Bannière


 
Forum Maroc-Guinée
Discours intégral de Mohamed DIARE

Partenaires

Africatime

Africvisionguinée

Akhadan

Conakrylive

Ecoutez Sabari FM 97.3 en direct

Guinée7

L'Express Guinée

Le Diplomate

Les amazones

Mediaguinee

www.Guineematin.com

25 visiteurs connectés

25 Octobre 2014 - 8h44


 RECHERCHER 

Ministère de Justice: L'intégralité du décret de nomination des Magistrats

2014/10/24

Aujourd'hui en Guinée
DECRET D/2014/ 219 /PRG/SGG
PORTANT NOMINATION DE MAGISTRATS
LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE
Vu la Constitution
Vu la Loi L198/014/AN du 16 juin 1998 portant réorganisation de la Justice en République de GUINEE ;

Vu la Loi/2001/029/AN du 31 Décembre 2001 portant Principes Fondamentaux de Création, d’Organisation et de Contrôle des Structures des Services Publics ;

Vu la Loi Organique N° L/2013/054/CNT du 17 mai 2013 portant Statut des Magistrats ;

Vu la Loi Organique N° L/2013/055/CNT du 17 mai 2013, portant modification de la loi organique L/91/010 du 23 décembre 1991, portant organisation, fonctionnement et autres compétences du Conseil Supérieur de la Magistrature ;

Vu le Décret N° D/2011/096/PRG/SGG portant attributions et organisation du Ministère de la Justice ;

Vu le décret n° D/2014/020/PRG/SGG du 18 janvier 2014 portant structure du gouvernement ;

Vu le décret N°D/2014/021/PRG/SGG du 20 janvier 2014 portant nomination des membres du Gouvernement ;

Vu le décret N° D/2013/152/PRG/SGG du 1er octobre 2013 fixant les règles de fonctionnement du Conseil Supérieur de la Magistrature

Vu le décret d’application du 24/06/2014 de la Loi organique sur le statut particulier des magistrats,

- Vu l’avis conforme du Conseil Supérieur de la Magistrature,

DECRETE

Les cadres dont les noms suivent sont nommés dans les fonctions ci-après :

I – ADMINISTRATION CENTRALE

Secrétaire général :

M. Moussa KOUROUMA, N° matricule 144976M, confirmé

Chef de cabinet :

M. Mohamed Koly CAMARA, N° matricule 274906X, confirmé

Conseiller technique chargé de la justice de proximité et évènementielle :

Mme Mariama Souadou DIALLO, N° matricule 150127V, confirmée

Conseiller technique chargé des relations avec les institutions :

M. Abdoulaye Bademba BARRY, N° 185785J, confirmé

Conseiller technique chargé des normes, lois et règlements :

M. Lamine KABA, juriste, précédemment conseiller au ministère de la sécurité

Conseiller, chargé de mission :

M. Alpha Tanoudy CAMARA, N° matricule 154021A, confirmé

Attaché de cabinet, chargé de la Communication Judiciaire :

Mr Ibrahima BEAVOGUI, N° matricule 155552M, confirmé

Secrétaire exécutif de la réforme de la justice :


M. Hassan II DIALLO, N° matricule 162344E confirmé


Directeur National des Affaires Criminelles et des Grâces :

M. Mamadouba KEITA, N° matricule 167592A, précédemment directeur national adjoint de l’accès au droit et à la justice

Directeur National Adjoint des Affaires Criminelles et des Grâces :

M. Alsény SOUMAH, N° matricule 147086A, précédemment directeur national adjoint des affaires civiles et du Sceau

Directeur National des Affaires Civiles et du Sceau :

M. Alpha Saliou BARRY, N° matricule 188244Z, confirmé

Directeur National Adjoint des Affaires Civiles et du Sceau :

M. Mohamed SYLLA, N° matricule 168704K, précédemment directeur adjoint du service national des infrastructures judiciaires et pénitentiaires

Directeur National de l’Administration Pénitentiaire :

M. André Saféla LENO, N° matricule 167893X, précédemment directeur adjoint du centre de formation et de documentation judiciaire

Directeur National Adjoint de l’Administration Pénitentiaire :

M. Aliou BARRY, juriste, spécialiste de l’administration pénitentiaire et actuellement président de la commission « Prisons » créée par le ministère de la justice

Directeur National de l’Accès au Droit et à la Justice :

Mme Aïssatou Forêt DIALLO, N° matricule 146487A, confirmée

Directeur National Adjoint de l’Accès au Droit et à la Justice :

M. Charles Victor MACKA, N° matricule 155796E précédemment président de chambre à la cour d’appel de Conakry

Directeur National du Service National des Infrastructures Judiciaires et Pénitentiaires :

M. Ousmane KEITA, N° matricule 141753B, précédemment détaché auprès du Conseil National de la Communication

Directeur National Adjoint du Service National des Infrastructures Judiciaires et Pénitentiaires :

M. Marcel KOLOMOU, précédemment directeur du service national des infrastructures judiciaires et pénitentiaires

Structures rattachées :

Président de la Chambre d’arbitrage :

Mme Halimatou DIALLO, N° matricule 191519S, confirmée

Directeur du Centre de Formation et de Documentation Judiciaire :

M. Antoine TRAORE, N° matricule 137953W, précédemment inspecteur à l’inspection générale des services judiciaires

Directeur Adjoint du Centre de Formation et de Documentation Judiciaire :

M. Alpha Seny CAMARA, N° matricule 161720P, précédemment Procureur Général par interim près la cour d’appel de Kankan

II – INSPECTION GENERALE DES SERVICES JUDICIAIRES

Inspecteur Général des Services Judiciaires :

M. Mamadou Dian SOUARE, N° matricule 142489Z, confirmé

Inspecteur Général Adjoint des Services Judiciaires :

M. Seny CAMARA, N° matricule 149364E, précédemment président du tribunal du travail

Inspecteurs des Services Judiciaires :

M. Naby Youssouf SYLLA, N° matricule 114217T, précédemment directeur national de l’administration pénitentiaire

M. N’Fa Ousmane TOURE, N° matricule 187312S, précédemment président de chambre à la cour d’appel de Conakry

M. Alpha Mamadou THIAM, N° matricule 175370S, précédemment conseiller à la cour d’appel de Conakry

M. Hamadi SECK, N° matricule 151597M, précédemment premier président de la cour d’appel de Kankan

Mme M’mah SOUMAH, N° matricule 152191T, précédemment présidente du tribunal de première instance de Dixinn

III – COUR D’APPEL DE CONAKRY

SIEGE

Premier Président :

M. Seydou KEITA, N° matricule 175356W, précédemment président du tribunal de première instance de Kindia

Président de la chambre d’accusation :

M. Maurice Moriba KAMANO, N° matricule 154033H, précédemment juge d’instruction au tribunal de première instance de Mafanco

Présidents (es) de Chambre :

1. M Kéléfa SALL, N° matricule 178520R, confirmé

2. M Fodé BANGOURA, N° matricule 176945E, confirmé

3. Mme Kadiatou TRAORE, N° matricule 150124G, précédemment présidente du tribunal de première instance de Kaloum

4. Mme Djenabou DIALLO, N° matricule 150093H, précédemment présidente du tribunal de première instance de Mafanco

5. M. Ibrahima Sory DIALLO, N° matricule 196964W, précédemment président du tribunal pour enfants

Conseillers (ères)

Mme Saffy CISSE, N° matricule 150126A, confirmée

Mme Mariama BALDE, N° matricule 156847L, confirmée

Mme Rouguiatou BARRY, N° matricule 175362F, confirmée

Mme Aïssatou Poréko DIALLO, N° matricule 146841B, précédemment directrice adjointe de la direction nationale de l’administration pénitentiaire

Mme Hawa Daraud KOUROUMA, N° matricule 164698J, confirmée

Mme Lalla KEITA, N° matricule 164728L, confirmée

M. Zaoro Zouty BEAVOGUI, N° matricule 188167N, précédemment président de section au tribunal de première instance de Kaloum

Mme Aïssatou DIALLO, N° matricule 141380Z, confirmée

Mme Mariama CAMARA, N° matricule 115019D, confirmée

Mme Néné Ousmane DIALLO, N° matricule 154029T, confirmée

Mme Fanta Toya CONDE, N° matricule 170131K, confirmée

Mme Adama SYLLA, N° matricule 175408K, confirmée


Mme Hawa SOUMAH, N° matricule 164734A, confirmée

M. Maninké SOUMAH, N° matricule 168696M, confirmé

M. Bangaly CONDE, N° matricule 163490A, confirmé

Mme Fatoumata DRAME, N° matricule 180069W, confirmée

Mme Idiatou BARRY, N° matricule 164688C, précédemment inspecteur des services judiciaires

Mme Aïssatou KALISSA, N° matricule 159425S, précédemment inspecteur des services judiciaires

Mme Dialikatou FOFANA, N° matricule 205276M, précédemment inspecteur des services judiciaires

Mme Maïmouna DAAF, N° matricule 159427G, précédemment inspecteur des services judiciaires

Mme Adama Hawa DIALLO, N° matricule 162428X, précédemment inspecteur des services judiciaires

M. Lounceny KEITA, N° matricule 147085K, précédemment conseiller à la cour d’appel de Kankan

M. Etienne KAMANO, N° matricule 164693M, précédemment inspecteur des services judiciaires

Mme Lamarana DIALLO, N° matricule 199267S, précédemment inspecteur des services judiciaires

M. Boubacar BAH , N° matricule 176947P, précédemment inspecteur des services judiciaires

M. Souleymane Diari DIALLO, N° matricule 152663T, précédemment juge d’instruction au tribunal de première instance de Mafanco

PARQUET GENERAL

Procureur Général :

M. Moundjour CHERIF, N° matricule 177259V, précédemment Procureur de la République près le tribunal de première instance de Mafanco

Avocats Généraux :

M. Baïla DIALLO, N° matricule 117070Y, précédemment Procureur de la République près le tribunal de première instance de Mamou

M. Yaya Kaïraba KABA, N° matricule 170079B, précédemment président de chambre à la cour d’appel de Conakry

M. Aboubacar SYLLA, N° matricule 156842C, précédemment Procureur de la République près le tribunal de première instance de Dixinn

M. Amara DOUKOURE, N° matricule 155797S, confirmé

Substituts Généraux :

M. Aboubacar CAMARA, N° matricule 151453P, précédemment Procureur général près la cour d’appel de Kankan

M. Thidiane HAIDARA, N° matricule 164693Y, précédemment Procureur de la République près le tribunal de première instance de Faranah

Mme Néné Hawa DIALLO, N° matricule 187273B, confirmée

M. Fansou DANSOKO, N° matricule 161976A, précédemment avocat général près la cour d’appel de Kankan

M. Alhassane BALDE, N° matricule 166646T, confirmé

IV – COUR D’APPEL KANKAN

SIEGE

Premier Président :

M. Mohamed Saïd DIOP, N° matricule 189650G, précédemment conseiller à la cour d’appel de Conakry

Présidents (es) de Chambre :

M. Norbert Saa TOLNO, N° matricule 158391R, précédemment conseiller dans la même juridiction

M. Issiaga BANGOURA, N° matricule 156594F, précédemment juge de paix de Tougué

Conseillers (ères)

M. Mohamed Lamine CAMARA, N° matricule 189393R, précédemment juge de paix de Gaoual

M. Samba SIDIBE, N° matricule 167891M, confirmé


M. Abdoul Gadiri BALDE, N° matricule 162562F, précédemment juge de paix de Mali

M. Eugène Tamba TINKIANO, N° matricule 171719H, confirmé

PARQUET GENERAL

Procureur Général :

M. William FERNANDEZ, N° matricule 168003V, précédemment avocat général près la cour d’appel de Conakry

Avocats Généraux :

M. Kaman GUILAVOGUI, N° matricule 161353M, précédemment juge de paix de Beyla

M. Ismaël BARRY, N° matricule 172035V, confirmé

M. Mamadi TRAORE, N° matricule 160477H, précédemment juge au tribunal de première instance de Labé

Substituts Généraux :

M. Mory DIALLO, N° matricule 178172D, confirmé

M. Ansoumane SANGARE, N° matricule 161054J, précédemment non posté

M. Amadou Oury DIALLO, N° matricule 229597R, précédemment juge au tribunal de première instance de Faranah

V – TRIBUNAL DE PREMIERE INSTANCE DE KALOUM

Président :

M. Fodé KANTE, N° matricule 178983G, précédemment président de section au tribunal de première instance de Dixinn

Présidents (es) de Section :

