection étant humaine, celle de Thiernodjo Diallo Bebel a sans doute été celle là. Mais, c'était son état de santé dégradant justifie amplement le pardon de tous ceux qui se sont sentis offensés ou blessés par une plume essentiellement consacrée à la défense des faibles, la sauvegarde des intérêts nationaux, la promotion des valeurs humaines.

Affable et profondément humain, Thiernodjo Diallo Bebel était un guinéen au vrai sens du terme, insensible et farouchement opposé aux multiples facettes du communautarisme en Guinée.

C'est le lieu de remercier et d'exprimer vivement notre reconnaissance au PDG de Guinée-Games, Antonio Souare qui, dès la manifestation des premiers signes de la maladie, s'est occupé entièrement de notre regretté frère, confrère et ami.

Ordonnances, frais d'hospitalisation, dépenses quotidiennes, Antonio Souare a toujours accordé une attention de premier ordre à tout ce qui concerne Thiernodjo Diallo Bebel dont les dispositions d'évacuation avaient été prises bien avant celle que le président Alpha Condé a honoré. Et lors de son séjour médical, Antonio Souare a encore exprimé sa solidarité morale et matérielle à notre collègue.

Il faut aussi remercier le président Alpha Condé d'avoir assuré l'évacuation sanitaire et tous ceux qui ont dans l'anonymat soutenu Thiernodjo Diallo Bebel dans cette longue lutte contre la maladie.

Finalement, c'est la loi de la vie, la plume combative a perdu la partie face à la mort.
Condoleances à toute la presse guinéenne qui perd l'une de ses meilleures plumes.

Repose en paix, cher ami, frère et confrère. Que les prières de ce vendredi saint de ton inhumation et des jours suivants t'ouvrent les portes du paradis éternel de notre créateur, ALLAH, LE TOUT PUISSANT. Amen

Abdoulaye CONDE

 
Un accident de la circulation fait des victimes à ENTAG

2015/1/17

Aujourd'hui en Guinée La transversale ENTAG-Sonfonia continue d'endeuiller les familles à conakry.Cette nuit , aux environs de 20H, deux motos sont rentrées en collision sur ce tronçon faisant un mort, un jeune d'une trentaine d'années. Le deuxième motard de cet accident est grièvement blessé et se trouverait dans un coma très profond nous a affirmé le médecin de la clinique ou il a été transporté d'urgence.

Les deux motocyclistes qui circulaient à vive allure ne portaient aucun casque. Cet accident relance cette problématique dans la capitale ou une décision est en vigueur interdisant la circulation des motards ne portant pas de casques.

A rappelé que c'est sur le même tronçon il y a plus de deux mois qu'une remorque a tué plus d'une dizaine de personnes pour la plupart étalages.

LAMOUCI

 
Urgent : Décès à Paris du ministre Guinéen de la culture

2015/1/6

Aujourd'hui en Guinée La nouvelle vient de tomber annonçant le décès à Paris du ministre Guinéen de la culture, le dramaturge Ahmed Tidiane Cissé, décès survenu ce mardi 6 janvier 2014 des suites d'une longue maladie. Le défunt était un compagnon de lutte de première heure du Pr Alpha Condé.

Nous y reviendrons

Paix à son âme. Amen

 
Exclusif : Des fissures annoncées au sein du mouvement syndical

2015/1/6

Aujourd'hui en Guinée Au deuxième jour de la grève des travailleurs, l'heure n'est plus à l'unité d'actions. Selon des informations digne de foi, certains mouvements syndicaux sont prêt à claquer la porte.

Le syndicat des professionnels de l'éducation affilié à la CNTG serait l'udn de ceux qui se seraient lasser à cause des tournures que prend la grève. "Je suis désolé de la réaction des jeunes hier qui ont perturbé la circulation sur l'axe bambeto-cosa une attitude qu'on pourrait mettre à notre compte" a déclaré un haut responsable du syndicat des professionnels de l'enseignement très inquiet.

Ce haut responsable regrette cet appel de l'opposition qui a demandé à ses militants de soutenir le syndicat et craint cette collision de calendrier avec le meeting de l'opposition prévu ce mercredi et pour lequel, les citoyens pourraient facilement trouver une relation de cause à effet a t-il ajouté.

Notre interlocuteur nous fait savoir finalement qu'ils sont près à abdiquer ou se se désolidariser quelque soit ce que pourrait leurs proposer l'Etat.

Par ailleurs, on apprend que le ministre de la ville Ibrahima Bangoura est mis à contribution par le président de la République au près de ses anciens collègues syndicalistes à fin de trouver un dénouement heureux à la crise .Les heures à venir nous en edifierons.

LAMOUCI

 
Extradition à Conakry d'un brouteur qui se faisait passer pour Hadja Djènè Condé

2014/12/28

Aujourd'hui en Guinée a police guinéenne a annoncé l’arrestation d’un brouteur qui arnaquait sur les réseaux sociaux en demandant des dons au nom de la première dame de Guinée, Hadja Djené Condé, a appris APA samedi de sources officielles.

