Gouvernement
L’opposition, pour quoi y faire ?

Partenaires

Africatime

Africvisionguinée

Akhadan

Conakrylive

Ecoutez Sabari FM 97.3 en direct

Guinée7

L'Express Guinée

Le Diplomate

Les amazones

Mediaguinee

www.Guineematin.com

27 visiteurs connectés

08 2016 - 22h58


 RECHERCHER 

Jean Marie Doré : La mort de l'éloquence ambivalente

2016/2/4

Aujourd'hui en Guinée La nouvelle du décès, ce vendredi 29 janvier 2016, du président fondateur de l'UPG marque la fin d'une époque et provoque un grand vide sur la scène nationale politique. Opposant, dignitaire, traître, opportuniste, Jean Marie Doré a été crédité ou accablé de tous les titres et superlatifs.

A vrai dire, "l'arrière petit fils de Soumahoro Santé " , comme il aimait se présenter dans des situations difficiles politiques, était simplement insaisable, difficile sinon impossible à cataloguer. C'était un homme libre très près de ses intérêts qu'il savait défendre dans toutes les circonstances.
Sur ce tableau et incontestablement, Jean Marie Doré a été l'homme politique Guinéen le plus percutant de la génération des leaders des premiers partis agréés le 03 avril 1992.
J'ai eu souvent l'occasion de discuter avec le leader politique que j'ai interviewé pour la première fois, en 1992, à bord d'une des défuntes compagnies aériennes Guinéennes sur le trajet Conakry - N'Zerekore où il allait prendre date quelques semaines seulement après la légalisation des partis politiques et marquer déjà son territoire politique, son fief.

Durant ce parcours de près de 2 heures, je découvre un homme qui révèle être, au sens Africain surtout Guinéen de la famille, un oncle pour avoir eu avec mon feu père des relations soudées et très fraternelles quand tous les deux exerçaient de hautes responsabilités administratives à Fria dans les années 1960. Je découvre aussi un chef de parti familier ou connaissant très bien les leaders perçus comme les adversaires les plus sérieux du président général Lansana Conté: Bah Mamadou de l'UNR, Siradiou Diallo du PRP et Alpha Condé du RPG.

J'admire surtout un homme de grande culture.
C'était la toute première interview d'une série innombrable publiée de 1992 à 2009 dans la "Nouvelle Tribune , d'autres journaux et nombreux sites. A chaque sollicitation, volontier, le leader de L'UPG s'est prêté à mes questions et à celles de mes reporters.

Ambivalant , Jean Marie Doré, par intermittence, a été à la fois allié et adversaire et du président Lansana Conte et de ses opposants.
Même Siradiou Diallo, qui a été son plus grand ami parmi tous les hommes politiques Guinéens, n'a pas échappé aux foudres de Jean Marie Doré.
En 2002, contre l'avis des autres leaders de partis d'opposition, le duo Jean Marie Doré - Siradiou Diallo décide d'aller aux législatives. Mais, quand les résultats de ce scrutin, tenu le 02 juin 2002, jour de la finale de la Coupe du monde entre le Brésil et l'Italie à Yokohama au Japon, donnent 20 sièges à l'UPR et 2 à L'UPG, Jean Marie Doré croit avoir été trahi par son ami Siradiou Diallo désormais soumis aux critiques du leader de L'UPG.

Avec Bah Mamadou, l'autre leader percutant, les rapports sont restés inconstants vacillant entre le pacifisme et les confrontations verbales guerrières. Pourtant les deux leaders politiques se ressemblaient dans le courage qu'ils dégageaient affronter .

Si beaucoup l'accusaient d'être un pion du général Lansana Conté qu'il reconnaissait comme "un grand chef militaire", il savait pourtant se montrer plus pertinent dans les critiques et attaques contre le régime de ce dernier notamment à l'assemblée nationale où les interventions de Jean Marie Doré ne laissaient nul indifférent et peu des multiples ministres du régime Conte osaient réagir à ses sorties. Au plus fort de la crise entre le régime et lui, Jean Marie Doré, colérique et toujours inspiré, s'insurge dans une interview, publiée dans "La Nouvelle Tribune", par cette métaphore : " Le Mont Nimba est plus haut que le Mont Kakoulima", en réaction à une incarcération en 2004 provoquée elle même par des déclarations publiques du leader de L'UPG jugées d'offense au président de la République. Pour le leader de L'UPG, il s'agissait clairement de dire au Président Conte (natif de Dubreka où se trouve le Mont Kakoulima )qu'il ne peut faire taire Jean Marie Doré (originaire de Lola ceinturé par le Mont Nimba, le plus grand en Guinée ).
Il n'a pas supporté la faillite de son entreprise "Entrat international" en 1992 qu'il a toujours qualifié de manoeuvre politicienne imputée au régime du général Lansana Conté pour, dit il, casser son élan politique.

Et pourtant de tous les opposants, il a été le plus proche du président Lansana Conté et des dignitaires de son régime. Critique, la journée, visiteur le soir, il n'était pas rare de croiser Jean Marie Doré dans les bureaux ministériels ou au Palais présidentiel.

Il n'a pas supporté la déclaration de politique générale de Sidya Touré, quand, en juillet 1996, le nouveau Premier ministre du général Lansana Conté a affirmé : " Je suis l'ami des quatre principaux leaders politiques Guinéens ( Aboubacar Somparé du PUP, Alpha Condé du RPG, Siradiou Diallo du PRP et Bah Mamadou de l'UNR )". Considérant le mot "principal" comme un mépris pour son parti et lui-même, Jean Marie Doré, à contre courant de l'opinion enthousiasmée par le nouveau Premier ministre, livra une farouche guerre à Sidya Touré jusqu'à son départ du gouvernement en 1999.

Les deux hommes se réconcilient dans les années 2000 et devinrent des alliés dans le FRAD avec Alpha Conde, Bah Mamadou et Siradiou Diallo.
Avec l'actuel président de la République, Alpha Condé, les relations n'ont pas été si simples. Au contraire, elles ont été très compliquées, tendues voire conflictuelles, pendant des années, avant, au finish, de s'apaiser, se normaliser et devenir un soutien politique décisif pour Alpha Condé. De l'animosité à la complicité résumé, on pourrait ainsi résumer les rapports entre Alpha Condé et Jean Marie Doré.

D'abord, après la légalisation des partis et suite à la brouille de leadership entre les co-fondateurs de l'UPG et lui, Jean Marie Doré a très mal apprécié le départ du parti de Momory Camara (ancien gouverneur de la BCRG) et Claude Kaury Koundiano (actuel président de l'assemblée nationale ) et leur adhésion au RPG.

