Bannière


 
L’opposition menace depuis Paris
Le pouvoir rappel à l’ordre à Conakry

Partenaires

Africatime

Africvisionguinée

Akhadan

Conakrylive

Ecoutez Sabari FM 97.3 en direct

Guinée7

L'Express Guinée

Le Diplomate

Les amazones

Mediaguinee

www.Guineematin.com

31 visiteurs connectés

03 Juillet 2015 - 0h05


 RECHERCHER 

Pr Alpha Condé reçoit Mme Bisa Williams à Sékhoutouréya: au menu, riposte contre Ebola et les prochaines élections !

2015/7/2

Aujourd'hui en Guinée Sékhoutouréya, 1er juillet 2015 - Le Président de la République, le Pr Alpha Condé, a reçu en audience le mercredi, 1er juillet 2015 au Palais Sékhoutouréya, Mme Bisa Williams, Sous-secrétaire d’Etat américaine chargée des Affaires africaines.

Les entretiens entre le Pr Alpha Condé et Mme Bisa Williams ont porté essentiellement sur la riposte contre la fièvre hémorragique à virus Ebola et l’organisation des prochaines élections présidentielles et législatives. Au cours de cette audience, la Sous-secrétaire d’Etat américaine chargée des affaires africaines a apprécié les efforts déployés par le gouvernement pour éradiquer le virus Ebola ainsi que l’évolution du processus du dialogue devant aboutir à des élections crédibles et transparentes.

A sa sortie de l’audience, Mme Bisa Williams, a déclaré : « Je suis vraiment là pour reconnaitre la Guinée. J’étais ici en premier poste, il y a 30 ans et je suis très heureuse de voir qu’en Guinée il y a beaucoup de progrès. D’abord la première étape de ma visite était concentrée sur les progrès enregistrés dans la lutte contre Ebola et je suis très satisfaite de ces progrès, mais il faut continuer à renforcer, intensifier les mesures contre Ebola. Parce que la maladie n’est pas encore finie. Et j’ai eu beaucoup d’échanges sur ce sujet. Je suis allée à Forécariah, à Nzérékoré. J’ai eu un échange avec M. le Président, sur l’énergie, l’engagement du gouvernement et aussi de la société civile pour les élections qui auront lieu ici en Guinée. L’importance du dialogue pour des élections crédibles et transparences, étaient prioritaires pour tous les interlocuteurs que j’ai eu ici et je suis très contente de l’entretien avec M. le Président de la République ».

Le Bureau de Presse de la Présidence

 
Migration du système analogique vers le numérique: Communiqué du Ministère des Postes, des Télécommunications et des NTI

2015/7/2

Aujourd'hui en Guinée Le Ministre d’Etat en charge des Postes, Télécommunications et NTI, informe les populations Guinéennes qu’elles vont bientôt connaitre une véritable révolution numérique avec la migration de l’analogique vers le numérique dont les signaux sont dejà captés à Conakry depuis le mardi 16 juin 2015.

Cette migration est une véritable révolution, car elle a des avantages énormes entre autres : la qualité des images, le multiplexage, l’augmentation du spectre de fréquence et la multiplicité des chaines.

Par ailleurs, le Ministre d’Etat en charge des Postes, Télécommunications et des Nouvelles Technologies de l’Information rappelle aux citoyens qu’il est conseillé de ne plus importer et acheter des appareils de Télévision analogique, car, une fois la migration terminée, il ne sera plus possible de capter les signaux TV avec ces équipement analogiques.

Sur ce, le Ministre d’Etat en charge des Postes, Télécommunications et des Nouvelles Technologies de l’Information, sait compter sur la compréhension des importateurs et utilisateurs.

LA GUINEE A l’ERE DU NUMERIQUE.

OyéGuilavogui

 
DCG : Les secrets de la mort de Sekou Touré

2015/7/1

Aujourd'hui en Guinée Le 20 mars 1984, Sékou Touré rentre à Conakry fatigué de son voyage à Alger et Rabat, où il a tenté de régler le différend algéro-marocain sur le Sahara occidental, qui risque de compromettre le succès du 20e sommet de l’Organisation de l’unité africaine (OUA), lequel doit se tenir bientôt dans la capitale guinéenne. Le 22, au Palais du peuple, il clôt le Congrès des syndicats de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) en déclarant : « Je resterai syndicaliste jusqu’à ma mort. » Quelques heures plus tard, Sékou est pris de vomissements et de fortes douleurs. Le lendemain, tous ses rendez-vous sont annulés. Le soir même débarquent à Conakry des médecins que le roi Hassan II, prévenu de l’incident, a dépêchés par avion spécial depuis le Maroc. Ils constatent de sérieux problèmes cardiaques.

Le monarque marocain alerte alors la clinique cardiologique de Cleveland, aux États-Unis, l’un des établissements les plus réputés au monde. Le 24, des cardiologues venus des États-Unis délivrent leur diagnostic : anévrisme de l’aorte. Une intervention chirurgicale est impérative. Un avion médicalisé saoudien est affrété pour emmener Sékou jusqu’à Cleveland. D’abord réticent à l’idée de quitter son pays, le chef de l’État guinéen, accompagné de quelques proches, s’envole finalement vers les États-Unis le 25 au soir.

Là-bas, dans la matinée du 26 mars, des examens confirment la gravité de l’affection. Les chirurgiens se montrent toutefois optimistes. Dans l’après-midi, soit quatre jours après le malaise de Sékou, ils entament une délicate opération. Mais au bout de quatre heures, le cur lâche et tous les efforts pour ranimer le patient restent vains. À 15 h 23, heure locale, 22 h 23, heure de Conakry, le décès est constaté. Le Premier ministre, Lansana Béavogui, est informé avant minuit. La Guinée et le monde entier apprennent la nouvelle au petit matin.

Le 28 mars, la dépouille arrive par avion spécial à Conakry. Le cercueil est exposé pendant deux jours au Palais du peuple, où la population se presse pour lui rendre un dernier hommage. Le 30, un rassemblement est organisé en son honneur au Stade du 28-Septembre. Puis, en présence de nombreux chefs d’État et personnalités, a lieu l’inhumation au mausolée de Camayenne, aux côtés des restes de Samory Touré, le célèbre adversaire de l’armée coloniale française, d’Alpha Yaya, l’ancien roi du Labé, et de bien d’autres héros de l’histoire guinéenne. Pendant ce temps, des rumeurs fantaisistes commencent à courir : le corps de Sékou ne repose pas dans le cercueil mais aurait été emmené au Maroc ou en Arabie saoudite

Conformément à la Constitution, Lansana Béavogui assume la direction du pays, où un deuil national de quarante jours a été décrété. À Conakry, il se dit que le bureau politique du Parti démocratique de Guinée (PDG) est en proie aux plus vives dissensions. L’armée, menée par le colonel Lansana Conté, s’impatiente. Et finit par prendre le pouvoir dans la nuit du 2 au 3 avril, formant un Comité militaire de redressement national. Les proches de Sékou et les anciens dignitaires sont emprisonnés à Kindia (dans l’ouest du pays), les prisonniers politiques détenus au camp Boiro sont libérés, les institutions du Parti-État sont dissoutes, la population crie son espoir d’un avenir prometteur et des exilés reviennent au pays. La proclamation de la IIe République balaie définitivement l’ère Sékou Touré.

Avec le PDG, le grand Sily (« éléphant ») a dominé la vie politique du pays pendant plus de trente ans, dont vingt-six à la tête de l’État. Les élans enthousiastes de celui qui obtint pacifiquement l’indépendance du pays, le 2 octobre 1958, et qui contribua à l’unité du continent, sont vite oubliés. En quelques heures, sa Révolution, qu’il a su maintenir par une implacable répression de complots réels – et parfois supposés -, n’est plus qu’un vieux souvenir.

Cet article publié dans J.A. est signé André Lewin, ancien ambassadeur de France en Guinée et président de l’Association d’amitié France-Guinée

 
Une ONG écrit à Moussa Dadis Camara : « Le danger qui vous guette est réel »

2015/6/29

Aujourd'hui en Guinée Monsieur Dadis, Nous, de l’Ong Aguisav – La Voix des Sans Voix, avons jugé nécessaire vous écrire cette lettre ouverte pour tout juste donner notre point de vue sur ce qui prévaut sur l’échiquier politique guinéen, surtout en ce qui concerne votre irruption soudaine sur la scène politique de notre pays.

Nous nous souvenons, vous vous êtes emparé du pouvoir dans notre pays la Guinée à la mort du Général Lansana CONTE le 22 Décembre 2008. Plus précisément vous vous êtes installé effectivement à la tête de l’Etat guinéen le 24 Décembre 2008. Et si vous vous souvenez, nous avons été la première et l’unique Ong Aguisav – La Voix des Sans Voix à vous adresser une lettre ouverte, dans laquelle lettre nous vous avons félicité et encouragé en vous donnant d’amples conseils en tant que Président de la République, pendant ce temps la Communauté internationale condamnait sans équivoque le putsch dont vous êtes l’instigateur principal.

Cette lettre vous a été adressée le lendemain de votre prise du pouvoir, c’est-à-dire le 25 Décembre 2008. Et la presse en a fait d’échos en votre faveur. L’Ong Aguisav – la Voix des Sans Voix a fait cela pour l’Histoire.

Monsieur Dadis

Vous vous souvenez et vous le savez bien que l’Ong Aguisav a soutenu vous et votre Cndd aveuglement et n’a pris ses distances que quand elle a constaté que vous êtes entrain de violer votre propre engagement de soldat. Car nous avons compris que vous n’avez pas besoin de nos conseils qui, pourtant, vous étaient utiles à l’époque. Voici les quelques extraits : ’’Monsieur le Président de la République, Vous n’aurez pas la tache facile, nous savons, mais faites honnêtement ce que vous pouvez pour la Guinée et les Guinéens pendant ces 2 ans. Il y aurait certes des embûches, des obstacles, des traquenards sur votre chemin. A cœur vaillant rien d’impossible. Dans l’abnégation, la persévérance, la sagesse, vous réussirez votre mission. Dieu fera le reste. Soyez en sûr.

Des deux (2) présidents Ahmed Sékou TOURE et Général Lansana CONTE (paix à leur âme), prenez l’exemple sur le Nationalisme du premier et la modestie du second et boudez leur système dictatorial.