Selon Sékou Gadiri Condé, directeur central de la police judiciaire guinéenne, Mamady Doumbia, présumé brouteur de son état, a été arrêté à Abidjan avec l’appui du service ivoirien de lutte contre la cybercriminalité avant de l’extrader vers Conakry.

Après son arrestation à Abidjan, le présumé escroc a été aussitôt déféré au tribunal de première instance de Kaloum, puis placé sous mandat de dépôt à la prison de Conakry.

Né à Siguiri en Haute Guinée, le mis en cause est un ingénieur en communication qui pilote un mouvement de soutien au président Alpha Condé.

En Côte d’ivoire où il résidait, l’homme est accusé de demander des dons au nom de la première dame de Guinée, Hadja Djenné Condé, en faveur d’une ONG implantée en Guinée.

Pour communiquer, il a, selon la police, créé un nom portant le profil de la première dame de la République, qui est très active dans des actions humanitaires.

APA

 
Macky Sall envoie 7 ministres aux obsèques de la sœur aînée d'Alpha Condé

2014/12/26

Aujourd'hui en Guinée La Guinée s'apprête à inhumer , ce vendredi 26 décembre 2014, la sœur aînée du Pr Alpha Condé, Hadja N'Sira Condé décédée le 22 décembre 2014 à Paris . Il faut la rappeler que la prière mortuaire se fera à la grande Faiçal de Clnakry et l'enterrement au ci métairie de Cameroun .

L'événement prend une dimension internationale car le Président Macky Sall du Sénégal s'est fait représenter par 7 de ses ministre Une délégation conduite par le ministre des Affaires étrangères, Mankeur Ndiaye et composée du ministre de la Fonction publique, Viviane Bampassy, du ministre la Pêche et de l'Economie Maritime, Omar Guèye, du ministre de l'Environnement et du développement durable, Abdoulaye Baldé «Bibi», du Secrétaire d’Etat à la Communication, Yakham Mbaye, du Secrétaire d’Etat aux Sénégalais de l’extérieur, Souleymane Jules Diop et du ministre-conseiller auprès du président de la République, Marième Badiane.

Ce geste du voisin Macky Sall est la preuve que le malentendu entre Dakar et Conakry appartient désormais au passé.

ISS


 

SOS : Aidez madame Yatou Sylla avant qu'il ne soit trop tard

2014/12/25

Aujourd'hui en Guinée Madame Yatou Sylla est une compatriote âgée seulement de cinquante ans qui s'est confiée à notre rédaction à l'effet d'obtenir de l'aide pour qu'elle se soigne de cette maladie qui ronge son pieds depuis maintenant 7 ans et face Alain qu'elle si rien n'est fait , elle risque le pire

Ainsi, un appel pressent est lancé aux autorités guinéennes , à toutes les bonnes volontés qui voudront bien prendre les dispositions pour évacuer cette dame avant qu'il ne soit trop tard . Son contact : 00224-657920422

ISS

 
Décès de Hadja N'Sira Condé : Les condoléances d'Antonio Souare, PDG du Groupe Business Marketing

2014/12/22

Aujourd'hui en Guinée C'est avec une profonde tristesse que j'apprends le Rappel à ALLAH, dans la nuit du dimanche 21 au lundi 22 décembre 2014, de Hadja N'Sira Condé, sœur aînée du président Alpha Conde.Je suis d'autant ému par cette cruelle nouvelle que j'ai effectué le vol Conakry-Paris du mercredi 17 décembre 2014, pas loin de la défunte, Hadja N'Sira Condé qui, à travers son défunt frère, Malick Condé, était également une sœur.

En cette douloureuse circonstance pour nous tous, j'exprime au nom de l'ensemble du personnel de mon Groupe (Guinée-Games, CIS-Tv, Horoya), ma profonde compassion au président de la République, le professeur Alpha Conde, aux familles Condé, Camara et alliées, aux Institutions de la République.

QU'ALLAH, notre créateur, accueille l'âme de Hadja N'Sira Condé, dans son paradis éternel. Amen

Antonio Souare,
Président du Groupe Guinée Business Marketing
(Guinée -Games, CIS-TV, Horoya club, centre sportif (Dubreka)

 
Dubréka : « Les Moulins de Taiba », offrent des kits et de l'argent aux populations !

2014/12/22

Aujourd'hui en Guinée L'usine de fabrique de farine les « Moulins de Taiba », sise à Kabgelen (Dubréka), a fait un don de kits d'hygiène aux Dubrékakas, d'une valeur de 100 millions de francs glissants et un chèque de 30 millions, pour les familles confinées. C'est leur contribution dans la lutte contre l'épidémie qui a déjà fait 14 décès dans la zone. La cérémonie de remise s'est déroulée dans l'enceinte du bloc administratif de Dubréka, sous la Présidence de madame Fatoumata Binta Diallo, ministre de l'Industrie des Petites et Moyennes Entreprise et de la Promotion du secteur privé, en compagnie des cadres de son département et en présence de Mme Aicha Sako, préfèt de la localité, de Mr Eby Aly Jean, directeur général des « Moulins de Taiba », ainsi que des cadres préfectoraux et quelques habitants de la localité.

