Bannière


 
Studiotech
CIS-Tv : Remise du car de reportage.

Partenaires

Africatime

Africvisionguinée

Akhadan

Conakrylive

Condedjenekaba

Ecoutez Sabari FM 97.3 en direct

Guinée7

L'Express Guinée

Le Diplomate

Les amazones

Mediaguinee

Nouvelledeguinee

pednespoir.com

11 visiteurs connectés

24 Avril 2014 - 3h11



Dernières minutes : La venue de Maitre Abdoulaye Wade à Dakar reportée à demain

2014/4/23

Aujourd'hui en Guinée CONAKRY-L'ancien Président de la République Sénégalaise, Maitre Abdoulaye Wade ne sera pas à Dakar ce mercredi soir. Le porte-parole du Parti Démocratique Sénégalais ( PDS ) qui donne la nouvelle a expliqué qu'en raison de la longue escale à Casablanca la venue à Dakar du Pape du Sopi ( Changement en Oulof ) est reportée à demain jeudi 24 Avril 2014 15 heures, heure locale.

Focus

 
Affaire DSK-Nafissatou : "Je n'y ai pas cru, je ne le crois pas..." dixit Anne

2014/4/23

Aujourd'hui en Guinée CONAKRY-Trois ans après, l'affaire du Sofitel de New York lui paraît "un moment de cauchemar" : Anne Sinclair a pour la première fois raconté dans une longue interview télévisée comment elle a vécu l'accusation de viol contre son ex-mari Dominique Strauss-Kahn.

La journaliste, 65 ans, actuellement directrice éditoriale du Huffington Post français, était interviewée dans l'émission "Un jour, un destin" mardi soir sur France 2 sur le scandale qui a fait tomber l'ancien directeur du Fonds monétaire international, alors favori pour représenter le Parti socialiste à l'élection présidentielle française. Il avait été accusé d'avoir violé une femme de chambre guinéenne, Nafissatou Diallo, dans sa suite de l'hôtel Sofitel à New York, et les photos de son arrestation, menottes aux poignets, avaient fait le tour du monde.

Quatre jours plus tard, le 18 mai 2011, DSK démissionnait. Il a ensuite été poursuivi pour proxénétisme dans l'affaire du Carlton de Lille. A propos de l'accusation de viol, l'opinion d'Anne Sinclair ne varie pas: "Je n'y ai pas cru, je ne le crois pas et je sais que ce n'est pas le cas". Elle est restée à ses côtés tout au long de cette affaire, qui a été définitivement close fin 2012 par un accord financier confidentiel entre l'ancien ministre socialiste et l'employée du Sofitel. Anne Sinclair s'est séparée de DSK au printemps 2012.

Quand il est arrêté, "c'est tomber du haut de l'Olympe pour se retrouver dans un cul de basse-fosse, c'est un destin incroyable", se rappelle-t-elle. "Cette affaire était gigantesque. De temps en temps, je me dis: Est-ce qu'elle a vraiment existé, cette histoire? Est-ce que je l'ai vraiment vécue ou est-ce que ça a été un moment de cauchemar? Voir l'homme avec qui l'on vit avoir des fers aux pieds dans sa prison (...), ensuite on était enfermés dans une résidence avec deux cents journalistes qui nous traquaient", confie encore Anne Sinclair.

"Tout a été violent, y compris les réactions de la presse. Il y a eu 150.000 Une de journaux dans le monde sur le sujet. Il y a beaucoup de journalistes qui m'ont étonnée par leur impudeur, leur façon de se délecter de commentaires psychologiques, de détails scabreux".

Complot?

"Le comportement que Dominique a pu avoir alors qu'il était à la veille d'une élection, je pense que c'était infantile, pas à la hauteur ni de l'homme que je croyais qu'il était ni du destin qu'il ambitionnait", poursuit-elle.

Interrogée sur l'éventualité d'un "complot", elle conclut : "il n'y a pas eu de complot, je pense qu'il y a eu une volonté d'amplifier beaucoup les choses auprès des autorités new-yorkaises. Je pense que les autorités françaises n'ont pas été totalement neutres mais je ne veux pas rentrer là-dedans".

Elle dit ne pas avoir rencontré alors Nicolas Sarkozy et n'avoir "rien à lui dire". "Je n'ai rien à reprocher à personne. Je garde mes reproches pour moi". "Je pense que c'est une affaire qui est tombée, que Nicolas Sarkozy a cru comme du pain béni et qu'à ce moment là il en a profité, c'était le jeu politique".

