Bannière


 
L’opposition menace depuis Paris
Le pouvoir rappel à l’ordre à Conakry

Partenaires

Africatime

Africvisionguinée

Akhadan

Conakrylive

Ecoutez Sabari FM 97.3 en direct

Guinée7

L'Express Guinée

Le Diplomate

Les amazones

Mediaguinee

www.Guineematin.com

23 visiteurs connectés

28 Mai 2015 - 16h53


 RECHERCHER 

Guinée : L'opposition ignore l'appel au dialogue du pouvoir

2015/5/27

Aujourd'hui en Guinée Alors qu'Alpha Condé avait ouvert la porte au dialogue au sujet du calendrier électoral contesté, les chefs de l'opposition dénoncent une "opération de communication" de la présidence guinénenne.Entre les deux parties, le dialogue semble impossible.

L'opposition guinéenne a dit mardi ne voir "aucune avancée" dans les instructions données par le président Alpha Condé pour entamer un dialogue sur le calendrier électoral contesté.
Alpha Condé a demandé lundi, dans une lettre publique au chef du gouvernement Mohamed Saïd Fofana, d'ouvrir un dialogue avec l'opposition et la majorité. Cette mission, confiée au ministre de la Justice et au secrétaire général de la présidence, a pour but de "favoriser l'organisation des élections présidentielle et communales transparentes et équitables".

Ce dialogue viserait notamment à garantir que "les organes non élus et collectivités locales" ne constituent "ni un frein à la transparence, ni un handicap à l'équité du processus électoral". À l'issue de son entrevue avec le président, le 20 mai, le chef de file de l'opposition, Cellou Dalein Diallo, s'était dit "déçu" qu'Alpha Condé se soit, selon lui, contenté de l'écouter.

Bras de fer

"Si dans ce courrier adressé au Premier ministre et à deux ministres de son gouvernement, il avait donné un calendrier possible de rencontre et avait déterminé l'ordre du jour sur lequel nous discutons depuis plus de six mois avec le ministre chargé de la Justice, encore on aurait parlé d'une petite avancée", a réagi le porte-parole de l'opposition, Aboubacar Sylla.

"C'est un non-évènement et c'est encore une autre opération de communication destinée à faire passer Alpha Condé pour un homme de dialogue, destinée à le dédouaner complètement en ce qui concerne les crises futures", a estimé le porte-parole de l'opposition. Celle-ci doit se réunir mardi pour en débattre, a-t-il par ailleurs annoncé.

Cette annonce intervient après deux mois de bras de fer entre pouvoir et opposition, alors que de violentes manifestations ont fait plusieurs morts et des dizaines de blessés à Conakry et dans plusieurs villes de province.

Dans une interview au début du mois à Jeune Afrique, le président guinéen avait totalement exclu une modification du calendrier électoral. Mais il s'était ouvert à la discussion pour garantir la non-ingérence des exécutifs locaux dans la présidentielle.

Que demande l'opposition ?

L'opposition exige l'annulation du calendrier électoral qui renvoie le scrutin local à 2016, après la présidentielle, dont le premier tour a été fixé au 11 octobre.

Elle soupçonne le pouvoir de vouloir utiliser les exécutifs communaux désignés par lui, faute de scrutin à cet échelon depuis 2005, pour orchestrer des fraudes massives, ce que dément catégoriquement le chef de l'État, assurant qu'ils ne joueront "aucun rôle" dans la présidentielle.

(Avec AFP)


 
Présidentielle en Guinée: Naissance d’un mouvement de soutien à Kaloum pour la réélection du Pr Alpha Condé

2015/5/26

Aujourd'hui en Guinée Le ‘’Mouvement Alpha Condé Fé’’ a été lancé, samedi, 23 mai, au quartier Sandervalia dans la commune de Kaloum, sous la présidence du Bureau Politique National du RPG/Arc-en-ciel, rapporte le correspondant communal de l’AGP.

L’initiative est de la présidente de la Délégation Spéciale de Kaloum, Mme Bangoura Makhady Camara, qui a offert, à l’occasion, un siège à ce mouvement. Une organisation composée de femmes et de jeunes avec pour objectif, ‘’de reconduire le président de la République, Pr Alpha Condé à cause de ses nombreuses réalisations entamées dans le pays, dont la finition augure un avenir radieux pour les guinéens’’.

Ce siège est situé dans la concession de la présidente de la Mairie de Kaloum, qui entend lier l’acte à la parole dans le cadre du soutien à la réélection du Pr. Alpha Condé en octobre 2015, dès le premier tour.

Au nom du RGP/Arc-en-ciel, Hadja Fatou Bangoura, membre fondatrice de cette formation politique, à la tête d’une forte délégation, a déclaré : «je suis très contente de la naissance de ce mouvement, qui vient renforcer la position de la jeunesse et des femmes de Kaloum autour d’un homme idéal qui est en train de réaliser tout ce qu’il a promis au peuple de Guinée.

Alpha Condé mérite tout le soutien des guinéens qui doivent être reconnaissants. J’exhorte la jeunesse et les femmes de Kaloum, à rester derrière le parti qui prône le changement et la paix dans le pays, de n’écouter personne, sauf celui qui veut de leur bonheur».

Pour la présidente de la Délégation Spéciale de Kaloum, Mme Bangoura Makhady Camara, ce siège va servir à la jeunesse et aux femmes d’améliorer leurs façons de faire dans le soutien du parti de la mouvance présidentielle.

Il aidera à rassembler sous le même toit les habitants de Kaloum, jadis en mal de siège approprié pour discuter certains problèmes internes avant la date du vote, a-t-elle ajouté.

La cérémonie de lancement du ‘’Mouvement Alpha Condé Fé’’ s’est déroulée en présence du coordinateur des doyens de Kaloum, El hadj Nana Sounna Yansané, entouré des sages et des chefs des quartiers des localités environnantes, dont le quartier Boulbinet.
AGP

 
African Day 2015 : La Guinée honorée, Ebola sur une scène internationale pour la première fois

2015/5/26

Aujourd'hui en Guinée Ils sont jeunes, mignons, intelligents, tous ou presque fruits de l'école guinéenne internationale de Djeddah. Ils s'appellent Salma, Hakim, Djénabou, Zahra, Bouba, ou encore Ibrahim.
Les festivités de la célébration du 52è. anniversaire de l'Union Africaine, à Djeddah , auront été marquées par la participation active de la République de Guinée, non seulement dans la commission protocolaire, mais aussi le sketch présenté sur Ebola.

C'est la structure hôtelière dénommée Crowne Plaza de la ville de Djeddah, qui a été le cadre choisi par le Groupe africain des Consuls généraux, lundi 25 mai 2015, pour abriter cette fête à l'africaine. Comme le Sénégal et la Mauritanie, la République de Guinée , à travers son Consul Général accrédité à Djeddah, SEM Mohamed Lamine Condé, a présenté un sketch d'une durée de cinq minutes. Les jeunes gens, dans les différents rôles joués, ont voulu montrer, devant près d'un demi millier de spectateurs, que le virus Ebola n'est pas une maladie guinéenne et qu'il est en passe d'être éradiqué définitivement. Ils ont aussi plaidé, pour ne pas '' isoler la Guinée , mais plutôt le virus Ebola.'' Ce qu'il faut souligner, c'est le courage et la vivacité des acteurs, tous de l'école guinéenne internationale de Djeddah et de nationalités différentes, qui ont mérité les ovations du public.

Le scénario écrit par votre serviteur, les acteurs ont été encadrés par mesdames Halima Goni, Haba Camara et Laouratou Diallo, toutes enseignantes à l'école guinéenne internationale de Djeddah.

M. Ousmane TRAORE.
Ecrivain-journaliste guinéen.
Directeur de Communication de l'école guinéenne internationale de Djeddah.

Depuis Hôtel Crowne Plaza, Djeddah, pour AEG.

 
La Guinée pays prioritaire de la Belgique: Le Dr. Ousmane Sylla revient sur les raisons d'un succès diplomatique !

2015/5/26

Aujourd'hui en Guinée Dans cette interview, le Dr Ousmane Sylla, ambassadeur de Guinée à Bruxelles auprès des pays du BENELUX et de l’Union Européenne, l’un des artisans du succès diplomatique guinéen en Europe, revient sur le choix du royaume de Belgique d’inscrire la Guinée sur la liste des pays prioritaires de sa coopération, les raisons profondes et surtout les retombée pour les populations guinéennes de ce choix qui honore à plus d’un titre notre pays. Interview.


Le Dr Ousmane Sylla, ambassadeur de Guinée à Bruxelles, comment vous avez appris le choix du royaume de Belgique d’inscrire la Guinée sur la liste des pays prioritaires de la coopération belge ?

Le Dr Ousmane Sylla : Merci M. Sacko. Je dois signifier que depuis que je suis là, avec tout le personnel de l’ambassade, nous nous battons pour que notre pays soit inscrit sur cette liste des pays prioritaires en termes de coopération avec la Belgique. Et je suis heureux que ce sont les efforts déployés depuis deux à trois ans qui ont abouti à ce résultat très positif pour notre pays. Il faut le signaler aussi que, parallèlement à tous les efforts que l’ambassade a fournis pour ce résultat, la visite de monsieur le président de la république à Bruxelles, le 2 mars 2015, en marge du sommet sur Ebola, où il a rencontré le premier ministre belge, monsieur Charles Michel. Cette visite a été très déterminante, ainsi que celle de son excellence monsieur d’état chargé des affaires étrangères, monsieur François Lounceny Fall, et son excellence ministre d’état chargé des Finances, monsieur Diaré Mohamed qui ont tous deux rendu visite à monsieur Alexandre De Croo, vice-premier ministre belge chargé de la coopération. Toutes ces visites ont encouragé la Belgique, avec tous les résultats obtenus par le gouvernement guinéens, à nous mettre sur cette liste. C’est le jeudi 21 mai que le cabinet de monsieur vice-premier ministre belge chargé de la coopération, Alexandre De Croo nous a informé de nous rendre pour rencontrer monsieur le vice-premier ministre pour qu’on nous annonce officiellement que la Guinée et Burkina Faso sont maintenant inscrits sur cette liste.

C’est tout un processus qui va être maintenant engagé. La Guinée doit répondre à la lettre que M. Alexandre De Croo a adressée à son homologue M. Koutoubou Sanoh, qui a reçu la lettre le vendredi 22 mai, pour dire que la Guinée apprécie très bien ce choix. Après cette réponse, les deux ministres de la coopération des deux pays vont se rencontrer et le processus va être engagé. Ainsi, les deux gouvernements vont définir les domaines d’intervention de la Belgique. Déjà la Belgique nous a signifié que la santé va jouer un grand rôle dans les moyens qui vont être dégagés. Le redressement des soins de santé, les hôpitaux, la formation du personnel soignant et la prévention pour tirer les leçons de la fièvre à virus Ebola. A part ce secteur, il y a l’éducation, les infrastructures etc. Mais ce sont les deux gouvernements qui vont fixer les montants qui seront mis à notre disposition par la Belgique, et affecter les différents montants aux différents projets. Donc, c’est un très grand jour pour la Guinée, parce que ça fait plus de 20 ans qu’on attend pour être sur cette liste.

