Bannière


 
Forum Maroc-Guinée
Discours intégral de Mohamed DIARE

Partenaires

Africatime

Africvisionguinée

Akhadan

Conakrylive

Ecoutez Sabari FM 97.3 en direct

Guinée7

L'Express Guinée

Le Diplomate

Les amazones

Mediaguinee

pednespoir.com

www.Guineematin.com

34 visiteurs connectés

23 Septembre 2014 - -1h18


 RECHERCHER 

Massacre du 28 septembre: Les juges souhaitent entendre Sékouba Konaté, ministre de la Défense à l'époque des faits !

2014/9/22

Aujourd'hui en Guinée L'enquête sur le massacre du 28 septembre 2009 au stade de Conakry reprend. Des magistrats guinéens devraient prochainement interroger à nouveau, à Ouagadougou, l'ancien chef de la junte Moussa Dadis Camara.

Après avoir longtemps piétiné, l'enquête sur le massacre du 28 septembre 2009 en Guinée progresse enfin. Trois magistrats guinéens vont se rendre à Ouagadougou afin d'entendre de nouveau Moussa Dadis Camara, l'ancien chef de la junte déjà brièvement auditionné comme témoin, le 23 juillet (une audition qu'avait appuyée Alpha Condé en téléphonant à Blaise Compaoré, son homologue burkinabè).

Mais les juges espèrent tirer davantage de lui et peuvent compter sur le soutien de trois membres du gouvernement, en première ligne pour faire avancer l'enquête : le ministre de la Justice, Cheikh Sako, son collègue des Affaires étrangères, Louncény Fall, et Khalifa Gassama Diaby, aux Droits de l'homme. À Conakry, aussi, d'autres auditions vont avoir lieu, celles notamment de deux ex-ministres : Fodéba Isto Keira (Jeunesse et Sport) et Claude Pivi (Sécurité présidentielle).

Les juges souhaitent également entendre l'ex-président Sékouba Konaté, ministre de la Défense à l'époque des faits. À noter que la Cour pénale internationale (CPI) est censée évaluer tous les six mois les avancées de l'enquête.

Mais que, lors de leur dernière visite à Conakry, en juin, les enquêteurs du bureau du procureur ont fait savoir que ce serait la dernière. À cause du virus Ebola.

Jeune Afrique

 
Thierno O. Diallo, ministre de l’élevage, membre de l’UPR: « L'UFDG prône la violence, moi-même, on m'a frappé, on m'a jeté des pierres...»

2014/9/22

Aujourd'hui en Guinée « Nous sommes partis chez Elhadj Saikou Yaya Barry (président de la coordination HAALPULAAR) avec Bah Ousmane, président de l’UPR en tête, Elhadj Saikou Yaya lui-même il a répété, il dit voilà, on s'excuse pour tout ce qui s’est passé, je souhaite que tous les fils du Foutah soient au même pied d’égalité. Il a versé les larmes, il a dit: si je ne mets pas les mains sur la tête pour pleurer, c’est parce que je suis le plus âgé; même si aujourd’hui je partais dans l'au-delà, je serais satisfait de m'être réconcilié avec tout le monde; nous (UPR), nous avons oublié, c’est la politique, c’est que les gens ne comprennent la politique c’est ça; mais nous, nous leur avons dit une chose, je précise cela, pour nous la coordination c’est un problème de social, s'il y a baptême, il y a mariage, le social, tout ce qui est problèmes sociaux, de grâce les problèmes politiques, la coordination n'a qu'à se dessaisir de la politique, et laisser les politiciens discuter les problèmes politiques entre eux; ce n’est pas une coordination d’une région qui doit se mêler de politique, on n’est pas là pour gouverner une région; il est hors de question pour nous de jouer avec le truc de coordination, et nous leur avons rappelé que depuis 2010, nous sommes en alliance avec le RPG Arc-en-ciel, nous sommes dans la mouvance, et cela ne nous empêche en rien de rester dans la coordination, mais dans le cadre uniquement social...

Nous, nous n'avons pas problème particulier avec Cellou, c'est vrai Cellou nous a pris les militants, ça il faut l'avouer, mais cela ne veut pas dire que si je rencontre Cellou, ou si Bah Ousmane rencontre Cellou, il ne le salue pas, il a été plus efficace que nous, à un moment donné, bon il a pris les militants…

Nous n’avons pas le même programme que l'UFDG, l'UFDG prône la violence, moi-même, on m'a frappé, on m'a jeté des pierres, ça c’est violent, s'ils avaient un fusil, ils auraient tiré sur moi; hé c’est ça la violence…Si on remonte à l'histoire un peu, en un jour, on a aligné 50 morts ici, et moi j'étais en prison, on m'a enfermé cinq mois, cassé mes maisons, et c’est les mêmes qui dirigent l'UFDG actuellement, c’est eux qui ont légitimé ça, parce qu’ils étaient en ce moment au pouvoir, on n'avait pas crié que Conté est assassin, pourtant ici il y a eu en un seul jour 20 morts.

Le pouvoir de Conté est un pouvoir militaire, c’est vrai, et que Conté est dictateur, c’est vrai; mais on n'est pas obligé, si on ne partage pas les points de vue de Conté, d’être son premier ministre, moi je suis ministre de l’élevage, je l'ai accepté parce que je partage les vues du professeur Alpha Condé...

Contrairement à ce qu’on dit, on diabolise le professeur Alpha Condé; franchement, Alpha Condé est très tolérant, parce que moi à sa place, je n’aurais pas fait comme ça, je n’aurais pas accepté les fausses rumeurs, et désinformations, je n’aurais pas accepté, ça je vous le dis...»

Source: Guinée sud

 
Accusations gratuites et incitation à la sédition : Que risque le citoyen Ousmane Gaoual Diallo ?

2014/9/21

Aujourd'hui en Guinée L’assassinat, par des inconnus armés, le lundi 15 septembre 204, aux environs de 20h sur la Transversale 8, quartier Sonfonia, dans la commune de Ratoma, d’Elhadj Amadou Oury Diallo, président de la Section motard de l’UFDG, continue d’alimenter les débats dans la cité. Chacun y va de son commentaire.

Au demeurent, si ce crapuleux assassinat est à condamner avec la dernière énergie, il faut aussi condamner avec la même énergie le fonds de commerce politique dont font usage les responsables et leaders de l’UFDG, le parti dont était membre l’illustre défunt.

C’est la direction Nationale de l’UFDG qui a donné le ton. C’était le mardi 16 septembre 2014, le lendemain de l’assassinat d’Elhadj Amadou Oury Diallo, dans une déclaration rendue public, sans aucune forme de preuve, le parti de Mamadou Cellou Dalein Diallo, accusait directement le pouvoir en affirmant que « force est de constater que l’assassinat ciblé et lâche des responsables de partis politiques est devenu la nouvelle méthode d’élimination des adversaires politiques. »

Dans la même déclaration, le principal parti de l’opposition, au lieu d’attendre la suite de l’enquête ouverte par la justice, a solennellement menacé : « cet assassinat, d’El hadj Amadou Oury Diallo, ne sera pas sans conséquence pour ceux qui l’ont perpétré, et surtout mettre en garde les autorités compétentes contre tout acte d’omission ou abstention délictueuse qui serait de nature à encourager l’impunité et à compromettre dangereusement la paix civile dans notre pays. »

Pour rester de la logique de sa formation politique, le député de l’UFGD, Ousmane Gaoual Diallo, oubliant qu’il est désormais revêtu du manteau national, a comme à son habitude, versé dans le repli identitaire quand il affirme dans une interview accordée à un confrère: « Pour ce qui nous concerne, nous disons clairement que cet assassinat est directement lié aux discours haineux et ethnocentrique des membres du gouvernement envers la communauté peule. »

Et d’accuser clairement un membre du gouvernement de la république : « Il ne fait aucun doute que cet assassinat est directement lié à l’appel au meurtre des peuls prononcé par le ministre des Transports Mamady TRAORE qui se réjouissait même dans un discours au siège du RPG de la mort de Bah Mamadou et de Siradio DIALLO. »

Ousmane Gaoual Diallo, plus grave, lance un appel à la désobéissance civile, « les populations guinéennes doivent rapidement se mobiliser pour organiser et assurer leur sécurité car l’état est défaillant et semble être géré par ceux-là même qui organisent et commanditent les meurtres. » Comme pour enfoncer le clou, le bouillant député de l’UFDG, soutient : « Il ne sert à rien de recourir à la justice chacun devra désormais veiller à se rendre justice »

Ces propos d’incitation à la désobéissance civile, et tant d’autres, constituent des éléments de preuve suffisante pour que la Justice Guinéenne entende Ousmane Gaoual Diallo, qui ne s’exprimait pas dans l’hémicycle.

Il est temps que le pouvoir judiciaire rappelle à cet élu du peuple que nul n’est au dessus de la loi, fut-il un député de l’opposition.

A Sylla

 
69ème session de l'ONU : Le destin de la Guinée se confirme sur la ligne de front contre Ebola

2014/9/21

Aujourd'hui en Guinée Comme ses prédécesseurs, le Professeur Alpha Condé est en train de gagner le combat contre l’ennemi commun à la Guinée, à la sous-région, à l’Afrique et le monde.En effet, en 1958, la Guinée a donné le ton, c’était aussi un mois de septembre en votant non à la colonisation et oui à l’indépendance sous la houlette du Président Ahmed Sékou TOURE. Cette victoire sans effusion de sang contre six décennies a fait un effet d’avalanche car, la presque totalité de l’Afrique francophone a accédé à la souveraineté internationale dans les années 1960.

En 2000, près d’une décennie de non Etat et de règne de la société incivile au Liberia et en Sierra Léone, la rébellion a trouvé son tombeau en Guinée suite au victorieux combat mené par le peuple de Guinée tout entier, aux côtés de son Commandant en Chef le Général Lansana CONTE. Cette victoire a fait des émules jusqu’en Angola où l’historique combat de la Guinée pour la libération de ce pays frère a été couronné par la mort de Savimbi et la rébellion qui avait pris presqu’une forme étatique.

Autre époque, autre combat ; comme l’histoire se répète voilà un nouvel ennemi commun appelé « EBOLA » qui surgit en début d’année 2014. Toute affaire cessante, le Président de la république de Guinée, le Professeur Alpha CONDE conçoit et met en œuvre une stratégie de riposte sans précédent. Tout d’abord, sur le terrain des opérations en Guinée avec le soutien sans faille des partenaires internationaux, ensuite, au premier sommet des chefs d’Etat USA-Afrique de Washington où le Professeur Alpha avec tact et méthode dignes d’un Professeur d’université a fait un plaidoyer au nom de ses pairs du Liberia et de la Sierra Léone qui lui a valu d’être cité dans le discours du Président Obama.