M. Mohamed Cherif SOW, N° matricule 159385S, confirmé

M. Ibrahima CAMARA, N° matricule 106654W, confirmé

Mme Kadiatou BAH, N° matricule 167892N, précédemment juge d’instruction de la justice de paix de Télimélé

M. Ibrahima Sory 1 TOUNKARA, N° matricule 229600J, précédemment juge de la même juridiction

Juges

M. Pierre LAMAH, N° matricule 267301P, confirmé

M. Alhassane Mabinty CAMARA, N° matricule 229613A, confirmé

M. Amadou Saïkou BARRY, N° matricule 229599E confirmé

M. Ousmane SYLLA, N° matricule 267342A, confirmé

M. Sinéta DIARASSOUBA, N° matricule 267329E, confirmé

Mme Oléano Madelaine GROVOGUI, N° matricule 197548P, précédemment juge de paix de Boffa

Doyen des Juges d’Instruction

M. Djeila BARRY, N° matricule267498Y, confirmé

Juges d’instruction

M. Ousmane COUMBASSA, N° matricule 139438Z, confirmé

M. Abdoul Mazid BARRY, N° matricule 178521E, confirmé

M. Zaoro KOLOMOU, N° matricule 211721F, confirmé

M. Abdourahamane 2 DIALLO, N° matricule 267303J, confirmé

M. Ousmane BANGOURA, N° matricule 229616E, précédemment juge d’instruction au tribunal de première instance de Mafanco

Procureur de la République :

M. Almamy CONTE, N° matricule 155932M, précédemment avocat général près la cour d’appel de Conakry

Substituts du Procureur de la République :

M. Algassimou DIALLO, N° matricule 229607X, confirmé

M. Fallou DOUMBOUYA, N° matricule 229604L, confirmé

M. Abdoulaye KPOGONOU, N° matricule 267341L, confirmé

M. Mamadou Dian Bora DIALLO, N° matricule 229595H, confirmé

M. Lansana SANGARE, N° matricule 178171J, précédemment juge de paix à Kouroussa

VI – TRIBUNAL DE PREMIERE INSTANCE DE MAFANCO

Président :

Mme Djenabou Donghol DIALLO, N° matricule 175351L, précédemment conseillère de la cour d’appel de Conakry

Présidents (es) de Section :

Mme Oumou Hawa DOUKOURE, N° matricule 199241E, confirmée

Mme Fatou BANGOURA, N° matricule 171166E, confirmée

M. Ibrahima Sory 2 TOUNKARA, N° matricule 229606G, précédemment juge du siège de la même juridiction

Mme. Tiguidanké DIALLO, N° matricule 163491J, précédemment juge d’instruction au tribunal de première instance de Dixinn

Juges

M. Mohamed KABA, N° matricule 267314H, confirmé

M. Gbamou KPOULOMOU, matricule 267326C, confirmé

Mme Makoya CAMARA, N° matricule 159399 K, précédemment conseiller à la cour d’appel de Conakry

Mme Mariama Bamba KALLO, N° matricule 159405N, précédemment juge d’instruction du tribunal de première instance de Faranah

Doyen des Juges d’Instruction

M. Souleymane BAH, N° matricule 154481F, précédemment juge d’instruction de la même juridiction

Juges d’instruction

M. Beydari DIALLO, N° matricule 161257N, précédemment directeur adjoint des affaires criminelles et des grâces

M. Balaké FOFANA, N° matricule 166846P, précédemment inspecteur des services judiciaires

M. Alfred CAMARA, N° matricule 229598X, confirmé

M. Ibrahima Sekou SOUMAH, N° matricule 267305Z, précédemment juge d’instruction au tribunal de première instance de Kaloum

Procureur de la République :

M. Sidiki KANTE, N° matricule 161050 F, précédemment Procureur de la République près le tribunal de première instance de Boké

Substituts du Procureur de la République :

M. Ali TOURE, N° matricule 229608C, confirmé

M. Lansana CISSE, N° matricule 267330S, confirmé

Mme Joséphine TINKIANO, N° matricule 267322X, confirmée

M. Lazare Mamady BAURET, N° matricule 267304J, confirmé

M. Mamadou Maladho DIALLO, N° matricule 155933L, confirmé

VII – TRIBUNAL DE PREMIERE INSTANCE DE DIXINN

Président :

Mme M’Balou KEITA, N° matricule 175364N, précédemment présidente de section au tribunal de première instance de Kaloum

Présidents (es) de Section :

Mme Maciré ARIBOT, N° matricule 187270F, confirmée

M. Mangadouba SOW, N° matricule 109924K, confirmé


M. Ibrahima Sory YANSANE, N° matricule 112290S, précédemment juge de la même juridiction

Juges

Mme Fatoumata CAMARA, N° matricule 170135M, précédemment juge d’instruction au tribunal de première instance de Mamou

M. Francis Kova ZOUMANIGUI, N° matricule 267349T, confirmé

M. Yagouba CONTE, N° matricule 267345P, confirmé


M. Noël KOLOMOU, N° matricule 267309Z, confirmé

Doyen des Juges d’Instruction

M. Mamady DIAWARA, N° matricule 168705H, précédemment juge d’instruction, doyen par interim dans la même juridiction

Juges d’instruction

M. Ibrahima Khalil DIAKITE, N° matricule 154482F, précédemment doyen des juges d’instruction du tribunal de première instance de Mafanco

M. Sekouba CONDE, N° matricule 229601X, confirmé

M. Morlaye SOUMAH, N° matricule 267313C, confirmé

Mme Diaka SYLLA, N° matricule 194305Y, précédemment juge d’instruction de la justice de paix de Forécariah

M. Mamady CAMARA, N° matricule 111578B, précédemment juge d’instruction au tribunal de première instance de Faranah

Procureur de la République :

M. Sidy Souleymane N’DIAYE, N° matricule 152187S, précédemment directeur national des affaires criminelles et des grâces

Substituts du Procureur de la République :

M. Mohamed Lamine DIAWARA, N° matricule 161052K, confirmé

M. Alseny BAH, N° matricule 267308N, confirmé

M. Mohamed SAMOURA, N° matricule 267307N, Confirmé

Mme Aïssatou Cherif DIALLO, N° matricule 187318X, confirmée

M. Alphadio BARRY, N° matricule 153262X, précédemment juge d’instruction au tribunal de première instance de Boké

VIII – TRIBUNAL DU TRAVAIL

Président :

Mme Irène Marie HADJIMALIS, N° matricule 176948A, précédemment conseillère à la cour d’appel de Conakry

Vice-Président :

Mme Mariama DAFFE, N° matricule 115012R, précédemment inspecteur des services judiciaires

Juge :

1. Mme Ousmane Bella BALDE, N° matricule 139440L, précédemment juge au tribunal pour enfants

2. M. Paul 2 LAMAH, N° matricule 267302Y, précédemment juge d’instruction au tribunal de première instance de Dixinn

IX – TRIBUNAL POUR ENFANTS

Président :

M. N’Faly SYLLA, N° matricule 229611L, précédemment juge d’instruction de la même juridiction

Juge :

Mme Fanta CHERIF, N° matricule 180066G, précédemment inspecteur des services judiciaires

Juge d’instruction :

Mme Yawa Thérèse TOLNO, N° matricule 194304V, confirmée

X – TRIBUNAL DE PREMIERE INSTANCE DE KINDIA

Président :

M. Saïdou DIALLO, N° matricule 181844B, précédemment directeur du centre de formation et de documentation judiciaire

Juges

M. Sekou Amadou MANSARE, N° matricule 267312X, confirmé

M. Ibrahima CAMARA, N° matricule 267316H, confirmé

Juges d’instruction

M. Sekou SYLLA, N° matricule 197163K, confirmé

M. Oumar DIALLO, N° matricule 210694X, précédemment juge d’instruction au tribunal de première instance de Faranah

Procureur de la République :

M. Ansoumane KEITA, N° matricule 173530V, précédemment Procureur de la République près le tribunal de première instance de Labé

Substituts du Procureur de la République :

M. Sidiki CAMARA, N° matricule 229609P, confirmé

Mme Aïssatou Siradjo BAH, N° matricule 229622P, confirmée

M. Nonko CAMARA, N° matricule 267325A, confirmé

XI – TRIBUNAL DE PREMIERE INSTANCE DE MAMOU

Président :

M. Sékou KABA, N° matricule 170052D, précédemment président du tribunal de première instance de Boké

Juges

M. Aboubacar Mafering CAMARA, N° matricule 229603L, confirmé

M. Lanciné KOULIBALY, N° matricule 201975V, précédemment juge d’instruction au tribunal de première instance de N’Zérékoré

Juges d’instruction

M. Seinkoun KANTE, N° matricule 180055S, confirmé

M. Alhassane Naby CAMARA, N° matricule 229610E, confirmé

Procureur de la République :

M. Sekouba CONDE, N° matricule 168698B, précédemment substitut général près la cour d’appel de Conakry

Substituts du Procureur de la République :

Mme Mafila KEITA, N° matricule 170132C, confirmée

M. Ousmane SANE, N° matricule 207329M, confirmé

M. Daouda DIOMANDE, N° matricule 267320J, confirmé

XII – TRIBUNAL DE PREMIERE INSTANCE DE LABE

Président :

M. Koly Kemoko CAMARA, N° matricule 157690A, précédemment président du tribunal de première instance de Kankan

Juges


M. Cheick Ahmed Tidiane N’DIAYE, N° matricule 229605W, précédemment juge au tribunal de première instance de Mamou

M. Boubacar Hafia BAH, N° matricule 229602F, confirmé

Juges d’instruction

M. Ibrahima DIALLO, N° matricule 267310K, confirmé

Mme Marie Joséphine SYLLA, N° matricule 154027D, précédemment président de section au tribunal de première instance de Mafanco

Procureur de la République :

M. Zézé BEAVOGUI, N° matricule 162786D, précédemment Procureur de la République près le tribunal de première instance de N’Zérékoré

Substituts du Procureur de la République :

M. Amiata KABA, N° matricule 229620C, confirmé

M. Marcel Malick OULARE, N° matricule 267323Z, confirmé

XIII – TRIBUNAL DE PREMIERE INSTANCE DE BOKE

Président :

M. Ibrahima DAMAN, N° matricule 162217V, précédemment président du tribunal de première instance de Mamou

Juges

Mme Fatou TOURE, N° matricule 180100N, précédemment substitut général près la cour d’appel de Conakry

M. Dominique LOUA, N° matricule 267337S, précédemment juge au tribunal de première instance de Kindia

Juges d’instruction

Mme Aïssata SOUMAH, N° matricule 164736D, confirmée

M. Ousmane SANO, N° matricule 267350G, confirmé

Procureur de la République :

M. Lansana Kadialy TOURE, N° matricule 157222R, précédemment Procureur de la République près le tribunal de première instance de Kindia

Substituts du Procureur de la République :

M. Yayo SOMPARE, N° matricule 115018X, confirmé

M. Mamadou Fodé DIALLO, N° matricule 229617Y, confirmé

Mme Catherine TOUNKARA, N° matricule 197637E, confirmée

XIV – TRIBUNAL DE PREMIERE INSTANCE DE FARANAH

Président :

M. Abdoul Rachid CAMARA, N° matricule 163597W, précédemment président du tribunal de première instance de N’Zérékoré

Juges

M. Raymond Bambaye KAMANO, N° matricule 267347S, précédemment juge d’instruction dans la même juridiction

M. Damou CAMARA, N° matricule 267333F, précédemment juge au tribunal de première instance de Boké

Juges d’instruction

M. Ibrahima BAYO, N° matricule 267343R, précédemment juge d’instruction au tribunal de première instance de Kindia

Procureur de la République :

M. Cécé THEA, N° matricule 148494B, précédemment conseiller technique au cabinet du Garde des Sceaux

Substituts du Procureur de la République :

M. Ibrahima SOW, N° matricule 246999E, confirmé

M. Mamadou MAGASSOUBA, N° matricule 267318G,

confirmé

Article 2 : le présent Décret qui abroge toutes dispositions antérieures contraires, prend effet à compter de sa date de signature et sera enregistré et publié au Journal Officiel de la République.

Conakry, le 22 OCTOBRE 2014

Le Professeur Alpha CONDE

 
Compte-rendu du Conseil des Ministres du jeudi 23 octobre

2014/10/24

Aujourd'hui en Guinée Sous la haute présidence de son Excellence le Professeur Alpha Condé, Président de la République, le conseil des ministres a tenu sa session ordinaire ce jeudi 23 octobre 2014 de 10h à 12h, autour de l'ordre du jour suivant :

1. Message de son excellence Monsieur le Président de la République ;

2. Compte rendu de la session ordinaire du conseil interministériel tenu le 21 octobre 2014 ;

3. Divers.

Au titre du premier point de l’ordre du jour, le Président de la République a demandé aux ministres de se conformer aux grandes orientations du programme gouvernemental dans la mise en œuvre de leur politique sectorielle.

