Bannière


 
New York
La force de guerre qui a accompagné Alpha Condé

Partenaires

Africatime

Africvisionguinée

Akhadan

Conakrylive

Ecoutez Sabari FM 97.3 en direct

Guinée7

L'Express Guinée

Le Diplomate

Les amazones

Mediaguinee

www.Guineematin.com

29 visiteurs connectés

29 Août 2015 - 17h50


 RECHERCHER 

Affaire Ousmane Gaoual Diallo- Diouldé Tané: Les détails de l'agression

2015/8/4

Aujourd'hui en Guinée C'est ce samedi 1er août, un peu après 16h, que le député Ousmane Gaoual Diallo a débarqué, flanqué de deux volumineux bodyguards, au bureau de l'homme d'affaires Mamadou Diouldé Diallo. "Je veux mon véhicule", a-t-il lancé d'emblée d'un ton musclé. "Allez voir le questeur de l'Assemblée nationale. Je lui ai donné tous les véhicules à remettre aux députés", a répondu Diouldé, connu pour sa courtoisie. "Et les voitures garées dans votre parking ?", a poursuivi Gaoual. "Elles attendent d'être dédouanées pour être remises au questeur", a précisé, calme, l'homme d'affaires. Il ne fallait pas. Le député s'est enflammé, multipliant les quolibets contre son interlocuteur: "voleur", "menteur", "faux homme d'affaires"...

Comme pour le calmer, Diouldé a appelé le questeur en question, lequel a confirmé son propos. Sans réussir à calmer son collègue qui, d'un coup de pied, a renversé la table sur laquelle était disposée l'assiette de son interlocuteur.

Ousmane Gaoual s'est emparé d'un verre, l'a jeté à Diouldé qui l'a paré avec son poignet. Mais il n'a pas pu éviter le second verre qui lui a fendu la joue droite. L'agresseur s'en est allé avec ses gardes du corps.

Les photos ci-dessous relatent les dégâts causés contre l'intégrité physique de la victime. Les dégâts matériels sont tout aussi importants. Alertés, les gendarmes qui gardent la Cité-chemin-de-fer, où se trouvent les locaux de Tané, l'entreprise de Diouldé, sont venus sur la scène de l'agression, ont pris des photos, répertorié les indices, donné un pli fermé à l'homme d'affaires qui est allé le remettre à un médecin légal. Lequel l'a rempli et redonné, scellé, à la victime qui l'a retourné aux gendarmes.

Mamadou Diouldé Diallo a porté plainte pour coups et blessures volontaires et tentative de meurtre.

Connu pour sa violence verbale, Ousmane Gaoual Diallo vient de commettre un acte qui risque d'être la gaffe de trop.

Conakryactu

 
Avis de décès : Mory Sinkoun Kaba, père du directeur du protocole d’état à la présidence, n’est plus !

2015/6/13

Aujourd'hui en Guinée La Présidence de la République a la profonde douleur d’annoncer au peuple de Guinée le décès de Monsieur Mory Sinkoun Kaba, appelé Kaba Mory ou MS Kaba, né le 23 avril 1933 à Macenta, père de l’Ambassadeur, Directeur du Protocole d’Etat à la Présidence, Mamady Sinkoun Kaba.

Décès survenu à Ndjamena (Tchad) le mercredi 10 Juin des suites de maladie.

Les cérémonies de sacrifice auront lieu le dimanche 21 Juin 2015 au domicile de monsieur Mamady Sinkoun Kaba à Taouyah, commune de Ratoma.

En cette douloureuse circonstance, la Présidence de la République adresse ses sincères condoléances à la famille éplorée, ainsi que celles du peuple et du gouvernement guinéen.

Que l’âme de l’illustre disparu repose en paix. Amen !

Le Bureau de Presse de la Présidence

 
Médias: SOS pour Baldé Aliou alias Fabio, journaliste guinéen

2015/5/13

Aujourd'hui en Guinée Une équipe de journalistes a rendu visite ce samedi 9 Mai matin a notre confrère M. Baldé Aliou alias Fabio, journaliste free-lance, il a travaillé au groupe de presse L'Indépendant/Démocrate comme rédacteur en chef et la rubrique sportive. Hospitalisé depuis deux semaines à l'hôpital Ignace Deen dans le centre pulmonaire.

Nous lançons un SOS a toutes les personnes de bonne volonté de près ou de loin...

Vive la confraternité 

Vive la liberté de presse 

Que Dieu protège les journalistes...!

Veuillez contacter ces numéros (+224) 628 886 924/ 654 414 094/ 664 210 618

Ibrahima Sory Bangoura

 
Egypte : Coincé dans un mur, un chat retrouve la liberté au bout de cinq ans

2015/4/6

Aujourd'hui en Guinée Il a survécu pendant cinq ans emmuré, à l'intérieur d'une station de métro du Caire (Egypte). Un chat, nommé Biso, s'est faufilé par un trou dans le mur en 2010. Il a réussi à sortir grâce à l'intervention de la police et des employés de la station de métro, alertés par une activiste des droits des animaux, rapporte 20 Minutes, dimanche 5 avril.

Biso s'était caché là pour échapper à un gros chat, raconte un homme âgé appelé Oncle Abdo, propriétaire d'une échoppe dans la station. C'est lui qui l'a baptisé. Chaque jour, il a donné de l'eau et de la nourriture au chat.
Le chat s'est échappé après avoir été libéré

En mars, les réseaux sociaux se sont emparés du sort du chat. Une campagne a été lancée pour le libérer. "Quand ils ont enlevé le mur, une odeur infâme a émergé de l'ouverture, qui faisait 15cm sur 4m. Il y avait des vers noirs sur quatre mètres le long du mur par où Oncle Abdo nourrissait Biso", témoigne l'activiste des droits des animaux, Mounira Shehata.

Le Cairo Post (en anglais) a mis en ligne des photos sur son site internet de cette opération, qui a duré cinq heures. Le chat s'est sauvé après être sorti du trou. Depuis, il reste introuvable.


Le Cairo Post

 
Tarikhoui-Votre rubrique qui vous interdit de rire

2015/4/2

Aujourd'hui en Guinée La semaine passée la secrétaire générale de l'OIF a rendu visite aux populations affamées du royaume de Conakry Gbèrè gbèrè. D'abord c'est le gouvernement pôrôrô qui fut le premier à être reçu par la pauvre dame et là, notre gouvernement spécialiste des contres vérités et de la désinformation a sérieusement bombardé tantie Michaelle avec leur canon. Mais en réalité, la dame a compris que tous ce que le gouvernement lui a dit étaient du woba woba. Après, ce fut le tour de l'opposition, la vrais opposition dirigée par Abou woyen woyenla et ensuite la fausse opposition dirigée par tonton big-up et là, tout à été claire maintenant pour la dame pour les élections que le roi Môba Simbo tient mordicus à remporter à travers la fraude adéah !

Autre fait de la semaine, c'est la fermeture de la frontière entre la Sierra Leone et la Guinée. En tous cas, les autorités de la Sierra Léone ont décidé de ne plus voir même un moustique en provenance de la Guinée. Eh Kôrô ! Ibraramen ka ? Quelle honte pour notre pays ! Mais comment le gouvernement a réagi face à cette fermeture ? Et que s'est-il passé lors du tête à tête entre Môba Simbo et la tantie Michaelle de l'OIF ? L'équipe de tarikhoui a rencontré le roi Môba Simbo, voici le compte rendu.

Journaliste Kômbô Kômbô : Sa Majesté, ce matin, je suis venu faire le compte rendu de ma rencontre avec la secrétaire générale de l'OIF. Elle m'a accordé un entretien de cinq heures, et vraiment c'était important.

Môba Simbo : Lahila ! Gros menteur, tu es qui pour que celle là te reçoive ? Mais petit est ce que tu n'es pas malade ? Ou bien tu as beaucoup mangé le Gbôntê ou le Marakhoulangni ?

Journaliste Kômbô Kômbô : Non Sa Majesté, je suis bien portant. Mais je vous informe que cette dame est ma camarade de classe. J'ai étudié avec elle en France, au Canada et aux Etats Unis…

Môba Simbo : Stop ! Iwouya ! Toi qui a étudié kokolala ici, comment tu peux mentir comme ça ! D'ailleurs sort de mon bureau, je dois recevoir le président de la CENI.