Comme on ne change pas une équipe qui gagne, voilà que les présidents du Libéria et de la renouvellent leur confiance au Président Alpha CONDE en faisant porter par la Guinée, une lettre commune aux trois pays dans la lutte contre Ebola.

Aussitôt déposée, une réunion du Conseil de sécurité consacrée à l’épidémie Ebola en Afrique de l’Ouest s’est tenue le 18 septembre 2014 au cours de laquelle, le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a annoncé l'établissement d'une mission sanitaire d'urgence des Nations Unies pour stopper cette épidémie.

« Aucun gouvernement ne peut gérer cette crise tout seul. L'Organisation des Nations Unies ne peut pas le faire toute seule. Cette situation sans précédent nécessite des mesures sans précédent pour sauver des vies et garantir la sécurité », a dit M. Ban dans un discours devant les Etats membres du Conseil.

« Par conséquent, j'ai décidé d'établir une mission sanitaire d'urgence des Nations Unies, combinant la perspective stratégique de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et de solides moyens logistiques et opérationnels », a-t-il ajouté. « Cette mission internationale, qui s'appellera la Mission des Nations Unies pour la lutte contre Ebola (UNMEER), aura cinq priorités : stopper l'épidémie, traiter les personnes infectées, assurer les services essentiels, préserver la stabilité et prévenir de nouvelles flambées épidémiques. »

Cette mission sera placée sous l'autorité d'un Représentant spécial du Secrétaire général, qui travaillera en coordination étroite avec les organisations régionales, telles que l'Union africaine et la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (CEDEAO).

L’objectif de l’ONU est d'avoir les premiers éléments de la Mission sur le terrain avant la fin du mois de septembre 2014.

Il est à souligner avec insistance que l'épidémie Ebola est la plus importante que le monde ait connue.

« Le nombre de cas double toutes les trois semaines. Il y aura bientôt plus de cas rien qu'au Libéria que dans les quarante ans de l'histoire de cette maladie », a déclaré le Secrétaire Général de l’ONU « Dans les trois pays les plus touchés – la Guinée, le Libéria et la Sierra Leone – la maladie détruit les systèmes de santé. » a-t-il souligné.

A cet effet, le Conseil de sécurité a adopté jeudi passé, une résolution, à l'unanimité, dans laquelle il exhorte les Etats membres, en particulier de la région, et tous les acteurs compétents qui fournissent l'aide demandée, « de redoubler d'efforts en matière de sensibilisation du public ». Selon le Conseil, il faut notamment « contrer les informations erronées véhiculées au sujet du mode de transmission et de l'ampleur de l'épidémie et éviter d'alarmer inutilement les individus. »

Le Conseil de sécurité a également encouragé les gouvernements libérien, sierra-léonais et guinéen « à accélérer la mise sur pied de mécanismes nationaux qui permettent de diagnostiquer rapidement l'infection et d'isoler les cas suspects, d'offrir un traitement, de fournir des services médicaux efficaces aux secouristes, de mettre sur pied des campagnes d'éducation publique crédibles et transparentes et de renforcer les mesures de prévention et de préparation pour détecter les cas d'Ebola. »

Les membres du Conseil se sont inquiétés des effets préjudiciables que l'isolement a sur les pays touchés du fait des restrictions en matière de commerce et de déplacements qui leur ont été imposées et ont invité les Etats membres, y compris de la région, à lever ces restrictions.

Enfin, le Conseil de sécurité a engagé les Etats membres « à fournir une assistance et des ressources d'urgence, y compris des moyens médicaux à même d'être déployés, tels que des hôpitaux de campagne dotés de services d'experts, de personnel qualifié et de matériel suffisant, de services de laboratoire, de dispositifs de soutien logistique, et de transport et d'aide à la construction. »

Après ce succès diplomatique du Président de la République de Guinée il revient au peuple de Guinée tout entier, en particulier à la diaspora guinéenne vivant chez l’Oncle Sam de se mobiliser comme un seul homme à l’occasion du passage du Professeur Alpha CONDE à la tribune de l’ONU au nom de la Mano River pour soutenir la Guinée contre Ebola ; ce combat est à date le seul qui vaille d’être mené.

Comme ses devanciers, le Professeur Alpha CONDE gagne son combat avec brio.

Que Dieu éclaire les Guinéens des USA sur ce chemin et protège la Guinée.


Les envoyés spéciaux depuis le siège de l’ONU à New York


Aboubacar SAKHO

Honorable Cheick Tidiane TRAORE

 
Manhattan : Arrivée du Pr Alpha CONDE pour l'assemblée générale de l'ONU

2014/9/21

Aujourd'hui en Guinée Ce mercredi 24 septembre 2014 s'ouvrira à Manhattan ( New York ) l'assemblée générale annuelle ordinaire de l'organisation des nations unies. ( ONU ) en présence de plusieurs chefs d'états et de gouvernements de la planète .C'est pour participer à ce rendez-vous planétaire , que le premier président démocratiquement élu de la Guinée indépendante , le Pr Alpha Condé , accompagné d'une forte délégation gouvernementale, est arrivé ce samedi 20 septembre 2014 dans le pays Hussein Barack OBAMA

Le Pr Alpha Condé est porteur d'un message des chefs d'états de la Mano River Union ( composée de la Guinée, du Libéria et de la Sierra-Léone sur la fièvre hémorragique dit Ebola qui sévit dans ces trois pays.

Le conseil de sécurité des nations unies qui considère le virus Ebola comme une menace pour la paix et la sécurité planétaire au même titre que les guerres qui assaillent certaines parties du globe, entend envoyer un signal fort au monde entier afin que soit éradiqué définitivement cette salle maladie.

Le Président guinéen interviendra prioritairement cette année sur la tribune des Nations Unies au nom des Présidents Libériens et Léonais qui y assisteront par vidéo conférence en présence de Ban-Ki Moon , Secrétaire Général de l'organisation mondiale afin d'exhorter les dirigeants de la planète à s'associer à la lutte contre cette menace qui n'épargne aucun pays .

Dès après , Alpha Condé regagnera immédiatement la Guinée


A suivre


Check Tidiane a traoré
Aboubacar Sakho

Envoyés spéciaux à l'ONU

Envoyé de mon iPad

 
La CAF attribue la CAN 2023 à la Guinée: Artisans et parrains d'une victoire de consolation

2014/9/20

Aujourd'hui en Guinée La Confédération Africaine de Football (CAF) vient de livrer son verdict pour l'organisation de la Coupe d'Afrique des Nations (CAN) 2019 et 2021. Réunis dans la "Medium Hall" salle de conférence du flamboyant et majestueux siège de l'Union Africaine à Addis-Abeba, ce samedi 20 septembre 2014, les membres du comité exécutif sous la présidence de M. Issa Hayatou, président de la CAF, ont décidé d'accorder l'organisation de la CAN 2019 au Cameroun et celle de 2021 à la Côté d'ivoire et la Guinee d'ores et déjà désignée pour 2023 avant même le dépôt des candidatures.

Pour l'édition 2017, initialement accordée à la Lybie, s'enlisant malheureusement aujourd'hui dans une guerre civile qui provoque un véritable problème de sécurité, il faut attendre janvier 2015 en marge des phares finales de la CAN au Maroc pour connaître le nouveau pays organisateur.

Il faut rappeler que, toute la journée du 19 septembre 2014, a été consacrée à la présentation de leurs dossiers par les pays candidat eux-mêmes. Par ordre alphabétique, les membres du comité ont reçu tour à tour l'Algérie, le Cameroun, la côte-d'ivoire, le Cameroun, la Guinee et la Zambie.

L'annonce a été faite en présence d'une délégation du gouvernement guinéen conduite par le ministre des Telecoms, Oye Guilavogui, président du comité préparatoire et comprenant les ministres des sports, Domani Dore, du budget, Ansoumane Conde, de l'enseignement pré-universitaire, Ibrahima Kourouma. Dans la salle également, le président de la fédération guinéenne de football, Salifou Camara "Super V", le vice président, Ibrahima Sory Conte, Laye Oumar Koulibaly, membre, le secrétaire général Ibrahima Barry "Blasco", ainsi que le président du Horoya Athletic Club, Antonio Souare, PDG de Guinée-Games. Même si les prévisions sont faussées, ce choix guinéen pour 2023 n'est pas un fait du hasard. Il importe d'abord de reconnaitre que sans l'accord personnel du président de la République, la fédération guinéenne de football n'aurait pas pu faire acte de candidature. Rien donc n'aurait été possible. A ce titre, il faut attribuer au président Alpha Conde le mérite d'avoir accepté de préparer et présenter la candidature de la Guinee. Le Premier ministre, Mhamed Said Fofana, certains ministres comme Bah Ousmane, premier président du comité préparatoire, son successeur Oye Guilavogui ainsi que les différents ministre des sports (Aboubacar Titi Camara, Bantama Sow, Domani Dore) ont œuvré pour cette candidature.

Cependant, il faut aussi avouer que tout comme le chef de l'état guinéen, les autres présidents des pays candidats ont non seulement manifesté l'intérêt mais aussi et surtout exprimé des engagements fermes politiques de respecter à la règle le cahier des charges de la CAN si l'organisation leur était accordee.

A partir de là, il est facile de percevoir que de nombreux autres facteurs, dont le plus déterminant demeure le relationnel, ont été nécessaires et réunis à cette attribution. Le respect et l'amour du président de la CAF. Issa Hayatou pour la Guinee fut un facteur important. Tout aussi important, la présence du guinéen, Almamy Kabele Camara, bras droit du président Issa Hayatou, à la vice présidence de la CAF. Mais, comme dit l'adage "aides toi, le ciel t'aidera", ces personnalités n'auraient jamais eu l'occasion de plaider la cause de la Guinee si la fédération guinéenne de football et son président, Salifou Camara Super V n'avaient pas fait preuve d'abnégation pour faire accepter et admettre le principe de l'organisation de la CAN à un gouvernement, (curieusement sceptique, lui même, sur sa capacité de pouvoir se projeter et de tenir un projet sur 7 ans), donc foncièrement hostile au projet. Le premier mérite de la fédération guinéenne de football a été ce travail ardu et crucial au niveau du gouvernement et du chef de l'état.

Une fois, cette étape primordiale franchie, les relations solides du président de la fédération, Salifou Camara Super V, de son vice président Ibrahima Sory Conte, du secrétaire général, Ibrahima Barry Blasco, de Laye Oumar Koulbaly et d'autres membres (non présents à Addis) au sein de l'instance du football continental, les rapports amicaux et fraternels, empreints de respect et d'admiration, entre le président, Issa Hayatou et son vice président, Almamy Kabele Camara, d'une part, et Antonio Souare, de l'autre ( sponsor officiel de la double candidature de Guinee) ont fait le reste. Ces personnalités du football guinéen présentes à Addis-Abeba depuis le 10 septembre (plus de 10 jours avant la date d'attribution) ont mené, jours et nuits, un intelligent et acharné travail de lobbying pour convaincre les membres du comité exécutif sur le bien fondé de l'acceptation de la candidature guinéenne. Avec cette attribution officiellement annoncée par le président de la CAF, leur effort non sans accent patriotique est reconnu et récompensé.