Il a exhorté les membres du gouvernement à se rendre disponibles pour les travaux des différentes commissions parlementaires relatifs à la Loi de Finances Initiale 2015.

Le Chef de l’Etat a demandé au gouvernement plus de réactivité avec les partenaires étrangers pour favoriser la mise en œuvre des projets d’appui et de développement pour notre pays.

Il a invité le gouvernement à diligenter l’indemnisation des occupants de l’emprise de la route Dabompa-Coyah.

Au titre du deuxième point de l’ordre du jour, Monsieur le Premier Ministre a fait un compte rendu détaillé de la session ordinaire du Conseil interministériel tenu le mardi 23 Octobre 2014.

Au titre des comptes rendus

Le Conseil a passé en revue les mesures en cours pour la riposte contre la fièvre hémorragique à virus Ebola.

Il entendra, lors de ses prochaines sessions, le compte-rendu de mission des membres du gouvernement à l’intérieur du pays pour la sensibilisation des populations dans la lutte contre le virus Ebola.

Le Ministre de l’Enseignement Pré-universitaire a fait état, au nom du système éducatif, de l’avancée des préparatifs d’une rentrée scolaire sécurisée. Il a annoncé la prochaine réunion de concertation avec les partenaires internationaux le samedi 25 octobre 2014.

Au titre de l’examen de textes

Le Ministre des Droits de l’homme et des Libertés publiques a présenté le Rapport de la Guinée sur le deuxième Examen Périodique Universel (EPU) prévu au mois de janvier 2014.

Il a rappelé que l’Examen Périodique Universel est un outil qui permet au Conseil des droits de l’homme des Nations Unies d’examiner le respect des obligations des états membres dans ce domaine.

La Guinée a été soumise à son tout premier EPU le 4 mai 2010 à Genève. A cette occasion, notre pays a pris l’engagement de mettre en œuvre 105 recommandations en 4 ans.

Le rapport présenté par la Guinée fait état de la mise en œuvre de ces 105 recommandations.

Conformément aux instructions du Conseil interministériel du mardi 21 Octobre 2014, une commission interministérielle a présenté le rapport final qui a été approuvé lors de la présente session.

Le Conseil des ministres a ensuite pris acte de la décision d’organiser les prochaines festivités commémoratives de la fête de l’indépendance à Kankan.

Au titre des divers

Le Ministre de la Coopération a informé le Conseil que le Japon vient d’accorder à la Guinée 13 millions USD dans le cadre de l’amélioration de la desserte en eau de Conakry.

Avant de lever la séance, le Président de la république a donné de larges informations sur la situation politique internationale

Le Porte-parole du Gouvernement

M. Damantang Albert CAMARA, ministre de l’Enseignement Technique, de la Formation Professionnelle, de l’Emploi et du Travail

Transmis par le Bureau de Presse de la Présidence

 
Assemblée Nationale : Le long sommeil des députés du RPG Arc-en-ciel

2014/10/23

Aujourd'hui en Guinée Alors que la scène politique est assez animée et agitée depuis le discours malheureux de Chicago, le drame de Womey et les propos discourtois de Ousmane Gaoual Diallo en l’endroit du Chef de l’Etat, les députés du parti au pouvoir adoptent une attitude pour le moins curieux qui consiste à la boucler pour laisser passer l’orage.

Etre député, ce n’est pas voter mécaniquement des lois, mais c’est aussi défendre à l’hémicycle les intérêts supérieurs de la nation et des populations. L’Assemblée nationale ne doit pas être une chambre d’enregistrement où les députés passent tout leur temps à voter des lois sans tenir compte des intérêts des populations et de la situation politique nationale. Le législatif doit s’acquitter de son rôle en toute responsabilité et taper du poing quand il constate des dérapages. C’est pourquoi l’attitude des députés du RPG-arc-en-ciel choque. Comment comprendre leur silence depuis qu’un autre député, Cellou Dalein Diallo en occurrence, a appelé depuis Chicago les populations guinéennes à la guerre civile. Ils n’en ont pas pipé mot se contentant de faire comme s’ils ne sont pas concernés. Comme si mettre le feu à la Guinée les épargnerait. Les honorables députés du RPG-arc-en-ciel auraient dû réagir contre leur collègue pyromane, mais ils se sont notabilisés attendant tranquillement leurs salaires et autres perdiems. Si fait que c’est le ministre de la Justice qui a été obligé de les interpellés face aux injures d’un autre député, Ousmane Gaoual Diallo, contre le chef de l’Etat. Finalement, c’est le gouvernement qui est obligé d’apporter la réplique aux députés de l’opposition alors que le front politique, c’est d’abord le parti et ensuite les députés. Même sur le drame de Womey, ce sont les députés de l’opposition et d’autres membres du gouvernement qui se font entendre.

Sur aucun front, malheureusement, on ne voit un député de la mouvance présidentielle se prononcer. Soit, ils sont tous nuls, soit le sort du président Condé les importe peu. En attendant, ce sont les matamores de l’opposition qui se disputent la palme du ridicule dans des analyses et des commentaires surréalistes. Si cela leur fait du bien ; eh bien qu’ils ne s’en privent pas car, hier comme aujourd’hui, ils seront toujours confinés à leur rôle, le seul qu’ils connaissent et qu’ils affectionnent : aboyer pendant que passe la caravane. En réalité, si certains analystes du genre Fodé Oussou Fofana, Ousmane Gaoual et autre Faya Millimono, avaient une once de foi en ce qu’ils prétendent être (des républicains), ils se feraient tout petits et se tairaient au lieu de se laissé aller à des procès d’intentions indignes de leurs rangs. C’est à croire qu’ils prennent leurs auditoires pour des niais, déjà qu’ils soutiennent sans sourire que notre peuple est immature et ne sait pas ce qui est bien pour lui, les obligeant à jouer à ses porte-paroles et à ses ‘’guides éclairés’’.

Ce qui importe, ce n’est ni leurs points de vue, ni leurs manières de les défendre, mais leur autisme caractérisé et cette manie de mélange de genres qui les fait passer sans crier gare de défenseurs des droits de l’homme, à acteurs et vice-versa à telle enseigne qu’on ne sait pas à quel moment on peut leur «rentrer dedans», comme cela se doit ou leur accorder tout le respect dû à leur rôle d’analystes. Toujours est-il qu’on finit par comprendre leur jeu, tant il est vrai qu’on ne peut pas tromper tout le peuple tout le temps. Du coup, leur engagement républicain apparaît comme un véritable «trompe-couillon» derrière lequel bouillonnent de bas instincts et des calculs sordides qui leur permettent d’injurier les autres à moindre frais. On n’a jamais autant insulté un président de la république qu’en ce moment en Guinée. Même de petits chenapans d’artistes se permettent d’injurier le président de la république dans son honneur et sa dignité. Et face aux attaques grossières des députés Sidya Touré, Cellou Dalein Diallo, Ousmane Gaoual, ceux du RPG-arc-en-ciel se morfondent dans un mutisme incroyable qui frise la trahison en l’endroit de l’homme sans lequel ils n’auraient pas occupé leurs strapontins actuels. Le sommeil a trop duré honorables députés du RPG-arc-en-ciel, réveillez-vous, que diable !

Bintou Fofana

 
Ebola: Le département d’Etat Américain exige un contrôle sanitaire de trois mois pour tout passager en provenance des trois pays touchés !

2014/10/23

Aujourd'hui en Guinée L’épidémie du virus Ebola constitue désormais l’une des grandes préoccupations des nations du monde entier. Après le renforcement des contrôles aéroportuaires en Europe, notamment en Angleterre, France et en Belgique, où les passagers en provenance des trois pays de l’Afrique l’Ouest affectés par l’épidémie doivent se soumettre à une série de contrôle. Ils subissent un "screening" à leur arrivée, leur température est prise, avant de répondre à un questionnaire écrit.

D’après les informations à notre disposition, le département d’Etat américain a aussi terminé de peaufiner son plan lutte contre la propagation du virus Ebola sur sol américain. Selon notre, en plus des traditionnels contrôles, « à partir de lundi 27 octobre 2014, tout passager en provenance des trois pays touchés par Ebola, sera soumis à un contrôle sanitaire de trois mois pendant lesquels il se présentera tous les jours pour une prise de température et d'examen médical. »

Cette décision du département d’Etat américain, à en croire notre source, sera annoncée dans les heures qui suivent.
Nous y reviendrons

Abdoulaye Sylla

 
Nomination de Kassory: Ce qu'en pense son parti!

2014/10/23

Aujourd'hui en Guinée Mesdames et messieurs, chers compatriotes, nous avons acté avec une posture républicaine, au nom de l’intérêt supérieur de notre nation, la nomination de Monsieur Ibrahima kassory Fofana, Président de Guinée Pour Tous, au rang de Ministre d’Etat à la Présidence de la République chargé des questions d’investissements et des partenariats public-privé (CPI-PPP).

Nous saluons cet acte du chef de l’état qui exprime un esprit d’ouverture dans la gestion de la chose publique envers tous les fils et filles de la nation, au-delà des considérations partisanes.

Mais c’est singulièrement une marque de confiance et de reconnaissance envers Monsieur Ibrahima kassory Fofana, à travers ses qualités d’homme d’Etat qui a toujours prôné la paix et la réconciliation nationale. En effet, conforment à la ligne politique de notre parti dont il porte les valeurs, il est convaincu qu’une Guinée unie est une Guinée qui gagne. Il croit en la force de l’ensemble des guinéens au-delà des clivages politiques et de toutes autres considérations tendant à la division et à l’exclusion.

Les idéaux de paix, de justice, de travail et de mérite constituent les fondements de ses actions. En termes clair, il s’agit de transcender ce qui nous sépare, afin de consolider ce qui nous unit. Pour enfin se concentrer sur l’essentiel, à savoir répondre aux aspirations légitimes des millions de femmes, d’enfants, d’ouvriers, de chômeurs, bref, toutes les composantes sociodémographiques et socioprofessionnelles qui composent notre nation.

L’espoir que porte sa nomination est à la dimension des problèmes actuels auxquels le pays est confronté : une crise sanitaire aux incidences socioéconomiques imprévisibles et qui entrave les efforts de développement entrepris. La nomination de Kassory est une étape qui donne un souffle au développement économique et social du pays. Cette nouvelle donne exprime la volonté de reconstruire le pacte entre les guinéens et la justice sociale dans la politiques des reformes.

Il nous parait intéressant que l’homme de la qualité et du talent de Kassory puisse veiller à la pertinence et à l’efficacité des reformes structurelles dont notre pays a besoin afin de favoriser les investissements, le développement économique de la Guinée et le bien-être des populations.

La tâche est immense, mais l’homme choisi est à la hauteur de l’espérance. La connaissance du dossier, le réseau relationnel, l’expérience de la gestion publique, constituent un atout majeur qui permettra à Monsieur Ibrahima Kassory Fofana la réussite de sa mission.

Cette espérance est fondée également sur les faits et le passé de Monsieur Ibrahima Kassory Fofana aux affaires. L’on se souviendra qu’en bon visionnaire et soucieux de l’avenir du pays il a tendu la main et donné sa chance à la jeunesse guinéenne. Les jeunes diplômes ont été recrutés, formés et engagés à la fonction publique, les femmes ont été nommées au poste de direction administratif et financer (DAF). Il a également favorisé la bonne gouvernance et l’émergence des cadres nationaux en poste quel que soit leur origine ou appartenance sociale.

La fédération de Guinée pour tous de France adresse à Monsieur le Ministre, ses vœux de succès et de réussite, dans l’accomplissement de cette noble et exaltante mission.

LA FEDERATION DU PARTI GUINEE POUR TOUS DE FRANCE

 
Vol d’environ 280 millions de GNF à l'agence BIG de Lambanyi : Le silence coupable de la direction

2014/10/23

Aujourd'hui en Guinée La semaine dernière, guinee7.com révélait cette rocambolesque affaire de vol d’environ 280 millions de francs guinéens dans les caisses de l’agence de la banque islamique de Guinée de Lambanyi. Aussitôt informés de la situation, les agents du commissariat de police de Ratoma ont procédé à l’arrestation de tous les employés de cette agence et les ont gardés à vue au commissariat jusqu’au vendredi 3 octobre. A cette date, le procureur de la république près le tribunal de première instance de Dixinn est saisi du dossier et ce dernier transmet l’affaire à un juge d’instruction aux fins d’ouverture d’une information judiciaire. Le juge d’instruction à son tour place le même jour les employés de l’agence sous un mandat de dépôt à la maison centrale de Conakry, où ils attendent d’être situés sur leur sort. Et l’attente devient longue. C’est le moins qu’on puisse dire.