Anne Sinclair explique aussi qu'elle n'avait "aucune envie" de voir son mari se lancer dans une campagne présidentielle, car "c'est un job épouvantable".

A propos des liaisons de DSK, elle déclare : "vous me croyez ou vous ne me croyez pas, mais je ne savais pas". "Quand j'ai épousé Dominique, je savais que c'était un charmeur, que c'était un séducteur", admet-elle, avant d'ajouter qu'elle était au courant des "rumeurs". "Mais les rumeurs, elles sont faites pour détruire (...) donc je les ai ignorées", explique la journaliste. "J'ai eu des doutes, oui". "Je suis souvent venue lui demander si les choses étaient exactes ou pas. Et il savait démentir. Et me rassurer". "Les conjoints sont toujours les derniers informés". "Ce que j'ai accepté au su de tout le monde c'était de me battre aux côtés d'un homme injustement accusé". "On ne quitte pas un homme quand il est à terre", ajoute-t-elle.

M. Strauss-Kahn a entretenu en 2008 une relation avec une économiste hongroise du FMI, Piroska Nagy. La romancière Tristane Banon a déposé plainte contre DSK en juillet 2011 pour une tentative de viol à l'occasion d'une interview en 2003, plainte que le parquet de Paris a classé sans suite pour prescription, mais en jugeant que des faits qualifiés d'agression sexuelle étaient "reconnus".

AFP

 
Communiqué relatif au refus d’atterrissage à Dakar du jet privé de Maitre Wade

2014/4/23

Aujourd'hui en Guinée CONAKRY-Pour l’instant, le Sénégal refuse de donner l’autorisation d’atterrir à l’avion du président Abdoulaye Wade actuellement en escale à l’aéroport de Casablanca. Les autorités aéroportuaires du Sénégal ne cessent de demander depuis plusieurs heures à leurs homologues du Maroc de patienter pour la délivrance de l’autorisation de survol et d’atterrissage à Dakar.

Manifestement, il s’agit d’un dilatoire visant à empêcher le Président Wade d’arriver en plein jour au Sénégal. Ces mesures sont anti démocratiques et inadmissibles au moment où tous les sénégalais affluent vers l’aéroport LSS pour accueillir le Président Wade.

De même, les forces de l’ordre sont entrain de repousser les populations qui arrivent par groupes sur la route de l’aéroport.

Farba Senghor

 
Du journalisme à la politique: Cheikh Yérim Lance ''Citoyenneté Sénégal C221 ''

2014/4/23

Aujourd'hui en Guinée CONAKRY-Le célèbre journaliste Cheikh Yérim Seck, qui a fini de faire ses preuves dans le monde de la communication et distingué par ses capacités d’observateur averti de la situation politique de son pays, a décidé désormais d’aborder une nouvelle tournure dans sa carrière.

Une nouvelle vie qui consiste à matérialiser les nombreux actes qu’il a toujours entrepris pour servir son pays dont la création d’emploi pour des centaines de jeunes, la défense des intérêts du Sénégal à travers sa personnalité respectée… M. Seck a décidé désormais de prendre son destin en main pour continuer son combat sur le terrain épineux de la politique, espace approprié pour servir son peuple.

Citoyenneté Sénégal C221: C’est le nom du mouvement citoyen qu’il entend porter au devant de la scène pour dit-il, participer à sa manière avec ses militants et sympathisants à la construction de l’édifice nationale.

« J’ai tout écrit et tout dit, maintenant je passe à l’acte », dira Cheikh Yérim pour qui, il est grand temps de devenir acteur de premier rang de la rupture au Sénégal. En effet après avoir fait le tour du monde, rencontrer de grands hommes, M. Seck qui capitalise une grande expérience dans divers domaines, compte s’investir entièrement à travers son mouvement en politique pour déjà, disposer de certaines collectivités locales lors des élections municipales qu’il va conquérir avec 27 candidats à travers le territoire national dont surtout des jeunes et des femmes. Prendre son destin en main, c’est ce en quoi croit désormais M. Seck qui pense qu’après 54 ans d’indépendance malgré ses potentialités il est temps de chercher à comprendre pourquoi le Sénégal n’arrive pas à décoller.

Et comme il l’a signifié dans l’intitulé du mouvement en wolof « xaam linu beug defal ko sunu bop » (savoir ce qu’on veut et le faire nous même Ndlr), il préjuge fermement qu’en changeant la donne et les hommes, le Sénégal pourrait être mis sur les rails du développement. Raison pour laquelle il a tenu à préciser qu’il se concentre pour le moment à la massification de son mouvement dans tout le Sénégal afin de lui donner une bonne représentation. Cheikh Yerim Seck a aussi très tôt levé l’équivoque sur une volonté de se rapprocher de l’Etat comme raison de la création de son parti.