Ensuite, Jean Marie Doré qui a voulu faire de la région forestière son fief électoral a estimé Alpha Condé, dont le bastion politique est à ses yeux la Haute Guinée, comme " un voisin séparé par de milliers de kilomètres ". Constatant que le leader du RPG n'épouse pas ou n'accepte pas cette configuration politique atypique qui ne semble guère lui convenir, croyant d'ailleurs la forêt comme sa vraie base, Jean Marie Doré s'installe dans une adversité souvent épique contre le leader du RPG qu'il ne tolerait pas de présenter des candidats lors des élections locales dans les circonscriptions de la région forestière.

Finalement, c'était un adversaire qui était en face de lui. A cet effet, il se précipitait souvent à reconnaître l'annonce des résultats consacrant le PUP ou le président Lansana Conte. Une façon de contrecarrer les dénonciations et protestations des autres leaders. En 1993 et 1998, il n'a eu aucune peine à reconnaître les résultats proclamant le président Conté.

En 1993, il noue avec Ahmed Tidjane Cisse, à l'époque numéro 2 du RPG une amitié amenant ce dernier dans une sorte de compromission jusqu'à la reconnaissance des résultats de la présidentielle du 19 décembre 1993 en faveur du général Lansana Conté contrairement à la position officielle publique du parti et de son leader Alpha Condé.

C'était le début de la crise entre Alpha Condé et Ahmed Tidjane Cissé soldée par la démission du numéro 2 dramaturge salarié non sans avoir, avec d'autres responsables du parti, renter de faire imputer au secrétaire général du RPG, Alpha Condé la paternité d'un complot imaginaire contre le président Lansana Conte.

En 1998, après une longue accalmie pacifique caractérisée par un réchauffement des relations entre les deux leaders et les deux partis politiques, Jean Marie Doré crut remplacer Alpha Conde et porter l'étendard du RPG aussi à la présidentielle du 14 décembre de l'année en question. Mais, le retour le 1er décembre du candidat du RPG à Conakry pour mener campagne, relançait à nouveau les hostilités.
Sans se réjouir publiquement de l'arrestation du leader du RPG à pinet, Jean Marie Doré a été le seul homme politique Guinéen de l'opposition à s'abstenir de toute condamnation ou de demande de libération de l'opposant candidat.
Alors que beaucoup de cadres du RPG, ignorant que l'amitié entre leur leader et celui de L'UPG était déjà rompue suite à ce retour d'alpha Condé, espéraient que Jean Marie Doré, reçu quelques jours après la proclamation des résultats de la présidentielle par le général Lansana Conté dont il a reconnu la victoire et félicité, allait plaider la cause du pensionnaire de la prison centrale de Coronthie, il déclara son refus d'évoquer " un sujet que je ne maîtrise pas ", une façon éloquente de manifester sa nouvelle ancienne position à l'égard de son "voisin adversaire".

Après le forcing constitutionnel de 2001, surtout les législatives de 2002 qui ne lui valurent que deux sièges et la présidentielle de trop de 2003 pour le général président malade, Jean Marie Doré s'inscrit enfin dans une résolue opposition au régime au sein du FRAD ( Front Républicain pour l'Alternance et la Démocratie ). Dans cette alliance, il enterre définitivement la hache de guerre et développe avec tous les autres leaders notamment Alpha Conde des relations amicales, fraternelles et politiques très soudées résistant à toutes les intempéries.

Le FRAD initie des actions contre le régime et s'associe activement aux mouvements sociaux de 2006 et 2007 contraignant le président Lansana Conte à accepter la nomination d'un premier ministre, chef du gouvernement sur une liste de 5 personnalités.
Comme l'ensemble de la classe politique, toutes tendances confondues, Jean Marie Doré ne digère pas la nomination de Lansana Kouyaté proposé par le mouvement syndical. Ils perçoivent déjà en ce Premier ministre célébré par les populations " un danger politique" qu'il faut freiner et empêcher de travailler. Dans ce rôle, Jean Marie Doré s'avérera plus percutant et alimente des attaques quasi quotidiennes virulentes contre Lansana Kouyaté .

Après la " chute" , en mai 2008, de ce Premier ministre remplacé par Ahmed Tidjane Souaré, Jean Marie Doré a droit à sa part du gâteau gouvernemental. Il désigne Papa Koly Kourouma qu'il fait nommer ministre de l'environnement dans un "gouvernement de large ouverture".

Mais, peu après avec la prise du pouvoir parle CNDD en décembre 2008, il noue d'excellentes relations avec le président du PEDN sur lequel désormais il a radicalement changé de discours en qualifiant Lansana Kouyaté "un homme de grande valeur" Cependant, Premier ministre de la Transition en 2010, Jean Marie Doré, dont le statut d'arbitre ne permettait pas d'être ni candidat ni partisan pour un autre, oeuvre discrètement mais efficacement pour la victoire de son ami et allié, candidat de la coalition Arc - en - ciel au 2ème tour de la présidentielle. Et malgré ses fracassantes déclarations et menaces de rejoindre les alliances contre le président de la République, il s'est toujours gardé de franchi la ligne rouge et s'est encore illustré dans la campagne pour la réélection du président Alpha Conde à la présidentielle du 11 octobre 2015.

Homme libre, percutant et pertinent, l'ambivalence de Jean Marie Doré ne souffrait d'aucune ambiguïté. Ses prises de position tranchées, bien que variables en fonction de ses intérêts, étaient d'une clarté nette. C'était ça Jean Marie Doré, tres facile à cerner s'il est oui ou non avec vous.

Leader charismatique, ancien Premier ministre, qui sut assumer ses responsabilités, son décès plonge la Guinée dans un deuil national que l'ensemble de la classe politique et le pouvoir public doivent lui reconnaître.

VEUILLE ALLAH, NOTRE CRÉATEUR, accorder à Jean Marie Doré une demeure dans son éternel paradis. Amen


Abdoulaye Condé

 
 

Jusqu'à preuve du contraire … « Tout innocent est un coupable qui s'ignore » (Par Top Sylla)

2016/1/30

Aujourd'hui en Guinée « Les absents ont toujours tort », a-t-on coutume de dire. Ce qui n’est pas souvent le cas pourtant en Guinée, tout au moins quand l’absent s’en est allé définitivement manger l’herbe par la racine au cimetière de Cameroun ou ailleurs.