L'histoire retiendra qu'ils sont les vrais artisans et parrains de cette victoire sportive dans un contexte socioéconomique presqu'impossible pour la Guinee (avec la malheureuse épidémie du virus à Ebola) d'attirer vers elle la confiance internationale. Et face à des pays comme l'Algérie, la Côte-d'Ivoire économiquement plus outillés et armés et ou les chefs d'états ont été tes tranchants dans l'engagement politique, les chances de la Gunee était limitée pour 2019 ou 2021. Mais, plus qu'une victoire, cette attribution pour la première fous est un triomphe que les autorités guinéennes devraient être en mesure d'apprécier. En commençant, à partir du plus haut niveau de l'état guinéen, par adresser les remerciements officiels de la Guinee au président de la CAF, Issa Hayatou. A comprendre aussi l'importance de la présence, au sein des grandes organisations internationales, des compatriotes comme Almamy Kabele Camara à la CAF.

Il n'est pas inutile de noter le soutien du personnel diplomatique guinéen en Éthiopie notamment l'ambassadrice, Hadja Fatoumata Kaba, qui a annulé un voyage officiel à New York pour être présenté aux côtés des responsables du football guinéen dans cette noble aventure.

A présent, la balle retourne dans le camp du gouvernement, principalement du président Alpha Conde, pour lancer dès maintenant, les gros investissements qui soutiennent l'organisation de la CAN en Guinée. Car, l'acquisition est une chose (déjà derrière nous), mais le pari de l'organisation est un défi lancé à toute la Guinee. Et c'est le président Alpha Condé qui devrait aujourd'hui prendre les mesures permettant d'honorer demain cette Guinee face à l'Afrique, mène si, constitutionnellement, l'honneur reviendra à son successeur d'accueillir l'événement en 2023. Mais, l'opinion nationale et internationale retiendra que c'est sous son magistère que la Guinee a, pour la première fois de son histoire, fait acte de candidature et a été choisie pour abriter les phases finales du plus prestigieux événement footbalistique du continent. Ce n'est pas négligeable dans les archives d'une nation,

C'est le président François Mitterrand et son Premier ministre, Michel Rocard (tous socialistes) qui, en 1988, ont obtenu et engagé les investissements pour la coupe du monde 1998 en France, mais c'est un Président de droite, Jacques Chirac et un Premier ministre, (ironie du sort) socialiste en cohabitation, Lionel Jospin qui étaient les dirigeants de la France au moment de l'événement. C'est la règle du fonctionnement des états, la continuité.

Enfin, la CAF, toujours pour cause de l'épidémie à virus Ebola, a décidé que les matchs de la Guinee pour les éliminatoires de la CAN 2015 se joueront toujours à l'étranger.

Abdoulaye Condé

 
Opinion: Discours de Chicago... '' esclavage'' au Foutah, Mohamed Mansour Kaba dégaine!

2014/9/20

Aujourd'hui en Guinée Au moment où le Peuple de Guinée et la communauté internationale sont préoccupés par la lutte pour l’éradication de la fièvre hémorragique à virus Ebola dans notre pays et dans la sous-région d’Afrique de l’Ouest, M. Mamadou Cellou Dalein DIALLO, le président de l’UFDG, parcourt le monde pour proférer des menaces de guerre civile, au cas où il ne gagnerait pas la prochaine élection présidentielle de 2015. Ce fut le cas au cours de sa conférence publique du 17/08/2014 à Chicago, USA. Ces menaces sont accompagnées de mensonges sur la prétendue « harmonie »entre les Pullo (Peulh « noble »), esclavagistes et leurs victimes multiséculaires condamnées, depuis la Bataille de Talansan en 1727, à vivre dans les villages d’esclaves du Foutah Djallon appelés « Rundè ».

Nul ne peut prétendre que les habitants des « Rundè » sont des esclaves qui portent aujourd’hui encore le carcan autour du cou et la chaîne aux pieds et que leurs maîtres, les « Pullo » peuvent les vendre comme bon leur semble à qui ils veulent.Mais nous devons reconnaître aussique depuis la colonisation du Foutah Djallon à la fin du XIXe siècle jusqu’à nos jours, aucune loi n’a été votée pour mettre fin à l’esclavage là ou ce système était pratiqué tant en Guinée, qu’ailleurs en « Afrique occidentale française, (AOF) ». Dans les faits, les populations originaires du Foutah Djallon, les Djallonka, les Maninka et les Pulli sont soumis, depuis la conquête des « Pullo », à un système discriminatoire intolérable dans une république.

Nous venons de terminer une enquête de terrain en Moyenne Guinée (Foutah Djallon), au cours de laquelle nous avons constaté que sur les 60 « Rundè » de la sous-préfecture de Dalein, (Préfecture de Labé), les populations d’une quinzaine de villages d’esclaves, de « Rundè »,vivent et travaillent, pour ainsi dire sans rémunération, pour la famille d’un dirigeant politique dont nous tairons le nom ici.Dans la préfecture de Mamou, nous avons également recensé plus de 600 « Rundè » dont les habitants sont soumis, comme ailleurs au Foutah Djallon, aux mêmes conditions humiliantes et d’exploitation éhontée des descendants d’esclaves.Ceux-ci sont en outre du « bétail électoral » pour l’UFDG et les autres partis politiques dont les leaders appartiennent aux familles dominantes des « Pullo ». Il suffit de vérifier sur la liste des élus de ces partis politiques, l’UFDG en tête, pour constater qu’aucun de ces partis dont la majorité des électeurs résident à plus de 60% dans les « Rundè », ne compte un seul député, un seul maire ou un seul conseiller municipal descendant d’esclaves.

C’est cette dépendance par rapport à l’électorat des « Rundè » qui explique la panique qui s’empare de M. Cellou Dalein DIALLO et de ses compères de l’UFDG, à l’idée d’une prise de conscience généralisée des descendants d’esclaves contre les forces rétrogrades qui les exploitent, sans rien leur offrir en retour que misère et humiliation.Au lieu de reconnaître les faits patents de discrimination en tous genres contre les descendants d’esclaves des « Rundè » et se conduire en citoyens modernes et respectueux de la Constitution, nos compatriotes esclavagistes« Pullo » accusent le Président de la République, le Prof. Alpha CONDE et Mansour KABA de vouloir semer la discorde entre « Pullo » et habitants des « Rundè » au Foutah Djallon (Moyenne Guinée). Ce faisant, ils semblent ignorer que cette discorde date de la conquête du Foutah Djallon par les « Pullo » en 1727 et de l’accaparement subséquent de toutes les terres cultivables de cette région par les vainqueurs de la Bataille de Talansan, les Peulh islamisés ou « Pullo » sous la direction de Karamô Alpha Sambegou Mô Timbo.

Nul ne peut empêcher les peuples de ce monde de se souvenir de leur histoire, faite souvent de victoires glorieuses ou d’échecs retentissants. Faits historiques qui font des uns des maîtres absolus ou tout au moins des colonisateurs triomphants, et des autres des esclaves humiliés ou des colonisés soumis. L’exemple des Ecossais qui ont imposé au Royaume-Uni un referendum ce 22/09/2014 pour ou contre l’indépendance est tout simplementimpressionnant. D’autres pays et d’autres régions d’Europe de l’Ouest sont confrontés à ce besoin de dignitédes populations concernées après souvent plus de trois siècles de cohabitation, alors que, du point de vue éducation et niveau de vie, les personnes concernées n’ont rien à envier àleurs compatriotes.

En République de Guinée, M. Mamadou Cellou Dalein DIALLO prétend, aussi bien à Rotterdam (27/04/2014), qu’à Chicago (17/08/2014), que l’ « harmonie » règnerait en Moyenne Guinée (Foutah Djallon) entre eux, les « Pullo » vivant dans les villes et ceux des « Foulaso » dans les campagnes, d’une part, et les descendants des esclaves qui vivent séparément dans les « Rundè », d’autre part. Peut-on parler d’ « harmonie » entre ces deux groupes sociaux, lorsque les « Pullo » se sont approprié toutes les terres cultivables de la région et n’autorisent les paysans des « Rundè » à accéder à ces champs que contresoumission et travail gratuit, la récolte revenant en très grande partie au « noble » oisif ? Peut-on parler d’ « harmonie », lorsque la ségrégation spatiale atteint les cimetières ? Peut-on parler d’ « harmonie » lorsque les « Pullo » sont autorisés à sacrifier le bélier blanc, alors que les ressortissants des « Rundè » doivent se contenter du bouc noir, qu’ils résident au Foutah Djallon, à Conakry, à N’Zérékoré ou à New York ? Peut-on parler d’ « harmonie » lorsque le « Pullo » peut épouser à sa guise la femme des « Rundè » de son choix et même l’enlever sans le consentement de ses parents, alors que le mariage avec une fille « noble » est strictement interdit aux ressortissants des « Rundè » ? Peut-on parler d’ « harmonie », lorsque dans les mosquées, les ressortissants des « Rundè » ne sont jamais autorisés à diriger les prières, quelle que soit par ailleurs leur degré de maîtrise du Saint Coran ? Peut-on, dans cet ordre d’idées, parler d’ « harmonie », lorsque les ressortissants des « Rundè » ne peuvent construire des mosquées dans leurs villages qu’avec l’autorisation impossible à obtenir des « Pullo » ? Peut-on, enfin, parler d’ « harmonie », lorsque, dans leur région d’origine, en Moyenne Guinée, l’autorité des préfets et sous-préfets descendants d’esclaves est bafouée par les « Pullo »qui ne leur accordent aucune considération et les traitent en parias malgré leurs responsabilités administratives ? L’exemple récent de l’actuel Préfet de Lélouma, M. Samba Heri CAMARA, est une illustration convaincante de ce drame.