« Je ne serai jamais nommé dans ce pays », tranche le journaliste. Il compte de ce point de vue, avoir tout en politique par le suffrage de ses compatriotes et non par le biais de qui d’autres que ce soit.


 
"Le président qui voulait vivre ses vies" : Valérie Trierweiler de retour ?

2014/4/22

Aujourd'hui en Guinée CONAKRY-La principale information du Président qui voulait vivre ses vies, le livre d'Elise Karlin qui sort mercredi et fait la Une de L'Express ? Le couple François-Hollande - Valérie Trierweiler serait reformé, laisse entendre la journaliste à l'avant-dernière page.

"Depuis plusieurs semaines, écrit-elle, le président se redécouvre attaché à Valérie Trierweiler. Il cajole son ex-compagne, multiplie les témoignages laissant penser que ses sentiments pour elle sont loin d'être éteints (...). En mars, Hollande arrive avec des fleurs un soir où il l'emmène dîner dans le restaurant corse que le couple affectionne, à deux pas de la rue Cauchy. Il imagine une vie avec Valérie, mais sans les ennuis, les tensions, les cris. " En clair : plus de "première dame" à l'Elysée. Et de conclure : "Valérie Trierweiler de retour au coeur du quotidien présidentiel ? C'était impensable : c'est plus que probable".

Si elle est exacte, s'agit-il de la révélation qui "inquièterait" François Hollande, à en croire Le Journal du Dimanche ? Le JDD précisait le 20 avril que le chef de l'Etat, "généralement prompt à recevoir les auteurs des livres qui lui sont consacrés", n'a pas reçu l'auteure. "François Hollande et Valérie Trierweiler n'ont pas répondu à mes demandes de rendez-vous", spécifie d'ailleurs Elise Karlin à la fin de l'ouvrage.

Et sinon ? Sur une centaine de pages, la journaliste évoque Julie Gayet. Et, surtout, retrace la jalousie de Valérie Trierweiler envers Ségolène Royal, jusqu'au tweet fatal de soutien à Olivier Falorni, avant les législatives de 2012. Histoire déjà racontée, avec plus de brio, par Anna Cabana et Anne Rosencher (Entre deux feux).

 Le président qui voulait vivre ses vies, Les coulisses d'un vaudeville d'Etat, Elise Karlin (Fayard, 15 euros)

In Francetvinfo


 
Hillary Clinton visée par un projectile durant une conférence à Las Vegas

2014/4/22

Aujourd'hui en Guinée CONAKRY-Une femme a lancé jeudi un projectile, décrit comme une chaussure, sur l'ancienne secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton, qui s'est amusée de l'incident lors d'une conférence à Las Vegas (Nevada, ouest), selon des images diffusées à la télévision américaine.

La femme a lancé le projectile pendant une intervention de Mme Clinton à la conférence de l'Institut des industries de recyclage des déchets (ISRI). Mme Clinton, 66 ans, n'a pas été touchée par le mystérieux objet -- passé à quelques centimètres de sa tête -- et a blagué immédiatement après l'incident.

"Heureusement qu'elle n'est pas aussi bonne que moi au softball", a-t-elle ironisé, s'attirant les applaudissements nourris de la salle, selon les images de la chaîne locale KTNV. "Je ne pensais pas que la gestion des déchets était aussi controversée", a-t-elle ajouté en riant.

La femme qui visait Mme Clinton, escortée vers la sortie les mains en l'air, a été arrêtée, selon le Las Vegas Review-Journal. Ni la police ni les organisateurs de la conférence n'étaient joignables dans l'immédiat pour commenter l'incident.

(Avec Belga)

 
Les Guinéens de Sénégal mobilisés pour lutter contre Ebola dans leur pays

2014/4/19

Aujourd'hui en Guinée CONAKRY-Sur initiative de l'Association Guinéenne pour l'Unité et la Citoyenneté, la communauté guinéenne vivant au Sénégal, dans un élan de mobilisation générale contre l'épidémie EBOLA qui sévit en Guinée, a organisé ce dimanche 13 Avril 2014, une cérémonie de prières à la grande mosquée de Dakar.

La cérémonie s'est déroulée en la présence de plusieurs dizaines de notables, de chefs religieux, particulièrement le Grand Imam de la mosquée El hadji Baye Dame Diène, sans oublier la forte délégation de la représentation diplomatique de la Guinée au Sénégal, conduite par Docteur Kadéba Condé, Premier Conseiller, représentant l'ambassadeur Mamadou Beau Kéïta, empêché.