En général chez nous, on ne dit du bien de quelqu’un que lorsqu’il a affronté la grande Faucheuse. Un combat à l’issue duquel, on le sait, cette dernière gagne toujours.

Après Siradiou Diallo, Bâ Mamadou, Alfa Sow et autres Paul Faber (Ah, la sommité intellectuelle !), c’est au tour de Jean Marie Doré d’être rappelé à Dieu. Créant ainsi le vide autour d’un Alpha Condé devenu du coup le « dernier des Mohicans ».

Ange ou démon, Doré a marqué la vie politique dans son pays depuis l’instauration du multipartisme au début des années 1990. Même si son poids électoral ne l’a pas permis de se hisser à hauteur des Lansana Conté, Alpha Condé, Bâ Mamadou ou Siradiou Diallo lors des présidentielles de 1993 et de 1998 (1,72%). Ses détracteurs ironisaient d’ailleurs en disant qu’il ne pouvait être président de la République qu’à la faveur d’un … décret ! C’est tout dire …

Le verbe haut, il ne dédaignait pas les coups portés sous la ceinture quand un adversaire politique – du moment – avait le malheur d’engager une polémique avec lui. Et comme il lui arrivait de franchir allègrement la barrière entre pouvoir et opposition, dans les deux sens, de nombreux leaders politiques ont dû, un jour ou l’autre, constater que sa réputation n’était pas surfaite : qui s’y frotte s’y pique !

N’empêche, sa virulence verbale (d’aucuns parlaient volontiers d’un « staphylocoque doré ») ne le mettra pas à l’abri des attaques, des accusations fondées ou non.

Comme celle qui soutient que le président Ahmed Sékou Touré, à son retour au pays, lui a offert une villa à Conakry (au lieu de lui réserver une cellule au camp Boiro), en guise de rançon pour la trahison vis-à-vis de ses « compagnons » du Rassemblement des Guinéens de l’extérieur (RGE) dirigé par Siradiou Diallo et d’autres mouvements hostiles au régime d’alors.

On n’en saura peut-être rien, maintenant qu’il a emporté son secret dans la tombe. Pas plus que sur cette histoire d’empoisonnement lors d’un meeting du RPG au Palais du peuple en 2010.

Pour ceux qui tiennent à éclairer des lanternes, ce sera un peu comme avec la tragédie du camp Boiro aux heures sombres du parti unique. On a encore du mal à démêler l’écheveau entre innocents, bourreaux, victimes devenues bourreaux, bourreaux devenus victimes, dans un silence quasi-général et coupable qui fait de tout le monde, quelque part, un complice actif ou passif.

En retournant dans un autre sens une formule qui ne serait pas pour déplaire aux gendarmes –tortionnaires qui y extorquaient des « aveux », il serait à peine exagéré d’affirmer à propos que « tout innocent est un coupable qui s’ignore ».

Jusqu’à preuve du contraire …

Top Sylla

 
D'Addis-Abeba Pr. Alpha Condé rend hommage à Jean-Marie Doré

2016/1/29

Aujourd'hui en Guinée Depuis Addis Abeba où il participe au sommet de l'union africaine, le président guinéen, Pr. Alpha Condé a rendu ce vendredi 29 janvier 2016 un vibrant hommage au doyen Jean Marie Doré décédé aux environs de 2 heures du matin à Conakry des suites de maladie. « J'ai perdu un ami, un compagnon de lutte, un combattant de la liberté. La démocratie guinéenne est en deuil... Dors en paix Jean-Marie!!! », a écrit Alpha Condé sur sa page facebook.

 

 
Décès de Jean Marie Doré: communiqué de la Présidence de la République

2016/1/29

Aujourd'hui en Guinée Sékhoutouréya, 29 janvier 2016 - Le Président de la République a la profonde douleur d’annoncer au peuple de Guinée, le décès de l’Honorable Jean Marie Soumaoro Doré, député à l’Assemblée nationale, ancien Premier ministre, Président de l’Union du peuple de Guinée (UPG). Décès survenu à Conakry le 29 janvier 2016 aux environs de 2 heures du matin, des suites de maladie.

En cette douloureuse circonstance, Monsieur le Président de la République, le Pr Alpha Condé, adresse ses sincères condoléances à la famille éplorée, ainsi que celles du peuple et du gouvernement guinéens.

Que l’âme de l’illustre disparu repose en paix. Amen !

Le programme des obsèques sera communiqué ultérieurement par voie de presse.

Le Bureau de Presse de la Présidence

 
Soriba Sorel Camara n'est plus. ..

2016/1/20

Aujourd'hui en Guinée Mon ami, mon frère, mon beau repose en paix. Amen.PUISSE ALLAH, NOTRE CRÉATEUR, L'UNIQUE LE TRÈS MISÉRICORDIEUX, t'accueillir dans son éternel paradis. Amen

En apprenant brusquement ce mercredi matin 20 janvier 2016, loin du pays, la terrible nouvelle de ton décès, j'ai rendu grâce à NOTRE CRÉATEUR, ALLAH, qui décide seul de notre destin et prié afin que les inévitables péchés que tu as pu commettre et propre à l'existence humaine soient dilués dans tes bienfaits et les innombrables bénédictions et invocations qui se formulent depuis que ton coeur a cessé de battre. Pour que ta demeure éternelle soit le paradis. Amen.

Mais, beaucoup de souvenirs traversent ma tête comme pour dire que ta vie a été intense.
Pour avoir été témoin de la vie publique nationale durant ces deux décennies, moi que tu as considéré comme ton conseiller politique, moi ton voisin, ton ami, ton frère, devenu ton beau par l'union ( pour le meilleur et le pire ) de ton fils et de ma fille, se souvient du combattant politique que tu as été avec la Jeunesse du PUP regroupée derrière le parrain du parti présidentiel ( feu Fodé Soumah ) voulant réformer et moderniser le fonctionnement. Un combat couronné par un siège de député dans les années 2000 avant une promotion au poste de gouverneur de Conakry en 2008.

A l'UDG de Mamadou Sylla, après le morcement du PUP, tu n'as pas perdu ta combativité et ton sens critique de la situation. Une combativité mise entièrement au service du président Alpha Condé depuis le second tour de la cruciale présidentielle de 2010. Ce qui fait de toi un éminent militant du RPG - ARC-EN-CIEL qui t'a rendu la monnaie par ton retour aux affaires de l'état avec les postes administratifs que tu as occupés depuis et surtout par ton retour au Gouvernorat de Conakry, l'avant ainsi l'affront que tu as subi en 2009 quand le CNDD t'as publiquement demis de tes fonctions.

