Bannière


 
L’Office Guinéen des Chargeurs
SOS pour éviter le gouffre

Partenaires

Africatime

Africvisionguinée

Akhadan

Conakrylive

Ecoutez Sabari FM 97.3 en direct

Guinée7

L'Express Guinée

Le Diplomate

Les amazones

Mediaguinee

www.Guineematin.com

26 visiteurs connectés

28 2015 - 19h12


 RECHERCHER 

Alpha Condé à Bruxelles: Appel à la mobilisation de la Coordination des Sections RGP de l’extérieur

2015/2/26

Aujourd'hui en Guinée La Coordination des Sections RGP-Arc-en-ciel de l’extérieur, dans le cadre de la conférence internationale sur la reconstruction des économies de trois pays les plus touchés par l’épidémie à virus Ebola – Guinée, Liberia et Sierra Leone, prévue à Bruxelles, le 3 mars 2015, à laquelle prendra part le Pr. Alpha Condé, président de la République de Guinée, invite l’ensemble des Sections RGP-Arc-en-ciel de l’Europe, les partis politiques alliés et la Communauté Guinéenne d’Europe à se mobiliser massivement se jour dans la capitale de l’Europe pour réserver un accueil digne de son rang. La présence de toutes et de tous est vivement souhaitée.

La Coordination des Sections RGP-Arc-en-ciel sait compter sur l’esprit patriotique de toutes et de tous.

M. Sidiki Kouroumah

Secrétaire Politique des Pays Bas et membre de la coordination de l’extérieur

 
La directrice régionale de l’OMS à Sékhoutouréya : Appuyer la Guinée contre Ebola

2015/2/25

Aujourd'hui en Guinée Sékhoutouréya, 25 février 2015 - Le Président de la République, le Pr. Alpha Condé, a reçu en audience ce mercredi 25 février 2015 au Palais Sékhoutouréya, le Dr. Matshidiso R. Moeti, directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique.
Les entretiens entre le chef de l’Etat et la nouvelle directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique ont porté sur le renforcement des stratégies de riposte contre Ebola afin de vaincre cette épidémie le plus vite que possible.
Au cours de l’audience, le Dr. Matshidiso R. Moeti a espéré, avec les efforts déployés sur le terrain, qu’Ebola soit un mauvais souvenir. De ce fait, elle a sollicité la collaboration des communautés où il y a encore des foyers de réticence pour que cet objectif soit atteint.
Au terme de l’entretien avec le Président de la République, la directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique a déclaré : « Le débat était axé sur la riposte contre l’épidémie Ebola. J’ai félicité le Président de la République pour son leadership et pour les résultats déjà acquis en Guinée. Nous avons beaucoup parlé des efforts à mettre en œuvre pour éradiquer cette épidémie. C’est vrai qu’il y a eu beaucoup de progrès dans le pays, mais on continue d’avoir des situations inquiétantes, surtout la réticence des populations dans certaines préfectures. Je suis encouragée de savoir que l’équipe est en train d’entretenir le dialogue avec les communautés pour qu’elles comprennent que ceux qui leur disent de refuser les interventions, les mettent en danger. C’est ce qu’il faut dire dans les familles et dans les communautés. Il s’agit de travailler avec les services de santé pour mettre fin à cette épidémie. J’ai beaucoup d’espoir qu’avec les efforts faits, nous allons y arriver. J’encourage tout le monde à collaborer avec les autorités pour mettre fin à cette épidémie ».
Pour sa part, le Président de la République a invité à une mobilisation totale pour vaincre cette maladie dans les plus brefs délais : « Nous remercions la directrice régionale de l’OMS pour son déplacement. Nous devons savoir que l’année dernière, nous n’avons pas pu faire le pèlerinage. Donc, tous ceux qui poussent à la réticence, doivent savoir qu’ils empêcheront de nouveau le pèlerinage cette année. Donc, il faut que tout le monde se mobilise pour qu’on finisse avec la maladie dans les 60 jours. Parce que, c’est après 42 jours qu’on déclare officiellement la fin de l’épidémie pour qu’on puisse aller à la Mecque. Dans ce sens, il faut que les Imams et les autres structures fassent comprendre que ceux qui poussent à la réticence, mettent les familles en danger. Ils risquent d’empêcher cette année le pèlerinage pour un grand pays musulman comme la Guinée. Nous avons beaucoup insisté auprès des bailleurs de fonds pour que les moyens soient multipliés davantage. Parce que, c’est la dernière ligne et c’est là qu’il faut renforcer la vigilance et les moyens pour qu’on arrive au cas zéro.
Nous remercions la directrice régionale et tout le personnel de l’OMS et nous comptons sur son leadership pour le soutien à nos équipes ».

Le Bureau de Presse de la Présidence

 
La nomination du Ministre Bouréma Condé s’inscrit dans l’intensification de la lutte contre Ebola et des efforts décentralisés en Guinée

2015/2/25

Aujourd'hui en Guinée Conakry, 25 février 2015: La nomination hier de Bouréma Condé, ancien Préfet en région et ancien Gouverneur de Nzérékoré, au poste de Ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation (MATD), s’inscrit dans l’intensification de la lutte contre Ebola et la priorité donnée au renforcement accru des efforts décentralisés.

L’objectif est double : il s’agit de renforcer la mobilisation des autorités administratives décentralisées et d’intensifier la sensibilisation des communautés locales.

A cet effet, la nomination du ministre Bouréma Condé repose sur son expérience avérée et admise par tous au poste de Préfet et de Gouverneur. Depuis longtemps en détachement de ses anciennes activités militaires, Bouréma Condé n’appartient à aucun état-major.

Dans le cadre de la mobilisation intensive « Tous contre Ebola », le Gouvernement guinéen et ses partenaires internationaux poursuivent cette semaine les déplacements dans les communes de la capitale et plusieurs villes de l’intérieur du pays avec un objectif commun : renforcer la sensibilisation des populations.

« Un seul enterrement dangereux non sécurisé peut générer de dizaines de nouveaux cas. Nous savons que nous avons encore des zones sensibles – et nous y concentrons nos efforts. Plus que jamais, la vigilance et la mobilisation doivent rester maximales. C’est un devoir collectif et individuel, c’est une responsabilité citoyenne », a déclaré le Ministre Damantang Albert Camara, Porte-Parole du Gouvernement.

La Guinée et ses partenaires internationaux déploient des efforts sans relâche depuis un an, face à une épidémie complexe et éprouvante au coût humain et économique très lourd.

En dépit de la stabilisation de l’épidémie et d’une tendance globale à la baisse, les récentes résurgences de nouveaux cas et les résistances de certaines communautés locales démontrent qu’il est impératif de maintenir la mobilisation internationale au maximum et la vigilance absolue tant que « Zéro Ebola » n’est pas atteint dans les trois pays frappés par l’épidémie – Guinée, Sierra Leone, Libéria.

Le Porte-parole du Gouvernement

Contact médias : M. Damantang Albert CAMARA, Porte-parole du Gouvernement, ministre de l’Enseignement Technique, de la Formation professionnelle, de l’Emploi et du Travail

Tel : + 224 628-20-58-58

Transmis par la Cellule de Communication du Gouvernement

 
Mobilisation « Tous contre Ebola » : Actions et engagement sans relâche du Gouvernement guinéen

2015/2/25

Aujourd'hui en Guinée Dans le cadre de la mobilisation intensive « Tous contre Ebola », le Gouvernement guinéen et ses partenaires internationaux poursuivent cette semaine les déplacements dans les communes de la capitale et plusieurs villes de l’intérieur du pays avec un objectif commun : renforcer la sensibilisation des populations.

« Un seul enterrement dangereux non sécurisé peut générer de dizaines de nouveaux cas. Nous savons que nous avons encore des zones sensibles – et nous y concentrons nos efforts. Plus que jamais, la vigilance et la mobilisation doivent rester maximales. C’est un devoir collectif et individuel, c’est une responsabilité citoyenne », a déclaré le Ministre Damantang Albert Camara, Porte-Parole du Gouvernement.

La Guinée et ses partenaires internationaux déploient des efforts sans relâche depuis un an, face à une épidémie complexe et éprouvante au coût humain et économique très lourd.