A l'entame, Mme la préfet a souhaité la bienvenue aux hôtes et remercié les donateurs qui sont les premiers, parmi les industrielles installés dans la Zone à faire un tel geste qui va droit au cœur des citoyens et autorité de Dubreka qui subit de plein fouet l'épidémie d'Ebola. Sur la situation de la maladie à Dubréka, Mme Aicha Sako a expliqué : « Depuis l'apparition du premier cas d'Ebola, nous avons mis en place un comité préfectoral et des comités sous-préfectoraux de riposte à Ebola.

Ces comités se réunissent par semaine pour faire la situation de l'épidémie. Le plan d'action est axé sur la surveillance au niveau des structures sanitaires et la sensibilisation sur le changement de comportement. Cela nous a permis de former 15 agents de santé, huit chefs de centre de santé, deux directeurs d'hôpitaux, cinq médecins-chefs et 40 agents communautaires.

Ensuite toutes les structures sanitaires publiques ont été dotées de kits d'hygiène, des sentinelles de surveillance ont été installées dans 12 unités industrielles, dont la zone de Kaléta. 22 chefs de quartiers, 202 imams et 12 prêtres ont été formés pour sensibiliser dans les différents marchés et quartiers. » Pour lutter contre la réticence des populations qui ne croient pas à l'existence de l'épidémie. Dubréka a enregistré 29 cas dont 14 décès, six guéris et 145 sont en observation.

De son coté, Eby Aly Jean, directeur général des « Moulins de Taiba », s'en est expliqué aussi : « Nous avons décidé de ne pas être en marge de la lutte contre l'épidémie Ebola qui gagne du terrain dans notre préfecture. Les valeurs de notre entreprise qui fait parti du groupe AON, consistent à associer notre vie à celles des populations environnantes. Ce mal qui frappe Dubreka nous concerne donc à plus d'un titre. C'est pourquoi, nous participons à travers ces kits d'hygiène à hauteur de 100 millions de francs guinéens et un chèque de 30 millions pour les familles déjà confinées afin de leur permettre de vivre dignement cette période en limitant du cout leur mobilité facteur important de la propagation de la maladie. Nous espérons que ce don va aider à bloquer la chine de contamination et enrayer le mal dans le pays. »

Pour Fodé Tass Sylla, chargé de Com de la Coordination nationale de riposte à Ebola, « le problème n'est plus l'épidémie, mais la réticence. Aujourd'hui, aucun Guinéen ne peut nier l'existence de la maladie. Nous passons les consignes d'hygiène à respecter en boucle dans tous les médias, mais les gens refusent d'accepter et cela complique la tâche. Nous avons quatre centres de traitement, trois centres de transit, des ambulances et véhicules pour la prise en charge des malades et des corps. Il faut que tout le monde s'y mette pour que les populations ouvrent leurs portes à nos équipes, car on peut guérir d'Ebola. Dubréka est beaucoup en avance selon les explications de Mme le préfet et l'acte que viens de poser les Moulins de Taïba est un acte citoyen qui bénéficie directement aux populations locales suffisamment éprouvées… »

Pour Dame Fatoumata Binta Diallo, ministre de l'Industrie des PME et de la promotion du secteur privé, Ebola est une maladie méconnue par les Guinéens. C'est pourquoi les sensibilisations ne sont jamais assez. « Tous les Guinéens doivent être déterminés dans la lutte contre cette maladie. Le geste que vient de faire la direction générale des « Moulins de Taiba » doit être suivi par toutes les autres unités industrielles. », a martelé Mme la ministre qui fortement apprécié l'acte.

Boubacar Diallo


 
Situation de l’épidémie de la fièvre hémorragique à virus Ebola en Guinée

2014/12/20

Aujourd'hui en Guinée Du début de l’épidémie jusqu’à la date du 18 Décembre 2014 à 18 heures, la Guinée a enregistré 2492 cas dont 1565 décès (soit 62.8 %) répartis comme suit :
- Cas confirmés : 2202 dont 1302 décès,
- Cas probables : 263 dont 263 décès,
- Cas suspects : 27.

Au total 807 personnes confirmées sont sorties guéries des centres de traitement (soit 36,6 %).

Dans la journée du 18 Décembre 2014, le nombre de cas hospitalisés dans les différents centres de traitement du pays est réparti comme suit :

- CTE de Guéckédou : 35 cas sont hospitalisés, dont 33 cas confirmés. Ces patients proviennent de Kouroussa : 1 ; Kissidougou : 26 ; Dabola : 1 ; Guéckedou : 3 et Macenta : 2 et 2 cas suspects provenant de Kissidougou.

- CTE de Macenta : 08 cas dont 4 confirmés et 4 suspects sont hospitalisés.

- CTE de Conakry : 53 cas dont 45 cas confirmés et 8 cas suspects sont hospitalisés.

- CDT de Kérouané : 07 cas dont 6 cas confirmés et 01 suspect sont hospitalisés.

- CDT de Forécariah : 06 cas suspects sont hospitalisés.

- CDT de Nzérékoré : 07 cas dont 5 cas confirmés et 2 suspects sont hospitalisés.

- CDT de Siguiri : aucun malade hospitalisé.

