Bannière


 
La liste des biens entrant dans le patrimoine national
Dépassionnez le débat

Partenaires

Africatime

Africvisionguinée

Akhadan

Conakrylive

Ecoutez Sabari FM 97.3 en direct

Guinée7

L'Express Guinée

Le Diplomate

Les amazones

Mediaguinee

pednespoir.com

www.Guineematin.com

39 visiteurs connectés

02 Septembre 2014 - 12h32



Réponse à l’intervention du Ministre de l’Administration territoriale, M. Alhassane Condé  [2012/2/22]

Aujourd'hui en Guinée Monsieur le Ministre,

J’ai lu avec attention votre interview sur le site de guineenews concernant la tenue des élections législatives dans notre pays. Ecœuré par vos allégations et en Guinéen épris de paix et soucieux du développement de son pays dans une situation de démocratie englobant tous les fils de ce pays, j’ai décidé de vous répondre.

A priori je signalerai que lorsque nous menions le combat pour le multipartisme dans notre pays contre le régime archaïque de Lansana Conté, vous le serviez et votre déclaration lors de la fusillade chez le «soti kèmö» à Kankan avait créé une indignation énorme qui a failli mettre le feu dans les rues de Conakry. Heureusement que feu Panival, à l’époque en service à Kankan, dans une intervention à la radio, a calmé les jeunes en expliquant pour la première fois en Guinée la bavure des militaires et qu’une enquête serait menée pour punir les auteurs de ce crime où Soroti Bangali, père de famille tranquille, perdit la vie.

Monsieur, quand vous prétendez que l’opposition au pouvoir que vous servez actuellement par opportunisme et non par conviction, car vous le combattiez il y a si peu de temps, ne représente rien et n’a même pas d’électorat, je pense que vous manquez de respect pour ceux qui depuis plusieurs années se battent pour l’avènement d’une situation démocratique dans leur pays à l’instar des autres pays comme le Mali, le Sénégal, le Ghana, etc...

L’Etat est un pouvoir institutionnalisé et suppose le consentement des gouvernés. Comment voulez-vous faire adhérer les militants de l’opposition en refusant de prendre en compte leurs revendications qui sont aussi légitimes que les vôtres?

Le consentement s’impose pour fonder l’Etat légitime et lui seul permet la perpétuation de l’Etat. Les gouvernés ne décident pas de tout, mais ils décident de l’essentiel: qui gouvernera.

Du coup ce ne sont pas toujours les mêmes, vous avez servi il y a peu de temps un régime corrompu et rétrograde qui nous a plongé dans cette situation de méfiance et d’incompréhension. J’avais pensé que vous en tireriez toutes les conséquences cependant vous cherchez encore à enfoncer ce pays dans l’abîme, de grâce taisez-vous.

Vous comparez la situation de notre pays au cas du Gabon et de la Côte d’Ivoire. Sur ce point vous vous trompez énormément et nous aurons l’occasion de vous le démontrer.

Chaque fois que vous créez un problème dans ce pays, on fait appel aux religieux oubliant la laïcité de la République, ciment de notre cohésion nationale.

La politique c’est l’histoire en train de se faire et le problème politique ne se pose que dans les sociétés désacralisées où les fins de l’homme et celles de la société ne leur sont plus assignées par une religion. Vous savez comme tous ceux qui s’intéressent à la politique que les périodes historiques de réflexion les plus intenses sur la politique furent dans le monde occidental, celle de la Grèce antique, lors de la désagrégation des monarchies traditionnelles, avec l’œuvre des sophistes, de Platon puis d’Aristote, et celle de la Renaissance, après les premiers craquements de la chrétienté, à partir de Machiavel, et plus encore au crépuscule des monarchies de droit divin, avec Hobbes et Locke, avec Montesquieu, Rousseau et la Révolution française, puis avec Kant, Fichte et Hegel, des perspectives de nouvelles révolutions, socialistes depuis Marx.

Je n’oublierai pas la rencontre de «kourou fouga» mais aussi dans d’autres régions de notre pays avant la pénétration des différentes religions, alors pourquoi avoir confié à un religieux le rôle de président de la réconciliation nationale ?

La politique est la prise en charge par l’homme de l’ensemble des rapports humains, c’est ainsi qu’elle a fait la relève des religions et de leurs théocraties.

L’illusion d’un plan providentiel qui aurait fixé à l’avance un but aux sociétés étant dissipé, les hommes prennent en main leur propre destin car nous savons qu’il y a une dualité en nous: l’esprit, et le corps Dieu nous a demandé de nous en servir afin de nous organiser dans le sens du bien.

Vous savez Monsieur le Ministre que prier c’est aussi écouter. Croire c’est accepter la surprise.

D’autres appellent cela la révolution, c’est une face de la même réalité, une façon aussi de combattre la suffisance dont vous faites preuve, de vous dire qu’on ne peut pas en rester là, et qu’on ne peut aller au-delà tout seul, mais avec les autres, avec tous les autres.

Monsieur le ministre la politique ce n’est pas le muscle, le véritable démocrate, c’est celui qui sait que rien ne vaut vraiment qui ne soit démontré.

Un grand professeur de sciences politiques lors de la remise de diplôme de la promotion de ma fille disait ceci: « Argumenter, ce n’est point affirmer péremptoirement, mais chercher en soi-même, au fil de la discussion, des raisons qui vaillent pour autrui ».