En dépit de la stabilisation de l’épidémie et d’une tendance globale à la baisse, les récentes résurgences de nouveaux cas et les résistances de certaines communautés locales démontrent qu’il est impératif de maintenir la mobilisation internationale au maximum et la vigilance absolue tant que « Zéro Ebola » n’est pas atteint dans les trois pays frappés par l’épidémie – Guinée, Sierra Leone, Libéria.

Le Gouvernement, avec ses partenaires internationaux, a mis en place une série d’actions de communication et de sensibilisation « porte-à-porte » auprès des populations locales.

« Le Gouvernement salue aussi avec force le courage de nos héros anonymes, médecins, personnel para-médical ou volontaires, toutes les Guinéennes et tous les Guinéens qui se mobilisent depuis des mois contre Ebola, qui s’engagent et risquent leur vie pour en sauver d’autres », a déclaré M. Damantang Camara.

Au-delà du dispositif de réponse urgente et coordonnée à Ebola, du besoin d’expertises et de financements mondiaux rapides pour lutter contre un tel fléau, il est indispensable de renforcer en profondeur le système de santé de la Guinée, et plus largement d’une grande partie de l'Afrique de l'Ouest, comme nombre de pays en développement, par des investissements dans des infrastructures de santé adaptées et de qualité, la formation des personnels de santé et le renforcement des capacités locales.

Notes :

· Les autorités guinéennes ont mis en place une synergie transfrontalière avec les pays affectés pour coordonner les efforts de contrôle pour lutter contre Ebola, et une coopération renforcée avec les partenaires internationaux pour mettre en place des actions de riposte et de sensibilisation coordonnées.

·En juillet 2014, un centre de contrôle régional a été établi à Conakry par l’OMS et d’autres institutions partenaires engagées dans la lutte contre Ebola : Médecins sans Frontières (MSF), Croix-Rouge, Center for Disease Control and Prevention (CDC) des Etats-Unis, et les partenaires techniques du Réseau mondial d’alerte et d’action en cas d’épidémie (GOARN). Les équipes de MSF ont été impliquées dans la lutte contre Ebola dès le début de l’épidémie en gérant le Centre de Traitement Ebola (CTE) à Guéckédou où environ 70% des patients Ebola traits proviennent de préfectures se situant plus à l’Est, comme N’Zérékoré, Kérouané et Macenta. Depuis, plusieurs centres de traitement, d’observation et de centres de transit ont été créés : à Conakry, Nzérékoré, Coyah, Macenta, Forécariah, Beyla, Siguiri, Kérouané.

· Le Gouvernement est entièrement mobilisé, avec tous les partenaires internationaux, pour rompre la chaîne de contamination. Une série d’actions est actuellement en cours :

- Installation des Centres d’isolement des malades dans les préfectures touchées

- Désinfection systématique des domiciles des cas suspects et des décédés

- Application du plan d’action de riposte

- Matériels de protection individuelle (MPI) et de kits de prise en charge dans les zones touchées

- Renforcement de la surveillance épidémiologique

- Sensibilisation “porte-à-porte” et la distribution de kits d’hygiène dans les villages ou quartiers touchés

- Déploiement des équipes d’interventions de l’OMS et MSF (épidémiologistes, spécialistes en prévention et contrôle des fièvres hémorragiques virales, logisticiens, gestionnaires de données, spécialistes en communication et sociologues)

- Mise à disposition d’un laboratoire mobile

· Depuis novembre 2014, plusieurs dirigeants et hauts responsables internationaux sont venus en visite officielle à Conakry pour soutenir la Guinée dans la lutte contre Ebola, notamment : Secrétaire général des Nations Unies Ban-Ki Moon, Président de la Banque Mondiale Jim Yong Kim, Président français François Hollande, Président sud-africain Jacob Zuma, Président malien Ibrahim Boubacar Keïta, Président nigérien Mahamadou Issoufou.

· Après toute une série d’actions de sécurité sanitaires préalables et en concertation avec les partenaires internationaux, la rentrée scolaire et universitaire a eu lieu le 19 janvier 2015. Des dispositifs sont mis en place et des règlements d’hygiène stricts sont à appliquer sur l’ensemble du pays.

· Selon l’OMS, 2727 cas confirmés d’Ebola ont été recensés en Guinée depuis mars 2014, dont 1683 décès.

Le Porte-parole du Gouvernement

Contact médias : M. Damantang Albert CAMARA, Porte-parole du Gouvernement, ministre de l’Enseignement technique, de la Formation professionnelle, de l’Emploi et du Travail

Tel : + 224 628-20-58-58

Transmis par la Cellule de Communication du Gouvernement

 
Gouvernement: Général Boureima Condé remplace Alassane Condé

2015/2/24

Aujourd'hui en Guinée Le chef de l'état guinéen le Pr Alpha Condé vient de publier un décret sur les ondes des médias d'état pour remplacer son  ministre de l’administration du territoire, Alassane Condé par le Général Boureima Condé qui remplace Alassane Condé .

Alassane Condé va à la présidence en qualité de Ministre conseiller.

La rédaction

 
Le Président ovationné après la prière du vendredi par les jeunes de Bambeto: Ont-ils adopté Alpha Condé?

2015/2/21

Aujourd'hui en Guinée Le Président de la République, le Pr. Alpha Condé, était ce 20 février 2015 à la mosquée centrale de Bambéto où il a accompli la grande prière du vendredi dans une véritable ferveur religieuse. Les fidèles musulmans de cette zone ont fait salle comble pour partager ce moment de dévotion avec le chef de l’Etat.

Dans son sermon, Elhadj Thierno Saidou Diallo, l’Imam ratib de la mosquée centrale de Bambéto, a mis l’accent sur le respect des principes de l’Islam. Poursuivant, l’Imam de la mosquée de Bambéto a indiqué que le respect au Président de la République est un principe de l’Islam en ce sens que ce dernier est un choix de Dieu. De ce fait, il a invité les fidèles musulmans à se mobiliser derrière le chef de l’Etat, choisi par Dieu pour présider aux destinées de notre pays.

Après la prière, les sages ont remercié le Président de la République pour son choix d’accomplir ses obligations religieuses du vendredi dans leur mosquée. Pour eux, à travers cet acte, le Président de la République prouve une fois de plus qu’il est le père de toute la nation guinéenne. C’est pourquoi, ces sages ont formulé des prières pour le Président de la République, ainsi que pour la paix, la stabilité et le développement du pays.

Une occasion que le Président Alpha Condé a mise à profit pour inviter les Imams à s’impliquer davantage dans la lutte contre Ebola jusqu’à son éradication totale.

Pour cela, le chef de l’Etat a rappelé les reformes que le gouvernement a engagées pour le développement de la Guinée et qui ont été retardées à cause de cette épidémie. Malgré tout, le chef de l’Etat a précisé que le gouvernement a fait d’énormes efforts pour lutter contre la maladie qui tend vers sa fin. Cependant, selon le Pr. Alpha Condé, c’est en cette phase décisive qu’il faut être vigilent.

C’est pourquoi, il a invité les Imams à renforcer la sensibilisation pour lutter contre la maladie, « surtout que certains ne veulent pas qu’Ebola soit éradiqué en Guinée ». Dans cette démarche, il a conseillé d’éviter de prier sur des corps non sécurisés.

A sa sortie de la mosquée, le Président de la République, en compagnie de l’Imam ratib, a été vivement ovationné par les populations du quartier Bambéto, en majorité les jeunes. Une attitude des populations de cette localité qui a obligé le chef de l’Etat à faire plusieurs tours du quartier en compagnie d’une foule en liesse. Bambéto a adopté Alpha Condé, pouvait-on entendre.

Le Bureau de Presse de la Présidence

 
Nomination de hauts cadres civils et militaires au Ministère de la défense : Lieutenant-colonel Sandé et Louis Auguste Le Roy signent leur retour

2015/2/20

Aujourd'hui en Guinée Dans une série de décrets lue jeudi à la télévision nationale, le président Alpha Condé a nommé de hauts cadres civils et militaires au Ministère de la Défense nationale. Voici l'intégralité de cette série de nomination où l’ancien ministre de l’Economie sous la transition lieutenant-colonel Mamadou Sandé, le journaliste Louis Auguste Le Roy et le juriste et activiste de la société civile sont promus...