Un autre facteur vient aggraver cette situation déjà explosive : depuis que certainshabitants des « Rundè » ont massivement voté au cours de l’élection présidentielle de 2010 en faveur du Prof. Alpha CONDE, leurs maîtres « Pullo » refusent de les autoriser à cultiver les terres confisquées par eux au Foutah Djallon. On leur demande carrément d’aller cultiver la terre en Haute Guinée qui serait le fief du parti gouvernemental. Cette « punition » des électeurs du RPG-Arc-En-Ciel vivant dans les « Rundè » est non seulement anti-démocratique, mais elle est contraire aux libertés fondamentales, dont les libertés d’opinion et de conscience des citoyens garanties par la Constitution. Le gouvernement guinéen devrait s’intéresser à ces pratiques discriminatoires qui sont déjà sources de révoltes incontrôlables. En cette année 2014, nous en avons compté un nombre considérable ! Le cas qui nous semble le plus grave a eu lieu le 04/06/2014 dans la préfecture de Dalaba. Ici l’on a assisté à une confrontation entre les habitantsd‘un village « Pullo », Koussourko, et ceux d’un « Rundè » du nom de Dinkoli pour une question de délimitation du foncier rural. Une cinquantaine de gendarmes seraient venus de Mamou à la demande d’un officier à la retraite qui voulait intimider les habitants des « Rundè ». Mais face à la résistance farouche de ceux-ci, les gendarmes ont dû battre en retraite avec un lourd bilan: deux morts et huit blessés. Faut-il aller jusqu’à ces situations extrêmes pour apprendre que plus personne n’a envie d’être traité en moins que rien dans une république où la règle d’or est l’égalité des citoyens en droits et en devoirs ?

Ce système de discrimination muet mais efficace n’a que trop duré. Il est temps et grand temps d’y mettre fin par une Loi votée à l’Assemblée nationale. Sinon, nous nous acheminerons, en Moyenne Guinée, vers une situation de révolte infiniment plus grave que la menace de « guerre civile » agitée par le président de l’UFDG dans son discours de Chicago, en cas d’échec à l’élection présidentielle de 2015.

Conakry, le 19 Septembre 2014

POUR LE CONSEIL D’ADMINISTRATION DE L’ASSOCIATION CITOYENNE ABOLITIONNISTE (A.C.A.)

LE PRESIDENT

Mohamed Mansour KABA

Ancien Ministre de la Transition

 
Fête de l'Indépendance nationale: Communiqué de la Coordination des Associations Guinéennes de France

2014/9/20

Aujourd'hui en Guinée La Coordination des Associations des Ressortissants du Fouta Djallon en France (CARFDF) en partenariat avec la Coordination des Associations Guinéennes de France (CAGF) et sous le haut patronage de son Excellence l'Ambassadeur de la Guinée en France, organise les festivités du 56ème anniversaire de l'indépendance de notre pays. L’évènement aura lieu le Samedi 04 Octobre 2014, en présence de Miss Guinée France 2014, et de bien d'autres invités de prestiges…

Au programme :

Une Grande Journée Culturelle aura lieu de 11h à 18h à la Maison des Associations de PARIS 16è arrondissement sise au: 14 avenue René Boylesve - 75016 Paris

Accès :

Pour couronner les festivités, une Grande Soirée de Gala se tiendra de 21h à l'aube auPalais des congrès de Montreuil: 128, Rue de Paris - 93100 MONTREUIL.

Accès :

- Métro : Ligne 9, descendre à la Station Robespierre

- Voiture : Sortie Périphérique à la Porte de Montreuil et prendre la Rue de Paris.

Parrain: Mr. Mohamed Lamine KEÏTA (ingénieur hydraulique)

Marraine: l'Association étoiles Île-de-France

Président d'honneur: Mr. Campell CISSE (Pdt association Rio Pongo)

Invités de marques: Mme Oumou BATCHILY (commerçante), Mme Ramata KOULIBALY (Présidente de la fédération des femmes maliennes de France), Mr Mohamed Lamine GASSAMA Adjoint au Maire de Paris 20è, Mr Nabbie Babbie SOUMAH, Mr Ibrahima Sorel Keïta, Mr Thierno CAMARA, Mr Lancinè CAMARA, les Sérés des femmes…, ainsi que toutes les associations Guinéennes et Africaines de France.

Des artistes de renommée nationale (Doura BARRY, Yéro Bobo BAH, Fanta MARA, Kabinet KOUYATE..) vont animer cette journée.

Ticket d’entrée :

Prévente : (15€ ) - Sur place : (20€ avec une consommation offerte).

Infos line : 0662839581 / 0662494890 / 0611184159 / 0637105822 0665565828 / 0625062156

En espérant vous compter parmi nous ce jour de grandes retrouvailles autour de notre pays, je vous souhaite une très bonne journée à tous.

Cordialement

Pour la CAGF

Le Secrétaire Général

Saïdou DIALLO

 
Décès de la mère d'Elhadj Lassana Aïdara: Condoléances de la Section RPG/AEC France

2014/9/20

Aujourd'hui en Guinée Camarade Lassana, ex Secrétaire Général de notre Section RPG-Arc-En-Ciel France,

La Section RPG/AEC France a appris avec tristesse le décès de ta mère le 11 septembre 2014. En cette douloureuse circonstance, la Section RPG/AEC France te présente ses condoléances les plus éplorées. Dans la vie d’une personne, les parents occupent une place très importante, eu égard notamment aux valeurs qu’ils lui inculquent, valeurs de serviabilité, disponibilité et don de soi en ce qui te concerne, comme on le sait et pour cause, et il est donc compréhensible que la perte des parents constitue une immense douleur.

On peut cependant remercier Dieu d’avoir permis que ces valeurs transmises par les parents soient valorisées par le fils pendant leur temps de présence terrestre, ce qui constitue un des plus beaux hommages à leur égard.

Par ailleurs, face à la volonté divine, les Croyants ne peuvent qu’accepter cette volonté, et mieux, ils doivent se ressourcer à partir de celle-ci pour se réconforter dans leur vie présente.

Il nous semble que ce réconfort peut se trouver dans ces valeurs de serviabilité, de disponibilité, du don de soi envers notre pays notamment, valeurs que nous partageons avec toi dans le cadre de notre grande famille RPG/AEC pour servir notre pays que nous aimons tous, et que chérissait aussi ta maman.

Que la terre de ce cher pays soit légère à ta mère.
Que Dieu l’accueille dans son Paradis.
Au nom de la Section RPG/AEC France

Ibrahima Sory KEÏTA
Secrétaire Général

 
Focus sur le fondateur du mouvement Alpha en Action

2014/9/20

Aujourd'hui en Guinée La rédaction de votre quotidien préféré ( AEG ) s'intéresse à notre compatriote Monsieur Baba Sylla vivant sur le sol américain depuis près de seize ans. Il est fondateur du Mouvement Alpha en Action en abrégé AA. Il s'engage comme la plus part des mouvements de soutien pour la réélection dès le premier tour du PR Alpha CONDE aux élections présidentielles de 2015.

Mais qu'est-ce qui fait courir Mr Baba Sylla s'interroge-t-on .Pour Monsieur Baba Sylla, les guinéens doivent reconnaître les actions posés par le premier chef de l'Etat démocratiquement élu entre autres:

-La restructuration de l'armée
-L'assainissement du fichier de la fonction
-L'obtention du PTTE
-La construction en cours du méga-projet de Kaléta
-Revue des contrats minier
-Le retour de la république sur la scène international ou la Guinée is Back.
Monsieur Baba Sylla invite ses compatriotes a plébiscité le Pr. Alpha Condé aux prochaines élection .LE fondateur de AA invite tous les guinéens à sortir massivement sur l'esplanade des Nations UNies à Manhattan pour booster Ebola hors de nos frontières .

 
Opinion: Meurtre du président de la section motard de l’UFDG ou meurtre du vice-président des boulangers ?

2014/9/19

Aujourd'hui en Guinée Face à l’horreur avec laquelle Elhadj Ahmadou Our Diallo a été trucidé, la conscience humaine ne peut que s’émouvoir. En attendant les résultats de l’enquête, cet assassinat fait couler beaucoup d’encre et de salive avec des interprétations tendancieuses à même de soulever l’indignation générale. Elhadj Ahmadou Oury Diallo, vice-président de la Fédération des boulangers et pâtissiers de Guinée a été assassiné par des inconnus armés dans la nuit du lundi 15 septembre 2014 dans le quartier Cimenterie. C’est le constat que ferait une personne qui n’est pas politiquement alignée. Pour les autres, Elhadj Ahmadou Oury Diallo, président de la section motard de l’UFDG a été assassiné par des militaires du pouvoir qui l’avaient pris pour cible. Chacun, selon sa perception du meurtre d’Elhadj Ahmadou Oury Diallo y va de son commentaire. Le plus grave dans cela, c’est que la piste d’un règlement de comptes aux relents mafiosistes est écartée. Sans attendre les conclusions de l’enquête en cours, certains ont vite conclu qu’il s’agit d’un assassinat politique. Quel intérêt, dans la situation actuelle du pays le pouvoir aurait-il de tuer un militant de premier plan de l’UFDG ?

Que dire des insinuations perfides, des mensonges à ciel ouvert et des comportements bizarroïdes qui mis bout-à-bout ont fait monter la fièvre chez tous les marginaux qui rêvent de «bouffer» du Alpha Condé. Que dire de ces tracts, appelant au soulèvement contre le pouvoir, de ces conciliabules de conspirateurs de bas étages et j’en passe dont le seul objectif est de politiser le dossier, de le sortir du prétoire et de le confier aux nécrophages de tous ordres qui foisonnent dans le pays depuis les événements du 28 septembre ?

Que cet assassinat dont on ne connait pour le moment les tenants et les aboutissants donne lieu à cette cabale médiatique qui a été montée dans un contexte politique volatile ne peut s’expliquer que par la volonté de ces milieux bien connus d’apporter du grain à moudre aux détracteurs de tous bords du pouvoir actuel qui, soit dit en passant, se réduisaient dangereusement comme peau de chagrin. De ce qui apparaît comme un fait divers tragique, on a voulu faire une affaire d’Etat pour mettre «à bas» l’Etat républicain (souvenez-vous des appels au soulèvement populaire lancés depuis Chicago et çà et là).

La vérité rougit les yeux mais ne les crèvent pas, et, les vrais défenseurs du boulanger devraient savoir raison garder jusqu’à la conclusion de la procédure judiciaire. Car, l’assassinat du boulanger intervient quelques jours après qu’un réseau de trafiquants de farine avariée a été pris en flagrant délit, dans la nuit du mercredi 10 à jeudi 11 septembre dernier, au quartier Matam-Centre à Conakry, par le secrétariat général de la lutte contre la drogue et le crime organisé. Boulanger rime bien avec farine et des surprises pourraient sortir de là. Car quels liens y a-t-il entre le commerçant Lamine Diallo qui gère ce magasin de farine avariée et Ahmadou Oury Diallo, vice-président de la Fédération des boulangers et pâtissiers de Guinée ? Bref toutes les pistes sont abordables.

Laissons donc la justice conduire le dossier, et attendons sereinement la manifestation de la vérité qui en surprendra certainement plus d’un.