Ce qui fait un total de 116 cas dont 93 confirmés et 23 suspects dans les centres de traitement du pays.

CONSTATS :

Nombre de préfectures nouvellement touchées cette semaine : 0
Nombre de préfectures antérieurement touchées ne notifiant pas de cas depuis plus de 42 jours (Foyers calmes) : 05 (Boké, Boffa, Dalaba, Pita et Dinguiraye).

Nombre de foyers ayant notifié au moins un cas durant les 21 derniers jours (Foyers actifs) : 18 (Macenta, Nzérékoré,

Guéckédou, Beyla, Lola, Kindia, Kankan, Siguiri, Faranah, Conakry, Coyah, Forécariah, Kérouané, Dubréka, Kissidougou, Kouroussa, Dabola et Télimélé) ;

Nombre de préfectures n’ayant jamais été touchées par l’épidémie : 10 (Fria, Mandiana, Gaoual, Koundara, Lélouma, Mali, Labé, Koubia, Tougué et Mamou)

ACTIVITES REALISEES :

1- Inauguration des locaux du Centre de Traitement Ebola de Coyah, suivi de la livraison de kits d’hygiène et de protection, de médicaments et consommables pour le fonctionnement du centre ;

2- Gestion des conséquences liées à l’incendie survenu Jeudi dernier à la base logistique du PAM à l’Aéroport International Conakry Gbessia avec des pertes importantes en matériels et médicaments ;

3- Mise à disposition de kits d’hygiène et de protection pour les centres de transit de Forécariah et de Kérouané ;

4- Sécurisation des activités des équipes gouvernementales et celles des équipes d’intervention de la Croix Rouge (sensibilisation, sanitation et enterrements sécurisés) ;

5- Organisation de l’atelier de planification des activités de la Croix Rouge guinéenne en collaboration avec les partenaires du mouvement Croix Rouge et du Croissant Rouge à Kindia, du 16 au 19 Décembre 2014 ;

6- Envoi d’une équipe pour le renforcement des capacités de prise en charge du centre provisoire de traitement de Kérouané ;

7- Formation des agents des deux hôpitaux nationaux de Conakry et des cinq centres médicaux communaux en prévention de l’infection par JHPIEGO ;

8- Participation d’un cadre au séminaire de formation sur la Communication pour le Changement de Comportement (CCC) à Freetown (République de Sierra leone) ;

ACTIVITES EN COURS :

1. Mise à disposition d’un avion-cargo par le Programme alimentaire mondial (PAM) pour acheminer les intrants, en remplacement de ceux brûlés lors de l’incendie survenu à la base logistique sis à ’Aéroport International de Conakry, le Jeudi 18 Décembre 2014 ;

2. Poursuite de la mise en place des Comités villageois de veille sanitaire à travers le pays dans le but d’éradiquer les réticences dans les communautés ;

3. Réunion de travail regroupant les cadres des Ministères en charge de l’Enseignement et partenaires, pour combler l’insuffisance des kits de lavage des mains et autres matériels à mettre en place pour l’ouverture des classes ;

4. Poursuite des travaux de finalisation du document de procédures sur la gestion des kits de solidarité aux malades et familles affectées d’Ebola ;

MESSAGE – CLE :

Un malade guéri d’Ebola est une personne comme toi et moi, ne le rejette pas !

Plus d’informations, contacter :

• Dr. Sakoba Keita, Coordonnateur National Cellule de Lutte contre Ebola, Chef de la DPLM au Ministère de la Santé. Tel : +224 622 93 13 90, E-mail : keita_sakoba@yahoo.fr

• Dr Souleymane Camara, Chargé de la Gestion des Données à la Cellule de Coordination nationale Ebola, Chef du SNIS au Ministère de la Santé. Tél : +224 622 28 64 79/ 622 93 13 94, Email : souleymanecmr@yahoo.com

• M. Fodé Tass Sylla, Chargé de la Communication à la Cellule de Coordination nationale Ebola, Directeur de la Télévision nationale Tél : +224 628 34 96 54 – 664 46 79 94, Email : sfodetass@yahoo.fr

 
Yimbaya Bougie: Les populations s'opposent à la construction d'un centre de traitement Ebola

2014/12/9

Aujourd'hui en Guinée Dans le cadre de la lutte contre l'épidémie d'Ebola, le président Alpha Condé et l'ambassadeur des Etats Unis en Guinée, Alexander Laskaris, devaient présider le jeudi 4 décembre 2014 à l'installation d'un centre de traitement Ebola de MSF à Yimbaya. Seulement, à quelques minutes, du début de l'arrivé des officiels, les jeunes de la localité se sont farouchement opposés à cette implantation. Les représentants de Médecins Sans Frontières qui a vainement expliqué que l'implantation d'un tel centre ne contaminerait pas les habitants n'ont pas pu calmer les ardeurs.

Le gouverneur de Conakry, Soriba Sorel Camara a annoncé l'annulation de la cérémonie et invité les jeunes contestataires à envoyer leurs représentants à la mairie de Matoto pour une négociation. . ''J'ai reçu des instructions'', explique Soriba Sorel. « Dans des moments pareils, on ne peut pas amener les autorités. Aidez- moi à les informer pour qu'on aille à la mairie de Matoto », plaide-t-il auprès de certains journalistes venus couvrir l'évènement.