Je me souviens de notre dernière rencontre à ton bureau quand Cheick Dem et moi avons accompagné notre PDG, Antonio Souaré ( également ton beau par le mariage entre sa nièce et ton jeune frère ) pour une séance de travail relative aux kiosques de Guinée -Games, c'était le 27 août 2015.

Je ne verrais plus ton cortège passer devant mon habitation.

Ainsi va la vie. Dors en paix Soriba Sorel Camara.

Abdoulaye Condé

 
Décès à Conakry du Gouverneur de la ville Soriba Sorel Camara

2016/1/20

Aujourd'hui en Guinée Décès à la clinique Ambroise Paré de Conakry ce mercredi de 19 janvier 2016 de Soriba Sorel Camara gouverneur de la ville de Conakry. Né en 1958 à Conakry , le défunt qui était agronome de formation, fut député à l’Assemblée nationale sous le régime de feu général Conté et a occupé plusieurs postes de responsabilités notamment celui de secrétaire général du ministère de l’Elevage.

Il occupe le poste de gouverneur de la ville depuis mars 2014 suite au limogeage du commandant Sékou Resco Camara par Pr. Alpha Condé .Le corps du défunt Gouverneur de la ville de Conakry se trouve en ce moment même à la morgue du CHU d'Ignace Deen.

La rédaction de AEG présente ses condoléances les plus attristées à la famille de l'illustre disparu et à l'ensemble du peuple de Guinée

La rédaction



 
Deux trafiquants de chimpanzés mis aux arrêts à Boké !

2015/11/30

Aujourd'hui en Guinée C’est au cours d’une opération conjointe du ministère de l’Environnement, de l’Interpol de Conakry et des agents de sécurité du commissariat central de Boké par appui technique de GALF (Guinée Application de la Loi Faunique) que deux trafiquants d’espèces animales protégées ont été arrêtés en pleine ville de la région de Kakandé le 24 novembre 2015. Les deux présumés trafiquants étaient en flagrant délit de détention et de commercialisation d’un bébé chimpanzé, espèce intégralement protégée.

Selon un des activistes de la lutte contre la criminalité faunique, c’est suite à une dénonciation faite au Procureur de la République faisant état d’un trafic illicite d’espèces animales protégées dans la région de Boké par le projet GALF, basé du côté de Conakry, qu’une infiltration a été faite pour démasquer le réseau. Ainsi, poursuit-il, après avoir infiltré le réseau, le Ministère de l’Environnement et des Eaux et Forêts a mis en place une stratégie d’arrestation de ces deux présumés trafiquants, mis en cause de capture et de commercialisation d’un bébé chimpanzé, espèce animale intégralement protégée. Après l’arrestation, précise-t-il, Youssouf Camara et Alseny Camara, ont été conduits au commissariat central de Boké pour être entendu sur procès-verbal.

A l’image des autres régions de la République de Guinée, la région de Boké n’a pas été à la marge des campagnes et des sensibilisations de la population sur la protection de la faune et de la flore, initiées par des organisations non gouvernementales (ONG) et d’autres Institutions spécialisées dans la protection de l’environnement.

Mamadou Saidou Déba Barry, coordinateur du projet GALF, explique : « Avant, le projet AGIR de l’Union Européenne avait mené des campagnes de sensibilisation sur la problématique de la préservation de la vie des chimpanzés et les autres animaux intégralement et partiellement protégés ». Ainsi, poursuit-il, de 2007 à 2011, l’Institut Jane Godall s’était aussi intervenu dans ce sens en utilisant tous les canaux de communication pour discuter avec toutes les couches sociales sur l’enjeu majeur lié à la protection de la faune et de la flore sauvage.

Malheureusement, déplore-t-il, certains individus continuent à s’aventurer dans ce trafic animal comme si les efforts consentis sont nuls et non avenir.

Prenant la parole, M. Mamadou Conté, chef section Environnement et des Eaux et Forêts de Boké se dit de poursuivre ses investigations sur le dossier pour pouvoir démasquer le réseau. Et de poursuivre que, pendant au moins quatre ans, une ONG avait mené ses actions de sensibilisations en utilisant les panneaux comme moyens de communication à tous les niveaux. Donc, conclut-il, la section Environnement et des Eaux et Forêts de la région de Boké est à pied d’œuvre pour continuer l’investigation et situer éventuellement la responsabilité de cet acte illicite.

Tout de même, il n’a pas manqué de soulever d’énormes difficultés logistiques liées à leur travail en ce concerne les patrouilles et des couvertures des zones : « Nous avons d’énormes problèmes liés aux moyens de déplacement pour la couverture des zones réservées. Pour nos déplacements entant que conservateurs de la nature, certains parmi nos éléments sont obligés de marcher à pied ou d’utiliser nos maigres moyens. Ces problèmes nous rendent la tâche très difficile. Nous sollicitons un appui de l’Etat pour résoudre ce problème. ».

Quant au Colonel Mamadou Bhoye Sow, point focal de la lutte contre la criminalité faunique auprès du Ministère de l’Environnement, la lutte engagée par le Gouvernement Guinéen contre la criminalité faunique est une préoccupation majeure. Car, ajoute-t-il, la Guinée entant que membre de la Convention de la CITES (convention internationale sur le commerce des espèces de la faune et de la flore sauvage menacées d’extinction) est suspendue depuis 2013 et présentée comme le leader mondial de l’exportation des espèces animales intégralement et partiellement protégées. Selon lui, la machine de la répression de tout trafiquant faunique est mise en place afin de redorer le blason du pays aux yeux des institutions comme la CITES.

S’adressant aux expatriés basés du côté de Boké, Colonel Sow déclare : « Je mets en garde tout le monde y compris les expatriés qui sont là et qui font la commercialisation des animaux intégralement protégés. C’est le moment pour eux de mettre un terme au trafic animal dans cette région. Nous sommes au courant et continuons avec les enquêtes pour mettre la main sur n’importe qui que ce soit et le soumettre à la rigueur de la loi. »

Les deux présumés trafiquants ont été déférés devant le parquet du Tribunal de Première Instance (TPI) de Boké et mis sous mandat de dépôt à la prison centrale le mercredi 25 novembre 2015 pour le reste de la procédure judiciaire. Les enquêtes préliminaires ont conduit à l’arrestation d’une troisième personne qui, dit-on, serait impliquée dans ce trafic animal et aurait été placé devant les autorités de la police judiciaire pour être entendu sur procès-verbal pour la manifestation de la vérité.

