DIRCAB Présidence de la République
Une compétence appréciée et félicitée par le Washington post

Partenaires

Africatime

Conakrylive

Ecoutez Sabari FM 97.3 en direct

Guinée7

L'Express Guinée

Le Diplomate

Mediaguinee

www.guineematin.com

36 visiteurs connectés

27 Mai 2017 - 22h27

Football : Le Guinéen Ibrahima Traoré prolonge avec le Borussia Mönchengladbach

2017/5/23

Aujourd'hui en Guinée Ce 15 mai, le milieu de terrain guinéen Ibrahima Traoré a prolongé son contrat avec le club allemand jusqu'en 2021.L’international de 29 ans était sous contrat jusqu’à fin 2018. En trois saisons avec le club rhénan, il a joué 87 matches et marqué 13 buts. Né en France, c’est en Allemagne qu’Ibrahima Traoré s’est construit une réputation.

« Avec sa vitesse et son dribble, Ibo nous apporte des qualités qui font la différence, a déclaré le directeur sportif Max Eberl en annonçant la prolongation du contrat. Le fait qu’il prolonge un contrat avec un club pour la première fois de sa carrière montre à quel point il se sent bien chez nous. Il a évolué pour devenir une personnalité qui fait du bien à l’équipe ».

Footballeur ou écrivain

« Je voulais jouer au foot et si possible en faire mon métier, expliquait en 2014 à Jeune Afrique ce natif de Villepinte, dont le père travaille au ministère des Transports à Conakry et la mère dans l’hôtellerie à Paris. Mais si cela n’avait pas marché, je n’aurais pas insisté. C’est aussi pour cela que j’ai poursuivi mes études (bac littéraire). En fait, c’était footballeur ou écrivain« .

Le quotidien de ce joueur de Levallois-Perret (CFA2) a basculé le jour ou Abdou Diop, le fameux agent providentiel, lui a proposé de s’exiler au Hertha Berlin.

« Je n’avais pas suivi de formation classique dans un centre en France, et à 18 ans, on me soumet l’idée d’aller dans un bon club allemand, raconte Ibrahima Traoré. J’ai bien sûr accepté, mais je me souviens que l’adaptation n’a pas été simple. Même si j’ai appris l’allemand en six mois, c’est surtout au niveau des exigences d’un club professionnel que ça a été le plus compliqué. J’ai failli craquer. »

Ibrahima Traoré, qui dispute son premier match en Bundesliga en décembre 2007, quitte la capitale allemande en 2009 pour rejoindre Augsbourg, alors en Ligue 2. Le joueur, qui a signé à Stuttgart en juillet 2011 pour trois ans, rejoint ensuite le Borussia Mönchengladbach en 2014 pour quatre saisons.

AFP

 
 Ajouter un commentaire
Le Horoya AC accueille le TP Mazembe à Conakry

2017/5/23

Aujourd'hui en Guinée La deuxième journée de la phase de poule de la coupe de la confédération Africaine de Football (CAF) sera décisive ce mercredi 24 mai au stade du 28 septembre. Le Horoya AC qui a raté de peu les trois points en Afrique du Sud en obtenant un nul pendant que la victoire était à sa portée, se devra de redorer son blason face aux corbeaux du TP Mazembe. Le club congolais est depuis dimanche dernier dans la capitale guinéenne.C’est dire tout le sérieux que le club de Moïse Katumbi accorde à cette rencontre.

Généralement, le TP Mazembe sait voyager, c’est au Horoya AC de ne pas se laisser piéger par son adversaire du jour qui a une forte expérience de la haute compétition.

Les hommes de Antonio Souaré ont cependant leur chance en jouant décomplexés et avec un engagement total. C’est ce qui pourra leur ouvrir la voie du succès.

Mais qu’à cela ne tienne, c’est une autre paire de manches que le public de Conakry sera amené à observer.

Dans les joutes importantes, chaque club a ses chances et c’est la formation la plus adroite et la mieux concentrée qui pourra tirer son épingle du jeu.

Espérons que le Horoya AC tirera les leçons, et toutes les leçons des rencontres précédentes pour passer le cap congolais par une avance confortable.

Par Ibrahima Diallo, DG Liberté fm

 
 Ajouter un commentaire
Mondial U20 : La Guinée arrache le nul face à l’Angleterre

2017/5/23

Aujourd'hui en Guinée APA-Conakry (Guinée) - L’équipe nationale junior de Guinée et son homologue de l’Angleterre se sont quittées dos-à-dos (1-1), mardi en Corée du Sud, en match comptant pour la phase de groupes de la coupe du Coupe du Monde.Largement battus en match d’ouverture (0-3) par le pays hôte, la Corée du Sud, les jeunes guinéens devaient éviter une nouvelle défaite synonyme d’élimination.

Les Anglais ont marqué par Cook (53’) et les Guinéens ont égalisé par Tomori, qui a marqué contre son propre camp, suite à une incompréhension avec son gardien (59’).

Pour sa prochaine sortie, le Syli U20 est obligé de s’imposer face à l’Argentine, battue en ouverture par l’Angleterre (0-3), s’il veut espérer se qualifier pour le tour suivant.

 
 Ajouter un commentaire
L'adorable photo de famille de Zinédine Zidane avec sa femme et ses quatre enfants

2017/5/23

Aujourd'hui en Guinée Papa de quatre garçons avec sa femme Véronique - Enzo (22 ans), Luca (19 ans), Théo (15 ans) et le petit dernier Elyaz (11 ans) -, Zinédine Zidane a toujours protégé du mieux possible sa vie privée, s'affichant rarement avec sa femme et ses quatre enfants. Parfaitement ancrés dans leur époque, les deux aînés de la famille sont en revanche moins timides. Très actifs sur les réseaux sociaux, Enzo et Luca Zidane partagent régulièrement avec leurs followers des petits bouts de vie.

Zinédine Zidane, nouvel ambassadeur de Paris 2024

A l'occasion de l'anniversaire de son plus jeune frère Théo, qui a célébré ses 15 ans le 18 mai dernier, Enzo avait ainsi posté une étonnante vidéo. Enzo et Luca partagent aussi régulièrement des clichés réunissant les quatre garçons de la tribu Zidane. Mais les deux aînés de la famille sont plus réservés en ce qui concerne leurs parents. Le mois dernier, ils avaient toutefois posé en maillot de bain avec leur maman sur la plage. Un cliché familial très rare. Mais leur papa était lui aux abonnés absents. Trop occupé par la superbe saison du Real Madrid, qui a atteint la finale de la Ligue des Champions pour la seconde année consécutive ?

Le très beau message de Zinédine Zidane à son père Smaïl

Alors, quand Luca Zidane poste finalement une photo de toute la petite famille, c'est assez rare pour être souligné. Le jeune homme a célébré ses 19 ans le 13 mai dernier et a tenu à remercier ses proches sur son compte Instagram en publiant un adorable cliché dans lequel on peut voir Zinédine Zidane entouré de sa femme Véronique et de ses quatre enfants. Une photo du clan Zidane assis dans l'herbe (ou sur une pelouse de terrain de foot ?) légendée "Merci ma famille".



In Télé Loisirs

 
 Ajouter un commentaire
21 joueurs cadets guinéens retenus pour la CAN U-17 au Gabon

2017/5/11

Aujourd'hui en Guinée APA-Conakry (Guinée) - Le sélectionneur du Syli national cadet de Guinée, Souleymane Camara « Abedi », a dévoilé la liste des 21 joueurs retenus pour la Coupe d’Afrique des nations, réservée aux joueurs de moins de 17 ans, et dont la phase finale se jouera au Gabon du 14 au 28 mai prochain.

Excepté le milieu de terrain, Ibrahima Camara, qui évolue en Belgique et Gerrard Sella Bangoura, qui joue à Saint-Etienne en France, tout le reste du groupe évolue en Guinée.

Les uns évoluent dans l’académie Titi Camara comme le gardien Mohamed Camara, par exemple, d’autres dans les académies des trois principaux clubs du pays, notamment le Horoya AC de Conakry, l’AS Kaloum et le Hafia FC de Conakry.