Sans succès, le gouverneur de Conakry annonce que la pose de la première pierre est annulée. Le tout s'est passé devant les ambassadeurs de France et des Etats-Unis, ainsi qu'une équipe de Médecins Sans Frontières qui sera chargée de gérer le centre si toutefois il est construit.
Cette cérémonie qui devait être présidée par le président de la République, Alpha Condé, devait consacrer l'implantation d'un centre de traitement Ebola par MSF. Etant inquiet de l'implantation de ce centre de traitement Ebola, les jeunes ont protesté et chassé les officiels avant de démanteler la loge officielle.
Malgré l'intervention du chef de quartier Balla Condé, les jeunes du quartier ont opposé un refus catégorique. Ces jeunes Scandait ''on ne veut pas d'Ebola''.

Un des jeunes protestataire nous explique : « On ne va pas accepter la construction de ce centre dans notre quartier, nous avons besoin d'espace de jeux, nos Mamans empruntent cette route pour allé au marché, la plus grande école est tous prêt là. Jamais on ne va prendre ce risque là, qu'ils partent là où n'y a pas assez de monde pour construire ce centre. A Yimbaya ici on en veut pas » proteste Kalil Camara

Abdoulaye oumou

 

Hommage posthume à Mohamed François FALCON

2014/12/4

Aujourd'hui en Guinée Mon Cher Mohamed François FALCON, jamais je n’aurais imaginé devoir m’adresser un jour à toi comme je vais le faire maintenant, car je pensais qu’étant l’aîné, je t’aurais précédé dans la tombe. Mais le Maitre de l’univers en a décidé autrement et prématurément.
Je sais que tu n’étais pas homme à me laisser partir sans me dire « au revoir ». Alors, je procéderai comme tu l’aurais fait, car cette grande affection fraternelle qui t’aurais contraint à le faire, m’oblige à tenter de surmonter ma peine pour m’exprimer, pour te parler encore une fois, la dernière, au moment où tu embarques dans la nef qui t’amènera auprès de ton Seigneur, pour l’inexorable voyage vers l’Orient éternel.

Avant toute chose, je veux rappeler que tu étais mon ami, un ami dévoué, désintéressé, au cœur généreux, bon et chaleureux. Tu as été pour moi un petit frère aimant et aimable que les hasards de la vie ont fort heureusement placé sur mon chemin et ancré dans mon esprit.La fraternité était dans son sang et irriguait ton corps et ton esprit.Tu te moquais des titres, du rang, des grades et des paillettes de la fortune.

Je témoigne que la chose qui comptait le plus pour toi, c’était l’humain, c’est la personne que tu avais devant toi.

J’ai la pleine certitude que toutes les personnalités réunies ce matin,ici,autour de ton cercueil, sont venues pour témoigner que ton cœur était grand ouvert et qu’il était immensément accueillant.Il se dégageait dans ta personne un je ne sais quoi d’ineffable qui menait chacun de tes actes au rendez-vous du succès.

Mon Bien-aimé FALCON, tu m’avais donné, avec une constance qui ne s’est jamais démentie, l’assurance que je pouvais compter sur toi, qu’en toute circonstance, tu répondrais à tout signe et à tout appel venant de moi, certainement à n’importe quelle heure du jour et de la nuit.Cette constance, tu l’as observée, sans défaillir, jusqu’à ton heure dernière.

Je sais que les années que tu as passées à la tête de l’Agence de lutte contre la corruption et les infractions voisines t’ont passionné. Les droits de l’homme, la transparence et la bonne gouvernance occupaient constamment tes pensées et décuplaient ton énergie et ton inclination naturelle à l’action.

Le souci de protéger les personnes et les biens, participer à la prospérité des populations, impulser le développement durable de ton pays ne te laissaient pas assez de temps pour le loisir, heureusement que tu savais puiser dans l’humour la force d’âme pour vaincre les stresses.

Dans toutes tes missions, ton enthousiasme contagieux, alimenté par une inaltérable amabilité a toujours suscité l’adhésion et le consens. Dans les débats publics, comme à l’occasion des causeries intimes, ta prévenante urbanité, ton obligeante courtoisie et ta bienveillance naturelle, appuyées parcette exceptionnelle bonne humeur qui faisait ton charme, ne te quittaient jamais.

Tu étais unanimement apprécié, tant par tes collègues immédiats que par le monde Associatif. Par ton intelligence lumineuse,tu savais réunir l’unanimité sur une question. C’est le cas du projet de loi anti-corruption qui va être adoptée après ta mort et j’espère que les députés à l’Assemblée daigneront, lorsqu’ils l’adopteront, le baptiser de ton nom.Il n’en doit être autrement, puisque ta vocation a toujours été de servir, d’être utile, d’aider, de trouver ou de proposer des solutions. Ce projet de loi, ton œuvre, est une belle illustration de cette noble inclination.