Le bébé chimpanzé âgé d’un an et demi a été reconduit au centre de conservation des chimpanzés(CCC) dans le Parc du Haut Niger de Faranah pour une rééducation et réintégration de son milieu habituel. L’audience des présumés trafiquants est prévue pour le mardi 02 décembre 2015 au tribunal de première instance (TPI) de Boké pour que le droit soit prononcé dans toute sa rigueur en vue de mettre un terme à la criminalité faunique en Guinée.

A rappeler que la Guinée est devenue en ces derniers temps, la plaque tournante de la criminalité faunique de l’Afrique. Selon un rapport de l’Interpol, de 2009 à 2012, plus de 130 chimpanzés, 10 gorilles et des bonobos ont été exportés de la Guinée vers l’Asie via les réseaux organisés.

Ainsi, de telle décision répressive prise par les autorités guinéennes, permettra de dissuader les autres trafiquants d’espèces animales intégralement et partiellement protégées en vue de garantir un développement durable pour les générations futures.



Tamba Fatou Oularé

 
Ebola: A Conakry, des chercheurs appellent à aider la Guinée dans la production d'un vaccin

2015/11/30

Aujourd'hui en Guinée Les participants à une réunion internationale à Conakry consacrée aux maladies hémorragiques virales ont appelé dimanche la communauté scientifique mondiale à aider la Guinée dans la production d'un vaccin anti-Ebola d'ici 2016, selon leur déclaration finale. Les experts venus d'Afrique, d'Europe et d'Amérique ont recommandé "un plaidoyer régional et mondial pour encourager la communauté scientifique à soutenir la Guinée" dans la production du vaccin anti-Ebola, selon cette déclaration lue à l'issue de la réunion.

Une des douze recommandations préconise de "mettre en place une équipe multidisciplinaire d'experts pour élaborer une feuille de route pour la production de vaccins en Guinée d’ici la fin du premier trimestre de 2016". Ils ont souligné qu'une "telle vision est une entreprise longue, lourde, de haute technicité, et surtout coûteuse".

La réunion de trois jours visait notamment à "faire le point sur les avancées scientifiques concernant les vaccins contre les différentes souches de virus Ebola, Marbourg, Lassa, de la Vallée du Rift ou de la grippe aviaire" et de "tirer les leçons sur les expériences acquises pendant les essais cliniques vaccinaux de la présente épidémie à virus Ebola en Afrique de l'Ouest", selon un communiqué du gouvernement guinéen.

Parmi les vaccins en cours d'élaboration contre Ebola, le VSV-EBOV - développé par l'Agence de la santé publique du Canada et dont la licence est détenue par les laboratoires américains NewLink Genetics et Merck - est le premier à s'être révélé efficace, selon les publications médicales. L'essai de ce vaccin a eu lieu en Guinée avant d'être étendu en Sierra Leone voisine. La réunion prend fin au lendemain de la sortie du centre de traitement de Médecins sans Frontières (MSF) du dernier patient d'Ebola connu en Guinée, une petite fille d'un peu plus d'un mois, guérie, et dont la mère est décédée.

La fin de l'épidémie pourra être déclarée dans le pays 42 jours (deux fois la durée maximale d'incubation du virus) après le second test négatif si aucun cas n'est signalé d'ici là, soit fin décembre, selon l'Organisation mondiale de la santé et MSF. L'épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest, la plus grave depuis l'identification du virus en Afrique centrale en 1976, a fait plus de 11.300 morts sur 29.000 cas recensés, un bilan toutefois sous-évalué d'après l'OMS.

Les victimes se concentrent à 99 % dans trois pays limitrophes: la Guinée, d'où est partie l'épidémie en décembre 2013, la Sierra Leone, où la fin de l'épidémie a été proclamée le 7 novembre, et le Liberia, qui a connu deux annonces similaires, en mai et en septembre, suivies de résurgences du virus.


AFP

 
Kouroussa : 4 détenus, accusés du meurtre d’un vendeur d’or, tués par une foule en colère

2015/11/29

Aujourd'hui en Guinée Quatre hommes, accusés du meurtre d’un vendeur d’or, ont été lynchés dimanche à Kouroussa, dans l’est de la Guinée, après avoir été extraits de la prison où ils étaient détenus par des habitants s’opposant à leur éventuelle libération, a-t-on appris auprès d’un témoin et de plusieurs sources locales.

La foule en colère « a franchi le portail de la prison en force. Ils ont mis la main sur quatre personnes suspectées d’avoir tué un vendeur d’or (et) les ont battues à mort. J’ai vu les quatre corps étalés à terre », a affirmé à l’AFP Alseny Bah, un étudiant habitant Kouroussa. L’un des prisonniers a été « brûlé vif » après avoir reçu des coups, a-t-il ajouté.

Une source de sécurité locale a confirmé, sous couvert de l’anonymat, l’assaut sur la prison et la mort des quatre détenus.

Des habitants ont appris que « la justice s’apprêterait à libérer de grands bandits. La ville étant petite, tout le monde a été informé au même moment. Ce matin, ils ont attaqué la prison, ils ont sorti les quatre accusés pour les tuer », a affirmé cette source de sécurité.

Le vendeur d’or, Kaba Camara, originaire de la ville voisine de Siguiri, avait été assassiné par des inconnus le 1er novembre à Kouroussa.

« Les autorités ont commencé les enquêtes (et) seize personnes ont été arrêtées. Le jugement a commencé vendredi » et au moins une personne citée dans cette affaire et a été jugée et condamnée à « six jours de prison et une amende de 300.000 FCFA » (plus de 457 euros), a expliqué pour sa part une autorité locale, jointe par l’AFP depuis Conakry.

Mais des habitants ont appris que certains accusés avaient été libérés, a-t-elle ajouté. La foule, mécontente que les principaux accusés puissent aussi sortir de prison, a « attaqué la prison civile (et) fait sortir un après un les quatre accusés dans l’assassinat de Kaba Camara ». Selon cette source, trois d’entre eux ont été battus à mort et le dernier, suspecté d’avoir tué le vendeur d’or, a été brûlé vif.

Le préfet de Kouroussa, Dramane Condé, joint par l’AFP, n’a pas voulu faire de commentaire.