Chercher, car rien n’est acquis. Discuter, car les hommes se valent et parce que l’idée découle de la confrontation des idées. Il faut trouver des raisons, parce que le juste se justifie. Des raisons qui vaillent pour autrui, non seulement l’autre me vaut, mais je ne vaux que pour l’autre et par lui. Jean-Paul Sartre a su bien l’écrire dans son autobiographie: «Tout un homme, fait de tous les hommes, et qui les vaut tous, et que vaut n’importe qui.»

La création permanente d’une communauté humaine, fondée autrement que sur la violence et maintenue autrement que par la force, implique cette reconnaissance mutuelle: « Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droit, ils organisent une société pour protéger et exercer cette liberté. » La reconnaissance mutuelle ne nous donne pas seulement le fondement de la démocratie, elle nous offre aussi la condition de sa mise en place.

Monsieur, les points de divergences entre vous et l’opposition peuvent être débattus calmement dans un dialogue sincère: restructuration de la CENI car ceux qui sont actuellement à la tête de cette commission furent décriés depuis l’élection présidentielle. Il existe d’autres Guinéens qui pourraient être acceptés de tous, il faudrait remettre en place les anciens maires et les conseillers communaux ou bien consulter le peuple sur les questions de divergences, c’est ça la démocratie moderne.

Enfin, Monsieur le Ministre, je vous saurais gré de bien vouloir tenir compte du sens de cette lettre pour qu’ensemble nous puissions quelles que soient nos divergences, construire une Guinée respectueuse des droits humains participant effectivement à l’émancipation de notre continent.

Je vous prie Monsieur le Ministre, d’agréer à mes sincères salutations.


Dioubaté Mamadi

dioubate@hotmail.fr

 
Ps : La photo d'alassane Conté
 


 

 Ajouter un commentaire
 Lire les commentaires
 Imprimer la page

Ajouter un commentaire


Nom ou pseudo:

Commentaire:


Lutte anti-spam. Recopier le nombre ci-dessous avant d'envoyer votre formulaire.
image CaptCha  



Devoir de mémoire ( Déclaration )
Répond aux jeunes fédéraux de l’UFDG
Là où le bât blesse!
"Si Konaté a déposé la liste, la CPI va la transmettre à la Guinée "
Démonstration à Dakar
Pour le Conseil Général de l'OIE
Le grand bazar de l’année
Sékouba KONATE à la Haye : Arrêt sur images
Témoignage sur un homme d'exception, Siradiou Diallo
L'honorable Nantènen KONATE
A quand la libération des officiers supérieurs !
Qui est Mamady Camara, le nouvel ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la Guinée en Afrique du Sud ?
Les confessions intimes de Joe avant son suicide
Liste des candidats retenus par la CENI
Au Palais Bourbon à Paris
Siaka Kouyaté répond à M. Mouctar DIALLO
Arrêt sur images à Conakry
Du Collectif qui se propose de traduire Alpha Condé en justice
du Collectif qui se propose de traduire Alpha Condé en justice
Abdoulaye Keïta ou le système mafieux d’un médiocre coordonnateur
« Je n’ai pas de relations d’affaires avec le Président ni avec son fils »
Rio Tinto, Alcoa et Dadco disent à la Guinée d'aller se faire voir
Souvenons-nous de nos morts de Monrovia
Alpha Condé et son fils, feu Ben Sékou le disconvient
Cellou Dalein Diallo le confirme ici
Pr Alpha Condé sait que je suis un homme qui est direct!
A quoi sert le défilé des politiciens ?
Une administration publique à deux vitesses.
SOS Policiers Guinéens en Russie
Jusqu'à preuve du contraire …Wade, démocrate jusqu'au … lynchage !
Mali : La Chute de « ATT», ou la Chute de la CEDEAO ?
Les ’’opposants’’ veulent seulement organiser la pagaille en Guinée !
La parité en marche avec le Mouvement Pour la République
A propos d'un des prétextes des putschistes du 3 avril 1984 : ‘’Les normes’’
Le FMI accorde une aide de près de 200 millions de dollars à la Guinée : Les impressions du DGA - BGDA
Guinée: De la politique de la chaise vide à la déclaration de guerre : L’Opposition ethno prépare son Djihad!
Les propos de Claude Guéant ou le bas degré de civilisation
Honorable Cheick Tidiane TRAORE: Ce que je crois
Se fondre dans le RPG Arc-en-ciel : Une idée que je réfute dixit Sékou Chérif Fadiga,Secrétaire à la communication de l'UPR
La réforme législative en Guinée, un impératif de l'Etat de droit


Sommet Amerique-Afrique
Discours integral d'OBAMA
Soumah Alsény
Alsény SOUMAH: L’Ambassadeur de l’art culinaire guinéen aux USA
Dépêches
L'UA/Nord-Mali
TV Aujourd'hui-en-guinée

cliquez sur la photo pour ouvrir la video

Voir les autres articles >>>
Le 4 juillet 1985-4 juillet 2014
Devoir de mémoire ( Déclaration )
TV Aujourd'hui-en-guinée  ::  Sommet Amerique-Afrique  ::  Audios  ::  L'UA/Nord-Mali  ::  Libres Propos  ::  Soutenez Aujourd'hui en Guinée  ::  Albums Photos  ::  Contact  ::  Abonnez-vous  ::  Email  ::  Partenaires  ::  


Privé - Espace Clients  Hotline  

© Rosawebpro   |    Privé - Espace Clients