Ne sont-ils pas en train de payer la négligence ou l’incompétence de la direction générale de la banque ? Une direction qui a été légère quant au dispositif de sécurité.

Des spécialistes trouvent inadmissibles en effet, que les cadenas de sécurisation de la porte d’entrée de l’agence sont ordinaires et loin de répondre aux normes de sécurité exigées à un établissement financier qui détient dans ses coffres les dépôts des clients. En plus, la caméra de surveillance à l’intérieur de la banque ne fonctionne que pendant la journée. Une fois que la banque est fermée le soir donc, la caméra ne fonctionne plus, sauf le lendemain. Dans le souci d’économiser le carburant, imagine-t-on. Pire, les enquêtes révèlent que le principal agent de sécurité posté est sans…matricule !

Pour parler de toutes ces défaillances, nous avons contacté la direction générale de la banque. Le directeur qui serait trop occupé n’a pas daigné répondre à nos questions. Un silence coupable ? En tous les cas très assourdissant.

Ibrahima S. Traoré pour guinee7

 
Décret présidentiel: Ibrahima Kassory Fofana nommé ministre d’Etat chargé des investissements et de partenariats public privé

2014/10/20

Aujourd'hui en Guinée Le décret présidentiel vient de tomber, 20 octobre 2014, M. Ibrahima Kassory Fafofa, Président du Guinée Pour Tous (GPT), est nommé ministre d’Etat à la présidence de la République chargé des questions d’investissements et des partenariats public privé. Ce décret fait suite à celui de la création du conseil présidentiel des investissements et partenariat public privé. Ce décret met également fin aux rumeurs qui présentaient l’économiste Ibrahima Kassory Fofana comme future Premier Ministre.

Pour rappel, lors du 2ème tour des présidentielles de 2010, Ibrahima Kassory Fofana avait soutenu le Pr. Alpha Condé, candidat du RPG-Arc-En-Ciel, face Mamadou Cellou Diallo de l'FUDG.

Nous y reviendrons

Séka Cissoko

 
Présidentielle de 2015 en Guinée: Cellou Dalein Diallo accepte de soutenir Sidya

2014/10/16

Aujourd'hui en Guinée L'ancien premier ministre de feu Général Lansana CONTE, en la personne de Sidya Touré, président de l'union des forces républicaines multiplie les tractations au sein de l'opposition afin qu'il soit le candidat unique face au président sortant Alpha Condé aux élections présidentielles de 2015. L'enfant de Dimbokro ( en côte d'ivoire) et de Kölön ( à Boffa en république de Guinée) qui avait soutenu Cellou Dalein Diallo au second tour de la présidentielle de 2010 contre Alpha Condé, se base sur une stratégie ethnique selon laquelle il serait le seul candidat de l'opposition pour lequel les quatre régions naturelles de la Guinée pourraient voter sans problème. 

Le 12 Septembre 2014,les leaders de l'ufdg, El hadj Mamadou Cellou Dalein Diallo et son ancien allié de la présidentielle de 2010, Sidya Touré, se seraient rencontré à Lambanyi, en haute banlieue de Conakry et en présence des fidèles des deux camps politiques. 

Le Président de l'union des forces démocratiques de Guinée ( ufdg) aurait été convaincu de la pertinence de l'argumentaire de Sidya Touré selon lequel il serait le candidat idéal pour faire partir le professeur Alpha Condé du pouvoir en 2015.

Contre toute attente,le candidat malheureux de la dernière présidentielle Guinéenne aurait accepté le deal à condition que son parti, après la victoire de Sidya Touré, obtienne la présidence du parlement et que Sidya Touré accepte de faire un seul et unique mandat avant de lui passer le pouvoir. 

Les deux partis ont promis de se revoir dans deux semaines histoire de mettre sur papier les termes de leur accord politique mais Cellou Dalein Diallo aurait promis de ne pas se présenter en 2015. La seule question que l'on se pose est savoir si Cellou Dalein Diallo peux convaincre ses extrémites à se mettre derrière Sidya, lui qui disait que s'il n'est pas élu en 2015, ses derniers pourraient le tuer.

A suivre. 


Ibrahima Sory Sylla

 
Offensive diplomatique du Pr. Alpha Condé: Le RPG remercie les partenaires de la Guinée pour leur solidarité dans la lutte contre Ebola

2014/10/15

Aujourd'hui en Guinée Le RPG Arc-en-ciel, tient à exprimer ses vifs remerciements à Monsieur le PRESIDENT de la République, Professeur Alpha CONDE, qui, en véritable "Team Leader et Chef de file", vient de nous faire remporter, une première victoire dans notre farouche lutte contre la propagation du virus à fièvre hémorragique d’Ebola. Au terme d’un long périple, résultat d’une offensive diplomatique tout azimut réussie, et, de par ses grandes qualités d’homme d’Etat averti, il est parvenu à mondialiser le combat contre ce virus maudit.

Ainsi, à l’instar de tous les peuples de La Mano River Union pour lesquels il vient de se révéler comme un vrai sauveur, nous, RPG Arc-en-ciel, lui exprimons toute notre profonde gratitude pour l’œuvre bien accomplie. Sans faille, espérons que le peuple de Guinée qu’il aime tant, saura à son tour, le lui reconnaitre au moment opportun. Pour ces raisons, lui réitérons notre indéfectible soutien et attachement. Puisse Dieu lui accorder plus de force et d’énergie pour continuer à nous combler. Amen !

Aussi, notre parti comme tous les acteurs majeurs de notre nation, saisit la présente, pour signifier aux responsables de certaines organisations de grandes envergures internationales, les sincères reconnaissances du vaillant peuple de Guinée. Pour leur marque de solidarité envers la Guinée et tous les autres pays durement touchés par les effets dévastateurs de cette épidémie, nous leur remercions. Il s’agit de :

- Monsieur Ban KI-MOON, Secrétaire General de l’Organisation des Nations Unies (ONU) pour l’adoption d’une résolution proclamant : la propagation du virus Ebola comme une menace contre la paix et la quiétude mondiale ;

- A Madame Christine LAGARDE et Docteur Jim Yong Kim respectivement, Directrice Générale du Fonds Monétaire International (FMI) et Président du Groupe de la Banque Mondiale pour leurs précieuses prédispositions et ferme engagement à accompagner nos économies par des soutiens massifs et appuis financiers notables ;

- Messieurs Donald Kaberuka et Ahmad Mohamed Ali respectivement, Président Directeur General de la Banque Africaine de Développement (BAD) et Président de la Banque Islamique de Développement (BID) pour leur remarquable assistance financière.

Actuellement, pour notre parti, la seule priorité qui vaut : c’est la lutte contre Ebola. C'est-à-dire, contribuer à sauver le peuple confronté à ce péril majeur. C’est aussi le lieu, de saluer la grande marque de sympathie et de solidarité que nous a témoignés, les peuples : des USA, de la France, du Royaume du Maroc, du Mali et tous les autres pays qui ont compris que l’essentiel n’est pas d’isoler un pays touché, mais plutôt, contribuer à isoler le virus, en freinant sa propagation.

Aussi, nous ne nous lasserons jamais de louer les efforts inlassables que fournissent par leurs experts et personnel local, les organisations que sont : Médecins Sans Frontière (MSF), l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), l’UNICEF, le Comité International de la Croix Rouge (CICR) en Guinée, CDC Atlanta…

Egalement, c’est un vibrant hommage que nous tenons à rendre, à tout le brave personnel médical et soignant positionné comme de vrais soldats sur la ligne de front. Nos prières et bénédictions, les accompagnent dans l’accomplissement de leurs nobles taches.

La Direction nationale du RPG Arc-en-ciel, tient à rassurer tous les investisseurs désireux de venir en Guinée, de toutes les dispositions idoines prises en vue de minimiser le risque de contamination. Alors, céder à la panique ou à la psychose ne serait qu’infondé et non justifié.

Aux populations Guinéennes, elle réitère son appel lancé, relatif aux soutiens à apporter aux agents soignants, surtout, ceux de la Croix Rouge qui assurent les premiers secours en cas d’urgence. Nous leur recommandons vivement, une étroite coopération avec les équipes d’hygiénistes qui pulvérisent les endroits ayant enregistré des cas ou pas d’Ebola. Aidons-les, car notre survie collective en dépend !

Aujourd’hui, nul ne saurait parler de lutte contre Ebola, sans avoir une pensée pieuse pour nos compatriotes lâchement assassinés à Womey. A cet effet, notre parti présente ses condoléances les plus attristées et émues, à leur famille et proches collaborateurs. Cet acte de la pire des bestialités a suffisamment été condamné par les guinéens dans leur ensemble. En ce qui nous concerne, nous restons persuadés que les auteurs, à ce jour, ont certainement réalisé, la gratuité de leurs actes. De toute façon, le dernier mot revient aux autorités judiciaires en charge des dossiers. Pour la répression des coupables, nous caressons le ferme espoir qu’elle sera à la hauteur des forfaitures. Plus jamais de tels crimes crapuleux et abominables chez nous !

En tout état de cause, pendant que partout en Guinée et ailleurs, tout le monde réclame justice avec vigueur, nous assistons ici à Conakry, ces derniers temps, à des dérives verbaux contenus dans des discours politiques et propos d’autant irresponsables, tendancieux que provocateurs. Des personnes malveillantes, après avoir tenté de souiller l’image et la personnalité de certaines autorités gouvernementales et responsables de notre parti, viennent de pousser l’ignominie, à accuser l’Etat Guinéen d’avoir commis des crimes contre l’humanité. Ainsi, si des dispositions pratiques ne sont pas envisagées immédiatement à l’encontre de ces eternels pourfendeurs de notre République, et, si on continue à leur laisser prospérer dans leurs basses besognes qui consistent à se donner à cœur joie, à des accusations et récrimination d’une telle gravité, c’est l’Etat guinéen au biais de ses préposés, qui sera en perpétuel danger ou souillé à jamais.

De toute évidence, dans cet égarement total, les déviances ont atteint hier, leur paroxysme. Cela, avec la sortie médiatique d’un des leurs, en la lugubre personne, du sieur Faya Milimino du BL (de 10h à 11h dans une émission radio à Conakry). Cet agité politique, dans une défiance totale a accusé encore retenue, de façon non fondée et sans équivoque, notre Etat, de s’être rendu coupable de crimes contre l’humanité à Womey. Dieu ! Où se trouvent nos procureurs, seuls véritables gardiens de nos lois pénales, pour qu’un pareil individu, bafoue nos institutions et jette sur elles, de tels opprobres et insanités ? Pour le au RPG Arc-en-ciel, il sied de lui rappeler, que de tous les temps, notre parti s’est battu pour l’instauration d’un Etat de droit en Guinée. Et lui disons clairement, que de tels comportements, n’entrent dans aucune des catégories des libertés recouvrées et consacrées dans nos textes législatifs et réglementaires en Guinée. Pensons, que ses pervers agissements relèvent du dédain constant et de la violation systématique du code de bonne conduite des partis politiques auquel, nous sommes tous astreints en Guinée.

Par ailleurs, notons que si dans un passé récent, tout le monde saluait l’engagement collectif de tous les acteurs politiques que nous sommes, dans la lutte contre Ebola, en témoigne l’appréciation faite par le Chef de l’Etat, à un des leaders de notre opposition, en la personne d’El hadj Cellou Dalein DIALLO, à présent, nous constatons avec regret, à la prolifération de spéculations, faisant état, d’un possible report du calendrier électoral. Chers concitoyens, qu’avons-nous à demander de suffrage à exprimer, à une population meurtrie dans sa chaire et son âme et confrontée au pire péril de son existence ? Nous politiques, quels messages pourrons-nous livrer à des électeurs, soumis impitoyablement aux effets dévastateurs de ce virus maudit d’Ebola ? Que pourrons-nous les promettre, pendant que nous-mêmes protagonistes, enregistrons des fois, la perte d’un des nôtres, sans être à mesure, ni de l’apporter les soins affectifs nécessaires, encore moins, les offrir le rituel requis en cas de décès? Pour nous, RPG Arc-en-ciel, la politique, c’est d’abord pour les vivants et le respect de l’humanoïde dans toutes ses dimensions. C’est pourquoi, nous proclamons haut et fort, qu’il n’ya pas de consentement éclairé et de démocratie vraie, pour un électeur ou citoyen qui ne sais pas, s’il faut pleurer un des plus proches fauché par le virus Ebola ou bien, aller écouter, applaudir ou voter. Au RPG Arc-en-ciel, notre seul souci de l’heure et du moment : c’est comment gagner la cette horrible et sale guerre que nous a déclarés le Virus Ebola.