C’est connu, la pression sur la justice est très mauvaise pour la bonne conduite des dossiers judiciaires. Elle l’oblige souvent à «vouloir dire le droit», pour satisfaire tel ou tel camp afin de «se débarrasser» du dossier et avoir la paix». Conséquence, des erreurs judicaires sont souvent constatées lorsqu’il ya des pressions venant surtout de la rue ou des tenants d’un pouvoir (économique, politique…). Or, la mort du boulanger réveille les vieux démons puisque, des voix se sont levées pour exiger manu-militari la justice et la vérité. Dans un tel contexte, inutile de dire que la justice qui a besoin de lucidité pour travailler se retrouve sous la pression de la rue, qui, généralement, a déjà son coupable. Maintenant et in fine le tout serait de savoir si c’est Ahmadou Oury, vice-président des boulangers qui a été tué ou si c’est Ahmadou Oury, président de la section motard de l’UFDG.

Bakary Koné

 
Les Associations de presse de Guinée condamnent l'assassinat de trois journalistes à Womey

2014/9/19

Aujourd'hui en Guinée L'Union des radiodiffusions et télévisions libres de Guinée( URTELGUI), l’Association guinéenne des éditeurs de la presse indépendante( AGEPI), l’Association guinéenne de la presse en ligne( AGUIPEL) ont appris avec une grande consternation le kidnapping et l’assassinat sauvage d’un journaliste et de deux techniciens, le 16 septembre 2014 à Womey dans la préfecture de N’Zérékoré : Facély Camara, journaliste à Liberté FM N’Zérékoré, Molou Chérif et Sidiki Sidibé, techniciens de la radio rurale de N’Zérékoré.

Ce crime odieux a été perpétré par des groupes d’individus incontrôlés contre ces journaliste et techniciens qui couvraient le séjour d’une mission officielle, venue dans la zone pour sensibiliser les populations contre Ebola.

L'Union des radiodiffusions et télévisions libres de Guinée(URTELGUI), l’Association guinéenne des éditeurs de la presse indépendante (AGEPI), l’Association guinéenne de la presse en ligne(AGUIPEL) dénoncent et condamnent vigoureusement cette barbarie perpétrée sur des professionnels de médias qui ne faisaient que leur métier. Surtout qu’elle intervient au moment où les médias s’impliquent bénévolement dans la lutte contre Ebola, suite à une requête qui leur a été faite par le Chef de l’Etat.

Les trois associations encouragent le Gouvernement à rechercher, retrouver et châtier les coupables, indignes de notre pays, à la hauteur de leur forfaiture.

Les trois associations s’inclinent devant la mémoire des confrèresdisparus et présentent leurs condoléances les plus attristées aux familles respectives ainsi qu’à celles de leurs camarades d’infortune.

Conakry, le 18 septembre 2014

Pour l’Union des radiodiffusions et télévisions libres de Guinée (URTELGUI), le Bureau exécutif

Pour l’Association des éditeurs de la presse indépendante (AGEPI), le Bureau exécutif

Pour l’Association guinéenne de la presse en ligne (AGUIPEL), le Bureau exécutif

 
La Guinée salue la résolution unanime des Nations-Unies pour combattre Ebola et appelle à agir vite

2014/9/19

Aujourd'hui en Guinée Conakry, 19 septembre 2014 – Engagé depuis des mois dans une lutte sans relâche contre Ebola, le Gouvernement guinéen salue l’adoption, hier jeudi 18 septembre, par le Conseil de Sécurité des Nations-Unies, saisi en urgence par les Etats-Unis, d’une résolution unanime pour renforcer et accélérer la mobilisation et l’action de la communauté internationale contre l’épidémie. La résolution 2177, qui a été coparrainée par 131 pays - un record dans l’histoire du Conseil – qualifie l’épidémie sans précédent qui sévit en Afrique de l’Ouest de « menace pour la paix et la sécurité internationales ». C’est la première fois que le Conseil de Sécurité des Nations Unies qualifie une urgence sanitaire.

Le Président guinéen Alpha Condé a déclaré : « Je salue et remercie, au nom de mon peuple et des Etats voisins frappés par l’épidémie, la mobilisation massive et unanime de la communauté internationale. Nous sommes désormais tous en guerre contre Ebola. C’est la réponse que nous attendions et qu’il faut maintenant déployer sur le terrain immédiatement. Il faut agir très vite. Il nous faut davantage de moyens, maintenant, pour accélérer cette guerre, et la remporter. Cette épidémie est redoutable, mais elle ne doit pas être une fatalité. Nous savons comment vaincre Ebola. Il faut élargir à des niveaux massifs les actions et la sensibilisation. Pour cela, nous avons besoin de personnels et de moyens. Ensemble, nous pouvons briser la chaine de transmission virale et remporter cette guerre. Il n’y a pas d’alternative possible ».

Par la résolution, le Conseil de Sécurité des Nations-Unies a appelé les Etats membres « à fournir une assistance et des ressources d'urgence » aux pays affectés par la maladie : hôpitaux de campagne, médecins et infirmières, capacités logistiques et de transport aérien médicalisé.

La résolution demande également aux pays concernés de « lever les restrictions aux déplacements et aux frontières imposées en raison de l'épidémie » et aux compagnies aériennes et maritimes de maintenir leurs liaisons avec les pays affectés.

La veille, mercredi 17 septembre, le Président Alpha Condé avait appelé à « isoler Ebola, pas les pays » touchés par l’épidémie, les mesures discriminatoires et contreproductives ne faisant qu’alimenter la psychose et affaiblir les Etats et leurs économies.

Mobilisée depuis le début de la crise, la Guinée a lancé jeudi 11 septembre, avec l’appui des partenaires internationaux, notamment l’Organisation Mondiale de la Santé, les Nations-Unies, Médecins sans Frontières, le Center for Disease Control et les partenaires bilatéraux, un nouveau plan d’urgence sanitaire accéléré et renforcé pour rompre la chaîne de transmission virale et enrayer l’épidémie.

Le Bureau de Presse de la Présidence

 
Assassinat des membres de la délégation de sensibilisation sur Ebola à Womé: Déclaration du Gournement

2014/9/19

Aujourd'hui en Guinée Conakry, 18 septembre 2014 - Dans la journée du mardi 16 septembre 2014, une délégation des autorités administratives de la région administrative de N’Zérékoré et de la sous-préfecture de Womey, s’est rendue dans cette dernière localité.

A Womey, la mission s’est employée à sensibiliser la population locale sur la lutte contre l’épidémie de la fièvre hémorragique à virus Ebola. Il s’en est suivi une réaction hostile des habitants de la localité suivie de jets de pierres qui ont obligé les membres de la délégation à s’enfuir.

Si certains ont pu rejoindre N’Zérékoré, notamment le Gouverneur et le Préfet de N’Zérékoré, neuf (9) membres de la délégation se sont réfugiés dans les alentours de Womey pour échapper aux violences physiques.

Une mission de recherche, composée des autorités administratives et sécuritaires accompagnant le Procureur de la république et le médecin légiste a été dépêchée sur les lieux pour retrouver les personnes suivantes :


Moriba Touré, sous-Préfet de Womey ;

Fodé Mamoudou Touré, fils du sous-Préfet ;

Dr Ibrahima Fernandez, Directeur Préfectoral de la Santé de N’Zérékoré ;

Dr Ibrahima Saliou Barry, Directeur Général Adjoint de l’hôpital régional de N’Zérékoré ;

Pépé Kpogohomou, Chef du Centre de Santé de Womey ;

Moïse Mamy, Pasteur évangéliste de N’Zao ;

Molou Chérif, Technicien à la radio rurale de N’Zérékoré ;

Sidiki Sidibé, Technicien stagiaire à la radio rurale de N’Zérékoré ;

Facély Camara, journaliste dans une radio privée.

Les investigations de la mission de recherche ont permis de découvrir huit (8) corps dans le village. Le fils du sous-préfet a, quant à lui, été retrouvé vivant, caché dans les environs.

Le Gouvernement condamne avec la plus ferme énergie, l’assassinat de citoyens guinéens, dont des représentants de l’Etat dans l’exercice de leurs fonctions.

Ces crimes sont d’autant plus regrettables qu’ils interviennent au moment où la communauté internationale se mobilise pour accompagner les pays affectés dans leur lutte contre la fièvre hémorragique à virus Ebola.

Le Gouvernement assure que ces actes ne resteront pas impunis et recevront la réponse judiciaire appropriée. Déjà une enquête judiciaire a été ouverte.

Toutes les personnes impliquées dans ces assassinats seront traquées et traduites devant les juridictions pour recevoir la sanction prévue par la Loi. A ce jour six (6) personnes ont déjà été interpellées. Les forces de sécurité restent déployées pour appuyer l’enquête en cours.

Le Gouvernement présente ses condoléances les plus attristées aux familles des victimes.

Il appelle les braves populations guinéennes à rester unies face à l’épreuve que représente l’épidémie Ebola. Ce combat doit être l’occasion pour les Guinéens de taire leurs différences et de se présenter soudés dans cet effort national.

Le Porte-parole du Gouvernement

 
Ebola: François Hollande annonce l'installation d'un hôpital militaire en Guinée

2014/9/19

Aujourd'hui en Guinée Le président François Hollande annonce jeudi qu'il a décidé la mise en place d'un hôpital militaire en Guinée pour lutter contre le fléau d'Ebola.


"Je viens de décider d'installer dans les jours qui viennent un hôpital militaire en Guinée forestière, là où se situe le foyer principal de l'épidémie", a déclaré le chef de l'Etat lors de sa 4e conférence de presse semestrielle à l'Elysée.


"Je demande au ministre de la Défense de coordonner cette action et d'associer les médecins militaires et la protection civile avec des moyens aériens, parce qu'ils sont indispensables", a poursuivi M. Hollande.


"Là encore il s'agit de sauver des vies et de protéger les nôtres", a-t-il dit.


Soulignant que l'épidémie touchait "des populations vulnérables" en Afrique, il a rendu hommage au "travail remarquable" de Médecins sans frontières et rappelé qu'une des soignantes de cette ONG, atteinte par cette maladie, était en voie de rapatriement. "Elle sera hospitalisée dans les meilleures conditions", a-t-il dit.


AFP

 
Politique: L'intégralité du Mémo de l'opposition Extraparlementaire remis au Chef de l'Etat

2014/9/18

Aujourd'hui en Guinée REPUBLIQUE DE GUINEE

COORDINATION DE L’OPPOSITION EXTRA PARLEMENTAIRE

C.O.E.P.

MEMORANDUM

A L’ATTENTION DE SON EXCELLENCE MONSIEUR LE PRESIDENT

DE LA REPUBLIQUE DE GUINEE CHEF DE L’ETAT

Partis PolitiquesSignataires

(UNR-FIDEL-ADN-PUD-PTG-RRD-PUL)

Septembre 2014

Monsieur le Président de la République,

Comme chacun le sait, la Guinée malgré des débuts prometteurs à l’indépendance le 2 octobre 1958, n’a connu qu’une longue succession de régimes dictatoriaux, qui en ont fait l’un des pays les moins avances de notre sous-région et de notre continent.

