Bannière


 
L'ambassadeur des États Unis chez le PDG de Guinée-Games
Alexander Lascaris et Antonio pour un partenariat et l'ouverture des classes en Guinée

Partenaires

Africatime

Africvisionguinée

Akhadan

Conakrylive

Ecoutez Sabari FM 97.3 en direct

Guinée7

L'Express Guinée

Le Diplomate

Les amazones

Mediaguinee

www.Guineematin.com

39 visiteurs connectés

28 Novembre 2014 - 15h36



A quoi sert le défilé des politiciens ?

 [2012/8/8]

Aujourd'hui en Guinée CONAKRY/La Guinée est secouée par une crise politique qui frise l’impasse. Alors que ses collègues des pays voisins, élus bien après lui, ont déjà fini d’élire et d’installer les institutions républicaines, consolidé le caractère démocratique de leur pouvoir et commencent à récolter les fruits et bénéfices de cette situation, le président Alpha Condé peine toujours à conclure la transition politique en Guinée. Une situation qui affecte la normalisation des relations avec les partenaires extérieurs et retarde l’allocation d’importantes ressources et autres avantages à la Guinée, avec les conséquences imaginables. En difficulté et sensible, le président de la République, le professeur Alpha Condé, multiplie des audiences désormais avec quelques animateurs de partis politiques de second rang, serions-nous tenter de dire. Noble initiative en soit. Souvent conduits à partir du Novotel de Conakry par Ibrahima Capi Camara, démissionnaire de l’UFR, promu directeur adjoint de l’établissement hôtelier, qu’apportent ces politiciens au chef de l’état ? L’alliance Arc-en-ciel n’est-il pas le meilleur instrument et outil politiques pour le président ?

Qu’un président de la République épouse la consultation et les échanges d’idées, avec la classe politique sur des sujets d’intérêt national, comme méthode favorite de gouverner, rien de plus louable. Mais, outre que l’hôtel ne soit pas l’endroit calme où peut et doit se concevoir les tractations pour un président de la République, à partir du moment où son cabinet foisonne d’excellents cadres rompus à la tâche et disposant de bureaux appropriés pour ce genre d’exercice, les cas qu’on observe actuellement ne semblent pas s’inscrire forcement dans cette logique, ou n’aboutissent pas au résultat escompté. Et même si le président Condé, avec toute la bonne foi qui est la sienne, reste disposé à cet exercice, d’emblée il faut dire que les néophytes politiques de l’entourage se trompent et compliquent l’équation au chef de l’état en faisant croire à ce dernier que les audiences qu’il enchaine avec ceux qui ne pèsent pas sur l’arène pourraient débloquer la situation que le professeur Alpha Condé semble souhaiter de tous ses vœux. C’est une profonde méconnaissance de la réalité guinéenne pourtant très simpliste. Mouctar Diallo et son adjoint, pour volontaristes qu’ils soient ou Fodé Oussou Fofana, compréhensif qu’il puisse paraître, avec tout le respect qu’il convient d’accorder à leur engagement, ne sont pas en mesure, politiquement parlant, d’apporter ni leur soutien ni quoi que ce soit au président Alpha Condé en cette période de crise politique aigue. Peut-être des suggestions qui n’inspirent pas les conseillers de l’ombre. Autrement, même leur ralliement éventuel au RPG-Arc-en-ciel a plus de conséquences négatives que d’aspects positifs pour le président de la République. Une hypothèse vite écartée par les intéressés eux-mêmes. Certes, qu’il est toujours plaisant pour un chef d’état d’approcher et même de séduire la jeune génération de politiciens, comme s’y employaient souvent et avec talent d’illustres anciens ou nouveaux présidents à travers le monde, notamment feu président Mitterrand en France. Mais tout cela suppose que les contentieux politiques au plan national aient été d’abord réglés. Aujourd’hui, en soumettant le professeur Alpha Condé à des têtes à tête qui ne lui apportent pas de solution aux multiples problèmes politiques qui l’assaillent et qui sont prioritaires, ils contribuent à fabriquer et à asseoir l’image d’un président manœuvrier et manipulateur. Ils sont si malhabiles qu’ils oublient trop tôt que ces rencontres qui se succèdent interviennent après celles infructueuses avec Cellou Dalein Diallo de l’UFDG et d’autres notamment avec Lansana Kouyaté du PEDN. Et à chaque fois qu’il est sortie d’une audience, le président de l’UFDG s’est justifié de ‘’tout collaborationnisme’’ avec le pouvoir pour rassurer ses alliés (Sidya Touré de l’UFR, Abé Sylla de la NGR, Lansana Kouyaté du PEDN) et qu’il a résisté à toute tentative de division de l’opposition. Le président Alpha Condé est ainsi soupçonné de vouloir semer la diversion au sein de l’opposition quand on affirme à l’UFDG qu’il aurait demandé à Cellou Dalein Diallo de s’éloigner des autres leaders de l’opposition ‘’qui fomentent un coup d’état miliaire’’ et de conclure un pacte électoral UFDG-RPG pour les législatives. Ce qui est lamentable c’est le nanisme de vue dont font preuve les conseillers de l’ombre du président de la République, incapables ou refusant de réaliser que Cellou Dalein Diallo, dont le poids politique repose fondamentalement sur sa communauté, a encore plus besoin de Sidya Touré, de Lansana Kouyaté, de Abé Sylla que l’inverse. Cellou Dalein Diallo, qui a énormément souffert et eu réellement peur de la solitude politique entre les deux tours et même après le deuxième tour d’une présidentielle dans laquelle il a joué son va-tout, voyant impuissant ses militants, ni secours ni recours possibles, exposés à tous les dangers, mesure aujourd’hui mieux que quiconque l’utilité de l’alliance renouée avec Sidya Touré et renforcée par le basculement de Lansana Kouyaté dans l’opposition. Cellou Dalein sait jusqu’où cette alliance, qui lui évite l’indexation, est salutaire dans son existence politique. A cet égard il était et il est tragiquement naïf de penser que le président de l’UFDG se ferait un jour des illusions entre une alliance avec des partis donnant un caractère national au combat qu’il mène contre le régime du professeur Alpha Condé et un pacte électoral avec le pouvoir de ce dernier perçu comme l’ennemi numéro par une grande majorité de ses partisans et plusieurs figures de son parti. Surtout qu’il n’ignore pas non plus qu’un accord, minime soit-il ou raisonnable soit-il avec le pouvoir, signerait son acte de mort politique. Il faut être intellectuellement et politiquement limité pour rêver même une seconde que le malin Cellou Dalein Diallo se ferait harakiri pour aider le président Alpha Condé à sortir de la crise politique dans laquelle s’embourbe le pays. Le président de l’UFDG, en homme avisé, savait de quel côté se trouvaient ses intérêts politiques, il s’y est résolu. C’est l’entourage du président de la République qui semble avoir du mal à retrouver ses repères, et se perd dans tous les sens ; il n’arrive pas à trouver ce dont doit avoir besoin le professeur Alpha Condé pour sortir son pouvoir de cette impasse qui lui prive d’importantes ressources financières de la communauté internationale nécessaires à la réalisation de son programme politique et sur lequel les populations de plus en plus impatientes fondent tous les espoirs.