A- Cabinet ministériel :

-Directeur de cabinet : Général de corps d’armée, Aboubacar Sidiki Camara, confirmé ;

-Directeur général des ressources humaines: Colonel Ali Moussa Camara, confirmé ;

-Directeur général adjoint : Lieutenant-colonel Mamadou Diaouné, précédemment chancelier ;

-Directeur général des domaines et infrastructures militaires : Lieutenant-colonel François Tolno, confirmé ;

-Directeur général adjoint des domaines et infrastructures militaires : Lieutenant-colonel Niankoye Kpoghomou, Bataillon de génie militaire, confirmé ;

-Directeur général de l’informatique et des nouvelles technologies de l’information et de la communication : Colonel Alimou Koulibaly, confirmé ;

-Directeur général adjoint de l’informatique et des nouvelles technologies de l’information et de la communication : Lieutenant-colonel Adama Cissé, confirmé ;

-Directeur général du patrimoine historique, archives et musée des armées : Pépé Sévérin Théa, précédemment directeur général adjoint du Musée national ;

-Directeur général adjoint du patrimoine historique, archives et musée des armées : Colonel Séna Camara, confirmé ;

-Directeur général de l’Intendance militaire: Colonel Ibrahima Kalil Kouyaté, confirmé ;

-Directeur général adjoint de l’Intendance militaire: Colonel Sékou Souaré, confirmé ;

-Directeur général des pensions militaires et anciens combattants: Colonel Cellou Barry, confirmé ;

Directeur général adjoint des pensions militaires et anciens combattants: Commandant Manga Mory Bangoura, confirmé ;

-Directeur général des Affaires juridiques et du contentieux: Mamadou N’Diaye, juriste ;

-Directeur général adjoint des Affaires juridiques et du contentieux: Colonel Oumar Baldé, gendarmerie nationale ;

-Chef de cabinet: Colonel Tidiane Diallo, confirmé ;

-Secrétaire général du ministre de la Défense : Lieutenant-colonel Michel Tinguiano, précédemment Intendant deuxième région militaire, Labé ;

- Secrétaire général adjoint du ministre de la Défense : Commandant Myao Kourouma, précédemment intendant adjoint première région militaire, Kindia ;

-Conseiller Politique près du ministre : Dr. Djéliman Ousmane Kouyaté, confirmé ;

-Conseiller diplomatique près du ministre : Ckeick Abdoul Camara, ancien ambassadeur ;

-Conseiller juridique et du contentieux près du ministre : Nouhan Traoré, juriste, professeur à l’université général Lansana Conté ;

-Conseiller économique et financier près du ministre : Lieutenant-colonel, Mamadou Sandé, ancien ministre ;

-Conseiller logistique près du ministre: Colonel Alpha Saliou Barry, confirmé ;

-Conseiller Terre théâtre national près du ministre : Colonel Oumar Sanoh, ancien Chef d’état-major général des armées ;

-Conseiller mer près du ministre et point focal de la préfecture maritime : Capitaine de Vaisseau, Mourana Conté, armée de mer ;

-Conseiller Air ressources humaines et organisations près du ministre : Général de brigade aérien, Naby Ibrahima Soumah, ancien chef d’état-major de l’armée de l’air ;

Conseiller gendarmerie nationale près du ministre : Colonel François Béavogui, ancien chef d’état-major adjoint de la gendarmerie nationale ;

-Conseiller Santé près du ministre et point focal VIH/Sida: Colonel Lamine Diallo, Direction générale du service de santé des armées ;

-Conseiller formation près du ministre : Colonel Ousmane Conté, précédemment directeur des ressources humaines ;

B-Services rattachés au ministre de la Défense nationale :

-Inspecteur général des forces armées : Colonel Alpha Ousmane Diallo, confirmé ;

- Inspecteur général adjoint des forces armées: Colonel Abdoulaye Kéita, confirmé ;

-Président de la Commission nationale de la Lutte contre la prolifération et la circulation illicite des armées légères et des petits calibres : Général de brigade Bambo Fofana, confirmé ;

-Directeur de l’information et des relations publiques des armées : Louis Auguste Le Roy, journaliste et ancien directeur du bureau de presse de la Présidence de la République ;

-Directeur adjoint de l’information et des relations publiques des armées : Lieutenant-colonel Bakary Kourouma, presse militaire.

Conakry le 19 février 2015

Pr. Alpha Condé

 
Election du président de la communauté guinéenne à New York : Quand Cellou Dalein joue les trouble-fêtes!

2015/2/20

Aujourd'hui en Guinée Les Guinéens de New York, de Connecticut et de New Jersey seront appelés aux urnes le 22 février 2015 pour élire le président du bureau de la Communauté Guinéenne, après six ans de crise. A cette occasion, le président de l’UFDG, Mamadou Cellou Dalein Diallo, demande à ses militants de designer un seul candidat au lieu de trois.

Pour le moment ce sont quatre candidats en lice qui briguent le poste du président de la Communauté Guinéenne aux Etats-Unis: Mohamed Chérif, Maka Bah, Abdoul Diallo et Amadou Sara Diallo.

Avant de présenter le candidat de tous les Guinéens, Mohamed Chérif, il sera nécessaire de rentrer dans la genèse de ce bureau sortant qui était présidé depuis sa création jusqu'à aujourd’hui par Amadou Sara Diallo, candidat encore à sa propre succession après plusieurs années passées dans les bagnes des Etats-Unis pour contrefaçon, faux et usage de faux et pourquoi le président de l’UFDG se mêle-t-il.

Plus de 20 ans après sa création, le bureau de la Communauté Guinéenne, a été renouvelé une seule fois. C’était en 1998. Là encore Amadou Sara était le candidat, soutenu par le Manden et élu pour la deuxième fois à la tête de la communauté. Il règnera plus de 18 ans en monarque à la tête du bureau et le dirigera en solitaire en ignorant tous ses collaborateurs. Il disposait de tous les biens de la Communauté.

Patatras ! En 2003, le Champion en rapatriement des corps en Guinée est arrêté et condamné pour fraude et contrefaçon. Il passe sept ans sous les verrous et il est libéré en 2011 sous probation.

En allant en prison, Amadou Sara Diallo ignore son Vice-président Dr. Billy Nankouman Keita et son Secrétaire Général Ben Cheik Kourouma, confie le dossier de l’organisation à une personne qui n’était pas membre du bureau. L’intérim sera tout de même assuré, selon le statut, par le vice-président Dr. Billy Nankouman Keita, jusqu'à la grande crise qui rendra le bureau inactif pendant près de 6 ans. C’est en ce moment que certains responsables des associations du Fouta organiseront une réunion élargie aux différentes coordinations de la Haute Guinée, de la Basse-Guinée et de la Forêt pour demander le remplacement d’Amadou Sara Diallo qui était désormais illégitime selon eux. Face à l’insistance de la crise, l’Ambassade s’est mêlée à la danse pour aider la diaspora à s’organiser.

Ainsi, après plusieurs jours de négociation entre les coordinations sous l’arbitrage de l’Ambassade représentée par le Consul Aboubacar Sakho, dont on salue ici la patience et l’impartialité qu’il a fait montre, il a été décidé d’appeler les Guinéens à voter le 22 février 2015 pour élire le président de la Communauté Guinéenne et ne Commission électorale indépendante a été mise en place à cet effet.

Comme en Guinée, deux camps s’affrontent dans cette élection : l’opposition et la mouvance. Trois candidats de l’opposition dont Amadou Sara Diallo, Maka Bah et Abdoul Diallo. Un candidat de la mouvance, Mohamed Chérif de la Basse-Guinée soutenu par le Manden, la Haute Guinée, la Forêt et une partie du Fouta qui soutient le Prof. Alpha Condé dans son programme de changement amorcé en Guinée depuis 2010.