Nous vous disons aussi que vous êtes le Président de la République pour le Changement, mais pas pour des ’’changements’’. Vous devriez en tenir compte pour ne pas décevoir les Sans Voix c’est-à-dire la majorité silencieuse…

Vous êtes à la croisée des chemins. Soit vous suivez le chemin qu’a suivi le Général Amadou Toumani TOURE de la République du Mali, alors vous ferez comme vous l’avez promis c’est-à-dire la Guinée aura son Premier Président démocratiquement élu en Décembre 2010. Et nous aussi, nous suggérerons à tout le Peuple à travers son Président démocratiquement élu, de vous faire passer à titre exceptionnel au grade suprême de l’Armée: Premier Maréchal de la République de Guinée avec tous les honneurs mérités en guise de récompense du service rendu à la Patrie pour l’Histoire devant les générations futures.

Soit vous suivez le chemin du Général Robert GUEI de la Cote D’Ivoire, la suite vous connaissez. Nous ne vous le souhaitons pas. Que Dieu vous protège!

Soit vous faites comme l’ont fait les Général Lansana CONTE, Général Mohamed Ould TAYAH de Mauritanie, Maréchal Mobutu du Zaïre, Général Moussa TRAORE du Mali et autres, en ce moment Dieu et tout le Peuple de Guinée se mettront contre vous. Que Dieu vous en garde!’’(Extraits de Réf. N° 089/Be/Aguisav/2008 – Lettre ouverte au Capitaine Président Moussa Dadis CAMARA en date du 25 Décembre 2008).

Ce sont ces quelques conseils qui sont contenus dans la lettre que l’Ong Aguisav vous a adressée le 25 Décembre 2008.

Monsieur Dadis,

C’est parce que vous n’avez pas voulu suivre nos conseils en 2008 que vous vous êtes retrouvé dans cet imbroglio politico-juridique à Ouagadougou au Burkina Faso. Vous avez suivi la voie la plus mauvaise, celle du Général Robert GUEI en Cote D’Ivoire et ce qui est arrivé à celui-ci a failli vous arriver. C’est Dieu qui vous a sauvé. Mais ce n’est pas fini, car vous êtes accusé de« Crime contre l’humanité ». Ce qui devrait vous créer une insomnie et vous faire oublier les choses politiques en Guinée, à plus forte raison une candidature à une élection présidentielle.

Une de nos sœurs Marie José YOMBOUNO vous a déjà adressé une lettre ouverte le 29 Mai 2015. Cette lettre en dit long. Notre compatriote vous aime tant. Relisez sa lettre et prenez ses recommandations en compte.

La classe politique guinéenne est la plus lâche d’Afrique. Il ne faudrait pas les suivre, ces politiciens. Aucun leader politique ne vous aime en Guinée. Que ce soit Cellou Dalein de l’Ufdg, Sidya TOURE de l’Ufr, Papa Koly KOUROUMA du GRUP et autres. Ils veulent vous utiliser à des besoins purement électoralistes en prélude de l’élection présidentielle prochaine, soit dans 3 mois. Après c’est fini. Alliance électorale sans aucune garantie pour votre personne.

Certains souffrant de cécité intellectuelle qualifient votre alliance avec Cellou Dalein de base pour la Réconciliation Nationale et font beaucoup d’autres amalgames. Ceux-ci se moquent de nous autres. Cellou Dalein DIALLO ayant perdu son allié principal Sidya TOURE de l’Ufr, à la recherche d’une pièce de rechange pour la circonstance, est parti vous trouver pour avoir l’électorat de la Forêt pour qu’il accède à la magistrature suprême. Cellou pense que vous pouvez lui donner l’électorat forestier. D’où cette convoitise.

Comment peut-on qualifier cela de base de réconciliation nationale ? Décidément le ridicule ne tue pas en Guinée.

Réconciliation Nationale ! Le Président Nelson MANDELA gagne aux élections avec l’Anc en 1994. Le lendemain de sa victoire, il rend visite à Mangosuthu BUTHELESY de Linkata en Afrique du Sud, et lui propose le poste du Ministre de l’intérieur, avec tout le tort que ce dernier a fait subir aux militants de l’Anc. Et le Président Nelson MANDELA a fait créer ensuite le Comité Vérité et Réconciliation dans son pays. Voilà l’acte en faveur de la Réconciliation Nationale d’un pays.

Monsieur Dadis,

Il ne faut pas qu’on vous fasse faire des illusions. Car le danger qui vous guette est réel. Il faudra nécessaire donner du temps au temps pour dissiper cette fumée de haine et de passion qui a envahi notre pays la Guinée. Le Roi Hassan II du Maroc disait que la Politique est comme l’agriculture. Si tu fais la moisson avant la maturité du champ, tu perds, tu la fais après la maturité tu perds. Tu dois faire la récolte quand le champ est mûr pour gagner. Soyez patient, seule la patience peut payer. Général Mohammad BUHARY est redevenu président, il a été patient pendant plus de 30 ans après sa chute. Prof Alpha CONDE président plus de 40 ans de lutte politique, Nelson MANDELA après 27 ans de prison ferme, etc.

Quand le Président de la République Prof Alpha CONDE a exposé sa manière de faire la Réconciliation en Guinée en prenant l’exemple sur Nelson MANDELA en Afrique du Sud. Vous connaissez bien ceux qui se sont opposés et continuent à s’opposer. Ils l’ont même accusé qu’il veut vous protéger. Et que Prof Alpha CONDE veut banaliser le massacre du 28 Septembre 2009 et qu’il n’a aucun égard pour les victimes, etc.

Monsieur Dadis

L’Ong Aguisav – La Voix des Sans Voix plaide pour cette méthode sud africaine en Guinée : Comité Vérité Justice et Réconciliation (Cvjr) à la Guinéenne. Elle souhaiterait votre contribution et votre appui en tant qu’ancien président de la République pour que ce Comité voit jour et fonctionne en Guinée.

Tout en terminant cette lettre, pour ne pas abuser trop de votre temps précieux, Monsieur Dadis, nous vous prions de croire à l’expression de nos sentiments patriotiques.

Que Dieu sauve la Guinée et protège tous ses filles et fils. Amen.

Egalité – Patriotisme – Fraternité

Conakry, le 28 Juin 2015

P/L’Ong Aguisav – la Voix des Sans Voix

Le Président

Docteur Fran Morri T. SAMMOURAH

Contact: (+224) 664 339 780

 
Conférence plaidoyer de New York : Déclaration des Chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union du fleuve Mano

2015/6/29

Aujourd'hui en Guinée Les Chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union du Fleuve Mano, S. E. Pr Alpha CONDE, Président de la République de Guinée, Président en exercice de l’Union du Fleuve Mano et hôte du Sommet ; S.E. Ellen Johnson SIRLEAF, Présidente de la République du Liberia ; S.E. Dr Ernest Bai KOROMA, Président de la République de Sierra Leone et Monsieur Charles Koffi DIDY, Ministre d’Etat, Ministre des Affaires Etrangères, représentant S. E Alassane OUATTARA, Président de la République de Côte d’Ivoire et leurs partenaires au développement se sont réunis le 28 juin 2015, à Conakry, République de Guinée, pour la tenue d’un Sommet Extraordinaire sur le Programme de relance socio-économique post-Ebola.

Les Chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union ont passé en revue les conclusions du Conseil des Ministres de l’Union tenu le 20 juin 2015, à Conakry et adopté les priorités et coûts du programme régional ainsi que les mécanismes institutionnels et financiers permettant d’assurer une mise en œuvre effective et efficace des programmes pour le retour des Etats membres affectés à la normalité et à la résilience.

Notent avec satisfaction, le progrès remarquable, non seulement, dans la réduction drastique des infections, mais aussi, la fin d’Ebola au Libéria. Ils s’engagent à réaliser et à maintenir zéro infection en Guinée et en Sierra Leone.

Réitèrent leur profonde gratitude à la Communauté Internationale pour son soutien indéfectible aux Etats membres touchés, dans la lutte contre la maladie à virus Ebola et leur demandent de rester engagés.

Reconnaissent les efforts déployés par les membres de l’UFM et de la Communauté internationale pour mettre un terme à l’épidémie à virus Ebola.

Lancent un appel pressant aux partenaires d’honorer les engagements pris à Bruxelles et à Washington pour appuyer les trois pays les plus affectés dans le cadre de la relance post-Ebola, et lancent un appel aux partenaires clés, notamment, la Banque Mondiale, le Fonds Monétaire International, la Banque Africaine de Développement et l’Union Européenne de se retrouver avec la Secrétaire Générale, au plus haut niveau, durant la prochaine Conférence de Plaidoyer, prévue le 10 juillet à New York.

Compte tenu de l’urgente nécessité de poursuivre la relance économique post-Ebola des pays affectés de l’Union, le Chefs d’Etats et de Gouvernement adoptent ce qui suit :

Le programme sous-régional et les programmes nationaux auront une durée de deux ans pour faciliter leur mise en œuvre. Le programme régional est divisé en deux niveaux : le premier niveau, évalué à $ 1.76 milliard US, porte sur (I) la santé, l’eau, l’assainissement et l’hygiène ; (II) la gouvernance, la paix et sécurité ; (III) l’agriculture, la paix et la sécurité alimentaire ; (IV) le genre, les jeunes et la protection sociale ; (V) la gestion et le suivi du programme et (VI) le programme d’appui au secteur privé.
Le deuxième niveau évalué à $ 2.24 milliards US porte sur (I) le programme routier ; (II) le programme d’accès à l’énergie et (III) le programme des technologies de l’information et de la communication.
Réaffirment leur appel pour la mise en place d’un Fonds/Fonds fudiciaire spécial consolidé pour le programme de relance post-Ebola de l’Union du Fleuve Mano, avec des modalités d’allocations et de décaissements devant être déterminés par l’UFM, en concertation avec les partenaires.
Demandent aux partenaires au développement d’adhérer aux principes de New Deal et au cadre de responsabilité mutuelle, et lancent un appel à la Communauté Internationale de procéder à l’allègement de la dette et d’apporter de l’appui budgétaire direct aux pays touchés.
Renouvellent leur appel à la Banque Mondiale, à la Banque Africaine au Développement et au système des Nations Unies, afin qu’ils apportent leur appui à la mise en place d’une Unité Spéciale d’Exécution au sein du Secrétariat de l’UFM, soutenu par un organe de préparation des projets bancables pour la mise en œuvre effective du programme.
Saluent l’initiative du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) et toutes les autres initiatives en cours relatives à la mobilisation de ressources pour le financement des programmes de relance économique de l’Union. A cet égard, ils ont appelé à la solidarité et à la mobilisation de la Communauté Internationale de faire de la Conférence de plaidoyer, prévu les 9 et 10 juillet 2015, à New York, Etats Unis d’Amérique, un succès.
Félicitent les Ministres, le Secrétariat de l’UFM et les Experts des Etats membres pour le travail ardu entrepris dans la formulation des documents, et ont remercié le système des Nations Unies, la Banque Mondiale/FMI et la Banque Africaine de Développement et l’Union Africaine pour tout le soutien apporté au cours du processus de préparation de programme.
Expriment leur profonde gratitude à leurs citoyens pour leur compréhension et leur adhésion aux mesures d’urgences édictées, malgré les conditions difficiles et éprouvantes. Cette compréhension dont ils ont fait preuve a, significativement, participé de l’atteinte des résultats obtenus.
Expriment leurs condoléances aux familles qui ont perdu des proches du fait du virus Ebola et ont rendu un hommage particulier au personnel de santé qui ont perdu leurs vies au service de leurs compatriotes.
Encouragent tout le personnel de santé et toutes les structures impliquées dans la lutte contre le virus, en vue de mettre un terme à l’épidémie, dans les meilleurs délais.
Ont lancé un appel pressant à tous les pays pour relever les restrictions contre la République du Libéria qui est maintenant libre du Virus Ebola
12. Lancent un appel à toutes les compagnies aériennes pour la reprise immédiate de leurs vols vers la sous-région de l’UFM.