Dès qu’on voit quelqu’un, on le conduit au palais ; dès qu’on se souvient d’un ami ou d’une connaissance, on monte des scénarios pour le président de la République. Même en période d’opposition radicale, un politique de la trempe du professeur Alpha Condé n’avait pas besoin de ces jeux ‘’ni tactique ni stratégique’’ pour paraphraser l’opposant historique, et sans aucune consistance politique. Alors, multiplier les rencontres inutiles et stériles avec des strapontins, c’est continuer de faire perdre davantage du temps au président de la République, la chose dont il n’a absolument pas besoin en ce moment. Surtout que ses interlocuteurs, volontairement ou inconsciemment, ne livrent jamais une image avantageuse ou favorable du président de la République. Conférant même un caractère banal à ces audiences, consciemment ou involontairement, les interlocuteurs trouvent souvent là l’occasion de dépeindre le président de la République sous ses mauvais traits, comme cette sortie de Fodé Oussou Fofana dans la presse : « Alpha Condé pense que je peux influencer Elhadj Cellou ». Ces propos font imaginer un président désespéré tentant de manipuler ou appelant clairement au secours Fodé Oussou Fofana afin d’obtenir du vice-président de l’UFDG le pacte qu’il n’a pas pu conclure avec Cellou Dalein Diallo. Avouons que ce n’est pas intelligeant. Et à force de courir derrière son principal opposant, le président de la République renforce le poids et la crédibilité de Cellou Dalein Diallo et lui donne des armes dont il a tant besoin pour consolider sa précieuse alliance politique avec Sidya Touré et les autres. Sans rien obtenir en contrepartie.