L’égalité de tous était pour toi une règle d’or. Tu ne méprisais personne.Tu ne te mettais jamais en avant, ni en colère, considérant que tu n’avais qu’à accomplir la tâche qui était la tienne, le mieux possible, et dans l’intérêt général. En cela, tu avais le don d’exceller.

Mon cher Falcon, François mon ami, Mohamed mon bien-aimé frère, en ces instants de forte émotion, je me souviens d’une expression que tu aimais employer, par exemple pour conclure une conversation ou une rencontre.Tu avais l’habitude de dire, avec un sourire qui mêlait bonhomie et espièglerie : « Elle est pas belle, la vie ! »

Ton départ brutal nous inflige une immense contrition et une profonde mélancolie.

François FALCON, tu vas nous manquer douloureusement. Tu vas beaucoup nous manquer, au sein de l’ITIE, comme au sein de l’Agence de lutte contre la corruption. Tu vas manquer à toutes les Associations et Organisations de protection des droits de l’homme et de promotion de la culture de la citoyenneté, de la démocratie et de la bonne gouvernance, qui ont collaboré avec toi.

Je n’oublierai jamais tous ces moments de joie simple et franche que nous avons partagés.Ton image, lors de nos randonnées mensuelles à Kindia, celle de notre périple à Guatemala, nos échanges sur le projet de loi anti-corruption, sur la création et le renforcement la culture de la citoyenneté et de la promotion des droits de l’homme ne me quitterons jamais. Je me souviendrai toujours de ces soirées de bonheur et de convivialité à l’Hôtel Flamboyant où des travaux en atelier nous réunissaient pour des délibérations sur les qualités de cœur et d’esprit d’un homme de vertu, en quête des valeurs humaines fondamentales les plus élevées.Je conserverai, indélébilement gravé dans ma mémoire que tu voulais être, simplement et par l’humilité, un homme d’une exemplaire modestie.

Je voudrais, à présent, humblement adresser mes très sincères condoléances à toutes celles et à tous ceux qui t’ont connu, apprécié, aimé.
Mes pensées vont tout particulièrement vers ta famille ; me souvenant qu’à chaque instant, l’être aimé,qui disparaît, occupe nos pensées et que la place qu’il tenait à nos côtés, de son vivant, se révèle plus prégnante encore, après sa mort.

Faut-il, je me demande, la survenance souvent brutale et inattendue du décès, pour prendre conscience de la valeur et de l’intensité de l’amour que le défunt nous procurait ? Disant cela, je pense particulièrement à tes deux enfants, à l’habitude de la vie en commun dans cette cellule familiale, brisée d’un coup, qui portera le deuil à jamais.

Au sujet de tes enfants, je te dirai ce que m’a rapporté mon père de la réponse donnée par notre Seigneur à Moise, lorsque celui-ci a demandé qui prendrait soin de son jeune fils, après son passage de vie à trépas. Fends cette roche sur laquelle tu es debout, ordonna Dieu,et tu auras ta réponse. Moise fit ainsi que le lui avait ordonné le Grand Architecte de l’Univers. Et Moise vit dans la roche un vers qui se nourrissais d’une feuille verte. Il rendit gloire à Allah ; Allah qui prendra tes enfants en sa miséricorde et leur accordera son intarissable munificence.

Puisqu’il est désormais vrai et entendu que je ne te reverrais plus, du moins jusqu’à ce qu’il plaise à Allah de me rappeler à Lui, laisse-moi te dire au revoir, mon frère bien-aimé. Repose dans la paix des bienheureux élus de Dieu et que le Très Haut, en rémission de tes péchés et en agrément de tes adorations, t’accueille au Paradis, signe de sa Sainte Mansuétude. Amen !

Ton Frère
Mohamed Aly THIAM

 
Liberia, Guinée, Sierra Leone: Où en est la lutte contre Ebola

2014/12/2

Aujourd'hui en Guinée Si le taux hebdomadaire de transmission du virus Ebola reste élevé au Liberia, en Guinée et au Sierra Leone, l'OMS estime pouvoir "prendre le dessus" sur l'épidémie dans ces trois pays les plus touchés. Explications.

Transmission et mortalité

La transmission du virus dans les trois pays les plus touchés - Liberia, Guinée et Sierra Leone - reste à un niveau élevé avec 1 100 nouveaux cas par semaine, contre mille il y a deux mois. "Il y a un danger à ce que les gens soient moins vigilants", a prévenu le Dr Bruce Aylward, adjoint au Directeur général de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS).

Le taux de mortalité pour les malades atteints du virus se situerait actuellement aux environs de 70%.

Dans la lutte contre Ebola, une grande partie du succès se joue dans la sécurisation des inhumations. Les corps des victimes du virus, tout comme les fluides des malades (sueur, salive, etc), sont les principaux vecteurs de propagation. En août, en Afrique de l'Ouest, près de 60% des nouvelles infections avaient lieu lors des enterrements.

Sur ce point précis, l'OMS estime avoir atteint un premier but avec près de 70% d'inhumations sûres des victimes du virus dans les trois pays les plus touchés. "Le Liberia et la Guinée ont atteint cet objectif de 70% d'inhumations sûres et 70% des cas traités", s'est félicité à Genève Bruce Aylward.