13. Expriment leur satisfaction et leur appréciation pour la convergence des points de vue sur les questions et préoccupations qui leur ont été soumises par les Ministres et l’esprit de compréhension mutuelle et de cordialité qui ont prévalu tout le long des délibérations.

14. Réitèrent leur ferme volonté à poursuivre la prise des mesures appropriées en vue d’éradiquer l’épidémie Ebola et restaurer, à court terme, la paix, la stabilité et le développement socio-économique dans la sous-région.

Aux termes de leurs délibérations, S.E. Ellen Johnson Sirleaf, Présidente de la République du Liberia; S.E. Dr Ernest Bai Koroma, Président de la République de Sierra Leone et Monsieur Charles Koffi Diby, Ministre d’Etat, Ministre des Affaires Etrangères, représentant S. E Alassane OUATTARA, Président de la République de Côte d’Ivoire ont exprimé leurs sincères remerciements et appréciations à son Excellence, Professeur Alpha CONDE, Président de la République de Guinée, au Gouvernement et au peuple de Guinée, pour avoir abrité le Sommet, ainsi que l’accueil chaleureux, l’hospitalité fraternelle africaine et les excellentes facilités à eux offerts, lors de la tenue de ce Sommet.

Fait à Conakry, le 28 juin 2015.

Son Excellence Pr Alpha Condé, Président de la République de Guinée, Président en exercice de l’Union du Fleuve Mano

Son Excellence Ellen Johnson Sirleaf, Présidente de la République du Liberia

Son Excellence Dr Ernest Bai Koroma, Président de la République de Sierra Leone

Monsieur Charles Koffi Diby, Ministre d’Etat, Ministre des Affaires Etrangères, représentant S. E.M. Alassane OUATTARA

Président de la République de Côte d’Ivoire

Transmis par e Bureau de Presse de la Présidence

 
Assemblée générale de l’UPR : Bah Ousmane promet des révélations sur Cellou Dalein !

2015/6/28

Aujourd'hui en Guinée L’UPR (union pour le progrès et pour le renouveau) de Bah Ousmane, a tenu ce samedi 27 juin 2015, son assemblée générale ordinaire. Après la présentation de nouveaux adhérents, Bah Ousmane, compte tenu de son calendrier très chargé, a invité militantes, militants et sympathisants sa formation politique à répondre massivement à la prochaine assemblée générale, car dira-il « J’aurais des révélations » a faire sur les évènements du 28 septembre, notamment sur Cellou Dalein Diallo.

Poursuivant, Bah Ousmane a déclaré : « Vous savez que depuis quelques jours, on parle beaucoup d’une certaine alliance entre l’UFDG et le FPDD, autrement dit, entre le capitaine Dadis et Cellou. Beaucoup d’entre vous sont curieux de savoir quelle est la position du parti ? J’aurais voulu qu’on en parle. Malheureusement, l’actualité m’empêche d’être avec vous. Mais, je vous demande de répondre massivement à l’assemblée générale de la semaine prochaine, parce que nous allons parler de cela »

Dans cette logique, le leader de l’UPR a insisté : « Répondez massivement la semaine prochaine, j’aurais des révélations. Nous allons montrer des documents signés en 2009 qui prouvent que l’UPR est un grand parti. Nous allons aussi vous montrer d’autres documents que certains ont fabriqué. Vous savez que le président de l’UPR a été présenté sur certaines affiches, habillé en tenue militaire et portant un béret rouge où il était inscrit capitaine BO, présenté avec des images de certaines victimes du massacre du 28 septembre comme pour dire que c’est Bah Ousmane qui a ordonné ce massacre. A présent, nous allons remplacer la photo de Bah Ousmane par celle d’une autre personne »

Comme vous pouvez le remarquer, cette assemble générale est vivement attendue.

A Suivre…

Abdoulaye Sylla

 
Riposte contre Ebola : Sommet extraordinaire de la Mano River Union à Conakry

2015/6/27

Aujourd'hui en Guinée Dans le cadre du renforcement des liens d’amitié et de fraternité existant entre les pays de la sous-région, les Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’Union du fleuve Mano (Libéria, Sierra Léone, Côte d’Ivoire) effectueront à compter du dimanche 28 juin 2015 une visite de travail à Conakry, où ils prendront part au troisième sommet extraordinaire de l’organisation consacré à la riposte contre Ebola et à la relance économique post épidémie..

Sont conviées à prendre part au cérémonial d’accueil prévu à 8 heures 30 minutes à l’Aéroport International de Conakry-Gbéssia, les personnalités ci-après :
• Monsieur le Président de l’Assemblée Nationale ;
• Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement ;
• Monsieur le Premier Président de la Cour Suprême ;
• Monsieur le Président de la Cour Constitutionnelle ;
• Madame la Présidente de la Haute Autorité de la Communication;
• Monsieur le Président du Conseil Economique et Social ;
• Monsieur le Médiateur de la République ;
• Monsieur le Grand Chancelier des Ordres Nationaux de Guinée ;
• Monsieur le Président de la CENI ;
• Monsieur le Président l’Institution Nationale Indépendante des Droits Humains ;
• Monsieur le Chef de File de l’Opposition ;
• Mesdames et Messieurs les Membres du Gouvernement ;
• Mesdames et Messieurs les Ministres Conseillers à la Présidence ;
• Monsieur le Chef d’Etat-major Général des Armées ;
• Monsieur le Haut Commandant de la Gendarmerie Nationale;
• Messieurs les Chefs des Etats-majors des Armées de Terre, de l’Air et de la Marine ;
• Monsieur le Chef d’Etat-major Particulier de la Présidence ;
• Messieurs les Directeurs Généraux de la Police et de la Douane ;
• Mesdames et Messieurs les Chefs des Missions Diplomatiques et les Représentants des Organisations Internationales ;
• Madame la Secrétaire Exécutive de l'organisation du fleuve Mano ;
• Monsieur le Gouverneur de la ville de Conakry.

Conakry, le 27 Juin 2015

Le Directeur du Brureau de Presse de la Présidence

Moussa Cissé

 
Justice: Retour sur les faits dont Cellou tente de compromettre le bon déroulement de la procédure

2015/6/27

Aujourd'hui en Guinée A la mort du président Lansana Conté, le 22 décembre 2008, le pays pensait enfin sortir de deux longs régimes autoritaires et voir enfin l’avènement d’une période de transition et la mise en place d’institutions démocratiques et protectrices des droits de l’Homme.

Le 23 décembre 2008, alors que devait se mettre en place le régime de transition constitutionnelle devant mener à des élections législatives et présidentielle, des dignitaires de l’armée annoncent unilatéralement la dissolution du gouvernement ainsi que la suspension de la Constitution. Le même jour, le capitaine Moussa Dadis Camara est porté à la tête du Conseil national pour la démocratie et le développement (CNDD) et devient, le 24 décembre 2008, le troisième président de la République de Guinée.

Arrivé au pouvoir, le capitaine Mousa Dadis Camara déclare que le nouveau régime est provisoire et qu’aucun membre de la junte ne se présentera aux élections présidentielle et législative prévues d’abord fin 2009 puis début 2010. Au fil de ses interventions médiatiques, le capitaine Moussa Dadis Camara dévoile peu à peu son ambition de briguer la présidence, ce qui déclenche des mouvements de protestation et la réprobation internationale.

Dès sa prise de pouvoir, la junte a suspendu la Constitution et l’ensemble des organes constitutionnels, à l’exception du titre II de la Constitution garantissant les libertés et droits fondamentaux et en particulier ses articles 7 et 10 qui traitent respectivement de la liberté d’expression et d’opinion et de la liberté de manifestation. De fait, tous les pouvoirs sont concentrés entre les mains du CNDD et des membres qui le composent. Dès le 14 janvier 2009, le président auto-proclamé nomme des militaires qui lui sont proches à tous les postes clé du gouvernement. Progressivement et parallèlement à l’emprise croissante du clan Dadis Camara au sein de l’armée et des instituions étatiques, les atteintes aux libertés publiques se font plus nombreuses et récurrentes.

Fin septembre 2009, les Forces Vives de la Nation – mouvement qui regroupe les partis politiques d’opposition et les organisations de la société civile dont les puissantes centrales syndicales – appellent à un rassemblement pour protester pacifiquement contre les déclarations de candidature de Moussa Dadis Camara aux prochaines élections présidentielles. Le rassemblement est interdit par le régime. Pourtant les Forces Vives passent outre et convoquent le rassemblement pour le 28 septembre 2009. Ce matin là, des milliers de manifestants pacifiques arrivent de tous les quartiers de la capitale et convergent vers le lieu du meeting : le stade du 28 septembre.

Aux premières heures de la manifestation, l’armée et les forces de police s’en prennent déjà aux manifestants qui se dirigent vers le stade. Vers 12h, une fois la plupart des manifestants regroupés dans le stade et les principaux leaders politiques présents, les portes sont fermées. Les militaires, les forces de sécurité et des miliciens entrent massivement dans le stade et tirent à balles réelles sur la foule, violent, massacrent, frappent. Bilan : au moins 157 morts selon l’OGDH et la FIDH (57, dont 12 par balles, selon les autorités) ; de très nombreuses femmes violées ; près de 1500 blessés, y compris des chefs de file de l’opposition ; des arrestations arbitraires.