Hasard du calendrier ou un déplacement calculé sur mesure par les artificiers de l’UFDG ? En tout cas, le moins que l’on puisse dire, c’est que la présence de Cellou Dalein Diallo aux Etats Unis, le mardi 27 janvier 2015 aux Etas Unis pour un séjour d’au moins une semaine, n’est pas fortuite et n’est pas moins suffisante pour crédibiliser la thèse selon laquelle il aurait demandé à ses militants de mettre tout en œuvre pour présenter un seul candidat le 22 février prochain. Et pour cela il aurait souhaité le report de l’élection pour donner du temps à ses militants de choisir un candidat parmi les trois précédemment annoncés. Mais les dissidences dans l’UFDG ont fait que les candidats de l’opposition n’ont apparemment pas entendu l’appel de Mamadou Cellou Dalein Diallo. Ils iront en rang dispersé.

Cela prouve à suffisance que l’enjeu de cette élection est politique. Ceux qui ne le savent pas doivent le comprendre. Car si l’opposition prend la tête de la communauté, elle ne défendra jamais les intérêts du gouvernement guinéen ici aux Etats-Unis. Au contraire, elle continuera à ternir l’image de notre pays. Pire, le jour où le Président Alpha Condé souhaitera rencontrer la communauté guinéenne aux Etats-Unis, le discours du président de la communauté sera hostile au gouvernement, s’il n’insulte pas le président comme ce qui s’est passé à Washington au temps du Capitaine Dadis Camara organisé par Abdoul Diallo, l’un des candidats en lice. En lieu et place de Pottal Fi Bantal, c’est le président de la communauté qui écrira désormais au gouvernement américain des insanités sur la Guinée comme en août 2014.

Aussi, rappelez-vous les élections présidentielles de 2010 ?

Si le professeur Alpha Condé a perdu aux Etats-Unis c’est parce que lors du recensement, les cartes d’identité du bureau de la Communauté Guinéenne ont été distribuées aux étrangers pour venir se faire enregistrer à l’Ambassade afin d’obtenir la Carte consulaire qui leur permettait de se faire recenser avec les bénédictions de l’Ambassadeur de l’époque Son Excellence Sow. C’est pourquoi après le dépouillement, Cellou Dalein a été proclamé vainqueur du scrutin.

Pour éviter cela, les Guinéens patriotes, qui sont pour le changement amorcé par le président Alpha Condé, doivent se mobiliser le 22 février prochain pour faire élire Mohamed Chérif, l’homme qu’il faut pour créer l’union et la solidarité dans la Communauté Guinéenne des Etats Unis.

Cet homme responsable et dynamique entend mettre à profit l’expérience acquise à Fria, en Arabie Saoudite, en Caroline du Nord et à Delaware pour faire de la Communauté Guinéenne une communauté plus organisée, plus unie et plus forte.

Créer un cadre d’échange des idées pour l’amélioration des conditions de vie de la diaspora guinéenne aux Etats-Unis.

Assurer l’assistance sociale à tout les Guinéens de la diaspora et mettre en place un programme de solidarité pour résoudre les problèmes de logement, de santé, d’éducation des enfants et de formation des adultes au sein de la communauté.

Participer activement au processus de changement et s’impliquer davantage dans les reformes politiques, économiques et sociales engagées en Guinée.

Défendre les intérêts de la communauté devant les autorités du pays d’accueil.

Qui est Mohamed Chérif?

Enseignant de profession, Mohamed Chérif est né le 22 mars 1956 à Kindia a servi à la Direction Préfectorale de l’Education de Fria en 1981.

Grace à son sérieux dans le travail et sa compétence, il sera nommé à la même année Directeur des Etudes chargé de cours de Philo Idéologie et de Français à l’Institut Polytechnique Secondaire de Fria. Il y exercera jusqu’en 1985.

De 1985 à 1990, ce natif de la Basse-côte sera administrateur civil à l’Ambassade de la République Gabonaise à Ryad en Arabie Saoudite. Et en même temps Secrétaire à l’Organisation et Entraineur de l’équipe Guinéenne de football de la Communauté Guinéenne.

Ce roturier, père de sept enfants, reconnu à la tache, émigre aux Etats-Unis en 1991 et devient président de la Communauté Guinéenne de la Caroline du Nord de 1997 à 2005.

De 2005 à 2010 il assume la présidence du bureau de la Communauté Guinéenne de Delaware avant de transférer à New York où il milite dans le bureau de la Communauté Mandingue depuis 2010 jusqu'à aujourd’hui.

Le rendez-vous est donc pris pour le dimanche 22 février 2015 pour choisir entre les quatre candidats de la mouvance et de l’opposition.

Bangaly Condé "Malbanga"

 
Mohamed Alpha Condé...de l'affairisme au sommet de l'Etat ?

2015/2/19

Aujourd'hui en Guinée Le 20 septembre dernier, dans les colonnes du média français Rue89, l’honorable Cellou Dalein Diallo, affirmait ceci :

« Nous dénonçons la façon dont le pouvoir est géré. Le prix des routes a atteint des niveaux inconnus en Guinée, avec des contrats de gré à gré négociés par le fils du président Alpha Condé, qui a fondé OAS BTP, une entreprise de bâtiments et travaux publics »

Au-delà de la polémique, je souhaite poser la question suivante : Est-il sain qu’un président de la république soit conseillé par son fils ?

En France, Claude Chirac a cessé ses activités professionnelles pour se remettre à travailler pour son père sauf qu’il ne s’agit plus de travailler, seulement d’accompagner un vieil ex-président perdu dans ses souvenirs.

La fille de Jacques Chirac n’a rien oublié de l’accueil qu’elle reçut quand elle se mit au service d’un homme dont beaucoup pensaient alors qu’il prolongerait à jamais sa série de défaites à l’élection présidentielle. « Abandonné par tout le monde, sauf par ma fille et par Maurice Ulrich », remarquait le président français à l’époque. L’arrivée de Claude provoqua la colère de certains fidèles: « Il n’est pas sain qu’un présidentiable soit conseillé par un parent. »

Chirac resta sourd à la critique: Claude effectua l’intégralité des douze années à l’Elysée. Aujourd’hui, son dévouement, tout entier placé dans la sphère privée, force l’admiration de ceux qui la critiquaient hier.

François Mitterrand avait montré le chemin avec un fiston surnommé Papamadi (« Papa m’a dit ») chargé des affaires africaines. A cette époque la présence de Jean-Christophe Mitterrand posait un problème d’abord politique. Il s’est ensuite déplacé sur le champ de la morale. A l’heure où la transparence impose ses règles et même sa loi, embaucher un parent, est possible juridiquement, mais déjà suspect éthiquement.

Le népotisme est un sujet sensible partout dans le monde, il suffit de se rappeler l’extraordinaire scandale que suscitèrent, en France, les mésaventures de Jean Sarkozy quand fut envisagée son arrivée à la tête de l’Epad, un établissement public des Hauts-de-Seine. Il avait certes reçu l’onction du suffrage universel, puisqu’il était conseiller général, pourtant le scandale fut énorme et marqua un tournant dans le quinquennat de son père.

Un « fils de » n’est pas forcément moins compétent qu’un autre. La confiance, à laquelle les responsables politiques sont tant attachés, est évidemment un atout. Le bât blesse dès que se répand le soupçon de l’emploi de complaisance. La vie publique n’a vraiment pas besoin de cela.

Au Sénégal, les adversaires de Karim Wade l’accusaient d’être derrière toutes les décisions de son père, de profiter du népotisme du président, de faire preuve d’affairisme… et de vouloir à tout prix s’installer à la tête de l’Etat.

Chez nous, en Guinée, Alpha Mohamed Condé vit dans l’ombre du père. Polyglotte (Outre le français, il maîtrise l’anglais, l’espagnol et le portugais), sérieux, diplômé d’une école de commerce réputée (un MBA de la Thunderbird School of Global Management, considérée comme la meilleure école de commerce du pays), petit « Papa », pour les intimes, est rentré en Guinée avec son père, avant la présidentielle de 2010.

Avec les qualités qui sont les siennes, n’est-il pas normal que Alpha Mohamed Condé sert tout naturellement d’interprète officiel à son père ou de conseiller à la présidence, chargé de missions ?

Oui, nous n’avons pas besoin d’une République des « enfants à papa », des épouses, des cousins et des amis d’amis. Ce sera du népotisme à la manière de certains chefs d’état qui favorisent leurs familles qui ne brillent que par leurs incompétences notoires et leurs arrogances inouïes.