AFP

 
Encore une nouvelle victime guinéenne en Angola

2015/11/29

Aujourd'hui en Guinée Des informations triste en provenance de Luanda nous font part de l’assassinat d’un jeune guinéen natif de la préfecture de Dalaba, S/P de Diaguissa Hafia, du nom de Mamadou Ramadan Sow, âgé de 36ans, marié à deux femmes et père de 4 enfants, fils de Modi Mamadou Bailo Sow et de Fatoumata Lamarana Sow. Mamadou Ramadan a été assassiné par des hommes armés, dans la nuit de vendredi à samedi ( 28/11/2015 ) la victime était en visite chez un frère dans le quartier de Zango 3, municipalité de viana situé en banlieue de la capitale angolaise.



Que la terre lui soit légère ! Amen

 
Lutte contre Ebola : Le dernier patient en Guinée est guéri

2015/11/29

Aujourd'hui en Guinée Une petite fille, qui était le dernier cas connu de virus Ebola en Guinée, est sortie de l'hôpital. L'épidémie n'est pourtant pas officiellement terminée. La Guinée vient à bout du virus Ebola. Le dernier patient connu dans le pays, une petite fille d'un peu plus d'un mois dont la mère est décédée, est sortie samedi du centre de traitement de Médecins sans Frontières (MSF) à Conakry, après sa guérison.

La fin de l'épidémie pourra être déclarée dans le pays 42 jours (deux fois la durée maximale d'incubation du virus) après le second test négatif si aucun cas n'est signalé d'ici là, soit fin décembre, selon l'Organisation mondiale de la santé et MSF.

« Tu vas rentrer chez toi aujourd'hui »

Le bébé de 34 jours, officiellement déclaré guéri le 16 novembre, a été présenté au personnel du centre, sous les ovations, lors d'une cérémonie teintée d'émotion, en présence de membres de sa famille. « Fini, les piqûres. Tu vas rentrer chez toi aujourd'hui. Tu vas nous manquer », a affirmé une infirmière, en soulevant la petite fille, prénommée Noubia, comme l'infirmière qui a aidé sa mère à accoucher. « Noubia nous quitte avec un coeur serré. Mais on n'a pas le choix, il faut qu'on lui donne la chance de vivre avec ses parents », a affirmé le docteur Marie-Claire Kolié, au nom des médecins.

« J'ai perdu mes deux femmes [à cause d'Ebola]. Je remercie toute l'équipe d'avoir contribué à redonner la vie à ma fille », a dit le père du bébé, Seydouba Soumah. « On est sur le chemin pour [que] la Guinée » soit « déclarée libre d'Ebola. Ce sera en fin décembre. Il faut continuer à renforcer la surveillance dans tout le pays », a indiqué Laurence Sailly, coordinatrice des urgences à MSF.

Plus de 11 000 morts

Pour Ibrahima Savané, premier guéri d'Ebola en Guinée, en avril 2014, « c'est le dernier patient qui sort aujourd'hui. La petite Noubia et moi représentons [un] symbole ». La sortie d'hôpital du dernier malade d'Ebola connu en Guinée avait lieu alors qu'une rencontre internationale de trois jours, visant notamment à accélérer la livraison de vaccins contre des maladies virales comme Ebola, prend fin dimanche à Conakry.

L'épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest, la plus grave depuis l'identification du virus en Afrique centrale en 1976, a fait plus de 11 300 morts sur 29 000 cas recensés, un bilan toutefois sous-évalué, d'après l'OMS. Les victimes se concentrent à 99 % dans trois pays limitrophes : la Guinée, d'où est partie l'épidémie en décembre 2013, la Sierra Leone, où la fin de l'épidémie a été proclamée le 7 novembre, et le Liberia, où plusieurs cas ont été recensés ces derniers mois.

AFP


 
Tougué : Un mariage religieux tourne au drame, deux morts par fusillade

2015/11/28

Aujourd'hui en Guinée Deux personnes ont trouvé la mort par fusillade au cours d’un mariage religieux, vendredi, 27 novembre 2015, à Madina, un village du district de Kona 2 dans la préfecture de Tougué, rapporte le correspondant de l’AGP dans la localité.

Ce sont des plombs partis d’un fusil de fabrication locale, tirée par un membre de la famille du marié, qui ont atteint les deux victimes.

De tradition dans cette partie du Fouta, après avoir accepté de donner une fille en mariage, les règles voudraient qu’on alerte la donation par un coup de fusil.

Selon la déclaration du maire la Commune Rurale (CR) de Kona 2, El hadj Abdoulaye Diallo, «après constat et enquêtes préliminaires de la Compagnie de la Gendarmerie Nationale de Tougué sur les lieux, c’est au cours d’un mariage religieux, après avoir donné la fille en mariage, comme il est de coutume au Fouta Djallon, maître Mamadou Diouldé, menuisier de son état, a été chargé de tirer le coup de fusil. Les plantes de manioc et leurs feuillages gênant la vision à distance, le tireur lève son arme et lâche le coup de feu qui ôte la vie à deux personnes, une sœur et une des marâtres du tireur. Les deux femmes sont mortes sur place».

Pour l’heure, le maire de Kona 2 a interdit tout coup de feu à l’occasion des mariages religieux dans sa juridiction jusqu’à nouvel ordre.

En attendant, le tireur, présumé meurtrier se trouve dans les locaux disciplinaires de la Gendarmerie pour des fins d’enquête.

AGP

 
Une jeune fille violée, assassinée et jetée dans la brousse à Lola

2015/11/28

Aujourd'hui en Guinée Le corps sans vie d’une fille a été retrouvé mercredi, 25 novembre 2015, au quartier Honiakoly 2 dans la commune Urbaine de Lola en Guinée forestière, rapporte le correspondant de l’AGP dans la préfecture. Il s’agit de la dame Elisabeth Ninamou, âgée de 23 ans, élève de la 10ème Année au Collège de Lola Centre.

La victime a quitté l’école, lundi, 23 novembre 2015, pour se rendre en brousse à la recherche des feuilles de manioc pour la sauce du jour. Depuis lors, elle ne s’est plus retournée à la maison.

Sa famille ayant constaté, dans la soirée, son absence, a alertée le quartier. C’est ainsi que les jeunes ont été mobilisés pour deux jours de recherche, avant que le corps ne soit retrouvé tout nu dans la brousse, à 1Km du Centre-ville.

Informés, les services de la Sécurité et de la Santé de Lola ont fait le déplacement sur les lieux. Après analyse des spécialistes, il ressort que cette fille avait été violée, ensuite assassinée.

Le dossier se trouve actuellement au niveau de la Compagnie de Gendarmerie Nationale de Lola pour des fins d’enquête.

