Bannière


 
La liste des biens entrant dans le patrimoine national
Dépassionnez le débat

Partenaires

Africatime

Africvisionguinée

Akhadan

Conakrylive

Ecoutez Sabari FM 97.3 en direct

Guinée7

L'Express Guinée

Le Diplomate

Les amazones

Mediaguinee

Nouvelledeguinee

pednespoir.com

www.Guineematin.com

42 visiteurs connectés

24 Juillet 2014 - 11h42



L'inconstance et les hyperboles de Sidya Touré [2014/7/14]

Aujourd'hui en Guinée CONAKRY-L'Union des forces républicaines (UFR) vient de tenir son congrès national à Conakry. Dans son discours inaugural, son président, Sidya Touré, dresse un état des lieux catastrophiste et alarmiste du pays et présente son parti comme le salut. Il se considère comme le messie attendu par les Guinéens depuis l'indépendance. Mais nous on regarde dans le rétroviseur.

Les qualificatifs que Sidya Touré aligne dans son discours pour décrire à ses « hôtes » la situation guinéenne sont à l'évidence réducteurs et frisent le grotesque. Mais ses hôtes les plus avisés ont dû en avoir une piètre opinion de lui. Que le lecteur en juge par lui-même : « ambiance délétère, morose, proche de la sinistrose ». Est-ce sous ces traits sombres qu'on doit dépeindre son pays devant des étrangers si on se veut leader patriote ?

Dans sa mauvaise foi, mâtiné de simplisme, Sidya Touré affirme que la Guinée « est malade, profondément malade, presque à l'agonie parce qu'atteint d'un mal profond qui la ronge depuis près de six décennies ». Non seulement, à ses yeux aucun président ni aucun Premier ministre guinéen (qu'il a été pourtant) n'a rien fait de bon depuis l'indépendance, mais pis encore le pays est en train de mourir. Il jette le bébé avec l'eau du bain et oblitère les formidables perspectives économiques ouvertes par le Pr Alpha Condé depuis 2010.

Serait-ce donc peu faire que d'assainir les finances publiques et stabiliser la monnaie (deux préalables à tout redressement et à tout essor économique) ou d'ouvrir de grands chantiers dans les secteurs minier, ferroviaire, portuaire, énergétique et hôtelier, pour ne citer que ceux-ci ? Le tout dans les trois premières années du quinquennat !

En vérité, la Guinée du Pr Alpha Condé n'est pas moribonde, comme le souhaiterait Sidya Touré pour faire enfin entendre ses appels du pied à un électorat avisé et méfiant à son égard, mais elle est rugissante et prête à bondir comme un jeune lion vers un développement fulgurant !

Si cette perspective ne plaît pas aux politiciens vieillissants et finissants, condamnés par le destin à agoniser dans une opposition stérile et perdante, qu'ils s'apprêtent donc à ruminer leur fiel et à maigrir de jalousie. Inquiets et désespérés, ils crispent un poing dérisoire vers le Ciel qui les prend en pitié !

Un économiste chevronné, sachant dans quel gouffre de gabegie totale le Pr Alpha Condé a pris les rênes du pouvoir, peut-il dire sans rougir que « rien n'a fondamentalement bougé dans notre pays depuis bientôt quatre ans » ? En vérité, des bonds de sept lieues ont été faits par le pays en moins de quatre ans, si l'on considère la pente abrupte que le gouvernement a dû remonter pour atteindre le niveau zéro et commencer à construire une nouvelle Guinée sur des bases saines et solides !

Les Guinéens ne sont pas amnésiques. Ils connaissent les grands déprédateurs de l'économie nationale sous la deuxième République. Assurément, parmi eux figure en bonne place l'actuel président de l'UFR. Il a été Premier ministre de 1996 à 2000. La mutinerie des 2 et 3 février 1996 avait contraint le général Lansana Conté à déconcentrer le pouvoir. La Guinée était sans Premier ministre depuis le 4 juillet 1985, date à laquelle le colonel Diarra Traoré, numéro 2 du CMRN, avait été arrêté puis martyrisé.

Sidya Touré, nommé Premier ministre onze ans après, en juin 1996, a vite donné dans un affairisme outrancier. Ses faits et gestes ont été négativement archivés par les Guinéens. Il n'a jamais aussi bien parlé de lui-même qu'en évoquant dans son discours les responsables de « plusieurs décennies d'une gestion calamiteuse de l'État, qui s'est traduite par une paupérisation accrue de nos populations et l'extension de la misère. »

Il a commencé par privatiser l'Entag, uniquement pour y prendre de grosses actions. Cette usine de tabac et d'allumettes était la plus grande de la sous-région. Sa privatisation inconsidérée l'a finalement conduite à la faillite et jeté des centaines de travailleurs au chômage. La cupidité est souvent mauvaise conseillère !