Entant qu’un des artisans de ce grand succès diplomatique, quelles ont été vos impressions à l’annonce de cette nouvelle ?

J’étais très heureux. Parce que je dois vous dire qu’après deux ans et bientôt trois ans depuis mon arrivé ici, l’ambassade a engrangé beaucoup de succès. Premièrement, en décembre 2012, alors qu’il n’y avait plus d’espoir, nous avons réussi à décrocher le 10ème FED avec 234 millions d’euros. Il n’y avait plus d’espoir car en 2008 et 2009, la junte militaire dirigeait notre pays, donc le pays était sous sanctions. Nous nous sommes battus et ces sanctions ont été levées. En décembre 2014, un autre grand succès, nous avons pu aller à Conakry avec le commissaire européen au développement pour signer le 11ème FED. Et nous avons été reçus par monsieur le président de la république, le Pr. Alpha Condé. Avant ça, naturellement, il y a eu le somment Union Européenne- Afrique, et monsieur le président de la république, le Pr. Alpha Condé, est venu représenter notre pays à ce sommet. En 2015, là aussi, il y a deux grandes dates. Le sommet sur Ebola qui s’est tenu à Bruxelles, sur proposition de la Guinée. Et ça été un grand succès, il y avait beaucoup de chefs de l’Etat. Au cours de ce sommet il y a eu des engagements qui ont été tenus. Après ce sommet sur Ebola, voilà que maintenant comme couronnement, la Belgique inscrit la Guinée sur la liste des pays prioritaires qui vont recevoir l’aide au développement du royaume. Voilà donc pourquoi, à l’annonce de cette nouvelle, j’étais très heureux et je l’ai dit à monsieur le vice-premier, à part le multilatéral où notre ambassade a eu un grand succès, voilà que dans le bilatéral maintenant nous avons un résultat très positif. C’est pourquoi, j’ai exprimé les vifs remerciements du chef de l’Etat, le Pr. Alpha Condé, de son gouvernement et de tout le peuple de Guinée au gouvernement belge.

Pour le guinéen moyen, excellence Dr Ousmane Sylla, qu’est-ce que ça signifie, être sur la liste des pays prioritaires de la Belgique ?

Ça veut dire que la Belgique a décidé de consacrer son aide sur 14 pays. Elle ne peut pas donner son aide aux 36 pays les moins avancés. Vu la conjoncture internationale extrêmement difficile, beaucoup de pays d’Europe ont décidé maintenant de réduire leurs aides publiques au développement (APD). Etant donné qu’ils ne peuvent pas aider tous les pays, il faut faire un choix, il y avait avant 21 pays, qu’ils ont réduits à 14 pays. Et la Guinée a eu l’honneur d’être parmi ces 14 pays. Pour le guinéen moyen, ça va apporter une aide supplémentaire pour le développement économique et social de notre pays. Par exemple dans le domaine de la santé, à part ce que les autres nous apportent comme la France, les Etats-Unis et l’Union Européenne, la Belgique, spécifiquement étant que pays, va choisir des domaines où elle va investir en Guinée dans le domaine de la santé, formation des médecins, restructuration des hôpitaux, fournir des matériels, ainsi de suite. Donc autant que possible, ce choix contribuera à améliorer le niveau de vie de nos populations.

Il y a t-il eu des critères excellence pour ce choix ?

Il y a eu des critères. C’est que la Belgique est satisfaite de ce que le Pr. Alpha Condé et son gouvernement ont fait depuis qu’il est à la tête de notre pays. Les résultats sont là. On ne peut pas les nier. Le Pr. Alpha Condé a réalisé des grands travaux, il a implanté la démocratie en Guinée. Et malgré toutes les difficultés que nous avons, malgré Ebola, il faut vraiment être de bonne foi et reconnaître le résultat positif obtenu le Pr. Alpha Condé et son équipe. Donc, c’est en fonction de cela que la Belgique a décidé de choisir la Guinée. Il faut avouer que la Belgique est satisfaite du fait qu’il y a la démocratie, les droits de l’homme et la liberté d’expression en Guinée. Mais aussi les performances économiques qui ont encouragé la Belgique, notamment le PPTE, l’annulation des dettes de la Guinée, nous avons un programme avec le fonds Monétaire International et la banque Mondiale, nous avons l’appui de tous les pays occidentaux… Il faut rappeler que le président de la république de Guinée, le Pr. Alpa Condé, a été reçu deux fois à la Maison Blanche par le Président Obama à Washington, il a été reçu plusieurs fois par le président François Hollande, qui s’est rendu en Guinée malgré Ebola. Donc il y a tous ces résultats qui ont encouragé la Belgique et surtout la grande participation de la Guinée au sommet sur Ebola qui a été présidé par son altesse la reine Mathilde de Belgique. C’est elle qui a ouvert ce sommet et elle était à côté du chef de l’Etat guinéen. Donc la Guinée a eu une image très positive en Belgique. Ce qui pousse le gouvernement belge à continuer à nous aider. Et je tiens vraiment à encore remercier ici la Belgique.

Réalisée par SACKO Mamadou

 
Exhumation du corps de Sankara : Le Burkina retient son souffle

2015/5/26

Aujourd'hui en Guinée Thomas Sankara, ex-président du Burkina Faso, a été assassiné le 15 octobre 1987 à Ouagadougou. Après l'ouverture, lundi, des tombes de deux de ses compagnons, l'exhumation du corps supposé de l'ex-président burkinabè Thomas Sankara, assassiné en 1987 lors d'un coup d'État, aura lieu mardi matin au cimetière de Ouagadougou.

Enterré à la sauvette le soir du 15 octobre 1987, après son assassinat qui porta Blaise Compaoré au pouvoir, le corps de Thomas Sankara est resté pendant près de deux décennies une énigme. Alors que les autorités de l'époque ont toujours affirmé qu'il a été inhumé au cimetière de Dagnoën (quartier est de Ouagadougou), la famille de l'ex-président burkinabè et ses nombreux partisans doutent que sa dépouille s'y trouve réellement au lieu indiqué.

Ce 26 mai, tout le pays maintient son souffle. Car "la tombe de Thomas Sankara sera ouverte ce mardi matin", a déclaré Me Benwendé Stanislas Sankara, l'avocat de la famille.
L'opération d'exhumation des corps de Sankara et de ses douze compagnons assassinés avec lui a commencé lundi, dans le cadre d'une instruction ouverte fin mars.

"On veut la vérité"

Dans la deuxième tombe, ils ont trouvé deux dents, une partie de la mâchoire et d'autres restes de survêtement", ont indiqué des proches de victimes. "Ce n'est pas facile pour certaines familles, c'est une ambiance de mort... C'est comme si on était à la morgue", a raconté Me Sankara. "C'est dur pour nous, je suis dedans [dans le cimetière] avec ma petite sœur. Quand papa est mort, elle avait 6 mois", a confirmé la fille de Der Somda, un compagnon de Sankara assassiné en même temps que lui.

Au passage du corbillard transportant les "caisses contenant ces restes", et escorté par la gendarmerie, la foule amassée aux abords du cimetière a entonné l'hymne national. Le lundi matin, la gendarmerie avait bloqué l'accès du cimetière à des dizaines de curieux qui scandaient : "On veut la vérité" ou "La patrie ou la mort, nous vaincrons".

Selon des proches des victimes, des jeunes gens munis de "pioches et pelles" ont ouvert "deux tombes" dans le cimetière. "Ça risque de prendre beaucoup de temps", a dit Mariam Gouem, fille d'un des gardes de corps de Sankara également tué le 15 octobre 1987.

L'opération est conduite par trois médecins, un Français et deux Burkinabè, en présence du commissaire du gouvernement et d'un juge d'instruction.

La famille de Thomas Sankara, représentée par son avocat, n'assiste pas à l’exhumation.

(Avec AFP)

 
Présidentielle en Guinée : Le président Alpha Condé ouvre des négociations avec l'opposition

2015/5/26

Aujourd'hui en Guinée Le président guinéen Alpha Condé a demandé lundi à son gouvernement d'ouvrir "sans délai" des négociations avec les dirigeants de l'opposition dans le but de mettre fin au blocage politique qui a entraîné de violentes manifestations de rue.

Dans une lettre adressée à son Premier ministre Mohamed Said Fofana et communiquée à la presse, M. Condé lui demande de trouver des solutions "acceptables et conformes à la loi" pour "favoriser l'organisation des élections présidentielle et communales transparentes et équitables".

Cette annonce intervient après plus d'un mois et demi de bras de fer entre le président et l'opposition autour du calendrier électoral, et de violentes manifestations qui ont fait plusieurs morts et des dizaines de blessés à Conakry et dans plusieurs villes de province.
Le chronogramme arrêté par la Commission électorale nationale indépendante (Céni) prévoit un scrutin présidentiel en octobre et des élections locales en mars 2016, alors que l'opposition réclame la tenue des locales avant la présidentielle.

Les opposants soupçonnent le pouvoir de vouloir utiliser les exécutifs communaux désignés par lui, faute de scrutin à cet échelon depuis 2005, pour orchestrer des fraudes, ce que dément catégoriquement le président Condé.
Dans sa lettre, M. Condé ne fixe pas de calendrier pour des négociations avec l'opposition mais émet le souhait "qu'un dialogue soit organisé sans délai".

Le président guinéen et le chef de file de l'opposition Cellou Dalein Diallo s'étaient entretenus mercredi dernier à Conakry, sans cependant annoncer de décisions. M. Diallo s'était dit "déçu", à l'issue de cette rencontre.

RFI

 
Révision des listes électorales: Communiqué de la section RPG-Arc-En-Ciel de Belgique

2015/5/25

Aujourd'hui en Guinée Sœurs et frères Guinéens, militantes, militants, sympathisants et a mis du RPG-Arc-En-Ciel du Benelux (Belgique et Luxembourg) le recensement pour la présidentielle en Guinée a débuté ce lundi 18 mai et prend fin le 10 juin 2015. Ce, tous les jours samedi et dimanche y compris de 9h à 15h. Tout le monde est concerné.

1. Ceux qui n'ont pas été recensé et qui n'ont pas voté en 2010 et 2015 venez vous inscrire et réinscrire pour les votants de 2010 et 2013 si votre nom a été omis sur la liste actuelle à l'ambassade de Guinée à Bruxelles. Nous comptons sur le civisme de tous et de chacun.