Oui, ils sont de plus en plus nombreux, les fils de présidents africains à qui l’opinion prête des ambitions pour le pouvoir ; au regard de leur activisme plus ou moins avéré aux côtés dans les cercles du pouvoir.

Oui, une réponse intelligente à cette question aurait dû guider le président Alpha Condé, dans la mesure où la participation, de ces fils de Chefs d’Etat sur l’arène politique, n’a apporté que des ennuis, tant en Europe qu’en Afrique.

Non, Alpha Mohamed Condé ne doit pas, systématiquement, faire l’objet de graves accusations, de profondes détestations, d’attaques hallucinantes de la part de ceux qui le connaisse à peine ou pas du tout.

Impitoyablement, il estsanctionné sans être entendu, jugé dans des procès sans défense, « condamné » sansrecours possible.

De sa présomption d’innocence, on s’en passe automatiquement. On lui prête beaucoup trop ! Qu’on perde un marché public, une position, une faveur, un privilège, un titre, une fonction, aussitôt l’on le rend responsable.

Lorsqu’il pleut un peu trop à Conakry, il est indexé ; lorsque le vent emporte le toit d’une maison à Mamou, il est pointé du doigt ; lorsque les bandits assassinent à N’Zérékoré, il y est pour quelque chose ; lorsqu’un accident survient sur la route, il est vilipendé.

Chers amis,

Je ne veux pas me faire l’avocat du diable, ni celui de Alpha Mohamed Condé, mais ce qui me frappe, sur le fond est la difficulté, pour la classe politique guinéenne, de sortir des schémas classiques, des clivages et des esprits de boutique. Ces postures générales ne permettent malheureusement pas de construire des positions animées d’un sentiment d’unité nationale. C’est préoccupant, inefficace et dramatique pour l’avenir de notre pays.

Ce qu’affirme l’honorable Cellou Dalein Diallo, s’il est avéré, est une gravité incontestable. Un affairisme au sommet de l’Etat ? Des marchés de gré à gré qui engraissent la mauvaise gouvernance ? Pour un président qui veut lutter contre l’impunité et la corruption ? Serait un comble voire même une trahison envers le peuple qui l’a élu.

La société de droit guinéen,CONSTRUTORA OAS GUINEE SA, serait une filiale de la société Brésilienne OAS SA qui est implanté dans plusieurs pays Africains. Son responsable en Guinée serait un certain Juraci Pimentel.

Notre mouvement « En Avant la Guinée » souhaite et encourage vivement l’honorable Cellou Dalein Diallo de nous apporter la preuve que la sociétéCONSTRUTORA OAS GUINEE SA appartient à Alpha Mohamed Condé.

Le débat est ouvert.

Avec toute mon affection,Ousmane Bho Kaba.

Standard de wwwactuconakrycom : +224)622 56 56 67 / E-mail :actuconakry@gmail.com

Comme

 
Jeunes de l’UFDG : Si j’étais vous … (Libre opinion)

2015/2/18

Aujourd'hui en Guinée Le 26 Mai 2009, la Guinée perdait l’un de ses meilleurs fils, El Hadj Bâ Mamadou, de l’UFDG à l’Hôpital Paul Brousse de Villejuif, en France. Souvenez-vous que le peuple de Guinée tout entier lui avait rendu un vibrant dernier hommage au palais du peuple. Un témoignage de toute une nation à un homme qui aura consacré sa vie au combat pour la démocratie et la liberté. A juste titre, cet homme, comme beaucoup d’autres (Siradiou Diallo, Jean-Marie Doré, Bah Ousmane, Alpha Condé, etc…) de cette génération, peuvent nous servir d’exemple, car ils ont contribué à l’édification de la démocratie dans ce grand pays qu’est la Guinée. Que faisons-nous de ce patrimoine ? Qu’est devenue notre identité de guinéen ? Que sont devenues nos valeurs ?

Je me sens orphelin de ce père du peuple. C’est pourquoi je m’adresse à vous aujourd’hui, les « vrais UFDGistes », qui pensez d’abord à la Guinée et non à la gloire d’un quelconque « fils du Foutah », qui croyez au « Dialogue », à la « Tolérance », à la « Paix » pour que la Guinée demeure toujours une nation forte.

Avant de vous écrire je me suis d’abord demandé si cela servira à quelque chose et interpellera les jeunes au sein de l’UFDG. Face à une apathie qui semble envelopper la jeunesse guinéenne, ai-je raison ou tort de vous interpeler ? Je ne doute pas qu’au sein de l’UFDG il y a encore des « vrais UFDGistes » qui sont des guinéens amoureux de la Guinée, conscient qu’ils n’ont que la Guinée pour pays et patrie.

Aujourd’hui, c’est avec des larmes plein les yeux que nous nous interrogeons quant à l’avenir de nos enfants ou petits-enfants, car nous ne savons pas de quoi il sera fait.

Vous raillez le Pr Alpha Condé parce qu’il a réussi, en moins de 5 ans, là où nos « anciens premiers ministres » ont échoué en plus de 20 ans. Étiez-vous d’accord, quand ces « anciens premiers ministres » dirigeaient la Guinée, sur la façon dont nous étions traités et la manière dont étaient utilisées nos finances publiques ?

Sans considération des plus pauvres, des plus démunis, des laissés pour compte, ils s’improvisent représentants des tout petits face aux fils et filles laborieux de notre patrie. Ainsi s’efforcent-ils d’alimenter les frustrations, les colères légitimes, les conflits locaux, pour en faire la preuve de l’efficacité de leur critique du professeur Alpha Condé. Le fait est qu’ils sont depuis bien longtemps coupés de ce peuple qu’ils prétendent représenter, non seulement parce que leur problème est d’avoir le pouvoir, mais aussi parce qu’ils ont cessé depuis longtemps de comprendre ce que la société guinéenne est devenue après l’arrivée au pouvoir du Professeur Alpha Condé.

Mesdames et Messieurs les vrais UFDGistes, la Guinée est peut-être à penser au-delà de nos ethnies et de nos communautés, dans une perspective originale qui s’intéresserait davantage aux priorités matérielles, écologiques, sanitaires, économiques et juridiques qu’à la proclamation d’un nouveau corpus idéologique. N’est-ce pas qu’au fond, la démocratie, quoiqu’on en dise, est l’urgence réelle de notre pays, tous les autres problèmes guinéens étant soumis à celui de la justice politique ? Ces imposteurs n’en ont cure. Opposant les hommes aux femmes, la société à la religion, ils ne vivent que pour fabriquer des contradictions qui ne sont pas essentielles, mais servent artificiellement à développer leur quête égoïste du pouvoir.

Ils se proposent comme les seuls et ultimes garants de l’ordre et de la survie de notre pays. Avant eux, disent-ils, c’était le chaos. Après eux, prétendent-ils aussi, ce sera le chaos. Mais ils nous ont prouvé, quand ils étaient au pouvoir, combien ils aimaient le chaos. Praticiens de la démocratie de propagande, ils ne croient en réalité qu’aux ruses et aux vertus de la duplicité politicienne. Les valeurs de vérité et de justice étant aux antipodes de leurs visées, le clanisme, le tribalisme, l’opportunisme et le cynisme sont leurs refuges immoraux.

Ce sont des chantres de la démocratie quand ils cherchent le pouvoir mais sembleraient ne pas le rester une fois qu’ils l’ont obtenu.

Le candidat auto-proclamé, l’honorable Cellou Dalein Diallo, est-il réellement le vôtre ? Quel avantage un pays peut-il tirer si les mêmes idées, celles d’hier, sont encore l’enjeu d’une élection?

Place aux jeunes et aux idées nouvelles d’avenir !
La division du pays depuis les dernières élections est un fait. Personne ne peut l’accepter. Personne ne devrait voter pour que cette situation perdure. Nous avons tous soif de démocratie. A vous de réfléchir.

Qui saura vous représenter dignement ?

Si j’étais vous ….

Ousmane Boh Kaba

 
Réunion extraordinaire sur le terrorisme à l’OCI: ‘’ Le sujet portait sur les moyens de lutte contre le terrorisme et l’extrémisme ‘’, El hadj Soriba Camara.