Les militaires et les forces de sécurité se lancent dans des opérations d’envergures pour récupérer les corps des victimes et soustraire toutes les preuves des exactions. De nombreux corps et personnes demeurent portés disparus. Les blessés qui, pour une bonne part, se sont cachés pour échapper aux rafles des services de sécurité, n’ont pour la plupart pas pu bénéficier de soins médicaux adéquats.

La population, sous le choc d’un tel déchaînement de violence, ne bénéficie pour autant d’aucun moment de répit. Dès les jours suivants le massacre, l’armée circule en ville et fait régner la terreur parmi la population : viols, actes de pillages et arrestations se poursuivent chaque jour.

Le 2 octobre, face à la réprobation internationale unanime, les autorités décident de reconnaître partiellement les événements et restituent aux familles 39 corps totalement in-identifiables. Le 25 novembre 2009, une Commission d’enquête des Nations unies se rend en République de Guinée et au Sénégal pour rencontrer les victimes et les acteurs des événements du 28 septembre 2009.

Le jeudi 3 décembre 2009, alors que la Commission vient d’entendre pendant plusieurs heures le président Moussa Dadis Camara sur sa version des événements du 28 septembre, ce dernier est grièvement touché par les tirs de son propre aide de camp, le lieutenant Abubakar Diakité, dit « Toumba ». Celui-ci, avouera sur les ondes de Radio France internationale (RFI) avoir « tiré sur lui parce que à un certain moment il y a eu une trahison totale à mon égard » (…) « il a essayé de reposer toutes les charges des événements du 28 septembre en ma personne ». Sévèrement blessé à la tête, Dadis Camara est transféré au Burkina Faso puis au Maroc où il demeure en convalescence jusqu’à son retour à Ouagadougou le 14 janvier 2010 qui marque la fin de son règne sanglant.

www.justice-guinee.org

 
Human Right Watch :« L’Alliance Cellou Dalein-Dadis Camara pourrait compromettre le bon déroulement de la procédure judiciaire engagées contre les auteurs et commanditaires des massacres du 28 septembre 2009, sous le régime du CNDD »

2015/6/26

Aujourd'hui en Guinée L’alliance envisagée entre l’UFDG de Cellou Dalein Diallo et le FPDD de l’ex putschiste Moussa Dadis Camara continue de provoquer des réactions. Lors d’un entretien avec notre confrère Africaguinee, l’Observatoire International des Droits Humains Human Right Wacht s’est dite inquiète des répercutions de cette Alliance sur la procédure judiciaire engagée contre les auteurs et commanditaires des crimes du septembre 2009…

« On ne prend pas une position par rapport à cette alliance - c'est une question politique. Mais je me demande si certaines personnes ne voient pas cette annonce d’alliance comme une trahison par rapport à ce qu’elles ont enduré durant le régime du CNDD (Conseil national pour la démocratie et le développement, ancienne junte militaire au pouvoir en Guinée, Ndlr). Nous pensons que c’est une action qui pourrait compromettre le bon déroulement de la procédure judiciaire engagées contre les auteurs et commanditaires des massacres du 28 septembre 2009, sous le régime du CNDD.

N’oublions pas que ce sont les violences contre des civils, les leaders de l’opposition, et l’absence totale d’un Etat de droit, qui caractérisaient le régime du CNDD. N’oublions pas non plus que sous ce même régime, des soldats ont été régulièrement impliqués dans des vols, des extorsions et des actes de violence contre des hommes d'affaires et d'autres citoyens ordinaires guinéens. Les soldats, lourdement armés ont attaqué des magasins, des entrepôts, des cliniques médicales et des habitations, aussi bien en plein jour que la nuit. Ces soldats ont volé des voitures, des ordinateurs, des générateurs, des médicaments, des bijoux, des téléphones portables et de grandes quantités de marchandises, et bien d’autres biens. L'État de droit a été pratiquement ignoré. Les juges, les avocats, ont été ignorés au profit d’une justice parallèle. Le CNDD avait aussi régulièrement limité les libertés d'expression politique et de rassemblement par l'intimidation et l'agression, qui ont atteint leur summum en septembre 2009. À aucun moment le CNDD n'a pris une quelconque mesure pour enquêter sur ces faits qui impliquaient directement des soldats pour les traduire en justice.

Renforcer l’Etat de droit et mettre fin à la culture de l’impunité, chose qui a caractérisé la Guinée pendant toutes ces années, doivent être le sacerdoce de tous les candidats aux prochaines élections. Ces problèmes sont au cœur du retard de la Guinée dans son envol vers le développement », a déclaré Mme Madame Corine Dufka, Directrice Régionale pour l'Afrique de l'Ouest.

A noter que le gouvernement guinéen, par la voix de son Ministre de la justice, a déclaré que toute personne impliquée dans ce dossier, qui est un crime de masse, doit venir s’expliquer devant les juges d’instruction. « Monsieur Dadis doit voir les juges pour s’expliquer. Il ne peut pas se comporter comme s’il était tout blanc dans ce dossier. Il n’est coupable de rien pour l’instant mais il est impliqué. Les termes ont leur importance... » , a précisé Maître Cheick Sako.

Avec Gbassikolo

 
Après le retour au pays, les fronts du PDG du Groupe Business Marketing

2015/6/25

Aujourd'hui en Guinée Revenu, vendredi 19 juin 2015, à Conakry ( après une mission sportive et d'affaires de trois semaine à Paris, Berlin et Casablanca ) avec Soufiane Souare, promu Manager Junior du Groupe, le patron du GBM n'a pas eu le temps de souffler ni de poser ses valises.

En effet, dès le lendemain, le matin du samedi 20 juin, Antonio Souare et ses collaborateurs étaient dans les locaux de CIS-TV à Lambanyi où les ingénieurs et techniciens belges venus de Studiotech s'attelent aux derniers réglages d'avant lancement de la première et unique Radiotélévision intetnationale de sports et culture installée en Guinée. Le constat est que CIS-TV sera bientôt fonctionnelle avec des essais avant son lancement officiel.

Après Lambanyi, le PDG et sa suite sont directement allés à Yorokoguia ( Dubreka ) pour s'enquérir sur place de l'évolution des travaux du chantier du centre sportif et de loisirs de 11 hectares. A ce niveau également, après toute une journée consacrée à la visite des différents compartiments du vaste chantier et à l'écoute des explications de l'architecte Jeannot Laurence, le président Antonio Souare semble satisfait de constater que le Maître d'oeuvre est dans les délais contractuels.

Si le samedi a été intense, le dimanche 21 juin, a été également sans repos. En ce mois Saint et de sacrifices du Ramadan, Elhadj Antonio Souare, fervent croyant, a tenu à commencer la journée du 4ème jour de jeûne par une visite de solidarité musulmane au Premier Imam de la Grande Mosquée Faycal de Conakry, Elhadj Mamadou Saliou Camara.

De la Grande Mosquée Faycal, Antonio Souare, membre de la Commission Iner -clubs de la CAF, s'est rendu chez le vice-président de l'instance panafricaine de Football, le guinéen Almamy Kabele Camara. En ce jour officiellement retenu pour le match aller Guinée - Liberia à Bamako, finalement reporté à lundi 22 juin avec une victoire des locaux guinéens ( 3 - 1), les discussions ont porté sur le CHAN (Championnat d'Afrique des Nations) dont Almamy Kabele Camara est président de commission. Mais aussi sur le projet sportif du Horoya AC. Sur ce point précis, Almamy Kabele Camara a prodigué des conseils utiles dans la construction d'un grand club de renommée internationale qu'ambitionne Antonio Souare pour le Horoya AC dans son programme 2013 -2017.

Après cette fructueuse entrevue avec le vice-président de la Confédération Africaine de Football, le Président du Horoya AC a passé le reste de sa journée du dimanche au siège du club à Matam pour renouer langue avec les dirigeants et supporters et aux traitements des dossiers de fonctionnement.

Après un Week-end hyper actif, le début de semaine s'annonce chargé. Dès le lundi 23 juin, le PDG du Groupe Business Marketing, le Manager Junior et leurs collaborateurs ont visité à Kaloum le chantier du futur siège du Groupe pour évaluer l'évolution des travaux sur l'immeuble de huit étage. Là également, tout se passe bien.

Le mardi 23 juin, le PDG du Groupe Business Marketing, Antonio Souare a été reçu en audience par le président Alpha Condé en présence du ministre d'état Dr Ibrahima Kassory Fofana. Le chef de l'état tenait à féliciter et remercier Antonio Souare pour son patriotisme avec tous ses efforts pour la Guinée avec ses multiples investissements et pour la jeunesse Guinéenne avec les emplois créés pour elle ainsi que les efforts pour la qualification et la promotion du sport guinéen. Après l'audience présidentielle, le PDG de Guinée Business Marketing a reçu, dans l'après midi, le premier Conseiller de l'Ambassade des États-Unis en Guinée, M. Massinga qui a également exprimer à Antonio Souare, le satisfecit de la représentation officielle américaine en Guinée. Le diplomate a conseillé d'accentuer les efforts pour éradiquer totalement le virus maudit de la Guinée afin que les investisseurs reviennent dans ce pays potentiellement riche et pour donner une visibilité transfrontaliere aux actions du PDG du GBM.

La journée du mercredi 24 juin, après les travaux du bureau, a été animée par une réunion avec les supporters du Horoya AC. À ceux ci, le président Antonio Souare a demandé la mobilisation dans la discipline pour faire face aux derniers matchs du championnat national. Déjà ce jeudi 25 juin, le Horoya AC affronte Le Gangan FC de Kindia dans le cadre de la 18e journée avant, le classico guinéen ASK - Horoya AC, du dimanche 28 juin 2015. Huit (08) points séparent les deux clubs rivaux de la capitale avec 31 points pour le Horoya AC en tête du championnat.

Le Titre, prévient le président Antonio Souare, à quelques jours de la fin est une exigence et chaque supporter devrait jouer sa partition et pousser l'équipe vers cet objectif non négociable.


Abdoulaye CONDE

 
Une surprenante alliance en Guinée : Dadis et Cellou au centre d'un débat sur RFI !

2015/6/25

Aujourd'hui en Guinée Le rapprochement entre Mamadou Cellou Dalein Diallo, Président de l’UFDG et Moussa Dadis Camara, l’ex-chef de la junte militaire au moment du massacre du 28 septembre 2009, et président du FPDD, dans la perspective des élections présidentielles du 11 octobre 2015, continue de faire couler ancres et salives. Le sujet domine et passionne les débats politiques tant en Guinée qu’au-delà de ses frontières.

