Print

CONAKRY/Après la réussite de la première édition du carnaval de Conakry, l’agence Mass Production se lance déjà vers la réalisation d’un autre événement majeur : le mémorial Kéïta Fodéba (encore une première). Du nom de ce grand homme de culture guinéen dont les œuvres (essais, poèmes, pièces de théâtre, etc.) sont encore perçues, dans son pays et en Afrique, comme des modèles d’engagement en faveur de l’émancipation de l’homme noir.

Annoncé pour les 23 et 24 mai, avec comme cadre respectivement le centre culturel franco-guinéen et la salle des spectacles du Palais du peuple, le mémorial ne vise pas moins que rendre un hommage éclatant et mérité à cet intellectuel africain. En tout cas c’est l’objectif d’un autre Fodéba, Isto Kéïra, ancien ministre de la Culture et patron de l’agence Mass Production : « il s’agira de réhabiliter un Africain, un Guinéen qui aura marqué de manière extraordinaire la culture africaine. Je rentre d’une mission à Dakar où des intellectuels de renom soutiennent que depuis les années 40, l’action de Kéïta Fodéba a largement contribué à l’éveil des consciences et influencé plus d’un africaniste de l’époque dans les pays de l’AOF et au-delà. C’est donc naturellement une fierté pour moi que ses œuvres soient exhumées et présentées à la nouvelle génération, et je souhaite même que le gouvernement guinéen, à travers le ministère en charge de l’enseignement pré-universitaire, songe à introduire certaines de ses œuvres dans les programmes scolaires »

Au cours du symposium au centre culturel Sory Kandia Kouyaté le 23 courant, des hommes de culture guinéens et étrangers se relayeront pour parler de Fodéba, tandis que les œuvres de l’ancien diplômé de l’école normale William Ponty de Sébikotane (il poursuivra après des études supérieures en France) seront exposées. Quant au spectacle géant qui suivra le lendemain au Palais du peuple, il connaîtra la prestation de talentueux artistes comme Affou Kéïta, la nouvelle diva de la chanson ivoirienne, ou encore celle de Pape N’Diaye Thiopet, la coqueluche des mélomanes sénégalais. Côté guinéen, la volcanique Sayon Camara et la sublime Kanny Dambakaté donneront la réplique. Mais il aurait été un sacrilège de rendre un tel hommage, vu le parcours de l’illustre disparu, sans inviter des hommes et des femmes d’estrade. D’où le dessert proposé dans le menu culturel avec la participation de la troupe d’arts acrobatiques qui porte justement le nom Kéïta Fodéba, et les célébrissimes Ballets Africains dans … Minuit.

Il va de soi, qu’au-delà de l’immense talent littéraire et artistique du personnage, Fodéba Isto Kéïra et les autres ne manqueront pas de revisiter d’autres facettes, comme ce patriotisme sans limite et ce grand sens de l’Etat. Selon celui-ci il n’y a pas à chercher loin : « La restructuration de l’armée, de la police du jeune Etat indépendant, c’est Fodéba ! Il n’a pas hésité à offrir gracieusement les cachets des Ballets Africains pour rémunérer durant trois mois les fonctionnaires guinéens aux premières heures de l’indépendance. C’est une villa qu’il a donnée à son pays qui abrite l’ambassade de Guinée à Dakar, dans le quartier résidentiel dit Point E » !

Qui dit mieux ?

A. Sy


NB : Photo de Mr Ahmed Tidiany Cissé, Ministre de la culture