Avec AGP

 
Deux soldats guinéens de l'ONU tués dans une attaque à la roquette au Nord-Mali

2015/11/28

Aujourd'hui en Guinée Dans la nuit du 27 au 28 novembre 2015, le camp de la MINUSMA situé à Kidal au nord du Mali, a subi une attaque rebelle. Au cours de cette attaque, deux soldats guinéens ont été tués et trois autres ont été blessés. Le Ministère en charge de la Défense reviendra sur les détails de cet événement.

Dans cette attente, le Gouvernement exprime sa compassion et sa solidarité envers les familles des victimes tombées au cours de l'accomplissement de leur devoir.


Conakry, le 28 Novembre 2015

Damantang Albert CAMARA


Porte-parole du Gouvernement,

Ministre de l’Enseignement technique, de la Formation professionnelle, de l’Emploi et du Travail

 
Cent quinze ( 115 ) professionnels de santé décédés d’Ebola en Guinée

2015/11/27

Aujourd'hui en Guinée L’Organisation mondiale de la santé, à travers des statistiques portant sur la situation de l’épidémie d’Ebola, rendues publiques ce jeudi, annonce que 115 professionnels de la santé sur 221 ont perdu la vie, suite à une infection au virus Ebola, soit un taux de décès de 55%.

La plupart de ces victimes ont été contaminées dans le cadre de leur service. Les autorités avaient remis au personnel de santé des kits sanitaires et du matériel de protection, en vue de réduire les risques de contamination, face à la recrudescence de la maladie. Cette situation épidémiologique de la maladie à virus Ebola fait état de 3351 cas confirmés dont 2083 décès, soit un taux de létalité de 62%.

Ces chiffres indiquent également que 1268 malades ont pu sortir guéris des centres de traitement installés dans la capitale et dans les préfectures intérieures. La Guinée a déclenché depuis le 17 novembre dernier, le lendemain de la sortie du dernier malade d'Ebola du centre de santé de la capitale, le compte à rebours devant lui permettre au bout de 42 jours, de se déclarer débarrassée d'Ebola.

APA

 
Remède à l’ail et au citron qui cible la graisse du ventre

2015/11/22

Aujourd'hui en Guinée L’ail est bon pour le système cardio-vasculaire. Il réduit à la fois la pression artérielle systolique et diastolique, ainsi que les triglycérides en augmentant le bon cholestérol.Ce qu’on ne sait peut-être pas, c’est que l’ail possède d’excellentes propriétés anti-obésité ! Chaque minute, le corps perd des cellules mais en produit d’autres. Les adipocytes (également appelées les cellules graisseuses) sont les cellules du corps qui composent principalement le tissu adipeux (graisse corporelle).

Celui-ci subit un procédé dans lequel les pré-adipocytes se transforment en tissu adipeux ou en graisse à part entière. Ce processus est appelé l’adipogenèse.

Des études montrent que l’ail inhibe le processus d’adipogenèse (ou le processus de prise de graisse). En effet, l’ail empêche les pré-adipocytes à se transformer en adipocytes (cellules graisseuses). Donc, il ne faut pas hésiter à ajouter l’ail dans son alimentation quotidienne. À noter que l’ail cru est plus efficace pour perdre la graisse du ventre!

Voici un remède naturel à base d’ail pour brûler la graisse du ventre :

Les ingrédients :
•3 gousses d’ail
•1 citron
•1 verre d’eau

La préparation :

– Presser le jus de citron dans le verre d’eau.

– Mâcher les 3 gousses d’ail, puis boire l’eau au citron.

– Répéter l’action chaque matin sur un estomac vide.


Source: Santéplusmag

 
Prise d'otages à Bamako: Bambino raconte sa mésaventure

2015/11/20

Aujourd'hui en Guinée « Je suis arrivé hier à 2 heures du matin au Radisson Blu de Bamako après mes répétitions avec mes musiciens. Et ce, à l’occasion du concert que je devais donner samedi 21 novembre à l’ancien Palais des Congrès de Bamako.

Je suis actuellement dans l’enceinte du palais des sports de Bamako, entouré de tous les personnes libérées. Nous sommes sous la protection de la police malienne.

En fait, tout a commencé à 6 heures du matin. Depuis ma chambre 427, au 4ème étage, j’ai entendu des coups de feu, très forts et violents. j’ai d’abord pensé que c’était des petits bandits. Mais, en entendant la puissance des tirs, j’ai fini par comprendre que c’était bel et bien des armes de guerre.

Ca tirait de toute part entre 6 heures et 8 h 40. Les assaillants se déplaçaient d’étage en étage et tiraient partout. Deux d’entre eux parlaient en anglais, avec un accent nigérian. Je les ai entendu dire : ” Est ce que c’est bon ? Tu t’es ravitaillé ? Il faut partir de ce côté, moi, je vais de l’autre côté”. En fait, ils se ravitaillaient en munitions dans la chambre à côté de la mienne.

Tout l’hôtel a été envahi de fumée, du gaz lacrymogène. Aux environs de 8 h 30, les soldats des forces maliennes sont venus libérer certains d’entre nous. Dont moi. J’ai hésité durant 15 minutes car j’avais très peur. Il a fallu qu’un militaire malien me parle en bambara [langue véhiculaire du Mali] pour que je sois rassuré et que j’ouvre la porte. C’est ainsi que j’ai pu être libéré. »

 
Ebola : Le bébé Noubia, dernier patient connu en Guinée, est guéri

2015/11/18

Aujourd'hui en Guinée Le dernier cas connu d'Ebola en Guinée, une petite fille de trois semaines dont la mère était décédée peu après l'avoir mise au monde, est officiellement déclarée guérie.

La nouvelle est tombée lundi, directement de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) et de Médecins sans Frontières (MSF). La petite fille, dernier cas connu d’Ebola en Guinée, née d’une mère de 25 ans touchée par le virus puis décédée après avoir mis au monde son enfant, le 27 octobre dernier, est désormais hors de danger.

« Le dernier test sur la petite fille a été fait lundi, et elle a été déclarée guérie. Elle ne présentait plus aucun signe négatif », s’est félicitée une source de l'OMS, qui a précisé que le nouveau-né avait été prénommé Noubia, du nom de l'infirmière qui a aidé sa mère à accoucher. « Noubia a bien répondu au traitement », s'est également réjoui Laurence Sailly, coordinatrice d'urgence pour MSF en Guinée.

Soignée depuis sa naissance

« Nous sommes contents qu'elle ait été testée négative, mais comme il s'agit du premier bébé contaminé à avoir guéri, elle continuera à recevoir un soutien médical spécialisé avant de retourner chez elle », a, en outre, tenu à préciser la responsable de MSF.