Que ce soit en 1958, 1984, 2008 et en 2010, à chacun de ces tournants importants de l’histoire de notre pays, le Peuple éprouvé de Guinée s’est remis à espérer que les leçons chèrement payées du passé devraient être pleinement tirées, afin que la Guinée entame enfin sa marche en avant vers la Démocratie, la Justice Sociale, la concorde et le bien être.

Aujourd’hui encore notre pays, La Guinée, traverse une crise grave, profonde à la fois Politique, Economique, Sociale et Morale avec des soubresauts ravageurs dont les conséquences menacent inéluctablement notre existence en tant que Nation.

Le Contexte National est un contexte de Pauvreté caractérisé par des Indicateurs Sociaux et Economiques singulièrement faible, exprimés et établis sur la base des données d’Institutions réputées comme la Banque Mondiale (BM), le Fond Monétaire International (FMI) et l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Il est établi sur la base de ces données que notre pays traverse une crise multidimensionnelle qui transparait dans le domaine social, sanitaire, politique et économique et met en exergue la paupérisation de près de six (6 000 000) millions de guinéens.

L’anatomie générale de l’Economie d’hier et depuis votre accession à la magistrature suprême de notre pays l’a rendue incapable de créer de la richesse et de l’emploi. L’Injustice sociale s’est aggravée, l’Impunité, l’Exclusion et la Corruption endémique se sont étendues marquées par un environnement d’insécurités quotidiennes dans nos villes et villages.

La COEPdont ladoctrine et la vision politique prône la Fraternité des Ethnies vaincra les Inimités, les Exclusions et conduira notre pays vers des Lendemains Meilleurs. Elle se veut être une organisation patriotique, imbue et convaincue de son devoir. Elle a l’honneur de présenter ce Mémorandum qui est la synthèse d’Observations majeures d’acteurs et d’entités politiques sur l’état de notre pays et qui se veut être un document qui n’a pas pour objet de faire ressortir des acquis, mais plutôt de mettre en relief les faiblesses afin de mieux asseoir nos réflexions quant à leurs solutions et à l’avenir de notre Pays.

C’est à ce titre qu’il fait ressortit de notre part, les CONSTATS ci-après:

A - Volet Politique

Le Processus Politique engagé après le décès du Général Lansana CONTE a conduit à une Transition militaire difficile dont le Couronnement fut votre Election à la Magistrature Suprême de notre Pays.

En effet, notre peuple extenué par plusieurs décennies d’oppressions et de crises politiques, d’injustice et de corruption avait besoin de changement. Contrairement aux années 1958-1984, et1993-2008, le changement ambitionné en 2010 se voulait démocratique d’oûles Elections Présidentielles de l’année 2010. Celles-ci étaient le résultat d’une âpre lutte menée par tout le peuple de Guinée pour l’instauration d’une Démocratie et d’un Etat de Droit.

Il nous revient aujourd’hui en tant qu’Acteurs Politiques de participer à la vulgarisation et à la consolidation de la démocratie et de l’Etat de droit et de mettre en évidence votre slogan «Ensemble, changeons la Guinée ».

Il est a noté que cet élan s’est vite estompé, vu les Clivages Communautaristes et Ethniques entretenus dans le Paysage Politique par des divergences profondes quant à la conduite du processus démocratique engagé pour la mise en place de nos Institutions Républicaines. (Assemblée Nationale,Cour Constitutionnelle, Cour des Comptes, etc.)

Les Péripéties engendrées par ces contradictions ont menées à l’Organisation de manifestations populaires de l’Opposition Républicaine, ayant dégénérées et entrainées des pertes en vies humaines, des blessés graves, des dégâts matériels importants.

Cet état de fait nous a détourné de notre Préoccupation de Développement et entrainé des retards considérables dans la mise en œuvre des Objectifs indispensables au bien-être de nos populations.

Pour preuve:

- en 2010, l’indice de développement humain (IDH) était de 0,380 contre 0,392 en 2013 soit une augmentation insignifiante de 0,012. (Source PNUD)


A. 47% des guinéens sont en deçà du seuil de pauvreté. (Source / Cia Factbook, 2013)


B. en 2010, le produit national brut per capita s’élève à us$1.100, ce qui plaçait la Guinée 218/228 dans le monde.


Il est vrai Monsieur le Président de la République et nous le savon, que le Développement a pour base la Paix, la Justice et l’Equité.

Si hier la République de Guinée, fière et jeune, reflétait le symbole d’une Afrique Unie, il est regrettable de constater que notre pays s’est essoufflé de ses contradictions futiles marquées par le rejet de l’autre ainsi que du non-respect des Valeurs Fondamentales de notre Etat entrainant des violations graves aux Libertés Publiques et aux Droits Humains. Le non-respect des Dispositions Constitutionnelles (art. 36 entre autre) ne favorise ni la transparence, ni la sincérité des actes posés par les pouvoirs publiques.

Les Affrontements de N’Zérékoré (plus de 500 victimes), Koulé, Galapye,Diécké, Guéckedou,Siguiri, Beyla,Mamou, Dalaba, Gaoual, Lelouma, les tueries de Zogota, Conakry, Kissidougou, Koulé, Galapaye, Siguiri,Saoro, Diécké et les incidents récurrents à travers le Pays (Porédaka,Gaoual,Dinkoli etc. ….), ainsi que les diverses manifestations à caractères sociales liées à la pauvreté grandissante de nos Populations et à la spoliation incontrôlée des terres de nos paysans n’en sont qu’une Illustration.

La Réaction inappropriée, Hésitante, Fragile et Incohérente de la Puissance Publique ainsi que l’impunité n’ont pas permis l’émergence de la Vérité et de la Justice.

Plus que jamais donc, la Guinée, vit toujours avec les démons du passé et reste un pays déchiré, divisé, sans aucun consensus et incapable de mobiliser toutes ses énergies pour une œuvre commune de Construction Nationale.

Excellence Monsieur le Président,

La mondialisation dans son contexte de nos jours et le caractère Jeune de notre population sont des facteurs exigeants une réflexion approfondie et une approche nouvelle et utile mettant en exergue leurs besoins et leurs préoccupations de tous les jours.

Ce défi doit prévaloir à la mise en place d’une Politique Efficace et Moderne afin de palier à une explosion de toutes ces attentes.

Il est vrai, que les efforts consentis par le Peuple de Guinée ainsi que l’apport de la Communauté Internationale et des pays amis ont conduit au Dialogue et à la Concertation pour nous sortir des blocages dans lesquels nous nous étions conduits.

Les Accords du 03 Juillet 2013 ont suscité à cet effet un nouvel espoir pour nos populations d’où l’Organisation des Elections Législatives dans la Paix et la Sérénité. Cet acquis devrait logiquement se consolider par le Respect des Engagements pris conformément à nos Lois et la clarté de nos démarches.

Malheureusement, l’Intolérance et le manque de Confiance des uns envers les autres ainsi que le manque de volonté politique malgré le consensus obtenu au Palais du Peuple en juillet 2014 entre l’Opposition, la Mouvance, le Gouvernement et les facilitateurs entrainent encore des blocages nouveaux susceptibles de favoriser la violence et la fragmentation de notre unité dont vous êtes,Excellence Monsieur le Président, leGarant Constitutionnel depuis votre Serment du 21 Décembre 2010.

Sur le plan politique, la Guinée, notre pays a besoin donc de rassembler ces Filles et Fils dans un élan de Solidarité en s’appuyant sur sa Diversité et surtout sur la volonté des uns et des autres à contribuer à son Emergence, à la cohérence de ces Valeurs et de ces Convictions et la mise en évidence de ses Intelligences et Croyances, clé de voute d’une Nation forte.

La Guinée l’a été hier, elle a le devoir de le rester aujourd’hui et de le demeurer.

Le tissu social guinéen a résisté à toutes les difficultés politiques que le pays a connu et traversé depuis son Indépendance.

Nous avons tous le devoir, vous davantage Monsieur le Président de la République, de le Maintenir et de le Pérenniser.

B/- Economie

Le renouveau politique né de l’accession d’un civil à la tête de l’Etat Guinéen avait fait naître de grands espoirs quant au réveil de l’Economie Guinéenne plombée par l’inflation galopante et l’absence de cadre attractif pour les Investissements.

La Situation Economique et Financière héritée de la transition était certes catastrophique, mais ne doit pas à elle seule, justifier la détérioration des Conditions de Vie de nos populations et la Démission de nos Structures d’Orientation, de Suivi et de Pérennisation de nos Acquis.

L’arrêt et la fermeture de l’usine de Fria, des Grands Moulins de Guinée et la faillite de la Sotelgui sont des exemples vivants.

Les performances macro-économiques sont certes salutaires, mais n’ont eu aucune incidence sur la vie quotidienne du Guinéen.

En matière de gestion des finances publiques, malgré la rigueur proclamée, les vieux maux tels que la corruption, la fausse facturation ou les surfacturations, les détournements de toutes sortes sont toujours là en toute impunité.

Dans Le domaine énergétique, des Investissements importants ont été engagés mais n’ont pas produit les résultats attendus car les problèmes demeures et se renforcent tous les jours (Eau et Electricité). Les Investissements de notre avis n’ont pas obéit à un programme cohérent intégrant un diagnostic détaillé dans le domaine et permettant de définir des esquisses de solutions à préconiser pour le court, moyen et long terme. L’augmentation de la production par la construction de barrages hydro électriques et centrales thermiques est un objectif louable. Elle doit cependant s’inscrire dans une dynamique globale devant mener notre pays à se doter de toute l’infrastructure indispensable à la satisfaction de nos besoins globaux en la matière pour l’impulsion d’une dynamique de développement durable.

Des Initiatives louables ont été prises par le Gouvernement dès 2011 en faveur de l’Agriculture, mais les résultats sont maigres au regard des sacrifices budgétaires. Le manque de développement d’une organisation de la paysannerie et d’une économie rurale tue l’initiative.

L’indispensable reforme du secteur minier s’est faite avec un minimum de transparence ce qui ne permet pas une compréhension claire de la relation entre l’Etat et les groupes miniers.L’assainissement dans le secteur des mines doit continuer en s’appuyant sur les dispositions de l’Initiative ITIEqui pourrait être un atout majeur à exploiter car s’appuyant sur les valeurs de transparence et de performance.

La réduction et la maitrise de l’inflation ramenée à 11,9% en 2013 selon la Banque mondiale, l’évolution sensible du taux de croissance de 2,5% selon la même source n’auront aucun effet tangible si l’investissement donc la création de richesses ne l’y accompagne.

C/ -Education

L’éducation de qualité est un paramètre capital du développement économique et social. Nous savons tous que l’éducation est sinistrée depuis des décennies dans notre pays, ce qui explique son faible ratio par rapport au budget national (12%). Le secteur aurait du être la priorité des priorités avec un ratio conforme aux normes CEDEAO variant entre 25 et 40% selon les pays. Des reformes ont été annoncées par le Gouvernement mais ne pointent pas à l’horizon, ce qui explique toutes sortes de supputations quand à la crédibilité des résultats des examens.