Journaliste Kômbô Kômbô : Non croyez moi Sa Majesté. Elle, elle est agrégée en lettre et moi je suis agrégé en fraude électorale. Mais bien avant cela, j'ai eu ma licence en mensonge et en désinformation publique.

Môba Simbo : Ah bon ! Donc si je comprends bien, tu as fait les mêmes études que mes ministres ?

Journaliste Kômbô Kômbô : Oui se sont mes collègues, Sadou Fama, Albert Kansi bèra, N'tasana Makanaki, Rémy Ebola, tous presque.

Môba Simbo : D'accord petit, alors dit moi ce qui s'est passé lors de ton entretien avec la secrétaire générale de l'OIF.

Journaliste Kômbô Kômbô : Bon ! Entre moi et Dieu, il était question d'élection. Moi je lui ai dis toutes les vérités, je lui ai dis qu'il faut d'abord organiser les communales avant la présidentielle selon la constitution.

Môba Simbo : Mais petit, qui t'as dit de dire ça à la dame ? Nous, nous l'avons dit qu'il faut d'abord koutoukoutou (marchandé) la présidentielle et après Kômbô-Kômbô (Triché) les communales.

Journaliste Kômbô Kômbô : Mais Sa Majesté, l'opposition n'est pas d'accord pour ça, d'ailleurs, elle compte reprendre les manifestations de rue bientôt walahi !

Môba Simbo : Adéah ! Reprendre quoi ? Moi j'ai déjà pris mes dispositions, celui qui sort cette fois-ci, au non de Dieu je vais taper ces fesses moi-même binlahi !

Journaliste Kômbô Kômbô : Mais sa Majesté, pourquoi vous tenez d'abord à la présidentielle avant les communales et les communautaires ?

Môba Simbo : Bon écoute petit ! Tu sais que je ne te cache rien. Tu sais à l'heure là, aucun Guinéen ne veut me sentir. Donc, il faut d'abord prendre la présidentielle de gré ou de force, comme ça, je serais à l'aise.

Journaliste Kômbô Kômbô : D'accord Sa Majesté, je comprends votre soucie, mais vous savez que la Sierra Léone a fermé sa frontière, même un cafards guinéen ne rentrera pas là-bas à cause de votre Ebola ?

Môba Simbo : Poro ! Toi tu es mal informé, c'est archi faux, et puis c'est leur affaire, moi je suis chez moi. Si moi je chasse complètement Ebola en Guinée, où moi je vais avoir de l'argent pour frauder les élections ? Tu as vu petit, moi mon souci c'est comment remporté les élections, ce n'est pas Ebola dhèè !

Journaliste Kômbô Kômbô : D'accord Sa Majesté : Quelle sera donc, la stratégie que vous allez utiliser pour gagner ?

Môba Simbo : Ah non ! Tu vas dévoiler mes secrets à Kôtô Maoubhè, si non, c'est très simple. J'ai tous les ministres, gouverneurs, chefs des délégations spéciales, présidents des Districts, et chefs des quartiers, bref l'administration. Donc, avec l'argent que j'ai collecté sur le dos d'Ebola, il sera facile de corrompre les gens afakoudou !

Journaliste Kômbô Kômbô : Sa Majesté, je dois maintenant vous quitter, mais comme vous le savez, j'ai toujours besoin que vous me chantiez une de vos chansons phare, pardon mon vieux père.

Môba Simbo : Volontiers petit, et cette fois, je vais chanter en dansant. Attend je vais bien attacher ma ceinture. Voilà, je commence : Didi yooh ! Mouloukhou ! Mouloukhoun tèmè yooh ! Mouloukhoun-mouloukhou ! Tokhè Mousso koulèè Tokhè Mousso koulèè !!

A la semaine prochaine, mais pardon ne riez.



Issiaga Douprou Sylla

 

Tarikhoui-La rubrique qui vous interdit de rire

2015/3/25

Aujourd'hui en Guinée La semaine passée, les Guinéens parlaient encore de cette élection présidentielle. Dans les radios, certains ministres ont fait leur démonstration pour convaincre. Mais hélas. Et dans les rues, les populations ont demandé une seule chose : les communales avant la présidentielle. Chose que le roi Moba Simbo ne veut pas entendre. Allahou Akbar. Dans la même semaine, le médiateur de la république a prêté serment devant quelques curieux présents dans la salle poussiéreuse du palais du peuple.

Mais la surprise dans cette histoire, c'est de savoir que l'homme qui a été nommé en 2011 n'a prêté serment qu'en 2015 ? Et qui ne se souvient de cet homme sous Conté ? Et pendant ce temps Ebola continue de tuer les gens comme des poussins, à Forécariah, à Dubreka et surtout à Conakry. Et cette maladie est presque finie au Liberia.

La dernière nouvelle qui est plus inquiétante d'ailleurs c'est la rencontre du chef de file de l'opposition guinéenne, Koto Mawbhé avec Lansana Belé-beleba et Sidi Tougui-Bili à Paris. Les trois hommes qui empêchent le pouvoir de bien dormir vont certainement terrasser le roi Moba Simbo en octobre 2015. Alors comment le roi Moba Simbo a appris cette nouvelle ? Est-il à l'aise ? L'équipe de Tarikhoui est allée le rencontrer.

Le journaliste Kombo-kombo : Sa Majesté, comment allez-vous ? Je viens de la CENI. Tout est entré dans l'ordre là-bas. Nous sommes tombés d'accord d'organiser les communales avant la présidentielle, contrairement à ce que vous avez demandée.

Moba Simbo :Ça c'est quoi ça encore ? Quelles communales avant la présidentille ? Mais petit, je ne comprends pas. Qui a changé ma décision là-bas ? Ou bien c'est Bakary Foufafou qui a renversé ma décision ?

Le journaliste Kombo-kombo : Non Sa Majesté. Ce n'est pas lui. C'est l'ensemble des commissaires qui ont décidés comme ça. Et puis, c'est tout.

Moba Simbo : Mais la CENI c'est moi. Les gens qui y travaillent sont payés par moi. Alors pourquoi ils me désobéissent ? Donc si c'est comme ça, je vais dissoudre cette CENI dès demain matin. Afakoudou.

Le journaliste Kombo-kombo : Ecoutez Sa Majesté. Soyez logique. Vous savez, le peuple veut manifester. Mais c'est moi qui lui ai dit de patienter pour voir votre réaction. Peut-être que vous allez revenir sur votre décision.

Moba Simbo : Poroo !!! Regarde-moi ce gros menteur là. Tu es qui pour le peuple ? Le peuple ne te connait même pas. Espèce de woyen-woyen làà !!

Le journaliste Kombo-kombo : Ok Sa Majesté. Parlons maintenant d'autres choses. Enfin, le médiocre médiateur a prêté serment. Pourquoi il a pris tout ce temps ?

Moba Simbo : (Rires). Il est vraiment médiocre. Tu sais petit, c'est lui qui m'insultait au temps de Lansana. Lui, Alhassane Condé, Gomez et autres. Mais aujourd'hui ce sont eux qui cirent mes chaussures (rires). Et puis tu sais quand je l'avais nommé, il avait commencé à mélanger les pédales. Il voulait m'opposer aux Peulhs. Je lui ai dit Sokho doucement.

Le journaliste Kombo-kombo : Donc Sa Majesté, quelle sera sa mission ?

Moba Simbo : Quelle mission ? Mais toi aussi. On peut confier une mission à un médiocre ? Mais toi aussi, adéaaahh !!! Bon, peut-être sa mission c'est de venir dans mon bureau, manger du konkoe tourégbéli, dormir. C'est tout. A part ça il n'y a rien.

Le journaliste Kombo-kombo : Ok Sa Majesté. Vous êtes au courant de la rencontre des opposants à Paris ?

Moba Simbo : Ah bon ! Petit, tu es au sérieux ? Ça c'est grave. Ils sont allés faire quoi là-bas ? Koto Mawbhé aussi est là-bas ?