2. Lors de votre passage devant la CARLE, prière de munir des documents suivants :

Une carte d’identité nationale guinéenne,

Un passeport guinéen,

Un livret de pension civile ou militaire,

Une carte d’étudiant ou d’élève de l’année scolaire en cours,

Merci d'avance pour voter massivement le Pr. Alpha CONDE le 11 octobre 2015.

Section RPG-Arc-En-Cielde Belgique

PO M. SAWANET S/Politique

 
N'Zérékoré : une puissante mobilisation pour accueillir le chef de l'état

2015/5/24

Aujourd'hui en Guinée N’Zérékoré, 23 mai 2015 - Dans sa tournée de prise de contact avec les populations de la région forestière, le Président de la République, le Pr Alpha Condé, était à N’Zérékoré le samedi 23 mai 2015. Difficile de trouver un qualificatif à la mobilisation de ce samedi 23 mai. En l’espace du temps qu’a duré cette rencontre de communion, toute la région administrative semble s’être vidée des ses habitants. Enfants, jeunes, vieux, femmes, religieux, autorités coutumières… personne ne voulait se faire conter ce rendez-vous historique.

« Tu veux, tu ne veux pas, c’est Alpha ! ». Tel est le slogan principal que scandaient les populations de N’zérékoré fortement mobilisées, pour accueillir en apothéose le Président de la République, le Pr Alpha Condé, dans la capitale de la Guinée Forestière.

« Jamais dans l’histoire de N’zérékoré, il n’y a eu une telle mobilisation. Le monde que j’ai vu aujourd’hui à N’Zérékoré, je ne peux le comparer que lors de la visite de Félix Houphouët Boigny. A l’époque j’étais petit. Sinon, jamais dans l’histoire de N’Zérékoré, il n’y a eu une telle mobilisation », s’est confié Bangaly Kourouma, un natif de la localité.

C’est cette marée humaine qui a accompagné le Président Alpha Condé dans les visites qu’il a effectuées chez le patriarche de N’Zérékoré, Azaly Foromou Zogbélémou, à la communauté Konia, à la Coordination régionale manding avant de se rendre à la place publique qui refusait déjà du monde.

Pour le maire de la Commune urbaine, Pé Mamady Bamy, cette mobilisation démontre tout le soutien total des populations de N’Zérékoré aux actions du Président Alpha Condé, qui, selon lui, ont donné une autre dimension à cette localité.

Dans cette ambiance de fête, le Président Alpha Condé a tout d’abord remercié les populations de N’Zérékoré pour la mobilisation avant de déclarer : « Votre mobilisation est une réponse à ceux qui ne veulent pas le changement dans ce pays ». Poursuivant, le Président de la République a indiqué qu’il est venu pour présenter ses condoléances aux parents de victimes d’Ebola. Parce que, dira-t-il, la Guinée Forestière a payé un lourd tribut par rapport à cette maladie. Cependant, le Pr Alpha Condé a rassuré que cette maladie va être transformée en opportunité à travers la construction de plus de 500 infrastructures sanitaires dans tout le pays. Sur la même lancée, le chef de l’Etat a souligné qu’en plus de l’agriculture, le gouvernement a la ferme volonté de développer la culture du palmier à huile et de l’hévéa dans toute la Forêt.

Il a aussi invité les sages de N’Zérékoré à œuvrer pour le maintien de la paix et de l’unité en Forêt tout en invitant les populations au recensement pour le rendez-vous du 11 octobre 2015 au compte de la présidentielle.



Le Bureau de Presse de la Présidence


 
Au cœur du changement : Une politique commerciale efficace garantissant la stabilité des prix sur le marché

2015/5/22

Aujourd'hui en Guinée Satisfaire économiquement et socialement la population, telle était l’une des ambitions affichées par les nouvelles autorités de la troisième république à travers un des moteurs du développement économique qui se trouve être le commerce.

En jetant un regard rétrospectif sur les quatre ans de la gouvernance du Pr. Alpha Condé dans ce secteur, cette volonté gouvernementale s’est matérialisée par la stabilité des prix des principales denrées de premières nécessités, notamment le riz, la farine de blé, l’huile végétale… Ce, malgré les contraintes de mobilisation des ressources financières et les problèmes causés sur les activités économiques par l’épidémie à virus Ebola.

Ainsi, déterminé à soulager les populations, le gouvernement du Président Alpha Condé a déployé d’importants moyens humains et financiers pour obtenir, aujourd’hui, des résultats précieux que des Guinéens croyaient irréalisables, il y’a moins de cinq ans. Un challenge pour Alpha Condé dont le plébiscite ne devrait souffrir, logiquement, d’aucune difficulté au regard de ces résultats.

Pour y arriver, le département de commerce a mis en avant- dans l’application de la politique commerciale du gouvernement- le renforcement des capacités institutionnelles avec la création en son sein d’une direction en charge des produits pétroliers et la formation des cadres en vue de parer à toute pénurie de l’or noir. Une réalité qui a permis de maintenir le prix du litre d’essence et du gasoil à 9 500 FG pendant deux (2) ans à la pompe grâce à une subvention étatique tous azimuts.

Et, dans la même logique, suivant le principe de la flexibilité des prix pétroliers, le prix du litre d’essence ou de gasoil à la pompe est, aujourd’hui,de 8000 FG, moins cher que partout dans la sous-région, à part des pays à économie assistée. Ce qui est, sans aucun doute, un véritable ouf de soulagement pour les automobilistes et autres usagers de la route mais aussi pour les grandes entreprises consommatrices de carburant.

Poursuivant sa volonté de soulager le panier de la ménagère, les autorités de la troisième république ont réussi, elles peuvent s’en enorgueillir, à stabiliser sur le marché- durant quatre ans- les prix des principales denrées de première nécessité, notamment, le riz.

Mettant ainsi fin aux débats et spéculations concernant des produits de grande consommation dans le pays. Tenez en 2011 et 2012 pendant le Ramadan et la période de soudure, le gouvernement, à travers ce département, a assuré l’approvisionnement des populations en riz avec un stock de 100 000 tonnes, disponible dans les magasins témoins créés à cet effet.

Sur cette lancée, le gouvernement met sur le marché, tous les mois, 30 000 tonnes métriques de riz aux prix variant entre 160 000 GNF et 183 000 GNF le sac de 50 kg, contre 280 000 GNF voir 400 000 GNF avant l’élection du Président Alpha Condé.

Autres denrées, c’est le prix du pain qui connait également une stabilité sur le marché avec la subvention par les nouvelles autorités du sac de farine. Avec à la clé, la protection des consommateurs contre les produits périmés ou contrefaits.

Tout cela grâce, une fois de plus, à la souplesse gouvernementale par la réduction du taux des droits de Douanes sur toutes les marchandises de premières nécessités (riz, sucre, farine, huile etc..) de 12,75% à 2,75% en faveur des commerçants importateurs pour stabiliser ces différents prix.

Du point de vue d’exportation, la Guinée a réussi, pour la première fois, à obtenir par un de ses produits une certification commerciale internationale. Il s’agit du café Ziama dont le label d’appellation d’origine contrôlée est : « Ziama Macenta »

Avec le projet de catégorie 2 du Cadre intégré renforcé (CIR), la chaîne de la mangue guinéenne est améliorée et les produits exportés. Ce qui aide, aujourd’hui, à soutenir les moyens d’existence de quelques 380 500 dont 258 000 femmes- qui produisent et récoltent des mangues, parallèlement, aux activités de jardinage et d’artisanat- et à réduire la pauvreté dans les zones rurales.

La catégorie 1du CIR est destinée à renforcer les capacités institutionnelles et humaines du Ministère du commerce afin de faciliter l’intégration du commerce, la fourniture de l’Aide pour le commerce et la mise en œuvre des projets prioritaires.

Tout n’étant pas rose, le ministère compte poursuivre les efforts de redressement dans ce secteur par l’approvisionnement des marchés en denrée alimentaire et en produits pétroliers- par le principe de la flexibilité des prix-, le renforcement des capacités de stockages et le dispositif du contrôle dans les dépôts de stockage des produits pétroliers ainsi que la lutte contre la fraude.

La protection des consommateurs, la lutte inlassable contre les produits périmés et l’utilisation des additifs alimentaires dangereux (colorants) dans les produits alimentaires sur l’ensemble du territoire national sont aussi inscrites dans les perspectives de ce département.

Toute cette politique commerciale et de protection des consommateurs n’ont autre dénouement que le bien-être économique et social du Guinéen tout court. Alors chers compatriotes, la voie de notre réussite, de votre réussite, c’est avec le Professeur Alpha Condé que nous devons plébisciter- dès le premier tour de la présidentielle- le 11 octobre 2015.

La synergie Alpha15

 
Kérouané : Le Président Alpha Condé appelle à l’unité nationale

2015/5/22

Aujourd'hui en Guinée Kérouané, 21 mai 2015 - Après Beyla le mercredi 20 mai 2015, le Président de la République, le Pr Alpha Condé, était l’hôte des populations de la Préfecture de Kérouané le jeudi 21 mai 2014 dans le cadre d’une prise de contact avec les citoyens à la base.

Malgré la visite matinale du chef de l’Etat à la cité Sanankoro de Almamy Samory Touré où il a foulé le sol aux environs de 8 heures, les populations de cette localité n’ont pas manqué de faire une forte mobilisation pour exprimer leur soutien total et indéfectible au projet de société déjà entamé du Pr Alpha.

C’est pourquoi, dès l’arrivée du Président Alpha Condé, les populations de Kérouané en liesse, ont pris d’assaut la route principale pour ovationner le chef de l’Etat qui s’est rendu d’abord chez le Sotikèmo Elhadj Missagbè Mady Camara, avant d’être au stade préfectoral Sydi Yaya Touré qui avait aussi fait son plein.

C’est dans cette ambiance que le Préfet de Kérouané, Ibrahima Fofana, a fait savoir qu’il a fallu un homme de la trempe du Pr Alpha Condé pour mettre le pays sur le chemin de développement. C’est ainsi que le Préfet a cité quelques actions que le Président Alpha Condé a réalisées dans cette Préfecture et au nombre desquelles 360 lampadaires et d’autres infrastructures de base. De ce fait, il a rassuré que les populations de Sanankoro sont déterminées à l’accompagner dans ses gigantesques projets de développement.

De son côté, le Président Alpha Condé, qui est revenu sur ses actions de développement freinées par le virus Ebola, a indiqué que l’appui aux femmes et aux jeunes seront les priorités de son prochain mandat. Dans le même sillage, le chef de l’Etat a indiqué que le gouvernement trouvera le financement pour la construction du pont sur le fleuve Milo afin de faciliter la liaison entre Kérouané et Kankan. Tout en les invitant au renforcement de l’unité nationale, à la vigilance contre Ebola, le Pr Alpha Condé a invité les populations de Kérouané à se faire recenser pour l’élection présidentielle du 11 octobre 2015.