Qui ne se souvient du « scandale Tombo 4 » ? Pour ceux qui ne le savent pas, il s'agit de ces trois groupes électrogènes surfacturés et vétustes achetés par le Premier ministre Sidya Touré de gré à gré en 1997, au Nigeria, et qui ont été déclassés à peine quatre ans après leur installation, alors que les quatre groupes de Tombo 3, installés bien avant, tiennent toujours la route. La performance des groupes pourris de Tombo 4, dont il nous rebat encore les oreilles, s'est limitée à ravitailler 10 quartiers sur 130 à Conakry pendant leur vie éphémère.

Toujours dans son discours inaugural, Sidya Touré, parlant de l'élection présidentielle de 2015, lance cette terrible phrase : « L'avenir politique, l'avenir économique et même la stabilité du pays se joueront à ce moment-là. »

Oiseau de mauvais augure, cassandre, va ! Une chose est sûre, la Guinée ne s'embrasera pas si monsieur Sidya Touré n'est pas élu président en 2015. Il aura tout simplement terminé lamentablement sa carrière politique à 69 ans, parce qu'il sera hors d'âge pour les élections présidentielles ultérieures. Sans nul doute, il passera ses vieux jours à ruminer son ambition politique inassouvie et à regretter les milliards qu'il aura dépensés en vain.

Dans son aveuglement, Sidya Touré déclare : « Les élections législatives passées ont révélé que notre parti a sensiblement élargi sa base. (…) Au regard de l'engouement constaté autour de l'Ufr depuis les dernières élections législatives, je suis en mesure de vous dire que tous les espoirs sont permis. »

Il semble oublier que c'est l'Ufdg qui lui a fait la courte échelle aux législatives de 2013, sinon il n'aurait eu que cinq députés au plus à l'Assemblée nationale. Et qu'est-ce qu'il a apporté en contrepartie à l'Ufdg ? Qu'il nous le dise ! Il doit une fière chandelle à Cellou Dalein Diallo. Mais, apparemment, celui-ci a eu tort de lui donner la main, car maintenant il veut prendre son bras. L'appétit vient en mangeant, non ?

Sidya Touré a plutôt semé la discorde dans l'opposition, et la mouvance présidentielle s'en frotte les mains. Dès après les législatives, il a lancé urbi et orbi l'idée d'une candidature unique de l'opposition en 2015. Et, par ses laudateurs de service, il laisse entendre qu'elle devrait porter sur sa personne. Tout naturellement.

Peine perdue, il se raccroche à des chimères ! Même si, par un renoncement extraordinaire, Dalein, qui surclasse quatre fois Sidya Touré, venait à désister pour lui, les militants de l'Ufdg lui opposeraient une résistance implacable. Il faut être aveuglé par l'ambition pour rêver à ce point.

Non content de voir son pays, la Guinée, accueillir le plus important projet intégré minier, ferroviaire et portuaire jamais développé sur un site inexploité dans le monde, le président de l'Ufr parle de « battage médiatique et propagande éhontée faits autour de la signature de la très opaque convention sur Simandou ».

Mais, ne lui en déplaise, l'accord sur le Simandou a été signé avec les très sérieuses multinationales Rio Tinto et Chinalco mais aussi avec la très officielle Société Financière Internationale de la Banque Mondiale, toutes trois très regardantes à la transparence. Et l'enveloppe à investir dans le Simandou dépasse 20 milliards de dollars. Excusez du peu !

Que Sidya Touré veuille ou non, il verra le Pr à Alpha Condé réussir son quinquennat, obtenir un second mandat et donner à la Guinée le développement et le bien-être qu'ils appellent de leurs vœux. Que les aigris se fassent déjà à cette idée, et ils ménageraient leur santé.

Quel Premier ministre opportuniste avait dit pendant la campagne présidentielle de 1998 « Conté, ton pied mon pied ! » et a ensuite créé un parti d'opposition au même Conté quand il a été limogé en 2002 ? Guinéens, souvenez-vous ! À l'époque, Sidya Touré était un Premier ministre ectoplasme, presque toutes ses attributions lui avaient été retirées par le président Conté dès décembre 1996, six mois après son entrée en fonction, au profit du ministre de l'Économie et des Finances Kassory Fofana. Il est resté dans cette position dérisoire pendant quatre ans, quand tous les Guinéens attendaient sa démission. Il a préféré rester un Premier ministre de façade, sans doute parce que son titre lui ouvrait, malgré tout, des fenêtres d'opportunités dans les coups fumants.

Bien évidemment, il s'était lancé dans la campagne du président Lansana Conté en espérant revenir dans ses bonnes grâces. Mais le général n'était pas dupe, il a continué à l'éloigner et à l'affaiblir parce qu'il avait percé en lui la duplicité et avait découvert son âpreté au gain et son goût immodéré pour les occupations domaniales illicites (l'opérateur économique Chérif Diallo en a fait les frais quand la Sofig, dirigée par Sidya Touré, s'était emparé par la ruse, en 1989, de son immeuble sis sur le boulevard Diallo Telly, à Conakry).