Le journaliste Kombo-kombo : Oui, Sa Majesté. C'est lui d'ailleurs qui a initié cette rencontre. Wallahi.

Moba Simbo : Awa N'Gbekanaa !! Donc ils vont décider de quelque chose à Paris ? Mais le roi Hollande est informé de cette réunion et il ne m'a pas dit ?

Le journaliste Kombo-kombo : Moi je vais vous informer de tout ce qui se déroule là-bas, puisque vous êtes mon vieux père. Ok ?

Moba Simbo : (en pleurant) Pardon, petit dis-moi la vérité sinon Ebola va m'attraper tout à l'heure. Pardon petit. Fi Allah. Mi toubi koto, pardon petit.

Le journaliste Kombo-kombo : Ok Sa Majesté. Arrêtez de pleurer. Voici ce qu'ils ont dit. D'abord dès leur retour à Conakry, il y aura une marche pacifique qui va mobiliser tout le peuple. Ensuite… ensuite…

Moba Simbo : Ensuite quoi ? Sors de mon bureau. Gros menteur. Rien ne va se passer.
Le journaliste Kombo-kombo : Ok Sa Majesté. Mais vous pouvez chanter en Soussou pour calmer les gensun peut ?

Moba Simbo : Awa n'khounya. Ecoute petit. Je commence : Ilaali-ilaali lalan !! Imanéé didi laali-lalan !! Ilaali-ilaali laalaann !! Kirebee-kireebee weehh !!! Sékhoutouréya kouday weehh !!!
A la semaine prochaine, mais pardon ne riez pas.

Issiaga Douprou Sylla

 
Tarikhoui : Votre rubrique vous interdit de rire

2015/3/16

Aujourd'hui en Guinée La semaine passée un décret royal est tombé au royaume de Conakry Gbèrè Gbèrè.Ce décret fixant la date de l'élection présidentielle. Quelle foutaise ! Quelle provocation ! Qui veut mettre l'huile dans le feu ? en tout cas, le peuple est prêt cette fois-ci a donné la bonne leçon au roi

Môba Simbo. Awaa kôrô doucement yandi ! et pendant que les Guinéens nagent dans la galère et la misère, notre roi après avoir collecté tous l'argent d'Ebola s'est permis d'acheter un avion à 30 millions de dollars.

Mais Sôkhô-côndongni où tu as pris cette faramineuse somme d'argent ? Durant la même semaine, trois rois africains ont rendu visite à la Guinée. Ils étaient là pour manger spécialement du konkoé tourégbéli. Mais pour tromper le peuple, ils ont dit qu'ils veulent donner le courant à la Guinée. Adhéa ! C'est quel fauya ça encore ? Quand les rois sont partis, l'équipe de tarikhoui s'est rendue au palais Sékhoutouréya pour connaitre ce qui avait vraiment motivé les rois de se rendre chez nous.

Journaliste Kômbô Kômbô : Comment allez-vous Sa Majesté ? je suis très fière de vous. Vous êtes très beau, gentil…

Môba Simbo : Eh petit ! Arrête ta démagogie là, que je sois beau ou vilain ce n'est pas ton problème. Tu es venu faire quoi chez moi ?

Journaliste Kômbô Kômbô : Je suis venu pour vous dire grand merci, parce que vous allez bientôt donner l'électricité à notre royaume, puis au Sénégal, au Mali et en Mauritanie.
Môba Simbo : Lahilah ! (rire) donner quoi ? Mais où va prendre tout ce argent ? Tu penseq que nous sommes fou comme toi ? Adéah !!

Journaliste Kômbô Kômbô : Alors Sa Majesté, les trois rois étaient venu faire quoi chez nous ?
Môba Simbo : Bon écoute petit. Nous sommes dans un sèrè, et c'est moi le sèrè county. Donc, ils étaient venus pour danser, chanté et mangé.

Journaliste Kômbô Kômbô : Donc tous ce qui a été dit lors de cette conférence ce ne sont que des histoires !

Môba Simbo : Oui petit c'est du woba woba. Tu sais parfois, il faut faire le semblent, trompé le peuple, surtout tu sais que bientôt l'élection présidentielle, donc il faut chercher des clients dès maintenant. Si non kôtô Maoubhè va me terrasser dès le premier tour.

Journaliste Kômbô Kômbô : Ok Sa Majesté, mais le peuple me charge de vous dire que si vous tentez d'organiser la présidentielle avant les élections locales, le peuple va vous chasser comme les Burkinabés ont chassé le roi Blaise Compaoré au pouvoir. Les gens disent que 2015, ne sera pas comme 2010. Ibaramê !

Môba Simbo : Mais petit ! Je ne comprends pas pourquoi le peuple se fâche pour ça ? C'est moi qui finance l'élection, ce n'est pas l'argent de quelqu'un. Donc, je dis la présidentiel avant les communales.

Journaliste Kômbô Kômbô : Mais pourquoi ça Sa Majesté ? Et pourtant la constitution dit d'organiser les élections locales avant la présidentielle. Et vous, vous voulez faire le contraire. C'est grave non ?

Môba Simbo : Mais petit ! Toi aussi si, si j'organise les communales à l'heure-là, je vais perdre la présidentielle, parce que si je perds toutes les communes de Conakry qui va m'aider à frauder pendant la présidentielle ? Et sais que je n'ai personne derrière moi, même mes ministres là fon du faut, si non, en réalité nous ils sont tous pour Kôtô Maoubhè.

Journaliste Kômbô Kômbô : Sa Majesté, Kôtô Maoubhè veut que l'ONU soit l'arbitre de ces élections pour éviter toutes fraudes.

Môba Simbo : Même si c'est un diable qui va devenir arbitre de ces élections moi je vais voler avec mes ministres, mon gouverneur, les préfets et les maires, afakoudou.

Journaliste Kômbô Kômbô : D'accord Sa Majesté. Mais pendant que les Guinéens meurent d'Ebola et de la famine, vous, vous préférez acheter un avion à 30 millions de dollars, où vous avez cet argent ?

Môba Simbo : Mais pourquoi tu me pose cette question ? Ou bien c'est l'argent de ton grand père espèce d'escroc.

Journaliste Kômbô Kômbô : Sa Majesté. Au Liberia et en Sierra Leone, on ne parle plus d'Ebola, mais jusqu'à présent on traine avec notre virus, pourquoi ?

Môba Simbo : Mais petit ! Toi aussi, Ebola c'est du business pour moi, je gagne l'argent un peu partout, si je chasse Ebola maintenant, comment je vais faire ? Tu as vu, j'ai payé un avion et bientôt l'élection, donc il faut avoir beaucoup d'argent pour acheter la conscience des électeurs.

Journaliste Kômbô Kômbô : Ok Sa Majesté, je vais vous laisser, vous allez un peu dormir, parce que vous êtes vieux maintenant, mais pardon il faut chanter un peu pour moi.

Môba Simbo : D'accord petit ! je vais chanter une vielle chanson pour toi. Ok je commence : Yèndè ! Yèndè ! Yèndè ! Monii !! Yèndè !

A la semaine prochaine, mais pardon ne riez pas.

Issiaga Douprou Sylla

 
Lutte contre Ebola : MoneyGram offre des kits et matériels sanitaires

2015/3/16

Aujourd'hui en Guinée Depuis officiellement un an, la Guinée a été frappée par une épidémie sévère jamais enregistrée auparavant. Il s'agit de la fièvre hémorragique à virus Ebola. Cette situation qui a entrainé plus de 2000 morts a suscité auprès des opérateurs économiques Guinéens et Etrangers, un sursaut gigantesque de solidarité.

A cela s'est ajouté un appui technique et financier des organismes des Nations Unies particulièrement l'OMS, l'UNICEF, d'ONG internationales de la santé et d'aide humanitaire telles que MSF Belgique et France, Croix Rouge et Croissant Rouge ainsi que des bailleurs de fonds bi et multilatéraux. C'est dans ce cadre que MoneyGram, transfert d'argent international, a décidé de participer à l'élan de solidarité ainsi créée en faisant un don à la Coordination nationale de lutte contre Ebola instituée par le Gouvernement de la République de Guinée. La cérémonie de remise des dons s'est déroulée le jeudi 12 mars dernier au siège de la Coordination nationale de lutte contre Ebola, en présence des institutions de micro-finances qui sont partenaires à MoneyGram tels que NSIA Banque, Afro international, BSIC, Micro-BIT.