Enfin, nous ne saurions clore ces lignes, sans exprimer notre profonde compassion pour les victimes du naufrage de Contah. A cet effet, nous prions de tous nos cœurs, pour l’âme des défunts et formulons les vœux ardents de voir retrouvés dans les plus brefs délais, toutes les portées disparus du triste accident de mer.

ENSEMBLE, LUTTONS CONTRE EBOLA !

Conakry, le 14 octobre 2014

Monsieur Lansana KOMARA

Secrétaire Administratif du RPG Arc-en-ciel,

Membre BPN

 
'' Avocats sans Frontières'' sur le lieu du crime à Womey: Le ministre de la Juste demande des explications au bâtonnier

2014/10/15

Aujourd'hui en Guinée Dans un communiqué rendu public, Me Cheick Sakho, ministre de la Justice a demandé des explications au bâtonnier après le passage de '' Avocats sans Frontières'' sur le lieu du crime à Womey. Lisez...

Le Ministre de la Justice a le regret d’apprendre qu’un groupe d’avocats de l’ONG « Avocat sans frontière s’est rendu à Womey, préfecture de Nzérékoré la semaine dernière, en dépit de l’ouverture d’une procédure judiciaire, prétendant avoir une autorisation administrative.

Dans le cas d’espèce, seule une autorisation judiciaire (juge d’instruction) peut permettre d’avoir accès au lieu de la commission des crimes. Une telle attitude est regrettable.

Pour ce faire, le Ministre de la Justice a saisi le bâtonnier de l’ordre des avocats pour demander des explications. Le principe de la séparation des pouvoirs même pour ces dossiers sensibles doit être respecté.

Le Ministre de la Justice rassure les populations guinéennes que toutes la lumière sera faite sur les crimes commis à Womey et la justice sera rendue.

Le Ministre d’Etat chargé de la Justice, garde des Sceaux

Me Cheick Sakho

 
Ebola: L'OMS prévoit une explosion des cas en Afrique de l'Ouest en décembre

2014/10/14

Aujourd'hui en Guinée L'épidémie d'Ebola pourrait infecter 5.000 à 10.000 nouvelles personnes par semaine en Afrique de l'Ouest, a indiqué mardi l'OMS, avant une réunion du Conseil de sécurité consacrée à la propagation du virus qui a fait plus de 4.400 morts.

Le taux de mortalité des malades contaminés par le virus de la fièvre hémorragique Ebola peut atteindre 70 % dans les trois pays les plus touchés en Afrique de l'Ouest, a annoncé mardi le docteur Bruce Aylward, adjoint au Directeur général de l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

"Pour ce groupe de personnes, dont nous savons qu'ils sont malades et dont nous connaissons le sort, nous trouvons 70% de mortalité, c'est pratiquement le même nombre dans les trois pays", le Liberia, la Sierra Leone et la Guinée, a déclaré ce responsable de l'OMS, chargé de la réponse opérationnelle.

Il a mentionné un nouveau bilan global de l'épidémie à 4.447 morts pour 8.914 cas recensés.

L'épidémie continue de progresser en Afrique de l'Ouest. "Début décembre on pourrait avoir de 5.000 à 10.000 nouveaux cas par semaine", a affirmé M. Aylward. On détecte actuellement 1.000 nouveaux cas par semaine.

Si le responsable note un "ralentissement du taux de nouveaux cas dans des zones qui ont été des épicentres historiques de l'épidémie", comme le comté de Lofa au Liberia, en raison d'un "réel changement dans le comportement et l'approche des communautés" concernées, le nombre d'infections continue d'augmenter de manière exponentielle dans les capitales, Monrovia, Conakry et Freetown.

Et le nombre de cas réels serait 1,5 fois plus élevé que recensé officiellement en Guinée, deux fois plus en Sierra Leone, et 2,5 fois au Liberia.

L'ONU s'est fixé comme objectif pour arrêter l'expansion de l'épidémie d'assurer d'ici au 1er décembre la sécurité de 70% des enterrements et d'isoler 70% des cas suspects. "C'est un objectif ambitieux. La propagation géographique de l'épidémie est un gros défi", a souligné Bruce Aylward.

L'OMS pourrait déclarer vendredi la fin de l'épidémie d'Ebola au Sénégal et lundi celle au Nigeria si aucun nouveau cas n'est détecté d'ici là dans ces pays.

La propagation du virus et les efforts à mettre en oeuvre pour y faire face seront au centre d'une réunion mardi du Conseil de sécurité à New York.

La communauté internationale doit "faire preuve de plus de détermination et d'engagement pour répondre de manière résolue" à la crise, ont estimé le président américain Barack Obama et le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon lors d'une conversation téléphonique, selon la Maison blanche.

'Penser 'à nos frères et soeurs malades'

En Allemagne, un employé soudanais de l'ONU arrivé la semaine passée à Leipzig (est) en provenance du Liberia, "est mort dans le courant de la nuit", a annoncé la clinique où il était soigné.

Les autorités sanitaires américaines incriminaient une défaillance dans l'application des mesures de protection pour expliquer la première contamination sur le sol américain, celle d'une aide-soignante de l'hôpital de Dallas (Texas, sud) où a été accueilli le premier malade déclaré dans le pays.

Le syndicat des personnels de la santé au Liberia a annoncé mardi soir la levée immédiate de son mot d'ordre de grève nationale, au second jour du mouvement, affirmant répondre aux appels à faire prévaloir l'intérêt des malades d'Ebola.

"Nous avons reçu des appels de partout dans le monde nous demandant de mettre fin à la grève", a déclaré à l'AFP George Williams, le secrétaire général du syndicat, à l'issue d'une réunion avec des dirigeants religieux en compagnie du président du syndicat Joseph Tamba.

"Les leaders religieux, politiques et sociaux, les Libériens de la diaspora, ainsi que la communauté internationale nous ont demandé de penser à nos frères et soeurs malades. Nous les avons écoutés", a-t-il dit.

Débordés, sous-équipés, formés à la hâte, mal payés, parfois stigmatisés: en première ligne face à l'épidémie d'Ebola, les personnels de santé du Liberia, pays le plus touché, menacent de se désagréger sous le choc.

"Nous risquons notre vie tous les jours et le gouvernement reste insensible à notre sort", avait déclaré Alphonso Wesseh, de la clinique Island, à Monrovia, au départ la semaine dernière du mouvement de grève.

Face à l'ampleur de la tâche, le chef de la Mission des Nations unies pour la lutte contre Ebola (UNMEER), Anthony Banbury, a appelé à "l'aide de plus de pays, de leurs militaires, de leurs civils, de leurs personnels de santé".

Le PDG de Facebook Mark Zuckerberg et sa femme Priscilla Chan ont annoncé mardi sur le réseau social qu'ils donnaient 25 millions de dollars aux Centres américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC) pour les aider à combattre l'épidémie.

AFP

 
Rappel à l'ordre: Jean-Marie Doré rame à contrecourant

2014/10/14

Aujourd'hui en Guinée Les propos de l’ancien premier ministre et président de l’UPG, Jean-Marie sont dangereux et compromettent tout aussi dangereusement les efforts de lutte contre la fièvre hémorragique à virus, qui a déjà franchi le cap de 4000 morts et rien qu’en Guinée, plus de 800 de nos compatriotes sont tombés sous la fauche ravageuse de cette horrible maladie.

Quand, de manière aussi sérieuse que désinvolte le doyen des politiciens guinéens affirme : « Je m’inscris en faux jusqu’à ce qu’on me prouve scientifiquement le lien de causalité entre Ebola et la viande de brousse. Si c’est l’OMS ou les autres structures sanitaires qui disent que c’est la viande de brousse qui est à l’origine de cette maladie en Guinée, c’est des bêtises.»

JMD sait que «la source reste inexpliquée», car « bien que la souche provoquant le foyer actuel ait entraîné une mortalité sans précédent, la source initiale du virus reste inexpliquée, observe l’OIE. Il est cependant probable qu’initialement, le virus se soit introduit dans la population humaine à partir d’un animal sauvage à une personne unique. La maladie se transmet actuellement de personne à personne et rien ne prouve que les animaux continuent de jouer un rôle dans la propagation du virus.» Ce n’est pas pour autant, une raison valable pour avoir « le goût du risque » et entrainer les autres avec soi, en surfant insidieusement sur la sensibilité ethnoculturelle des ressortissants de la zone forestière de la Guinée.

Quand Jean Marie Doré, dans la conférence de presse tenue en sa résidence, a déclaré ce samedi 11 octobre:« C’est faux la communication du gouvernement. La viande de brousse n’est pas l’agent causal de la fièvre hémorragique Ebola. Si la viande de brousse donnait la fièvre Ebola, les forestiers seraient morts il y a longtemps, et les fromagers auraient même poussé sur leurs tombes ! »

Il y a de quoi vraiment s’inquiéter et rappeler officiellement à l’ordre M. Jean-Marie Doré ! Ses propos, au moment où les communautés (nationale et internationale) se mobilisent contre l’épidémie pour la vaincre, sont de nature à troubler les uns et à encourager les autres à poursuivre la consommation risquée de la viande de brousse.

L’OIE est catégorique : «Selon toute probabilité, la transmission initiale du virus Ebola à l’homme se fait à partir d’animaux tels que les chauves-souris ou les primates non-humains, à l’occasion de la chasse et du ramassage d’animaux sauvages malades ou morts et de la manipulation ou de la consommation de viande de brousse crue.»

In GCI

 
Sommet sur Ebola à Washington : Arrêt sur images sur la délégation guinéenne

2014/10/10

Aujourd'hui en Guinée La lutte contre la fièvre hémorragique dite Ebola va connaître une nouvelle forme. Hier , le 9 octobre 2014, dans la capitale américaine, le Président de la banque mondiale à proposé la mise en place d'un plan Marshall pour lutter efficacement contre ce virus qui est en train de défier tous les systèmes médicaux de la planète. Arrêt sur images sur la délégation guinéenne conduite par le Pr Alpha CONDE ;
Le Pr Alpha CONDE et Kerry
LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE DE GUINEE ET LE SECRETAIRE D'ETAT AMERICAIN KERRY

Photo de Aboubacar Sakho.

Ci-dessous on reconnait le ministre des finaces du Pr Alpha CONDE


De gauche vers la droite le Pr Alpha CONDE et Banki-Moon

Hadja Saran Daraba et PM Ivoirien Daniel Cablan Duncan



On reconnait le Pr Alpha et le PM Ivoirien



Le chef de l'Etat et Mr Kim , le PRESIDENT de la banque mondiale



 
 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 
Session budgétaire: Discours du Président de l'Assemblée Nationale de Guinée

2014/10/9

Aujourd'hui en Guinée Mesdames, Messieurs,

Permettez-moi de vous souhaiter la bienvenue et de vous remercier d’avoir répondu à notre invitation d’assister à la cérémonie d’ouverture de la deuxième Session Ordinaire de l’Assemblée Nationale consacrée à l’examen et à l’adoption du budget de l’Etat.

Comme vous le savez déjà, celle-ci démarre dans un contexte particulier de crise économique et sanitaire que connait notre pays depuis maintenant près d’une année et dont les conséquences influencent négativement toutes bonnes actions engagées par le Gouvernement pour la relance de l’économie Guinéenne.

A l’arrivée du Gouvernement de la Troisième République au pouvoir en novembre 2010, la situation économique du pays était très profondément dégradée au point que tous les principaux agrégats macro-économiques étaient au rouge. C’est ainsi que :


le déficit du solde de base du budget de l’Etat représentait 14% du PIB ;



ce solde était entièrement financé par la création monétaire, au moyen de l’endettement du Trésor auprès de la BCRG dont le montant se chiffrait à 6.456 Milliards de Francs Guinéens et l’accumulation d’arriérés de paiements extérieurs ;

l’inflation avait atteint 21% en fin décembre 2010 ;

les réserves de change s’étaient amenuisées au point qu’elles représentaient moins d’un mois d’importations ;

le différentiel de change entre le taux de change du marché officiel des devises et celui du marché parallèle était de 20%, on a alors assisté à un avilissement de la valeur interne et externe de la monnaie nationale,

le niveau de la dette extérieure représentait 70% du PIB.