A. Nos Ecoles et Etablissements sont vétustes et mal entretenus ;

B. Le déficit en salles de classes est encore important, ce qui explique le surnombre d’élèves et étudiants par classe et par établissement ;

C. Les universités existantes ne répondent pas aux normes requises en la matière par manque d’infrastructures et d’équipements ;

D. La catégorisation du personnel enseignant n’est pas conforme aux normes et critères établis dans la sous région ;

D/ - Santé

Quand on sait le rôle que l’Etat devrait jouer pour assurer la santé de sa population, il est à déplorer de constater que nos Institutions, de Santé, accusent un retard considérable après 55 ans d’Indépendance par rapport à ceux de la sous-région.

Nos Hôpitaux, Centre de santé, Maternité, Dispensaire, Poste de santé sont délabrés et laissés pour compte ;

A. La vente illicite de médicaments et la chèreté de ces derniers dans les officines spécialisées ne garantissent plus une confiance en nos soins ;

B. La Formation, le Suivi et le Perfectionnement de notre personnel de sante accusent des retards inexplicables.

C. Faible taux d’investissement (moins de 3% du BND) par rapport au 15% requis par la CEDEAO.

Cet ensemble de fait et de constat ainsi que la mauvaise prise en charge de l’Epidémie à Fièvre Hémorragique à virus EBOLA qui effraie et déstabilise nos habitudes socialesà son apparition, explique Excellence Monsieur le Président, la perte importante de Cadres,personnels de santé et de concitoyens.

E/ - Autres secteurs

A l’instar des secteurs éducatif et de santé, le faible accès aux services sociaux de base constitue une dimension importante de la préoccupation des populations.

Le Secteur Culturelet de Loisirsest défaillant. Le non-respect de la réglementation ainsi que le caractère hasardeux donné à cette activité n’appelle les gestionnaires dans ce domaine qu’à la recherche du gain facile avec la complicité des responsables à la base voir même des services d’ordre. L’exemple de lambandji (10 victimes) il y a 1 an et celui plus récent de Rogbané(34 victimes)sont l’illustration de cette Irresponsabilité. Il est par conséquent très urgent de codifier le secteur pour permettre à la jeuneuse d’être en harmonie avec son époque.

Le Secteur de l’assainissementest en détresse. La collecte et gestion des ordures est devenu une préoccupation majeur de nos concitoyens. Les services centraux et déconcentrées du secteur sont toutes en faillite ou inexistantes.

Les occupations anarchiques des espaces et emprises publiques qui font de nos villes de grands bidons villes ainsi que le développement incontrôlé de divers types d’activités (garages mécaniques, briqueterie, maquis et bistros divers, boucheries, salons de coiffure, point de vente, etc…) sur ces espaces ne favorisent pas la sécurité et lamobilité urbaine.

Chacun fait ce qu’il veut, quand il veut et comme il veut.

Le laisser – aller général, le non-respect de l’autre et de la Loi sont devenus des Symboles favorisant l’Anarchie, la Délinquance et le Crime.

Le Secteur de l’Environnement requiert de chacun, une action vigoureuse pour la préservation de notre écosystème, de la flore et de la faune qui se meurent.

Nos fleuves, rivières, marigots et nos lacs s’achessent par manque de vision et d’initiative politique.Nos forêts disparaissent de jour en jour. A n’y prendre garde, la Guinée source de vie sous régionale (château d’eau) risque d’être le symbole de la faillite humaine par la détérioration de notre cadre naturel de vie.

Toute cette situation décrite ci-dessus à des conséquences terribles au plan social, économique et politique.

II- Que Faire

Pour sortir de la situation actuelle de notre pays et remettre enfin la Guinée sur les rails du développement durable et de la réconciliation, nous devons avoir le courage et le devoir patriotique de s’attaquer aux problèmes de fond qui plombent depuis longtemps le devenir de notre pays. Nous devons tourner définitivement le dos aux violations de nos textes constitutionnels, à la délation, à l’ethno-stratégie, au communautariste et à la culture négationniste.

C’est dans cette optique, que la COEP recommande entre autres de :

Respecter et faire respecter la Constitution, principale assise d’un régime démocratique voire procéder a sa reformulation et son adoption par le Peuple Souverain,

Renforcer l’Unité Nationale et la Démocratie par la valorisation de nos Institutions et le respect de nos Lois;

Promouvoir la Justice, les Libertés Collectives et Individuelles et les Droits de l’Homme;

Veiller à l’application des Accords Politiques obtenus consensuellementcar restant le gage certain de la Stabilité et de la Paix.

Procéder à l’organisation urgente des élections locales qui devront être la fondation de la transparence et de l’équité des prochaines Echéances Présidentielles

Réaffirmer l’Indépendance de nos Institutions (Assemblée Nationale, Ceni, etc...) et mettre à leurs dispositions les ressources indispensables à leurs Neutralités et au respect de nos Textes Fondateurs.

Encourager les Initiatives privées pour favoriser la création d’emplois et de richesses internes ;

Favoriser et d’accélérer le Processus de Dialogue Politique National pour sortir notre pays de sa crispation récurrente ;

Respecter et faire respecter le calendrier électoral constitutionnellement établi,

Respecter et faire respecter les principes de transparence et la règlementation en vigueur sur la dépense publique.

Promouvoir un programme novateur, susceptible d’absorber l’immense main d’œuvre juvénile car créateur d’emplois et réducteur de la précarité dont le ratio du taux de pauvreté en fonction du seuil de pauvreté national tourne autour de 60% avec un RNB par habitant de 460 $ us/an, soit 1, 3 $us par jour.

Recourir aux Experts Nationaux et Internationaux de plusieurs disciplines pour concevoir un plan pragmatique de développement socio-économique.Un tel pool d’experts permettrait à notre pays, par la dynamique de la synergie, de concevoir un programme de Développement National réaliste et cohérent.

Promouvoir une approche nouvelle dans le domaine de l’assainissement en général, de la collecte et traitement des ordures en particulier en intégrant si possible des acteurs et partenaires privés à la collecte, transport et traitement des ordures de toutes sortes.

Veiller à ce que les enquêtes en cours sur les meurtres de différents cadres serviteurs de l’Etat, des paisibles citoyens ainsi que des affaires de détournements de deniers publics soient élucidées ;

Privilégier le dialogue franc et sincère, la justice sociale et l’unité de tous les Guinéens ;
Soutenir la sensibilisation et multiplier les Centres de contrôle et d’isolement par rapport à la lutte contre l’épidémie à virus Ebola ;

Réunir tous les Acteurs Politiques et Sociaux, la Société Civile émergente et organisée en vue de mettre en place une plateforme pour la tenue d’une Conférence Nationale. ‘ Vérité – Justice – Réconciliation’

La vision de la COEP sur la Problématique de la Réconciliation Nationale s’articule à cet effet sur divers Points essentiels qui à nos yeux sont les Fondements de la Réconciliation Nationale tant souhaitée.

Il serait au prima bord indispensable de s’entendre sur notre compréhension de la Réconciliation.

C’est pourquoi, il serait judicieux d’obtenir des réponses claires à ces différentes questions :Qu’est ce que la Réconciliation ?

Qu’avons-nous fait de si mal entre Guinéens au point de se réconcilier ?

Nous devons nous réconcilier pourquoi et de quelle manière ?

La réponse à ces différentes questions nous permettrait :

d’expliquer au Peuple de Guinée les conséquences de l’Intolérance Politique ayant entrainé les dérapages que le Pays a connu durant ces Cinquante Cinq (55) années d’Indépendance ;


d’expliquer les Conséquences Economiques (situation du pays) suite à cette Intolérance;


de diagnostiquer et d’expliquer les faits marquants de cette période;


de justifier la nécessité et l’Obligation de la Culture de la Vérité pour favoriser la Solidarité entre les Guinéens ;

La Guinée, comme nous le savons jusqu’à ce jour a vécu trois (3) régimes qui ont chacun laissé des traces du point de vue des difficultés relationnelles au Plan Politique et Social. Durant ces périodes, l’Etat « Structure Organisé Dirigeante » a par népotisme, corruption, injustice, failli à sa mission. Ce qui fait de lui le seul et unique Responsable de la faillite morale et économique de notre pays.

La destruction des valeurs du Travail et de ses Acquis, le manque de Justice et de Solidarité, le Sentiment d’Intolérance et d’Exclusion a conduit notre Pays dans un Immobilisme permanant ayant porté atteinte à la Cohésion Nationale, au découragement des Forces de Production, à la manipulation du Peuple par la délation et la propagande.

Ces fléaux ont engendrés la Pauvreté malgré les Immenses Potentialités Humaines et Naturelles de notre Pays.

Faire de la Guinée un Pays Prospère et Juste, doit être pour nous l’Entreprise Politique la plus ambitieuse. Elle constitue elle-même une réponse aux Conflits Politiques, aux Crises Internes et Externes qui ont ruiné notre Cohésion et fragilisé nos Relations.

Face à l’histoire et aux réalités actuelles de notre Pays, aucun Fils et Filles dignes ne peut prétendre résoudre seul la crise que traverse aujourd’hui la Guinée.

C’est pourquoi, la COEPpropose la méthodologie suivante pour conduire notre Pays dans la dynamique de la Réconciliation.

Il s’agit :

De favoriser et d’organiser au niveau Préfectoral, Régional des rencontres de Dialogue, d’Echanges pour identifier les sources de détérioration de la Cohésion Nationale ainsi que les faits marquants de la Gestion de notre Pays au Plan Politique, Economique et Social ;

De centraliser au sein d’une Commission Nationale de Réconciliation les faits marquants de chaque entité pour en dégager les éléments saillants ;

De mettre en place un Cadre National de Concertationcomprenant les Institutions Républicaines, la Classe Politique Nationale, la Société Civile émergente et Organisée, les Leaders Religieux, et toutes Personnes Ressources pouvant contribuer à la manifestation de la Vérité Historique, pour éclairer la Nation sur les causes réelles ayant déstabilisées la Cohésion Nationale d’une part et définir un cadre Juridique devant mener au Pardon d’autre part ;

D’ériger un Monument National à la Mémoire de toutes les Victimes de l’Intolérance Politique et Sociale ;

D’instituer une Journée Nationale de Recueillement et de Solidarité pour perpétuer la Mémoire Collective.

Le Défi est grand, car seul le Rassemblement de tous les fils et filles de Guinée, dans l’Unité et la Cohésion Nationale recouvrées conduira à la Réconciliation entre l’Etat et le Citoyen et mènera notre Pays au Développement, à la Prospérité et au Bien être tant ambitionné.Les Valeurs de la Devise de notre Pays « Travail – Justice – Solidarité » représentent à nos yeux le symbole le plus marquant d’une Nation Forte et Unie.