Le Pr Alpha Condé, lui, n'a jamais voulu servir dans un gouvernement corrompu, il ne s'est pas acoquiné avec le régime juste pour s'enrichir, il n'a jamais accepté d'être un commis inféodé. Il est resté intransigeant et constant dans l'opposition. Et sa fermeté a payé vingt ans après, pour le grand bonheur des Guinéens.
À ceux qui ne veulent ni voir ni entendre, je répèterai sans cesse qu'il s'appelle en vérité Al-Fatiha Condé. Aux sceptiques, je donne rendez-vous en 2020.

Philan Traoré
Expert électoral du RPG Arc-en-ciel
Philantraore@gmail.com

 

 Ajouter un commentaire
 Lire les commentaires
 Imprimer la page

Ajouter un commentaire


Nom ou pseudo:

Commentaire:


Lutte anti-spam. Recopier le nombre ci-dessous avant d'envoyer votre formulaire.
image CaptCha  



Kader Sangaré, nouveau Président Délégué
Mohamed Said FOFANA : Le désarroi d'un PM au rabais !!!
La sanction infligée à Horoya inspire méditation
Le Patrimoine Public en péril !
Tibou KAMARA
Le data center sous Naité a fait l’objet d’une surfacturation
L'Avion d'Ellen J. Sirleaf. cloué sur la piste
A la Caisse Nationale de la Sécurité Sociale
Détribaliser et éviter les opportunistes
Expulsion de sans-papiers guinéens de Belgique: Les raisons d’une annulation
Claude Kory Kondiano chez Blaise
Le général Konaté en quête de fonds
Alpha Condé et les quadras
Le cabinet de la Première Dame sonne l'alerte
Dans l'ombre de son père
Zalikatou DIALLO ne représente nullement le PE.D.N
Portrait d'une famille indigne
Peur et inquiétude au niveau de la population
Le probable Président : Mr Kory KOUNDIANO
Le SOS pathétique de Mandian SIDIBE
Mme Olga Syradin chez Guillaume Sorro
Évènements du 28 septembre2009 en Guinée : Les victimes réclament justice
Le Général Sékouba sur le départ à l’U.A
J'ai définitivement tourné la page guinéenne
Oui au sport non à la politique
Ce qu'en pensait l'opposant Alpha CONDE
Qui est réellement Aboubacar sylla ?
« La LONAGUI a été créée et abandonnée pendant dix ans.»
Konaté et le Sous-secrétaire Gl de l'ONU
Les secrets de l'accord obtenu
Sékouba KONATE chez Zuma : Discours
Quelques images pour immortaliser l'évènement
Je ne suis pas d’accord avec l’orientation politique de Cellou Dalein
Porte-parole du groupe qui porte plainte contre Alpha CONDE
Lansana Kouyaté mobilise le PE.D.N
Je t’aime moi non plus
D'Abidjan Kouyaté appelle ses militants à la retenue et au calme
Coincidences numérologiques, historiques et théologiques
Les griefs de Bah Oury contre Dalein
La fille de Sékouba baptisée Jeannette
Les mensonges de Diallo Sadakaadji
Je veillera à la mise en œuvre d’un statut de l’opposition
Leaders séquestrés à Guéckédou
Kouyaté invité par l'UDI de Jean-Louis Borloo
Participation réussie pour Lansana Kouyaté
Chantale Colle porte plainte contre Aboubacar Diallo de la Radio Espace FM
Kouyaté face ses compatriotes à Paris
Le courant passe maintenant entre le Pr Alpha Condé et moi !
Les points forts et les points faibles d’un acte
Sanoussy Sow prend en main la préparation
Alpha Condé,le piège du compromis
Et après ?
La gaffe morale et politique de Dalein
L’irréparable crime
Zenab Barry-Sapin
Rachid N’Diaye, la puante gueule
«Je ne suis pas un homme politique ...»
Les fonds secrets de Saïd Fofana ?
Dondo dénonce Ousmane Doumbouya
« On ne répond pas à un malade mental en perdition au Burkina »
La diplomatie Guinéenne : Les chargés d'affaires où la vache laitière du cabinet


De la primature au congrès de l'UFR
L'inconstance et les hyperboles de Sidya Touré
Lettre ouverte d'Alpha à Lansana CONTE
Vieille de 23 ans
Dépêches
L'UA/Nord-Mali
TV Aujourd'hui-en-guinée

cliquez sur la photo pour ouvrir la video

Voir les autres articles >>>
Le 4 juillet 1985-4 juillet 2014
Devoir de mémoire ( Déclaration )
TV Aujourd'hui-en-guinée  ::  De la primature au congrès de l'UFR  ::  Audios  ::  L'UA/Nord-Mali  ::  Libres Propos  ::  Soutenez Aujourd'hui en Guinée  ::  Albums Photos  ::  Contact  ::  Abonnez-vous  ::  Email  ::  Partenaires  ::  


Privé - Espace Clients  Hotline  

© Rosawebpro   |    Privé - Espace Clients