Pour redresser cette situation très difficile, il a fallu concevoir et mettre rapidement en œuvre des mesures de stabilisation des principaux équilibres macro-économiques.

Cela s’est fait, avec beaucoup de rigueur à l’aide d’un programme formel, puis d’un programme triennal de référence avec le FMI, appuyé de la facilité élargie de crédit. C’est la première fois, depuis la Première République, que la Guinée exécute, sans interruption, un programme avec cette institution en respectant tous les critères de réalisation tant quantitatifs que qualitatifs.

Cette politique de rigueur a permis au Gouvernement de stabiliser le cadre macro-économique, de s’attirer la confiance de la Communauté Internationale et de susciter l’engouement des investisseurs potentiels et réels pour la Guinée. Tout cela, a été couronné par l’atteinte, en septembre 2012, du point d’achèvement de l’initiative renforcée d’allègement en faveur des pays pauvres très endettés(IPPTE). L’atteinte de l’initiative renforcée d’allègement en faveur des pays pauvres très endettés(IPPTE) a permis à la Guinée de bénéficier de l’annulation des 2/3 de sa dette extérieure et de relancer l’économie qui a enregistré un taux de croissance de 4,5% en 2012 contre 4% en 2011 et 1,9% en 2010.

Malheureusement, ce rythme a été rompu en 2013 avec les remous sociopolitiques, le ralentissement brutal des activités des sociétés minières, notamment l’arrêt de l’Usine de FRIA et la suspension des investissements de RIO TINTO. Et maintenant, c’est la fièvre hémorragique à virus EBOLA qui vient aggraver cette évolution négative dont les conséquences sanitaires, économiques et, par ricochet, budgétaires sont très lourdes. Par exemple, par rapport aux prévisions budgétaires pour l’exercice 2014, les recettes ont été en baisse de plus de 500 Milliards de Francs Guinéens à date. Ce qui peut rendre impossible l’atteinte en termes de croissance de l’objectif de 3,5% du PIB initialement prévu. Les statistiques du FMI estiment que la Guinée va perdre cette année entre 1,5% et 2% de croissance. Il est peu probable que cette tendance puisse s’inverser au cours de l’exercice budgétaire de 2015.

A cette politique budgétaire restrictive va s’ajouter une politique monétaire encore plus rigoureuse que celle qui est actuellement en vigueur. Cela risque, évidemment, de ralentir la croissance économique du pays. On pourrait, toutefois, minimiser cette évolution en ayant recours aux recettes minières exceptionnelles et à d’autres ressources additionnelles provenant des aides d’institutions bilatérales et multilatérales, telles que la Banque Mondiale, la Banque Africaine de Développement, l’Agence Française de Développement, l’USAID, le PNUD, l’UNION Européenne, etc.

Le déficit budgétaire causé par l’épidémie EBOLA est estimé à plusieurs millions de dollars.



Distingués Invités,

Honorables Députés,

Oui ! Vu la situation très difficile dans laquelle la Guinée se trouve actuellement et qui risque de continuer jusqu’ en 2015, vu l’ampleur des efforts que les autorités sont entrain de déployer et vu la faiblesse des moyens requis pour leur permettre de juguler EBOLA et relancer l’économie, il est urgent que les partenaires au développement assistent notre pays avec davantage de moyens.

Je remercie les autorités du FMI, de la Banque Mondiale et de la BAD qui se proposent d’accorder des appuis budgétaires à notre pays pour lui permettre de contenir les moins values induites par le ralentissement des recettes intérieures, provoqué par la fièvre hémorragique à virus EBOLA.

Je souhaite vivement que tous les pays amis de la Guinée emboîtent le pas à ces Institutions en lui accordant des subventions d’équilibre budgétaire substantielles pour l’accompagner plus efficacement dans sa lutte pour relancer la croissance économique et vaincre EBOLA.

La fièvre hémorragique à virus EBOLA est, je parle sous le contrôle des spécialistes ici présents, apparue en Guinée vers le mois de décembre 2013. Mais, c’est seulement en mars 2014 qu’on a réalisé qu’il s’agissait bien de cette maladie.

Malgré que la maladie soit apparue sur le continent africain avec les premiers cas enregistrés en RDC et au Soudan en 1976, les autres pays africains ne semblaient jamais avoir imaginé qu’ils en seraient un jour atteints. Ce fut un tort puisque 18 ans et 19 ans plus tard (1994 et 1995 respectivement), la Côte d’Ivoire et le Libéria furent atteints mais pour une courte durée (pendant un an seulement pour chacun des deux pays). Le Gabon aussi n’a été touché que pendant un an (1996).

Mais dans la mesure où l’épidémie a perduré dans certains pays africains comme la RDC où elle est revenue en 1977, puis en 2001 pour s’y installer jusqu’en 2005, le Soudan où elle a refait surface en 1979 et en 2004, toute l’Afrique Noire devait travailler en synergie pour empêcher qu’elle ne continue pas sa progression. Cela ne fut pas fait. C’est en partie pour cette raison qu’il convient de rendre tous les pays du continent responsables de la situation dont souffre aujourd’hui tous les pays atteints par l’épidémie.

Par ailleurs, pour être pris au sérieux, nous devons, Chers compatriotes, mettre fin à ce débat pour faire face à la crise sanitaire et économique à laquelle est confrontée notre pays. Vu la gravité de la situation, il faut plutôt que nous taisions nos différences et nos rancœurs pour unir nos forces dans le combat que le Gouvernement est entrain de livrer avec conviction et acharnement, contre EBOLA afin de bouter l’épidémie hors de notre pays.

Permettez-moi d’ouvrir la parenthèse pour vous dire que, autant que la maladie EBOLA, les sentiments de rejets des autres qui habitent certains de nos compatriotes à cause du fait qu’ils sont différents d’eux sont destructeurs pour la stabilité politique et sociale, la paix, le développement et la croissance économique du pays.

Il faut dire que c’est surtout au niveau des élites que se remarquent ce genre de comportements. Aux uns et aux autres je tiens à dire que ni la naissance, ni le savoir, ni la richesse ne confèrent des droits. Ce qui confère des droits à une personne, c’est son utilité pour la société, son utilité politique, son savoir faire et son savoir être.

S’agissant de la lutte contre EBOLA, elle a tardé à être vigoureuse comme elle l’est maintenant par manque de moyens et parce que, pour des raisons citées plus haut, la maladie n’était pas du tout connue en Guinée.

En second lieu, force est d’admettre que le Gouvernement a été fortement contrecarré dans son action par des comportements de résistance à la pénétration des équipes de sensibilisation et médicales dans les Zones infectées. De Macenta où a commencé ce mouvement, à Forecariah, en passant par Guéckédou et N’Zérékoré, c’est bien la désinformation des populations par une main invisible constituée par des élites, qui est a la base de ces révoltes aux conséquences catastrophiques tant pour la santé des populations que pour l’économie du pays.

Aussi voudrais-je, à partir de cet hémicycle, m’adresser à vous Chers compatriotes de Macenta, Guéckédou, N’Zérékoré et Forécariah pour vous dire haut et fort que ceux qui vont pour vous sensibiliser et chercher à vous protéger contre la contamination ne peuvent pas être vos ennemis. C’est plutôt parmi ces mains invisibles, entendez certaines élites qui vous désinforment, que se trouvent vos ennemis. En vous livrant à une telle violence qui va jusqu’aux tentatives de crimes ou crimes parfaits, à Guéckédou et à N’Zérékoré, vous donnerez à chacune de vos Préfectures l’image des lieux à ne pas fréquenter et où il ne fait pas du tout bon d’aller investir.

A l’opposé de ces acteurs qui se plaisent dans ce rôle de pyromanes, nombreux sont les compatriotes qu’il convient de féliciter chaleureusement parce qu’ils se sont impliqués dans la sensibilisation, au risque parfois de leur vie. Je tiens à les féliciter, à les encourager à continuer jusqu’à la fin du combat.

Je félicite tous les membres du Gouvernement, particulièrement les Ministres de la Santé et de la Communication, ainsi que tous leurs collaborateurs qui les accompagnent. Mes félicitations vont également à Médecin Sans Frontières, l’OMS, la Croix Rouge, CDC-ATLANTA et l’UNICEF. Je n’oublierai pas nos Partenaires Techniques et Financiers sans l’assistance desquels la Guinée n’aurait pas, à elle seule, pu parvenir aux résultats actuels dans la lutte contre EBOLA.



Distingués Invités,

Honorables Députés,

Face à cette situation sanitaire dramatique dans laquelle se trouve le pays, l’Assemblée Nationale n’est pas restée indifférente par ce que nombreux sont ceux d’entre nous qui ont activement, voire financièrement, contribué au combat contre EBOLA dans toutes les Préfectures. Qu’ils en soient vivement remerciés.

Mais, alors que presque tous les Honorables Députés ont, chacun, une idée très claire sur le rôle que le peuple dont nous sommes les représentants, nous demande de jouer en son nom durant notre mandat, un certain nombre d’entre nous naviguent à contre courant de cette volonté.

En effet, avec leurs déclarations incendiaires, ils se livrent à la diffamation, à des injures, à l’incitation à la haine, et au soulèvement, j’en passe.

Face à ces comportements qui n’honorent pas les intéressés et qui ne font que ternir l’image de notre Institution, je vous invite, Chers collègues, à réfléchir ensemble pour trouver une solution à ce lancinant problème. Cela d’autant plus que les victimes de leurs agissements se trouvent, non seulement parmi les Députés, mais aussi les Ministres, voire le Président de la République.

C’est le lieu, pour moi, d’attirer l’attention du Pouvoir Exécutif sur le fait que les fonctions de Président de la République, de Président de l’Assemblée Nationale, de Représentants du Peuple et de Ministre de la République sont des fonctions protégées par la loi. Pourquoi donc la justice reste-t-elle toujours indifférente dans notre pays face à la violation de la loi dans ce domaine, alors que dans tous les pays du monde, le Procureur Général est très vigilant et toujours prêt à intervenir dès que les Institutions sont bafouées. Ici, il est inaudible, comme si la fonction était inexistante dans la hiérarchie judiciaire dans notre pays.

J’invite donc le Gouvernement à prendre l’exemple sur les autres pays où le Procureur Général est toujours en première ligne pour faire barrage à la chienlit avant que n’interviennent les forces de l’ordre.

S’agissant des rapports entre l’Assemblée Nationale avec l’Exécutif, ils ne sont pas toujours bien compris par ceux qui sont chargés de les gérer.

En effet, ils ne comprennent pas que l’autonomie financière de l’Assemblée Nationale procède du principe de la séparation des pouvoirs entre l’Exécutif et le Législatif, consacrée par notre Constitution.

Aussi, ne faut-il pas perdre de vue le fait que l’Assemblée Nationale est entièrement autonome et ne doit donc, en rien, être influencée par l’Exécutif tant pour l’établissement de son budget que pour le décaissement du montant de celui-ci, qui doit s’effectuer en une seule tranche et non pas par tranches trimestrielles comme cela se fait actuellement.

Pour ce qui est de l’insécurité, beaucoup d’efforts ont été déployés par les services compétents. Force est de reconnaître que les résultats de la lutte contre le grand banditisme sont palpables, même s’il ya encore beaucoup à faire. Il convient donc de féliciter les hommes de sécurité tous corps confondus, en les exhortant à en faire davantage. Il est, par exemple, anormal que l’exercice, de leurs activités en toute liberté par les sociétés de téléphonie ne préoccupe pas du tous les services de sécurité, alors que cela constitue l’une des véritables causes d’insécurité.

A Monsieur le Ministre d’Etat, Ministre de l’Economie et des Finances et à Monsieur le Gouverneur de la Banque Centrale, je dois rappeler que le dossier de la BADAM est un dossier très sensible dans la mesure où ses implications économiques, sociales et politiques peuvent être dévastatrices pour les déposants et l’économie du pays, tout comme elles peuvent l’être sur le plan politique.

Il est donc urgent de procéder au remboursement des déposants de cette banque. Cela d’autant plus qu’il ya des précédents à travers le monde et même dans notre pays avec les déposants des anciennes banques d’Etat, du crédit Mutuel de Guinée et de la BIAG, qui furent remboursés.

Je ne terminerai pas mon intervention sans attirer votre attention, Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement sur le fait que le Peuple ne comprend toujours pas quelles sont les raisons qui ont, jusqu’ici, empêché l’installation des institutions constitutionnelles que sont la Cour Constitutionnelle, la Haute Autorité de la Communication et l’Institution Nationale Indépendante des Droits Humains.