Le Bureau de Presse de la Présidence

 
Soriba sorel Camara aux chefs de quartiers: « Nous avons des soupçons sur plusieurs d’entre vous.»

2015/5/21

Aujourd'hui en Guinée C’est un Soriba Sorel Camara, gouverneur de la ville de Conakry, apparemment, très en colère contre les hommes des medias, qui a rencontré le mercredi 20 dernier, dans les locaux du Gouvernorat à Kaloum, maire et présidents des délégations spéciales des communes de Conakry, présence des 120 chefs de quartier de la ville.

Cette réunion d’information portait essentiellement les préparatifs de l’élection présidentielle du 11 octobre prochain, la lute contre Ebola, la sécurité et l’assainissement de la ville de Conakry.

D’entrée, Soriba Sorel Camara a axé une partie de sa communication à rappeler aux journalistes le rôle qui est le leur pour un climat apaisé dans notre pays. « Vous les journalistes à plusieurs reprises, dites ce qui n’enflamme pas le pays. Arrêtez de dire du n’importe quoi dans vos radios et vos télés. Si vous voulez, écrivez sur face book ou je ne sais quoi que le gouverneur a dit ça.», s’en est vertement pris le gouverneur de la ville de Conakry à la presse.

Sur le premier point, le gouverneur de la ville a invité les chefs de quartiers à faire de la réélection du chef de l’Etat leur cheval de batail. Sur question, Soriba Sorel Camara est catégorique « On ne peux pas être dans un régime et faire la politique pour d’autres. Ceux qui savent qu’ils ne peuvent pas le faire ce pourquoi ils sont nommés sont libres de rendre le tablier. Nous avons des soupçons sur plusieurs d’entre vous, on n’a vu ici le parti au pouvoir perdre les législatives. Cette fois-ci, faites en sorte que cela ne se reproduise pas. Je ne vous demande pas de voler, je vous demande juste de travailler selon les règles de l’art. »
Parlant de la lutte contre l’épidémie Eloba, le gouverneur de la ville de Conakry a tenu à féliciter les chefs de quartiers : « Je tiens à vous féliciter pour votre vigilance dans la lutte contre Ebola. Nous sommes à plus de cinquante jours sans noter de cas confirmé. Le combat, à ce jour, est de gérer les cinquante contacts que nous avons à Conakry. »

De l’assainissement, l’ancien secrétaire général de l’UDG, a indiqué : « La gestion des déchets de la commune de Matoto, Matam et Ratoma est confié à une société de droit Suisse Satarem. Les communes de Kaloum et Dixinn au SPTD (service public de transfert des déchets). Désormais, je ne veux plus entendre qu’il y a ceci ou il y a cela. Si vous avez des problèmes, adressez vous à ceux-là. Mais cela ne veut pas dire de rester bras croisés. La gestion des déchets est un acte citoyen, il est social et non politique. Chacun peut faire quelque chose pour assainir la ville. Conakry produit mille tonnes de déchets par jour. Cela veut dire qu’il faut une réelle volonté à la base. »

Sur le point relatif à la sécurité dans la cité, Soriba Sorel Camara a d’abord souligné qu’une nouvelle disposition est désormais prise pour minimiser les assassinats et autres formes de banditismes, avant d’ajouter : « Je tiens à vous féliciter pour le maintien de la quiétude dans la ville pendant les quatre dernières semaines de manifestations de l’opposition ».


M. L. Yansané



 
Le Président Alpha Condé à Beyla : Les populations mobilisées pour le changement

2015/5/21

Aujourd'hui en Guinée Beyla, 20 mai 2015 - Le Président de la République, le Pr Alpha Condé, a effectué une visite de contact avec les populations à la base ce mercredi 20 mai 2015 dans la Préfecture de Beyla, en Région Forestière. C’est la première visite du chef de l’Etat dans cette Préfecture depuis son élection à la Magistrature suprême du pays.

C’était une joie immense pour les populations de Beyla de recevoir le Président Alpha Condé pour lequel, elles ne cessent d’exprimer leur soutien total à ses projets de sociétés qui a des impacts positifs dans cette préfecture. Une préfecture qui n’a plus enregistré de cas d’Ebola depuis le 8 janvier 2015. C’est pourquoi, les populations du Konia fortement mobilisées étaient en ambiance de fête depuis le petit matin pour accueillir le chef de l’Etat qui est arrivé à l’aéroport de Beyla aux environs de 16 heures 30 minutes.

De là, jusqu’à la place publique, les populations ont envahi le long de la route pour applaudir le Président Alpha Condé qui était même obligé de marcher pour saluer le public.

Une occasion pour le Préfet de Beyla, Damou Kanté, de revenir sur les actions du Président Alpha Condé depuis son avènement au pouvoir. Il s’agit entre autres de l’octroi d’intrants agricoles aux paysans, de la construction d’une école professionnelle technique, de l’envoi de lampadaires pour l’éclairage public, du bitumage de la route Beyla-Nzérékoré.

Le Président de la République, le Pr Alpha Condé, a pour sa part fait un bilan de ces actions qui ont été freinées par le virus Ebola. Malgré tout, le chef de l’Etat a promis que le second mandat va se consacrer aux femmes et aux jeunes ainsi que la résolution du problème d’eau et d’électricité. Concernant la gestion du minerai de fer du Simamdou, le Président Alpha Condé a souligné que cette ressource va être profitable aux populations riveraines en particulier et toute la Guinée en général.

C’est pour toute ces raisons que le chef de l’Etat a invité les populations du Konia a renforcé l’unité nationale autour des projets de société de son gouvernement. Dans le même ordre d’idées, le Pr Alpha Condé a invité les populations de Beyla à se faire enrôler pour la prochaine élection présidentielle.


Le Bureau de Presse de la Présidence

 
Politique: Moussa Dadis Camara s'attire la foudre de 29 organisations de la société civile dans un rapport

2015/5/20

Aujourd'hui en Guinée
Guinée : Le temps de la justice ?

La candidature de Moussa Dadis Camara ne doit pas être un frein à la justice ni à la tenue d’une élection présidentielle apaisée.

A 5 mois du premier tour de l’élection présidentielle et après l’annonce de la candidature de Moussa Dadis Camara, 29 organisations de la société civile guinéenne et internationale rappellent que l’ancien chef de la junte militaire doit rendre des comptes devant la justice guinéenne sur son implication présumée dans le massacre du 28 septembre 2009. Les graves crimes perpétrés le 28 septembre 2009 et les jours qui ont suivi font toujours l’objet d’une procédure judiciaire, comme le rappelle un rapport intitulé « Guinée : le temps de la justice ? » publié ce jour par la FIDH et l’OGDH à l’occasion d’une conférence de presse à Conakry.

Dans un climat pré-électoral tendu, la société civile rappelle que les violences à caractère politique, l’impunité et les entraves à l’indépendance de la justice sont les causes de la récurrence des graves violations des droits humains perpétrées en Guinée depuis des décennies et appelle les candidats à l’élection présidentielle à faire des droits humains une priorité politique en signant « Les 10 engagements pour les droits humains et une élection présidentielle apaisée ».

L’annonce le 11 mai 2015 de la candidature de Moussa Dadis Camara, l’ancien chef de la junte militaire, à l’élection présidentielle de 2015 rappelle que la Guinée n’en a pas encore fini avec son passé de violences politiques, et ce alors même que l’opposition et le pouvoir en place peinent à se mettre d’accord pour l’organisation du scrutin et règlent leurs différends dans la rue au cours de manifestations qui ont déjà fait 63 morts et des dizaines de blessés depuis 2010.

« Le retour de Dadis Camara dans le jeu politique est une insulte faite aux victimes du massacre du stade du 28 septembre 2009 et au peuple guinéen dans son ensemble. C’est devant la justice guinéenne qu’il devrait se présenter et non à l’élection présidentielle. Lorsqu’il était au pouvoir, Dadis Camara a violé chacun des 10 engagements pour les droits humains et une élection présidentielle apaisée, que nos organisations demandent aujourd’hui aux candidats d’endosser pour faire de la présidentielle de 2015, un moment de démocratie sans violence » a déclaré Thierno Sow, président de l’OGDH.

A la suite d’un coup d’état militaire fin 2008, Moussa Dadis Camara était le chef de l’État et commandant en chef des forces armées lorsque, le 28 septembre 2009, des militaires et des membres des forces de sécurité ont massacré au moins 156 personnes et violé plus d’une centaine de femmes au stade du 28 septembre, lors d’une manifestation pacifique. La commission d’enquête internationale mandatée par les Nations Unies quelques semaines après les évènements avait conclu qu’en raison de sa qualité de chef d’État militaire, il était possible de présumer sa responsabilité pénale directe, voire une responsabilité de commandement, pour les faits qui se sont produits au stade le 28 septembre et les jours suivants.

« Moussa Dadis Camara a déjà été entendu, depuis le Burkina Faso, en qualité de témoin et il est aujourd’hui sous le coup d’une demande d’inculpation émanant de la justice guinéenne. Dans ce contexte, il est tout simplement impensable qu’il songe à revenir sur la scène politique guinéenne. Ce que nous attendons désormais, c’est qu’il soit formellement mis en cause par la justice, et qu’il réponde de ses actes devant un jury populaire aux côtés des 13 autres personnes déjà mises en cause dans l’affaire du 28 septembre 2009 » a déclaré Asmaou Diallo, présidente de l’AVIPA.

Dans un rapport publié ce jour, « Guinée : le temps de la justice ? », la FIDH et l’OGDH font un bilan des progrès de l’instruction ouverte par la justice guinéenne en février 2010 sur le massacre du 28 septembre 2009, en particulier au cours des derniers mois, et des perspectives judiciaires dans cette affaire, notamment concernant Moussa Dadis Camara.

« Notre rapport dresse un bilan d’étape de la lutte contre l’impunité des crimes les plus graves perpétrés en Guinée. De nombreuses avancées ont été accomplies, encore très récemment d’ailleurs. Mais nous voulons aussi exprimer les attentes des victimes qui appellent de leur vœu la tenue d’un procès irréprochable, à la mesure de la gravité des crimes perpétrés » a déclaré Souhayr Belhassen, présidente d’Honneur de la FIDH en mission à Conakry.