Logé dans le groupe A, le Syli cadet est avec le pays hôte, le Gabon, le Cameroun et le Ghana. En Match d’ouverture, les guinéens défieront le Gabon le 14 mai prochain.

Gardiens

Mohamed Camara (Académie Titi Camara, Guinée)

Abdoulaye Doumbouya (Académie Foot, Guinée)

Défenseurs

Djibril Sylla (Académie Horoya AC, Guinée)

M’bemba Camara (Académie AS Kaloum, Guinée)

Ismaël Traoré (Académie FC Séquence, Guinée)

Samuel Conté (Académie Horoya AC, Guinée)

Ibrahima Sory Soumah (Académie Horoya AC, Guinée)

Mohamed Chérif Camara (Académie Sainte-Marie, Guinée)

Issiaga Camara (Académie Hafia FC, Guinée)

Djibril SYLLA (Académie Horoya AC, Guinée)

Milieux de terrain

Sékou Camara (Académie Sainte-Marie, Guinée)

Aguibou CAMARA (Academie Foot, Guinée)

Seydouba CISSÉ (FC Attouga, Guinée)

Salia BANGOURA (CFOMIG, Guinée)

Mohamed Blaise CAMARA (Espérance Conakry, Guinée)

Elhadj Abdourahmane BAH (Espérance Conakry, Guinée)

Ibrahim CAMARA (Belgique)

Attaquants

Gerrard Sella BANGOURA (Saint-Etienne, France)

Djibril Fandjé TOURE (CFOMIG, Guinée)

Aboubacar Lapé BANGOURA (Académie Foot, Guinée)

Fascinet Doss SOUMAH (CFOMIG, Guinée)

 
 Ajouter un commentaire
Guinée : Le livre comme prisme de développement

2017/5/10

Aujourd'hui en Guinée Capitale mondiale du livre 2017, Conakry est la première ville africaine francophone à accueillir l’événement. La société civile entend en profiter pour défendre un projet de développement.Au milieu des livres, rangés selon un classement approximatif, Sansy Kaba Diakité est chez lui. La librairie de L’Harmattan Guinée, maison d’édition dont il est le directeur fondateur, est située dans une petite rue de Kaloum, l’une des cinq communes de Conakry. Dans les rayons qui s’élèvent jusqu’au plafond trônent L’Avenir de l’industrie minière en Guinée, d’Ibrahima Soumah, Sékou Touré, président de la Guinée, d’André Lewin, ou encore le recueil Ébola, réunissant les quinze textes des lauréats du Prix du jeune écrivain 2015. Celui qui est aussi le commissaire général de Conakry, capitale mondiale du livre (CCML) parle avec emphase de la candidature de sa ville, qu’il a portée pendant dix ans. « Quand j’ai présenté ce projet au gouverneur de Conakry, il m’a dit : “Mais Sansy, tu es fou, pas dans un pays où il n’y a quasiment pas de bibliothèques, ce n’est pas raisonnable” », s’amuse-t-il.

Je veux que, dans dix ans, Conakry soit directement associé au livre, comme Ouagadougou l’est au cinéma ou Bamako à la photographie
Ranimer la flamme

Mais la passion aura finalement eu raison… de la raison : le coup d’envoi de CCML a été donné le 23 avril. Au programme, des salons, des formations, des présentations d’ouvrages… Mais, surtout, l’installation de 180 points de lecture dans le pays, comme autant de petites graines pour que, demain, la Guinée retrouve son rang d’acteur culturel majeur en Afrique.

« Je veux que, dans dix ans, Conakry soit directement associé au livre, comme Ouagadougou l’est au cinéma (via le Festival panafricain du cinéma et de la télévision) ou Bamako à la photographie (via les Rencontres africaines de la photographie). » Le défi est de taille dans un pays qui compte près de deux tiers d’analphabètes*. « C’est bien pour cela que ce projet a du sens, plaide Sansy Kaba Diakité. Il y a tout à faire et nous voulons créer une dynamique vertueuse pour ranimer la flamme. »

L’histoire de la bibliothèque scolaire du collège de Coleah en est une belle illustration. En 2013, grâce au Programme des volontaires des Nations unies (PVNU) en Guinée, avec les organisations de jeunesse, ce local a été imaginé avec les moyens du bord. « Nous n’avions ni budget ni partenaire, se souvient Hassane Ide Hawidabou, chargé du PVNU en Guinée. Nous avons organisé une collecte de livres et de vieux meubles pour les transformer en étagères. »

Le résultat ? Une bibliothèque riche de 2 000 ouvrages, qui accueille plus de 3 500 élèves, et 2 000 autres livres, distribués auprès de cinq établissements scolaires du pays. Pour Afiwa Mata Ahouadjogbe, présidente de l’Association des femmes journalistes de Guinée, qui s’est investie dans l’aménagement du lieu, ce premier pas a permis de rendre crédible CCML : « C’est une grande fierté que d’y être parvenu et de voir que la société civile s’est mobilisée autour de cet objectif important. »

Médiathèque

Et ce n’était que le début car, depuis, les forces vives de Conakry fourmillent d’idées. Il en va ainsi de Diaka Camara, productrice et journaliste qui anime l’émission musicale Top 10 sur la chaîne privée Espace TV. Nommée ambassadrice de CCML, elle voit les choses en grand. Elle a ainsi le projet démesuré de construire une bibliothèque, « telle que j’ai pu en connaître pendant mes études aux États-Unis ». L’Unesco lui offre deux millions de livres et la commune de Matoto le terrain. « Nous prévoyons trois niveaux : un pour les enfants, un pour les adultes, et une médiathèque avec, sur le toit, un cinéma de plein air », s’enthousiasme-t-elle.

À l’écouter, on s’y voit déjà. Sauf qu’il faudrait débloquer un budget de cinq millions d’euros pour transformer le rêve en réalité. Mais pas de quoi effrayer cette femme de caractère qui se dit prête « à en passer par un emprunt personnel s’il le faut ». En attendant, elle s’efforce de sensibiliser la jeunesse à la culture via son émission musicale, l’un des programmes les plus regardés de la télévision guinéenne.

« Je travaille à promouvoir l’intelligence, l’éducation et l’intégrité. Ce sont des valeurs importantes à inculquer, et je le fais par le biais de la musique, qui est au cœur de notre culture. Si j’avais proposé une émission directement politique, le message se serait perdu », affirme-t-elle.

Études

Une ligne de conduite reproduite par la jeune garde, dont la star montante du R’n’B Soul Bang’s, lauréat du prix RFI Découvertes 2016. Ce jeune homme de 24 ans écrit ses morceaux aussi bien en soussou qu’en malinké et en poular, « afin de ne laisser personne sur le bord de la route », et insiste sur la nécessité, pour ses fans, de bien veiller à « poursuivre leurs études ».

Le livre, c’est la culture. La culture, c’est l’éducation. L’éducation, c’est l’émancipation
On retrouve le même souci d’exemplarité dans les propos de Keyla K, jeune rappeuse de 21 ans, titulaire d’une licence en communication : « Quand je veux aborder des sujets graves, comme l’excision, je slame. Le rythme est plus lent, la diction plus claire, c’est plus efficace pour faire passer mon message. »

Dans l’esprit de toutes les bonnes volontés ainsi impliquées, CCML doit avoir une portée bien plus grande que sa seule acception peut le laisser supposer. Le livre, c’est la culture. La culture, c’est l’éducation. L’éducation, c’est l’émancipation. « Il nous faut prendre les problèmes à bras-le-corps, et cesser de toujours tout attendre des autres, soutient Diaka Camara. C’est à nous d’agir et de prendre notre destin en main. »

Ce n’est pas un hasard, d’ailleurs, si parmi les plus volontaires se trouvent des femmes et, qui plus est, des femmes issues de la diaspora, revenues au pays pour participer à son développement. Binta Ann est professeur d’anglais au lycée français de Conakry. Partie étudier en France et aux États-Unis, où elle a travaillé, elle est rentrée en Guinée il y a trois ans. « C’était pour moi une évidence, déclare-t-elle. Nourrie de toutes ces expériences à l’étranger, je me devais de revenir, pour être utile à mon pays. » Membre du comité d’organisation de CCML et à la tête de sa fondation pour les enfants et les femmes (Fonbale), elle accueille de jeunes enfants pour du soutien scolaire et les invite à apprendre à lire, car « qui a le savoir a le pouvoir », martèle-t-elle.