Pour participer concrètement à l'éradication contre l'épidémie d'Ebola dans notre pays, MoneyGram offre à la Coordination nationale de lutte contre Ebola 200 kits composés de seaux + robinets, 100 thermo flashs pour le contrôle des températures, 100 cartons de solutions chlorées et 100 cartons de savons, pour une valeur estimée à près de 100 millions de francs guinéens.
M. Kaba Sacko, Directeur général adjoint de MoneyGram et porte-parole de ses partenaires a lancé un appel pressant aux populations guinéennes pour une franche collaboration avec les agents de santé pour pouvoir éradiquer cette maladie dans notre pays.

« MoneyGram lance un appel aux populations guinéennes tant en milieu rural qu'urbain à la franche collaboration avec les agents de sensibilisation pour vaincre les résistances et respecter les consignes de prévention édictées par les spécialistes. Il est important de savoir qu'un seul enterrement non sécurisé peut générer des dizaines de nouveaux cas. C'est pourquoi plus que jamais, la vigilance et la mobilisation doivent rester maximales », a-t-il déclaré. Il a remercié le Gouvernement guinéen, le Comité national de lutte ainsi que les partenaires qui ne cessent d'apporter leur soutien en ce moment difficile à la Guinée et à son peuple.

En réponse, Dr Sékou Condé, Coordinateur national adjoint du Comité de lutte contre Ebola a remercié les donateurs en ces termes : « A cette occasion, je voudrais vous remercier pour ce geste d'une portée extrêmement importante. Importante parce que nous sommes dans une situation marquée par l'épidémie à la fièvre hémorragique à virus Ebola depuis mars 2014.

Et depuis cette date des stratégies et moyens de lutte contre cette épidémie ont été mises en place notamment la communication et la collecte des dons, la détection précoce des cas, la prise en charge mais aussi les enterrements dument sécurisés. Grace aux efforts des uns et des autres, l'épidémie est entrain de prendre du recul mais il reste encore des efforts importants à faire sur le terrain. Dans ce combat jusqu'à maintenant, tout le monde s'est mobilisé aussi bien les pouvoirs publics que les partenaires techniques et financiers (…). Je ne suis pas donc surpris ce matin que MoneyGram avec ses partenaires se joignent à l'effort collectif de mobilisation des ressources pour que nous puissions terminer avec Ebola.

Votre geste sera non seulement pour la prévention contre Ebola mais aussi des autres maladies. » Il a rassuré que les moyens mis à leur disposition seront utilisés à bon échéant. « Car, dit-il, malgré tous les efforts fournis sur le terrain, les besoins sont encore immense. » Pour Dr Sékou Condé les mesures d'hygiène vécues pendant cette période d'épidémie doivent amener les populations guinéennes à promouvoir l'hygiène dans nos foyers. Ce qui garantira une santé pour tous dans notre pays.

Il faut rappeler que MoneyGram est un service de transfert d'argent rapide, fiable et sécurisé disposant plus de 347 000 points de vente dans 200 pays et territoire à travers le monde et dont plus de 20 000 en Afrique. Fort de son expertise, MoneyGram est un service où des milliers de famille portent leur confiance depuis plus de 70 ans d'existence dans le monde. Auparavant, MoneyGram était présent seulement dans les pays anglophones, mais de plus en plus, il s'est intéressé progressivement aux pays francophones.

De nos jours, MoneyGram est présent dans plus de 15 pays francophones et offre des services de transfert d'argent rapide, fiable et sécurisé aux bénéfices des populations.

En Guinée donc, le service MoneyGram est présent depuis quelques années et possède plus d'une centaine d'agences à Conakry et à l'intérieur du pays à travers un réseau de banques partenaires tels que BSIC, NSIA Banque et d'institutions de Micro-finance comme Micro BIT et Afro international.

Mariam Mouctar Diallo

 
Décès à Conakry de Gabriel Levia Bangoura

2015/2/21

Aujourd'hui en Guinée Le candidat malheureux, Gabriel Levia Bangoura, à l'uninominal de Kaloum lors des dernières législatives est décédé ce samedi 21 février 2015 aux environs de 9 heures à la clinique Sino-guinéenne de Kipé.

Levia a tiré sa révérence seulement à 48 heures après son hospitalisation sur instructions personnelles du chef de l'état , le Pr. Alpha condé. Il faut noter que le défunt était membre du bureau politique du Parti au pouvoir. Paix à son âme .

Ibrahim Camara

 
Lueur d'espoir dans le dossier de l'assassinat de Madame Boiro

2015/2/10

Aujourd'hui en Guinée La brigade mobile de la gendarmerie de kissidou en relation avec celle de N'ZÉRÉKORÉ ont mis le grapin le weekend dernier sur celui qui est suspecté être le cerveau de l'assassinat de Mme Boiro il ya plus d'un an. Connu sous le nom de "Junior", ce présumé bandit de grand chemin a été arrêté en N'ZÉRÉKORÉ après qu'il soit dénoncé par deux autres bandits interpellés pendant qu'ils acheminaient à ce monstre une voiture braquée à Conakry.

"Ce fût une coïncidence, une grosse coïncidence qui n'a malheureusement rien à voir avec l'assassinat de Thierno Alioune Diaouné " nous confie un cadre de la haute hiérarchie de la sécurité. Ce haut cadre s'est réservé de tout commentaire en affirmant que le dossier est directement géré par le "grand chef".
Attendons de voir la suite à réserver à ce dossier, car les précédents enregistrés par le passé dans les dossiers similaires ne rassurent point.

Assassinée il y a plus d'une année a kipé , on attend toujours de voir les coupables répondre de leur forfaiture devant les juridictions compétentes.

LAMOUCI

 
 Ajouter un commentaire
Insécurité: Les circonstances de l'assassinat de Thierno Alioune Diaouné

2015/2/7

Aujourd'hui en Guinée On en sait un peu plus aujourd'hui sur les circonstances de l'assassinat de l'ancien ministre des sports et de la jeunesse. Selon ses proches, c'est aux environs de 20h que Thierno Aliou Diaouné a été braqué par des hommes cagoulés habillés en tenue militaire. Aussitôt braqué, il a été séquestré et conduit à une destination qu'il ignorait loin de son repère avec des blessures à la main du fait d'une balle qu'il y en a chopé.

Arrivé à ce lieu, l'ancien activiste de la société civile y a été abandonné en lui lardant les pieds de plusieurs balles et emportant son véhicule et tout le bien qui y était contenu. Il y restera longtemps immobilisé et continua à faire beaucoup d'hémorragie.

C'est de la-bas dans la haute banlieue de la capitale, qu'il fût découvert par des bandeaux qui déambulaient dans les parages. C'est ainsi qu'il a été conduit immédiatement à l'hôpital sino-guinéen à kipé d'où il est rentré conscient et succombera plus tard à cause de ses blessures béantes encore une fois qui ont provoqué d'énormes hémorragies.

La nouvelle de sa mort se propagera ainsi tel une traîné de poudre à la dimension de la personnalité du défunt.

Thierno Aliou Diaouné a été l'un des acteurs les plus influents de la société civile à l'origine de la révolte des guinéens en janvier-février 2007 contre la mal gouvernance qui prévalait à l'époque.

Il fut des années après, c'est à dire en 2009 nommé ministre de la jeunesse et des sports poste qu'il occupera jusqu'à l'avènement au pouvoir du Pr Alpha Condé à l'issue des premières élections transparentes libres et crédibles dans le pays. C'est à ce poste ministériel que Diaouné y marquera son passage avec l'élaboration d'un plan stratégique des sports et de la jeunesse.

Un programme dont le début d'exécution exemptera les autorités du payement du salaire du sélectionneur national Michel Dissuyer recruté en son temps. Payé à plus 20 mille euros par an, le salaire du technicien français était exclusivement assuré par une société de la place grâce au management de l'illustre disparu.