De même, le rapport présenté revient sur la procédure judiciaire concernant des tortures infligées contre 17 personnes en octobre 2010 dans le quartier populaire de Hamdalaye sur ordre de hauts gradés de l’armée pour des motivations politiques. L’instruction judiciaire qui a permis de démontrer la responsabilité présumée de l’ancien chef d’État-major, le général Nouhou Thiam et celle de l’ancien gouverneur de la ville de Conakry, le commandant Sekou Resco Camara, doit maintenant être confirmée par la Chambre d’Accusation. Nos organisations appellent solennellement les autorités guinéennes à rendre possible la tenue de ce procès avant le premier tour de l’élection présidentielle.

Nos organisations rappellent enfin, que la vérité et la justice sont des aspects essentiels au processus de réconciliation nationale. Le lancement le 25 mars 2015 des consultations nationales devant permettre aux populations guinéennes de s’exprimer sur la forme que devrait prendre une future commission vérité est une étape importante qui doit maintenant être opérationnalisée dans les meilleurs délais. Nos organisations participeront à ce processus important et appellent les populations, les organismes socio-professionnels, les partis politiques et l’ensemble des acteurs à participer à ces consultations et à exprimer leurs avis sur le mandat, la composition et leurs attentes à l’égard d’une future Commission vérité.

Source: FIDH

 
Le président Alpha Condé reçoit le chef de file de l’opposition pendant 55 minutes

2015/5/20

Aujourd'hui en Guinée 20 mai 2015 – Au Palais Sékhoutouréya, ce mercredi 20 mai 2015, El Hadj Cellou Dalein Diallo, chef de file de l’opposition guinéenne a été reçu en audience pendant presqu’une heure de temps, par le chef de l’Etat, le professeur Alpha Condé. Le leader de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) était accompagné par un des vice-présidents de son mouvement, Fodé Oussou Fofana et El Hadj Diouma Diallo, vice-président de l’Assemblée nationale, membre de son parti. C’est dans un cadre apaisé, dans le huis clos, que s’est déroulée la rencontre, après le rendez-vous manqué du 8 mai 2015, auquel le chef de file de l’opposition, avait renoncé à la participation, après avoir pourtant confirmé sa volonté d’être présent, auprès du ministre d’Etat, directeur de cabinet de la présidence de la république, Mohamed Diané. La rencontre d’aujourd’hui, basée sur la relance du dialogue politique, après les manifestations de ces dernières semaines, a porté sur trois sujets : les échéances électorales, la lutte contre le développement du fondamentalisme religieux en Guinée et la recherche de solutions de paix au Mali.

Cellou Dalein Diallo, chef de file de l’opposition, a repris la discussion avec les autorités, pour donner sa lecture du calendrier électoral des élections présidentielles et locales prévues par la Ceni le 11 octobre 2015 et les municipales au mois de mars 2016. A ce titre, il a rappelé les revendications de l’opposition, à savoir l’organisation préalable des élections locales avant les présidentielles. Cellou Dalein Diallo a également échangé avec le président guinéen sur la prévention contre les risques intégristes en Guinée. A sa sortie d’audience, le député Cellou Dalein Diallo s’est voulu optimiste : « Nous avons rappelé nos revendications au président qui nous a assuré de sa disponibilité à écouter les deux parties, majorité politique et opposition, de sa volonté de se mettre au dessus de la mêlée. Ainsi qu’une promesse faite d’apporter une réponse à nos revendications ».

Soumis à une série de questions, notamment sur la future stratégie de l’opposition concernant les manifestations et le fait d’être récusé par certains de ses pairs de l’opposition hostiles à un dialogue jugé solitaire avec le président, Cellou Dalein Diallo n’a pas fait de commentaire. Tandis que le porte-parole de la présidence, le ministre d’Etat, Secrétaire général de la présidence, Naby Youssouf Kiridi Bangoura, affirme : « C’est la deuxième audience, après celle accordée à Mme Hadja Nantou Chérif Konaté de la mouvance présidentielle. Le président est dans son rôle d’écouter chacune des parties, afin de trouver un consensus.

Ces rencontres périodiques permettent au président de maintenir les contacts avec la classe politique ». D’ou la ferme volonté du chef de l’Etat guinéen de garantir à ses compatriotes, l’organisation d’un scrutin, libre, transparent et apaisé.

Le Bureau de Presse de la Présidence

 
Philan : « Il y a une opposition qui se bat contre le pouvoir et une autre qui se bat pour le pouvoir

2015/5/20

Aujourd'hui en Guinée Moussa Philan Traoré, conseiller principal du ministre de l'Administration du territoire et de la Décentralisation, s'exprime sur la crise politique actuelle.: La semaine dernière, vous avez soutenu dans notre journal que l'opposition finira par dialoguer avec le pouvoir. Mais elle se radicalise de semaine en semaine ? Maintenez-vous vos déclarations ?

Moussa Philan Traoré : Oui je reste optimiste. Vous savez, il y a aujourd'hui en Guinée deux oppositions. Il y a une qui se bat contre le pouvoir et une autre qui se bat pour le pouvoir. Cette dernière est menée par Cellou Dalein Diallo, le président de l'Ufdg. Je reste convaincu qu'elle finira par venir à la table de négociations, parce qu'elle est dirigée par un homme qui aime son pays et qui œuvre pour son progrès démocratique, mais dans la paix. Il est d'ailleurs le chef de file de l'opposition, dans le meilleur sens de l'expression. C'est-à-dire à la fois le leader politique qui a le plus de militants dans l'opposition, mais aussi l'homme qui a une alternance crédible à proposer, par la voix des urnes et non par des raccourcis.

Quelle est l'autre opposition, d'après vous ?

Écoutez, tout le monde sait de qui je parle. Il y a des leaders pleins de hargne contre le pouvoir en place et jaloux du chef de file l'opposition. En plus, ils sont méprisants envers les Guinéens. Tout le monde a fini par s'en rendre compte, les gens ont déserté leurs rangs. Qui sait le nombre de cadres qui, par incompatibilité d'humeur, ont quitté leur bureau exécutif depuis la création de leur parti ?

Ce sont des arrivistes. Ils sont obsédés par la candidature unique. La raison en est simple : ils ont eu quelques militants naïfs à la présidentielle de 2010, mais ils sont tout seuls maintenant, ils ont besoin d'un raccourci vers le fauteuil présidentiel. Plus personne ne leur accorde de crédit aujourd'hui en Guinée. Ils ont laissé un souvenir de mauvaise gestion dans le pays où ils servaient auparavant. Ils sont rentrés en Guinée pour faire affaire. Ils n'ont aucun fief ici. Ils doivent tous leurs députés uninominaux aux consignes de vote données par l'Ufdg. Vérifiez dans les résultats des législatives, et vous verrez que partout où ils ont gagné à l'uninominal, leur parti a été battu par l'Ufdg à la proportionnelle. Franchement sans Dalein, ils ne seraient plus rien dans ce pays. Mais aussi avec Dalein, ils n'ont aucun avenir politique en Guinée. Voilà l'ambigüité de leur situation. Ils sont dans une position inconfortable. C'est pourquoi ils cherchent des raccourcis en parlant de candidature unique de l'opposition à la présidentielle du 11 octobre. Et naturellement, pour eux, ce candidat unique est tout désigné : c'est celui qui en parle sur tous les toits. Mais c'est peine perdue. Voyons, Dalein a beau être généreux, il a beau avoir de l'abnégation, il ne cèdera pas pour quelqu'un qui ne l'atteint pas à la cheville. D'ailleurs son parti et ses militants ne le lui permettraient pas.

L'opposition avait cessé de manifester depuis fort longtemps. Il a fallu que l'homme en question soit effrayé par la vue de quelques agents qui passaient par hasard devant son domicile pour qu'il menace de faire descendre à nouveau l'opposition dans la rue. Mais tout le monde sait que l'opposition, c'est Dalein. C'est l'Ufdg qui peut occuper la rue, tout simplement parce que c'est ce parti qui a des militants dans l'opposition. Les autres se servent de Dalein et de l'Ufdg pour faire croire qu'ils sont populaires. Mais je propose à Dalein de leur lancer ce défi : prouvez-moi votre popularité en organisant un meeting, aussi petit soit-il, mais avec vos seuls militants, sans la présence des miens. Assurément, ils se ridiculiseraient si jamais ils osaient relever ce défi. Vous aviez vu le congrès de leur parti ? Il y avait plus d'invités étrangers que de militants ! C'est Dalein seul que le pouvoir considère comme adversaire, c'est lui que le président de la république, le Pr Alpha Condé, demande à rencontrer pour trouver une issue à la crise politique.

Soyez plus indulgent, l'opposition au pouvoir est une prise de position politique, ce n'est pas une question de nombre. Est-ce que ce n'est pas justement par prise de position ferme que Dalein a choisi de ne pas répondre à l'invitation du président de la république le vendredi 8 mai passé ?

Avant de répondre à votre question, j'admets qu'en politique, l'opposition au pouvoir est une prise de position. Mais de grâce, que ceux qui n'ont personne avec eux n'aient pas le caquet si haut ! Qu'ils soient modestes et moins prétentieux ! La radicalisation n'est pas une prise de position, c'est un entêtement. Si chacun s'emmure dans ses idées, un engrenage dangereux peut s'installer. Ce n'est pas souhaitable pour le pays. Cela dit, Dalein est plus qu'un leader d'opposition, c'est le chef de file de l'opposition en Guinée. Je l'ai dit, je le reconnais. On lui a d'ailleurs donné ce statut. C'est à ce titre que le président de la république a demandé à le rencontrer. Nous savons que Dalein est un homme ouvert au dialogue et au compromis. Mais comme dans tout parti politique, il y a des extrémistes parmi les militants de l'Ufdg.

Vous savez, dans tout mouvement, même pas seulement politique, la voix des extrémistes est plus haute que celle de la majorité modérée ou silencieuse. Mais Dalein a le mérite d'être respecté et écouté par ses militants. En plus, c'est un homme de paix. Pour l'intérêt supérieur de la nation, il parviendra à modérer les ardeurs dans son staff et dans sa base et il répondra finalement à l'appel du président de la république pour qu'ensemble ils trouvent un terrain d'entente.

J'en suis convaincu.

Mais comment Dalein pourra-t-il persuader sa base si c'est elle-même qui l'a contraint à ne pas se rendre à Sèkhoutoureya, sous peine de l'en empêcher, justement parce que, par deux fois, il a été empêché par les forces de l'ordre de sortir pour rejoindre la marche de l'opposition ?