Ce n’est pas Hakim Bah, jeune auteur lauréat du prix RFI Théâtre l’année dernière, qui dira le contraire. S’il n’y avait pas eu un petit point bibliothèque chez lui, à Labé, jamais il n’aurait pu découvrir l’ivresse de la lecture, qui l’a poussé à l’écriture. Faulkner, Beckett, Thomas Bernhard : il a, entre ces murs, tout dévoré. Sept pièces écrites plus tard, il est désormais directeur artistique du festival de théâtre Univers des mots à Conakry, qui, pour sa quatrième édition, s’apprête à prendre une nouvelle dimension en se rattachant à CCML.

« Cette manifestation ne concernait jusqu’à présent que des auteurs africains, mais je veux l’ouvrir à l’international pour créer des ponts entre artistes africains et européens », souligne-t-il. Citons encore le cinéma avec le Festival de la création cinématographique de Guinée (Feccig), qui, début avril, a choisi pour thème « littérature et cinéma »… On comprend alors que CCML se veuille le catalyseur de tout le foisonnement culturel de la Guinée, entraînant avec lui, pour le meilleur, l’ensemble du pays.

Lire pour grandir
Depuis trois ans, Binta Ann accueille 200 enfants pour du soutien scolaire et des moments de lecture dans le centre financé par ses fonds propres, à Ratoma. « Je ne supportais plus de voir tous ces enfants laissés pour compte, au bord de la route. Un jour, je me suis arrêtée et je leur ai dit : “Venez, ne restez pas là, je vais vous donner des cours gratuits.” » Cinq permanents et une foule de volontaires œuvrent tous les jours pour rendre ce petit miracle possible.

« Le grand problème de la Guinée, c’est le déficit d’éducation. Il faut que les enfants grandissent avec le livre pour pouvoir sortir de la pauvreté. » Dotée d’une « plume sociale », elle est l’auteure d’une série de dix ouvrages destinés aux petits et répondant à leurs questions les plus courantes. Elle a contribué à l’ouverture de deux points de lecture, à Kipé et à Matam, parmi les 180 prévus dans le cadre de Conakry, capitale mondiale du livre. Le prochain s’installera dans les locaux de sa fondation, dans un conteneur qu’elle vient d’acquérir.




 
 Ajouter un commentaire
67ème Congrès de la FIFA - Profond Remaniement à la CAF: Le Président Antonio Souare à Bahreïn

2017/5/9

Aujourd'hui en Guinée C'est le jeudi 11 mai 2017 que le Bahrain International Exhibition & Convention Centre de Manama accueille les travaux du 67ème Congrès de la FIFA à partir de 9h30.
Ce Congrès, auquel participera le Président de la Fédération Guinéenne de Football, Mamadou Antonio Souaré assisté de son premier vice-président, Amadou Diaby et de son secrétaire général, Ibrahima Barry Blasco, aura plusieurs points à l'ordre du jour notamment le vote d’approbation du procès-verbal du 66e Congrès de la FIFA tenu à Mexico, les 12 et 13 mai 2016, la remise de distinctions, l'examen des rapports d’activités, des prochains événements de la FIFA comme la Coupe du Monde Russie 2018, le Qatar 2022, l'examen des questions de Finances et Gouvernance, des Comptes consolidés pour 2016, des Comptes statutaires de la FIFA pour 2016, du Rapport du Cabinet d'Audit externe, du Rapport du président de la Commission d’Audit et de Conformité de la FIFA, du vote d’approbation des comptes consolidés pour 2016, du vote d’approbation des Comptes Statutaires pour 2016, du Budget détaillé pour 2018 et son vote, la désignation du Cabinet d'Audit externe pour la période 2017-2019, le vote concernant les propositions d’amendement aux Statuts de la FIFA, au Règlement d’application des Statuts de la FIFA et au Règlement du Congrès de la FIFA, les discussions autour des propositions soumises par les associations membres et le Conseil comme la demande de reconnaissance officielle du droit de la Fédération Palestinienne de Football à disposer de tous ses
droits tels que décrits dans les Statuts de la FIFA, la demande Cap-Verdienne d’amendement des dispositions du Règlement d’application des Statuts de la FIFA concernant les conditions d’éligibilité d’un joueur en équipe nationale ou celle Rwandaise portant sur la Rémunération des membres du Conseil de la FIFA et des présidents des associations membres. Tous ces points seront discutés, adoptés ou rejetés. En attendant, l'Afrique a organisé lundi 08 mai au Sheraton de Manama un Congrès pour compléter le nombre de ses membres au Conseil de la FIFA. A cette occasion,le Président de la Fédération Guinéenne de Football, Antonio Souare a été désigné comme l'un des scrutateurs du scrutin largement remporté par l'Égyptien Hani Abou Rida élu au Conseil de la FIFA (50 voix) face au Camerounais ZULL (4 voix).

REMANIEMENT À LA CAF

Après ce Congrès élisant sans surprise l'Égyptien Hani Abou Rida au Conseilde la FIFA et confirmant encore une fois que la page Hayatou est tournée, le Comité Exécutif de la Confédération Africaine de Football, s'est immédiatement réuni ce lundi 8 mai 2017 à l'hôtel Sheraton de Manama, sous la direction de son nouveau Président, le Malgache Ahmad.

Ce dernier a proposé deux nouveaux vice-présidents élus qui ont été approuvés par le Comité Exécutif.
1er vice-président : Kwesi Nyantakyi (Ghana)
2e vice-president : Constant Omari Selemani (RD Congo)
A noter que cette 2ème vice-présidence, dont a été promu le Congolais Constant Omari Selemani, était détenue jusqu'à ce lundi 08 mai 2017 par notre frère, le Président Almamy Kabele Camara qui a accepté avec humilité et dignité son remplacement.

Le président Ahmad a également proposé la cooptation de deux membres au Comité exécutif de la CAF. Il s'agit de :
- Moses Magogo (président de la fédération de l'Ouganda)
- Ahmed Yahya (président de la fédération de Mauritanie)

Le Comité Exécutif a également remanié le Comité d'urgence en tenant compte de la réalité actuelle des rapports de force.
- Président : Ahmad
- Kwesi Nyantakyi (Ghana)
- Constant Omari (RD Congo)
- Fouzi Lekjaa (Maroc)
- Suleiman Waberi (Djibouti)
- Musa Bility (Liberia)

Sur proposition du nouveau Président, le Comité Exécutif a décidé de la mise en place de deux commissions ad hoc, composées essentiellement de présidents de fédérations. Une en charge de la réforme des statuts et l'autre en charge des rémunérations.

Des séminaires de restitution des travaux de la commission de réformes des statuts en direction des présidents de fédération seront organisés avant la finalisation de la mouture à soumettre au Comité Exécutif et à l'Assemblée générale.
Ces commissions ad hoc sont constituées ainsi qu'il suit :

Commission de réforme des statuts
Président
Kwesi Nyantakyi (Ghana)
Membres
- Lamine Kaba Badjo (Gambie)
- Sita Sangare (Burkina Faso)
- Moses Magogo (Ouganda)
- Mclean Letshwiti (Botswana)
- Édouard Ngaissona (République centrafricaine)
- Elvis Chety (Seychelles)
- Ahmed (Egypte)
Personnes ressources : Ludovic Lomotsy (conseiller du président de la CAF) et un consultant de FIFA sur les questions de gouvernance.