Plus grave, dans le compte rendu médiatique du vice-président de l’UFDG, est que Fodé Oussou Fofana laisse entendre que le seul argument dont dispose le président de la République pour défendre Lounceny Camara, sur la litigieuse question de la présidence de la CENI, se limite à la dimension ethnique des Tomamanians. C’est politiquement et moralement dégradant que certains dans son entourage soumettent le président de la République à des audiences dont les effets noircissent dramatiquement son image et ne lui profitent guère en terme politique.

Beaucoup dans l’opinion éprouvent de la peine de voir ainsi le président de la République se débattre dans plusieurs eaux troubles. Ils estiment à cet effet, que le président Alpha Condé n’a de salut que dans l’alliance qui l’a porté au pouvoir.

En Côte d’Ivoire nul n’oublie encore la guerre fratricide entre le président Henri Konan Bédié et Allassane Ouattara, entre 1993 et 2000, amenant même l’un à refuser à l’autre la nationalité ivoirienne et à lancer un mandat d’arrêt international contre lui. Ouattara en a énormément souffert. Mais, les deux personnalités (Konan Bédié et Ouattara) ont su transcender ce passé douloureux pour construire une solide alliance politique qui gouverne tranquillement aujourd’hui la Côte d’Ivoire avec le succès et les résultats qui forcent le respect et l’admiration de l’opinion nationale et internationale. Au Sénégal, la coalition qui a porté Macky Sall au pouvoir n’est pas constituée que d’amis. Du PS d’ousmane Tanor Dieng à l’AFD de Moustapha Niasse en passant par le Rewni d’Idrissa Seck etc. le cocktail hétéroclite était explosif d’autant que ces personnalités se sont combattues, discréditées, désavouées, vouées aux gémonies. Mais, au nom de la nouvelle coalition mise en place après le premier tour de la présidentielle, chacun, à commencer par le président Sall, a su taire ses rancœurs et privilégier l’unité autour des valeurs de la République dans l’intérêt du Sénégal. C’est au nom de ce principe et de cette dynamique que Moustapha Niasse, ami politique du président Alpha Condé, a été au perchoir de l’Assemblée nationale sénégalaise. Là aussi, avec cette coalition largement représentative et rassurante, le pays récolte déjà les retombées économiques et financières.

Même en France, le président François Hollande a placé à des postes clés de son gouvernement des personnalités qui l’ont jamais ménagé comme Laurent Fabius (Quais d’Orsay) qui n’aurait pas souhaité le voir au Palais de l’Elysée. Entre Hollande et Fabius, la formule de Charles Pasqua, s’adressant en meeting à Chirac à propos de Raymond Barre après la défaite présidentielle de 1988, ‘’quand on a de tels amis, on pas besoin d’ennemis’’ résume parfaitement la nature des relations tumultueuses. Mais pour l’image de son gouvernement, l’intérêt de la France, l’unité du PS et les compétences indéniables de Fabius, François Hollande lui a confié l’un des plus gros départements ministériels à savoir les affaires étrangères.

A l’instar de ces exemples, le président Alpha Condé a tout à gagner lui aussi en tendant la main à Kassory Fofana, Lansana Kouyaté et tous ses autres alliés d’Arc-en-ciel, en se réconciliant avec le général Facinet Touré, et repartir sur de nouvelles bases. A tous ceux qui ont fait la richesse et la valeur de l’alliance Arc-en-ciel. Et si possible, élargir son champ d’action politique à d’autres.

Le salut est à ce prix et à ce prix uniquement, non dans les improvisations infructueuses ou les flatteries de ceux qui cherchent à se positionner. Probablement que le président du RPG, pour parler en croyant, avait un rendez-vous prédestiné avec la Guinée, mais sans cette alliance le destin aurait été ajournée.

Seule cette alliance reconstituée, comme les preuves sont faites ailleurs, et son parti bien entendu sont capables d’aider le président Alpha Condé, et non d’autres ou ses adversaires politiques, à sortir de la crise et à conduire son mandat sans risques politiques. Qui pourrait lui donner mieux que le RPG et l’alliance ne l’ont fait ? Les difficultés d’aujourd’hui tirent leur origine ou s’expliquent par l’effritement ou la décomposition de l’alliance Arc-en-ciel. Rien d’autre. La gouvernance ne relève pas du domaine du hasard : les compétences produisent des résultats ; la médiocrité conduit à l’impasse.

Avec un gouvernement non de récompense mais de compétences et de mérite tiré de tous les horizons possibles, beaucoup d’étapes majeures avaient été déjà franchies. Et, DIEU le sait, rien n’est encore tard.