Excellence Monsieur le Président,

La COEP« Coordination de l’Opposition Extra Parlementaire » se veut être une Opposition de Contradiction et Responsable, susceptible de mettre en lumière suivant ses Convictions et sa Vision toutes ces Observations et Constats par rapport à la vie de notre Nation. Elle ne sera jamais complaisante et veillera aux Respects des Valeurs et Règles qui régissent notre société, à la valorisation de notre Potentiel Humain et à la consolidation de notre Démocratie.

Nous avons pour ambition de diriger la Guinée de demain, et pour cela nous avons pour leitmotivd’accepter les Critiques, de favoriser l’Echange et de promouvoir l’Unité de notre Nation.

Excellence Monsieur le Président,

L’Homme vit d’Espoirs et l’Espoir s’estompe sans Initiatives. Il est urgent d’ouvrir et d’offrir de Fortes Opportunités à ces milliers de Jeunes (60% de la population active) formés de partout et qui n’ont pour ambitions que d’apporter de la rigueur, du dynamisme et de l’innovation nouvelle à l’éclosion d’une Guinée unie, débarrassée de ses concepts ethniques, régionalistes et communautaristes.

Ne dit on pas que « La jeunesse est l’avenir d’un pays ».

Il n’y a pas de Peuple sans Histoires. Nous avons simplement le devoir de comprendre et d’assumer notre Héritage dans l’humilité et nous pardonner nos Erreurs et notre Intolérance pour que nous puissions rêver et espérer réaliser cette Guinée bâtie dans sa diversité, économiquement forte, socialement digne où il fera bon vivre.

La COEP

Partis signataires :

- UNR Union Nationale pour le Renouveau

- FIDEL Force des Intègres pour la Démocratie et la Liberté

- ADN Alliance pour le Développement National

- PUD Parti pour l’Unité et le Développement

- PTG Parti des Travailleurs de Guinée

- RRD Rassemblement pour la Renaissance et le Développement

 
L'UFR condamne avec fermeté l'assassinat président de la section motard de l'UFDG

2014/9/18

Aujourd'hui en Guinée
C’est avec une grande consternation que l’Union de Forces Républicaines (UFR) a appris l’assassinat d’Elhadj Amadou OuryDIALLO, président de la section Motard de l’UFDG par des individus armés, non identifiés, dans la nuit du lundi 15 septembre 2014 dans le quartier Cimenterie(Conakry).

L’UFR condamne avec fermeté cet acte crapuleux qui interpelle les autorités sur la nécessité d’assainir la situation sécuritaire dans notre pays.

Les déclarations du Député uninominal de DIXINN, faisant état de menacestéléphoniques reçues le même jour ne permettent pas de douter un seul instant qu’une menace sérieuse plane aujourd’hui sur la vie de personnes bien indiquées dans notre pays.

L’UFR déplore cette flambée de la criminalité, dont les conséquences dramatiques pour notre pays sont imprévisibles.

L’UFR demande instamment au Gouvernement de mettre tout en œuvre pour assurer la sécurité des guinéens et diligenter des enquêtes sérieuses afin d’arrêter les coupables et commanditaires de ce crime et les traduire devant les juridictions compétentes.

L’UFR présente ses sincères condoléances à la famille éplorée, à l’UFDG et prie le TOUT PUISSANT d’accepter l’âme du défunt dans son Paradis. AMEN !

Le Bureau Exécutif national de l’UFR







 
Politique: L’opposition extra-parlementaire remet un mémorandum au Pr. Alpha

2014/9/17

Aujourd'hui en Guinée Sékhoutouréya, 16 septembre 2014 - Le Président de la République, le Professeur Alpha Condé, a reçu en audience ce mardi 16 septembre 2014 au Palais Sékhoutouréya, la coordination de l’opposition extra-parlementaire. Les échanges ont porté sur la situation sociopolitique. Au cours de cette rencontre, l’opposition extra-parlementaire a remis un mémorandum au Président de la République. Un mémorandum dont le contenu sera révélé les prochains jours à la presse. La mobilisation pour la lutte contre le virus Ebola a été aussi abordée par le Pr Alpha Condé et l’opposition extra-parlementaire.

A l’issue des entretiens avec le chef de l’Etat, Boubacar Barry, Président de l’UNR, porte-parole de l’opposition extra-parlementaire, a déclaré : « Nous avons sollicité une audience que le Président nous a accordée. Parce que la dernière fois qu’il nous a reçus, nous lui avons promis et nous étions engagés à lui remettre un mémorandum qui reflétait nos idées sur la situation politique du pays. Cette audience avait pour objet de lui remettre officiellement ce mémorandum pour que nous puissions échanger avec lui sur son contenu.

Le mémorandum, nous allons le publier officiellement. Nous attendions que le Président le reçoive de nos propres mains, ce qui a été fait aujourd’hui. Nous allons le publier à l’intention de la presse. Ce mémorandum fait un constat de nos préoccupations et notre vision sur la situation de la Guinée et fait des recommandations au Président de la République. Ensuite on a échangé avec le Président de la République sur la situation nationale. Il a surtout sensibilisé autour du virus Ebola. Et c’est pour cela que nous nous sommes engagés, en tant que structure politique, d’intervenir vigoureusement et permanemment sur le terrain politique et expliquer à nos concitoyens, à nos militants et responsables de prendre les mesures qu’il faut pour que chacun puisse se préserver et qu’on puisse bouter Ebola hors de nos frontières ».

Le Bureau de Presse de la Présidence

 
Dix Guinéens et 6 Maliens tués dans l’effondrement d’une mine au Mali

2014/9/17

Aujourd'hui en Guinée Dix ressortissants guinéens et 6 Maliens ont été tués dans l’effondrement d’une galerie d’orpaillage qui a également fait huit blessés, dont un grave, dans la zone frontalière du Mali avec la Guinée-Conakry, a indiqué mardi soir un communiqué du ministère malien des mines.

L’incident s’est produit samedi, mais n’a été rapporté que ce mardi par le ministère qui précise qu’il a eu lieu à Niaouléni, dans la commune de Nouga située dans le cercle de Kangaba.

Un précédent éboulement dans la même localité de Kangaba, située à une centaine de km à l’ouest de la capitale malienne, avait fait deux morts et plusieurs blessés le 9 juillet dernier.

Au Mali, l’orpaillage a été interdit en saison des pluies en raison principalement de la fragilité des sols et des risques d’éboulement et d’effondrement des galeries en cette période. Ce qui n’empêche pas des milliers de nationaux et d’étrangers d’investir chaque année les sites.

Ce dernier drame de l’orpaillage intervient à la veille d’un Forum national que le ministère des mines entend tenir du 18 au 20 septembre pour mettre de l’ordre dans le secteur.


APA

 
La réaction du RPG-Arc-En-Ciel face aux accusations de l'UFDG suite à l'assassinat du président de sa Section Motard

2014/9/17

Aujourd'hui en Guinée Une fois de plus, l’UFDG monte d’un cran dans ses déclarations mensongères destinées à générer l’affrontement et la violence en république de Guinée. En accusant sur son site et sans aucun début de la moindre preuve, le RPG Arc-en-ciel puis le Président de la République d’avoir lancé une « opération d’élimination physique des patriotes et résistants guinéens, notamment de l’UFDG », l’UFDG fait de nouveau la démonstration de sa totale irresponsabilité.

Après le discours de Cellou Dalein à Chicago appelant à l’alliance de deux ethnies en prévision d’une guerre en Guinée, l’UFDG persiste dans la surenchère verbale afin de conditionner ses militants qui auront la naïveté de croire à ses inepties.

L’on se souvient encore de l’appel lancé par le député Ousmane Gaoual Diallo (véritable porte voix de Cellou) au mois de juin dernier sur les ondes de la radio Horizon Fm. Ce membre du bureau politique de l’UFDG a publiquement invité à chasser le Président, non pas par les urnes mais par une insurrection. Il y a un an, le même élément incontrôlé échappant souvent à tout leadership, avait ouvertement appelé et ceci à plusieurs reprises, à la création de milices privées dans les fiefs considérés comme acquis à l’UFDG.

Le RPG Arc-en-ciel attire l’attention de tous ceux qui aiment la Guinée à prêter une attention particulière à ces escalades verbales qui sont tout sauf fortuites et émotionnelles. Elles résultent d’un plan bien déterminé à faire sombrer la Guinée dans le chaos, situation qui est la seule à convenir à ceux qui ont plongé notre pays dans l’état déplorable dont le gouvernement de la troisième république a hérité.

L’objectif de l’UFDG et de ses alliés, dont aucun ne dénonce les dérives violentes, est à présent aisé à établir : réciter régulièrement un argumentaire conçu pour justifier à posteriori une guerre civile en Guinée.

Si le RPG Arc-en-ciel reste confiant dans la capacité du peuple de Guinée à résister aux sirènes de la violence généralisée, il est néanmoins urgent de s’inquiéter des conséquences de ces déclarations sur les plus jeunes et les moins informés.

Tout en espérant que son désir de paix ne soit pas considéré comme un aveu de faiblesse, le RPG Arc-en-ciel rassure la communauté nationale et internationale qu’il fera tout ce qui est en son pouvoir pour préserver la paix sociale en Guinée. Il demande aux amis de la Guinée et aux guinéens de bonne volonté de rappeler à l’UFDG que personne ne sortira vainqueur d’un affrontement généralisé en Guinée. Par dessus tout il souhaite qu’une fois pour toutes, l’UFDG et ses alliés comprennent que seule la voie des urnes les mènera au pouvoir et qu’ils seront les seuls responsables des victimes des violences que leurs déclarations manipulatrices engendreront.

Conakry le 16 septembre 2014

M. Lansana KOMARA

Secrétaire Administratif

Du RPG Arc-en-ciel

Membre BPN

 
Casa : 9 septembre 2014
Le groupe Guicopres et Micomar signent
Soumah Alsény
Alsény SOUMAH: L’Ambassadeur de l’art culinaire guinéen aux USA
Dépêches
L'UA/Nord-Mali
TV Aujourd'hui-en-guinée

cliquez sur la photo pour ouvrir la video

Voir les autres articles >>>
Kassory , Premier ministre
Le bruit court à nouveau à Conakry
TV Aujourd'hui-en-guinée  ::  Casa : 9 septembre 2014  ::  Audios  ::  L'UA/Nord-Mali  ::  Libres Propos  ::  Soutenez Aujourd'hui en Guinée  ::  Albums Photos  ::  Contact  ::  Abonnez-vous  ::  Email  ::  Partenaires  ::  


Privé - Espace Clients  Hotline  

© Rosawebpro   |    Privé - Espace Clients