2015/2/17

Aujourd'hui en Guinée Face à la menace que représentent le terrorisme, la montée des violences de Boko Haram et l’état islamique, l’Organisation de la Coopération Islamique - OCI -, ne reste pas les bras croisés. Elle vient de boucler à Djeddah, une réunion extraordinaire sur le terrorisme et l’extrémisme le dimanche 14 février 2015. Cette réunion regroupant les pays membres de l’Organisation a eu à débattre sur les voies et moyens à utiliser pour obstruer ce phénomène qui menace le monde entier.
La République de Guinée, était représentée à cette rencontre par SEM El hadj Soriba Camara, Ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire de Guinée en République Arabe d’Egypte, également porte-voix du Ministre Lounceny Fall. Sur les points abordés durant cette importante réunion, il a affirmé au micro d’AEG : ‘’ le sujet portait essentiellement sur les moyens de lutte contre le terrorisme et l’extrémisme ‘’.
La réunion de Djeddah a passé tout au peigne fin en terme de terrorisme et l’extrémisme : de Boko Haram aux Chébabs, en passant par l’extrémisme et l’état islamique.
Rappelons que les acteurs de l’état islamique, de Boko Haram et d’ Al Qaïda ont fait des centaines de morts ces derniers mois en Afrique et en Asie au nom du monde musulman. Il y’a de quoi appeler donc une réunion d’urgence de l’OCI afin d’endiguer ce fléau.

M. TRAORE Ousmane
Ecrivain-journaliste.
Chef de bureau d’AEG en Arabie Saoudite.
Courriel : minatatraore970@yahoo.ca

 
Gandhi Faraguet Tounkara justifie son choix de l'UGDD

2015/2/13

Aujourd'hui en Guinée Cette semaine ,l'ancien ministre de l'enseignement supérieur du gouvernement de large consensus de Amed Tidiane Souaré , a rejoint les rangs de l'UGDD , un parti qui se prononce au de l'ancien Président de la transition le capitaine Moussa Dadis Camara ,bien que ce dernier se soit insurgé contre ce qu'il a toujours appelé marchandage politique visant sa personne.

D'après Gandhi Faraguet Tounkara sa décision a été prise à l'issue d'une tournée à l'intérieur du pays où poursuit il, a été marqué par la misère dans laquelle végétent les guinéens. Gandhi affirme qu'il a , à cet effet décidé de participer à l'animation politique du pays et que L'UGDD avec dit il son programme de société très alléchant doublé de la jeunesse de ses cadres lui convenait parfaitement.
Ce nouveau choix de l'ancien cadre du FUDEC confirme sa position dans l'opposition depuis que le leader de ce parti, député à l'assemblée nationale, a décidé de quitter le groupe parlementaire de la mouvance. Nul doute aujourd'hui que le fossé est très profond entre lui et Lounceni Fall qui l'avait proposé dans le gouvernement dont il a appartenu pendant un bref délai

Ceux qui connaissent Faraguet, ne cessent de s'interroger sur la compatibilité entre la politique qu'il embrasse de nouveau et le lionnniste ou il occupe une place importante étant gouverneur du district A1, la plus haute marche de cette association apolitique à but humanitaire.

LAMOUCI

 
Mamadi Senkoun kaba nommé Ambassadeur Directeur du Protocole d'Etat

2015/2/13

Aujourd'hui en Guinée Le président de la Republique, vient de nommer Mamadi Senkoun Kaba comme Ambassadeur Directeur du Protocole d'Etat à la présidence. Cet acte majeur du Pr Alpha Condé publié ce soir dans les éditions d'information des médias d'Etat vient combler un vide depuis la nomination de l'ancien occupant à ce poste, Aboubacar Dionne comme ambassadeur de la Guinée au Maroc. Très connu des journalistes du pays grâce à ses multiples sorties dans les médias locaux pour défendre la gouvernance actuelle , Senkoun Kaba a fait ses études supérieures dans les universités française et anglaise.

Âgé d'une quarantaine d'années,ce consultant international a une parfaite aptitude en français et en anglais et parle correctement les différentes langues nationales du pays .C'est du moins ce qu'on apprend de ses plus proches collaborateurs .

Militant confirmé des premières heures du rpg arc-en-ciel,cet ancien conseiller économique du ministère de l'élevage est connu dans le parti pour son franc parlé, sa patience et sa conviction fondée sur une guinée en révolution avec l'actuel locataire de sékhoutoureya.

Les guinéens sont impatients de savoir ce que ce jeune cadre du parti au pouvoir pourrait apporter à l'organisation du protocole du Président qui est sujet depuis longtemps de plusieurs critiques à cause des failles qu'on y constate régulièrement.

LAMOUCI

 
L'opposition républicaine reçoit les représentants du PNUD

2015/2/10

Aujourd'hui en Guinée L'opposition républicaine était ce matin avec les représentants du système des nations unies .La rencontre a lieu au siège de l'UFR à Matam. Après des moments de conclave avec cette délégation du PNUD venue de Dakar et loin des micros et caméras des médias, Aboubacar Sylla donne des précisions à l'issue de la rencontre.

" Nous avons rencontré un représentant du système des nations unies basées à DAKAR. Vous savez que les nations unies sont beaucoup impliquées dans le processus électoral dans notre pays.nous avons justement parlé du processus électoral,du dialogue en panne dans le pays, de l'institution nationale des droits de l'homme que le Président a modifié après adoption par le CNT et du recensement général de la population" a expliqué le porte parole de l'opposition républicaine.

L'opposition ne se lasse jamais de ses réclamations pour dit elle garantir une élection crédible .Paradoxalement et en même temps la CENI qu'elle décrit tant si non qu'elle renie, de son côté, poursuit son travail sur le terrain.

A précisé que tout dernièrement, les commissaires de la CENI (commission nationale électorale indépendante) étaient tous à l'intérieur du pays dans le but de procéder à une ré découpage électoral.

Le processus pourrait donc continuer sans l'opposition caler à ses revendications? La question vaut tout son pesant

LAMOUCI

 
Le Président de l'AGUIDAD réagit sur les manifestations de Yimbaya

2015/2/10

Aujourd'hui en Guinée Pendant une très bonne partie de la journée d'hier, les jeunes surexcités ont manifesté contre les agents de la croix rouge qui étaient venus très tôt le matin à fin de repartir avec eux, un imam de la localité suspecté porteur d'ébola.

Aussi longtemps que la manifestation a duré, aussi longtemps la circulation est restée paralysée sur l'autoroute aussi longtemps également les citoyens de ce quartier ont subit les affres de la manifestation à cause des actes de vandalisme de toute sorte. Cette situation regrettable a révolté beaucoup de responsables du parti au pouvoir qui ont à cet effet regretté le manque d'autorité de l'Etat.

A l'AGUIDAD (Association Guinéenne pour la Défense des acquis de la République) c'est le même regret affiché. Le président de ce mouvement de soutien aux actions du parti au pouvoir , Mohamed Ansa Diawara affirme " quand j'ai vu les images de la manifestation de Yimbaya, j'étais sidéré. Ce que j'ai vu là, c'est du pur incivisme, c'est du terrorisme . Le terrorisme vient du mot terreur, c'est ce que un groupe de jeunes a fait subir à la population de Yimbaya et aux usagers de la route qui traverse ce quartier. Ils ont pillé et incendié les véhicules c'est très grave. Mais moi je pointe un doigt accusateur sur l'Etat.

Il y a un manque d'autorité de l'Etat, on se sent dans l'anarchie et non dans la démocratie par ce que les gens ont mal compris la démocratie. On vient pour interpeller un imam qui touche à un corps atteint d'ébola, ce dernier refuse et les jeunes passent à leur salle besogne c'est dommage. A mon avis, l'Etat à trop laisser la population faire. ..."