Les médias ne sont pas en reste : « Lorsqu’un opposant de la trempe de Cellou Dalein Diallo qui se dit de surcroît démocrate peut pactiser avec le capitaine Moussa Dadis Camara, accusé du massacre du 28 septembre qui a endeuillé bien des familles, il y a de quoi s’inquiéter pour la politique telle qu’elle se fait en Guinée Conakry. Mais à la veille d’une élection présidentielle plusieurs fois reportée dans ce pays de tous les excès et de tous les possibles, plus rien ne devrait encore surprendre. », commente le quotidien burkinabé Fasozine.

Radio France Internationale RFI, quant à elle, a ouvert son antenne, ce jeudi 25 juin 2015, aux auditeurs de l’émission ‘’Appel Sur l’Actualité’’ de Juan Gommez, avec ce thème évocateur à débattre : « En Guinée, les deux ennemis d’hier sont désormais des alliés politiques. Dans la perspective de la présidentielle, Celou Dalein Diallo, le chef de file de l’opposition vient de se rapprocher de Moussa Dadis Camara, l’ancien chef de la junte. Comprenez-vous cette alliance ? Quelles peuvent être les conséquences politiques ? »

Cette émission à grand succès attire des milliers d’africains pour sa grande audience sur le continent. Sur la page face book officielle de RFI, près de 1000 personnes ont souhaité s’exprimer sur la question, en y postant des commentaires sur le sujet.

Deux tendances se sont affrontées durant toute l’émission. Les partisans de Cellou Dalein Diallo, qui ne rêvent que de voir leur champion accéder au pouvoir politique en Guinée, quelque soit la manière, quitte à enjamber des centaines de cadres de compatriotes pour y accéder. C’est le cas de Mamadou Diallo : « A mon avis, c'est une très bonne alliance pour la réconciliation nationale. Le peuple de Guinée en a vraiment besoin. Cellou a été victime aussi le 28sept, donc ne prenez pas cette alliance comme si c'était un pacte avec le diable. La justice fera son boulot, mais en attendant qu'il ne soit condamné par un tribunal Mr Dadis est libre de faire une alliance avec n'importe quel opposant. »

L’autre groupe d’auditeurs de l’émission qui ne comprend pas cette alliance, estime que le leader de l’UFDG Cellou Dalein Diallo est un assoiffé de pouvoir qui est prêt à pactiser avec le bourreau des militants de l’opposition. « Quand on sait que Dadis était président de la junte militaire qui a massacré plus de 150 militants de l’opposition, essentiellement ceux de l’UFDG, signer une alliance avec dernier relève d’un mépris pour les victimes, leurs familles et les associations qui réclament justice pour faire leur deuil. », s’indigne un auditeur.

Pour Yanick Maestro Tiranké Camara cette alliance est : « Une faute de trop pour Cellou Dalein ou bien pour l’UFDG. Alors, la question que les Guinéens doivent se poser : Est ce que Dalein va demander maintenant la justice de faire la lumière sur les événements du 28 septembre 2009? Cette alliance est vraiment une insulte aux parents des victimes. »

Pour Mamadou, « Cette alliance montre à quel point le président de l’UFDG est obsédé par le pouvoir. Ce n’est pas en faisant une alliance avec les présumés assassins qu’il va remporter l’élection présidentielle »

« Je pense que sur le plan moral, cette alliance laisse à désirer, quand je pense aux évènements du 28 septembre. Mais politiquement, je pense que ce n’est pas une première. Nous nous souvenons de l’alliance entre Henri Konan Bédié et Alassane Ouattara en côte d’Ivoire. Henri Konan Bédié qui, hier avait barré la route à Alassane Ouattara, à cause de l’ivoirité, sont aujourd’hui ensemble. Et quand nous prenons le cas d’Alpha Condé et ceux qui l’ont mis en prison gouvernent aujourd’hui ensemble. Nous constatons aujourd’hui que les proches de Moussa Dadis Camara gouvernent aujourd’hui ensemble. Je pense que politiquement c’est bien joué. » Moralement, enchaîne l’animateur de l’émission, n’oubliez pas que la majorité des victimes du 28 septembre sont des militants de l’UFDG. Pensez-vous que les militants de l’UFDG vont suivre Cellou Dalein Diallo ? « Je suis d’accord avec vous. Je pense qu’il appartiendra aux QG des deux partis politiques de s’organiser pour pouvoir jouer le coup. En ce qui concerne le 28 septembre, je suis heureux d’entendre les deux partis que la justice dira le droit. »

Sadou à Bruxelles, « Honnêtement, je suis très choqué par cette alliance parce que le 28 septembre 2009 j’étais au stade et j’ai vu des gens mourir et aujourd’hui qu’est ce qui choque ? C’est parce que on parle d’une alliance avec Dadis. C’est ça la réalité. Si c’était une alliance entre l’UFDG et un autre parti personne n’allait parler. Mais quelqu’un qui a massacré, il a tué plus de 157 personnes au stade. », Juan Gomez rafraîchit « Dadis n’a pas tué. Il était à la tête du pays. Ce sont effectivement ses militaires qui ont tué. Lui, en tant que tel, n’est inculpé de rien » La réplique de Sadou : « Je m’explique Juan. C’est quoi le problème ? Ce ne sont pas tous les militaires qui ont tué au stade. C’est la garde rapprochée de Dadis qui a tué au stade. Et dadis avait une main mise sur cette garde rapprochée. C’est ce qui me fait dire c’est lui qui est à la base de cette tuerie. Dadis a une très grande responsabilité dans cette affaire. Ça ne date même pas de 2009. En 2007 aussi Dadis avait dit qu’il était sous le pont de 8 novembre avec les bérets rouges qui ont tué cette année. Donc il une très grande responsabilité, et aujourd’hui, faire une alliance avec lui, parce que simplement on veut accéder au pouvoir, je trouve que c’est une insulte aux victimes du 28 septembre 2009. C’est une insulte aux associations. C’est une insulte aux parents des victimes. C’est une insulte aux morts, qui aujourd’hui, dans leurs tombes, je pense sont entrain de se retourner. Politiquement il y a rien. Je vous informe que le RPG est né en Forêt, précisément à N’Zérékoré, et le RPG a toujours gagné les élections qu’elles soient communales, législatives ou autres. Pour moi, il n’y a pas de problème. Parce que Dadis ne pourra pas être plus puissant qu’un Jean Marie Doré. »

Comme on peut le remarquer, cette alliance entre Cellou Dalein Diallo et Dadis Camara, est diversement interprétée par les guinéens, selon les différentes positions politiques.

SACKO Mamadou

 
Toumba Diakité: « Dadis rentre aujourd’hui, le lendemain, nous allons tous rentrer »

2015/6/25

Aujourd'hui en Guinée La candidature de l'ex-chef de la junte guinéenne, Moussa Dadis Camara à la prochaine présidentielle d'octobre, ainsi que son alliance avec le leader de l'UFDG, Celou Dalein Diallo, continue de faire des remous. Toumba Diakité, l'ancien aide de camp de Dadis Camara, actuellement en fuite après lui avoir tiré dessus en 2009, estime que Dadis Camara veut semer la pagaille en Guinée. Il se dit prêt à rentrer en Guinée pour s'expliquer sur son rôle durant les événements de 2009, pour peu que la justice guinéenne lui garantisse la sécurité.

Entre Toumba Diakité et Dadis Camara, il ne saurait être question d'alliance. L'ancien aide de camp n'apprécie pas le retour annoncé de Moussa Dadis Camara sur la scène politique. Pour lui l'ex-chef de la junte ferait mieux d'assumer ses responsabilités pour les crimes commis entre 2009 et 2010, plutôt que de tenter de faire de la politique. « Il rentre avec l’intention de semer la pagaille dans le pays, c’est ça qui m’inquiète moi, je ne comprends pas, affirme Toumba Diakité. Dadis doit se préoccuper des charges morales et juridiques qui pèsent sur lui. Faut pas qu’il vienne semer le trouble, on doit se soucier de la nation, du pays. Ce n’est pas pour encore créer d’autres problèmes. »

Toumba Diakité hausse même le ton à l'idée que Moussa Dadis Camara puisse poser le pied sur le sol guinéen. « Si Dadis rentre aujourd’hui en Guinée, je vous jure, le lendemain, nous tous qui sommes au dehors, nous allons rentrer, menace-t-il. Et à ce moment-là chacun assumera ses propres responsabilités. »

Derrière la forfanterie des propos reste cette question : lui qui est le premier inculpé dans l'affaire du massacre du 28 septembre est-il prêt, plus de cinq ans après les faits, à venir s'expliquer devant la justice guinéenne ?

Toumba Diakité veut donc des garanties de sécurité avant de rentrer en Guinée. Pour l'heure, il est toujours en fuite, recherché par la justice guinéenne et ne donne aucune indication sur l'endroit où il se cache.

RFI

 
UFDG-FPDD : Lettre ouverte à Cellou Dalein Diallo

2015/6/25

Aujourd'hui en Guinée Monsieur le Président de l’UFDG,

Face à l’indignation que suscite votre alliance avec Moussa Dadis Camara, votre ligne de défense et celle de votre parti traduisent un désarroi et un cynisme affligeants.

Votre principal argument de défense est que Dadis n’ayant pas été « inculpé » il est fréquentable.

D’où venaient alors vos certitudes lorsque vous affirmiez sur le plateau de France 24 et les ondes de RFI que Dadis ne « peut pas dire qu’il n’est pas responsable » et « qu’il ne peut pas nous dire qu’il ne contrôle pas sa garde rapprochée et son aide de camp. Ceux-là même qui sont chargés de sa sécurité et qui sont ses hommes de confiance. Je pense qu’ils ne peuvent pas quitter le camp Alpha Yaya, venir au stade, sans son accord » ?

Comment se fait-il qu’aujourd’hui Dadis soit fréquentable alors qu’un mois après le massacre du 28 septembre, vous estimiez que « lorsque ...(Dadis)…, organise un tel carnage, tue d’innocentes personnes, des citoyens de ce pays, avec tous les viols qu’il y a eut, vraiment, je pense que cette personne est disqualifiée pour conduire cette transition… »

Ainsi, dans votre logique, Dadis est disqualifié pour conduire une transition mais paradoxalement il est qualifié pour être président ou partager le pouvoir. A condition, bien entendu, que ce soit avec l’UFDG.