Après les prières formulées pour que le Tout Puissant éradique cette épidémie, instaure la paix et la solidarité en Guinée, le Grand Imam, par la voix de son porte parole a magnifié cette initiative et souligné que le Sénégal est de tout cœur avec la Guinée.

Prenant la parole, la représentante de l’ambassadeur a, elle aussi, salué l’initiative des jeunes non sans s'incliner pieusement pour le repos des âmes des nombreux morts. Le Premier Conseiller de l'ambassade de la Guinée a également prôné la sensibilisation et l'information qui, à l'en croire, font partie des moyens efficaces de riposte contre cette maladie hautement mortelle, n'ayant ni vaccin ni remède.

Quant à la fermeture des frontières par le Sénégal, Docteur Kadéba Condé dira que " la fièvre hémorragique Ebola est une maladie qui fait vraiment peur. Il est vrai que les autorités scientifiques ont affirmé qu'il n'est pas nécessaire de fermer les frontières et même le représentant de l'Organisation Mondiale de la Santé a dit qu'on ne peut pas empêcher les gens de voyager. Mais nous comprenons l'attitude du Sénégal qui est souverain et qui ne fait que se référer aux recommandations de ses autorités médicales bien que nous soyons des pays frères, car un bonheur pour la Guinée est un bonheur pour le Sénégal".

Avant de prendre congé le président de l'Association a dit qu'il y aura une caravane auprès des guinéens pour les sensibiliser et demander leur aide au profit des malades et victimes. Nous y reviendrons.






Depuis Dakar, Gassim Bangoura pour AEG


 
L'émissaire de Ban Ki-moon apporte le soutien de l’ONU à la Guinée

2014/4/19

Aujourd'hui en Guinée CONAKRY-Suite à l’apparition depuis trois mois de l’épidémie de la fièvre hémorragique Ebola qui a fait des ravages en Guinée, le secrétaire général adjoint des Nations Unies chargé des affaires politiques Jeffrey Feltman a été reçu vendredi en audience par le président guinéen Alpha condé.

Au cours de leur entretien, les deux hommes ont largement évoqué la situation de cette fièvre hémorragique dont le nombre de victimes est estimé à 122 morts et plus de 190 cas suspects dans les centres de traitement situés au niveau des zones touchées.

L’envoyé spécial de l’ONU a exprimé les préoccupations des Nations Unies face à l’épidémie qui touche plusieurs pays de la sous-région ouest-africaine et dont l’épicentre demeure la Guinée qui enregistre plus de perte humaine.

« En visite de familiarisation en Afrique de l’Ouest, il était important pour moi de visiter la Guinée qui entretient des relations solides avec les Nations Unies », a déclaré M. Feltman, avant d’ajouter que sa visite est une marque de solidarité envers le gouvernement et le peuple guinéens.

Par ailleurs, au nom du secrétaire général de l’ONU, M. Feltman a rappelé que son séjour est également une occasion pour parler avec le chef d’Etat guinéen des questions politiques, notamment le respect des accords politiques de sortie de crise signés en juillet 2013 entre les acteurs politiques guinéens et la mise en place d’une nouvelle Assemblée nationale.

Il a invité le président Alpha Condé et les acteurs politiques à maintenir les efforts et les acquis pour pérenniser l’esprit de dialogue, condition indispensable pour la cohésion sociale et la quiétude nationale.

Au terme de son audience avec le président guinéen, le diplomate onusien a renouvelé l’engagement des Nations Unies à œuvrer auprès du gouvernement et des autres partenaires pour accompagner les efforts internes du pays, dans le cadre de l’épanouissement du peuple de Guinée.

Xinhua

 
Ebola : La Gambie refuse les vols en provenance de son territoire

2014/4/17

Aujourd'hui en Guinée CONAKRY-Le ministre guinéen des Affaires étrangères Lounsény Fall a déclaré mercredi que son pays avait pris note de la décision de la Gambie de ne pas accueillir les avions venant de la Guinée.

Le chef de la diplomatie guinéenne réagissait ainsi à la décision de Banjul de ne pas recevoir sur son sol les avions en provenance de la Guinée, du Liberia et de la Sierra Leone, trois pays touchés par l'épidémie de fièvre Ébola qui sévit dans la sous région ouest africaine depuis février dernier.

"Ce n'est pas encore la catastrophe, malgré l'apparition de la fièvre Ébola en Guinée", a-t-il affirmé à une radio locale, ajoutant que des efforts sont en train d'être faits pour stabiliser l'épidémie.