Au lendemain de son assassinat lâche et barbare, parents et amis de l'ancien travailleur de aide action se sont rendus dans ses maisons à Yattaya et à kipé pour les salutations d'usage. On y a appris que le corps sera rendu aux autorités le lundi et le programme funéraire sera à cet effet fixé .

LAMOUCI

 
Faits divers : Les pieds d'un jeune broyer par le train à Simbaya Gare.

2015/1/27

Aujourd'hui en Guinée Les pieds d'un jeune âgé d'une trentaine d'années ont été Broyers ce lundi 27 Janvier 2015 par le train à Simbaya gare. Seydouba Camara c'est le nom de la victime du train de la Société des Bauxites de Kindia. Selon l'intéresse, c'est à Kaloum au point de départ ,qu'il s'est accroché au train. Arrivé à Simbaya gare raconte t-il, il a voulu sauter et sa chemise est restée accrocher au train; ainsi ont commencé les acrobaties pour pour s'en débarrasser. Malheureusement regrette t-il, ses pieds se sont retrouvés sous le dernier wagon qui les a broyer.

D'après un médecin , la solution pour le pauvre jeune est d'imputer ses pieds.La question qu'on se pose et pour laquelle on a pas eu la réponse avec la victime est de savoir ses motivations sachant que l'acte est très dangereux.

Autre chose très ahurissante qui sort de l'ordinaire, est de savoir comment cela peut arriver avec tout le bruit assourdissant qu'on entend de la part de ses compagnies qui nous rassurent d'une sécurité doublée d'une sensibilisation sur les risques liés aux accidents ferroviaires.

LAMOUCI

 
Décès de Bebel :Témoignages de Daouda Tamsir Niane et de Abou Maco

2015/1/26

Aujourd'hui en Guinée Dors en paix, grand guerrier ! Parler de Bébel, Thiernodjo ou encore Thierno Sadou Diallo, c'est exactement comme parler de plusieurs personnes à la fois, à l'image de la multiplicité de noms que l'homme portait. Un homme simple, doux, et d'une grande générosité dans la vie quotidienne, mais pourtant dur, rigoureux et tenace sur le plan professionnel. Rarement journaliste guinéen aura été aussi courageux et combattif. Toujours proche des faibles et des opprimés, Bébel ne transigeait pas avec la vérité. D'ailleurs, c'est le nom qu'il choisira pour le journal qu'il créera avec Djouma Barry Djos, El Béchir Diallo et moi-même, en 1996.

Nous venions de quitter le journal ''L'Indépendant'', où nous avons constitué une des plus belles équipes avec O. Tity Faye, feu Biram Sacko, feu Aboubacar Condé, Abdoulaye Condé, Saliou Samb et bien d'autres grands combattants de la presse libre, dans ces années de braise des débuts de la liberté d'expression en Guinée. Dès la création de ''La Vérité'', Bébel a donné une marque spéciale à ce journal. Il était totalement différent de ce qui existait alors.

Journal très peu orthodoxe, on y retrouve des rubriques comme ''Le Coin de l'Aigri'', ''Le Mauvais garçon'', qui sortaient totalement de l'ordinaire avec un style utilisant aussi bien la satire que l'impertinence, voire l'irrévérence. Des dossiers comme Tombo IV ont fait la renommée de ce jeune canard qui venait à peine de naître. Pour la distribution de la presse, un gros problème se posait alors. Feu Siaka Kouyaté, fondateur du journal ''Le Citoyen'' (premier journal indépendant guinéen) et dont Bébel fut le collaborateur, eut l'initiative de créer une société de distribution de journaux avec la patronne de la Pension Doherty (SODIPRESSE).

Il convia Bébel à participer à cette aventure et ainsi naquit le groupe de presse Le Citoyen-La Vérité. J'en fus le rédacteur en chef et Bébel excellait pour lever des lièvres. De nombreux jeunes journalistes firent leurs premiers pas là, dans les locaux situés à la Pension Doherty. L'aventure durera quelques temps, mais les difficultés s'accumulant, les deux journaux durent interrompre leur parution.

Plus tard, après avoir participé à la création du ''Nouvel Horizon'', puis de ''La Nouvelle Tribune'' avec Abdoulaye Condé et Abdoulaye Sankara dit Abou Maco, Bébel relance son journal ''La Vérité''. Ayant acquis expérience et maturité, il en fait le journal le plus lu et le plus couru de Conakry. Avec Baïla Bah, Abou Maco et d'autres amis journalistes, il donne à l'hebdomadaire une stature de journal sérieux ; à tel point que les ministres et autres responsables de la gouvernance Conté le redoutaient à chaque parution.

Il n'est point utile ici de rappeler tous les scandales que Bébel a révélés, citons-en juste quelques-uns comme le Fonds Kowétien, Futurelec-Etat guinéen, le Fer (Fonds d'entretien routier), Air Guinée, le scandale du scanner au port, Getma International, le PMU, les passeports, la 4ème licence téléphonique, Friguia-Anaim, etc. Cela ne fera que lui créer des ennemis et des ennuis, mais Bébel n'en avait cure. Tout ce qui comptait pour lui, c'était de révéler au public ce que les prédateurs de l'économie nationale faisaient. Et en cela, il n'a jamais transigé. Ainsi, ''La Vérité'' a été le journal qui a le plus contribué à l'accompagnement du gouvernement de consensus, après avoir tout donné pour son avènement.

Bébel, était aussi un homme qui avait des amis qu'il aimait particulièrement. Combien de fois n'avons-nous pas ri de ses blagues et autres facéties ? Il aimait la plaisanterie et se moquait de tout et de tout le monde. Il s'était donné le titre de président du PRG (le parti de la rince et de la gnole) et tout le monde l'appelait ''prési Bébel''. Mari et père attentionné, il ne manquait jamais à ses devoirs et tout le monde peut témoigner de l'importance qu'il accordait à sa famille. A tel point que son fils Junior le déifiait.

L'on l'oublie souvent, la première marche organisée par la presse a été de réclamer la libération de Bébel, alors arrêté par le Premier ministre Souaré parce que le journal s'était élevé contre la cession du port autonome de Conakry à Getma International.

Si Alpha Condé a fait le nécessaire pour son évacuation pour des soins au Maroc, c'est bien parce qu'il connaissait l'homme Bébel, qui l'a pris par la main et l'a fait marcher de la Pâtisserie Centrale au domicile de Drizo à qui il a présenté celui qui deviendra plus tard président de la République de Guinée et avec qui il avait des débats idéologiques de haut vol. C'est bien par reconnaissance et par humanisme pour ce grand cœur que fut Bébel qui n'eut jamais peur de faire du bien, car il savait qu'il était dans le juste.

Et juste était Bébel. Au terme d'une vie bien remplie, il a tiré sa révérence le 15 janvier 2014, discrètement et sans éclaboussures. Le sang l'a toujours dégoûté. Dors en paix guerrier. Tu n'auras pas vécu en vain et tes traces resteront à jamais. Requiescat in pace !

Daouda Tamsir Niane


Bébél était généreux, franc, droit, humain, sincère, et courageux ; mais hélas, incompris

Au terme d'une vie fort agitée mais combien riche, Thierno Sadou Diallo, Thiernodjo, Bébél (sur la photo à l'extrême gauche), a tiré sa révérence. Discrètement. Après avoir été hospitalisé deux mois durant au Maroc par les bons soins du Président Alpha Condé, Bébél est rentré à Conakry le 15 janvier pour trouver la mort le même jour. J'ai perdu un confrère, plus, un ami, un jumeau. Bébel était un homme bon, généreux, humain, capable de grandeur morale, de solidarité et de loyauté au-delà de l'imaginable.

Je voudrais ici louer sa générosité, sa franchise, sa droiture, son humanisme, sa sincérité et son courage qui ne l'ont pas épargné, hélas, l'incompréhension des hommes.

La mort est un miroir grossissant dans lequel nous analysons nos propres actes, nos souvenirs partagés, nos succès, mais aussi nos erreurs et nos omissions. Devant elle, notre vie se dessine et cherche sa propre explication, sa propre justification. La mort de Bébel nous interpelle donc à plusieurs égards. Elle nous secoue, nous attrape à la gorge, nous bouscule, nous brutalise et nous force à faire le point sur nous-mêmes, ne fût-ce qu'un point silencieux.