Commission des rémunérations
Président
Fouzi Lekjaa (Maroc)
Membres
- Monteiro Domingos Fernandes (Sao Tome)
- Ahmed Yahya (Mauritanie)
- Hani Abo Rida ( Egypte)
Personnes ressources : Essam Ahmed (Secrétaire général par intérim de la CAF); Mohamed El Sherei (directeur des finances de la CAF)

Nomination des présidents et vice-présidents des commissions permanentes. Le Comité Executif lors de sa réunion a désigné les Présidents et vice-présidents des commissions permanentes ainsi qu'il suit :

a) Commission des Finances
Président : Fouzi Lekjaa (Maroc)
Vice-président : Monteiro Domingos Fernandes (Sao Tome)

b) Commission d'organisation de la CAN
Président : Amaju Pinnick (Nigeria)
Vice-président : Philip Chiyangwa (Zimbabwe)

c) Commission d'organisation du CHAN
Président : Musa Bility (Liberia)
Vice-président : Wadie Jari (Tunisie)

d) Commission d'organisation des compétitions interclubs
Président : Fouzi Lekjaa (Maroc)
Vice-président : Mutassim Jaafar ( Soudan)

e) Commission d'organisation de la CAN U20
Président : Tarek Bouchamaoui (Tunisie)
Vice-président: Rui Da Costa (Angola)

f) Commission d'organisation du football féminin
Présidente : Isha Johansen (Sierra Leone)
Vice-président: Moses Magogo (Ouganda)

g) Commission d'organisation futsal et beach-soccer
Président : Moses Magogo ( Ouganda)
Vice-président: Kalusha Bwalya (Zambie)

h) Commission des arbitres
Président: Suleiman Waberi ( Djibouti)
Vice-président : Lim Kee Chong (Île Maurice)

i) Commission technique et de développement
Président : Kalusha Bwalya (Zambie)
Vice-président : Suleiman Waberi (Djibouti)

j) Commission de gestion du système de licences des clubs
Président : Leodegar Tenga (Tanzanie)
Vice-président : Dany Jordaan (Afrique du Sud)

k) Commission des affaires juridiques
Président : Ahmed Yahya (Mauritanie)
Vice-président : Augustin Senghor (Sénégal)

l) Commission du fair-play et responsabilité sociale
Président : Almamy Kabele Camara (Guinée)
Vice-président : Isha Johansen (Sierra Leone)

m) Commission des médias
Président : Amaju Pinnick (Nigeria)
Vice-président : Hedi Hamel (Algérie)

n) Commission médicale
Président : Adoum Djibrine (Tchad)
Vice-président : Yacine Zerguini (Algérie)

o) Commission Marketing et TV
Président : Dany Jordaan (Afrique du Sud)
Vice-président : Rui Da Costa (Angola)

Le Comité Exécutif a enfin approuvé un nouvel Organigramme pour l'administration de la CAF
Le nouvel organigramme, outre qu’il comprend un cabinet avec deux conseillers directement rattachés au président, prévoit trois postes d’adjoints au secrétaire général avec des domaines spécifiques. Soit :

• Un secrétaire général adjoint en charge de l’administration et qui chapeaute deux directions. Une direction des finances et des services et une direction juridique et des ressources humaines

• Un secrétaire général adjoint en charge du football qui aura sous son autorité une direction du développement des techniques et une direction des compétitions

• Un secrétaire général adjoint en charge du marketing et de la communication avec autorité sur la direction de la Communication et des médias et sur celle Marketing et TV
Il est également prévu la création d’un service de conformité directement rattaché au secrétaire général


AC

 
 Ajouter un commentaire
Reporters Sans Frontières : Mauvais procès à la Guinée (Par Sanou Kerfalla Cissé)

2017/4/26

Aujourd'hui en Guinée Reporters sans frontières (RSF) vient de dresser le tableau de la situation de la liberté de presse à travers le monde. Dans son cru 2016, notre pays est pointé à la 108ème place sur 180. Mais ce sont les arguments avancés par RSF pour justifier ce classement qui méritent des observations.

Sous le titre « Les journalistes dans la tourmente » il est allégué qu’ « en Guinée, le régime du président Alpha Condé n’est pas tendre envers les médias. Nombre de journalistes ont dû fuir le pays à la suite d’articles controversés. Le gouvernement tente périodiquement de censurer les médias sous des prétextes administratifs (tentatives de fermeture de Espace FM et Espace TV en 2014) ou juridiques (offenses contre les institutions, publications de « fausses nouvelles »). Le président tient souvent des propos sévères envers les médias nationaux, internationaux et les organisations de défense de la liberté de la presse ». Encore que ces extraits ne sont que de la deuxième version du rapport de RSF, la première se révélant plus scandaleuse, car évoquant des faits aussi décalés que la tuerie des journalistes de Womey qui date plutôt de 2013. Comme pour dire que nos réactions ont dû amener RSF à édulcorer son pamphlet. (Sic !).

Pour ne pas donner dans la polémique, j’avise que comme moi, tous les professionnels de la presse et des medias auraient applaudi à tout rompre si les affirmations de RSF étaient fidèles à la réalité du terrain. Tous et chacun ont en partage cette infinie satisfaction du rôle de veille de RSF et de ses prises de positions illustrées par des enquêtes incontestables. A contrario, cette fois, faute de se documenter à la source, nos confrères se sont littéralement fourvoyés en se fondant sur des clichés.

Ma surprise n’en est que plus grande qu’à l’Union des radiodiffusions et télévisions libres de Guinée (URTELGUI ) -dont j’assume la présidence – et qui par ailleurs constitue un échantillon fortement représentatif du paysage audiovisuel, RSF n’a jamais mené le moindre contact pour avoir notre point de vue sur la situation de la presse guinéenne.

Et je suis loin de penser qu’une quelconque démarche ait pu être envisagée envers nos confrères de l’AGEPI ou de la presse en ligne. Serions-nous tous dans la tourmente au point d’ignorer notre mal ? Des bougres ou tout bonnement des stoïques, insensibles à la maltraitance dont ils seraient victimes…Ou encore la petite chose du prince ? Que non mille fois évidemment.

En tous les cas, pour ce coup, les louables dispositions de RSF ont engendré l’effet sur lequel il faudrait s’attarder. D’une part, les contre- vérités servies ont été si grossières qu’elles ont été du pain béni pour le gouvernement. Lequel d’ailleurs n’avait pas à s’en préoccuper outre mesure. Aux journalistes et à l’opinion d’en juger à tout loisir se serait-il simplement dit. Et c’est manifestement ce qui domine et l’emporte sur tout. Car quoi qu’on en dise, pour les journalistes que nous sommes, le contexte est désarmant. La raison en est que notre bon veilleur de RSF vient ainsi de semer de sérieux doutes sur ses aptitudes de jugement. De la à dire qu’il a perdu de la cote, je ne franchirais pas le pas. Mais tout compte fait, j’invoquerai un dicton guinéen qui dit que « menteur n’est jamais écouté même quand il dit la vérité ». Pour tout dire, le plus grand mal que je souhaiterai à RSF, c’est que nos confrères se débarrassent des préjugés et autres clichés, pour faire preuve de rigueur, cette valeur si chère à notre profession.

Sanou Kerfalla Cissé

 
 Ajouter un commentaire
Remise de Don: La LONAGUI offre un orchestre complet à la RTG

2017/4/15

Aujourd'hui en Guinée A un mois de la célébration de l’an 40 de la Télévision nationale- créée le 14 mai 1977- la Loterie Nationale de Guinée- LONAGUI- a offert ce vendredi 14 avril 2017, un orchestre complet à la Radio Télévision Guinéenne- RTG. La remise de ce don qui a eu lieu dans les locaux dudit organe national a mobilisé outre les responsables et personnel de la RTG, des cadres du ministère de la Communication et ceux de la LONAGUI.