Il a rappelé que son pays a par bonne foi accueilli environ un million de réfugiés sur son sol lors des conflits qui avaient déchiré des pays voisins de la Guinée, dont le Liberia, la Sierra Leone et plus tard la Côte d'Ivoire, sans pour autant "prendre aucune mesure conservatoire contre ça".

"Nous voulons que des mesures soient prises pour une grande solidarité entre les pays de la sous-région", quand des situations se posent comme des cas d'épidémie, a indiqué le chef de la diplomatie guinéenne.

Xinhua

 
Le Général KONATE remercié parle le juge Président de la CPI

2014/4/17

Aujourd'hui en Guinée CONAKRY-Le juge Président de la Cour Pénale Internationale, le Coréen Monsieur Sang-Hyun SONG, a tenu a adressé au Général Sékouba KONATE une lettre de remerciement pour la visite de courtoisie que ce dernier à voulu rendre à son institution , le 28 mars 2014. Lisez


 
Le coronavirus fait 67 morts en Arabie saoudite

2014/4/13

Aujourd'hui en Guinée CONAKRY-Le ministère saoudien de la Santé a annoncé mercredi le décès à Ryad d'un patient atteint du coronavirus MERS, ce qui porte à 67 le nombre de personnes mortes de la maladie.Cette annonce intervient au lendemain de la fermeture, pour décontamination, du service des urgences du plus grand hôpital de Jeddah, sur la côte ouest, qui accueillait plusieurs malades atteints du coronavirus.

Cette mesure a provoqué une certaine panique chez les Saoudiens, ce qui a amené le ministère de la Santé à publier un communiqué pour les rassurer. Le patient décédé à Ryad est un Saoudien de 57 ans, souffrant de maladies chroniques.

Le ministère a également annoncé deux nouveaux cas de contamination chez deux Saoudiens de 51 et de 90 ans, tous deux souffrant de maladies chroniques. A Jeddah, onze cas au total ont été recensés. Deux malades sont morts, six se sont rétablis et trois sont encore soignés. Sur les onze cas, trois faisaient partie du personnel médical.

L'Arabie saoudite est le premier foyer du coronavirus MERS, maladie apparue en septembre 2012. Selon une étude publiée fin février aux Etats-Unis, le coronavirus MERS, qui est responsable de problèmes respiratoires aigus, pourrait être transmis par des dromadaires. Ce coronavirus appartient à la famille du virus responsable du Syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS), qui avait fait près de 800 morts dans le monde en 2003.

Belga

 
Mali : Des juges français vont enquêter sur l'assassinat des journalistes de RFI

2014/4/12

Aujourd'hui en Guinée CONAKRY-Des juges d'instruction parisiens vont enquêter sur l'assassinat au Mali fin 2013 des deux journalistes de RFI Ghislaine Dupont et Claude Verlon, a-t-on appris vendredi de source judiciaire. Le parquet de Paris, qui conduisait jusqu'alors une enquête préliminaire sur ce double crime, a ouvert vendredi une information judiciaire. Le 2 novembre 2013, Ghislaine Dupont, 57 ans, et Claude Verlon, 55 ans, journaliste et technicien aguerris à RFI, en reportage à Kidal dans le nord du Mali, avaient été enlevés par des hommes armés devant le domicile d'un représentant touareg qu'ils venaient d'interviewer.

Leurs corps avaient été retrouvés moins de deux heures plus tard par une patrouille française, à une douzaine de kilomètres à l'est de Kidal.

Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) avait revendiqué leur assassinat le 6 novembre dans un communiqué publié par l'agence de presse mauritanienne en ligne Sahara Medias.

L'information judiciaire est ouverte contre X pour "enlèvement et séquestration en bande organisée en relation avec une entreprise terroriste", "assassinats en bande organisée en relation avec une entreprise terroriste" et "association de malfaiteurs en vue de préparer des crimes terroristes d’atteintes aux personnes".

Bayes Ag Bakabo soupçonné

Dans un communiqué publié en mars, la famille et les proches de Ghislaine Dupont ont demandé à être informés de toutes les informations recueillies dans l'enquête préliminaire. Ils se sont interrogés sur les raisons pour lesquelles un juge d'instruction n'avait toujours pas été désigné pour enquêter.

Le parquet de Paris a alors indiqué qu'une demande d'entraide internationale était en cours, visant l'audition, après levée d'immunité, de fonctionnaires internationaux de la Minusma basés au Mali.