Aujourd'hui, dans tous les bord politique, on saccorde sur le fait que l'Etat ne sévit pas pour restaurer son autorité.
Ansa Diawara souhaitent que les coupables des manifestations de réticences contre ebola qui s'apparentent à une désobéissance civile ,qui se sont passées ses derniers jours soient sévèrement punis

LAMOUCI

 
L'assassinat de Thierno Alioune Diaouné: Alpha Condé exige l'arrestation des auteurs

2015/2/8

Aujourd'hui en Guinée Le Président de la République, le Professeur Alpha Condé, très affligé donne des instructions fermes,
comme on ne pouvait l'imaginer autrement, la consternation doublée d'une grosse colère qui a tétanisé les guinéens à l'annonce de l'assassinat barbare de Thierno Alioune Diaouné ancien Ministre de la République de Guinée.

Le président de la République très affligé par la nouvelle tragique a donné de fermes instructions aux services de sécurité à fin de dénicher , traquer, arrêter et condamner les coupables de ce crapuleux assassinat. Peut-on lire entre les lignes dans le communiqué publié par le bureau de presse de la présidence.

" Les auteur de ce crime qui sont sans foi et sans loi non pas leur place dans notre société" nous a confié un haut responsable des services de défense et de sécurité qui nous exprimait ainsi tout le prix que son service attache à l'exécution de cette décision présidentielle.

La volonté du pouvoir à faire la lumière sur ce crime se manifeste certes dans cette instruction donnée par le Président de la République, il est aussi évident qu'à cause des précédents fâcheux, d'enquêtes qui non jamais abouties, laissent bien de guinéens perplexes quant à une issue favorable.

Un célèbre adage nous enseigne que la marche de mille pas commence par un pas. Par conséquent des guinéens souhaitent qu'à partir de maintenant, soit l'amorce d'une rupture avec cette vielle et mauvaise habitude qui commence à coller à la peau des autorités concernées.

LAMOUCI

 
Les voitures de commandement de nos députés commencent à être livrées

2015/2/5

Aujourd'hui en Guinée Les 114 députés de notre Assemblée Nationale vont certainement se frotter les mains avec l'arrivée de leurs voitures de commandement composées de Prados, Lands Cruisers , Toyota V8, de deux Mercedes Benz et de deux Minibus pour le personnel de l'administration de l'assemblée nationale.

Aujourd'hui, 5 février 2015 ce sont 42 Lands Cruisers de marque Toyota fabriqués au Japon avec certificat de conformité à l'appui qui sont arrivés dans le parking sise à la cité chemin de fer à Conakry, de l'importateur " Tane Corporation" de notre compatriote El Hadj Mamadou Diouldé Diallo.

La semaine prochaine,13 autres Lands Cruisers seront livrés à " Tane Corporation et le 2 mars 2015 ce sera 77 Lands Cruisers qui compléteront à 114 qui arriveront au Port Autonome de Conakry pour le compte des législateurs guinéens installés au Palais du Peuple à Conakry.

Il convient de préciser que dans le cadre de la première partie du contrat liant Tane Corporation à l'assemblée nationale, ce sont 13 Prados, deux Minibus pour le personnel et une V8 comme voiture de commandement de Kory Koundiano et deux Mercedes pour le Park et deux Lands Cruisers qui fait le total de 20 véhicules qui sont livrés à 100 pour 100 pour . Avec l'arrivage de ces vague de Prados qui entame la seconde partie du contrat qui solder le 2 mars avec le reste des Lands Cruisers. Le tout accompagné des certificats de conformité et de garantie du constructeur Japonais pour attester l'originalité des véhicules tropicalisé livrés à nos honorables députés.

Aujourd'hui, notre compatriote El Hadj Mamadou Diouldé Diallo, PDG de Tane Corporation, à travers la qualité des véhicules livres à nos députés, prouve encore une fois que son entreprise est vraiment" Le carrefour des Automobiles " comme le stipule sa devise.

Les initiatives qui consistent à donner des marchés aux entrepreneurs locaux sont à encourager car le PDG de Tane Corporation, malgré le non paiement de sa dette contractée par le Gouvernement de Transition à travers les véhicules livrés à l'époque, vient se mettre à la disposition du Pr Alpha Condé qui se dit prêt à l'accompagner dans le cadre dans son entreprise.

Ibrahima Sory Sylla

 
La Président togolais, Faure Essozimna Gnassingbé, attendu à Conakry ce vendredi

2015/2/5

Aujourd'hui en Guinée Dans le cadre du renforcement des liens d’amitié et de fraternité existant entre la République de Guinée et la République sœur du Togo, son Excellence Faure Essozimna Gnassingbé, Président de la République togolaise, effectuera à compter du vendredi 6 Février 2015, une visite de travail et d’amitié à Conakry.

Sont conviées à prendre part au cérémonial d’accueil prévu à 15 heures 30 minutes à l’Aéroport International de Conakry-Gbéssia, les personnalités ci-après :

Monsieur le Président de l’Assemblée Nationale ;
Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement ;
Monsieur le Premier Président de la Cour Suprême ;
Monsieur le Médiateur de la République ;
Madame la Présidente du Conseil National de la Communication ;
Monsieur le Président du Conseil Economique et Social ;
Monsieur le Grand Chancelier des Ordres Nationaux de Guinée ;
Monsieur le Président de la CENI ;
Monsieur le Chef de File de l’Opposition ;
Mesdames et Messieurs les Membres du Gouvernement ;
Mesdames et Messieurs les Ministres Conseillers à la Présidence ;
Monsieur le Chef d’Etat-major Général des Armées ;
Monsieur le Haut Commandant de la Gendarmerie Nationale;
Messieurs les Chefs des Etats-majors des Armées de Terre, de l’Air et de la Marine ;
Monsieur le Chef d’Etat-major Particulier de la Présidence ;
Messieurs les Directeurs Généraux de la Police et de la Douane ;
Mesdames et Messieurs les Chefs des Missions Diplomatiques et les Représentants des Organisations Internationales ;
Monsieur le Gouverneur de la ville de Conakry.
Conakry, le 5 février 2015

Le Directeur du Bureau de Presse de la Présidence

Moussa Cissé

 
Bruxelles: Le Comité des Ambassadeurs ACP salue le dévouement et les efforts inlassables de Dr Ousmane Sylla

2015/2/5

Aujourd'hui en Guinée Le Comité des Ambassadeurs des Etats d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique, à travers une Motion de Remerciements- dont votre quotidien s’est procuré une copie- ont exprimé leur sincère gratitude à notre compatriote, Dr Ousmane SYLLA, Ambassadeur de Guinée à Bruxelles pour l’excellent travail accompli durant les six mois de sa présidence du dit Comité. Nous vous proposons l’intégrité de cette Motion.

Note verbale

Le Secrétariat du Groupe des Etats d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique- Service Protocole et Relations Publiques- présente ses compliments à l’Ambassadeur de la République de Guinée à Bruxelles et a l’honneur de lui faire parvenir ci-joint la Motion de Remerciement du Comité des Ambassadeurs ACP à travers laquelle le Comité exprime sa sincère gratitude à S.E Dr. Ousmane SYLLA, Ambassadeur de la République de Guinée pour l’excellent travail accompli à la tête du Comité des Ambassadeurs ACP au cours des six mois de sa présidence.

Le Secrétariat du Groupe des Etats d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique- Service Protocole et Relations Publiques- remercie l’Ambassade de la République de Guinée à Bruxelles et saisit cette occasion pour lui renouveler les assurances de sa haute considération.

Bruxelles 02 février 2015

Motion de Remerciements

Le Comité des Ambassadeurs ACP du Groupe des Etats d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique exprimes sa profonde gratitude et adresse ses remerciements à S.E Dr. Ousmane SYLLA, Ambassadeur de la République de Guinée, Président du Comité des Ambassadeurs pour l’excellent travail accompli à la tête du Comité des Ambassadeurs ACP au cours des six derniers mois.

Le dévouement et les efforts inlassables de l’Ambassadeur SYLLA ont grandement contribué à faire progresser les activités de notre organisation et en particulier d’assurer avec succès la tenue de la 100ème session du Conseil des Ministres ACP qui entre autres a permis la sélection d’un nouveau secrétaire général du Groupe ACP pour la période 2015-2020.

Le Comité adresse ses félicitations chaleureuses à S.E Dr Ousmane SYLLA pour la parfaite réussite de son mandat.