Dites-nous monsieur Cellou Dalein Diallo, si, comme vous le dites, vous pensez qu’il n’est pas possible aujourd’hui de désigner Dadis comme coupable des crimes du 28 septembre, alors qui pensez-vous être désigné comme tel ?

Vous vous érigez en garant de la présomption d’innocence de Dadis quand toutes les organisations de défense de droits de l’Homme épinglent la Guinée pour la lenteur de sa Justice (comme vous l’aviez fait l’année dernière) et exige qu’il « rende des comptes avant de pouvoir briguer la magistrature suprême » (Florent Gell Directeur Afrique de la FIDH le 21 juin dernier).

Vous allez jusqu’à dire qu’en ce qui vous concernent (Dadis et vous-même), il n’y a jamais eut de « problèmes majeurs ». La preuve en est qu’il a compatit au décès de votre mère, il a donné une contribution de vingt millions, il a prêté même son hélicoptère. De plus, il vous a défendu contre le Comité d’audit qui voulait vous épingler pour certaines malversations. Que de gentillesses à votre égard ! Ah j’oubliais, lors du massacre du 28 septembre, ses sbires ne vous ont fêlé que quelques côtes au lieu de vous tuer (comme beaucoup d’autres). Faut-il être ingrat pour ne pas reconnaître tous ces bienfaits ?

En fait, votre égoïsme légendaire prend toute sa dimension avec cette manière de voir les choses et de réduire votre combat politique à votre seule personne !

Ce que vous venez de conclure n’est pas un pacte avec le diable. C’est la juste punition pour ceux qui attendaient quelque chose de vous. Ils continueront à vous défendre par dépit et parce que leur haine de vos adversaires est encore la seule chose qui vous unit. Mais soyez sûr d’une chose : plus personne ne croit en vous désormais. Wa Salam !

Mustapha Sylla

Québec, Canada

 
Libre opinion : Au nom de Cellou Dalein Diallo, par essence et par excellence (Par Bob Sow
)

2015/6/25

Aujourd'hui en Guinée Le président de l’Union des forces démocratiques de Guinée, l’honorable Mamadou Cellou Dalein Diallo, chef de file de l’opposition, ancien ministre, ancien Premier ministre de la République de Guinée, est vénéré par ses militants, disons son ethnie, comme le Messie, mieux encore le Prophète (PSL), pourtant qu’il est l’incarnation du Mal de ce pays, un des responsables du retard de cette nation. Alors qu’il officiait à la Banque centrale, Kassory Fofana l’a cueilli du bar de chez ‘’RUF’’ où il levait particulièrement bien le coude, pour en faire son adjoint à l’Administration de contrôle et de gestion des grands projets (ACGP), service rattaché à la Présidence. A la nomination de Sidya Touré (le koudouny de la Minière) comme Premier ministre en juillet 1996, Kassory Fofana qui était le ‘’petit’’ de Lansana Conté le fera intégrer le gouvernement en qualité de ministre des Télécommunication et de l’Environnement. Fourbe, il fera un premier ‘’taper dos’’ à un autre Cellou Dalein Diallo pour prendre sa place comme ministre de l’Équipement (Transport, Travaux publics, Télécommunications et Environnement). Un Karim Wade avant la lettre, mais toujours avec le soutien de Kassory Fofana à qui il va administrer son deuxième ‘’taper dos’’ par la suite. Rien d’étonnant, car selon une légende assez répandue en Guinée, les gens de sa région brillent par leur trahison. Alors que Kassory Fofana était quelque peu en disgrâce au palais présidentiel (Lansana Conté l’a limogé pour selon lui le protéger des hauts gradés de l’Armée qui ne voyaient d’un bon œil ses reformes en tant que ministre de l’Economie et des finances), Cellou Dalein s’entourera des grâces de la Première dame (Henriette Conté) pour préserver son poste. Pour ce faire, il a joué au ‘’nafigui’’ entre Kadiatou Seth Conté (deuxième femme de Lansana Conté, sa bramousso), Conté et Kassory. Cet épisode fera l’objet d’un autre papier, puant mais qui mérite d’être porté à la connaissance du peuple de Guinée. Dans sa trahison, Cellou Dalein Diallo survivra, et malgré la réticence de Lounsouny François Fall, nommé Premier ministre, il occupera les fonctions de ministre des Transports avant celles de la Pêche d’où, intrigue aidant, il sera parachuté Premier ministre avec l’appui de personnages comme Elhadj Sékouna de Tanènè, Henriette Conté et tous les autres membres de la famille Conté à qui il distribuait allègrement des espèces sonnantes et trébuchantes. Mais la fourberie a un temps, la vérité a également le sien. Alors que le président Conté l’a instruit, suite à ses demandes pressantes, de procéder à un remaniement ministériel en concertation avec Fodé Bangoura, ministre secrétaire général de la Présidence, Cellou n’en tiendra pas compte. A la diffusion du décret et face à la désapprobation nationale, le Président Conté demandera à Fodé Bangoura s’il a travaillé avec Cellou Dalein dans la composition du gouvernement. Réponse négative de ce dernier qui affirme qu’il vient de prendre connaissance du décret à sa diffusion par la RTG (Fodé Bangoura pourra infirmer ou confirmer cette partie). Réunion d’urgence du cabinet présidentiel élargie à Mamadou Sylla, patron de Futurelec et du Patronat guinéen. C’est ce dernier qui propose, comme sanction à Cellou Dalein Diallo, de mettre la mention ‘’faute lourde’’ (Mamadou Sylla pourra infirmer ou confirmer cette partie). Ainsi dit, ainsi fait. Judas Iscariote est ainsi dévoilé et renvoyé chez les siens au grand plaisir de Kassory Fofana et tous ceux-là qu’il a trahis. Durant son magistère comme ministre, Cellou Dalein Diallo a été responsables de ces routes impraticables, du drame de l’UTA dont il était actionnaire principal, du bradage de la compagnie ‘’Air Guinée’’ et des rails, j’en passe et des meilleurs. Jamais haut fonctionnaire de l’Etat guinéen n’a contribué autant à la prédation de l’économie guinéenne. Cet homme, c’est le malheur de la Guinée. Cet homme, c’est celui qui a contribué à mâter ses frères du Foutah pour imposer le PUP de Lansana Conté. Cet homme, c’est celui qui défend Dadis Camara aujourd’hui après avoir hurlé hier qu’il était responsable du massacre de 157 opposants au stade du 28 septembre. Cet homme, dans une région foutanienne majoritaire musulmane, est celui qui se soûle au Whisky avec sa moitié lors de randonnées ivresques, des orgies pour le moins ‘’sodomiennes’’ que ‘’gomorrhiennes’’. Et pourtant, c’est cet homme qui est vénéré comme l’apôtre, le messie qui conduira son peuple vers la terre promise. Un tel aveuglement ne peut que faire peur. En réalité, Cellou Dalein Diallo n’est pas le messie qui devait venir. Il urge donc pour l’UFDG de chercher une autre personne. Car, au nom de Cellou Dalein Diallo, par essence et par excellence, c’est la géhenne assurée.

Bob Sow
Direction nationale du Budget

 
Rencontre Cellou Dalein Diallo-Moussa Dadis Camara : Le Président de l'UFDG engage son Parti

2015/6/23

Aujourd'hui en Guinée Si hier , CDD disait que Dadis était présumé responsable du massacre du 28 septembre 2009, aujourd'hui il affirme mordicus que c'est à la justice de faire son boulot parce qu'il y a une alliance électorale en vue Lisez:

DECLARATIONUne réunion extraordinaire de la Direction nationale de l’UFDG s’est tenue le Lundi 22 Juin 2015. Au cours de cette réunion, le Président du Parti a rendu compte de sa rencontre avec le Président Moussa Dadis Camara, Président du FPDD.

Dans son intervention liminaire, Cellou Dalein Diallo a réaffirmé avec force la solidarité de l’UFDG avec les victimes des évènements du 28 Septembre. Leurs familles exigent la vérité que seule la justice peut révéler. En effet, l’affaire du 28 Septembre ne doit relever que de la justice et d’elle seule. C’est ce que veut l’UFDG. C’est ce que réclame aussi le Président Moussa Dadis Camara. La justice doit s’exercer pour que la Guinée ne souffre plus jamais d’une pareille tragédie.

L’entrée en politique de M. Moussa Dadis Camara est un fait important dans notre pays. Le parti dont il est le président ambitionne de porter l’espérance de notre communauté nationale. C’est pourquoi le FPDD représente un intérêt pour l’UFDG qui compte poursuivre le processus de dialogue et d’élargissement de la concertation avec tous les partis politiques qui veulent une Guinée Unie et Rassemblée dans la démocratie et pour le progrès. C’est dans cette responsabilité que s’inscrit la rencontre du Président de l’UFDG avec le Président du FPDD.

La rencontre s’est déroulée à Ouagadougou le Vendredi 19 de ce mois. Elle a porté sur les problèmes d’ordre politique, économique, social et sécuritaire. Ils ont, tous les deux, déploré tout particulièrement le fait que le débat politique soit tribalisé et le fichier électoral tripatouillé. Ils comptent exiger que les prochaines élections communale et présidentielle soient transparentes et crédibles, seul gage de la paix et de la stabilité du pays. Constatant leur convergence de vues sur l’ensemble des problèmes auxquels notre pays est aujourd’hui confronté, ils ont décidé d’engager leurs deux partis à nouer une alliance politique. Le Président Cellou Dalein a conclu en indiquant l’importance qu’il accorde à cette rencontre avant d’inviter la direction du Parti à prendre, sans délai, des actions en vue de définir avec le FPDD la plateforme d’alliance.

La direction du parti a remercié le Président pour cette communication importante. Elle l’a vivement félicité pour sa courageuse initiative et encouragé à poursuivre la concertation avec tous les acteurs politiques et sociaux qui veulent d’un nouveau régime soucieux de la cohésion nationale et du bonheur de l’ensemble des guinéens.

La Direction Nationale de l’UFDG

 
Au cœur du changement : Le bilan Infrastructurel du Président Alpha Condé

2015/6/23

Aujourd'hui en Guinée Dans le bilan qu'il sera bientôt appelé à présenter au peuple de Guinée, au bout de son premier quinquennat, les logements et les infrastructures routières notamment occupent une place de choix dans les réalisations du président Alpha Condé. Des projets gigantesques qui ont été entrepris sous son magister et bien d'autres en cours de réalisation constituent un motif de fierté nationale.