Le procureur de la République de Paris, François Molins, s'est rendu les 26 et 27 février au siège des Nations unies à New York pour évoquer cette demande. Lors d'un point de presse en novembre à Paris, M. Molins avait indiqué que l'homme soupçonné d'avoir planifié l'enlèvement des deux journalistes, un certain Bayes Ag Bakabo, était un Touareg lié à Aqmi et un trafiquant de stupéfiants. Il a évoqué "des soupçons très précis" pesant sur ce Touareg déjà pointé du doigt au Mali


AFP

 
George W. Bush s'inspirerait d'images de Google pour ses peintures

2014/4/11

Aujourd'hui en Guinée CONAKRY-L'ancien président George W. Bush, qui expose actuellement ses peintures de grands dirigeants du monde à Dallas, s'inspirerait d'images provenant de Google, selon le journal The Guardian. Des critiques d'art ont relevé qu'une trentaine de peintures réalisées par le 43e président américain ressemblaient à des images obtenues sur le moteur de recherches.

Selon le critique d'art Greg Allen, George W. Bush taperait le nom du leader qu'il veut peindre sur Google et prendrait ensuite la première image qui lui vient, alors qu'il dispose de photos provenant de ses deux mandats. Par ailleurs, de nombreuses photos, retranscrites en peintures, s'inspirent parfois d'images illustrant des articles sur Wikipedia.

L'ancien président expose ses oeuvres dans le cadre de l'exposition "L'art du leadership: la diplomatie personnelle d'un président", du 5 avril au 3 juin, dans la Bibliothèque présidentielle de Dallas.

(Belga)

 
Zeituni Onyango, tante de Obama , a tiré sa révérence

2014/4/9

Aujourd'hui en Guinée CONAKRY-Une tante d'origine kényanne du président américain Barack Obama, qui avait demandé l'asile aux Etats-Unis mais avait manqué d'être expulsée, est décédée à l'âge de 61 ans, a indiqué mardi son avocate. Zeituni Onyango est morte lundi soir dans son sommeil à Boston (Massachusetts, nord-est), après être tombée malade en janvier, a précisé Margaret Wong, avocate spécialisée dans les questions d'immigration.

"La communauté kényanne des Etats-Unis pleure la perte de Zeituni Onyango, surnommée par ses amis +Auntie+ et demi-tante du président Barack Obama", a rapporté Mme Wong dans une déclaration.

Mme Onyango avait reçu le droit d'asile en mai 2010 après avoir bataillé devant les tribunaux contre un ordre d'expulsion datant de 2004. Elle avait alors expliqué avoir été victime de "violence tribale" dans son pays natal, le Kenya. Elle avait ensuite obtenu une carte verte, permis de résidence permanent aux Etats-Unis.

Les médias avaient dévoilé son existence en 2008 quelques jours avant la victoire historique d'Obama, premier Noir à accéder à la Maison Blanche.

Mme Onyango est née sous un manguier au Kenya, où elle a élevé une famille et travaillé au service informatique de Kenya Breweries.

Elle est la demi-soeur du père d'Obama, un Kenyan. Ce dernier s'était marié avec une Américaine, qui avait donné naissance à Barack Obama à Hawaï le 4 août 1961.

Belga








 
Fermeture de frontière: La Ministre Sénégalaise répond au Président Alpha Condé

2014/4/7

Aujourd'hui en Guinée CONAKRY-La ministre de la Santé et de l’action sociale n’a pas mis du temps pour répondre au Président Alpha Condé qui disait ne rien comprendre à la décision du Sénégal de fermer ses frontières terrestres avec son pays, la Guinée. Pour Awa Marie Coll Seck, qui était hier l’invitée du Grand jury sur la Rfm, la sécurité des personnes prime sur les questions économiques.

Le président Condé dans un interview accordé à France 24 affirmait que cette décision lui est incompréhensible. La réponse a ce martèlement tombera avec le ministre de la Santé et de l’action Sociale Awa Marie Coll Séck qui déclare sans ambages que la sécurité des personnes doit prendre le dessus sur les question économique .

” le président alpha Condé va comprendre d’autant que nous n’avons pas fermé le port et l’aéroport. Nous avons envoyé une équipe de l’institut Pasteur de Dakar et nous comptons envoyer du matériel pour les aider. Ce n’est pas une crise, mais c’est une manière de se préparer pour mettre notre pays à l’abris”, a expliqué le professeur Seck?

S’agissant des règles de l’OMS, le ministre de la Santé et de l’action Sociale a rappelé que les Etats ont la possibilité de fermer leurs frontières quand ils s’agit d’un risque justifié.