Elle interroge ceux d'entre nous qui se croient immortels parce qu'ils jouissent d'un pouvoir qui les grise et les rend ivres. Elle questionne ceux qui ne veulent rien faire ni prendre aucun risque pour changer la Guinée, qui se contentent de se demander “on va faire comment alors”, et acceptent le masochisme d'une vie au rabais. La mort est implacable, inévitable, et plus forte que n'importe quel pouvoir ou lâcheté. La mort est un créancier fourbe et inexorable.

Je salue la mémoire du grand homme que fut Bébel dans sa profession. Mais demain se posera la question de son héritage intellectuel, et notamment celui de la survie du journal ''La Vérité'' comme institution indépendante de tout pouvoir.

De ce point de vue, les défis qu'il nous laisse sont nombreux, car peut-être à cause de la dureté du combat qu'il menait quotidiennement simplement pour survivre, Bébel n'a pas eu le temps de gérer son journal de la façon la plus orthodoxe. Ceux qui prendront le relais devront se surpasser pour maintenir et élever les standards d'excellence que méritent les lecteurs de ''La Vérité''.

Dors en paix, Koto ; dors en paix, cher ami et qu'Allah te place sous sa divine protection.

Abdoulaye Sankara (Maco)

 
Un corps sans vie d'un jeune retrouvé à Cosa

2015/1/24

Aujourd'hui en Guinée Le corps d'un jeune âgé d'une trentaine d'années traînait hier vendredi 23 Janvier 2015 à Cosa à quelques mettre seulement du rond point juste à côté de la mosquée de ce quartier. Aucun coup n'a été trouvé sur le corps. Interrogé sur les circonstances de la mort du jeune qui pourtant, quelques heures avant, dans la matinée très exactement marchait normalement ,ce témoin raconte "le matin on a vu ce jeune ici déambuler. Il est même venu nous demander à boire et on lui a donné un sachet d'eau Coyah . puis on l'a vu s'asseoir là ou se trouve son corps puis mort s'en est suivi".

Décédé depuis 12h, la croix rouge n'est arrivée malheureusement qu'aux environ de 16h ont regretté les jeunes et autres bandeau qui y étaient massés.

A l'heure de la propagation d'ébola dans notre pays,cette mort miraculeuse a entrainé l'émoi chez la population de ce quartier qui sont jusque là épargnés par cette maladie.
Les autorités sécuritaires et sanitaires présentes sur les lieux n'ont fait aucun commentaire.

On attend les résultats de l'examen pour en savoir beaucoup plus comme l'a promise la croix rouge

LAMOUCI

 
Décès d'Ahmed Tidjane Cissé: Le honteux oubli des démagogues du régime !

2015/1/19

Aujourd'hui en Guinée La mort du ministre guinéen de la Culture, Ahmed Tidjane Cissé ravive depuis une semaine, ce que la Guinée a de plus honteux : verser des larmes de crocodile sur des cadavres. Et oublier comme par enchantement, le rôle néfaste joué par ces « pleurnicheurs d'un jour », dans la vie du disparu.
Que n'a-t-on pas entendu depuis la mort du dramaturge ? Les champions de la démagogie et du dithyrambe se sont, durant toute la semaine, donnés rendez-vous sur le cercueil de Cissé pour démontrer aux yeux de Guinéens incrédules, la grande proximité du défunt avec le chef de l'Etat, le Prof. Alpha Condé. Si nul ne peut nier cette immense relation fraternelle qui a existé entre l'ancien opposant historique et son ex numéro 2 au sein du Rassemblement du peuple de Guinée, il est malsain de noter que dans ce concert d'hommages posthumes, ceux qui pourfendaient hier Ahmed Tijane Cissé sur les ondes de la RTG, sont les mêmes qui tentent aujourd'hui d'expliquer l'inexplicable. En oubliant l'essentiel.

Au début des années 90, lorsqu'il occupait un poste stratégique au Rpg Ahmed Tidjani Cissé était régulièrement traité de tous les noms d'oiseaux par les caciques du régime Conté. Et lorsqu'il se brouilla des années plus tard avec Alpha Condé, Tidjani Cissé, député du Pup/Pcn, a été obligé d'avaler pas mal de couleuvres de la part de ses anciens compagnons de lutte. Du Rpg ! Il a donc eu droit, d'une part comme de l'autre, aux traitements réservés aux « Traitres » dans les républiques bananières : calomnies et médisances de toutes sortes à cause de ses choix et orientations politiques. Personne n'en a fait cas ces derniers jours, chacun louant perfidement les solides relations de l'ex ministre avec Alpha Condé, avec comme seul but, s'attirer les faveurs du président de la république afin d'espérer succéder au défunt. Or, pendant de longues années, il est de notoriété publique qu'Ahmed Tijdani Cissé et Alpha Condé ne s'adressaient pas la parole et s'évitaient royalement. A défaut de se taper dessus, par presse interposée.

Lorsque le leader du Rpg a été libéré le 18 mai 2001, j'avais rencontré le député (de la majorité) du Pup/Pcn qu'était Cissé dans les allées de l'Assemblée nationale au Palais du peuple, là même où son corps a été exposé pour ses funérailles le vendredi 16 janvier 2015, treize ans après. Objectif, recueillir ses sentiments sur cette actualité africaine de l'époque : la libération d'Alpha Condé. Un entretien publié dans Le Démocrate n°77 du 28 mai 2001. Révélateur…

« J'ai toujours eu la même position concernant le problème Alpha Condé. Depuis le jour où il a été arrêté, j'ai dit qu'il était un adversaire, mais il cessait de l'être jusqu'au jour où il allait recouvrer sa liberté. Mon combat était donc de chercher à ce qu'Alpha Condé recouvre cette liberté. Seulement, les méthodes utilisées par ses amis n'étaient pas adéquates. Je leur ai toujours dit que ce n'est pas par l'Onu qu'on va obtenir la libération d'Alpha, ni dans les marches organisées dans certaines capitales. J'ai proposé une autre méthode, plus souterraine. Dieu merci, je crois que cette méthode a été payante! Lansana Conté a pris un décret qui efface toute la condamnation, ça c'est la première démarche. La deuxième consiste maintenant à faire en sorte que le Pr. Alpha Condé recouvre toute sa liberté d'action politique. Je pense que la méthode qui a permis le premier succès, si cette méthode est suivie de nouveau, Alpha Condé pourra rapidement reprendre ses activités politiques, puisque c'est un homme politique. Si on lui interdit de faire des activités politiques, ce n'est pas une bonne chose. C'est un adversaire politique et je ne veux pas me battre avec quelqu'un qui n'a plus la possibilité de faire des actions. Mais, moi aussi j'ai fait la prison. C'est quelque chose que je ne souhaite même pas à mon ennemi. ( …) »

« Je n'ai pas encore rencontré Alpha Condé (depuis sa sortie de prison). Pourquoi ? Pourquoi pas ? Là n'est pas l'important. Je n'ai pas à le rencontrer. Mais j'ai dit que je n'ai pas d'ennemi, j'ai des adversaires. Alpha Condé n'est pas un ennemi, c'est un adversaire. Pour le moment je ne l'ai pas rencontré mais peut-être ça viendra. De toute façon, ce n'est pas essentiel. L'essentiel est qu'il recouvre tous ses droits civiques et politiques. On se rencontrera surement, il est député. On se verra à l'Assemblée nationale s'il revient. Je considère la politique comme une confrontation d'idées, ce n'est pas la guerre ».

Des déclarations et une page d'histoire de la politique guinéenne volontairement occultées pour permettre à Ahmed Tidjani Cissé de rejoindre sa dernière demeure sans réveiller les morts du… passé. Dans le mensonge et la démagogie de ceux qui veulent déjà occupés son poste.

Aladji Cellou, Florence/Italie

 
Lutte contre Ebola : Le DPE de Faranah frôle la mort à Mareyla

2015/1/17

Aujourd'hui en Guinée Pendant que la coordination et toutes les autorités sanitaires se réjouissent de la chute de la propagation de la maladie, des foyers de résistance se multiplient dans le pays.Cette semaine, le DPE (Directeur Préfectoral de l'éducation) de Franah a frôlé de justesse un lynchage dans la sous préfecture de Mareyla, une localité située à une cinquantaine de kilomètres du chef lieu de la Préfecture de Faranah.