Bruxelles le 29 janvier 2015

 
Elections: « Alpha Condé devrait être réélu », « Dalein a plus de chances en 2020 », André Silver Konan

2015/2/5

Aujourd'hui en Guinée En janvier dernier, à l’occasion de mes traditionnelles prévisions de début d’année, j’avais annoncé que le PDCI choisirait Alassane Ouattara comme son candidat et que Maurice Kacou Guikahué qui avait été désigné pour coordonner le secrétariat exécutif pendant six mois, serait reconduit de façon définitive.

J’avais déclaré qu’Amadou Soumahoro ferait encore des gaffes, mais resterait à la tête du RDR ; que Daniel Kablan Duncan resterait Premier ministre, que les Eléphants ne brilleraient pas au Mondial et que Sabri Lamouchi jouerait son poste de sélectionneur.

J’avais surtout annoncé que les charges contre Laurent Gbagbo à la CPI, seraient confirmées mais que la mobilisation de ses partisans ne faiblirait pas ; que Simone Gbagbo ne serait pas transférée à La Haye, de même que Charles Blé Goudé. Sur ce dernier point, je n’ai pas vu juste. Comme pour dire que mes prévisions ne sont pas une science exacte encore moins des prophéties, mais un jeu de décryptage froid de la situation, qui peut néanmoins évoluer dans un sens souvent inattendu. En 2015, voici mes prévisions.

En Côte d’Ivoire

Le Président Alassane Ouattara sera réélu sans grande difficulté à la présidentielle de cette année. Je pense même qu’il sera réélu dès le premier tour, à moins qu’il ait en face de lui un candidat dont la popularité aurait cru de façon exponentielle, de maintenant à octobre, ce qui, pour l’heure, n’est décelable chez aucun candidat déclaré. Par contre, le taux de participation sera largement inférieur à celui du scrutin de 2010.

A mon avis, le challenger le plus sérieux de Ouattara à cette élection sera Charles Konan Banny. L’ex-Premier ministre sera battu. Ses véritables défauts étant son hésitation à s’investir davantage sur le terrain de la campagne de proximité et sa propension à faire trop de calculs financiers, notamment sur le coût de son engagement électoral. Je pense que des brouilles naîtront entre lui et Kouadio Konan Bertin relativement à un soutien qu’il espère de la part de ce dernier, qui refusera de se retirer en sa faveur. KKB, 47 ans, joue son avenir politique et financier, pas Banny, 78 ans en 2020, qui mène là son dernier combat politique.

Contrairement à ce que les deux hommes espèrent, ils n’auront pas le soutien des partisans de Laurent Gbagbo, pour qui, quoiqu’il advienne : « C’est Gbagbo, on connait ».

Je pense qu’Essy Amara n’ira pas jusqu’au bout, pour des raisons qui lui sont propres, je dirais personnelles. Il ne ralliera pas pour autant le camp présidentiel, après le congrès extraordinaire du PDCI qui débouchera sur une résolution visant à soutenir l’Appel de Daoukro, donc la candidature de Ouattara.

Une convention unique du RHDP sera organisée et Ouattara devrait choisir un directeur de campagne national issu du PDCI. L’ancien Premier ministre Jeannot Kouadio-Ahoussou a le profil du poste : directeur de campagne du candidat Ouattara au deuxième tour de la présidentielle de 2010, il a été son Garde des Sceaux puis son Premier ministre et connait bien les dossiers de l’Etat. En outre, il est le président du plus puissant groupement politique de l’heure : l’Association des élus et cadres PDCI du Grand centre, une zone dans laquelle le challenger principal du Président-candidat, natif de Yamoussoukro, voudra faire le plein de voix.

Quant à Mamadou Koulibaly, il ne fera pas mieux que son score qu’il a obtenu lors des législatives à Koumassi. Quant à Pascal Affi N’guessan, il s’entêtera à se présenter et n’obtiendra, évidemment pas les suffrages des militants pro-Gbagbo dont le candidat naturel restera Laurent Gbagbo (qui sera encore en prison), même s’il est sûr qu’il sera le troisième homme de la présidentielle, s’il arrive à se présenter.

Hors de Côte d’Ivoire

A mon avis, Goodluck Jonathan sera réélu au Nigéria, après un scrutin serré, entre lui et son principal adversaire, le général Muhammadou Buhari.

Au Burkina Faso, le futur Président pourrait s’appeller Roch Marc Christian Kaboré. Son parti, le MPP sorti des entrailles du CDP de Blaise Compaoré a de fortes chances de remporter la présidentielle, face à Zéphirin Diabré, qui a aussi les faveurs des prononstics. Diabré a le profil du poste, mais il a un handicap qui n’a aucun rapport avec ses valeurs intrinqèques: son origine. Bissa, il paye le prix d’une réputation faussement sulfureuse dont est affublé ce groupe ethnique au Burkina Faso, un pays majoritairement peuplé de Mossi.

Par contre, son parti pourrait être le grand vainqueur des législatives, et s’il manoeuvre avec subtilité, il pourrait occuper le Perchoir. Le troisième homme de ce scrutin sera sans doute, Djibril Bassolé, dont les proches viennent de créer la Nouvelle alliance du Faso (Nafa). Djibril va certainement démissionner de l’armée, dans les semaines à venir, ce qui confirmerait sa volonté de s’engager dans la course vers le palais de Kosyam. Futur Premier ministre ? Qui vivra verra ! Une chose est certaine, il pourrait bien être le faiseur de roi au scrutin présidentiel.

En Guinée, Alpha Condé devrait être réélu, en dépit d’un bilan mitigé. Je confirme ce que j’avais déjà dit à propos de son opposant Cellou Dalein Diallo. L’ancien Premier ministre sera un jour Président de la Guinée, en dépit de la haine viscérale que des groupes ethniques ont pour les Peuls, dans ce pays, ce que certains leur rendent bien, en retour. Mais je pense que Dalein a plus de chances en 2020 que cette année.

Quant à Faure Gnassingbé, il a de sérieuses raisons de craindre des violences électorales dans son pays, parce que le forcing de son parti, Unir, pourra difficielment passer cette fois-ci. La soif d’alternance au Togo sera plus forte que la peur qu’éprouvent habituellement les Togolais pour les arrestations et brutalités policières. L’opposition se dirigera vers une candidature unique en son sein, ce qui est la seule option pour arriver à l’alternance dans ce pays où le camp présidentiel impose au peuple, un scrutin à un seul tour.

Au Gabon, la seule chance pour l’opposition d’arriver au pouvoir est de soutenir la candidature unique de Jean Ping à la présidentielle. Si cela n’est pas fait, Ali pourra continuer à perpétuer la mainmise du clan Bongo, sur la gestion des affaires de l’Etat, étant donné que dans ce pays, l’on applique aussi hypocritement, le scrutin à un tour.

Quant à Boni Yayi et Joseph Kabila, ils n’ont pas d’autre choix que de quitter le pouvoir après la fin de leur mandat. La grande incertitude nous vient du Congo-Brazza. Denis Sassou N’Guesso partira, partira pas ? Je n’ai pas de réponse précise, même si je pense que sa volonté de se maintenir au pouvoir sera fortement contrariée par une révolte populaire. Celle-ci sera-t-elle assez importante, pour le faire reculer ? Qui vivra verra !

André Silver Konan

Journaliste-écrivain

 
Présidence Guinéenne
Dr Mohamed Diané, véritable garde rapproché d’Alpha Condé
Soumah Alsény
Alsény SOUMAH: L’Ambassadeur de l’art culinaire guinéen aux USA
Dépêches
L'UA/Nord-Mali
TV Aujourd'hui-en-guinée

cliquez sur la photo pour ouvrir la video

Voir les autres articles >>>
Décès de Hadja N'Sira Condé
Témoignages-Hommage
TV Aujourd'hui-en-guinée  ::  Présidence Guinéenne  ::  Audios  ::  L'UA/Nord-Mali  ::  Libres Propos  ::  Soutenez Aujourd'hui en Guinée  ::  Albums Photos  ::  Contact  ::  Abonnez-vous  ::  Email  ::  Partenaires  ::  


Privé - Espace Clients  Hotline  

© Rosawebpro   |    Privé - Espace Clients