“C’est une décision qui est prise à un très haut niveau. Parce qu’il fallait taire les rumeurs, éviter la panique et se préparer pour faire face à cette épidémie. Nous considérons que c’était la décision à prendre et nous l’avons prise”, a précisé Awa Marie Coll Seck.

Le ministre précise aussi que jusqu’à présent aucun cas suspect de virus Ebola n’a été confirmé.

Lu sur carrapide







 
La Guinée négocie avec Djeddah pour autoriser ses pèlerins à effectuer le hadj

2014/4/6

Aujourd'hui en Guinée CONAKRY-La récente mesure de suspension, prise par les autorités saoudiennes, frappant les futurs pèlerins guinéens au hadj, à cause de la présence de la fièvre hémorragique virale à Ebola dans le pays, est temporaire, a dit à la presse, le ministre de la Coopération internationale, le Dr. Koutoubou Moustapha.

Intervenant à l’issue d’une audience avec des diplomates saoudiens accrédités en Guinée, le ministre a indiqué qu’une certification de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), attendue incessamment, devrait lever la mesure de suspension et assurer la participation des Guinéens au hadj aux lieux saints de l’Islam.

A cet égard, il a appelé les candidats au pèlerinage à ne pas céder à la panique. «Nous arriverons, grâce à la qualité de nos bonnes relations avec le royaume saoudien, à trouver des solutions pouvant permettre aux fidèles d’aller accomplir leur hadj aux lieux saints de l’Islam (…). Ce sont ces mêmes bonnes relations que nous entretenons avec le Sénégal qui avait fermé ses frontières terrestres qui nous ont permis de normaliser la situation», a-t-il dit.

Dès l’annonce de la présence de la fièvre hémorragique virale à Ebola, qui a déjà fait 84 décès sur 134 cas recensés, le gouvernement sénégalais avait décidé de fermer ses frontières avec la Guinée et pris des mesures pour renforcer les contrôles à ses frontières. Le secrétariat d’Etat à la Ligue islamique avait annoncé récemment que 7.200 fidèles devraient effectuer le hadj cette année contre quelque 6.000 en 2013 et avait programmé une réunion, destinée à choisir la future compagnie aérienne devant transporter les pèlerins.

Le gouvernement guinéen a confirmé récemment la présence de la fièvre hémorragique virale à Ebola à l’issue des examens effectués et qui ont prouvé que la maladie a fait son entrée depuis février dernier par le Sud du pays, notamment les localités de Guéckédou, Macenta et de Kissidougou, où la majorité des cas de décès ont été enregistrés.

PANA

 
Mali : La lettre de démission du Premier ministre Oumar Tatam Ly

2014/4/6

Aujourd'hui en Guinée CONAKRY-Le Premier ministre malien Oumar Tatam Ly a présenté la démission de son gouvernement et a été remplacé par le ministre de l'Urbanisme et de la Politique de la ville, Moussa Mara, a-t-on appris de source officielle à Bamako dans la nuit de samedi 5 avril à dimanche 6 avril 2014.Voici la lettre dans laquelle le désormais ancien Premier ministre d'IBK donne les raisons de son départ de la Primature. Un exemple à méditer

en intégralité, la copie originale de la lettre de demision du Prémier Ministre OTL



Le nouveau Premier Ministre d'IBK s'appelle Moussa MARA

Conformément à l’article 38 de la Constitution de la République du Mali, SEM Ibrahim Boubacar KEITA, Président de la République, Chef de l’Etat, a mis fin aux fonctions de Mr Oumar Tatam LY, Premier ministre, Chef du gouvernement, sur présentation par celui-ci de la démission du gouvernement de la République, le 5 avril 2014.

En vertu des dispositions dudit article, SEM Ibrahim Boubacar KEITA a nommé, par décret n°2014-0249/p-RM du 5 avril 2014, Monsieur Moussa MARA Premier ministre, Chef du gouvernement et l’a chargé de former un nouveau gouvernement.

Les ministres du gouvernement sortant restent chargés d’expédier les affaires courantes, jusqu’à la mise en place d’un nouveau gouvernement./.

Bamako le 5 avril 2014

Le Secrétaire Général

Toumani Djimé DIALLO

 
Les diamants de Karim Wade saisis en France

2014/4/6

Aujourd'hui en Guinée CONAKRY-L'affaire Karim Wade continue de connaitre des rebondissements. Alors qu'il y'a deux jours le fils de l'ex Président faisait face aux juges de la Crei pour son audition, les choses bougent à Paris, la capitale française. Là-bas, la police aurait procédé à la saisie d’un coffre-fort de l'ex ministre d'Etat selon la Tribune.