Laissez-moi vous dire que ça a été une décision sage d'empêcher les leaders de l'opposition de rejoindre la marche, et tout particulièrement Cellou Dalein Diallo. Vous savez, l'État a la responsabilité d'assurer la paix et la quiétude sociale. La Guinée vit des tensions politiques et la situation n'est pas tout à fait claire. Je l'ai dit tout à l'heure, il y a des extrémistes dans tout mouvement. Il y en a dans les deux camps. On ne peut pas les contrôler, on ne connaît pas toujours non plus leurs intentions. Dans la situation actuelle, à force de s'exposer dans les marches, sur le toit ou sur le capot d'une voiture ou encore sur la tribune d'un meeting, un leader politique s'expose au danger, il devient une cible facile. Un extrémiste ou un illuminé du pouvoir pourrait être tenté par la facilité et lui faire du mal sans en mesurer les conséquences pour le pays. Ajoutez à cela le fait qu'au sein de l'opposition elle-même, les choses ne sont pas aussi claires que ça. Là aussi, on ne sait pas qui est qui. Dans l'agitation d'une marche politique, tout est possible. Imaginez qu'un opposant fanatique profite de la pagaille pour éliminer celui qu'il croit être l'obstacle sur le chemin de son leader au sein de l'opposition, en croyant régler ainsi le problème de la candidature unique. Vous voyez les conséquences ? Donc le pouvoir central se méfie à la fois de ses propres extrémistes mais également des fanatiques qu'il pourrait y avoir dans l'un ou l'autre camp de l'opposition. Les querelles intestines sont d'autant plus dangereuses qu'elles sont sourdes, car elles pourraient n'attendre qu'une occasion propice pour se manifester violemment. Donc prudence ! En définitive, le pouvoir ne cherche pas à casser les manifestations en confinant les leaders à domicile, il est guidé par un sens élevé de la responsabilité. Croyez-moi, c'est mieux ainsi.

Dans son discours du 1er mai, le chef de l'État a regretté la mort de son petit frère Malick Condé qui, a-t-il dit, connaissait les cadres guinéens mieux que lui. Ce à quoi certains ont répondu qu'on ne doit point chercher à gouverner un pays si on n'en connaît pas les cadres. Qu'en dites-vous ?
Je crois que le président de la république n'a pas été bien compris. Bien sûr qu'il connaît les cadres guinéens. Comment ne les connaîtrait-il pas après avoir passé quatre ans et demi aux commandes de l'État ? Donc il connaît l'administration de l'État. Il faut comprendre les paroles du président au second degré. Malick Condé était son unique frère. Ils avaient une relation très forte, ils ont mené ensemble le combat politique, ils ont enduré ensemble toutes les adversités.

Malheureusement, Dieu a rappelé le cadet dès que l'aîné a été élu président. Il n'a pas été donné à Malick Condé d'assister à l'investiture de son grand frère. J'imagine la douleur que le Pr Alpha Condé ressent encore. L'évocation publique de la mémoire de son petit frère est un acte humain. C'est l'expression d'un vide affectif. N'oubliez pas que depuis la mort de sa sœur Hadja N'Sira Condé (j'allais dire « sa mère »), il est maintenant le seul de sa fratrie encore en vie. S'il avait encore Malick Condé dans son entourage, il se sentirait plus en confiance, en tant que chef de l'État. Il aurait eu à la fois un frère, un ami sûr et un excellent conseiller. C'est ce qu'il a voulu dire, à mon entendement. Mais Malick Condé n'est pas mort et ne saurait mourir. Le Pr Alpha Condé peut le retrouver en un général Bouréma Condé, en un Alhassane Condé ou en un Lamine Cissé, le directeur général de l'Anaim. S'il déjeune tous les jours avec eux, il retrouvera en eux son regretté frère. Ce sont des hommes qui l'aiment profondément. Ils ont partagé ses idéaux politiques pendant 30 ans, ils ont mené son combat et ils le servent aujourd'hui avec la plus grande loyauté. Ils ne sauraient l'induire en erreur.

La mise en eau du barragehydroélectrique de Kaléta pour le lancement des deux premières turbines est prévue en ce mois de mai 2015. La date sera-t-elle respectée ?

Tous les délais ont été respectés dans ce projet depuis son démarrage en 2011. Je puis vous assurer que les deux premières turbines tourneront d'ici à la fin du mois. Et les trois autres au plus tard en août, comme initialement prévu dans le projet. Tout est prêt. L'interconnexion de la ligne de transport avec le réseau existant est en voie d'achèvement. C'est ce qui explique les délestages actuels.

Quelles sont les localités du pays qui seront desservies par le barrage ?

C'est Conakry, Dubréka, Kindia, Mamou, Dalaba, Pita et Labé, selon les techniciens du secteur. Toutes ces villes auront du courant de qualité 24 heures sur 24. Elles en auront pour les besoins domestiques mais aussi pour les besoins industriels et pour le fonctionnement de tas de métiers. Le barrage aura un grand impact sur nos vies, elle va booster l'économie guinéenne. Vous verrez sous peu.

Beaucoup de Guinéens devront prendre l'habitude de renoncer aux branchements clandestins sur le réseau électrique et de payer leurs factures d'électricité, comme dans tout autre pays. Quel type de compteurs a été choisi : à puce prépayée ou classique post-payé ?

Je ne sais pas. Je sais seulement que c'est une société française qui a été retenue par appel d'offres international pour l'exploitation du barrage. Elle sait déjà quelles options prendre à la fois pour empêcher tout branchement clandestin sur le réseau électrique mais aussi pour amener les consommateurs à payer leurs factures. Je suis persuadé qu'il n'y aura plus de magouilles dans le secteur de l'électricité.

Interview réalisée par
El Béchir Diallo

Références :
Moussa Philan Traoré, conseiller principal du ministre de l'Administration du territoire et de la Décentralisation
660 55 23 55 / 623 68 97 61
bmphilantraore@gmail.com

 
Au cœur du changement : La Guinée, un environnement attractif pour les industriels

2015/5/20

Aujourd'hui en Guinée Le Ministère de l'Industrie et des Petites et Moyennes Entreprises, conformément à sa mission qui consiste la conception, l'élaboration, la mise en œuvre, le suivi et l'évaluation de la politique du Gouvernement dans les domaines de l'Industrie et des PME a réalisé des performances indéniables durant des quatre années de la gouvernance du Président Alpha Condé. Malgré le ralentissement des activités économiques consécutives aux soubresauts politiques et à l'épidémie de fièvre hémorragique à virus Ebola qui sévît dans le pays depuis plus d'un an.
De l'amélioration des cadres institutionnels, juridiques et réglementaires pour promouvoir et améliorer le climat des affaires à la promotion et la relance des activités Industrielles en passant par la promotion des Petites et Moyennes Entreprises (PME/PMI), le département de l'industrie lui, a aligné de bons résultats tant sur le plan national qu'international.

Des acquis qui visent précisément à assurer à notre pays une croissance économique forte, durable et équitable en vue d'améliorer les conditions de vie des populations.
Sur le plan international, le pays a marqué son grand retour en renouant avec les partenaires de développement en intégrant la grande famille des pays membres de la plate-forme internationale des industries vertes. Un retour marqué par des performances ayant permis d'améliorer la position de la Guinée au niveau de la banque mondiale à travers, « Doing Business », 6 points par rapport à 2014 et 10 points par rapport à 2013. Le rapport ''Doing Business'' constate en 2014 que sur les 20 économies qui ont le plus amélioré la règlementation des affaires depuis 2009, neuf (9) sont issues d'Afrique subsaharienne que sont : le Burundi, la Sierra Leone, la Guinée-Bissau, le Rwanda, le Togo, le Bénin, la Guinée, le Liberia et la Côte d'Ivoire

Les signatures de l'accord-cadre de coopération industrielle et commerciale ; des conventions avec la société MEDEZ du Maroc pour l'aménagement des zones industrielles et celle du programme pays Guinée-ONUDI 2014-2017, témoignent, on ne peut plus, du retour de la Guinée sur la scène internationale d'industrie.

Tout ceci est la résultante des acquis obtenus à l'interne par la Guinée à travers ce département. Qui, suivant la volonté du Président de la République qui a dédié son quinquennat aux femmes et aux jeunes, des teinturières par centaines ont été formées ainsi que des femmes entrepreneures.
Grâce à cette initiative gouvernementale, nous avons, aujourd'hui, 44 femmes opératrices économiques (11 par bureau national) représentant les secteurs d'Artisanat, Femmes Chefs d'Entreprise, Production, agriculture, transformation et commerce. Elles sont regroupées dans la structure du Réseau des Femmes Opératrices Economiques de Guinée(REFOPEG) comprenant 17 membres. Des activités du projet d'appuis aux PME (PAPME) avec la création des centres d'appui aux PME et un centre d'excellence destiné à l'entrepreneuriat féminin ont été lancées à Conakry.

Sur le plan juridique et institutionnel, le ministère a rendu effectif la révision du code des investissements et créé « Guinea Business Forum », une plateforme de dialogue public-privé et l'Unité de Coordination des Reformes du Secteur Privé (UCORESP) qui ont permis d'améliorer le climat des affaires dans le pays avec la création des emplois. Ainsi, mille cent vingt (1 120) emplois ont été créés, à titre illustratif, seulement en 2014, à travers l'agence autonome d'assistance aux entreprises (3AE).

Dans le cadre de la relance des activités industrielles, 19 entreprises privatisées, en arrêt d'activité, sont revenues dans le portefeuille de l'Etat. Deux (2) contrats de cession ont été finalisés et signés. Ces contrats sont l'huilerie Sincerey de Dabola cédée à la société Lesieur de France, la cession d'une partie de terrain non bâti de l'usine de Sanoyah à un groupe Sénégalais pour l'implantation de 6 unités industrielles dont une usine d'embouteillage du gaz domestique.

Sur cette lancée, la Guinée, à travers ce département, a réussi à implanter , soixante-deux usines contre douze sous la deuxième République qui ont permis d'ailleurs de réduire drastiquement le nombre de chômeurs dans le pays. Dans la même logique, deux nouvelles usines de farine implantées en 2013 contre une (01) usine (GMG) sous la 2ème République, trois usines de ciment construites courant 2013-2014 contre une (01) cimenterie (Ciments de Guinée) sous la 2ème République ; trente-six (36) entreprises d'ensachage d'eau de table créées contre une (01) usine (Eau de Coyah) sous la 2ème République, trois (03) usines de gaz implantées contre deux (02) sous la 2èmeRépublique ;trois (03) usines de bonbons créées contre une (01) usine (AMACIF) sous la 2ème République ;quatre (04) usines de tôles créées entre 2013-2014, contre trois (03) sous la 2èmeRépublique ; quatre (04) usines de Savon créées contre une (01) usine, (la savonnerie Alpha sous la 2ème République ; cinq (05) usines de fer à béton installées contre une (01) usine (SODEFA) sous la 2ème République ; deux (02) nouvelles huileries installées contre une (01) usine de production d'huile végétale, (Huilerie Sincéry de Dabola).

A ces acquis, s'ajoutent également la certification du café ZIAMA MACENTA - qui a consisté au repérage, à la délimitation, la validation et l'exportation en France d'une première cargaison de 20 tonnes de café sur une demande de 50 tonnes. En plus nous avons la pose de la première pierre du centre de documentation en propriété intellectuelle (CDPI) de l'OAPI en Guinée.