Du réaménagement du 2×3 voies du tronçon Tombo Moussoudougou, au prolongement de l'autoroute 2×2 voies Matoto-Enta-Dabompa jusqu'au km 36 et la connexion entre cette route et la voie expresse à travers des transversales de Enta-Sonfonia 2×1 voie sur 2,6 km au nord et au sud sur 2 km jusqu'au bitumage des voiries de certaines villes de l'intérieur du pays notamment à: Faranah, Kissidougou, Dabola, Mamou, Kouroussa, Siguiri, Mandiana, N'Zérékoré, Kérouané et Dinguiraye, Coyah, Gaoual, Koudara entre autres pour un linéaire total cumulé de plus de 150 Km.

A cela, s'ajoutent les travaux entrepris sur la nationale Mamou-Dabola, Guéckédou- Macenta, Kankan-Kissidougou, Kankan-Mandiana et Labé-Madina-Gounas…
Sur cette liste, citons les travaux de construction du siège du Ministère de la Justice Garde des Sceaux, de la Direction Nationale du Trésor, du siège de département de l'enseignement pré-universitaire, du siège de la Comptabilité publique et de la Banque de dépôt, de 50 Collèges Ruraux, fruit de la coopération avec le Fonds Saoudien, l'achèvement des Infrastructures Militaires…

Dans le cadre de la célébration annuelle des fêtes d'indépendance dans le pays profond, ont été réalisés, aussi, de grands travaux de construction de la Mairie de N'N'Zérékoré, du Bloc Administratif du Gouvernorat de Boké. D'autres grands travaux ont eu lieu dans la région de Mamou. Bien d'autres sont en cours dans les préfectures de Kankan, Kouroussa, Mandiana, Siguiri et Faranah où la cité du Niger est en train d'être rénovée.

Sans compter les travaux de construction du centre Mères et Enfants à Coronthie, des voiries des réseaux d'assainissement, d'électrification, d'adduction d'eau, d'aménagements des sites de BICC, de la Gendarmerie de Sonfonia, de l'armée de mer.D'autres gros ouvrages comme le pont sur bras de mer reliant le quartier de la Minière à Taouyah entrent dans le bilan du président Alpha Condé.
Au niveau des infrastructures scolaires, les 5 098 salles de classe qui ont été construites entre 2011 et 2014 contre1204 entre 2000 et 2010,un acquis considérable. Dans ce mêmeregistre, 400 salles de classe ont été réhabilitées et six (6) Directions Préfectorales/Communales de l'Education, construites (Matoto, Kindia, Boffa, Mamou, Beyla, Siguiri). De même six (6) Directions Préfectorales/Communales de l'Education sont en cours de réalisation (Pita, Kankan, Macenta, Kérouané, Kaloum, Kouroussa )

Ce qui a contribué à porter le taux d'inscription au primaire qui est passé de 82% en 2010 à 88% en 2014 et le Taux brut de scolarisation qui est passé de 78% en 2010 à 86% en 2014 tout comme le taux de scolarisation de la jeune fille est passé de 70% en 2010 à 76% en 2014

Pour les infrastructures industrielles, l'on note que les deux nouvelles usines de farine implantées en 2013 contre une (01) usine (GMG) sous la 2ème République, les trois usines de ciment construites courant 2013-2014 contre une (01) cimenterie (Ciments de Guinée) sous la 2ème République, les dixneuf entreprises industrielles privatisées en arrêt d'activité retournées dans le portefeuille de l'Etat et les trente-six (36) entreprises d'ensachage d'eau de table créées contre une (01) usine (Eau de Coyah) sous la 2ème République.
Il convient de citer, aussi, trois (03) usines de gaz implantées contre deux (02) sous la 2ème République, les trois (03) usines de bonbon créées contre une (01) usine (AMACIF) sous la 2ème République, quatre (04) usines de tôles créées en 2013-2014 contre trois (03) sous la 2ème République, quatre (04) usines de Savon créées contre une (01) usine, (la savonnerie Alpha sous la 2ème République et cinq (05) usines de fer à béton installées contre une (01) usine (SODEFA) sous la 2ème République.A cette liste ajoutons deux (02) nouvelles huileries installées contre une (01) usine de production d'huile végétale, (Huilerie Sincéry de Dabola)

Sous le régime d'Alpha Condé on note également la rénovation de plusieurs centres de formation professionnelle :Bordo Kankan (Pas de travaux depuis 1968), ENSAC, Donka, CEPERTAM, Ratoma, Lambanyi, Matoto, ENAE KOBA, ENAE TOLO, le bouclage du Financement de 6 écoles professionnelles avec le Fond saoudien et la BID. Démarrage des travaux en 2015 (depuis 1983, la Guinée n'a plus construit de Centre de formation dédié au génie) et les équipements d'une salle informatique au CNPG avec 30 unités
Egalement la signature d'un partenariat avec l'ONG Suisse ASF (Apprentissage Sans Frontières) avec la mise à disposition de 25 ordinateurs à l'ENPT, 25 ordinateurs à l'ENAM et 10 ordinateurs à l'ENSAC.

La vitrine des infrastructures durant le premier quinquennat du professeur Alpha Condé reste indubitablement la Cité Plazza Diamon sur le plateau de Kipé qui draine assez de curieux et qui soulage ceux qui aiment la Guinée. Et que dire les bluezone, véritables termitières et lieu d'épanouissement de la jeunesse Guinéenne. Des actes qui se passent de commentaires

Pour donner plus de visibilité aux œuvres réalisées par Professeur Alpha Condé, le mouvement Alpha 15 vous propose chaque semaine des articles fouillés avec des informations précises et détaillées sur les acquis.

Source : Le MouvementAlpha 15

 
Guinée: Pourquoi le retour de Moussa Dadis Camara facilitera t-il son audition voire son inculpation ?

2015/6/23

Aujourd'hui en Guinée Depuis quelques jours, les guinéens assistent pantois, à toute une série de tintamarres sur le retour de Moussa Dadis Camara en Guinée pour être candidat à l’élection présidentielle prévue pour le 11 octobre 2015. Cette information serait passée inaperçue si elle concernait pas l’ex-chef de la junte militaire qui s’est emparée du pouvoir suite au décès du Général Lansana Conté, le 22 décembre 2008, et sous le magistère du quel l’un des plus graves crimes politiques que la Guinée n’ait jamais connu a été commis : Le massacre du 28 septembre 2009.

C’est dans ce stade au stade, où les forces de l’ordre notamment des bérets rouges de la garde présidentielle de Moussa Dadis Camara ont tué plus de 150 militants de l’opposition, et brutalement violé des dizaines de femmes. Leur tort a été de répondre tout simplement à l’appel des leaders de l’opposition pour dénoncer et empêcher la candidature de capitaine Moussa Dadis Camara à la future élection présidentielle.

Dans les conditions normales, il n’est interdit à aucun citoyen guinéen, jouissant de la plénitude de ses droits civiques de rentrer chez lui et se porter candidat à un scrutin fut-il présidentiel. Mais ce retour, programmé pour le 25 juin prochain, va-t-il accélérer le dossier du 28 septembre ? Quand on sait qu’il est l’un des acteurs présumés responsables d’un massacre aussi odieux que celui commis le 28 septembre 2009, pour beaucoup de Guinéens surtout l’association des victimes, c’est l’occasion rêvée.

Même si en 2014 Moussa Dadis Camara a été auditionné par le pole des juges burkinabés, il faut dire que ses partisans, qui le poussent à rentrer et se porter candidat à la présidentielle, ignorent certainement ce qui attend l’enfant de Koulé à Conakry : audition voire inculpation par la justice dans ce dossier dont lui seul, jusqu’à preuve du contraire, est responsable moral en tant que Président du CNDD au moment des faits.

Selon Human Rights Watch, les enquêtes criminelles indépendantes visant à identifier et à poursuivre les responsables, y compris les personnes impliquées par le principe de commandement, visent principalement le capitaine Moussa Dadis Camara, président du CNDD. « Alors que l'on pensait que Camara ne se trouvait pas au stade le 28 septembre, il a essayé d'empêcher la manifestation de l’opposition d'avoir lieu. Tous les témoignages ont indiqué que les meurtres ont été exécutés par des membres de la Garde présidentielle, dont Camara est en fin de compte le commandant, et que l'officier commandant les Bérets rouges dans le stade était le lieutenant Abubakar Diakité, dit « Toumba », l'aide de camp personnel de Camara qui est également à la tête de sa protection rapprochée. Les preuves laissent penser que la Garde présidentielle s'est rendue au stade après avoir quitté le camp militaire Alpha Yaya Diallo où Camara est basé… », précise l’organisation de défense des droits de l’homme.

A l’occasion de son retour en Guinée lors du décès de mère, la FIDH après avoir exprimé sa préoccupation quant à l’avancement de l’instruction en cours, avait déclaré le 12 avril 2013 : « Si Moussa Dadis Camara n’a pas été mis en cause formellement par la justice guinéenne à ce jour, la Commission d’enquête internationale sur la Guinée avait estimé, dans son rapport rendu en décembre 2009, qu’il « existe des raisons suffisantes de présumer une responsabilité pénale directe du Président Moussa Dadis Camara, voire une responsabilité de commandement, pour les faits qui se sont produits dans le contexte de l’attaque et les jours suivants. »

Aujourd’hui, si des leaders politiques guinéens, pour des raisons électoralistes courtisent et font le pèlerinage à Ouagadougou dans le but de séduire l’électorat de la Guinée forestière, région natale de Moussa Dadis Camara, c’est qu’ils foulent aux pieds leur responsabilité politique et infligent ainsi une gifle aux 150 morts et aux parents de ces victimes du stade.

Nous y reviendrons

SACKO Mamadou

 
Palais du peuple: La synergie Alpha 2015 se mobilise pour la réélection d'Alpha Condé

2015/6/22

Aujourd'hui en Guinée C'est dans la salle du palais du peuple, le mercredi 17 juin 2015 que la cérémonie de baptême du feu pour le soutien au RPG arc-en-ciel a été officiellement lancé au tour de la thématique la ' synergie Alpha15''. Cet événement marque le début des activités du parti pour la réélection du Président. Cette rencontre a permit de rassembler tous les ténors du Parti : le président de la Synergie Alpha 2015 Mr Saa Kamano, le ministre de la communication Makanera Kakè Alhouseine et d'autres personnalités.

Le président de ce mouvement Mr Kamano a dans son allocution remercier tout le monde d'avoir effectué un grand déplacement pour venir contribuer à ce baptême de feu de la grande fête du soutient au président du grand parti de la république de Guinée le RPG arc-en-ciel. Selon lui, ce mouvement à pour objectif de permettre au président de la république Alpha de briqué un deuxième mandant à la tête de l'Etat prévu pour le 11 octobre prochain mais également faire adhérer les gens au parti.