« Cette remise procède d’un constat, à savoir que dans les pays voisins de la Guinée ou de la sous-région, vous y retrouverez un orchestre de la radio télévision nationale. Il n’est pas normal que la Guinée- qui a été pionnière à la matière en Afrique- se trouve sans orchestre pour sa télévision » a souligné Lansana Chérif Haidara, Directeur Général de la LONAGUI, remerciant son ministre de Tutelle qui a proposé à sa structure de ‘’prévoir dans ses actions l’octroi d’orchestre complet aux préfectures de Guinée. « C’est dans ce cadre que la LONAGUI a décidé d’inclure la RTG et l’Ensemble Instrumental National- qui a déjà reçu sa part » a-t-il indiqué. Le DG de la LONAGUI a promis de poursuivre cette action afin que la Guinée reprenne sa place d’antan. « La Guinée a été un modèle pour l’Afrique. Aujourd’hui, elle doit reprendre sa place nationale et internationale surtout où nos orchestres- Bembeya Jazz natioinal, Kèlètigui, Horoya Banade...- ont fait la pluie et le beau temps » a rappelé M. Haïdara qui a, enfin souhaité par anticipation joyeux anniversaire à la RTG. Qui n’a pas uniquement pour ‘’mission d’informer mais de contribuer à la préservation de la culture guinéenne en assurant la promotion de la musique nationale’’.

« Cet orchestre aura pour mission essentielle de contribuer à renforcer la culture nationale en reconstituant un fond musical reconnu de valeurs représentatives de notre culture » a déclaré Hadja Mariama Dubréka, la cheffe de cabinet du ministère de la Communication, invitant les responsables de la RTG à gérer ces équipements avec rigueur afin que les objectifs fixés soient atteints.

Cette cérémonie de remise a pris fin par la signature de convention de partenariat entre la RTG et la LONAGUI ainsi que la prestation de fortune de l’orchestre de la RTG avec au vocal la Cheffe de cabinet. Un véritable régal pour les invités.

Séka Cissoko

 
Tarikhoui : Votre rubrique qui vous interdit de rire.

2017/4/10

Aujourd'hui en Guinée La semaine passée, sa majesté le roi Môba-simbo : a regagné la capitale Conakry gbèrè-gbèrè, après quelques jours de ballades en côte d'ivoire ou il a demandé aux africains de couper le pont qui les lie à la France. Ah Körö !!! Toi tu peux faire çà ? Awa ! Emmanuel Macron a pris acte de tes propos irrévérencieux ; Autre chose de la semaine c'est l'interview que le petit Dadis a accordée à la radio sipa-sipa, mais à dire vrai le petit Dadis ne racontait que des « wouyas » . D'ailleurs son successeur El Tigre n'a pas tardé de réagir, ce dernier qui était assis dans un « cabaret » entouré par une centaine de bouteilles de skol et de whisky, El Tigre a tout reconnu, il est allé jusqu'à dire qu'il était ce jour à Nzérékoré avec « pape colis » pour une mobilisation. Adeah !! balka !balka !! Dernière nouvelle de la semaine c'est cette pluie inattendue qui est venue créer la panique dans la cité, elle aurait même emporté une femme à Kobaya commune de Ratoma. Alors comment sa majesté a passé cette semaine ? Nous sommes partis le rencontrer dans son palais à Sékhoutoureya, voici le compte rendu complet de notre rencontre.

Le journaliste kômbo-kômbo : sa majesté je vous salue, je suis venu avec une délégation de la C.P.I, nous sommes là pour vous écouter, parce que ce jour vos militants étaient au stade, et il parait que c'est vous qui leur avez dit de s'y rendre, vous reconnaissez les faits ?

Môba-Simbo : Non je ne reconnais pas les faits, d'ailleurs pourquoi tu envoies la C.P.I chez moi ? Ou bien tu veux qu'on m'envoie à hôtel de Gbagbo ?

Le journaliste kômbo-kômbo : non n'ayez pas peur papa, je suis là comme votre avocat, il faut seulement reconnaitre les faits, le reste on va régler çà à l'amiable.

Môba-Simbo : Layillah !!! Régler quelque chose à l'amiable avec la C.P.I ? Toi tu es malade, moi je connais très bien les gens là, quand tu reconnais un fait devant eux tu es foutu mon petit Afakoudou.

Le journaliste kômbo-kômbo : donc si je comprends vous exhortez Toumba et DAdis à nier les faits ?

Môba-Simbo : non mais petit je vais te dire quelque chose, Dadis et Toumba ne peuvent pas nier les faits, ils sont dedans, ils sont même plongés dedans, c'est petit Dadis qui a donné l'ordre à Toumba de tuer les manifestants et de violer toutes les femmes qui étaient au stade ce jour, et Toumba aussi a exécuté l'ordre.

Le journaliste kômbo-kômbo : ah bon vous pouvez reconnaitre çà devant Toumba ? Bon levez-vous, nous allons partir à la maison centrale pour une confrontation entre vous et Toumba, vous allez répéter devant lui ce que vous venez de nous dire.

Môba-Simbo : lahillah ! Soubhanalah !!! Moi face à Toumba ? awa petit si c'est ça, je nie sur place ce que je viens de vous dire, (pleure) pardon petit pardonnez-moi, pardonnez fi-Allah, tu sais petit si vous m'envoyez là-bas, TOUMBA va me donner un coup de tête, donc pardon petit il faut me pardonner si tu veux je te donne un peut d'argent d'Ebola pardon petit …. (pleure)

Le journaliste kômbo-kômbo : d'accord cessez de pleurer vieux, je renonce à ma décision, mais par rapport à Dadis et Konaté, comment vous voyez leur intervention, apparemment les deux s'attaquent toujours, que se passe-t-il ?
Môba-Simbo : Tu sais petit tous les deux sont devenus des « toc-tocs » je dois les envoyer tous à la psychiatrie de Donka, tu sais quand les deux étaient aux affaires, ils ne faisaient que boire, boire, surtout konaté lui c'est un vrai « Salimou » (rire)

Le journaliste kômbo-kômbo : O.K sa majesté la 1ère pluie à Conakry a fait une victime à kobaya, qu'est-ce que le gouvernement a fait pour sa famille ?
Môba-Simbo : AH petit tu sais à l'heure là, ce n'est pas le moment de la campagne, si c'était ce moment je pouvais aller avec la R.T.G pour faire la mamaya dans la famille, mais néanmoins j'ai envoyé le maire qui est allé donner un sac du riz à la famille.

Le journaliste kômbo-kômbo : bon nous allons vous laisser vous reposer, mais vous pouvez chanter un morceau pour moi et pour mes collègues de la C.P.I ?
Môba-Simbo : d'accord petit, mais aujourd'hui je vais chanter pour petit Dadis et tonton El Tigre, ce morceaux là ils n'ont qu'à se lever et danser avec leurs petites copines partout où ils se trouvent, d'accord je commence : eh Salimou dölö magnin deh Salimou, dölö magnin Salimou !!! kiribe- kiribe wassa wassa !! wehh !!! À dooh !!!

A la semaine prochaine, mais pardon ne riez pas.

Issiaga Doupourou Sylla

 
 Ajouter un commentaire
Le recteur de l'université Senghor d'Alexandrie chez Siaka Barry

2017/4/8

Aujourd'hui en Guinée Le Recteur de l'Université Senghor d'Alexandrie (Egypte) a été reçu aujourd'hui par mon cabinet. Le Pr Thierry Verdel, recteur de la prestigieuse université de la francophonie était accompagné de Mr Jean-Dominique Assié (Directeur de la décentralisation et du partenariat).

La délégation introduite par le Recteur de l'Université Gamal Abdel Nasser de Conakry, a analysé avec nous, le projet de création d'un nouveau campus de l'université Senghor à Conakry. Les formations en management culturel, en gestion du patrimoine historique et en communication-média seront dispensées sur place par d'éminents professeurs venant de l'espace francophone... Merci à l'Université Senghor d'Alexandrie !


Siaka Barry
Ministre de la culture, des sports et du patrimoine historique

 
 Ajouter un commentaire
Siège de la FIFA -Zurich :Tête à tête Infantino - Antonio /La journée aura été encore chargée pour le Président Antonio Souare.