Toutefois, de nombreux défis restent encore à relever, il s'agit notamment de : la poursuite de la cession des unités industrielles revenues dans le portefeuille de l'Etat, la sécurisation des zones industrielles, le lancement officiel du programme pays de l'ONUDI, l'organisation des journées nationales de l'industrie Guinéenne, la finalisation et la mise en fonction du laboratoire d'analyse et d'essais ; la rénovation et l'extension du bâtiment abritant le département, l'élaboration des documents de politique industrielle, de qualité et de promotion du secteur privé, la mobilisation d'importantes ressources financières…

Avec une prise de conscience collective et un sursaut national- qui doivent se traduire par le plébiscite du Président Alpha Condé en octobre 2015- la Guinée pourrait davantage connaitre une croissance économique forte, durable et équitable en vue d'améliorer les conditions de vie des populations. Cette croissance économique doit reposer essentiellement sur le secteur privé. La route de l'émergence serait à ce prix.

La Synergie Alpha15.

 
Le Président de la Rue Publique, rencontre le Président de la République (Par Ben Daouda Touré)

2015/5/19

Aujourd'hui en Guinée L’Opposition guinéenne s’est arrangée derrière le Président de la Rue Publique, Mr. Cellou Dalein Diallo, ancien Commandant de bord d’Air Guinée ; une compagnie portée disparut depuis le naufrage du navire Le Simandou dans les océans de la corruption avec les rails du Niger, la conserverie de Mamou, la scierie de N’Zerekore ainsi que 78 autres unités de production. Une catastrophe nationale qui n’est pas le sujet d’aujourd’hui.

Je disais donc que l’Opposition à la République se manifeste depuis Mars 2015, par le rejet de tout ce que notre jeune Démocratie peut offrir de mieux à la Nation :

« Nous ne reconnaissons plus la CENI, nos représentants ont choisi leur indépendance conformément à la loi qui conditionne le fonctionnement de cette organisation, alors que nous luttons contre la République. Ils nous ont trahi» ;

« Nous refusons de siéger à l’Assemblée Nationale, parce qu’on nous oblige à participer à l’élaboration des lois qui fortifieront l’Etat et la République» ;

« Nous ne reconnaissons plus le Président de la République, parce qu’il construit des routes, des ponts, des barrages et bientôt Kaleta sans notre avis ; ces actes sont contraires aux accords secrets de 2010 qui lui ont porté au Pouvoir ; il vend du riz à bas prix aux populations pour faire tomber les commerçants ; ça c’est illégal et illégitime, il doit partir » ;

« Nous bloquerons toutes les rues de Ratoma et la Guinée mourra plusieurs fois ; chaque lundi et chaque Jeudi nous tuerons Conakry et personne ne verra son cadavre » ;

« Nous ne reconnaissons plus les Ambassadeurs de France et des Etats Unis qui passent tout leur temps à chercher les cimetières des villes mortes depuis deux mois » ;

« Unanimement et par un vote massif, nous élisons El hadj Mamadou Cellou Dalein Diallo, l’homme de Dakar, Président de la Rue Publique, n’en déplaise au Président de la République ; s’il veut la paix il sait désormais avec qui négocier »

Bilan : 127 Ecoles fermées à Ratoma où les enfants se terrent à la maison ; toutes les écoles y sont fermées alors que sur le reste du territoire, à commencer par les autres communes de Conakry, les cours se déroulent normalement. Qui perd ?

Selon les radios de la Rue Publique, il y aurait eu 48 morts depuis le début des manifestations, malheureusement on ne sait pas dans quelle Rue on cache les corps ; 448 blessés soignés dans des cliniques tenues secrètes dans la rue voisine, et 347 militants de la première rue incarcérée dans les geôles, mais le Ministre Gasama ne sait pas où sont ces prisons de haute sécurité. Qui gagne ? Cellou Dalein qui se débarrasse ainsi des enfants de pauvres analphabètes, pour une Guinée des riches et rayonnante de savoir: seul maitre à bord, il a interdit la rue à ses enfants et à ceux de tous les dignitaires de son Parti.

Après avoir déversé des bidons d’huile de moteurs sur les chaussées, causant de multiples accidents à travers la ville, Cellou Dalein est aujourd’hui l’enfant chéri des usagers de la route de la haute banlieue ; c’est tellement amusant de voir des voitures glissées dans tous les sens sur le goudron, qu’on en demande tous les matins à Conakry ; mais malheureusement il n’y a pas encore de mort, pour qu’elles soient encore plus drôles.

Enfin c’est avec sa couronne de roi de Ratoma, que Cellou Dalein vient d’être élu par ses pairs Président de la Rue Publique et c’est à ce titre qu’il va rencontrer le Président de la République….. Qu’est ce qu’ils vont se dire ? ICI ON SE TUE-TOI entre frères :

Alpha Conde « Dis donc dégage les rues maintenant, je dois lutter contre Ebola » ;

Cellou Dalein « Körö, Ebola est chez ton Premier Ministre, pas dans la rue ; il faut dire à ton petit koniaka de Bafoué que la rue est à moi ; Körö vous ne pouvez pas tout avoir quand même ; les rebelles Koniaka et la rue ? Non, non, non !» ;

Alpha Conde « écoute Cellou, tu ne peux pas occuper éternellement la rue tu sais » ;

Cellou Dalein « Körö, c’est plus facile pour toi à dire, tu n’as pas Bah Oury sur le dos » ;

Alpha Conde « Ah bon ! Tu crois que c’est facile de contenir les koniaka de Matoto et les RPC de la casse ? Tu as été toi-même voir la cimenterie lors de votre dernière sortie, cela devrait de donner conseil et comprendre mon problème »;

Cellou Dalein « Si je quitte la Rue, je serais Président de quoi ? » ;

Alpha Conde « On pourrait dans ce cas parler de 2020, en attendant je trouverai un temps pour m’occuper Bah Oury, si tu as peur de lui »

Cellou Dalein « Bah Oury, Sadakadji et le petit koniaka Bafoué de ton coté »

Alpha Conde « Attendu, tu peux compter sur moi »

Cellou Dalein « tu as parlé de 2020 ? Que feras tu de Dadis alors ? »

Alpha Conde « Occupe toi de la Rue, je m’occupe du reste »

« Merci Körö »…. Ainsi va la Guinée

Ben Daouda Toure,

Aframglobal@aol.com




 
Réélection du Pr Alpha Condé : Malick Sankhon mobilise la basse Guinée

2015/5/19

Aujourd'hui en Guinée Le 11 octobre 2015, les Guinéens sont appelés aux urnes pour le choix de celui qui doit diriger leur pays. L’heure n’est donc pas à la distraction. C’est justement dans cette logique Malick Sankhon s’active et semble prendre une bonne longueur d’avance sur ses adversaires politiques. Pour preuve, après son CRAC, qui a fait parler de lui un peu partout à travers le pays et à l’extérieur de la Guinée, l’homme s’est lancé le défi majeur de mobiliser toute la basse Guinée derrière le Pr. Alpha Condé. A ce niveau, ce n’est pas un abus de dire qu’il est en passe de réussir son challenge.

C’est dans cette optique qu’il a mobilisé le samedi 9 mai dernier au palais du Peuple, à travers le comité d’orientation de la basse Guinée (CO-BAG) toutes les associations, coordinations des associations des cinq communes de la capitale et des huit préfectures de la basse Guinée.
Ce dimanche 10 mai 2015, tôt le matin, l’esplanade du palais du Peuple a commencé à être envahie par des jeunes, femmes, sages et cadres de la Basse Guinée. A 8heures 30mn déjà, la salle des Congrès du palais du Peuple a commencé à refouler les gens. Remplie comme un œuf géant, les ressortissants de la Basse Guinée, venus d’un peu partout, ont transformé l’esplanade du palais en un disco-teck. Pendant plus de 3 heures d’horloges, les ballets africains, les bagas Guinée et autres artistes non des moindres ont égaillé la foule.

Après cet instant festif, il est revenu à M. Moussa Soumah du CO-BAG de se féliciter de la mobilisation avant de revenir sur les objectifs et missions essentiels de sa structure qui ne sont autre que qu’assoir l’unité de la communauté face aux problèmes nationaux et de conduire des missions de sensibilisation et d’information sur les questions d’intérêts communautaires et nationaux.

Parlant de CO-BAG, il a fait savoir que la structure a réussi à installer dans l’engouement et la fraternité ses antennes au niveau des jeunes, des femmes et des sages dans les cinq communes de la capitale et les huit préfectures de la Basse Guinée.

Parlant de la réélection du président de la république, M. Soumah a réaffirmé la volonté de CO-BAG à soutenir le Pr. Alpha Condé pendant les élections du 11 octobre 2015 pour un deuxième mandat.

Émerveillé par la qualité de mobilisation, le gouverneur de la ville de Conakry, Soriba Sorel Camara a félicité CO-BAG pour son initiative et déclaré que la Basse Guinée est le symbole du rassemblement et d’unité des fils de la Guinée.
Conscient de la crispation du climat entre les acteurs politiques, le gouverneur de la ville de Conakry a mis cette occasion à profit pour inviter les uns et les autres au dialogue et à la préservation de la paix et de l’unité nationale : « J’exhorte tous les acteurs politiques au dialogue. A préserver la paix et l’unité nationale. Sans la paix, il n’ya pas de développement, sans la contradiction, il n’ya pas de démocratie. Alors faisons la contradiction intelligente pour humaniser notre existence ».

Visiblement fier de ses pairs, le président d’honneur du CO-BAG Malick Sankhon s’est félicité de la mobilisation de toutes les structures de la Basse Guinée autour d’un idéal. « La basse Guinée est le creuset de la Guinée. C’est notre patrimoine commun. Notre union est le chemin de notre réussite », a-t-il déclaré.

Malick Sankhon s’est aussi félicité de la nomination des fils de la Basse Guinée dans l’équipe gouvernementale et dans certains services étatiques.

S’adressant aux fils d Guinée, il ressortissants du littoral guinéen, il a précisé que la mobilisation que pilote la CO-BAG ne vise que la réélection du candidat du RPG arc-en-ciel aux prochaines consultations électorales. « La CENI a annoncé les élections présidentielles le 11 octobre 2015. En attendant la signature du Président de la République du décret convoquant le corps électoral comme prévu par les textes, le CO-BAG se donne pour mission d’expliquer aux Guinéens les efforts fournis par le Président de la République durant son premier mandat dans le cadre du bien-être social. Aussi, de mobiliser tous les fils de la Basse Guinée autour des idéaux de paix et de changement prôné par le Pr. Alpha Condé… Nous sommes le seul régime politique qui n’est pas attaqué par son opposition sur son bilan politique ou économique mais sur son existence comme l’atteste récemment une réunion de force politique à l’extérieur du pays qui intente à la Guinée un procès. Au même moment, le Pr. Alpha Condé était reçu et félicité pour ses actions par les présidents Barack Obama et François Hollande ainsi que l’Union Africaine. Pourtant, les résultats économiques ont créé un cadre propice aux investissements internationaux et à l’amélioration du cadre de vie desGguinéens », a-t-il expliqué.