Le coffre en question a été ouvert devant les responsables de la banque et tout laisse croire que son contenu était des bijoux de grande valeur et des montres serties de pierres précieuses du même acabit que ceux mentionnés dans le dossier de , Aïda Ndiongue.

Placé sous scellé, ledit coffre actuellement entre les mains des autorités policières françaises, serait en passe d’être incessamment envoyé au Sénégal.

In VIPEOPLES

 
Lutte contre ébola : La RDC annonce l’envoi de 4 experts congolais en Guinée

2014/4/6

Aujourd'hui en Guinée CONAKRY-La République démocratique du Congo (RDC), par le biais du gouvernement, a décidé de relever le seuil de surveillance du virus d’Ebola dans tous les points d’entrée du pays et dans les milieux hospitaliers, a déclaré samedi à Kinshasa le ministre congolais de la Santé publique, Félix Kabange ( Ici sur photo ).

Les contrôles viseront particulièrement les voyageurs qui viennent de l’Afrique de l’Ouest, où sévit actuellement cette épidémie, a-t-il indiqué.

« Nous avons relevé le seuil de surveillance épidémiologique au niveau de la République démocratique du Congo, de sorte que nous puissions suivre tout cas de fièvre accompagnée de saignements ou de diarrhée sanglante. On doit procéder à l’isolement du malade et à des prélèvements, qui seront envoyés à l’INRB Institut national des recherches biomédicale (INRB)] », a-t-il soutenu.

« Des réactifs sont en train d’être renforcés au niveau de l’INRB. Et nous avons procédé à l’inventaire du matériel ou des kits de protection du personnel [soignant à travers] la République », a expliqué le ministre congolais de la Santé.

Il a tenu à réaffirmer qu’il n’y avait pas jusque-là d’Ebola en République démocratique du Congo.

« Mais, compte tenu du flux migratoire entre l’Afrique de l’ Ouest et la République démocratique du Congo, la contamination par des voyageurs n’est pas à exclure », a-t-il affirmé pour justifier le renforcement de la surveillance.

Pour le ministre de la Santé, « Ebola tue, mais tout le monde peut l’éviter. C’est juste une question d’hygiène corporelle ».

Le ministre de la Santé Félix Kabange a également annoncé l’envoi de quatre experts congolais en Guinée pour participer à la lutte contre cette épidémie, qui a officiellement tué 86 personnes sur 137 cas enregistrés depuis janvier.

Le virus Ebola a été découvert en 1976 dans la province de l’Equateur en République démocratique du Congo. Depuis lors, le pays a connu cinq épidémies. La dernière, causée par la couche ougandaise, a fait officiellement 36 morts d’août à novembre 2012 dans la Province Orientale.

Xinhua

 
Le Pape François prie pour les victimes de la fièvre Ebola

2014/4/6

Aujourd'hui en Guinée CONAKRY-Le pape François a assuré dimanche qu'il priait pour les victimes de la fièvre Ebola en Guinée et dans les pays limitrophes et a demandé "soins et assistance" pour ceux qui en ont besoin. "Prions pour les victimes du virus Ebola qui s'est propagé en Guinée et dans les pays limitrophes. Que le Seigneur soutienne les efforts visant à combattre ce début d'épidémie et à assurer soin et assistance à ceux qui en ont besoin", a-t-il dit à l'issue de la prière de l'Angélus.

Plusieurs pays d'Afrique de l'Ouest sont mobilisés contre cette épidémie de fièvre hémorragique partiellement due au virus Ebola, qui a fait 86 morts en Guinée, après l'annonce jeudi de premiers cas suspects au Mali, après le Liberia et la Sierra Leone.

AFP

 
Nomination des hauts cadres
Détribaliser et éviter les opportunistes
Ebola en Guinée
Les condoléances du PEDN
Dépêches
L'UA/Nord-Mali
TV Aujourd'hui-en-guinée

cliquez sur la photo pour ouvrir la video

Voir les autres articles >>>
La Cour P. Internationale
Sékouba KONATE à la Haye : Arrêt sur images
TV Aujourd'hui-en-guinée  ::  Nomination des hauts cadres   ::  Audios  ::  L'UA/Nord-Mali  ::  Libres Propos  ::  Soutenez Aujourd'hui en Guinée  ::  Albums Photos  ::  Contact  ::  Abonnez-vous  ::  Email  ::  Partenaires  ::  


Privé - Espace Clients  Hotline  

© Rosawebpro   |    Privé - Espace Clients