2017/4/6

Aujourd'hui en Guinée Entre deux séances de Réunion de la Commission du Statut du Joueur, le Président de la Federation Internationale de Football Association, Gianni Infantino a reçu, ce jeudi 06 avril 2017, le Président de Fédération Guinéenne de Football, Mamadou Antonio Souare et nouveau membre de la Commission du Statut du Joueur de la FIFA dans ses bureaux à Zurich.

L'entretien entre les deux Présidents a essentiellement porté sur les questions liées au Développement du Football notamment en Afrique et en Guinée mais aussi sur la nature des relations et la nouvelle politique que l'actuelle équipe gouvernante de la FIFA entend imprimer en Afrique. Dans les discusdions très détendues et cordiales, en présence de leurs collaborateurs, il ressort que les deux Présidents Gianni Infantino et Antonio Souare partagent la même passion pour le football.

Après avoir félicité Le Président Antonio Souare pour son élection et sa désignation sur des critères objectifs comme membre de la Commission du Statut du Joueur, Le Président Infantino s'est engagé à soutenir la Fédération Guinéenne de Football dans tous ses projets, programmes et initiatives en faveur du développement durable du football Guinéen. Très informé sur la moralité et la personnalité du nouveau Président de la Federation Guinéenne de Football, le Président de la FIFA a tenu à rendre hommage à ce comportement exemplaire et encouragé Antonio Souare à oeuvrer contre les pratiques malsaines et à cultiver chez ses collaborateurs les vertus de l'excellence, la probité qui forcent le respect du Président Antonio Souare.



A.Condé

 
 Ajouter un commentaire
Siège de la FIFA - Zurich : Antonio reçu par le Directeur Développement Afrique -Caraïbes

2017/4/5

Aujourd'hui en Guinée Arrivée ce mercredi 05 avril 2017 au petit matin à Zurich, le calendrier du Président de la Federation Guinéenne de Football ne comporte aucune pose dans la capitale mondiale du football.

Quelques minutes seulement après son l'installation, le Président Antonio Souare et son Premier vice-président, Amadou Diaby se sont rendus au Siège de la Federation Internationale de Football Association où ils étaient attendus par le Directeur Développement Afrique -Caraïbes, Veron Mosengo-Omba pour une séance de travail.

Les échanges, très fructueux, ont permis au Président Antonio Souare de cerner tous les contours et dans ses moindres détails, les domaines d'interventions et les perspectives qu'offre la FIFA au football Guinéen.
Après la réunion, jeudi 06 avril, de la Commission du Statut du Joueur dont il est membre, le Président Antonio Souare sera officiellement informé par le Président Gianni Infantino sur le contenu de l'enveloppe que la FIFA alloue à la Fédération Guinéenne de Football pour les exercices combinés 2016 - 2017 et les critères de son décaissement.

A.C

 
 Ajouter un commentaire
Le président de la Fédération Guinéenne de Football en route pour Zurich.

2017/4/4

Aujourd'hui en Guinée Antonio Souaré membre de la commission du statut du joueur de la FIFA est attendu ce mercredi, 05 avril 2017 au siège de la FIFA.C’est lors de la dernière CAN à Libreville au Gabon que les présidents de la FIFA et de la Feguifoot se sont rencontrés.

Au cours de son séjour, outre le tête à tête avec Gianni Infantino, Antonio Souaré visitera aussi les différents départements de la FIFA. Depuis qu’il a été nommé dans cette commission ce sera la première visite que le nouveau président de la féguifoot effectue à Zurich.

Antonio Souaré aura une série de séances de travail avec les dirigeants du football mondial.

Nul doute que ses différents entretiens, serviront de base pour le représentant guinéen à ces assises. Une occasion pour lui d’expliquer les différentes péripéties qui ont secoué le football guinéen ces derniers temps.

L’homme compte mettre à profit cette visite pour expliquer aux autorités de la FIFA son programme ou son vaste chantier pour le développement du football guinéen. Ce qui pourra aider à un bon départ sur la base d’un renouveau véritable pour la promotion de notre football pour son épanouissement.

Ibrahima Diallo
DG Liberté FM

 
 Ajouter un commentaire
« Il faut traiter les entraîneurs locaux de la même façon que les expatriés », Amadou Diaby

2017/3/31

Aujourd'hui en Guinée
M. Amadou Diaby est le premier vice-président de la Fédération Guinéenne de Football (FGF). Nous l'avons eu juste après la rencontre des Lions indomptables du Cameroun - Syli national de Guinée à Bruxelles. Il nous parle des priorités de la nouvelle équipe de la FGF, du choix d'un coach local, la constitution d'une équipe nationale...

Dans le cadre des matchs amicaux réguliers de la FIFA, la Guinée vient de battre les lions indomptables du Cameroun, champions d'Afrique, sur le score de 2 - 1. Qu'est-ce que cette victoire vous inspire ?

Amadou Diaby: D'abord, je dirai que c'est une très belle victoire pour le moral de tout le peuple de Guinée. Cela fait plusieurs années que la Guinée n'avait pas battu le Cameroun. C'est notre premier match avec la Fédération Guinéenne de Football sous le leadership du Président Antonio Souaré. Pour nous, comme je l'ai dit plus haut, c'est une très belle victoire quand on sait que le Cameroun est champion d'Afrique, et surtout quand on sait aussi qu'on est entrain de construire une équipe nationale. Gagner face aux champions d'Afrique, pour nous est une très belle victoire.

Avant la rencontre des Lions Indomptables, la Guinée avait fait un match nul (2-2) face au Gabon au Havre en France. Que pensez de ce noyau ?

Je dirai que le match de Havre était un très bon match mais il y a eu quelques lacunes, un manque de concentration de la part de nos joueurs. Car chaque fois qu'on menait au score, les Gabonais revenaient aussitôt, et surtout au temps additionnel. C'est vrai aussi qu'il y a eu des erreurs de marquages sur le dernier but égalisateur des Gabonais. Ce sont ces petits réglages que le coach Lappé va très vite corriger, parce que c'est une nouvelle équipe qu'on est entrain de mettre en place. C'est n'est pas facile et nous allons donner le temps à l'entraîneur pour constituer cette équipe. Le Cameroun, avant la coupe d'Afrique des nations, était une jeune équipe. Ils ont constitué petit à petit cette équipe qui est devenue champion d'Afrique. Ce qu'il faut aujourd'hui, c'est d'aller à la base, travailler, constituer une jeune équipe comme on le fait maintenant. Pour cela, il faut donner le temps au temps. Il est important qu'on se donne la main, que le peuple de Guinée, les journalistes et tout le monde continuent à se donner la main afin d'aider cette équipe.

Au regard des deux matchs, on a l'impression que l'équipe a un problème de gardien de but...

Oui ! Je sais que nous avons de sérieux problèmes de gardien. Ce n'est pas pour rien qu'on organise des matchs amicaux. C'est de voir où nous avons des lacunes pour les corriger. La Guinée a toujours un problème de gardien ces derniers temps. Quand on regarde l'apprentissage du football à la base on constate la multiplication des ''Jeux de salon'' qu'on appelle aussi le ''Petit-bois'', ce qui ne favorise pas l'émergence des gardiens. Pour corriger cela, c'est une urgence, nous avons déjà un programme mis en place par la Président Antonio Souaré pour former les gardiens de but. C'est pourquoi on a signé un partenariat avec la fédération marocaine de football. On essaye également de signer des partenariats avec différentes fédérations aussi européennes qu'africaines. Et notre première préoccupation est de former une belle équipe et pourquoi pas former de très bons gardiens.

C'est une nouvelle fédération qui vient de se mettre en place avec à la tête Antonio Souaré. Quelle sont vos priorités sachant l'état du football guinéen ?