Poursuivant, Malick Sankhon a évoqué la présence du virus Ebola qui, selon lui, a affecté l’économie malgré les réformes économiques courageuses entreprises par le pouvoir en place. « Nous ne devons pas oublier la menace de la fièvre Ebola sur nos efforts économiques des trois premières années. A ce titre, il faut féliciter les autorités sanitaires pour les efforts louables consentis pour éradiquer le mal. Notre pays a géré cette crise sanitaire dans la transparence et avec un sens élevé de responsabilité. Et Dieu merci, le pire est derrière nous car, nous vivons dans la paix et cohésion nationale contre la peur, la stigmatisation et la discrimination », s’est-il réjouit

Malick Sankhon a encouragé le Président de la République pour la démocratisation effective de la Guinée à travers la mise en pace des institutions républicaines : « il faut le rappeler ici que notre pays reste attaché aux valeurs de la démocratie et de l’Etat de droit qui guident nos actions depuis la fin de la transition. C’est pourquoi, nous restons attachés au calendrier électoral et constitutionnel fixé par la CENI. Nous sommes aussi engagés massivement pour la réélection du président Alpha Condé qui, depuis cinq ans, a changé notre pays, changé notre espoir, changé notre façon de percevoir le développement, notre façon de vivre dans l’unité et la diversité, notre façon de défendre une liberté qui nous permet d’atteindre la prospérité pour tous. »

Sur un ton ferme, Malick Sankhon a déclaré que la Président Alpha Condé reste et demeure le candidat de la Basse Guinée pour l’élection du 11 octobre 2015.

S’adressant au Chef de l’Etat, Malcik Sankhon a déclaré : « oui, monsieur Alpha Condé, nous sommes prêts pour le combat démocratique, pour la vérité et pour le bien-être de ton peuple. »

Rappelons qu’à cette grande rencontre, on notait la présence des ministres récemment nommés par le Président de République. Il s’agit de Boubacar Barry de l’industrie, Jean Réné Camara de la Pêche et Amirou Conté de la Culture. Y étaient également le gouverneur de la ville de Conakry et Mme le Maire de la commune de Matam.
Cette forte mobilisation du CO-BAG s’est terminée par des prières et bénédictions en faveur de l’unité des fils de la Basse Guinée, de la paix et de l’unité nationale pour toute la Guinée.

Aboubacar Condé



Share on facebookShare on twitterShare on emailShare on printMore Sharing Services
0

 
Décès et rapatriement du corps de Mouctar Fofana : Les remerciements du Fonds Funéraire Belgo-Guinéen

2015/5/18

Aujourd'hui en Guinée Le Fonds Funéraire Belgo-Guinéen adresse ses sincères remerciements, à ses membres et à toute la communauté guinéenne de la Belgique, des Pays-Bas, de la France et de l’Allemagne, pour la grande mobilisation lors du décès de Monsieur Mouctar Fofana (membre du fond), décès survenu le Lundi 04 mai 2015 à Liège.

En effet des l’annonce du décès, le bureau exécutif du fond Funéraire a immédiatement envoyé une mission de prise de contact avec la famille du défunt et la communauté guinéenne de Liège (où résidait le défunt). Cette délégation était composée de Monsieur Sidiki Kourouma, Trésorier ; Monsieur Boubacar Magassouba, Chargé des questions sociales et juridiques et de Madame Aminata Diakité Coordinatrice du Fond en Wallonie et Bruxelles.

A l’issu de cette mission, il a été décidé, que les prières funéraires sur le corps devaient être faites le vendredi 08 mai après la prière de vendredi à la mosquée El FATH (Belgo), rue du chimiste 21, 1070 Bruxelles ; Ensuite, les salutations d’usage chez la sœur de défunt le même jour après la prière à Bruxelles.

Enfin, le départ du corps pour la Guinée a été prévu pour le dimanche 10 mai à 11h20 par le vol SN205 et arrivée à Conakry à 18 h locale.

Le bureau Exécutif du fond se félicite du déroulement rapide et correct du rapatriement du corps de notre regretté défunt conformément à l’esprit de la création du Fond Funéraire Belgo-guinéen, et se félicite également des messages soutien, de remerciements, d’encouragement et surtout des multiples demandes d’adhésion qui lui sont maintenant adressées.

Nous rappelons à tous que le Fond Funéraire Belgo-Guinéen est la première mutualité Africaine de l’Europe qui s’occupe du rapatriement, sans grande difficulté, du corps des guinéens qui décéderaient ici aux Benelux (Belgique, Pays-Bas et Luxemburg).

Le Fond Funéraire Belgo-guinéen est ouvert à tout guinéen de plus de 18 ans (les moins de 18 ans sont pris dans la souscription de leurs parents).

Le but fondamental du FFBG est :

d’aider au rapatriement du corps de ses adhérents décédés, en prenant en charge tous les frais financiersy afférents, y compris billet aller-retour d’un membre de la famille du défunt jusqu’à la destination du corps.

D’apporter le soutien moral nécessaire à lafamille défunt.

De tisser des liens de solidarité mutuelle entre ses adhérents.

Siege : Amerikalei 84, bus 9

2000 Anvers

Coordination Wallonie- Bruxelles :

Madame Amina Diakité (Liège)

Tel : 0488427953

Issa Sylla

Tel : 0488018825

Coordination Flandre :

Ahmed Tidiane Camara

Tel : 0487223859

Aboubacar Magasouba

Tel :0466064053

Coordination Pays-Bas

Sidiki Kourouma

Tel :0466249405

Mamoudou Camara

Tel : 0031644566032

Président :

Abraham Diallo

Tél : 0487788142

Pour les informations (Conditions d’adhésion, paiement, brochures, informations générales) vous pouvez vous adresser à ces responsables cités.

« L’homme n’a qu’un mal réel : la crainte de la mort. Délivrez-le de cette crainte et vous le rendez libre. »

 
Présidentielle 2015: Me Francis N’Kpa Koulémou satisfait de la mission de la CENI aux Pays-Bas !

2015/5/17

Aujourd'hui en Guinée Les commissaires de la CENI (Commission Electorales Nationale Indépendante) poursuivent leur mission d’installation de ses démembrements de l’institution dans le BENELUX, dans le cadre de la présidentielle du 11 octobre 2015 en Guinée. Après Bruxelles, le jeudi 14 mai dernier, la mission a procédé, le vendredi 15, à l’installation et à la prestation des membres de la CEAMI et de la CARLE des Pays-Bas à Rotterdam. Ce samedi 16 mai les membres de la CARLE ont été formés au terme d’un débat très enrichissant entre les déférents représentants de partis politiques, de la société civile et des membres de la délégation de la CENI. C’est à 18 heures des Pays-Bas que cette formation s’est achevée. Il faut souligner que les acteurs politiques – mouvance présidentielle et opposition- se sont montrés déterminés à bien faire leur travail pour accompagner l’institution chargée de l’organisation des élections en Guinée.

Me Francis N’Kpa Koulémou, commissaire de la CENI, directeur adjoint des études et membre de mission s’est réjoui du bon déroulement de la mission à Rotterdam : « Je dois vous dire que je me réjoui d’abord des dispositions prises par le Dr Ousmane Sylla, ambassadeur de Guinée auprès de l’Union Européenne et des pays du BENELUX à Bruxelles, ainsi que tout le personnel de l’ambassade, notamment M. Jean Touré, pour la réussite de notre mission tant à Bruxelles qu’à Rotterdam. Et je dois avouer que je suis très impressionné par la détermination des guinéens de l’étranger, de par la qualité des représentants des partis politiques, de la société et la qualité des débats qui ont précédé l’installation des membres de la CEAMI, pour accompagner la CENI pour la réussite de la présidentielle 2015. C’est pourquoi, je remercie le Dr Ousmane Sylla, l’ambassadeur de Guinée, M. Jean Touré, premier secrétaire à l’ambassade qui est avec nous avons travaillé ici à Rotterdam, ainsi que M. Djontamady Nabé qui a été désigné président de la CEAMI des Pays-Bas. Notre travail, à Rotterdam, a été caractérisé par un climat de convivialité, de confiance et de disponibilité entre les représentants des partis politiques, de la société et notre mission. C’est sur une note de satisfaction que je vais quitter la Hollande après un travail bien accompli dans la confiance entre les frères guinéens, que ce soit les représentants des partis politiques, de la société civile et nous autres les membres de la mission de la CENI ».

A noter qu'après cette formation des membres de la CARLE, il ne reste plus qu'aux compatriotes de venir se faire enrôler pour pouvoir voter pour le candidat de leur choix lors de la présidentielle du 11 octobre 2015.

Liste des membres de la CEAMI Pays-Bas

1- M. Djontamady NABE, Président, Société civile,

2- M. Yaya KEITA, Mouvance présidentielle,

3- M. Sidiki KOUROUMA, Mouvance présidentielle,

4- M. Alpha DIALLO, Opposition,

5- M. Chérif DIALLO, Opposition,

6- M. Jean TOURE, Représentant de l'Ambassade.

Liste des membres de la CARLE Pays-Bas

1-M. Yaya KEITA : Président

2-M. Petit BARI : Société civile

3-M. Soryba NABE : Mouvance présidentielle

4-M. Mamadou Saliou DIALLO : opposition

5-M. Emmanuel GRADON : Ambassade de Guinée à bruxelles.

SACKO Mamadou


 
Présidence Guinéenne
Dr Mohamed Diané, véritable garde rapproché d’Alpha Condé
Soumah Alsény
Alsény SOUMAH: L’Ambassadeur de l’art culinaire guinéen aux USA
Dépêches
L'UA/Nord-Mali
TV Aujourd'hui-en-guinée

cliquez sur la photo pour ouvrir la video

Voir les autres articles >>>
Assemblée générale du fonds et de banque mondiale
Les activités du Pr Alpha Condé
TV Aujourd'hui-en-guinée  ::  Présidence Guinéenne  ::  Audios  ::  L'UA/Nord-Mali  ::  Libres Propos  ::  Soutenez Aujourd'hui en Guinée  ::  Albums Photos  ::  Contact  ::  Abonnez-vous  ::  Email  ::  Partenaires  ::  


Privé - Espace Clients  Hotline  

© Rosawebpro   |    Privé - Espace Clients