Quelles que soient les raisons qui justifieraient ce retard, l’Assemblée Nationale exhorte le Gouvernement à formuler les projets d’amendements des lois organiques relatives auxdites Institutions et à les lui déposer pour examen et adoption.


Honorables Députés,

Encore une fois, la Guinée a rendez-vous avec son destin. Confrontée qu’elle est à la double épreuve d’éradiquer la fièvre hémorragique virale EBOLA et relancer la machine économique pour sortir de la pauvreté. Je crois fermement en une issue heureuse, car en paraphrasant d’autres voix plus avisées, c’est dans l’épreuve que les Guinéens font preuve de volontarisme et de détermination.

Le budget, les politiques monétaires et budgétaires sont l’instrument dont dispose l’Etat pour réguler la vie économique et sociale.

Je ne doute pas que le projet de budget qui nous est soumis bénéficiera de votre attention soutenue, de vos critiques perspicaces et de vos pertinentes suggestions.

Je reste convaincu que dans l’exercice de cette noble et lourde tâche, nous serons toujours inspirés par notre qualité de Représentant national au service exclusif de notre mandant : le Peuple de Guinée.

C’est sur ces mots que je déclare ouverts les travaux de la Session budgétaire portant sur l’examen et l’adoption de la Loi de Finances Initiale 2015.

Je vous remercie.

 
Projet de minerais de fer de Simandou : Kerfalla Yansané au siège de la Commission Européenne

2014/10/9

Aujourd'hui en Guinée Dans le cadre la réalisation du projet de minerais de fer de Simandou, avec la société Rio Tinto, une délégation ministérielle guinéenne a séjourné, du lundi 6 au mardi 7 octobre 2014, dans la capitale européenne, à Bruxelles. Cette délégation, conduite par M. Kerfalla Yansané, ministre d’Etat chargé des Minies, comprenait aussi Dr Ousmane Sylla, ambassadeur de Guinée à Bruxelles auprès des pays de l’Union Européenne et du BeNeLux, le secrétaire général du ministère de l’Economie et des Finances, le conseiller du Président de la République chargé des questions stratégiques, et le conseiller du ministre des Mines chargé des relations extérieures. Elle était également accompagnée par une forte délégation de la société Rio Tinto.

Ces deux délégations ont rencontré le mardi 7 octobre 2014 les représentants des différents partenaires de l’Union Européenne et des représentants de la Banque Européenne d’Investissement venus du Grand duché du Luxembourg.

La réunion a essentiellement porté sur la présentation du projet Simandou et l’appel lancé à la Commission de l’Union Européenne et de la Banque Européenne d’Investissement pour leurs participations à la réalisation des infrastructures minières du projet (Chemin de fer Trans-Guinéen et le port minier).

Après de fructueuses discussions, la Guinée a reçu l’engagement ferme de la Banque Européenne d’Investissement à participer au financement du projet, et de la Commission de l’Union Européenne à confirmer le plus tôt possible sa participation à la réalisation des infrastructures minières.
Il a été en outre décidé de garder maintenant un contact permanent avec ces deux institutions pour leur participation effective à ce projet.

Avant cette grande rencontre, sur proposition de Dr Ousamane Sylla, ambassadeur de Guinée à Bruxelles, le ministre d’Etat chargé des Minies, Kerfalla Yansané, a successivement rendu visite à deux grandes personnalités de l’Union Européenne : M. Nick Wescott, directeur général Afrique de l’UE et M. Adréas Piebalgs, commissaire de l’Union européenne chargé du développement et de la coopération.

Avec ces hautes personnalités, le ministre d’Etat chargé des Mines et l’Ambassadeur de Guinée à Bruxelles ont décrit la situation économique, politique et sociale de la république de Guinée, atteinte par la fièvre à virus Ebola. Ils ont aussi remercié, au nom du chef de l’Etat, Président de la république de Guinée et de son gouvernement, l’Union Européenne pour toute l’aide qu’elle apporte à la Guinée dans sa lutte contre la fièvre Ebola, et ont demandé d’accroître cette aide.

Le ministre d’Etat Kerfalla Yansané et Dr. Ousmane Sylla ont également insisté sur la nécessité d’organiser à Bruxelles une conférence internationale de solidarité pour les pays atteints par la fièvre Ebola. Cette conférence peut être coprésidée par l’Union Européenne te l’Union Africaine. Les deux personnalités de l’UE ont bien accueilli cette idée, et œuvreront à sa réalisation.

Enfin, il faut noter que M. Adréas Piebalgs, commissaire de l’Union Européenne chargé du développement et de la coopération, a promis de mettre tout en œuvre pour que la Guinée puisse bénéficier d’une aide budgétaire urgente en 2014 et 2015 pour appuyer ses efforts dans la lutte contre le virus Ebola.

Très satisfait de cette mission, le ministre d’Etat chargé des Mines, M. Kerfalla Yanasé a quitté Bruxelles pour Washington où se tiennent d’importantes réunions aussi bien sur Ebola que sur le projet Simandou dont la réalisation permettra à notre pays d’amorcer un grand décollage économique.

SACKO Mamadou

 
Assemblée Générale: Communiqué de la Section RPG Arc-en-ciel des Pays-Bas

2014/10/9

Aujourd'hui en Guinée Dans le cadre des rencontres mensuelles organisées par le Bureau Exécutif de la section RPG Arc-en-ciel des Pays-Bas, une importante Assemblée Générale se tiendra ce Dimanche 12 octobre 2014, de 14h à 16h à Westduelstraat 1 (Rotterdam) où la présence de tous les militants et membres du bureau est indispensable.

NB: L'ordre du jour sera essentiellement consacré:

1- À la restructuration du bureau exécutif de la section et celui
des sous-sections en vue de mieux préparer les futures
échéances politiques dans notre pays.

2- Actualité nationale/vie du parti.

3- Divers

Kaba Mamady
Secrétaire administratif

 
Bruxelles : Le Groupe des pays ACP organise, le 17 octobre 2014, un symposium international sur Ebola (Communiqué)

2014/10/9

Aujourd'hui en Guinée Dans le cadre de leur lutte contre la fièvre Ebola en Afrique, le Groupe des pays ACP (Afrique, Caraïbes et Pacifique) organise, avec les ambassades de Guinée, Sierre Leone et Liberia, un symposium international sur la fièvre à virus Ebola en Afrique de l’Ouest, le vendredi 17 octobre 2014 à 10 heures, à la Maison des ACP située sur l’avenue Georges Henri N° 451 ; 1200 Bruxelles.

Ce symposium a pour but d’informer et de sensibiliser davantage les partenaires au développement, les ONG et l’opinion publique internationale sur le développement de cette maladie dans ces pays, et la riposte de la communauté internationale face à cette pandémie.
Sont spécialement invités à ce symposium l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), l’Union Européenne, Médecins Sans Frontières (MSF), Médecins du Monde (MDM), l’UNICEF, le Parlement Européen, le Gouvernement Belge, ainsi que Tout le Groupe ACP.

Les organisateurs remercient d’avance toutes les bonnes volontés qui accepteraient de participer à ce symposium et de contribuer aux efforts des pays concernés pour éradiquer ce fléau.

Bruxelles le 8 octobre 2014
Dr Ousmane Sylla Ambassadeur de Guinée à Bruxelles auprès des pays de l’Union Européenne et du BeNeLux, Président du Comité des Ambassadeurs ACP

 
Politique: Siaka Barry répond au mouvement Tout Sauf Alpha de Baïdy Aribot!

2014/10/8

Aujourd'hui en Guinée Mesdames et Messieurs,

C’est une opinion guinéenne médusée, qui a assisté ces derniers mois aux gesticulations tragicomiques d’un groupuscule fascisant et en manque d’inspiration du landernau politique guinéen. Un certain Baïdy Aribot qui n’est plus à présenter (surtout pour ses inénarrables frasques) s’est pris ces derniers temps à rêver, que dis-je, à halluciner en sentant le rendez-vous de 2015 frapper à sa porte comme le chant de cygne d’une opposition moribonde.

Ainsi, pris de panique, le ci-devant député, qui n’a d’honorable que le titre ronflant acquis à Kaloum de façon « calamiteuse » à l’issue d’un marathon électoral des plus rocambolesques, n’a eu d’autres inspirations que de lancer un mouvement ridicule et insensé, qu’il fait appeler « Tout Sauf Alpha ».

Résumé ainsi, cette énième sortie du club des anciens barons et autres sangsues du long règne anarchique du Général Conté, véritable pègre à leurs heures perdues, n’aurait suscité en moi aucun émoi, tant le peuple de Guinée sait désormais, au regard de son vécu récent, distinguer entre celui qui se trouve dans la posture de Marc-Aurèle, par sa sagesse philosophique et son humanisme, et les nombreux Néron qui, non contents d’avoir spolié et martyrisé notre peuple pendant 24 ans, rêvent finalement de voir en 2015, notre maison commune partir en flamme, comme Rome le fut jadis sous ce tyran.

Les élucubrations pour le moins démoniaques et à fort relents ethno-stratégiques, débitées urbi et orbi par ces prophètes de malheur, atteignant un point culminant à Chicago en août passé avec le désormais célèbre discours honteux et incendiaire de M. Cellou Dalein Diallo, doivent sortir tout patriote de son silence et pousser chacun de nous, au delà des clivages irrationnels, à sonner le tocsin de l’unité nationale et de la cohésion sociale. Cela est pour moi, un devoir de salut public !

Oui, si Martin Luther King a eu son célèbre « discours d’Alabama », Cellou Dalein Diallo a désormais le sien, inscrit avec infamie dans les annales de notre histoire commune : « le discours de Chicago ».

Revenant au slogan sordide et creux du « Tout Sauf Alpha », je me suis fait l’écho d’un communiqué laconique et incohérent, en date du 27 septembre 2014, dans lequel, un certain Lancéi Konaté (se présentant comme le Coordinateur du TSA en Europe) appelle à « faire barrage à la réélection du Pr Alpha Condé en 2015, Pour la simple raison que depuis son élection en 2010, il a mis en place un régime dictatorial qui n’a apporté que du malheur à notre pays » fin de citation.

Heureusement que tout le microcosme politique de notre pays, ne sera pas jugé à l’aune de tels raccourcis et de telles incongruités, sinon notre fameuse opposition, en plus d’être « la plus bête de l’Afrique » aurait mérité concomitamment, la palme de « la plus ridicule du continent ».

Nous au RPG arc-en-ciel, nous n’avons pas à rougir d’un qualificatif de « dictateur », venant surtout de ceux qui étaient aux manettes durant les années de braise de 1985 à 2008, et qui ont laissé dans le subconscient du guinéen un souvenir où la barbarie ne rivalisait qu’avec l’anarchie. Certes, des leçons de démocratie et d’état de droit, nous en avons besoin au RPG arc-en-ciel, le besoin de perfection étant inhérent à toute entreprise humaine, mais nos opposants actuels sont-ils les mieux indiqués pour nous en administrer? Là, réside la question.

Que renferme le slogan « TOUT SAUF ALPHA » ? Ces trois petits mots constituant un non-sens à première vue, sont pourtant lourds de non-dits et d’insinuations malhonnêtes, si on s’y attarde de près. Exorcisons-le brièvement de son contenu maléfique, avant que sa transe diabolique ne se saisisse de notre peuple.

A quoi fait donc fait allusion ce «TOUT», qu’un politicien à la petite semaine veut insidieusement vendre au peuple de Guinée ?

Ce «TOUT» prône simplement le retour à la situation d’avant 2010, où, par les faits et méfaits des thuriféraires du régime rétrograde de Lansana Conté, TOUT était permis, l’état ou ce qu’il en restait, s’était privatisé, la gabegie financière s’était étatisée, les valeurs morales s’étaient dégradées, le crime organisé s’était généralisé, le concept de civisme avait foutu le camp, bref les fondements de notre république s’étaient délités.

Oui, les nostalgiques de ce « TOUT », veulent nous ramener à l’atmosphère de putréfaction sociale d’avant Janvier 2007, où un Homme politique déclarait « la justice c’est moi !», applaudit en cela par des commis aveuglés par l’appât du gain facile et mûs uniquement par la préservation de leurs prébendes. Heureusement qu’en janvier 2007, une révolution inachevée est passée par là, mettant un holà à la négation toute azimute des droits les plus inaliénables de notre peuple.

Ah oui, votre « TOUT » traduit votre nostalgie de cet « âge d’or » mafieux, où un Président d’une république chancelante apostrophait publiquement ses ministres en leur lançant « vous êtes tous des voleurs !!» sous un hourra d’applaudissements approbateurs des accusés eux-mêmes.