D'abord le Président Antonio Souaré a mis en place un programme de quatre ans. Et il faut respecter ce programme. Je pense que notre problème au niveau de la fédération a toujours été un problème d'organisation. Le Président Antonio tient beaucoup à résoudre ce problème d'organisation. Il y avait aussi à la fédération un problème de gestion. Ce qui avait provoqué une crise en son sein. Donc, aujourd'hui nous n'avons pas droit de faire les mêmes erreurs que nos prédécesseurs. Tout le peuple de Guinée attend beaucoup de nous. Aussi, dans le programme du Président Antonio Souaré, un accent particulier est mis sur la formation. Il faut former les éducateurs, les entraineurs, les arbitres et surtout former les cadres qui vont gérer l'administration de notre football. Vous savez le football est un autre monde qu'il faut apprendre à gérer et nous sommes dans cette dynamique. Après le volet formation, il faut constituer une grande équipe de Syli national. C'est ça l'ossature de notre programme.

Le président de la FGF Antonio Souaré est favorable au maintien d'un coach local, notamment Kanfori Lappé Bangoura. Est-ce que ça veut dire que vous êtes favorable au football local ?

Vous n'êtes pas sans savoir que nous avons connu beaucoup de problèmes au niveau du football guinéen. Nous n'avons pas pu participer à la CAN du Gabon parce qu'on avait un entraîneur expatrié qui ne résidait même pas en Guinée. C'était donc très difficile pour la disponibilité de l'entraineur. C'est pourquoi le comité de normalisation a décidé, et c'était notre avis aussi, qu'il faut un entraîneur local qui sera disponible pour l'équipe. Quand on regarde la République Démocratique du Congo, elle a un entraîneur local, cela marche très bien. Il faut faire confiance aux entraîneurs africains, surtout leur donner aussi les moyens qu'on a l'habitude de donner aux expatriés. Quand on leur donne les moyens, on leur donne en même temps les conditions de travail qu'ils seront tenus aussi de respecter. S'ils ne respectent pas ces conditions ils partiront. C'est aussi simple que cela. Donc, moi je pense qu'il faut traiter les entraîneurs locaux de la même façon que les entraîneurs expatriés. Les entraîneurs africains sont aussi capables de donner un programme gagnant-gagnant à la fédération qui donne les objectifs à atteindre. S'ils ne répondent pas aux attentes, ils vont partir. Donc, il faut donner le temps au temps. Je crois que Lappé a fait ses preuves quand il était au CHAN. C'est vrai qu'il faut maintenant lui donner le temps parce que quand il est venu lors du match au Swaziland, il venait de prendre l'équipe il y a juste deux semaines. Il ne connaissait donc pas les jeunes. Maintenant on peut dire qu'il connaît l'équipe, il connaît les joueurs, essaye de constituer une équipe. Donc il faut lui donner le temps.

L'objectif immédiat c'est la CAN ou c'est la Coupe du monde de 2018 en Russie ?

Je dirai qu'il faut donner le temps au temps. Il faut être très prudent. C'est vrai qu'on a gagné aujourd'hui face aux Lions Indomptables, les champions d'Afrique en titre. Mais avec ce match amical, tout n'est pas encore parfait. C'est aussi vrai qu'il fallait le gagner pour le moral. Maintenant, on sait où nous avons des lacunes, il faut renforcer l'équipe, il faut vraiment travailler. On est dans une poule (Côte d’Ivoire, Guinée, Centrafrique, Rwanda) qui n'est pas facile, mais on n'a pas peur. Le match d'aujourd'hui nous rassure encore davantage. On ira en Côte d'Ivoire sans aucun complexe. Maintenant, il faut vraiment travailler. Pour revenir à ta question, je dirai que notre objectif est d'aller à la CAN de 2019 au Cameroun. On était absent à la CAN de 2017 au Gabon et la Guinée va organiser la CAN de 2023. Avant cette date notre objectif est de se qualifier pour toutes les CAN, afin d'avoir beaucoup d'expériences, être beaucoup plus présent pour bien aborder la CAN de 2023 chez nous en Guinée.

Votre équipe a presque été élue à l'unanimité. En tout cas on a l'impression que c'est une équipe soudée. A votre avis, est-ce que cela va taire toutes les contradictions internes à la FGF ?

Ecoutez nous avons déjà, et avant tout, un Président rassembleur qui est un père de famille, car il a les destinées de football d'un pays en main. Les 64 membres statutaires du pays vous ont élu pour un mandat de quatre ans. C'est donc une obligation de respecter ces membres statutaires mais aussi le peuple de Guinée. Tout le monde connaît Antonio Souaré, ce n'est un secret pour personne. Ce n'est pas un homme qui a brûlé les étapes, c'est pas un homme qui est venu par l'ascenseur. Donc aujourd'hui, je crois que sous son leadership, nous sommes obligés de travailler main dans la main. Et nous sommes dans cette logique. Antonio Souaré est un manager, quelqu'un qui aime et qui a la passion du football, qui veut faire avancer le football guinéen. Vous avez vu pour ce match amical, il a tout de suite penser à la population guinéenne. Au nom de la Fédération Guinéenne de Football, il a payé de sa poche pour permettre au peuple de Guinée de regarder le match en direct. Ce genre d'acte me touche personnellement car le peuple attend aussi beaucoup de nous. Je demande aussi à vous les journalistes de nous accompagner pour qu'on
puisse enfin redorer le blason de notre football.

Un dernier mot M. le vice-président

D'abord, M. SACKO, je tiens à vous remercier pour m'avoir donné l'opportunité de m'exprimer pour la première fois avec vous. Ensuite, je demanderai au bon Dieu de protéger la Guinée pour que le peuple de Guinée soit toujours uni. C'est le football qui peut nous rassembler. Car la Guinée doit être une et indivisible. Que Dieu bénisse la Guinée !

Interview réalisée à Bruxelles par SACKO Mamadou

 
Syli National - Bouna Sarr : Le Président Antonio Souare rencontre Mamadou Sarr, le Père du Joueur

2017/3/30

Aujourd'hui en Guinée En provenance de Bruxelles et avant de rejoindre sa Résidence,11 Rue de la Croix Moŕrau, la journée de travail de ce mercredi 29 mars 2017 se termine pour le Président Antonio Souare par une Mission auprès de son ami d'enfance, Mamadou Sarr, père du Marseillais Bouna Sarr.

Avec ce condisciple d'école primaire qu'il a spécialement fait venir, le Président de la Fédération Guinéenne n'est pas allé par mille chemins en demandant directement à l'ami de plus de 40 ans d'oeuvrer pour faire revenir son fils Bouna Sarr à de meilleurs sentiments envers la Guinée et rejoindre l'effectif de l'équipe nationale de Football où il a sa place. Pour le Président Antonio Souare, le moment est venu de faire table rase du passé en tournant la page des malentendus et malheureux épisodes qui ont précédé sa venue aux affaires.

Seule la sélection nationale, a expliqué Antonio Souare, valorise et protège la carrière d'un sportif. A cet effet, il a conseillé son ami Mamadou Sarr d'éviter à son fils Bouna Sarr la mésaventure et les regrets qui émaillent la carrière de certains franco - africains qui avaient opté pour l'équipe de France avant d'en être écartés et n'ont plus aujourd'hui la possibilité de jouer pour leurs pays d'origine. Pour le Président Antonio Souare, le Syli National est le cadre idéal pour la carrière internationale de Bouna Sarr.

M. Mamadou Sarr, le père de Bouna Sarr, très sensible à ses arguments de taille promet d'agir dans ce sens.

A suivre

A Paris Abdoulaye Condé

 
 Ajouter un commentaire
BANQUET À L'HONNEUR DU SYLI JUNIOR

2017/3/17

Aujourd'hui en Guinée Ce vendredi matin, l'ensemble des acteurs du football guinéen a tenu à rendre un honneur mérité à nos valeureux combattants du Syli Junior, pour leur brillante participation à la CAN Zambie 2017 (3e place, médailles de bronze, 3 hommes de match etc).

Au nom du Président de la République, du Gouvernement et du Peuple de Guinée, j'ai tenu à féliciter nos vaillants guerriers tout en galvanisant la même troupe, qui représentera en mai prochain notre pays à la Coupe du MONDE CORÉE 2017 ! Vive le renouveau du sport guinéen, vive le sport à la base !!!