Kabinet Manden Fofana était parti pour dristribuer dans les écoles relevant de cette circonscription des kits et d'autres objets de protection contre Ebola dans les perspectives de l'ouverture des classes prévue le lundi à venir.

Hélas,le DPE se heurtera à la réticence des jeunes qui se feront entendre par des jets de pierres. Kabinet Manden Fofana aura la vie sauve grâce au concours d'un enseignant qui le transportera à bord de sa moto jusqu'en brousse. Son chauffeur prendra un coup sérieux d'une brique au niveau de sa tête et son vehicule irrécupérable.

Pendant qu'on parle de la disponibilité des kits de protection dans toutes les écoles, cet incident de mareyla contredit fortement cette information. A rappelé que cette sous préfecture dans un passé récent a chassé son sous prefet pour les memes raisons.

Que le Premier Ministre alors en soit informé , lui qui à juré le weekend dernier à coyah de sanctionner tout ceux qui s'opposeront ou s'inscriront contre les messages de sensibilisation.

LAMOUCI

 
Bebel n'est plus: Repose en paix symbole de la Vérité et du courage

2015/1/17

Aujourd'hui en Guinée Comme un coup de couteau planté dans la poitrine, la nouvelle du décès de Thiernodjo Diallo "Bebel", directeur de publication-fondateur du journal "La Vérité" a été un gros choc pour moi.Plus qu'un confrère, Bebel était, en effet tout simplement un frère, un ami avec qui je partageais un respect, une confiance réciproques.

La confraternité, née dans les années 90 au sein de la rédaction du journal "L'indépendant" où lui, d'autres et moi exerçaient à l'époque, a, au fil des ans, pris un caractère amical et fraternel. D'autant fraternel, que lui et moi saurons plus tard que nos parents etaient amis et très proches à Fria, la Cité de l'Alumine. Mais, ce fait si important et significatif-soit - il en Afrique, n'explique pas à lui seul, la proximité entre Thernodjo Diallo Bebel et moi.

L'amour de la profession, le respect de l'éthique, le courage de son opinion, le refus du communautarisme, la qualité rédactionnelle et le style dépourvu de toute démagogie sont des valeurs que j'appréciais chez Thiernodjo Diallo.

Si les plumes des grandes signatures de la presse guinéenne de l'époque étaient, dans l'ensemble, belles, celle de Thiernodjo Bebel était en plus respetable et tranchée. Il me voua une amitié et une solidarité à toutes épreuves à chaque fois que je fus confronté à une difficulté dans l'exercice de la profession ou dans la vie courante. Mais, il en était ainsi pour tous les hommes de médias menacés dans l'exercice de la profession.

De Souleymane Diallo,patron du groupe Lynx - Lance à Tibou Kamara, fondateur de L'Observervateur en passant par Aboubacar Sylla de L'indépendant-Démocrate, feu Biram Sacko, de L'indépendant puis Nouvel Horizon, feu Aboubacar Condé, de L'indépendant puis fondateur du Soleil, feu Siaka Kouyate du Citoyen, Ismael Bangoura de L'oeil, Aboubacar SAKHO de L'Observervateur, Mandjan Sidibe de L'indépendant ou Louis Espérant Célestin de Guinée Actuelle et bien d'autres ( la liste est longue ) ont tous bénéficié de la confraternité active de Bebel. Cependant, il ne cautionnait pas les prétentions de certains patrons de presse ou journalistes de se servir de la profession pour des fins inavouables.

Systématiquement, face à de telles pratiques contraires à la déontologie, il s'employait à la défense des citoyens et personnalités injustement victimes d'articles de presse commandités ou rédigés d'avance.

Professionnel jusque dans l'âme, il etait foncierement hostile à l'injustice et intraitable face à l'ethnocentrisme.

THIERNODJO DIALLO BEBEL et sa plume étaient directs, vifs, incisifs, très engagés et combatifs pour des causes estimées justes à l'époque: la démocratisation vraie du pays, le respect total des droits de l'homme, la lutte contre les détournements massifs,les pillages économiques et la bonne gouvernance. Cet idéal et cette orientation ont souvent guidé une plume difficilement aimable par la classe dirigeante d'un pays malheureusement rompue à des pratiques qui justifient encore aujourd'hui les maux de la Guinée.

Au sein du journal "L'indépendant " sous la houlette du redacteur en chef, Ousmane Tity Faye, nous avons oeuvré ensemble afin que l'opposition, superbement ignorée par les médias du service public, trouve elle aussi un cadre d'expression pour le public, ses militants et sympathisants.

A ce titre, l'histoire reconnaît à Thiernodjo Diallo Bebel le mérite d'être parmi les premiers journalistes qui ont donné la parole aux hommes politiques Guinéens toutes tendances confondues: Elhadj Boubacar Biro Diallo, Aboubacar Sompare du PUP, feu Siradjou Diallo, Kerfalla Bangoura du PGP puis PRP, feu Bah Mamadou, Bah Ousmane, Alexis Doré de L'UNR, feu Issiaga Mara alias " A bas les mains sales" de l'UNDG, Jean Marie Doré de L'UPG, Alpha Condé,Ahmed Tidjani Cisse du RPG, Mansour Kaba du parti Dyama, Dr Sekou Koureissy Condé de l'ARENA, Ismael Ghassim Ghussein, Momoh Bangoura, Lancinet Cisse du PDG-RDA...pour citer que quelques uns des leaders et leurs collaborateurs effectivement actifs dans les premières années du processus de démocratisation de la Guinée. Nous avons aussi, au nom du principe de la pluralité politique, couvert les meetings et activités de tous ces partis et d'autres agréés à l'époque.

Animés par la culture de la bonne gouvernance, nous avons suivi décortiqué ensemble les différents scandales financiers ayant caractérisé la gestion des affaires publiques: dossier elf, faux marchés, surfacturations etc.

C'est grâce à toutes ces expériences riches que nous avons, Thiernodjo Diallo Bebel, Abdoulaye Sankara alias Abou Maco et moi même, fondé, en 1997, "Le Nouvel Horizon" en partenariat avec un frère et ami Abdoulaye Chéri Camara.

Directeur de publication du nouveau journal, et sur financement de la coopération canadienne, c'est à Thiernodjo Diallo Bebel que j'ai placé ma confiance pour couvrir la campagne électorale du candidat du PUP à la présidentielle de décembre 1998, qui se trouvait être le président de la République sortant, le Général Lansana Conté.

Difficilement accepté dans le sillage présidentiel notamment par des prédateurs, le reporter du "Nouvel Horizon ", avec la compréhension et le soutien du directeur de campagne, Doyen Cellou Diallo, a pu trouver ses marques et assura la meilleure couverture journalistique de la campagne avec des comptes rendus authentiques reflétant la réalité du ou des terrains. En tout état de cause, à la satisfaction des diplomates accrédités à Conakry et autres observateurs du scrutin.

Suite à une brouille éditoriale avec le partenaire, Thiernodjo Diallo Bebel et Abdoulaye Sankara Abou Mako me manifestent leur solidarité et lancent avec moi, "La Nouvelle Tribune", en mars 1999 dans le sillage de "Primo-infos", le bulletin de Primo-Express, la loterie créée par feu Mamady Mara, ancien inspecteur général des finances. Avec le soutien des personnalités de bonne volonté: Sidya Toure, Doyen Cellou Diallo, Sekou Ping-Pong Condé, Antonio Souare.

Ce journal est né à un moment où la Guinée etait confrontée à plusieurs crises politiques et sociales: Contentieux électoraux, contestations des résultats de l'élection présidentielle, arrestation du leader et candidat du RPG, Alpha Condé, l'affaire de Kaporo-rails, les scandales miniers et financiers de Friguia-Impots-Anaim impliquant plusieurs hauts cadres des deux départements et sociétés privées de la place dans l'une des plus grosses malversations de l'histoire de la Guinée.