Ah oui, TOUT sauf Alpha ? ce « TOUT », c'est le ballet incessant et quasi quotidien des pick-up de la présidence dans les caveaux de la Banque Centrale, embarquant des cartons de billets de banque neufs, sous le regard hagard, impuissant et révolté d’un peuple en guenille, spolié de son espoir, sucé jusqu’au sang par des vampires en costumes-cravates.

« TOUT » c’est aussi le retour au narco-état voyou dont le souvenir vivace reste dans le subconscient collectif des guinéens, avec ces images d’avions fantômes atterrissant nuitamment sur les pistes broussailleuses de Faranah et de Boké.

Oui Baïdy, votre « TOUT » ne trompe personne ! il me rappelle simplement le contingent de « bérets rouges » que j’eus l’effarement de rencontrer le soir d’un vendredi de 2009, aux portes de votre bureau de la CNSS, embarquant un véritable butin de guerre arraché à un « peuple vaincu » pour « arroser » le weekend des « vainqueurs » au camp Alpha Yaya, ou dans les nombreux maquis qui foisonnaient à cette époque.

Votre « TOUT » M. Baïdy, c’est le retour vers l’opacité arrogante qui entourait jadis la gestion de notre patrimoine commun et surtout des grandes régies de l’état, dont vous fûtes vous-mêmes l’un des fossoyeurs les plus notoires.

Oui grand-frère Lancéi Konaté, vos rancœurs et vos ressentiments personnels nourris à l’encontre du Pr Alpha Condé peuvent se comprendre venant d’un homme aux objectifs prébendiers ; mais, pour quelques motifs que ce soit, vous ne devez perdre de vue la bonne volonté du Chef de l’Etat d’asseoir les bases d’une Guinée aux lendemains meilleurs. Les effets dévastateurs de votre propre cécité sur votre capacité de discernement ne doivent en aucun cas vous pousser au nihilisme politique. La « dictature » sous Alpha Condé n’existe que dans votre imaginaire fantasmagorique, vous et vos soutiens politiques, victimes que vous êtes du seul environnement obscur et haineux dans lequel vous vous êtes reclus depuis des années, coupés des réalités du bas-peuple.

Eh bien votre obscurantisme d’aujourd’hui ressemble à la condition pathétique de ces hommes enchainés décrits il y’a plusieurs siècles par Platon, dans son fameux « mythe de la caverne ».

Chers frères Lancéi Konaté et Baïdy Aribot, vous et vos sous-fifres, qui ne voyez le soleil de l’espoir poindre à l’horizon qu’à travers le prisme de la fausseté, je puis vous affirmer que notre pays la Guinée vient de loin, n’en déplaise aux nostalgiques d’un passé pourtant peu reluisant.

La Guinée, sous l’impulsion du Pr Alpha Condé se fait patiemment une image d’Etat fréquentable, qui tranche de plus en plus avec celle qu’elle offrait naguère, lorsque nous étions estampillés « Failed State » par tous les organismes internationaux. Oui, les vicissitudes naturelles entravant aujourd’hui notre parcours (notamment les récents effets néfastes d’Ebola) ne doivent pas vous faire occulter cette volonté infaillible du président Alpha Condé de bâtir une nation forte et prospère.

Oui, vous vous êtes empêtrés dans les chaines de la haine, à quand votre libération ? Seul le peuple souverain de Guinée, que vous avez longtemps martyrisé, a la réponse à cette lancinante question. Et, croyez-moi, il vous répondra sûrement en 2015 !!!

Conakry, le 7 octobre 2014

Par Siaka BARRY, Secrétaire Politique de la Section RPG arc-en-ciel Lambanyi,
Membre du Bureau des Cadres

 
Opinion: Le Général Sékouba Konaté ferait mieux de revenir à la maison

2014/10/7

Aujourd'hui en Guinée Quand j’écoute et suis le Général Sékouba Konaté, je me dis que la Guinée a bien de chances de s’être débarrassée de ce militaire. Inculte sur tous les plans, il est l’un des responsables de la situation financière catastrophique de ce pays. Ce Général, qu’il faudrait poursuivre pour crime économique, lors de son magistère entre 2009 et 2010, a porté l’endettement du Trésor auprès du système bancaire à 6.433 milliards de francs guinéens. Cet endettement à la mort de Lansana Conté dépassait un peu plus de 2000 milliards. Plus simplement et pour une meilleure compréhension, il faut savoir que de 45 milliards de francs guinéens à la prise du pouvoir par l’armée en 1984, l’endettement du Trésor auprès de la Banque centrale est monté à 137 milliards à fin décembre 1999, à 274 milliards en 2001, pour culminer à plus de 2 000 milliards en 2006. Le régime de transition a porté ce montant à 3 449 milliards de francs guinéens en 2009 – sous le Capitane Moussa Dadis Camara – et 6 433 milliards à fin décembre 2010 – sous le Général Sékouba Konaté. En un an d’exercice le fameux Général a ponctionné l’Etat guinéen de près de 3 000 milliards soit exactement 2 984 milliards de francs guinéens. Espérons seulement que les auditeurs sont sur la question et lui feront rendre gorge. Sans oublier les marchés et constructions fictifs, le détournement des véhicules du parc automobile de l’Etat pour des petites filles dans les quartiers, j’en passe et des meilleurs. Oui, le prix de la démocrate a été trop lourd pour le peuple guinéen.

Et aujourd’hui, c’est le même Général qui se rend à la CPI pour dit-il donner son témoignage sur les événements du 28 septembre. Que d’empressement ! Ne te presse pas Paruski, ton tour vendra. Et tu expliqueras où tu étais ou pourquoi tu n’étais pas là lors de ces événements. Surtout pourquoi tu as toujours été absent lors des événements qui ont marqué le CNDD. Dans tous les cas, le ministre de la Défense que tu étais n’avait pas besoin d’être à Conakry pour gérer les troupes. Il peut le faire en tout lieu du territoire national. Que crains-tu El Tigre ? Tu dis que tu n’as pas confiance en la justice de ton pays et conséquemment tu ne viendras pas témoigner en Guinée ! Reviens Sékouba car cette justice fait des progrès énormes.

Naturellement l’imaginaire populaire a vite fait d’en faire des dossiers qui concernent les « gourous du 28 septembre» qui sont ainsi « protégés » envers et contre tout, parce que la procédure traine. Du coup, certains n’hésitent pas à parler « d’inféodation » du pouvoir judiciaire à l’exécutif, alimentant le vieux débat sur l’indépendance de la justice alors que les premiers responsables du pays n’ont de cesse d’exhorter les magistrats à prendre leurs responsabilités et toutes leurs responsabilités dans le traitement des dossiers quels qu’ils soient. «Une justice indépendante et crédible, à même de garantir pour tous l’égalité de traitement devant la loi, crédibilise davantage l’Etat de droit et la démocratie» avait souhaité le Président Alpha Condé. Aussi promet-il de «veiller au renforcement du pouvoir judiciaire… en faisant de la justice le véritable gardien des libertés individuelles et collectives.» Il ne faut pas voir au travers, ces propos une simple profession de foi, car, même dans des affaires délicates comme celles l’attaque du domicile privé du Président, force était revenu en dernier ressort à la loi.

Toujours dans le cadre de l’administration de la justice, le chef de l’Etat a déclaré que même des personnes du premier cercle présidentiel répondront devant les institutions judiciaires si des faits leur sont reprochés. C’est dire qu’il n’y a pas « d’intouchables », en tout cas pas dans les cercles du pouvoir. A contrario, on a vu la justice maintes fois chahutée par divers acteurs, organisés ou non, aux motifs de verdicts « non conformes » ou avec l’objectif de l’obliger à agir dans un sens ou dans un autre. Cette pratique pour le moins détestable, qui a pris de l’ampleur ces dernières années a mis à rude épreuve l’institution judiciaire qui ne savait plus à quel saint se vouer comme prise entre le marteau et l’enclume alors qu’elle devrait bénéficier de la bienveillance et de la sérénité de tous pour pouvoir agir en toute équité. Le ministre de la Justice ne dit pas autre chose lorsqu’il affirme que « Il serait hypothétique de penser qu’il soit possible de construire une justice forte et crédible avec des suspicions à tout bout de champ, avec des pressions sous quelques formes qu’elles soient, sans volonté citoyenne de respecter le caractère sacré des décisions de justice,…, en un mot sans confiance en l’institution judiciaire ».

C’est dire que tout est mis en œuvre au niveau de l’exécutif pour que nul magistrat n’ait à avoir peur d’exercer ses prérogatives et à agir selon la loi et les règlements à l’abri de toute pression. Alors, Général, reviens à maison confiant et dit au peuple de Guinée quel a été ton rôle lors des événements du 28 septembre. Au passage profite régler ‘’tes découverts’’ à la BCRG. Sacré Général qui attend dans une force toujours en attente.

MOMO JO

Source: Guinee7 partenaire de www.aujourd'hui-en-guinee.com

 
Affaire Hamana-Etat guinéen : << Je ne paierai pas un franc à Hamana,
puisque le ministre dit qu'il n'a pas signé >>, dixit Alpha Condé

2014/10/7

Aujourd'hui en Guinée Ça sonne comme le glas d'une affaire qui avait fait grand bruit dans la cité. En tenant de tels propos vendredi à la presse, le président Alpha Condé, semble avoir sifflé la fin de la récréation autour de ce dossier.

Le chef de l'Etat s'est voulu, on ne peut plus tranchant, mettant ainsi fin à la cacophonie ambiante.

Il croit comme bien de personnes à l'argumentaire développé par son ancien ministre du commerce, ainsi qu'à la ligne de défense qui a toujours été tenue par ce dernier.

Mohamed Dorval ayant toujours affirmé haut et fort que << le contrat dont il était question était un faux contrat >>.

Un contrat qu'il dit n'avoir pas du tout signé, arguant que la signature apposée en bas du document est une signature falsifiée de
lui et le cachet utilisé, celui qui lui a été subtilisé.

Pour le président Condé, il n'y a point d'ambiguïté, l'Etat guinéen n'a rien à payer à l'homme d'affaires, Mohamed Kourouma, PDG de la
société Hamana, qui lui réclamait la somme de 185 milliards et un peu plus de 300 millions de francs, pour dit-on la livraison de 21.700
tonnes de sucre, en 2011.

C'est un désaveu cinglant pour Hamana, pour le fameux comité interministériel et pour la secrétaire générale du ministère du commerce. Mais un réconfort total pour l'Inspection Générale d'Etat et à sa tête Massoud Thiam.

D'abord, Hamana ne peut plus, en aucune manière soutenir le contraire de ce qu'a dit l'ancien ministre Dorval, et espérer à un quelconque
paiement, le président de la république ayant tranché en faveur de ce dernier...

Ensuite, tous les huit ministres qui ont travaillé dans le fameux comité interministériel en question, devront payer pour une complicité
soupçonnée, avérée on va dire avec l'homme d'affaires Hamana et madame Touré Hawa Keita. Il est désormais établi qu'ils voulaient faire mains
basses sur cet argent, pour finalement se partager le butin...

Quid du chef du gang, en l'occurrence le premier ministre Mohamed Saïd Fofana ? Le simple fait d'avoir constitué un tel comité autour d'un
faux contrat, alors qu'il existe une inspection générale de travail et une inspection des finances, est un crime pour lequel il doit payer.

Mme Touré, toujours secrétaire générale du ministère du commerce, ne peut plus jamais contester les affirmations de son ancien chef, le
ministre Dorval. Elle devrait assumer, et tirer toutes les conséquences.

Enfin, la sortie du président Condé est venue conforter Massoud Oumar Thiam et son équipe dans leur position. Ils peuvent avoir sourire aux
lèvres.

La suite ? ça va se savoir !!!

M. Sidimé Alpha Kabinet

 
Banque mondiale-FMI
Ebola s’invite naturellement aux débats
Soumah Alsény
Alsény SOUMAH: L’Ambassadeur de l’art culinaire guinéen aux USA
Dépêches
L'UA/Nord-Mali
TV Aujourd'hui-en-guinée

cliquez sur la photo pour ouvrir la video

Voir les autres articles >>>
Page noire : Naby Youla
Le dernier des ‘’Mohicans’’ guinéens tire sa révérence !
TV Aujourd'hui-en-guinée  ::  Banque mondiale-FMI  ::  Audios  ::  L'UA/Nord-Mali  ::  Libres Propos  ::  Soutenez Aujourd'hui en Guinée  ::  Albums Photos  ::  Contact  ::  Abonnez-vous  ::  Email  ::  Partenaires  ::  


Privé - Espace Clients  Hotline  

© Rosawebpro   |    Privé - Espace Clients