Siaka Barry
Ministre de la culture, des sports et du patrimoine historique

 
 Ajouter un commentaire
Surprise à la CAF : Hayatou battu, Ahmad Ahmad nouveau patron du foot africain !

2017/3/16

Aujourd'hui en Guinée Le Malgache Ahmad Ahmad a été élu jeudi président de la Confédération africaine du football. Il succède à Issa Hayatou, président de l'organisation depuis 1988. C'est une véritable surprise dans le paysage footballistique africain.

Le Malgache Ahmad Ahmad a été élu jeudi, à la surprise générale, président de la Confédération africaine de football (CAF) lors d'une élection l'opposant au Camerounais Issa Hayatou, qui dirigeait l'organisation depuis 1988, a constaté un journaliste de l'AFP. A l'annonce des résultats officiels, les poings victorieux se sont levés et une clameur a éclaté dans la salle rassemblant les représentants des fédérations africaines votantes: 34 voix pour M. Ahmad, contre 20 pour M. Hayatou.

Relativement méconnu par rapport à son adversaire, M. Ahmad a déjoué la plupart des pronostics en obtenant un mandat de quatre ans à la tête de la CAF. M. Hayatou, 70 ans, dernier dignitaire du foot mondial épargné par les affaires qui ont emporté Sepp Blatter et Michel Platini, en était le favori.

"Si je pensais que je ne pouvais pas y arriver, je ne me serais pas présenté", a déclaré à la presse M. Ahmad, dès après le vote, alors que son rival était escorté en dehors de l'auditorium, refusant de s'adresser aux journalistes. Le vice-président de la puissante fédération ghanéenne, George Afriyie, a lui commenté auprès de l'AFP que "son excellence Issa Hayatou a fait beaucoup pour le football africain", mais "il était temps pour lui de se retirer".

L'influence d'Infantino ?

M. Hayatou avait évoqué jeudi matin "une expérience et une sagesse inégalées", tandis que M. Ahmad, ancien joueur, entraîneur et ministre de la Pêche de son pays, avait mené campagne en promettant "une transparence dans la gestion" de la CAF et la fin des "pratiques obsolètes". Pourtant, aucun des deux hommes ne peut se targuer d'une réputation sans failles.

AFP

 
 Ajouter un commentaire
Assemblées Générales FIFA - CAF : Veillée d'armes du Président Antonio pour la réélection de Kabele Camara

2017/3/16

Aujourd'hui en Guinée À la veille des Assemblées Générales de la Confédération Africaine de Football avec le renouvellement ou non des mandats d'une partie du Comité Exécutif notamment le Président Issa Hayatou mais aussi de la Fédération Internationale de Football Association ( FIFA ), où les membres statutaires africains du Comité Exécutif y compris notre compatriote vice-présidents de la CAF, Almamy Kabele Camara doivent se soumettre au vote des délégués le jeudi 16 mars 2017 dans la salle des Congrès du majestueux Palais de l'union Africaine à Addis-Abeba,le tout nouveau Président de la Fédération Guinéenne de Football, Antonio Souare est en veillée d'armes avec tout son État major pour assurer le succès électoral du Guinéen à la FIFA.


AC

 
 Ajouter un commentaire
Vers la CAN 2023 : Les petits pas du COCAN 2023 (Par Thierno Saïdou Diakité)

2017/3/9

Aujourd'hui en Guinée Sous réserve de confirmation, au mois d’avril prochain, une mission d’inspection de la CAF devrait séjourner en Guinée. Cette mission vient évaluer l’état d’avancement des préparatifs de l’édition 2023 des phases finales de la CAN senior de football, que le comité exécutif nous a attribué.

Cent vingt-huit jours après la mise en place du COCAN 2023, le comité d’organisation de la CAN 2023, et soixante-cinq jours après la nomination des membres du comité de pilotage de ce COCAN, les préparatifs de cette épreuve continentale tardent à commencer. Pour la simple raison, que les différentes commissions techniques (au nombre de treize) énumérées à l’article 7 du décret D/2016/300/PRG/SGG du 14 octobre 2016 portant création du COCAN 2023, ne sont pas encore meublées.

Un retard qui pourrait être préjudiciable au gigantesque travail, qui attend le COCAN 2023. Il ne faut surtout pas se faire d’illusions. Des trois pays (Cameroun, Côte d’Ivoire, Guinée), qui recevront la mission d’évaluation de la CAF, la Guinée a en charge le programme des préparatifs le plus important et le plus contraignant au plan financier. En effet, hormis Conakry, qui dispose relativement d’infrastructures aptes à abriter une compétition d’envergure, les autres sites identifiés à savoir Kankan, Labé et N’Zérékoré sont dépourvus du minimum exigé par le cahier de charges de la CAF.

Pour se faire une idée de l’enveloppe financière à mobiliser pour prétendre satisfaire au cahier de charges de la CAF – quatre sites de compétition avec toutes les infrastructures sportives et annexes y afférant – il est bon de signaler que le Gabon, qui vient d’organiser cette année la 31 ème édition de la CAN 2023 a mobilisé la bagatelle de 463 milliards de francs CFA. A ce niveau, plus le pays hôte de la compétition est moins doté en infrastructures, plus la note est salée. Le Gabon a eu l’avantage d’avoir coorganisé en 2012 avec la Guinée Equatoriale une phase finale. Ce qui a substantiellement réduit pour ce pays les charges financières. Dans cette même veine, le Mali qui en 1998 avait postulé à l’organisation de la CAN 2002 présentait à quelques exceptions près les mêmes conditions que notre pays au plan des infrastructures.

A cette époque, les phases finales de la CAN 2002 ont coûté au Mali 120 milliards de francs CFA. Quinze ans après, avec le renchérissement du prix des matériaux, l’on s’imagine bien le niveau de l’enveloppe financière à mobiliser par notre COCAN. Un argument de poids qui plaide largement pour la mise en place des commissions techniques. En plus de cette démarche, il est à souligner la nécessité de doter le COCAN d’un siège entièrement fonctionnel et d’un budget de fonctionnement. A l’instar des pays qui ont eu l’opportunité d’abriter les phases finales de la CAN senior, faut-il le rappeler, le budget de fonctionnement et d’équipement du COCAN est supporté par le budget national. Ce qui revient à dire qu’à partir de cette année, une ligne budgétaire est à créer en faveur du COCAN. En la matière, nous ne réinventerons pas le monde. Les expériences passées permettront largement au COCAN de s’y inspirer pour meubler sa feuille de route. Nous devons avoir en ligne de mire, le temps qui passe et qui joue irrémédiablement en notre défaveur.

Chaque jour qui passe, nous rapproche inéluctablement de l’échéance de 2023. Il est donc vivement souhaité, que les petits pas du COCAN 2023 se muent désormais en grands pas, pour nous permettre d’honorer la confiance placée en nous par le comité exécutif de la CAF. Comme dirait l’autre, 2023, c’est déjà demain !


Thierno Saïdou DAKITE


 
 Ajouter un commentaire
Kerfalla CAMARA Kpc
Pourquoi les ennemis de KPC vont-ils lamentablement échouer
Au tour de Bathily de parler
« ma société ADS n’a jamais bénéficié d’un marché de gré à gré ni en Guinée, ni ailleurs »
Dépêches
L'UA/Nord-Mali
TV Aujourd'hui-en-guinée

cliquez sur la photo pour ouvrir la video

Voir les autres articles >>>
Genève : KPC rend hommage à sa femme
Genève : KPC rend un hommage mérité à son épouse Safiatou
TV Aujourd'hui-en-guinée  ::  Kerfalla CAMARA Kpc  ::  Audios  ::  L'UA/Nord-Mali  ::  Libres Propos  ::  Soutenez Aujourd'hui en Guinée  ::  Albums Photos  ::  Contact  ::  Abonnez-vous  ::  Email  ::  Partenaires  ::  


Privé - Espace Clients  Hotline  

© Rosawebpro   |    Privé - Espace Clients