La Sierra Leone atteint ces proportions "dans la plupart des endroits du pays" mais plus difficilement à l'Ouest où l'épidémie continue de se propager, selon l'organisation sanitaire qui espère que le pays y arrivera "d'ici quelques semaines". 

Bilan humain, confusion dans les chiffres

La semaine dernière un premier bilan pour les trois pays les plus touchés, communiqué le 26 novembre par l'OMS, faisait état de 5 674 morts. Un chiffre qui a bondi à 6 928 morts dans la nuit du 28 au 29 novembre.

Selon Tarik Jasarevic, porte-parole de l'OMS, cette soudaine augmentation semble être dû à une mise à jour "des données passées" et non pas à une hausse spectaculaire des morts ces derniers jours.

L'organisation avait indiqué à plusieurs reprises que les chiffres publiés de morts étaient peut-être sous-estimés étant donné les difficultés rencontrées dans la collecte de données globales.

Objectifs pour le 1er janvier

Au 1er janvier, l'OMS espère atteindre 100% de cas traités et 100% d'inhumations sûres. Elle espère également atteindre le zéro nouveau cas d'ici six mois.

"Nous pouvons très certainement prendre le dessus sur Ebola (...) Nous sommes dans une situation très différente d'il y a 2 mois", précise le responsable de l'OMS, ajoutant cependant que "cela ne suffira pas pour atteindre le seuil zéro de nouveaux cas. Pour cela, d'autres mesures sont nécessaires".

20 000 personnes devront s'impliquer, notamment des personnels locaux, pour atteindre les nouveaux objectifs. L'OMS prévoit aussi de passer à 450 employés internationaux sur le terrain contre 250 aujourd'hui.

Financements

Pour atteindre les objectifs sanitaires fixés par l'OMS, la lutte est aussi financière. Sur les 1,55 milliard de dollars demandés par les agences de l'ONU, 920 ont pour le moment été versés, obligeant l'OMS à effectuer "des choix" sur le terrain.

"Beaucoup de choses ont été faites pour faire des économies", selon le spécialiste qui a déclaré que plusieurs centres de traitement utilisaient par exemple des générateurs de 15 watts ou seulement une ambulance alors que deux seraient nécessaires.

Or pour "éradiquer totalement le virus", les coûts vont nécessairement devoir augmenter.

(Avec AFP)



 
Insécurité: La directrice de l'hôpital Donka agressée par les inconnus

2014/11/30

Aujourd'hui en Guinée La directrice générale du CHU de Donka , Hadja Fatou Sikhé Camara, frôlé la mort hier samedi 29 novembre 2014. La scène s'est déroulée aux environs de 20 heures GMT, tout près de la résidence du premier ministre chef du Gouvernement guinéen, Mohamed Said Fofanah, à la cité ministérielle.

Fatou Sikhé Camara qui revenait du boulot était venue chez son père à la cité ministérielle pour reprendre ses petits frères et soeurs avant de rentrer chez elle à Landreyah, commune de Dixinn.

Arrivée devant la concession de son père, son chauffeur est descendu, laissant sa patronne seule dans la voiture, pour aller à la recherche ded autres éléments de la famille.

Aussitôt rentré dans la cours, trois gaillards sont venus prendre place dans la voiture. L'un s'est assis derrière le volant, les deux autres bandits ont encerclé la bonne dame en lui disant " Nous sommes venus pour te tuer. "

Après s'en est suivi une véritable bagarre dans la voiture. Hadja Fatou Sikhé Camara seule contre deux gaillards. Le troisième assis derrière le volant cherchait la clé que le chauffeur avait sur lui.

En désespoir de cause, la victime a sorti des liasses d'argents pour leur en échange à sa vie. L'offre sera systématiquement rejetée . Ce n'est pas une affaire d'argent , nous sommes venus pour te tuer rétorqua un des agresseurs.

C'est dans cette guerre rangée que les parents de Hadja Fatou Sikhé Camara ouvriront le portail . Pris de peur, deux des agresseurs réussiront à prendre la fuite à bord de la voiture qu'ils avaient affecté à cet effet . Le troisième qui était assis derrière le volant sera mis aux arrêts et conduit à l'escadron mobile numéro 3 de Matam.

Quant à Hadja Fatou Sikhé Camara, elle s'en sortira avec quelques blessures légères et le bras gauche tuméfié. Elle reçoit de la visite actuellement dans sa résidence de Landreyah en attendant d'en savoir davantage sur les tenants et les aboutissants de cette agression .

A suivre .


Ibrahima Sory Sylla






 
Le scientifique Guillaume Hawing recadre Tibou Kamara et Siaka Barry

2014/11/30

Aujourd'hui en Guinée Le jeudi  27  novembre 2014 quand je parcourais certains sites d’informations, j’ai été désagréablement surpris de lire les attaques, les droits de réponse et les contre-attaques des sieurs : Tibou Kamara et Siaka Diallo, tous jeunes hauts cadres de l’Etat  guinéen.