C’est d’ailleurs au centre de traitement d'Ebola de MSF à Conakry que Noubia était soignée depuis sa naissance. La fin de l'épidémie pourrait être déclarée dans le pays fin décembre, 42 jours (c’est-à-dire deux fois la durée maximale d'incubation du virus) après le second test négatif réalisé sur Noubia, et si aucun autre cas ne devait être signalé d'ici là.

In Ouest-France avec agences

 
Guinée: 2288 morts sur les routes en quarante ans

2015/11/18

Aujourd'hui en Guinée La Guinée a enregistré durant ces 4 dernières années 16364 cas d’accidents qui ont fait 2288 morts et 5700 blessés, a annoncé le ministre guinéen des Transports. Selon Aliou Diallo qui faisait, dimanche à Conakry, une déclaration lors de la célébration de la Journée africaine de la sécurité routière, ces statistiques signifient que la Guinée connait annuellement 562 morts et 1 425 blessés graves, du fait des accidents de la route.

Ces accidents doivent constituer ‘'une préoccupation majeure pour chacun, car chacun est exposé, et chacun doit se sentir concerné'', a souligné le ministre qui indexe comme causes de ces accidents

l'excès de vitesse, l'état technique des véhicules, la circulation à gauche, le défaut du port de la ceinture, le transport mixte, la consommation excessive d'alcool des chauffeurs.

Pour pallier à cette insécurité routière, Aliou Diallo préconise l'adoption d'un plan d'action de la sécurité routière à court terme. Il a aussi suggéré la mise en place d'un organisme autonome de sécurité routière ainsi que d'un système de données basé sur le suivi et l'évaluation du secteur des transports.

Le ministre des Transports a suggéré la mise en place d'un système technique de contrôle de véhicules d'occasion.

APA

 
Axe Conakry-Kindia : Arnaque à ciel ouvert au barrage Kouria

2015/11/17

Aujourd'hui en Guinée Kouria, village situé à près de 60 km de Conakry. Ici, se trouve un barrage qui fait le bonheur des services de sécurité y postés et le malheur de certains usagers. Ici, à ciel ouvert, et sans aucun sens de scrupule, les forces de sécurité obligent les usagers qui n’ont pas de carte d’identité national à payer de l’argent. L’on se rappelle qu’avec la situation sécuritaire devenue préoccupante, le gouvernement avait pris la décision d’ériger par endroit des barrages de contrôle. Une disposition mise en place pour identifier ceux qui rentrent et sortent de la capitale.

Malheureusement, force est de constater que les services de sécurité en place font tout sauf le contrôle sérieux. Plutôt, ils se sont lancés dans la course à la richesse. Contre des espèces sonnantes et trébuchantes, ils mettent non seulement en péril la sécurité nationale mais causent des préjudices majeurs aux citoyens guinéens. Ici, sans gêne et sans la moindre peur, ces services de sécurité obligent les citoyens n’ont muni de carte d’identité nationale à payer obligatoirement de l’argent.

Tenez, si vous tombez sur eux à des heures de pointe et qu’il se trouve que vous n’avez pas une pièce d’identité, vous risquez d’y trainer toute la journée. Celui ou celle qui ne possède pas une carte d’identité devra débourser entre 5000 à 10 000 GNF, voire 20000 à 3000 GNF. Ce prix varie en fonction de la personne qu’on a en face.

Par moment, il y a ceux qui refusent de mettre la main à la poche sous prétexte que les cartes d’identité ne se confectionnent plus. Devant cet argument pourtant logique, les services de sécurité opposent un refus catégorique.

Pour le petit rappel, notre reporter a été témoin d’un scenario le week-end dernier tout juste à ce barrage. Il s’agit d’un véhicule en partance pour Kindia qui avait à son bord neuf passagers dont trois d’entre eux n’avaient pas de carte d’identité nationale. Arrivé au niveau de ce barrage, un « bénévole » se dirige vers la voiture et demande aux passagers de présenter leurs pièces d’identité. Chose normale. Sur neuf (9), six (6) ont présenté leurs cartes.

Le « bénévole » s’adresse aux trois autres : « puisque vous n’avez pas de cartes, madame, tu payes cinq mille (5.000GNF). Et vous les deux autres vous payez chacun dix mille (10.000 GNF) ». Malgré les plaidoiries, les trois finiront pas payer chacun 5.000 GNF.

Mais avant, avec le refus du « bénévole » de pardonner les trois passagers, les autres avaient pris une colère noire et la dispute s’est engagée. Avec cette montée d’adrénaline entre passagers et agent, il a fallu l’intervention d’autres agents pour calmer le jeu et permettre au véhicule de poursuivre sa route.

Visiblement remonté, Lansana Camara, étudiant en faculté des sciences juridiques et politiques a dénoncé l’attitude des agents déployés au niveau du barrage qui, selon lui, n’a rien de logique.

« Ces barrages doivent être enlevés parce que les agents ne font pas du tout le contrôle pour lequel ils sont là. Pour preuve, la dernière fois, j’ai voyagé avec un libérien, arrivé au barrage, il n’avait pas de pièces d’identité, on lui a tout simplement retiré vingt mille (20.000 GNF). Il n’a subit aucun contrôle. Et ça se passe ici comme ça tous les jours.», a-t-il dénoncé.

A rappeler que le porte-parole de l’armée, le commandant Aliou Diakité avait fait une déclaration sur les ondes de la radio nationale en précisant que « les opérations de contrôle au niveau des barrages doivent se faire avec courtoisie, dans le strict respect et de l’inviolabilité des Droits et de la dignité des citoyens sans entraver à la libre circulation des personnes, des biens et des services ».



In Le Diplomate

 
Pr. Alpha à Davos
L ‘après Ebola au cœur des discussions
Soumah Alsény
Alsény SOUMAH: L’Ambassadeur de l’art culinaire guinéen aux USA
Dépêches
L'UA/Nord-Mali
TV Aujourd'hui-en-guinée

cliquez sur la photo pour ouvrir la video

Voir les autres articles >>>
La vie incroyable de trois Chefs d’Etat
Deux américains et un africain
TV Aujourd'hui-en-guinée  ::  Pr. Alpha à Davos  ::  Audios  ::  L'UA/Nord-Mali  ::  Libres Propos  ::  Soutenez Aujourd'hui en Guinée  ::  Albums Photos  ::  Contact  ::  Abonnez-vous  ::  Email  ::  Partenaires  ::  


Privé - Espace Clients  Hotline  

© Rosawebpro   |    Privé - Espace Clients