Avec une plume précise, concise et sans aucun état d'âme, Thiernodjo Diallo Bebel crève l'abcès et révèle à l'opinion les dessous et tous les détails liés à ce gravissime et monstrueux scandale. Son enquête minutieusement menée au coeur du dossier Friguia-Impots-Anaim fut une série médiatique intéressante qui donna une grande crédibilité nationale et internationale au journal naissant.

Au sein de la rédaction, et avec sa grande disponibilité, il suiva les premiers pas de nombreux jeunes journalistes qu'il contribua à encadrer et à former: Abdoulaye Youlake Camara, Mamadou Sacko, Naby Moussa Camara, Ibrahima Marco, Sega Diallo, Alphadjo Diallo etc.

Et quand plus tard, Thiernodjo Diallo Bebel décida de relancer son propre journal " La Vérité ",le journaliste est resté en harmonie avec sa conscience, constant sur sa ligne éditoriale, ses principes directeurs: La bonne gouvernance,la démocratie.

A ce titre, il continua à combattre les malversations au niveau de l'administration et des commerçants véreux, à défendre les libertés individuelles et publiques. Avec sa plume il accompagna le mouvement social de 2006-2007 contre les dérapages de l'exécutif qui contraignirent le président Conté à choisir un nouveau Premier ministre, chef du gouvernement sur une liste de propositions.

Face à ce nouveau départ, Thiernodjo Diallo Bebel se refusa et résista à toutes les tentatives de manipulations en soutenant ouvertement et fermement les actions du Premier du gouvernement de consensus, Lansana Kouyate.

Pour lui, comme Sidya Toure (1996-2000)ce gouvernement tenait largement compte de l'intérêt de la Guinée.

Toujours constant, il se dressa contre la procédure, manifetement corrompue du gouvernement Souare notamment du ministre des transports de l'époque, Cheick Toure (actuel secrétaire général du même département) de cession du Port Autonome de Conakry à la société Getma International. une affaire qui expose aujourd'hui la Guinée à de lourdes amendes financières.

Malgré la ténacité du mal qui vient de l'emporter, Thiernodjo Diallo Bebel, avec l'assistance de son complice et compagnon fidèle, Baila Bah, est revenu sur la scène médiatique en relançant, une relance de trop, une troisième fois son journal " La Vérité " afin de défendre et de soutenir son ami Alpha Condé, l'opposant "pestiféré" avec lequel il etait tout heureux de parcourir les ruelles de Kaloum, l'inviolable bastion du pouvoir du Général Lansana Conté. Avec acharnement et agressivité souvent non justifiés, il consacra ses dernières énergies et plumes à pourfendre les opposants de l'historique opposant devenu président de la République.

L'imperfection étant humaine, celle de Thiernodjo Diallo Bebel a sans doute été celle là. Mais, c'était son état de santé dégradant justifie amplement le pardon de tous ceux qui se sont sentis offensés ou blessés par une plume essentiellement consacrée à la défense des faibles, la sauvegarde des intérêts nationaux, la promotion des valeurs humaines.

Affable et profondément humain, Thiernodjo Diallo Bebel était un guinéen au vrai sens du terme, insensible et farouchement opposé aux multiples facettes du communautarisme en Guinée.

C'est le lieu de remercier et d'exprimer vivement notre reconnaissance au PDG de Guinée-Games, Antonio Souare qui, dès la manifestation des premiers signes de la maladie, s'est occupé entièrement de notre regretté frère, confrère et ami.

Ordonnances, frais d'hospitalisation, dépenses quotidiennes, Antonio Souare a toujours accordé une attention de premier ordre à tout ce qui concerne Thiernodjo Diallo Bebel dont les dispositions d'évacuation avaient été prises bien avant celle que le président Alpha Condé a honoré. Et lors de son séjour médical, Antonio Souare a encore exprimé sa solidarité morale et matérielle à notre collègue.

Il faut aussi remercier le président Alpha Condé d'avoir assuré l'évacuation sanitaire et tous ceux qui ont dans l'anonymat soutenu Thiernodjo Diallo Bebel dans cette longue lutte contre la maladie.

Finalement, c'est la loi de la vie, la plume combative a perdu la partie face à la mort.
Condoleances à toute la presse guinéenne qui perd l'une de ses meilleures plumes.

Repose en paix, cher ami, frère et confrère. Que les prières de ce vendredi saint de ton inhumation et des jours suivants t'ouvrent les portes du paradis éternel de notre créateur, ALLAH, LE TOUT PUISSANT. Amen

Abdoulaye CONDE

 
Un accident de la circulation fait des victimes à ENTAG

2015/1/17

Aujourd'hui en Guinée La transversale ENTAG-Sonfonia continue d'endeuiller les familles à conakry.Cette nuit , aux environs de 20H, deux motos sont rentrées en collision sur ce tronçon faisant un mort, un jeune d'une trentaine d'années. Le deuxième motard de cet accident est grièvement blessé et se trouverait dans un coma très profond nous a affirmé le médecin de la clinique ou il a été transporté d'urgence.

Les deux motocyclistes qui circulaient à vive allure ne portaient aucun casque. Cet accident relance cette problématique dans la capitale ou une décision est en vigueur interdisant la circulation des motards ne portant pas de casques.

A rappelé que c'est sur le même tronçon il y a plus de deux mois qu'une remorque a tué plus d'une dizaine de personnes pour la plupart étalages.

LAMOUCI

 
Urgent : Décès à Paris du ministre Guinéen de la culture

2015/1/6

Aujourd'hui en Guinée La nouvelle vient de tomber annonçant le décès à Paris du ministre Guinéen de la culture, le dramaturge Ahmed Tidiane Cissé, décès survenu ce mardi 6 janvier 2014 des suites d'une longue maladie. Le défunt était un compagnon de lutte de première heure du Pr Alpha Condé.

Nous y reviendrons

Paix à son âme. Amen

 
Exclusif : Des fissures annoncées au sein du mouvement syndical

2015/1/6

Aujourd'hui en Guinée Au deuxième jour de la grève des travailleurs, l'heure n'est plus à l'unité d'actions. Selon des informations digne de foi, certains mouvements syndicaux sont prêt à claquer la porte.

Le syndicat des professionnels de l'éducation affilié à la CNTG serait l'udn de ceux qui se seraient lasser à cause des tournures que prend la grève. "Je suis désolé de la réaction des jeunes hier qui ont perturbé la circulation sur l'axe bambeto-cosa une attitude qu'on pourrait mettre à notre compte" a déclaré un haut responsable du syndicat des professionnels de l'enseignement très inquiet.

Ce haut responsable regrette cet appel de l'opposition qui a demandé à ses militants de soutenir le syndicat et craint cette collision de calendrier avec le meeting de l'opposition prévu ce mercredi et pour lequel, les citoyens pourraient facilement trouver une relation de cause à effet a t-il ajouté.

Notre interlocuteur nous fait savoir finalement qu'ils sont près à abdiquer ou se se désolidariser quelque soit ce que pourrait leurs proposer l'Etat.

Par ailleurs, on apprend que le ministre de la ville Ibrahima Bangoura est mis à contribution par le président de la République au près de ses anciens collègues syndicalistes à fin de trouver un dénouement heureux à la crise .Les heures à venir nous en edifierons.

LAMOUCI

 
Présidence Guinéenne
Dr Mohamed Diané, véritable garde rapproché d’Alpha Condé
Soumah Alsény
Alsény SOUMAH: L’Ambassadeur de l’art culinaire guinéen aux USA
Dépêches
L'UA/Nord-Mali
TV Aujourd'hui-en-guinée

cliquez sur la photo pour ouvrir la video

Voir les autres articles >>>
Assemblée générale du fonds et de banque mondiale
Les activités du Pr Alpha Condé
TV Aujourd'hui-en-guinée  ::  Présidence Guinéenne  ::  Audios  ::  L'UA/Nord-Mali  ::  Libres Propos  ::  Soutenez Aujourd'hui en Guinée  ::  Albums Photos  ::  Contact  ::  Abonnez-vous  ::  Email  ::  Partenaires  ::  


Privé - Espace Clients  Hotline  

© Rosawebpro   |    Privé - Espace Clients