Guillaume Hawing

Après lecture des sieurs Tibou et Siaka, plusieurs questions se bousculaient dans ma tête dont les plus saillantes sont : Ces deux messieurs connaissent-ils le sens de l’Etat ? Mesurent-ils la portée d’un poste de responsabilité de l’Etat? Connaissent-ils le danger de l’écrit surtout quand il est archivé?

Pour  avoir occupé successivement d’importants postes jusqu’à devenir  Ministre Secrétaire Général à la Présidence ou pour avoir été simplement un Directeur général, National ou responsable d’une structure quelconque de l’Etat, on ne doit plus paraitre comme un vulgaire Monsieur: ni dans le parler, ni dans le comportement, ni au pire des cas dans l’écrit. Car tout ce que nous devons poser doit être proportionnel à la responsabilité que nous incarnons ou que nous avions incarnée, car en tout haut cadre il y a l’effet miroir, c’est-à-dire le pays et ses intellectuels peuvent être lu à travers lui.

Messieurs, à la lecture de vos attaques et contre-attaques, on comprend tout compris sauf l’essentiel.

A mon avis, l’essentiel n’est pas de montrer à l’autre qu’on est meilleur à lui ou qu’on maitrise les contours de la langue de Molière plus-que lui, ou pire qu’on est issue d’une famille ou d’une ethnie plus noble que la sienne. A mon avis,  l’essentiel dans un écrit est ce qu’on peut tirer de positif ou ce qu’on peut retenir comme bonne leçon après lecture. En réalité,  après lecture de vos articles, tout ce qu’on peut retenir de bon : est le regret d’avoir pris le temps de les lire. Permettez-moi de vous dire que vos articles incitent à la haine, à l’ethnocentrisme, à la division, au mépris, à l’étalage de connaissance et à l’adversité ethnique.

Ces articles qui sont destinés essentiellement au peuple de Guinée et plus particulièrement à la jeunesse guinéenne, si ce peuple avait à vous décernez des mérites, je suis convaincu qu’il vous aurait décerné « un Prix Nobel de la haine ».

Pour votre gouverne, la jeunesse guinéenne n’a plus besoin de ses guéguerres et de ses adversités non progressistes, de ses critiques infondées et ethnocentristes, ou de ces français à contours multiples. Cette jeunesse a plutôt besoin d’une adversité progressiste, des propositions concrètes, d’un regard dans la même direction, d’un partage ensemble des moments de peine et de joie, d’une compétitivité sous-régionale, régionale et internationale et enfin  elle a besoin  de vivre  en plein  temps d’action de ce qui leur avait été dédié par le Chef de l’Etat « Je dédie mon mandat à la jeunesse et aux femmes ».

Mes Chers Tibou Kamara et Siaka Barry, cette jeunesse guinéenne est largement en avance sur vous, car pendant que vous, vous faites la guerre des mots, vous vous blessez  avec les mots, cette jeunesse   continue à se battre, à se former, à combattre Ebola et à faire preuve de maturité dans les postes décisifs de l’Etat. Comme pour dire que le Président Alpha Condé ne s’est pas trompé en dédiant son mandat à cette jeunesse.

Voulez-vous ramener cette jeunesse à des périodes où obtenir un poste de Ministre par un jeune était semblable à arracher un lionceau sous les griffes de sa mère? Chers amis, ne donnez plus cette impression à la jeunesse, car dans un passé proche de ce pays, nous avons trop souffert de l’ombre de certains jeunes pour d’autres.  Désormais, il faudrait que les mérites parlent, il faudrait que certains arrêtent d’être un arbre qui cache la forêt.

Pour finir moi je dis ceci : Il est bon de s’avoir qu’on écrit pour le présent et pour le futur, qu’on n’écrit pas pour soi mais pour les autres, donc l’écrit est une œuvre. Autant une œuvre peut nous immortaliser, autant elle peut aussi effacer toutes les traces de notre existence, car l’écrit est une parole maquillée par le dessin de la réflexion, et comme le disait  Blaise Cendras  « écrire ce n’est pas vivre, mais peut être survivre » soyons donc en harmonie avec ce qu’on dit, ce qu’on fait et ce qu’on écrit pour que notre existence soit utile à la génération  présente et à celles à venir.

Depuis le Royaume Chérifien, Guillaume Hawing

Analyste-chercheur

 
Présidence Guinéenne
Dr Mohamed Diané, véritable garde rapproché d’Alpha Condé
Soumah Alsény
Alsény SOUMAH: L’Ambassadeur de l’art culinaire guinéen aux USA
Dépêches
L'UA/Nord-Mali
TV Aujourd'hui-en-guinée

cliquez sur la photo pour ouvrir la video

Voir les autres articles >>>
Décès de Hadja N'Sira Condé
Témoignages-Hommage
TV Aujourd'hui-en-guinée  ::  Présidence Guinéenne  ::  Audios  ::  L'UA/Nord-Mali  ::  Libres Propos  ::  Soutenez Aujourd'hui en Guinée  ::  Albums Photos  ::  Contact  ::  Abonnez-vous  ::  Email  ::  Partenaires  ::  


Privé - Espace Clients  Hotline  

© Rosawebpro   |    Privé - Espace Clients