En attendant ou à défaut de reconstruire son alliance et d’œuvrer à affaiblir celle de son principal adversaire, ce qui aurait été l’idéal pour lui, le président de la République, le professeur Alpha Condé devrait rompre avec tous ces enfantillages politiques et poser le vrai débat avec les véritables acteurs qui comptent et trouver la solution de sortie de crise qui pénalise la Guinée mais que les guinéens le tiennent pour responsable principal sinon unique. De toute façon, si la solution n’est pas rapidement trouvée, elle restera comme la marque principale de son mandat. Ce serait dommage.

Abdoulaye CONDÉ

 

 Ajouter un commentaire
 Lire les commentaires
 Imprimer la page

Ajouter un commentaire


Nom ou pseudo:

Commentaire:


Lutte anti-spam. Recopier le nombre ci-dessous avant d'envoyer votre formulaire.
image CaptCha  



Le dernier des ‘’Mohicans’’ guinéens tire sa révérence !
Le bruit court à nouveau à Conakry
Devoir de mémoire ( Déclaration )
Répond aux jeunes fédéraux de l’UFDG
Là où le bât blesse!
"Si Konaté a déposé la liste, la CPI va la transmettre à la Guinée "
Démonstration à Dakar
Pour le Conseil Général de l'OIE
Le grand bazar de l’année
Sékouba KONATE à la Haye : Arrêt sur images
Témoignage sur un homme d'exception, Siradiou Diallo
L'honorable Nantènen KONATE
A quand la libération des officiers supérieurs !
Qui est Mamady Camara, le nouvel ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la Guinée en Afrique du Sud ?
Les confessions intimes de Joe avant son suicide
Liste des candidats retenus par la CENI
Au Palais Bourbon à Paris
Siaka Kouyaté répond à M. Mouctar DIALLO
Arrêt sur images à Conakry
Du Collectif qui se propose de traduire Alpha Condé en justice
du Collectif qui se propose de traduire Alpha Condé en justice
Abdoulaye Keïta ou le système mafieux d’un médiocre coordonnateur
« Je n’ai pas de relations d’affaires avec le Président ni avec son fils »
Rio Tinto, Alcoa et Dadco disent à la Guinée d'aller se faire voir
Souvenons-nous de nos morts de Monrovia
Alpha Condé et son fils, feu Ben Sékou le disconvient
Cellou Dalein Diallo le confirme ici
Pr Alpha Condé sait que je suis un homme qui est direct!
Une administration publique à deux vitesses.
SOS Policiers Guinéens en Russie
Jusqu'à preuve du contraire …Wade, démocrate jusqu'au … lynchage !
Mali : La Chute de « ATT», ou la Chute de la CEDEAO ?
Les ’’opposants’’ veulent seulement organiser la pagaille en Guinée !
La parité en marche avec le Mouvement Pour la République
A propos d'un des prétextes des putschistes du 3 avril 1984 : ‘’Les normes’’
Le FMI accorde une aide de près de 200 millions de dollars à la Guinée : Les impressions du DGA - BGDA
Réponse à l’intervention du Ministre de l’Administration territoriale, M. Alhassane Condé
Guinée: De la politique de la chaise vide à la déclaration de guerre : L’Opposition ethno prépare son Djihad!
Les propos de Claude Guéant ou le bas degré de civilisation
Honorable Cheick Tidiane TRAORE: Ce que je crois
Se fondre dans le RPG Arc-en-ciel : Une idée que je réfute dixit Sékou Chérif Fadiga,Secrétaire à la communication de l'UPR
La réforme législative en Guinée, un impératif de l'Etat de droit


Affaire Mamadou Fofana Vs EL Seinkoun
L’inconséquence de la Cour Suprême de Guinée !
Soumah Alsény
Alsény SOUMAH: L’Ambassadeur de l’art culinaire guinéen aux USA
Dépêches
L'UA/Nord-Mali
TV Aujourd'hui-en-guinée

cliquez sur la photo pour ouvrir la video

Voir les autres articles >>>
Page noire : Naby Youla
Le dernier des ‘’Mohicans’’ guinéens tire sa révérence !
TV Aujourd'hui-en-guinée  ::  Affaire Mamadou Fofana Vs EL Seinkoun  ::  Audios  ::  L'UA/Nord-Mali  ::  Libres Propos  ::  Soutenez Aujourd'hui en Guinée  ::  Albums Photos  ::  Contact  ::  Abonnez-vous  ::  Email  ::  Partenaires  ::  


Privé - Espace Clients  Hotline  

© Rosawebpro   |    Privé - Espace Clients