« Alpha 15 est né dans la détermination pour accompagner successivement le parti RPG arc-en-ciel mais aussi par un jeune capitaine d'industrie de la Guinée pour qui, aucun sacrifice n'est de trop pour la Guinée et qui croit au programme de société et les ambitions de Monsieur le président de la république de Guinée. Je voudrais parler du non de Monsieur KPC le PDG de Guicopress. Pour partager sa conviction, il a fait appel aux jeunes de toutes ethnies confondues, des jeunes des partis politiques, des femmes, des vieux, des operateurs économiques aux quelles le président Alpha Condé a dédié personnellement son mandat ».A t-il affirmer.

« Ce jour solennel marque le début des activités de ce mouvement mais également la rentrée officielle de la synergie Alpha 15 sur le terrain pour permettre au président le Pr Alpha Condé d'être élu président le 11 octobre prochain. L'unique objectif de la synergie Alpha 15 est la réélection du Président Alpha Condé par la majorité écrasante dès le premier tour. La synergie Alpha 15 a tendu la main et continue à tendre la main aux indécis et aux dubitatifs pour leur mobilisation pour la bonne cause » ajoute t-il, avant de dire ceci : « Nous allons procéder à l'installation des antennes régionales, préfectorales, communales à Conakry et à l'extérieur du pays »,

Pour le ministre de la communication, Alhouseine Makenera Kaké «. Aujourd'hui, Alpha Condé est au pouvoir, il a posé des actes élogieux et éloquents comme le disait mon petit frère et ce n'est pas ceux qui ont fait plus de vingt ans et n'ont pas pu faire ce qu'il a fait pendant quatre ans qui peuvent être président à sa place. Si on est d'accord pour la démocratie, d'accord pour le développement, mais on n'est pas d'accord de remplacer l'or par le fer. Je voudrais avec la permission de tous ceux qui sont là déclaré solennellement l'existence de la synergie Alpha 15 et je crois cette synergie va constituer aujourd'hui la roue motrice qui va drainer tous les wagons du changement. Je remercie KPC pour son soutien à la réélection du Pr Alpha Condé »

Aboubacar 2 Sylla

 
Cellou Dalein Diallo et Dadis Camara : Tout est pardonné ! (Par Thierno Sadou Baldé)

2015/6/21

Aujourd'hui en Guinée Le 28 octobre 2009, sur le Plateau de France 24, Cellou Dalein Diallo répond à une journaliste l’interrogeant sur le massacre du stade du 28 septembre dans les termes suivants : « F24 : …..Le capitaine Dadis dit qu’il n’est pas responsable…. :

CDD : Non, non. Ça, c’est pas défendable, madame ! Le capitaine Dadis peut nous dire qu’il ne contrôle pas toute l’armée. Ça peut être acceptable. Mais il ne peut pas nous dire qu’il ne contrôle pas sa garde rapprochée et son aide de camp. Ceux-là même qui sont chargés de sa sécurité et qui sont ses hommes de confiance. Je pense qu’ils ne peuvent pas quitter le camp Alpha Yaya, venir au stade, sans son accord…

F24 : …Vous maintenant, vous maintenez comme préalable la démission de Dadis Camara ?

CDD : Madame, lorsque le Chef de l’Etat (Dadis)…, organise un tel carnage, tue d’innocentes personnes, des citoyens de ce pays, avec tous les viols qu’il y a eut, vraiment, je pense que cette personne est disqualifiée pour conduire cette transition… »

Ça, c’était Cellou Dalein Diallo, un mois, jour pour jour, après les événements du 28 septembre, il y a cinq ans.

C’est ce même Cellou Dalein Diallo qui a personnellement touché deux milliards de francs guinéens pour le remboursement de quelques vitres cassées et meubles renversés chez lui ce 28 septembre 2009 sans qu’une seule victime réelle du 28 septembre (tuée, violée ou blessée) n’en touche un centime. C’est toujours ce même Cellou qui le 28 septembre 2014 (date commémorative du massacre) déclarait : « … je salue la mémoire de tous ceux qui étaient là le 28 Septembre, prie pour le repos des morts et exprime ma compassion pour ceux qui sont encore dans la souffrance. Je me permettrais d’y ajouter ma voix personnelle puisque moi-même j’ai été victime de cette barbarie, pour dire que je n’oublierais pas …. Mais cinq ans sont passés. Cinq ans d’impunité. Cinq longues et lancinantes années dans lesquelles s’étale l’intolérable incapacité de notre administration judiciaire. Alors que les victimes attendent, impuissantes, que cette douloureuse page de notre histoire soit enfin lue ».

Il a suffit que Dadis se déclare candidat pour que Cellou Dalein Diallo se précipite chez lui pour préparer une alliance avec celui qu’il qualifiait « d’organisateur » du carnage du 28 septembre. Massacre au cours duquel des centaines de guinéens ont trouvé la mort et parmi lesquels une majorité de militants de l’UFDG.

Mais quel est donc cet homme ? Jusqu’où est-il capable d’aller pour accéder au pouvoir ?

Et il se trouvera encore de ses militants pour défendre cela. Où sont les Thierno Madjou Sow, président de l’Organisation Guinéenne de défense de l’UFDG ? Thierno Monenembo, grand écrivain-défenseur des « opprimés » ? Quelle acrobatie intellectuelle vont-ils encore inventer pour justifier la démarche de leur idole ?

Il paraît que les peuples ont les gouvernants qu’ils méritent. Est-ce un hasard si plusieurs cadres de l’UFDG commencent à remettre en question le leadership de Cellou Dalein Diallo ? Une chose est certaine, les victimes du 28 septembre méritent mieux que le mépris dont il fait preuve à l’égard de leur mémoire.

Mais dites-nous monsieur Cellou Dalein Diallo, que direz-vous au juge lorsqu’il vous demandera de témoigner à charge contre Dadis Camara ? Si ce procès venait à voir le jour avant le 11 octobre 2015 (date prévue pour les élections présidentielles), nul doute que Cellou Dalein Diallo témoignera à décharge contre Dadis Camara, ‘’le héros qui a envoyé Toumba Diakité les faire sortir vivants du stade’’. Evidemment, si le procès a lieu après les élections, Cellou Dalein Diallo se fera un plaisir d’enfoncer celui qu’il qualifiait naguère de ‘’dictateur’’. D’une manière ou d’une autre, Dadis Camara sera le dindon de cette farce qualifiée d’alliance. S’il (Dadis) persiste dans la voie de cette alliance avec Cellou Dalein Diallo, il risque de se retrouver dans la même situation que Sidya Touré lors du deuxième tour de la présidentielle de 2010. Ce dernier, l’on se rappelle, avait perdu sa base à cause de son choix de rejoindre Cellou Dalein Diallo. Déjà, des voix s’élèvent en Forêt pour dénoncer cette velléité de rapprochement entre Dadis et Cellou. « Si Dadis veut aller avec ceux qui veulent l’amener sur l’échafaud, qu’il y aille, nous, nous ne le suivront pas », témoignage d’un jeune après le meeting de la Coordination de la jeunesse forestière à Lambanyi le samedi 20 juin 2010. Sentiment partagé par la plupart des supporters de Dadis. Le même phénomène se produit d’ailleurs chez les partisans de Cellou Dalein Diallo qui, même si c’est en sourdine pour le moment, condamnent cette velléité d’alliance avec Dadis. En attendant que Bah Oury ne rue dans les brancards et demande la destitution pure et simple de Cellou Dalein.

Hier considéré par Cellou comme le Diable, Ba'al adh-Dhubāb (Belzébuth) ou encore Lucifer, Dadis est devenu subitement un ange, le messie qui permettra à l’UFDG d’avoir les voix de la Forêt au deuxième tour (s’il y en a) de la présidentielle. Quelle hypocrisie, quelle félonie ! Enfin, tout est pardonné. Même ce qui était supposé impardonnable. Mais attention : « moi-même j’ai été victime de cette barbarie, pour dire que je n’oublierais pas… ». A-t-il déjà oublié ? Telle est la question que l’on devrait poser aujourd’hui à l’honorable Elhadj Mamadou Cellou Dalein Diallo, député à l’Assemblée nationale, chef de file de l’opposition et grand défenseur aujourd’hui de Dadis devant l’Eternel.

Thierno Sadou Baldé

 
Présidentielles du 11 octobre 2015: Cellou Dalein Diallo signe une alliance avec Moussa Dadis Camara!

2015/6/21

Aujourd'hui en Guinée Les présidents du FPDD Moussa Dadis CAMARA et de l’UFDG Cellou Dalein DIALLO, se sont entretenus à Ouagadougou, au Burkina Faso, ce vendredi 19 Juin 2015.

Les deux leaders ont passé en revu les problèmes d’ordre politique, économique, social et sécuritaire auxquels la Guinée est actuellement confrontée.

Les deux hommes ont déploré le fait de tribaliser le débat politique et de tripatouiller le fichier électoral.

Ils ont, ensemble, décidé d’exiger que les prochaines élections communale et présidentielle soient crédibles et transparentes. Gage de paix et de stabilité pour la Guinée.

Les deux leaders politiques, après avoir constaté leur convergence de vue sur l’ensemble des sujets, ont décidé d’engager leurs deux partis à nouer une alliance politique.

Ouagadougou, le 19 Juin 2015

Signé

Pour le FPDD : Moussa Dadis CAMARA


Pour l’UFDG : Cellou Dalein DIALLO

 
Présidence Guinéenne
Dr Mohamed Diané, véritable garde rapproché d’Alpha Condé
Soumah Alsény
Alsény SOUMAH: L’Ambassadeur de l’art culinaire guinéen aux USA
Dépêches
L'UA/Nord-Mali
TV Aujourd'hui-en-guinée

cliquez sur la photo pour ouvrir la video

Voir les autres articles >>>
Assemblée générale du fonds et de banque mondiale
Les activités du Pr Alpha Condé
TV Aujourd'hui-en-guinée  ::  Présidence Guinéenne  ::  Audios  ::  L'UA/Nord-Mali  ::  Libres Propos  ::  Soutenez Aujourd'hui en Guinée  ::  Albums Photos  ::  Contact  ::  Abonnez-vous  ::  Email  ::  Partenaires  ::  


Privé - Espace Clients  Hotline  

© Rosawebpro   |    Privé - Espace Clients